INTER-view sur INTER AVEC INTERférences et tout de go sur Logo

Publié le 21 Octobre 2018

INTER-view sur INTER AVEC INTERférences et tout de go sur Logo

- On a raté le direct désolé! Jean-Louis Murat était avec Matthieu CONQUET hier dans "interférences" (20/10/2018). On l'avait déjà croisé dans la bonne émission "radio vinyle". C'est toujours des bonnes émissions quand Jean-Louis  parle de musique...

https://www.franceinter.fr/emissions/interferences/interferences-20-octobre-2018

Intéressant passage sur le traitement de la voix (autotune) où Murat rappelle que ce n'est pas nouveau pour lui, et il arrive à philosopher sur ce thème. Murat nous parle très joliment de Howlin’Wolf et de son rapport à sa mère, ce qui le conduit à parler de la sienne. "Je me sens aussi un loup hurlant". Il nous parle de Cat Power ensuite, potentiellement une grande... mais avec quelques réticences: "je ne l'ai jamais vue dans son état naturel". Ensuite, il a choisit Anne Sylvestre et "son mur pour pleurer"... et semble se rendre compte pour la première fois que l'intro est sur 3 accords de Starway to heaven! C'est "une des meilleurs chansons sur les femmes que je connaisse"...et de tacler les "nouvelles chanteuses"... citant même Camille, peut-être un peu rancunier qu'elles aient toutes (4 dit-il ensuite) refusé une chanson (être mère"  sur la maternité, qu'il a donc décidé de chanter lui-même. "parce qu'il n'y a pas de chanson de faire un enfant, le porter, l'élever", et de dire que "peu de femelles se sont émancipées du côté strictement  viril qu'il y a dans le rock and roll", "très peu de chanson sur les ragnagna" (... Cherhal!). 

Murat raconte ensuite qu'il n'a pas osé aller voir Anne quand il en avait l'occasion comme TJ White.  Discours (déjà) entendu sur les chansons à succès, la chanson à succès ("si je devais manquer de toi"). Et sentiment nouveau? Il indique ensuite que toutes ses chansons, c'est ma vie privée, "extrêmement codée", quand j'en entends une, je revois tout. "ma discographie, c'est un journal chanté". "tout peut faire chanson".

Partie ensuite sur les guitares (ils sont dans un magasin gibson): "on collectionne beaucoup de guitares, jusqu'à ce qu'on rends compte que l'important, c'est le guitariste". "Je reviens toujours à la télécaster"...."peut-être à cause de Steve Cropper" qu'il a, lui, rencontré et avec lequel il a joué. La télécaster? "on peut tout lui faire faire, très équilibrée".

- F.OCEAN... "artiste de coeur" (ah, mais faut savoir : "ah, mais franchement, lui, il m'a donné envie de faire des disques"), "tout est bon, tout, tout, tout", "c'est ma deuxième peau"... "y a tout". "J'aime beaucoup les chanteurs de l'indéfinition sexuelle ["les sévèrement burnés, je m'en fous", et lui, il l'amène à un point absolument magique". "et quand j'ai entendu qu'il aimait les Bee Gees, je me dis ouah, mais on n'a que des points communs...Et il a repris Sade".

- passage sur les accents américains... "instinctivement, oui, je repère"... et les américains ont gagné.

- "Il y a quand même du "johnny guitar watson" dans ma guitare".

- Et après avoir raconté souvent et notamment dans la même émission qu'il avait du mal à rencontrer ceux qu'il aime, il parle comme un des meilleurs moments de sa vie d'avoir pu rencontrer Jimmy Scott.

"La première heure, on la passe en compagnie de l'étonnant Jean-Louis Murat. A quoi pense-t-il, cet homme qui, en quarante ans de carrière et plus de vingt albums, a toujours aimé surprendre et se réinventer ? Il a choisi d'appeler son dernier opus, Il francese, car, dit-il, c'est le nom que les napolitains avait donné au vrai Murat, Roi de Naples et beau-frère de Napoléon 1er. 

Au début de l'entretien, il sort sa guitare, chante quelques notes et fait vibrer les cordes. Voilà, on est bien et tout peut commencer ..."

Écoutez la discothèque idéale de Jean-Louis Murat pour Interférences.

 
 

- Et un petit phoner pour une radio auvergnate (11 minutes) : logo FM avec l'émission HIT STORY à propos de HOLD UP essentiellement.  Une chanson "rigolote sur le côté anti-sexy de certaines filles", bâtie sur la phrase "hold up... sherif". Et à propos de "je me souviens", "une chanson française pur jus" beaucoup apprécié "et c'est pour ça que je ne la fais pas sur scène" "je me méfie beaucoup de l'avis du public". Vlan! On n'a trop dit qu'on aimait cette chanson!

Rédigé par Pierrot

Publié dans #il francese

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article