Les retours média du le les CLIP(s) et des bricoles!!

Publié le 5 Février 2020

allez, mettons-en une couche sur Baby Love!

Il faut! Parce que pour l'instant, le produit Murat ne fait pas le poids dans google avec la marque allemande de produits bébé du droguiste DM. Alors, allons-y!

1)

Le(s) beaux clip(s) permet d'avoir un peu de promo, même si on en reste sur du classique:

quelques lignes sur un page des inrocks, aussi sur Pinkushion,   un petit encart dans libé, repris sur le site :

Un Murat plus direct et enjoué avec cuivres, cordes et chœurs pour annoncer un nouvel album qui semble moins torturé et plus classique que ses dernières livraisons. Le grand retour de Jean-Louis ? Sans doute.

 

On passe à plus élaboré avec Eric Debarnot de Benzine Mag, qui a l'habitude de relayer les actus muratiennes:

https://www.benzinemag.net/2020/02/04/le-retour-de-jean-louis-murat-avec-un-double-clip/

Avec le temps qui passe, la productivité de Murat semble encore augmenter, mais c’est surtout sa créativité qui étonne, et ravit, comme en témoigne la publication vendredi 31 janvier du « double clip » de deux nouvelles chansons, Si Je m’attendais et Troie.

Voilà quelques années que Jean-Louis Murat nous a promis de passer à la vitesse supérieure en termes de production musicale, et ce diable d’homme, dont on connaît l’opiniâtreté, tient sa parole, avec un album par an. On attend donc pour le 6 mars la publication de Baby Love, le successeur du live Innamorato de 2019 et de Il Francese en 2018, avec leurs références italiennes.

Depuis Travaux sur la N89, on notait l’importance accrue de l’électronique dans la musique de l’Auvergnat, et un certain goût pour l’expérimentation. Les deux premiers extraits de Baby Love, Si Je m’attendais et Troie, sans contredire complètement cette tendance, semblent témoigner d’un souci de retour vers plus d’évidence pop, mais ce sera bien sûr à confirmer lors de l’écoute du nouvel album.

A noter le remarquable travail artistique du collectif TEMPLE CACHE, responsable de ce double-clip se voulant l’écho contemporain des 45 Tours à deux faces d’antan : la manière dont les techniques modernes d’animation intègrent dessin, peinture et collages se révèle particulièrement dynamique et stimulante.


Sun burns out est bien-sûr fidèle au rendez-vous et livre le plus bel article puisqu'il est vraiment question des chansons:

https://www.sunburnsout.com/clip-du-mois-jean-louis-murat-confirme-un-retour-pop/

Avec sa pochette rayonnante, électrique et rose, possible que Baby Love soit l’objet pop parfait. A l’oreille, et sur la foi des deux titres dont Jean-Louis Murat dévoilait le clip aujourd’hui, Si je m’attendais et Troie, l’hypothèse mérite qu’on croit en elle. Cela faisait longtemps que l’Auvergnat n’avait composé avec cette joie dans la guitare, cet esprit primesautier et cette jubilatoire décontraction poétique.

Les deux morceaux sont épatants et la mise en images signée templecaché souligne leur légèreté universelle et leur modernité assumée. Si je m’attendais est une chanson amoureuse et tendre où Murat restitue à travers le chant toute la surprise et la fraîcheur d’un amour découvert. La production est pleine d’espoir et accompagne la mise à disposition de l’amant à sa maîtresse, tandis que des chœurs discrets en contrepoint servent la romance naissante, entre le choeur grec et la guimauve. Sur Troie, la tonalité est légèrement plus sombre. L’amant a l’esprit joueur et le propos ironique, comme si l’amour avait déjà mué en autre chose. La distance est là, celle qui rend le jeu troublant et ambigu dans ses finalités. Le « qu’est-ce que t’as mon cœur ? » est un signe d’incommunicabilité baudelairienne qui transparaît aussi à travers les illustrations.

Dans les deux cas, les arrangements sont remarquablement travaillés, discrets et délicats sur le premier morceau, plus pompier et mis en avant sur le second, mais en tout cas au service de l’intention avec une belle efficacité. Il n’est pas certain, dans le marasme de l’époque, que ces morceaux permettent à Murat de se glisser à nouveau dans l’actualité populaire, mais ils ont une sacrée allure et devraient au moins susciter l’engouement des fidèles. Baby Love pourrait être le moment rêvé pour aimer Murat comme avant.

