interview dans le soir

Publié le 28 Septembre 2014

Bon, j'ai trainé d'une journée pour vous faire connaitre le contenu de l'interview... mais ce n'est pas parce que je ne la trouvais pas intéressante... Bien au contraire...

Murat n'a pas changé de bord, on appréciera ou pas les tacles à Goldman ou Renaud... mais sur ce dernier, ses propos sont loin d'être gratuits... même si il reste à prouver que le chanteur au bandana ait fait fausse route... Surtout, Murat, avec un peu plus de Bergheaud que d'habitude, donne une vision claire de sa "philosophie" personnelle... le repli, tout en ne laissant aucun doute sur sa position sur l'extrême-droite qui s'est empressé de récupérer divers propos par le passé. Même si ce n'est pas nouveau, il redit également qu'il "bride" son inspiration du fait de ses enfants... mais dans le refus de la désespérance...

(cliquer sur les photos pour agrandir)

On apprend également la mort de son papa dont on savait qu'il souffrait d'heizemer. En hommage, on terminera donc par "qu'est-ce que ça veut dire"... Papa papa (pour une fois, une vidéo de concert... ).. Ma préférée de Toboggan...

interview dans le soir
interview dans le soir
interview dans le soir

Rédigé par Pierrot

Commenter cet article

Muse 29/09/2014 15:04

Renaud est dépressif depuis toujours et le refuge dans l'alcool qu'il a constitué depuis des années a accentué sa dépression. Il ne pourra en sortir que s'il accepte de traiter son alcoolisme en milieu hospitalier et sur une longue durée.
D'autres s'adonnent aux drogues dures ou aux médicaments avec le même résultat d'incapacité créatrice. N'ayant strictement rien à voir avec les déceptions politiques.
Ne pas confondre le fils de Goldman qui fait du fric facile sur les chansons de son père et Jean-Jacques Goldman qui est resté dans la droite lignée bundiste de sa famille. Mais bon, JLM n'est pas à un raccourci facile près...

Rhône-Alpes va plutôt absorber l'Auvergne, la rendre inexistante au plan économique. Ce qui ne constituera pas un gros changement à la situation actuelle hélas, malgré les efforts de Gouttebel, Chassaigne et Souchon ainsi que les avertisseurs du journal satirique auvergnat mais néanmoins indispensable en ces temps troublés: "La Galipote". (trouvable en kiosques dans toute l'Auvergne ou sur abonnements hors Auvergne). Mieux encore que JLM côté critique.

http://galipote.jimdo.com/le-journal-la-galipote/les-derniers-num%C3%A9ros/


La Franche-Comté partage avec la Bourgogne (qui malgré ses ventes chinoises draine sa voisine économiquement de par son patrimoine et son attrait touristique), une désindustrialisation massive qui plombe l'économie et les revenus des ménages de plus en plus condamnés à la misère et au chômage dans les petites localités. Associer deux régions en difficulté dont une partie se trouve sur la diagonale de la misère, n'a jamais produit de miracles...d'autant moins si les budgets et les projets restent concentrés sur le pôle le plus attractif et porteur, à savoir le patrimoine et le tourisme bourguignon.

Le repli de JLM est relatif dans la mesure où il reste connecté suffisamment médiatiquement et professionnellement pour vivre de ce qu'il fait. C'est sans doute moins simple que s'il était citadin et parisien mais c'est un peu comme les délocalisations rurales des télétravailleurs de grosses entreprises. Ca ne l'empêche ni de créer ni de vivre de ses créations parce qu'il a un réseau suffisamment important de relais médias et pros depuis des années pour diffuser ce qu'il fait et donc lui permettre de vivre. Combien d'artistes moins réseautés médiatiquement et professionnellement rament et font entre deux concerts des petits boulots pour survivre? Une quantité astronomique. JLM reste encore relativement protégé et privilégié. Ce qui est un luxe dans le métier qu'il fait.
On espère que son repli ne tourne pas à la désespérance complète. Parce que c'était quand même plutôt le ton des derniers albums où tout tournait à la dégringolade...
Quant à la culture, aujourd'hui elle se borne à la fascination des images et de quelques slogans répétés comme des moulins à prière...en France comme ailleurs. La mondialisation du divertissement en lieu et place de l'éducation culturelle et scolaire. Les jeux sans le pain, devenant trop cher...

Laurent 29/09/2014 13:12

Ca fait comme chez nous pour le vin entre les Francs-comtois et les Bourguigons. Les Francs-comtois sont des artisans de la vigne alors que les bourguignons ont vendu leurs terres aux chinois. C'est loin d'être fait la fusion entre la Franche-Comté et la Bourgogne... Note devise à nous Franc-comtois est : '"Comtois, rends toi, nenni ma foi", tout un programme... Sinon, je suis d'accord avec JLM sur la culture en France, il suffit de regarder la nouvelle grille des programmes de France Inter et du Mouv' par exemple...

laurent 29/09/2014 11:09

Boire ou composer des chansons, il faut choisir !!! Renaud, imbibé comme il est par l'alcool en est bien incapable à mon avis. Je suis curieux de savoir ce que pense JLM de la nouvelle carte de France (régions) que nous préparent nos politiques...

pierrot 29/09/2014 11:46

C'est sa vanne favorite quand il joue dans nos contrées: fusion de l'auvergne et rhône-alpes... ou plutôt absorbtion par l'Auvergne de RA..RA obligé de parler patois auvergnat... et enfin les savoyards qui vont pouvoir apprendre à faire du fromage grace aux auvergnats.

Yseult 29/09/2014 08:21

Très bel article, du triste constat à ce refus de désespérance ... Et une perspective de Babel qui s'approche de nous chaque jour, avec quelques éclairage sur des titres que nous attendons ...
Tout ce qu'il me fallait pour aborder ce difficile lundi matin ...

Yseult 29/09/2014 08:33

Si difficile ... que le café n'ayant pas été totalement bu, j'ai truffé mon commentaire de fautes.
Y'a des matins comme ça :(