Entrez dans le rêve...

Publié le 12 Mai 2017

Allez une petite séquence belge me permet de revenir sur la reprise par Murat du titre de Gérard MANSET "entrez dans le rêve":

Sur la Première, un chroniqueur se propose d'interpréter le texte de cette chanson:

https://www.rtbf.be/auvio/detail_paroles-paroles-de-sebastien-ministru-gerard-manset?id=2212645&utm_source=rss&utm_medium=feed

Nicola Sirkis (pour lequel Murat a écrit "un singe en hiver) avait également repris le titre:

 

LE LIVRE EN MOINS

J'avais oublié de vous en parler:  Il avait été annoncé deux livres sur Murat écrit par Didier Le Bras édité par Sophie Thircuir alias Sophie Desestoiles (celle là-même qui développe l'idée que  JLM est la réincarnation de Rimbaud).

Au bout du compte, il est annoncé que le projet est avorté... puisque Murat s'y oppose.

 

LA VIE EN PLUS

J'ai écouté beaucoup de Bashung cette semaine, notamment le texte de Manset "je tuerai la pianiste", que j'adore.

Je suis tombé justement sur ce paragraphe dans une chronique de Visage d'un dieu Inca de Manset:

Dans l’un des rares passages un peu drôles de ce Visage d’un dieu inca, Manset raconte comment il lui est arrivé d’être « reconnu » dans la rue par des gens qui l’avaient en fait confondu avec Arno ou avec Higelin. Mais il n’en prend pas ombrage, au contraire. Il trouve cela normal, puisqu’au fond, ils font tous le même boulot et ne sont que les différentes facettes d’un même ensemble. Le sait-il ? Lorsqu’il développe cette idée, Manset ne fait que réécrire les dernières pages d’un des plus beaux chapitres du Contre Sainte-Beuve de Proust, dans lequel celui-ci explique que si Baudelaire, Hugo, Leconte de Lisle et bien d’autres encore se ressemblent comme des frères sur certaines photographies, c’est parce que l’histoire de la littérature est en fait celle d’un seul poète — du Poète qui, parce qu’il faut bien qu’il soit homme aussi, passe ainsi, au fil du temps et de l’espace, d’une enveloppe charnelle à une autre

A part ça, bonne nuit...

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Commenter cet article