 

On trouve également un article sur ROLLING STONE qui nous apprend  que l'idée du clip vient de Murat.

https://www.rollingstone.fr/entre-lorage-et-la-douceur-jean-louis-murat-nous-gate-dun-double-clip/

Extraits du nouvel album de Jean-Louis Murat Baby Love, prévu début mars, le diptyque « Si je m’attendais/Troie » s’illustre dans un clip

« Bonjour toi ». Près de deux ans après le sublime Il Francese, un an après un live majestueux (Innamorato) publiés via [PIAS] France, l’insaisissable Jean-Louis Murat est de retour avec un vingtième album, Baby Love, dont la date de sortie est fixée au 6 mars prochain. Pour encadrer cette nouvelle ère, le musicien partage un double clip aussi moderne que contrasté, mettant à l’honneur les deux titres « Si je m’attendais » et « Troie ». Tout commence par le crépitement d’un 45T…

L’idée de lier les deux morceaux est venue de Jean Louis Murat lui-même. « Cela permet d’en faire éclore les nuances, la rugosité et la complexité des thèmes évoqués. Le projet ne pouvait pas se prêter mieux à une approche graphique d’inspiration du mouvement DADA, où se mêlent collage, dessin et aplats de peinture colorée, tout en s’appuyant sur des techniques modernes de compositing d’animation et de caméra 3D » peut-on lire à propos du clip, réalisé par l’artiste et co-fondateur de Temple Caché, Kelzang Ravach, en collaboration avec collaboration avec le talentueux studio d’animation belge Tabass.co.

Et petite curiosité, on parle du français au Québec, à Rebecq, à Flobecq, à  Tahiti, [....]  à Madagascar... oui, à Madagascar:

http://www.radiomtv.live/news/clip-si-je-m-attendais-et-troie-jean-louis-murat-chante-l-amour-et-le-desamour-62

Clip "Si je m'attendais" et "Troie" : Jean-Louis Murat chante l'amour et le désamour

Jean-Louis Murat publiera le 6 mars prochain son nouvel album "Baby Love". Pour illustrer les premiers extraits "Si je m'attendais" et "Troie", l'artiste livre un double clip inspiré du mouvement Dada qui retrace la rencontre puis la rupture d'un couple.

« Nous avons recherché la simplicité ». Voilà l'intention qui animait le coeur de Jean-Louis Murat lors de la conception de son nouvel album "Baby Love", attendu le 6 mars prochain dans les bacs. « J'en avais marre de réfléchir aux chansons, je voulais d'abord m'amuser et me mettre hors contrôle. Cet album concentre toute la musique que j'aime, en particulier celle qui me donne envie de danser, comme le disco. Car je suis un danseur invétéré » atteste l'artiste, qui présente avec le successeur de "Il Francese" (2018) un « disque qui groove » qu'il considère comme le miroir inversé de "Dolorès", ode au deuil amoureux sortie en 1996 : « En studio, je pensais à la musique plutôt qu'aux paroles. J'ai presque découvert les textes au moment du mixage de l'album, un peu comme si leur sens m'avait échappé. Je constate que c'est de la chair à psychanalyse. Comme toujours dans mes disques, il est question d'amour finissant et d'amour débutant. J'ai souvent écrit dans cet état de suspension ».

Un "film à deux facettes"

Pour introduire ses nouvelles compositions, Jean-Louis Murat a choisi de doter les deux premiers extraits, "Si je m'attendais" et "Troie", d'un double clip racontant les deux moments forts d'une histoire amoureuse : sa naissance et sa fin. « En écoutant ces deux titres, nous avons été surpris par la modernité présente dans la musique qui contraste si bien avec la voix mélancolique chantée. Cela nous a évoqué des émotions contrastées : "Si je m'attendais", une ode à la douceur et l'amour, "Troie" nous plongeant dans un trop plein, une rupture. L'idée venant de Jean Louis Murat d'illustrer ces deux titres en un seul et même film à deux facettes pour tisser une histoire plus sensorielle que narrative est pour nous l'essence même du projet » explique un communiqué de la société de production Temple caché, qui signe cette superbe réalisation inspiré du mouvement artistique Dada. Collage, dessin, aplats de peinture colorée et animation sont au menu de cette fresque vivante « sensorielle » qui épouse les mots du musicien pour mieux en faire ressortir l'élégance, l'espièglerie et la poésie. La suite arrive bientôt !

