Alex Beaupain au Vercors Music Festival

Publié le 11 Juillet 2016

1er jour du Vercors Music Festival, vendredi 8 juillet, Autrans.

- Je ne connaissais pas bien Alex Beaupain... Faute sans doute au fait que je ne suis jamais tombé sur les films d'Honoré, alors que j'adore les films musicaux. Il a même fallu que Matthieu se fâche pour que j'apprenne à écrire son nom il y a quelques semaines. J'avais tendance à le confondre avec un député écolo favorable à la décroissance de son cercle d'amies. Je montais donc dans le Vercors en partie pour réparer cette erreur.

Alex arrive sous des applaudissements nourris... et commence direct par les vannes: "ça va? ça a l'air. Vous sortez de l'apéro? je vais vous calmer direct vous allez voir"

Et c'est "couper les virages"... du dernier album. Un titre enlevé et sautillant.

"Merci, vous êtes gentils. Vous avez très très bons goûts. Je voulais vous dire que cette chanson était peut-être la seule chance de frapper dans vos mains. Globalement quand on me demande de faire des festivals d'été, je me demande toujours si c'est une très bonne idée. Par rapport à ce qu'on chante, et vous avez vu comment on est habillé. Volontairement. Et je disais à mes musiciens, bon, ce n'est pas grave, car vous verrez à Autrans, la journée, c'est décontracté, bernudas, pantacourt, et puis le soir, ils s'habillent... Je suis beaucoup déçu. Je plaisante". Puis Alex présente Victor Paimblanc qui a écrit des musiques.

Bon, vous êtes en bermudas, mais on ne fait pas n'importe quoi. Gardez le sens des proportions: on n'applaudit pas les musiciens comme si c'était moi [...]".

Et "les voilà" (dernier album)... Un brin de manque d'originalité... même le texte dit : "on dirait du Chopin"... Le violoncelle est plutôt joli... Une partie du public bavarde, mais Alex peut aussi compter sur une autre qui est venue pour lui.

"Vous voyez ce que je vous ai dis: vous n'êtes pas habillé comme il faudrait. Heureusement la chanson qui suit est une chanson un peu de circonstance, puisqu'elle s'appelle LA MONTAGNE...et on est à la montagne. Voilà c'est tout".

Toujours le dernier album à l'honneur. Là, encore, une chanson qualité france à l'ancienne. Là, encore, la violoncelle est charmant.

Alex Beaupain  au Vercors Music Festival
Alex Beaupain  au Vercors Music Festival
Alex Beaupain  au Vercors Music Festival

Merci les amis. Ah, ça, ça vous plait, dès qu'il y a un peu la montagne, ça vous rend dingue. Mais en même temps, c'est les Pyrénées...

Un duo avec la violoncelliste... J'aime bien. Avant la haine... une chanson d'un film d'Honoré tiens justement. "on ne se débarrasse pas de moi comme ça".

Valentine

Valentine

Alex fait applaudir chaleureusement son accompagnatrice... alors qu'il y a toujours un bruit de fond très désagréable.

Et voilà ensuite "novembre" de 2013, une version assez punchy, moins pop que sur l'album, avec sur la fin une guitare saturée.

Alex est parfois à son piano sur le côté et parfois debout au milieu de scène ou assis sur un tabouret. Plutôt fixe, mais avec une posture plutôt agréable et stylée à la Daho.

Mince, on trouve encore l'occasion de taper dans les mains! C'est "après le déluge" (2013). Jolie mélodie... et le texte très musical avec ses "quitté-qui t'es"... et qui me font penser au "t'es où? pas là, pas là". Le petit synthé très années 80 qui se permet une très courte envolée sur la fin est amusant.

merci. [à un "alaaainnn" qui arrive:] Je suis là bébé.... Je sais ce que vous pensez : c'est un peu vulgaire un morceau un peu dynamique comme ça. J'aimerai bien tout de même chialer un peu. C'était marqué comme ça dans le programme. Le chanteur des cimetières tout ça. J'ai ce qu'il vous faut.

Et là, la meilleure vanne de la soirée, qu'il a demandé de ne pas répéter mais le devoir d'information m'oblige à poucaver:

Je suis très attentif de la chanter à chaque fois car elle a été écrite par un garçon que j'essaye de pousser dans le métier, qui commence et qui s'appelle Julien Clerc. Applaudissements. Ah, y'a des endroits où on l'aime plus. C'est l'air de la montagne. Ils entendent beaucoup (raclement de gorge).. bêler toute l'année.

