Réédition suite

Publié le 28 Août 2020

bonjour,

Nous sommes le vendredi 28/08,  11h47 et voici le flash info de la planète muratienne.

En attendant le disque promis autour d' ADRIANO CELENTANO (Murat chantera-t-il en italien ou les aura-t-il adaptés?)...  

- On a appris en juillet deux rééditions vinyles pour continuer ce cycle de resorties :   TAORMINA et a BIRD ON A POIRE pour le 2/10/2020.

On nous parle d'une édition de luxe remastérisée pour Taormina, avec poster inclus, reprenant sans doute la pochette initiale dépliable signée M/M.  Je n'ai pas encore trouvé  la trackinglist mais il ne s'agit pas d'un double, et il ne devrait pas y avoir d'inédits. Si je ne m'abuse, il n'y en avait pas eu à l'époque (si ce n'est deux... par écrit dans le songbook "taormina", et dont on ne connaît pas de version produite).

Pour A BIRD ON A POIRE, il s'agira bien d'un double.  J'ai trouvé cette information: " Cette édition contient 10 Bonus dont 5 totalement inédits".  On devrait trouver donc les inédits excellents du cd "Mashpotétisés", dont le "peu me chaut" cher au camarade Matthieu.

Et pendant que je rédige cet article, cette photo tombe sur les réseaux sociaux:  Testpressing 2020... sans autre information. C'est peut-être les vinyles de ces disques.

Un  lecteur me demandait pourquoi les dernières rééditions n'étaient pas encore en écoute sur les plateformes. Sans doute par choix, elles ne sont pas livrées en ligne immédiatement. Elles seront écoutables à partir de décembre (il y avait déjà eu ce décalage pour les précédentes). 

 

2)  Sur France info, il n'y a pas que Bertrand Dicale pour penser à Murat.  A l'occasion de la journée mondiale du chat qui est bien tombée au mois d'août pour combler les trous...

https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/une-journee-mondiale/une-journee-mondiale-du-chat-chacun-a-sa-facon-de-l-adorer_4045431.html

3)  Tiens, on peut encore tomber sur une chronique de Baby Love:  7.5/10

https://lesoreillescurieuses.com/tag/jean-louis-murat/

Jean-Louis Murat continue de rentrer dans la légende et le prouve une fois de plus avec son nouvel album intitulé Baby Love. Parmi les dinosaures encore en activité, on pourra dire que Jean-Louis Murat n’a pas du tout l’intention de raccrocher les gants, bien au contraire. Plus besoin de présenter le parcours de la légende de la chanson qui avait mis tout le monde d’accord avec son dernier disque en date de 2018 nommé Il Francese. Après avoir vu toute sa discographie remasterisée, il frappe à nouveau un grand coup avec son nouveau disque du nom de Baby Love.

N’y voyez aucun rapport avec la chanson de The Supremes. Jean-Louis Murat reste égal à lui-même avec une bonne dose de provocation et d’élégance sur ces compositions à mi-chemin entre chanson française et rock telles que le morceau d’ouverture intitulé « Troie » qui plante le décor de façon cuivré et qui est suivi par des moments plus percutants que sont « Le mec qui se la donne » et « Le reason why » aussi bien scintillants que profonds. N’hésitant pas à donner un coup de jeune dans sa musique toujours aussi intemporelle, le frenchy reste insaisissable et décalé dans sa démarche.

 

Avec une production des plus raffinées et des mélodies élastiques mais allant droit au but, Jean-Louis Murat reste tête brûlée que ce soit sur le groovy « Réparer maison » ainsi que sur « La princesse of the Cool » avec ses rimes en -oule irrésistibles et les allures disco-blues de « Rester dans le monde ». Tandis qu’il arrive à s’inspirer de Philippe Katerine sur « Xanadu » ou de Tony Joe White sur le plus introspectif « Si je m’attendais », ce nouvel album du bonhomme auvergnat montre qu’avec ses textes si piquants et ses mélodies infectieuses, il ne compte pas raccrocher les gants en faisant parler sa réputation hors normes.

