Interview suisse et une averse de liens!

Publié le 5 Mars 2015

montage (ça se voit un peu?) de JOSI

 

 

Jean-Louis Murat est en concert vendredi au pays de Murat Yakin, de Fred Jimenez et de Stéphane Reynaud (enfin presque).  Le Nouvelliste lui a passé un coup de fil... et lui dit par exemple qu'il n'écrit pour personne... hum. Enfin, soit : mangez des pommes!

 

http://www.lenouvelliste.ch/fr/societe/loisirs-et-culture/je-me-nourris-du-paradoxe-475-1424645 (abonnement nécessaire... mais gratuit)

 

"               "Je me nourris du paradoxe"

Le chanteur auvergnat sera ce vendredi soir au Théâtre du Crochetan à Monthey. L'occasion d'une discussion sans faux-semblants.

Jean-François Albelda

Eternel "outsider" de la chanson, auteur aussi délicat que ses colères sont homériques, Jean-Louis Murat a quelque chose d'indomptable, d'insaisissable. Sous le masque sardonique qu'il arbore souvent devant les caméras se cachent une pudeur infinie et une humilité à ce point farouche qu'on a pu parfois la prendre pour de l'arrogance. "Babel", dernier album en date dans sa discographie pléthorique le prouve encore avec force, l'auteur, compositeur et interprète auvergnat est tout simplement l'une des plumes les plus élégantes de son époque.

Vous avez pris le parti de centrer toutes les chansons de "Babel" sur la région du Puy-de-Dôme. Pourquoi cette approche?

J'ai bien aimé cette idée de travailler sur un périmètre restreint, sur une partie de l'Auvergne qui ferait la matière de chaque chanson. C'est un petit pari, un amusement. Il n'y avait pas forcément de grand concept derrière cette idée. Et comme j'ai travaillé en studio avec le groupe The Delano Orchestra qui vient aussi d'Auvergne, c'était rigolo de situer les chansons dans la région... J'aime bien aussi cette idée de géolocalisation dans cette ère de globalisation.

Vous êtes un auteur prolifique. Au fil des disques, avez-vous pu identifier d'où vient votre besoin d'écrire?

C'est toujours un peu mystérieux, je ne sais pas. Il vient peut-être du fait que je m'ennuie assez facilement. J'ai du mal à passer plusieurs jours chez moi sans écrire de chansons. J'ai du mal à comprendre, et d'ailleurs, ça ne m'intéresse pas tellement... J'écris des chansons comme le pommier donne des pommes. Je ne force pas ma nature.

Pour décrire votre univers musical, on a parfois parlé d'"euramericana", de l'americana avec une perspective européenne. Ç a vous convient comme définition?

C'est assez juste, oui. Je suis comme beaucoup d'autres, sous l'influence de la musique anglo-saxonne, plutôt américaine, c'est vrai. Au début, on imite les Anglais et ensuite on se rend compte que les Anglais eux-mêmes imitent les Américains. On finit par se pencher sur ce territoire. J'ai grandi dans une époque où le son et la construction des chansons sont le fruit de la culture dominante du moment. Ça doit transparaître dans ma musique. C'est vrai que mes musiciens préférés sont américains. C'est déjà une musique du melting-pot, totalement métissée, ce qu'on appelle americana. Je fais ma petite tambouille avec des éléments déjà extrêmement mélangés, en fait.

Il y a une quête d'élégance dans votre musique, non?

Je ne sais pas... J'espère que, comme dans le dessin, les traits deviennent de plus en plus précis et gracieux au fil du temps. Ça ne servirait absolument à rien d'enregistrer autant de disques et de chansons, si on ne cherchait pas une forme de grâce.

Comment vous sentez-vous dans un milieu de la musique tel qu'il est aujourd'hui?

Étonnamment, même si tout se casse la gueule, la situation est très confortable pour moi qui passe mon temps dans la marge. Le succès relatif que je peux avoir me va tout à fait. Tant que je peux continuer à faire des disques, je ne cherche pas la lune. J'ai plutôt une vision artisanale des choses. Je ne cherche pas le succès ou à faire un hold-up avec un disque ou une chanson.

Vous n'écrivez pas pour les autres car, pour vous, l'écriture est forcément intime. Pourtant, vous dites craindre de vous dévoiler dans vos textes. N'est-ce pas contradictoire?

Je sais que j'ai, depuis l'enfance, des comportements ou des propos qu'on juge contradictoires. Je ne conçois pas cette idée de contradiction. J'aime beaucoup avancer comme ça, en allant de paradoxe en paradoxe, de contradiction en contradiction. Ça alimente bien mon petit moteur. Beaucoup de gens ont du mal à comprendre ça. Moi, la contradiction me paraît naturelle. J'ai autant d'huile que d'eau dans la tête, ça ne se mélange pas, mais parfois, ça converge et ça forme une force positive. J'ai toujours fonctionné comme ça. Les gens autour de moi sont toujours un peu médusés... J'adore prêcher une chose et faire le contraire.

