VOS IMPRESSIONS sur BABEL?

Publié le 17 Octobre 2014

VOS IMPRESSIONS sur BABEL?

Comme promis, DAZIBAO Géant: merci de partager vos impressions sur BABEL dans l'espace commentaires! Et peut-être que je prendrais le temps de faire ma chronique (la dernière d'un album de Murat date du Cours ordinaire des choses... oui, il m'intéresse moyennement en fait, ce gars... Bon, c'est plutôt qu'à la sortie des albums, je suis pris dans le tourbillon de la promo officielle, et je ne vois plus ensuite l'intérêt de partager mes impressions... enfin soit, on verra).

Expression libre, lâchez-vous!

(et hop, un petit article vite fait... sans effort...enfin, avec encore moins d'effort que d'habitude )

Et pour vous donner des idées, voici la chronique qu'a écrite Rhiannon, notre commentatrice alpine préférée:

http://rhiannonbrequeville.over-blog.com/2014/10/au-pays-de-st-babel-le-pays-de-jean-louis-murat.html

Rédigé par Pierrot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

cécile 22/10/2014 20:04

seulement une première écoute pour l'instant (sauf j'ai fréquenté la beauté et qlqs autres entendus ailleurs bien sûr) - j'ai attendu un moment propice et calme pour cela - et déjà une impression de velours. la distance amusée sur lui même (?) dans la chèvre alpestre me plaît tout particulièrement, quand les ronces en live dans le ring m'emportent et me touchent grandement. Bravo, Merci et bonnes écoutes à tous!

TPE 23/10/2014 19:21

Alors que cette interview est globalement assez joyeuse, le "journaliste" quand même trouvé moyen d'extraire une citation négative pour figurer en tête de gondole... C'est minable. D'autant que le propos de Murat sur la chanson réaliste est trop flou: il aurait dû étayer se théorie par de vrais exemples. Là, ça ne veut rien dire, le journaleux aurait dû lui faire préciser sa pensée - ou le renvoyer dans les cordes, pour argumentation un peu trop "light". C'est vraiment nul d'en remettre une couche sur un domaine artistique que, visiblement, il ne maîtrise pas (la chanson réaliste se résumerait grosso modo aux films de Carné? On croit rêver !).

A part ça, Murat ne raconte finalement plus grand-chose. Depuis quelques années, sa production se divise en deux pôles: les albums enregistrés en solo, et ceux en groupe. Ceux en solo sont systématiquement présentés comme des "retours à l'essentiel, à la quintessence", et ceux en groupe toujours présentés comme des "albums du renouveau, de l'ouverture, du retour au rock", gna gna.
Mick Jagger disait jadis qu'il faut, à chaque album, "une histoire à raconter à la presse". Murat, depuis quelques temps, n'a plus grand-chose à raconter (hormis "j'ai voulu rompre avec le solo et retrouver un groupe", ou l'inverse). Il stagne. Il suffit de comparer cette interview avec le moindre entrefilet de la période Mme Deshoulières/Lilith, pour voir la déperdition d'intérêt.

Qu'il trouve une idée, quelque chose ! Un virage, une contrainte artistique qui lui botterai un peu les fesses ! N'importe quoi, hormis "le retour à une musique de groupe", qu'il nous a déjà fait 50 fois, et qui commence à faire un peu chier...

Cet album, je n'ai pas du tout envie de l'écouter. C'est la première fois que ça me fait ça. La proposition artistique de Murat est devenue trop basique, j'en connais trop les ficelles, ça ne me fait plus bander.

J'attends qu'il se renouvelle vraiment, pour y revenir.

Ces temps-ci, j'ai beaucoup écouté Allain Leprest & Jacques Bertin (monstres de talent capables de mêler le réalisme le plus cru à la poésie la plus profonde, n'en déplaise à Mu-Mu) : à côté de ces univers d'une richesse invraisemblable, le pré-carré chanson-bluesy de JLM commence à me paraître sérieusement étriqué..

Marion 20/10/2014 22:30

Un weekend avec Murat, une découverte en douceur, en contrastes. J'aime écouter les deux disques sans savoir lequel m'emporte le plus loin. J'ai un grand faible pour Long John pour l'instant. Je sens que ça évolue, chacun vendrait, les ronces, les frelons d'Asie, le jour se lève, ceux-là charment par leur chant. Sur Long John, je vois une danse dans le ciel, une ronde, dans laquelle on passerait de bras en bras. Un travail sur le temps et les vies qui se touchent. Ce double disque je le reçois comme un voyage en intimité, et tout reste en même temps secret, esquissé mais pas dévoilé. Une pudeur partagée. J'aimais beaucoup Toboggan, plus dense pour moi, là, avec Babel, je m'envole. J'espère qu'il y aura d'autres dates en Suisse.

