Les Sonos tonnent (télérama.fr)

Publié le 6 Octobre 2014

 

5e saison des saisons tonnent... et Murat bien sûr présent une nouvelle fois... Pas de Cassavetti comme avocat... mais Médioni est là.

Valérie Lehoux... dit que "c'est le meilleur depuis des lustres"... "aérien et incarné" ("son que l'on doit au Delano orchestra")... "le meilleur disque de la rentrée"... et bien, de la part de Valérie... c'est énorme. On sait qu'elle reprochait à Murat ses textes énigmatiques, notamment sur Grand lièvre, et là, elle explique que ses textes sont plus lisibles. "Murat tombe le masque" dit-elle (ce qu'elle dit sur sa carapace est très intéressant... et sur la provoc dont elle a été victime...).

Médioni indique qu'il n'y a pas de surprise à attendre : "c'est le Murat de toujours"... mais "c'est quand même un disque fort".

Sophie Delassein est plus sceptique... alors qu'elle avait aimé Toboggan. Elle n'a pas aimé la production (voix couverte, surproduit, voix nasillarde).

Je découvre un titre que je ne connaissais pas en extrait... Belle ballade...

Guillemette Odicino évoque BABEL, comme toutes les influences : le sensuel et le terrien, l'amour et la mort... une vrai diversité et une cohérence.

http://www.telerama.fr/musique/les-sonos-tonnent-102-coralie-clement-et-jean-louis-murat,117301.php

 

LE LIEN EN PLUS:

Miossec chez l'ami Vincent Raymond:

https://www.stimento.fr/article/miossec-ici-bas-ici-meme-est-plutot-bien

Les artistes qui revendiquent un attachement régional et qui s’inscrivent dans le tissu social ne sont pas nombreux. Il y a Murat, en Auvergne…
Quand on est chanteur, c’est l’endroit d’où on parle ! Et je comprends Murat qui martèle ça, parce que pour lui, sa voix vient du Massif Central. Mais Jean Ferrat, c’est le pape de ce mouvement (rires). Il y a vingt ans, je déménageais tout le temps, j’étais même parti pour retourner vivre à la Réunion. Mais finalement, non. C’est un coup à faire du Johnny Clegg. (rires)

Rédigé par Pierrot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Yseult 06/10/2014 22:44

Valérie Lehoux a aussi recueillis les propos publiés sur le site Télérama et mis à jour il y a quelques heures
http://www.telerama.fr/musique/jean-louis-murat-je-ne-suis-pas-un-chevalier-blanc-je-vois-juste-la-pourriture-du-systeme,117546.php
Et le visuel du LP et du CD sur FB ... Ça a l'air beau !!!
Ça approooooooche ...

Muse 06/10/2014 22:19

Concernant la réflexion de Miossec sur le régionalisme des chanteurs, il aurait pu également citer, outre Murat, Cabrel dans le Gers, il y a aussi Zebda à Toulouse, il y a eu Bachelet dans le Nord, Miossec, Dan ar Braz pour la Bretagne, Voulzy pour les Antilles, Mireille Matthieu, Michèle Torr, Sardou pour la Provence, Patrick Fiori pour la Corse, pour l'Alsace Patricia Kaas...et j'en oublie certainement...

Merci pour le lien télérama, Pierrot. Je vais écouter ça tout à l'heure.

Muse 11/10/2014 11:39

J'avais pas saisi l'ironie du propos, t'aurais dû rajouter des smileys. Je ne suis pas sûre que le résultat du "plat pays" par Johnny serait terrible mais les inconditionnels du monsieur seraient certainement ravis.
Personnellement, Reggiani scandant dans ses dernières années "le temps qui reste" ou "l'italien" me touchera toujours plus qu'un Johnny dans "le plat pays" ou quelque autre chanson. Les goûts et les couleurs sans doute...

Matthieu 11/10/2014 10:56

Ah, mais ma question était ironique, Muse... Ceci dit, un Johnny octogénaire, avec une voix d'outre-tombe, reprenant "Le plat pays" accompagné d'une simple guitare acoustique... Ça pourrait avoir de la gueule.

Muse 10/10/2014 21:53

Pas vraiment, Matthieu. Johnny n'a jamais évoqué ses origines en chanson et les compositeurs qui ont travaillé avec lui ne lui ont pas proposé de chansons régionalistes belges, du moins à ma connaissance.
Ceux que j'ai cités par contre (liste non exhaustive), ont tous chanté-vanté leur région à travers différentes chansons, soit de leur composition, soit écrites par d'autres.

Matthieu 10/10/2014 16:08

Et Johnny pour la Belgique, ça marche aussi, Muse ?

