Clichés 21: Berlinois

Publié le 12 Novembre 2014

En attendant de se remettre à la promo de BABEL (il a été annoncé un live spécial dans A'live la semaine prochaine, sur Inter- et oui, il y aura bien du Pascale Clark cette année)...

voici quelques souvenirs d'un séjour berlinois en octobre dernier.... puisque Berlin était à l'honneur ce week-end (n'ayant pas été sur une comète encore).

Je vous avais déjà soumis quelques photos d'outre-RHIN: ici.

Et puisque j'avais un peu de temps, c'est le retour des petites citations signées Bergheaud (grâce à murattextes, merci).

C'est une construction privée. Qu'on réserve aux dieux interdits.    (Berlin 3 époques).

C'est une construction privée. Qu'on réserve aux dieux interdits. (Berlin 3 époques).

Ouvrir  mes tubes de couleur.

Ouvrir mes tubes de couleur.

Tout nous pousse à pleurer. A endosser la peau. D'un poisson, d'un oiseau

Tout nous pousse à pleurer. A endosser la peau. D'un poisson, d'un oiseau

Nuages gris dans le ciel. Quels signes surnaturels ce monde nous fait.

Nuages gris dans le ciel. Quels signes surnaturels ce monde nous fait.

Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine ?

Ange plein de bonté, connaissez-vous la haine ?

Ils veulent nous construire un genre d'usine. Un truc affreux en fer.   (VERS L'EST)

Ils veulent nous construire un genre d'usine. Un truc affreux en fer. (VERS L'EST)

Sonnez Zibeline, princesse de Chine est arrivée              (Carrefour bloqué:Le président chinois passe)

Sonnez Zibeline, princesse de Chine est arrivée (Carrefour bloqué:Le président chinois passe)

j'arrache les pierres aux murs épais            (Sur le tracé du Mur)

j'arrache les pierres aux murs épais (Sur le tracé du Mur)

Clichés 21:  Berlinois
Clichés 21:  Berlinois
oh tout est amour mais tout est faux que la vipère que le corbeau disent pique-pendre sur ton dos

oh tout est amour mais tout est faux que la vipère que le corbeau disent pique-pendre sur ton dos

Il s'est penché à la fenêtre, puis il a appelé un ami

Il s'est penché à la fenêtre, puis il a appelé un ami

Jusque sous nos fenêtres. Dieu veuillez m'excuser. La lumière est mourante

Jusque sous nos fenêtres. Dieu veuillez m'excuser. La lumière est mourante

Roule roule le train soviétique. Dans une nuit lilas

Roule roule le train soviétique. Dans une nuit lilas

Quand la lune vient. M'interroger.

Quand la lune vient. M'interroger.

Tout bouffi de mémoire. On ne retient pas la leçon. Perdu dans la mémoire.   (MEMORIAL)

Tout bouffi de mémoire. On ne retient pas la leçon. Perdu dans la mémoire. (MEMORIAL)

Sans repos au fond du jardin.

Sans repos au fond du jardin.

Puis un attelage, un traîneau. Passera savez-vous toujours.

Puis un attelage, un traîneau. Passera savez-vous toujours.

Hymnes à jet continu

Hymnes à jet continu

Au miroir où rêve l'enfant

Au miroir où rêve l'enfant

Aux bords lointains où tristement j'errais.... J'avais dans l'Inde exilé mes regrets.   (MANTRA)

Aux bords lointains où tristement j'errais.... J'avais dans l'Inde exilé mes regrets. (MANTRA)

Aufwiedersehen amour les lauriers sont coupés           (Au bois, en lit à moteur)

Aufwiedersehen amour les lauriers sont coupés (Au bois, en lit à moteur)

J'entre nu dans la cathédrale Du vide surpeuplé des temps

J'entre nu dans la cathédrale Du vide surpeuplé des temps

Un pavé humide guide mes pas

Un pavé humide guide mes pas

(Le Reichstag, et l'arbre en feu)

(Le Reichstag, et l'arbre en feu)

(et pour finir, loin de Berlin, sur le bord du RHIN.. )      Toujours dans la même. La même direction

(et pour finir, loin de Berlin, sur le bord du RHIN.. ) Toujours dans la même. La même direction

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Commenter cet article

JLL 14/11/2014 16:46

J'adore les "petits morceaux de textes" sous les très belles photos de vos escapades,une sorte de
zapping Muratien...
Merci Pierrot.
JLL

pierrot 14/11/2014 17:00

merci beaucoup Jll, à la prochaine!

Matthieu 14/11/2014 13:55

Ah, enfin... Depuis le temps que je déplorais l'absence d'immeubles sur les photos de tes promenades... Merci Pierrot.