Martial Decoster 19/10/2014 20:48

Le meilleur album de Murat depuis Lilith ! ;-)

Yann 19/10/2014 10:37

En ce qui concerne l'album lui-même, c'est le premier Murat que j'achète depuis Le Cours Ordinaire et le premier que j'aime vraiment depuis Tristan. Je pense que c'est son meilleur depuis Lilith, avec de très bonnes chansons et de beaux arrangements. Après, il y a deux ou trois morceaux qui me plaisent moins et globalement je trouve le disque produit un peu trop façon 'variété', voix en avant et instruments un peu trop dans le fond. J'ai un grief personnel contre Morgane Imbeaud, j'ai toujours trouvé Cocoon complètement nul, donc je trouve que ses vocaux n'apportent absolument rien (sans parler que dès qu'elle se met à chanter, c'est mixé au-dessus de JLM ce qui a tendance à m'énerver). Sinon, c'est quand même le disque le plus 'ouvert' de Murat depuis A Bird on a Poire. C'est cool d'entendre des arrangements un peu chiadés et un plaisir collectif. Les textes naviguent toujours autour de la même chose (la fierté des paysans, la détestattion de l'époque et l'amour courtois) mais j'imagine que c'est trop tard pour le changer. Par rapport à Lilith ou le Moudjik, je regrette le manque de cet humour un peu absurde qu'il avait, mais bon ... En termes de morceaux, Chamablanc, Crest et les Frelons se détachent pour moi. Ce sont parmi ses meilleures chansons depuis un bail et c'est déjà ça.

Fred 19/10/2014 10:36

Que lis-je ? Pas de critiques des deux derniers albums ? Trop d'albums ? Trop de tournées ? Trop d'actualités ? Pierrot, il faut songer à une reconversion avec un blog sur Laurent Voulzy... ;-)

laurence 18/10/2014 16:48

Pour moi aussi, un tres tres grand album. Pas seulement un album muratien du reste, car ce serait une injustice de ne pas voir la valeur ajoutee du delano orchestra. Leurs arrangements, le son de la trompette, la redecouverte du violoncelle apportent, je trouve, une emphase, une puissance, une solennite aux textes de jlm. Tout devient plus grave, plus profond.
Une fois passe ce preambule essentiel sur le delano orchestra, je ne peux m empecher de trouver a cet album une coherence qui s amplifie a chaque ecoute. Le livre 1 est axe sur de belles melodies, plus ou moins abordables d ailleurs a la 1ere ecoute, quelque chose de tres mustango dans leur composition. Le livre 2 est tres intime, tout en pudeur et desespoir. Je me denande meme si murat s etait deja autant livre a ce point.
Il n y apas pour moi dans cet album de petites ou de grandes chansons. Bien sur il y a nos sensibilites qui font que l on est plus ou moins touche par l une ou l autre. Mais chaque chanson est empreinte d une espece de grace. L exemple parfait c est Camping a la ferme. C est naif et ca te prend aux tripes.
Ce que je retiens de jlm depuis quelques annees c est que ses centres d interet ont evolue. Il chantait le desir, l amour ephemere et le desamour de facon admirable, sensuelle et terrienne. Il est aujourd hui preoccupe par le temps qui passe, l epoque pourrie dans laquelle il evolue et ce monde adore de son enfance qu il voit etre detruit sous ses yeux impuissants. Et finalement , pour continuer a vivre, il lui reste ses piliers que sont l amour pour la personne qui partage sa vie, la simplicite de la nature, le monde sensoriel qu elle offre a chaque ballade, et les rires des enfants.
C est un album troublant, emouvant, et bien que jlm pense que composer et chanter ne soit pas un metier admirable,ce qui l est en revanche c est cette capavite qu il a a nous faire du bien

Florence Loheac 19/10/2014 18:48

D'accord avec vous Laurence. J'aurais pas dit mieux.

Yseult 18/10/2014 14:56

Comme beaucoup j'ai reçu Babel samedi dernier …
J'apprécie beaucoup l'album depuis, des coups de coeur (Le jour se lève sur Chamablanc, Noyade, les frelons, Mujade - alors que j'en avait eu une impression plus nuancée sur les concerts - le Crest, … bon, en fait y'en a pas mal !) et un grand plaisir à retrouver les morceaux dont nous avions eu la primeur à Clermont. Je trouve aussi des petites réminiscences d'anciens albums et ce n'est pas pour me déplaire : je pense à Tristan en écoutant Noyade au Chambon, à A bird on a Poire sur Vallée de merveilles, quand au camping à la ferme, de vrais futurs Rancheros ces petits choeurs ... Pour ma part j'apprécie beaucoup la trompette qui se fait parfois souffle dans le fond ou plus puissante, avec une sans sourdine, un peu jazzy, ou tendance mariachi, bref j'adhère (et je l'avais dit en direct à Julien, je persiste et signe donc). Le violoncelle c'est la grande classe aussi.
J'ai découvert une grande part de Babel en live (2 fois) et si pour moi c'était une première de le vivre dans cet ordre, c'est quelque chose que j'ai vraiment apprécié : bonheur de découvrir, manque, retrouvailles, manque de nouveau puis reconquête pour abandon total un vrai travail de séduction auquel je succombe volontiers !
Au final Babel m'accompagne depuis une semaine désormais, et au fil des écoutes j'ai confirmé que je l'aime beaucoup …
Par contre le concert que j'avais prévu le mois prochain est assis et placé du coup … ppppfff j'm'ennuie et je trépigne tellement dans ces conditions que je vais peut être renoncer à payer un fort prix et à m'imposer 600 bornes et l'organisation qui en découle (= convaincre l'un de m'accompagner et caser les autres pour 2 jours) …

