Première interview de JL Murat: Chez Concertandco

Publié le 22 Novembre 2017

 

Jean-Louis Murat a semble-t-il réservé sa première interview au site basé à Clermont : Concertandco et au camarade Pierre Andrieu (à moins que celui-ci ait dégainé sa retranscription le plus vite: l'interview a eu lieu ce matin! -rapide le gars!-).

Murat y explique sa démarche nouvelle pour cet album, le fait qu'il se soit retiré 52 jours à Riom au côté de Denis... qui a fini par le virer! Pas de brouille: l'autre information est qu'ils ont déjà enregistré d'autres titres ces derniers jours. Hélas, pas d'annonce de tournée.

Depuis quelques jours, je me demande si Murat n'a pas pour la première fois oublié sa règle des 3 T: Tempo, tonalité, Tructure... La question reste à lui poser, enfin faut voir à l'écoute. Autre information: la presse a reçu une version de l'album avec les titres enchainés... L'idée étant d'aller sur de la "transe"... Dolorés, Muragostang... nous voilà donc replonger dans le passé... Pour de la modernité?

A noter enfin la présence d'autres visuels, mais sur la même base du Murat masqué à l'embuscade... de la chanson française? (les photos sont signées Jean-Louis Murat).

http://www.concertandco.com/interview/concert-jean-louis-murat-travaux-sur-la-N89//52118.htm

 

ATTENTION : Une NEWSLETTER vient de tomber: Nous vous invitons à une écoute, en avant-première, de l’album " Désarçonnant, déstructurant, obsédant, surprenant, brillant, … à n’en pas douter, il ne vous laissera pas indifférent !" dans son intégralité en Facebook live jeudi à 19h

Première interview de JL Murat: Chez Concertandco

Extraits: L'intégralité à lire ici

Après avoir annoncé ta retraite mi 2016, tu as surpris tout le monde tout d'abord avec l'annonce de la sortie de l'album Travaux sur la N89 pour le 24 novembre 2017 puis, ensuite, avec sa tonalité très expérimentale et teintée d'électro hip hop R&B... Raconte-nous depuis combien de temps tu préparais ce tonitruant retour et ce qui t'a inspiré pour qu'il sonne ainsi ?
Jean-Louis Murat : L'enregistrement de Morituri et la tournée qui a suivi m'ont été très pénibles. Ma petite activité de chanteur guitariste colonisé m'a semblé vaine. Ma petite chanson était ridicule. Depuis le Bataclan, déjà, je me sentais la " chique coupée ". Ma façon d'être chanteur n'avait plus aucun rapport avec le temps présent. Pendant plusieurs mois, j'ai pratiqué un sevrage volontaire. Ne plus écrire, ne plus composer, ne plus rien écouter. Lentement m'est venue l'idée de faire les choses à l'envers, un disque à l'envers. L'idée était lancée. J'ai pris quelques jours de studio chez Denis. Bing bing bing, la méthode " cul par dessus tête " et ça marchait.

Le disque a donc été enregistré en Auvergne chez Denis Clavaizolle, dans son nouveau studio... Parle-nous de l'endroit où il a été réalisé et de ce qu'a apporté Denis, qui cosigne les arrangements avec toi...
Le studio de Denis sent le bois. Il est ouvert sur l'extérieur. Des centaines de boîtes à rythmes et synthés ; ça m'a plu. J'ai loué un petit appartement et je suis devenu Cournonnais. Pendant un temps de canicule, nous avons travaillé 51 jours et le 52ème jour Denis m'a foutu dehors pour peu de choses ; il en avait marre je crois.

Il semblerait bien que ce soit ton disque le plus complexe au niveau de la production... Peux-tu évoquer son élaboration, assez longue visiblement...
Le disque s'est fait en improvisations successives avec l'idée de composer des mélodies et d'écrire des textes en fin de travail, à l'envers, très amusant. Je suis rentré en studio sans un seul mot, sans une seule note, travail " à l'hasard " (à prononcer avec l'accent de Raymond Goethals, svp), tout au pif. Evacuer toute idée de sérieux et détruire toute idée de chanson dès qu'elle apparaît (tu vois le dégoût profond du genre !). Nous nous amusions beaucoup en pensant à ceux qui ne comprennent rien à ce qui ne demande pas à être compris.

Ou encore: L'intégralité à lire ici

Tu écoutais quoi pendant la composition puis pendant l'enregistrement de "Travaux sur la N89" ?
J'écoutais à haute dose Franck Ocean, Mykki Blanco, James Blake... et bien sûr, ce " bien plus que Dylan " qu'est Kendrick Lamar.