Re-applaudissements, avec quelques sifflets.

Et voilà donc "je te supplie" de 2016... et ce n'était pas la peine de dire que la musique était de Julien... c'est assez évident... Redite? Un peu... mais c'est tout de même une bonne chanson (et un muratien est mal placé pour se plaindre d'un artiste qui creuse le même sillon).

 

Alex Beaupain  au Vercors Music Festival
Alex Beaupain  au Vercors Music Festival
Alex Beaupain  au Vercors Music Festival

"La bastille".. et encore une fois, c'est une chanson issue du film "les chansons d'amour" qui me convainc. Superbe batterie avec violoncelle sur un long pont musical qui descend doucement vers la fin... et je maudis les gens qui bavardent à côté.

 

ça va? Oui? vous n'écoutez pas ce que je raconte alors.... On va tous mourir et si j'en crois la moyenne d'âge, certains beaucoup plus tôt que moi". Puis présentation du batteur Jean Stévenin.

Et malgré le propos introductif, encore une chanson très enlevée... même si "la tristesse durera toujours" (la chanson "Van Gogh"). Un refrain tubesque, avec des jolies choeurs.

Et toujours une chanson qui ne pue pas la chaise, RESTE (2016)... avec des rimes si prestes. Beaupain décidément assure bien quand il faut accélérer le débit. Jolie composition.

Et voilà la plus mauvaise vanne de la soirée:

Merci. C'est bien de faire ce que je raconte, que je chante Reste... et vous restiez. Silence Bon, elle n'est pas bien cette blague. Je pensais que c'était un truc de région... mais non, elle n'est pas bien cette blague. C'est la dernière fois que je la fais. Vous applaudissez n'importe quoi.

Et de nouveau, Alex refait la présentation des musiciens... avant de présenter le bassiste qui n'est pas un titulaire... "qui avait sans doute mieux à faire que de tourner avec moi. Je ne vois pas bien ce qui peut être mieux... mais..."

"je vais vous chanter une chanson de gauche, enfin ce qu'il en reste". AU DEPART.

Et voilà t'y pas qu'on doit encore faire clap clap. Entrainant. Et encore une chanson où le chant se fait sur un rythme assez haletant. Le morceau ralentit, puis redémarre. Bien troussé.

Le public applaudit vigoureusement... et c'est a priori le moment du moment du rappel... mais Alex ne quitte pas la scène. Alex s'explique qu'il n'aime pas le petit jeu du rappel. Je vous fais grace des 4/5 vannes... bon, 6/7 facile...

Beaupain remercie encore les techniciens...et fait une allusion au petit défaut de cette cathédrale moderne: le son.

On va finir par un moment calme: Brooklyn Bridge ("les chansons d'amour"), seulement accompagné d'une guitare. Mais non: on a droit à une chanson supplémentaire: Loin (2016). Le chanteur prend un peu des risques vocales sur cette chanson, là encore, assez marquée 80's. Bon, un soupçon de plaisir coupable d'écouter un tube du top 50.

 

Alors: et bien, j'ai passé plutôt un bon moment, set d'une heure, et sans connaitre au départ le répertoire, ce n'était pas gagné. C'est pro, la grande école à la française... avec les petits mots taquins qui accrochent le public. Petits mots très écrits? ou improvisés? J'ai cédé à la tentation de les rapporter pour le savoir (si un habitué des concerts de M. Beaupain veut bien nous le signaler). 

Ai-je pourtant envie d'écouter les albums? Pas vraiment... Mais de retourner le voir en spectacle oui, assurément... et de voir enfin les films d'Honoré....

 

 

 

 

Alex Beaupain  au Vercors Music Festival
crédit: J. Brunet.    (autres: surjeanlouismurat.com)

crédit: J. Brunet. (autres: surjeanlouismurat.com)

Droits: J.Brunet

Droits: J.Brunet

Mais... mais... que se passe-t-il après la pause? Mais quel est cette lueur?

Alex Beaupain  au Vercors Music Festival

(à suivre Dionisos, 2e partie de la soirée)

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article