Muse 18/10/2014 00:35

Un bon cru muratien mais plus inégal et moins qualité que Lilith.
Trois très grands morceaux pour moi dans l'album (avec un JLM virtuose, profond, renouvelé, baroque): Les Ronces (un sommet de virtuosité,plus encore en live qu'à l'enregistrement studio), Long John (une écharpe de poésie et de mélancolie liquide et aérienne), Noyade au Chambon (LA chanson de troubadour mêlée au conte populaire ancien auvergnat de la jeune femme qui se suicide pour échapper au viol).
Ensuite quelques très bons morceaux qui sonnent, ont de la saveur et qui emmènent en balade: Col de Diane (1311m), Chacun vendrait, Mujade Ribe, J'ai fréquenté la beauté, Dans la direction du Crest, Neige et Pluie au Sancy).
Le reste est moins intéressant, car soit relevant du classique muratien (Blues du cygne, Tout m'attire, qu'est-ce qu'au fond du coeur), soit bancal (Frelons d'Asie, Chagrin violette), soit carrément sans objet, brouillon, confus (chant soviet, la chèvre alpestre, vallée des merveilles, camping à la ferme, passions tristes, le jour se lève sur Chamablanc). Les derniers titres cités me donnent l'impression d'un remplissage bâclé pour justifier le double album. Heureusement, les chansons les moins bonnes ne sont pas toutes à la file, mais entrecoupées de bonnes à très bonnes chansons.

Autre gros bémol: l'omniprésence de la trompette qui porte atteinte à différents textes et musiques qui s'en seraient mieux portés sans ce systématisme qui peut devenir très lourd sur certains titres.

Le meilleur des Delano? La voix de Morgane Imbeaud qui sublime vraiment certaines chansons, les rend encore plus poétiques. Mention spéciale aussi au violoncelle, à la flûte et au banjo qui savent mettre en valeur les chansons de JLM sans les écraser.

Muse 20/10/2014 08:44

C'est votre droit le plus absolu, Florence, de ne pas partager mon appréciation. Et tant mieux d'ailleurs.
Maintenant, c'est mon impression-évaluation de l'album et des chansons (tant au plan mélodique que textuel). Même si je peux tout à fait concevoir qu'elle vous dérange.

Florence Loheac 19/10/2014 18:47

Alors les mentions chansons "bonnes" "moins bonnes" "bâclées" ça me gêne . Merci de parler de votre impression sans émettre de jugement. D'autant que je ne le partage absolument pas.

Yann 19/10/2014 10:26

Pas vraiment d'accord avec Gérald sur la qualité du vinyle. Oui, il faut le manipuler avec précaution mais la qualité des 180 grammes est irréprochable et le son plutôt clair et bon. J'ai le triple album des Decemberists et il y a des saturations vraiment laides dans le son. Pour moi qui n'écoute plus ma musique qu'en vinyle (et en mp3 pour les transports, bien sûr), celui-ci est plutôt dans le haut du panier. Par contre, je suis d'accord que ne pas glisser un coupon de téléchargement en 2014, c'est vraiment, vraiment idiot.

pierrot 18/10/2014 10:25

Astrid: "Pour moi rien à jeter dans Babel ! Il y a les certaines chansons qui m'emportent moins que d'autres mais l'ensemble est vraiment très bon !!"

pierrot 18/10/2014 10:25

merci Muse! Gdo (du site à découvrir absolument) a laissé ce com sur FB:
album fantastique, mais la version Vinyle est de mauvaise qualité (à manipuler avec de grosses précautions) et pourquoi ne pas inclure un code de téléchargement pour les écoutes nomades ? sinon chef d'oeuvre

vianney 17/10/2014 22:34

un très grand murat. je vais peut être passer mes prochaines vacances en camping dans une ferme pour m'en remettre , pour regarder les cygnes ( en espérant qu'ils ne me donnent pas le blues...), les chèvres, les ronces et autres merveilles surplombant la vallée. Quand le jour se lève, j'irai faire un tour au Sancy par temps de pluie ou de neige puis je prendrai la direction de chamablanc ou du crest. Je rencontrerai Monsieur Alpestre, la fameux soviet qui vend des grives. Tout m'attire à la campane, même des frelons d'asie qui se noyent au Chambon. Je trouve cela en même temps merveilleux et triste à la fois (publié sur fb, page Pierrot Surjeanlouismurat)