Enfin, à propos de ces nouvelles chansons, et pas du clip (l'article est plus ancien), on trouve un article plus long, en partie consacré à un petit tour de son parcours, sur le site VINYLE MUSIQUE:

http://www.vinylemusique.fr/jean-louis-murat-si-je-m-attendais

Voici la partie finale de l'article qui reprend un bout du dossier de presse (avec du Murat):

Comme son titre l’indique, Baby Love est l’œuvre magistrale d’un homme amoureux – comme le miroir inversé de Dolorès un quart de siècle après. C’est un disque qui groove. “J’en avais marre de réfléchir aux chansons, je voulais d’abord m’amuser et me mettre hors contrôle”, explique l’intéressé. “Cet album concentre toute la musique que j’aime, en particulier celle qui me donne envie de danser, comme le disco. Car je suis un danseur invétéré.” En plein chamboulement personnel et écoutant en boucle le groupe Earth, Wind & Fire, Murat a composé et écrit ces onze chansons ramassées en quarante minutes, jouant tous les instruments avec son vieux complice Denis Clavaizolle. “Dans le studio de Denis, mon mot d’ordre était de lui dire que nous étions en 1985, comme des débutants en quête d’un premier contrat discographique. Nous avons recherché la simplicité, avec des chansons au format 3’30.” Tombé sous le charme d’une guitare Pistachio, Jean-Louis Bergheaud s’en donne à cœur joie et s’éclate comme rarement. “C’est la nouvelle guitare de ma vie”, s’enthousiasme-t-il. “En studio, je pensais d’ailleurs à la musique plutôt qu’aux paroles. J’ai presque découvert les textes au moment du mixage de l’album, un peu comme si leur sens m’avait échappé. Je constate que c’est de la chair à psychanalyse. Comme toujours dans mes disques, il est question d’amour finissant et d’amour débutant. J’ai souvent écrit dans cet état de suspension.” Baby Love balance ainsi entre amour nouveau (La Princesse of the Cool, Le Reason Why, Si je m’attendais) et désamour (le single Troie, Réparer la maison, Ça s’est fait). Derrière sa pochette typographique d’un rose disco, se cache le vingtième album studio de Jean-Louis Murat – déjà l’un des grands disques de 2020. (Communiqué de presse publiés le )

Le chanteur Jean-Louis Murat dévoile un nouveau titre, 'Si je m attendais' à découvrir dés aujourd'hui sur Vinyle Musique TV. Ce nouveau single et clip de Jean-Louis Murat nous séduit de par sa qualité musicale ainsi que par ce style singulier si caractéristique de l'artiste. Nous sommes vraiment impatient de vous le faire découvrir. C'est pourquoi nous décidons, dés à présent, de partager avec vous ce nouveau titre de Jean-Louis Murat en le faisant entrer en programmation dans l'une de nos playlists en rotation 24h/24 sur VInyle Musique TV. Il se peut très bien que 'Si je m attendais' devienne l'un des titres phares, voir l'un des tubes de l'année 2020 et vous aurez ainsi eu le privilège de le découvrir en avant première sur notre site musical Vinyle Musique TV.

Si vous êtes fan de Jean-Louis Murat et que ce nouveau titre, 'Si je m attendais', vous donne le frisson, nous vous invitons vivement à voter pour lui afin de lui permettre de se rapprocher de la première place de notre classement des meilleurs vidéos musicales de la semaine, classement établis d'après le vote des internautes ainsi qu'en fonction du nombre d'affichages du clip vidéo dans la semaine. Un nouveau classement est établis chaque dimanche. Vous avez, dés à présent, la possibilité de donner votre avis sur ce clip vidéo de Jean-Louis Murat - Si je m attendais en laissant un commentaire, en déposant une chronique ou toute autre information qui pourrait enrichir cette article et permettre ainsi au plus grand nombre de mieux appréhender l'univers musical de Jean-Louis Murat. N'hésitez pas à partager cette vidéo avec vos amis, car Jean-Louis Murat mérite à coup sûr que l'on parle de lui et d'avoir le maximum de visibilité. Merci pour Jean-Louis Murat, merci de votre visite, bonne écoute et, nous l'espérons, à très bientôt pour de nouvelles découvertes musicales sur Vinyle Musique TV.