Même si le disque sonne comme un ovni dans ta discographie, le gros travail sur les synthés, les bidouillages électroniques et le côté déstructuré des morceaux font penser à la manière dont tu avais déconstruit l'album Mustango pour la scène, travail sur le son qui avait ensuite abouti à la sortie du live Muragostang...
Déjà avec le groupe Clara, la déconstruction était notre dada. "Travaux sur la N89" est dans la continuité de ce que j'ai toujours fait. Même en poussant le trio power pop jusqu'à la lassitude, je suis passé par des détours enrichissants. Les fidèles savent qu'en concert j'aime surtout faire exploser les chansons.

Le

La chanson où tu enchaînes les noms d'oiseaux en ouverture " Feignasse, radasse, grognasse, pétasse, connasse, putasse etc " m'a beaucoup fait rire, on dirait que c'est ta version des textes de rappeurs américains qui enchaînent les propos sexistes... En ces temps de règne du politiquement correct, n'as-tu pas peur de créer une polémique avec ça ?
" feignasse...etc. " c'était pour la chanson française ! Enfin !

Parle-nous du titre "Travaux sur la N89", où tu fais "J'aime pas les travaux, j'aime pas le travail... Je ne travaillerai jamais !" (un bien bel exemple pour la jeunesse et la génération start-up à la Macron... )...
" Je ne travaillerai jamais... " était plutôt un message envoyé à mes enfants : pas d'ordres donnés, pas d'ordres reçus, pas d'horaires ". Du rimbaldien à usage familial.

Leonard Cohen, une de tes grandes influences, est parti fin 2016, j'imagine que cela a dû t'attrister profondément...
Pas triste du tout, cette dernière tournée pour se refaire financièrement m'avait dégoûté. Belle vie ; mort cool ; je n'allais pas être triste. Il faut savoir tuer ses admirations.

 

LE LIEN EN PLUS

Le disque pop des Dory4 contenant la chanson hommage à Jean-Louis Bergheaud est sorti.  Disponible:

1 - en version digitale en allant sur toutes les principales plateformes numériques : amazon, iTunes, deezer, google music...
2 - en version physique en envoyant un chèque de 18 € à l'ordre de "Association Dory For Ever" à l'adresse suivante : Association Dory For Ever - 165 Bd Stalingrad - 69006 Lyon.
'Et of course avec l'album tu reçois tes petits goodies et on t'envoie la version MP3 en bonus par mail pour le même prix'

L'album a été enregistré par François Serin dans son tout nouveau studio de Lyon. François faisait partie du groupe Déjà Vu qui a eu sa petite réputation nationale... et avait eu le soutien d'un certain Fred Jimenez... le monde est petit.

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Travaux sur la N89

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Patrice 24/11/2017 10:29

Acheté hier(cd), écouté 4 fois depuis, la surprise déroutante (?,je peux comprendre Valérie Lehoux) assimilée,quelques titres émergent de ce continuum voulu , Coltrane,La vie me va,Dis le le ,Alco,Johnny roide...L'interview de ConcertAndCo précise bien la démarche de JLM : "disque à l'envers,texte en fin de travail...Nous nous amusions beaucoup en pensant à ceux qui ne comprennent rien à ce qui ne demande pas à être compris."
Curieux,plaisant ou irritant, trouvera-t-il son (un)public parmi les Muratiens et les autres sans promo( ni radios,ni télés) pour Morituri, de toute façon, elle avait été vaine...en comptant sur les critiques de revues ou de sites ?Que l'on en parle un peu,ce disque ne méritera pas le silence.

Rooran 23/11/2017 12:27

Ses propos ne vont pas plaire aux parisiens dans cette dictature du positivisme en France ! Moi, j'aime bien quand il parle ainsi, cela prouve qu'il est encore libre de faire ce qu'il veut, ou il veut avec qui il veut. Ca devient rare de nos jours !!!

ArmElle 22/11/2017 17:14

JLM : "L'enregistrement de Morituri et la tournée qui a suivi m'ont été très pénibles." Ah bon? quelle tournée? même pas un concert en juin à Clermont!
Pour l'instant, seuls les autoportraits tendance "c'est l'automne, il fait froid" ont une couleur plaisante... pas le visuel de l'album et très (trop) peu les extraits entendus jusqu'alors si ce n'est "Chanson de Sade". Qui a dit "Il faut savoir tuer ses admirations"?