Across the fm band: Christopher Cross aux Estivales en Savoie.

Publié le 24 Juillet 2016

archive

archive

Avant de revenir à du Murat, je vous parle de mon 3e concert de la semaine.... et finalement dernier (je renonce à John Mac Laughlin mercredi... peu inspiré par le jazz fusion, et à du Earth Wind and Fire ce vendredi, pour cause de pluie et d'orage).

J'ai de toute évidence cherché à prolonger ce bon moment en rédigeant l'article et en cherchant à en savoir plus sur le net.

 

Il s'agissait de Christopher Cross dans le cadre des Estivales en Savoie à Chambéry mardi 19 juillet. J'ai hésité un moment avec Dick Annegarn en Chartreuse... mais j'avais envie d'aller écouter "ride like the wind", un titre que j'ai toujours beaucoup aimé, un tube de mon enfance, comme Hotel california. C'est à peu près la seule chose que je connaissais du chanteur... qui traine une image pas glorieuse en France et aux Etats-Unis. Rolling stone le classe dans sa "short history of the Grammys' most bizarre honor". Même Jon Bon Jovi (ah, c'est l’hôpital qui se moque de la charité!) a dit:

Souffrez-vous de ne pas être reconnu par la critique ?

" Plus maintenant, j’ai dépassé ce stade. J’ai un Grammy, un Golden Globe, une nomination aux Oscars. On ne vend pas un seul billet avec ces symboles de la reconnaissance. Vous vous souvenez de Christopher Cross ? Il a raflé tous les Grammys en 1980. Le temps de prendre la photo et le type avait disparu pour toujours". (moi, je me rappelle que Springsteen avait invité Bon Jovi à chanter un titre avec lui un soir à Lyon... et à peu près personne ne l'a reconnu.)

On trouve vraiment peu d'interview sur le net en français de Cross, mais j'ai trouvé ceci:

Le pire souvenir de musicien a été quand je parlais à un journaliste pour un magazine de variété à Los Angeles qui m’a dit que la presse pensait que les deux pires récompenses des Grammy étaient Milly Vanilly et… moi ![...] Je respecte beaucoup la presse et en particulier la presse écrite comme je te l’ai dit ! Et le fait que cette affirmation vienne d’un journaliste de presse écrite m’a beaucoup touché ! J’ai écrit et chanté toutes ces chansons et même si je n’ai pas gagné face à un album comme "Sergent Pepper’s", j’ai quand même gagné une récompense cette année-là en face des plus gros albums jamais enregistrés par des artistes comme Pink Floyd ou Sinatra… Mais c’est surtout que je pense que c’est injuste parce que au-delà du succès que j’ai pu avoir par la suite, j’ai quand même ces chansons, ce n’est pas le cas de Milly Vanilly !
C’est vraiment le moment le plus sombre parce que je disais : "Mince, les gens de la presse pensent ça !". C’était déprimant !
" interview complète (à noter: Murat apprécie certains groupes qui peuvent parfois faire l'objet de la détestation snob: JethroTull, Eagles, ZZ top ou Family).

 

L'homme Cross donne ainsi une image assez sympathique, simple, notamment en allant jouer avec des français dans une tournée en bus ("autour de la guitare" avec Félix Lalanne en 2015)... alors qu'il devrait pouvoir rester sur le bord de sa piscine (même s'il a connu un divorce après plus de 15 ans de mariage... et qu'il a perdu la moitié de son argent). A lire aussi du côté de RTL, "la saga Christopher Cross".

Bon, on ne parlera pas des oeuvres complètes de Cross, une variété américaine souvent si mal exportable, mais je voulais signaler que ses goûts et ses influences correspondent à une partie de ce que Murat a écouté, Joni Mitchell en tête (on peut parler de passion).

