Monica, Masson, Murat, héros de cinéma

Publié le 7 Février 2022

 

1)  Monica Vitti est décédée le 2 février.  Notre "il francese" préfère sans doute les brunes... C'est "Silvana"(Mangano) qu'il chante... Pour autant,  il a cité "la note", un des films dans laquelle Antonioni l'a dirigée, comme un de ses films préférés.  Et qui a pu l'inspirer:

 

« La nuit »  Michelangelo ANTONIONI (1961).

« Chez ANTONIONI, l’amour est impossible. Le sexe est une impasse. Pourtant chaque personnage vit avec la nostalgie d’un amour absolu qu’il a vécu. C’est cette nostalgie qui, musicalement m’inspire ».

En parlant de Wilder, il évoque aussi le réalisateur:

J’aime aussi beaucoup l’esprit de Billy Wilder qui représente bien la sensibilité des juifs d’Europe de l’Est qui se sont retrouvés à Hollywood après avoir fuit le nazisme. J’avais lu une phrase de Wilder sur Antonioni à propos duquel il disait qu’il ne faisait pas des films sur l’incommunicabilité, mais qu’il ne savait tout simplement pas écrire de dialogues… J’adore cela ! En plus, c’est la pure vérité. J’aurais aimé connaître Billy Wilder.  https://lopinion.com/articles/musique/3453_jean-louis-murat-en-liberte

 

Du coup, il a été diffusé à nouveau cette semaine la pastille signée L. MASSON  sur Monica... et on y retrouve Jean-Louis Murat en bande-son, avec deux titres :

Pour le clin d'oeil pérec-o-muratien, un hommage sous la forme de "je me souviens" : https://ciaovivalaculture.com/2022/02/03/je-me-souviens-de-monica-vitti/

2)  On continue avec les images animées, c'est la loi des séries. C'est justement cette semaine que ARTE diffuse le film "Chevrotine" de la même Laetitia.... le 11/02, et déjà disponible sur arte.fr

https://www.arte.tv/fr/videos/097485-000-A/chevrotine/

Télérama a des réserves, mais accorde néanmoins un T au téléfilm, avec un très bon point pour Elodie Bouchez ("mlle personne" il y a 20 ans) qualifiée de "superbe".

Et comme toujours, ou presque,  la réalisatrice a encore choisi du Murat... avec 3 titres. 

On retrouvera une petite liste des collaborations entre nos deux camarades dans l'article ci-dessous, avec notamment les titres inédits pour "the end, etc", "Coupable" et "Petite fille": http://www.surjeanlouismurat.com/article-collaboration-masson-murat-the-end-et-les-et-cetera-115229874.html  (on y retrouve la plume de Matthieu, pour parler d'une vidéo d'un projet de Sophie Calle).

 

 

 

Images:

Christophe Acker (qui a une victoire de la musique)

https://www.suburb.tv/jean-louis-murat-by-suburb-films-paris

 

 

https://tabs.ultimate-guitar.com/tab/jean-louis-murat/a-lamour-chords-3994885

https://www.boiteachansons.net/partitions/jean-louis-murat/les-jours-du-jaguar

https://www.amazon.fr/Partition-Murat-Jean-Louis-Song-book/dp/B0002DVP3G

11 titres

Un florilège des chansons de Perret - l'ange dechu - te garder pres de moi - si je devais manquer de toi - col de la croix morand - sentiment nouveau - le lien defait - cheyenne autumn - l'infidele - le parcours de la peine - cours dire aux hommes faibles - terres de france

 

https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20220122-Le-Royal-devoile-son-affiche.html

https://www.myswitzerland.com/en/experiences/events/jean-louis-murat/

 

https://www.myswitzerland.com/en/experiences/events/jean-louis-murat/

 

3)  Cinéma, téléfilm... et maintenant CLIP:

Je suis tombé sur le site de la maison Suburb pour laquelle Christophe Acker (qui a une victoire de la musique) a réalisé deux clips pour Jean-Louis Murat. Les deux clips sont visionnables: https://www.suburb.tv/jean-louis-murat-by-suburb-films-paris

Et je ne crois pas avoir remarqué et donc signalé que le clip du "blues du cygne" a eu une récompense du CNC "prix de la qualité". Ce n'est pas si courant que notre chevalier des arts et lettres soit récompensé, donc acte.

 

4) Murat et le cinéma:
"Une vie de plan séquence. Malheureusement, je ne crois plus au plan séquence ou au cadrage à l'américaine. Il faut plus de mouvement" (Evenement du jeudi 1995)

 

Voici encore quelques recommandations cinématographiques de JLM:  Télérama n° 2896 - 14 juillet 2005

Casanova d'Alexandre Volkoff (1927)

Les Mémoires de Casanova sont un de mes livres préférés : j'en possède plusieurs exemplaires dans des éditions différentes. Contrairement à l'idée répandue, ce n'est nullement un bouquin porno, plutôt un ouvrage historique et philosophique, une leçon d'humanisme. Casanova l'a écrit directement en français. C'était un autodidacte, un self-made-man, un fils de rien qui a fini par tutoyer les grands de ce monde. Ce film français muet est le meilleur qui lui est consacré. J'ai gardé un souvenir émerveillé de la reconstitution de Venise... Je n'aime pas la version de Fellini : il est passé à côté du personnage en n'en retenant que le côté cavaleur.