On peut ajouter à cela quelques petites mots sur ChartsinFrance, la Montagne, et l'absence de mots sur HEXAGONE (qui se contente du clip)... On attend toujours que Hexagone consacre quelques pages à Murat... Et j'allais oublier A Découvrir absolumentDeux belles compositions dont la nuance des arrangements vocaux et sonores nous laisse espérer un nouvel écrin de haute volée pour envelopper le romantisme viscéral qui traverse l’œuvre de Jean-Louis Murat depuis les inusables Cheyenne Auttumn et Dolorès…liste non exhaustive !

On termine cette première partie par le texte de "si je m'attendais" trouvé sur le site dédié aux paroles de chanson du MONDE:

Aux sources de l’Allou, je ne sais quoi, j’attendais
Sans doute le début du monde
Troubadour évincé, je ne sais quelle mélodie, so long
 
Comme se lever à l’aurore, sur la barre des écrins
Dans sa robe de safran
Je t’en donne ma main, au ciel encore étoilé
J’entends
 
Oh vous, si je m’attendais
Cher vous, amour je suis venu pour toi
Bonjour toi
 
Je remballe Périclès, dans le fond du jardin
En demandant l’addition
Chaque soir une pyramide, quand j’entonne Franky
Je t’attends
Rêvant vers les marmottes, d’un millier d’interdits
Quelque part à Saint-Tropez
Nu au bal de minuit, sortant de la flotte qui
M’indigne
 
Oh vous, si je m’attendais
Cher vous, amour je suis venu pour toi
Bonjour toi
 
Qu’il est bon de t’aimer, au cœur des nuits d’étés
Voudrais-tu me dire ton nom
Je cherche ton secret au cours des longues nuits
Au fond
Plongeons dans la rivière, miroite le désir
Qu’elle belle et bonne vie
Chaque nuit, sous la neige, couronnée d’or ma mie

 

2) on passe aux bricoles!

- Une émission "Au coeur de l'hiver" de la radio cato RCF présenté par Louis Marie LACROIX (si!). Elle débute par -oh que c'est bien trouvé dis-donc- : "coeur d'hiver". Il est dit quelques mots sur Murat ensuite, sa discographie est qualifiée d'inégale mais il est souligné son côté rock, rare dans la "variétoche française". Après du classique, Manset est également diffusé avec son rappel aux Parisiens  que "la neige est blanche".

- Un article assez long sur la chandeleur où Murat finit par être convoqué avec son "perce neige" dont j'apprends le lien avec cette date:

Première fleur de l’année, on l’associe volontiers à la Chandeleur. Poétiquement surnommée parfois goutte de lait, on l’appelle candlemas bells (cloches de la Chandeleur) en Grande-Bretagne, et parfois chez nous, violette de la Chandeleur comme dans la poésie de Robert Desnos.

« Violette de la Chandeleur
Perce, perce, perce-neige,
Annonces-tu la Chandeleur,
Le soleil et son cortège
De chansons de fruits de fleurs ?
Perce perce, perce-neige
A la Chandeleur. » 

Le Perce-neige devient symbole de l’amour … qui meurt dans la sublime chanson éponyme de Jean-Louis Murat.

 

LE TWEET EN PLUS

@proustien | 1,740 followers   cite JEAN-LOUIS MURAT dans café PICOULY
 
"Je ne peux pas vraiment sortir de Marcel (...)
Je fais énormément confiance à Proust pour mon inconscient de petit mec français…"
Jean-Louis Murat "Je suis proustien pour la vie"
 
LA MUSIQUE EN PLUS
 
Non, il n'y avait pas que Murat pour oser "Gilles et John" ( dans Chronique d’un mouvement en chansons ), voici la chanson de JULIEN GASC (ex Aquaserge):

ET on termine enfin! par une petite info people. Félicitations à GB (on se tire la bourre entre stations auvergnates)

https://www.lamontagne.fr/laveissiere-15300/sports/emile-gardette-le-lioran-vainqueur-en-coupe-de-france_13723346/

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article