J'ai commencé à jouer de la batterie à l'âge de dix ans. Au départ, j'aimais beaucoup le jazz, des gens comme Dave Brubeck, Miles Davies, Art Tatum et Oscar Peterson. Et puis vers quinze ans, je me suis mis à la guitare. Mes premières influences ont été Buddy Holly, les Everly Brothers et puis bien sûr, les groupes anglais, John Lennon et Paul McCartney. J'ai aussi été influencé par Brian Wilson pour l'écriture et par Carl Wilson pour le chant. Mais je crois que ma plus grande influence, c'est Joni Mitchell. J'ai toujours suivi sa carrière. J'aime aussi Randy Newman, Leonard Cohen, Bob Dylan, Tom Waits, tous les grands auteurs compositeurs, ceux dont tout le monde s'inspire."

D'ailleurs, il a chanté à Chambéry une nouvelle chanson inspirée de la vie de Joni (un titre extrait d'un projet plus large d'après ce que j'ai compris - un américain que j'arrive à comprendre - bon... à 60%- quand il parle, c'est énorme). Un autre rapprochement: il a commencé sa carrière à 30 ans... Il a mis des années à convaincre Warner de le signer, alors qu'il jouait dans les bars 6 soirs par semaine durant des années.

 

Mais revenons en arrière: mardi soir, bonne chaleur, idée d'écouter "ride like the wind"...j'en étais là... Les estivales en Savoie sont organisés par le Département dans l'enceinte du château des Ducs... qui regroupe aujourd'hui, la Préfecture et le Conseil départemental. Autant vous dire que ce n'est pas la fête à Neuneu, même si c'est gratuit.... Pas de buvette et gros filtrage à l'année. Les places assises (un tout petit millier) sont toutes occupées 45 minutes avant le concert, mais les gens restent debout sur les côtés ou vont s'assoir sur une petite bande de pelouse sur le côté). La jauge montera à 2 000 si j'en crois le Dauphiné Lib.

Étant arrivé dans les premiers, je prends une chaise au premier rang, juste devant le micro. Pour pouvoir venir avec un appareil photo, j'ai tenté de me faire accréditer ... mais seule la presse professionnelle peut l'être (aucune retombée internet du coup sur cette soirée!).

En fond de scène, la sainte chapelle (gothique flamboyant, qui va flamboyer de lumière durant le set).

Cross n'a pas fait le voyage avec ses musiciens américains, mais seulement avec ses deux choristes from Nashville: Marcia Ramirez (dont le sourire fait plaisir à voir, site officiel) et Kim Parent. Elles ne me convainquent pas tout à fait bien que Cross les emploient beaucoup (notamment pour chanter certaines de ses parties). Le clavier-saxophoniste est un habitué des tournées européennes: Andy Suzuki, et je prends un kiff sévère sur ses solos. Au premier rang, j'ai même un moment qu'il me regarde et joue pour moi.  Il a jouée avec Coréa, Brubeck, Al Jarreau ou Marcus Miller.

Le reste de la bande est française... Le clavier me dit quelque chose (le batteur aussi)... Je lui demande son nom que je n'ai pas compris, à son retour sur scène après le concert : Vincent Bidal. En fait, c'était le clavier de la nouvelle star mais il fait également du jazz (groupe Sayé) et a accompagné Ayo par exemple. Le batteur s'appelle lui Francis ARNAUD, et accompagne Aznavour, Aufray et des jazzmen réputés: Eddy Louisss, Jimmy Drouillard ou encore Dany Brillant et Papillon Paravel. La basse est tenue par Kevin REVEREND. Chaque musicien a sa tablette et c'est beaucoup plus pratique que les feuilles scotchées (si vous voyez ce que je veux dire)... On voit Christopher Cross jeter quelques coups d'oeil au texte sur quelques chansons.

C'est sûr qu'il ne paye de pas mine, avec son poids d'américain moyen, sa casquette cachant une calvitie et sa tête de sosie de Sergent Garcia.... mais quand il pose ses gros doigts sur la guitare qui parait du coup toute petite, c'est impressionnant. Seul guitariste sur scène, il n'en fait pas des tonnes, mais livrent quelques solos bien maitrisés. Very good.