 

4) Nous avions parlé fin juin/début juillet du dernier Biolay qui était l'occasion pour lui de parler de Murat. Dans Le Figaro, Nuc l'avait retitillé sans succès m'avait indiqué l'ami Pierre K. Je n'avais pas cité ici deux articles pour compléter:

- Marianne qui s'interroge sur "qui peut sauver la chanson française: Biolay, Murat, Luciani?" L'article est réservée aux abonnés, et je n'ai donc pas la partie consacrée à Murat. Si quelqu'un là... : https://www.marianne.net/culture/biolay-murat-luciani-qui-peut-sauver-la-chanson-francaise

EDIT: merci à LAURENT H. himself! de m'avoir transmis l'article:

Réédition suite

-  A Découvrir Absolument a voulu comparer également Baby Love à Grand Prix...  http://www.adecouvrirabsolument.com/spip.php?article7969

Difficile de ne pas comparer Grand Prix, le nouveau Biolay, à Baby Love, le dernier Murat. Dans les deux cas, des albums funk-pop orchestrés avec génie, qui labourent le terroir des sentiments déçus, de l’amour meurtri. De la part de l’un comme de l’autre, rien d’hasardeux puisque BB comme JL carburent depuis toujours au swing et ne cessent de triturer la thématique du romantique blessé, du Don Juan courtois soudainement confronté à la saloperie contemporaine.

Biolay comme Murat n’ont jamais lésiné sur le trash, le verbe cru, la position du mauvais rôle. Victimes narquoises simulant la faiblesse pour mieux piquer le cœur des traîtresses, les deux hommes, derniers vestiges du 19ème siècle, ont souvent usé de violence afin de cautériser leurs plaies. Biolay, en 2007, en extirpa son meilleur disque : Trash Yéyé, l’album favori des quarantenaires qui repensent méchamment à leurs premières épouses.

Pourtant, Grand Prix et Baby Love, malgré leurs rapprochements, bifurquent sur leurs façons de commenter, en 2020, le lien amoureux – et c’est Murat, haut la main, qui prend le dessus. Car là où Baby Love fonctionne à l’instinct, à l’instantanéité colérique, Grand Prix, bizarrement, ne s’exprime qu’au passé, comme si BB ne pouvait dorénavant écrire que sur des souvenirs qu’il enrobe de romanesque. Les intitulés parlent d’eux-mêmes : “Comme une voiture volée”, “Où est passée la tendresse”, “La Roue tourne”, “Souviens-toi l’été dernier”.

Difficile de se sentir émoustillé par le traitement que propose aujourd’hui BB sur la question des affres sentimentales tant Grand Prix ressemble souvent à une version référentielle, donc épanouie, de la rage qui inondait Trash Yéyé ou Vengeance. Biolay y enjolive (façon course automobile) le moteur de ses ruptures, il puise dans ses obsessions favorites mais les mots possèdent un air de déjà entendu.

 

Pour rappel: Murat est à La BOULE NOIRE en Novembre, et à Massy.

 

LE LIEN EN PLUS VACANCES

Vidéo de vacances de fans... Roche Charles, Murat le Quaire....

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Patrice 09/09/2020 15:26

A propos de Roche Charles :
Martial Decoster a mis,sur Y.T.,depuis 4 ans sa visite musicale de Roche Charles intitulée:
JLM Dans la direction du Crest .
Ceux qui y sont allés ou qui le projettent (Murat en plein air dans les oreilles) comprendront !
Bonne(s) découverte(s)!

Thierry 08/09/2020 21:35

Bonsoir,
Vendredi 11, le Tour de France passe par Douharesse!!
Peut-être aurons-nous la chance d'apercevoir notre "Champion Auvergnat" sur le bord de la route.

Patrice 07/09/2020 09:56

Salut !
En effet,les infos muratiennes risquent d'être rares avant novembre. Quant au vinyle "BIRD",les 5 "totalement" inédites ne peuvent donc pas contenir les 3 de l'EP Mashpotétisés...Surprise !
Cet été,Libération a raté 2 occasions d'évoquer MURAT:
en faisant l' i.w de l'arrière-arrière petit-fils de Joachim Murat, point d'allusion au Prince d''Orcival,
ce w.e ,sélection "Tous en selle " ,5 chansons autour du Tour de France ,point de "Champion espagnol",tant pis pour l'évocation de "l'Aigle de Tolède"...(mais il y a Fred Poulet ,Dick Annegarn).