Solange 06/10/2014 18:12

C'est quoi cette cacophonie radiophonique ? D'une prétention sans nom, ils n'ont pas du fréquenter beaucoup la beauté ! Oui Murat est tendre et tantrique, mais il est bien loin d'être un sale macho ou un affreux misogyne, il aime la chose féminine et non la vulgarité de cette donzelle qui blablate sur l’œuvre des autres sans avoir jamais ressenti ce qu'est au fond de soi le baiser ; et c'est surement cela que Murat lui reproche le plus.
Solange
Il y a une chose avec laquelle je suis d'accord : je trouve que ça voix est trop masquée, je n'aime pas la production.

Muse 10/10/2014 22:06

Merci Matthieu pour cette mise au point sur Valérie Lehoux avec laquelle je suis entièrement d'accord. Je partage avec la journaliste ses doutes sur la réalité du personnage troubadour lié aux chansons comme ses doutes à propos du personnage agressif des interviews. La vérité de l'artiste est ailleurs, comme le disaient Heidegger et Platon (ou pour les fondus de télé, Mulder dans X-Files).

J'en parlais d'ailleurs peu avant la sortie de cet article, à un muratien passionné.
J'ai donc trouvé d'autant plus amusante la réflexion de Valérie Lehoux sur Murat que j'avais tenu des propos similaires. Je précise que je ne connais pas du tout Valérie Lehoux en dehors de la lecture de ses articles. Mais que j'apprécie et rejoins souvent ses analyses sur différents albums d'artistes.

Matthieu 10/10/2014 15:59

Chère Solange,

Je me permets de réagir un peu longuement (mais chacun conviendra que je suis un petit joueur à côté de Muse...) à ton commentaire que je trouve à la fois inutile et déplaisant.

D'abord, on peut retenir que les quatre participants à cette émission disent globalement beaucoup de bien de "Babel", à commencer par Valérie Lehoux elle-même. Peut-on leur reprocher d'avoir pris une à deux minutes sur un petit quart d'heure pour rappeler qu'il arrive en effet parfois à Murat de tenir des propos détestables (misogynes, etc.) et pour se demander qui est le véritable JLM (question que bon nombre de fidèles se posent encore après des années) ? Je ne le crois pas. Et en l'occurrence, VL n'est pas trop mal placée pour mentionner que Murat est capable de se montrer très blessant dans ses interventions publiques.

Tu écris, chère Solange, que Murat n'aimerait pas chez VL "la vulgarité de cette donzelle qui blablate sur l’œuvre des autres sans avoir jamais ressenti ce qu'est au fond de soi le baiser" [sic]. Je ne sais pas si j'aimerais suffisamment "la chose féminine" à tes yeux, mais je suis sûr que je n'aime pas du tout ce passage de ton commentaire. Permets-moi donc trois remarques :

- VL n'est pas une "donzelle qui blablate sur l’œuvre des autres", mais une critique spécialisée dans la chanson, rémunérée pour parler des disques qui sortent chaque semaine.

- je n'ai aucune information me permettant de savoir si VL a ou non "ressenti ce qu'est au fond de soi le baiser", je ne pense pas que tu en aies plus que moi et JLM non plus.

- concernant les propos tenus par JLM sur VL en 2012, on peut rappeler qu'ils avaient les caractéristiques suivantes :
# ils étaient mensongers, VL n'ayant jamais prononcé d'avis particulièrement négatifs sur JLM au fil des ans (lui décernant régulièrement FFF) et "Télérama" étant un soutien historique de l'artiste (notamment avec Paquotte et Casavetti).
# ils étaient lâches et indignes, puisque leur auteur s'en prenait à une journaliste en l'attaquant sur des caractéristiques n'ayant rien à voir avec sa profession.
# ils étaient idiots et dangereux, en laissant entendre implicitement que les diverses sexualités seraient tellement hermétiques les unes aux autres que leur pluralité empêcherait toute compréhension mutuelle.
# ils étaient injurieux, puisque JLM, après avoir exprimé son mépris pour la personne de VL, élargissait son propos au point d'insulter une part non négligeable des habitantEs de cette planète.

Le moins qu'on puisse dire est que Valérie Lehoux a réagi par la suite à cette agression (verbale) avec une magnanimité et une classe dont notre époque offre peu d'exemples. Dans l''entretien qu'Yseult nous signale ci-dessous et que Pierrot a mis en ligne depuis, elle pose d'excellentes questions et ose aborder les sujets qui fâchent - et ce sujet-là en particulier. Non seulement elle donne une fois de plus une leçon d'élégance à beaucoup (y compris à quelques muratiens qui, à l'époque, ont cherché à soutenir JLM avec des arguments douteux), mais elle nous rappelle aussi un "détail" précieux : JLM n'est jamais aussi bon en entretien que lorsqu'il peut se confronter à un questionnement intéressant et à du répondant.

Tu parles, Solange, de "vulgarité", je ne vois là que du "professionnalisme" ; tu écris "donzelle", je répondrais "Madame". Avec une majuscule.

Bien à toi.