"Sailing" arrive rapidement et j'en ai des frissons, d'autant qu'elle est précédée par un long morceau - très beau- de piano par Vincent Bidal (plus long à Chambéry que ci-dessous). Apparemment, c'est aussi une vraie Madeleine de Proust de mon enfance. Quelle tube.

vidéo fb sailing

 

 

Je me rends compte que je connais d'autres chansons: "arthur's theme", pour lequel il a eu un oscar.

D'autres titres joués: "rendez-vous", pour débuter... "say you'll be mine", "I Will (Take You Forever)" il me semble  (une chanson devenue un classique des mariages américains), walking in avalon, "The light is on"  (avec son piano et un beau solo de guitare, puis de sax, et encore le piano) (live 2016 ) et puis "thinks of Laura": dans une partie plus acoustique (où il doit chanter un titre seul, puis rejoint petit à petit par différents membres du groupe sur d'autres titres):

"Ma petite amie à l'époque s'appelait Page. Je lui avais dédié mon deuxième album : 'Another Page'. Sa meilleure amie s'appelait Laura Carter ; elles fréquentaient la même école. Laura est morte tragiquement. Elle était en voiture avec ses parents ; ils allaient dîner. Des hommes se battaient devant un café. L'un d'entre eux a sorti une arme et a tiré. Il a manqué sa cible et quand la voiture est passée, la balle a atteint Laura et l'a tuée. Ça a été un accident horrible, d'autant qu'elle était fille unique. Ça a été terrible pour Page, une grande perte. J'ai écrit cette chanson, assis sur mon lit, en trente minutes, à Los Angeles, un hommage à la vie et à la mémoire de Laura. Parce que je ne pouvais pas me libérer et que je me sentais loin de Page. J'ai demandé aux parents de Laura si je pouvais mettre la chanson sur l'album. Ils ont accepté en disant que ça pourrait apporter du réconfort à d'autres personnes qui ont perdu quelqu'un."

Émotion particulière ce soir-là: il explique que le 19 juillet était le jour de son anniversaire...

 

 

Quand arrive le refrain d'"all right", je me dis: "mince! mais c'est de lui aussi ça!... mais la version est un peu molle du genou (comme l'an dernier à Vienne) alors que la version studio est idéale pour rouler sur les highway cheveux au vent (enfin pour les autres). On a quand même une jolie succession de solos sur le titre: piano, batterie, sax puis de guitare). Il fait chanter une partie des titres aux choristes, et c'est dommage, même si on ressent que la voix n'est pas toujours aussi juste que sur disque... et manque un peu de punch et de variation... Je suis un peu dure: en réécoutant "thinks of Laura"... je la trouve vraiment belle...

image archive

image archive

Et puis voilà "ride like the wind"... la chanson si pratique pour servir de bande-son aux reportages télé... et là, encore, je surkiffe d'entendre en vrai cette chanson... Overdose de sucrerie. Ah, c'est bon de ne pas jouer le snob de temps en temps, une bonne dose de soft rock:

un peu plus d'ambiance à Chambéry?

Christopher joue deux titres en rappel dont... Imagine pour rendre hommage aux victimes de Nice. Ce n'est pas une chanson que j'aime beaucoup, mais il nous fait chanter... et c'est jeuuuli.... (apparemment, il a néanmoins l'habitude de la chanter: vidéo de juin dernier:

Enfin voilà, j'ai passé une excellente soirée... à écouter des excellents musiciens, une voix d'exception, et en me connectant à tant de vieilles émotions.... C'est bizarre mais Emile et Images, l'autre soir, c'était un peu moins fort comme sentiment... (même si, j'y repense, JJ. Goldman cite "un plus près des étoiles" dans son top ten de ses chansons françaises préférées.).

Quelques images animées de Chambéry pour finir... Beau succès et une partie du public continue d'applaudir un long moment pour obtenir un 2e rappel.

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Commenter cet article