Série noire d'Alain Corneau (1979)

Pour moi, c'est l'un des meilleurs films français de tous les temps, parce qu'il reflète, justement, un esprit français, mais doté d'une carrure internationale. L'âme française au coeur de l'action. Comme un mélange de Simenon et de Dostoïevski. J'ai toujours été fasciné par Patrick Dewaere, animal fou, écorché. J'ai connu une période de ma vie où je devais ressembler à ça, où j'aurais pu basculer dans la dinguerie. Dewaere personnifie le ratage, le sacrifice. La médiocrité de notre époque l'a assassiné. Comme Kurt Cobain.
 

Du côté d'Orouët de Jacques Rozier (1973)
Là encore, un film bien français. Rozier est le plus vraisemblable de nos cinéastes, d'autant qu'il porte le nom de la marchande de friandises de mon enfance. J'y retrouve mon côté province, mes années 70 à La Bourboule. Un monde de gens simples, pleins de bonne volonté, qui se coltinent les problèmes de la vie. Un univers que l'on trouve aussi chez le cinéaste Pascal Thomas, ou chez Emile Couzinet, un réalisateur qui avait construit son propre petit Hollywood du côté de Royan, au début des années 50. J'aime ces ambiances parce qu'elles sont l'étoffe de nos vies. En comparaison, le cinéma français d'aujourd'hui me paraît putassier.
 

La Prisonnière du désert de John Ford (1956)

Tout ce que j'aime : le western, avec une touche d'antique. Mon premier disque ne s'appelle pas Cheyenne Autumn pour rien. Le personnage principal des films de Ford, c'est souvent le paysage. C'est aussi ce que j'essaie de faire, dans certaines chansons. La Prisonnière... est un film majeur qui décline quelques thèmes fondamentaux : la droiture, le courage physique, la quête solitaire et les rapports père-fille, même s'il est dit dans le scénario que la prisonnière est la nièce de John Wayne. La scène finale, où il la prend dans ses bras, est pour moi un sommet d'humanité.

 

Les Saisons d'Artavazd Pelechian (1972)

Pelechian est un cinéaste arménien très peu connu, car il n'a réalisé que des documentaires, souvent expérimentaux et tournés en 35 mm. Ses films-montages sont pour moi le chaînon manquant entre l'écrit et le filmé. Il est le précurseur génial de ce qui dans notre époque bâtarde ne se retrouve plus que chez quelques clippeurs et chez DJ Shadow en forme. Il avait élaboré une technique de montage particulière, dite « en contrepoint », où il séparait le plus possible les plans qu'il jugeait importants. Dans ce court métrage aux images extraordinaires, il montre la vie des paysans et des bergers de l'Arménie soviétique. C'est ce qui m'a inspiré mon film Murat en plein air, un concert filmé en Auvergne, dans une chapelle du XIIe siècle...



Dans les inrocks en 2003, il parlait de  NAISSANCE D'UNE NATION de David Ward Griffith


Ce que j'aime le plus chez Griffith, c'est de voir l'homme évoluer
derrière sa caméra. Comme dans ses courts métrages il découvre la
contre-plongée, le travelling, le cinéma entrain de se faire.

 

Pour rappel: Mon petit reportage sur la carte blanche "cinéma" au Toboggan :

  http://www.surjeanlouismurat.com/2018/11/jea-murat-parle-cinema-silvana.toboggan-2018.html

Et une interview très cinéma dans "So film": http://www.surjeanlouismurat.com/2017/03/jeanlouismurat-cinema-so-film.html

 

LE LIEN EN PLUS PARCE QUE QUAND MEME C'EST PAS ALLOCINE ICI NON MAIS ALLO QUOI

Pour les camarades musiciens,  accords et tablatures

https://tabs.ultimate-guitar.com/tab/jean-louis-murat/a-lamour-chords-3994885

https://www.boiteachansons.net/partitions/jean-louis-murat/les-jours-du-jaguar

Mais Le songbook est toujours disponible:

https://www.amazon.fr/Partition-Murat-Jean-Louis-Song-book/dp/B0002DVP3G  11 titres

Mais le descriptif sur amazon est dysfonctionnel:

"Un florilège des chansons de Perret - l'ange dechu - te garder pres de moi - si je devais manquer de toi - col de la croix morand - sentiment nouveau - le lien defait - cheyenne autumn - l'infidele - le parcours de la peine - cours dire aux hommes faibles - terres de france "

Murat, c'est "tige d'or", pas le zizi!

 

LE LIEN EN PLUS VIENDEZ, une fois!

La tournée 2022 passe par la Suisse et ça mérite d'être signalé sur le site de l'office de tourisme officiel du pays!! 

https://www.myswitzerland.com/en/experiences/events/jean-louis-murat/

On a déjà parlé de cette jolie salle historique dans laquelle le concert aura lieu, mais voici un petit article récent:

https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20220122-Le-Royal-devoile-son-affiche.html

 

LE LIEN "AURA AIME MURAT"

Le tribute est arrivé sur les sites de vente:  FNAC   Amazon   le Furet  Décitre mais aussi aux Volcans (clermont!)

Mais voilà encore un artiste de la Région Auvergne-Rhône-Alpes" qui aime Jean-Louis Murat :

"J’aime beaucoup, par exemple, cet album méconnu que Jean-Louis Murat a fait avec Isabelle Huppert, « Madame Deshoulières ». C’est un disque extraordinaire ! Le fait que les comédiens enregistrent des disques n’est pas un phénomène spécialement français, mais plutôt européen. C’est une vieille tradition, mais il faut que cela résulte d’une vraie envie et d’une passion, pour que ce soit bien".  issu de https://jesuismusique.com/2020/07/04/benjamin-biolay/    

Sympa, bb. (ça date de 2020, mais apparemment, ça m'avait échappé).

Rédigé par Pierrot

Publié dans #cinéma, #le goût de qui vous savez

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article