Si vous deviez garder une chanson sur votre répertoire, est-ce que l'une d'elles s'imposerait?

Non, en fait, je vis dans la logique de la prochaine chanson. Je m'envisage comme une personne en devenir. Je trouve que toutes les chansons que j'ai pu faire sont un peu foirées. C'est pour ça que j'en écris tout le temps, jusqu'à ce que j'en réussisse une..."

 

 

 

Des LIENS EN PLUS comme s'il en pleuvait  PARCE QU'UN PETIT PHONER NE NOURRIT PAS SON HOMME.

 

- Laetitia Masson dresse un petit portrait hommage de Joaquin Phoenix pour Arte, à l'occasion de la sortie de "INHERENT VICE" (de PT ANDERSON) dans les salles. Outre la très courte apparition de son amie ELODIE (B.), Laetitia convoque également Jean-Louis Murat via un "extraordinaire voodoo" pour accentuer son discours sur la "magie" de l'acteur Joaquin Phoenix. Jolie séquence.

- A l'occasion du concert de RIVE DE GIER, la rédaction de St-Etienne du Petit Bulletin a repris sans le prévenir l'article de Pascal DUCHENE (journal gratuit sur Rhône-alpes) qu'il avait écrit pour URIAGE. Il a l'habitude de nous livrer des jolis articles sur MURAT.... mais celui-ci contenait une petite erreur MONT D'OR au lieu de MONT-DORE. Je vous le repartage car il est joliment écrit.

http://www.petit-bulletin.fr/saint-etienne/musique-soirees-article-50503-La+Route+de+Babel.html

- Des nouvelles des DELANO... Le 11 mars, leur concert à la COOPERATIVE de MAI, est annoncé sous une nouvelle formule qui lavera encore plus blanc (les oreilles) : "ALEXANDRE DELANO et THE DELANO ORCHESTRA", avec le titre "EAU"... eau qui est un mot français si je ne m'abuse (je l'emploie très peu)...

Alexandre avait il y a quelques temps décidé de prendre un nouveau départ pour le label KÜTÜ... Également dans son travail artistique sans doute! Il devra sans doute répondre régulièrement à la question suivante: "est-ce que votre collaboration avec Murat vous a influencé pour ce nouvel album?"

Journal de bord d’une vie aquatique et amoureuse, virées méditerranéennes, ballades à vélo, voyages en train, comptines et jeux d’enfant… Le vent d’une insolente liberté souffle sur les chansons d’Alexandre Delano. Le tout délicatement arrangé par les musiciens du Delano Orchestra, au complet sur scène.

Alexandre ROCHON avait déjà signé un album sous le nom de Delano... mais "Derek Delano". Open Wide Your Eyes You Will See A Bird en 2006 (merci M pour la correction).

Interview suisse et une averse de liens!


RAPPEL:  MESDEMOISELLES, MESSIEURS, Les vacanciers, les étourdies, les dilettantes, et toi, oui toi, au fond près du radiateur :

- Vous avez peut-être râté trois articles qui valaient le détour (pour une fois!) :    Le premier (lien) sur un texte de Jean-Louis BERGHEAUD critique musical en 1976...  l'autre (lien) sur un duo resté inédit avec Marie Myriam que je vous fais découvrir, et enfin, les vidéos (lien)  de la soirée LIVRE UNPLUGGED.

On ne peut pas se permettre de prendre trop de retard! Soyez consciencieux dans vos études muratiennes, svp! Je préconise au moins  3 séances par semaine pour réussir son certif. Et pensez à la participation en classe, ça rapporte des points (ça se passe dans la zone commentaires!). On en reparle à la prochaine réunion avec vos parents. Muse, Rhiannon, Florence, vous avez droit à une image.  Les autres, prenez exemple. Et si quelqu'un a des nouvelles de Matthieu, qu'il prévienne ses parents, ils sont inquiets.

 

 

Sur ce, bon week end!

Sur ce, bon week end!

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Rhiannon 06/03/2015 14:04

Je pense que c'est la signature de Laetitia Masson .....cette façon de signer un portrait sur un ton monocorde....très beau portrait d'ailleurs....bon pour l'image Pierre....je peux choisir ? ;)

Rhiannon 06/03/2015 16:12

J'en aurais préféré une autre mais bon....je m'en contenterais....:)

pierrot 06/03/2015 14:35

l'image a été donnée en fin d'article!

Muse 06/03/2015 12:31

Laëtitia Masson s'écoute parler...et à entendre la vidéo déclenchée automatiquement sur la page, son discours en devient agressif.

Yseult 05/03/2015 21:57

Le week-end sera bon, Pierrot, comme tu nous le souhaites ...
Un de plus sur la route pour nous rendre à Rive-de Gier ...
On aurait volontiers prolongé par un détour vers la Coopé le 11, mais c'est parfaitement impossible ...