Publié le 31 Mars 2010

 

Le webzine Magicbox qui avait organisé le concours pour gagner des places pour le concert de saint-Malo était bien sûr présent au concert. Je surveillais donc leur site.

 

L'article vient d'arriver écrit par Mike S.:

http://90plan.ovh.net/~lamagicb/visuArticles.php3?typeArticle=2#4056

 

En voici des EXTRAITS :

 

 

"Pain béni pour Jean-Louis Murat du coup, qui peut débuter son concert sur du velours. Accompagné de trois musiciens, un vieux compagnon de route au clavier, Denis, un batteur et un bassiste. Lui-même s’accompagne d’une guitare. Cheveux au vent, rasé de près et même pas imbibé de quelques supstance que ce soit, il débute son set sur Ginette Ramade, un titre de son dernier album, Le cours ordinaire des choses. Une façon de nous faire entrer dans son univers, rempli de grands espaces, de hautes montagnes, de jolies bergères et de drames pleins d’effroi".

 

"Jeans et chaussure de ville, chemise allongée froissée, Jean-Louis Murat ne mise pas tout sur l’apparat… Pire, il ne mise pas vraiment non plus sur son interprétation. Non, il donne l’impression de laisser vivre les chansons, telles qu’elles sont avec leur mots choisis et leur mélodies pas toujours évidentes en version live. En effet, c’est dans une certaine nonchalance, pour ne pas dire absence, que Murat déverse ses chansons, à moitié absent diront les médisants, absorbé, diront les autres.
Reste qu’effectivement, son nouvel album est riche, entêtant, et le concert coule alors de source...."

 

 

"Se mettre aux anges (Ah, un titre de Lilith, tout de même…) viendra déjà finir la première partie de ce concert, qui sans virer sur les chapeaux de roue, laisse le public véritablement aux anges, même si on sent toujours cette impression de distance entre Murat et le public. Il n’ouvrira d’ailleurs la bouche entre chaque titre que pour dire bonjour et au revoir, et aussi pour demander si l’équipe de France de rugby a battu l’Angleterre… Les Clermontois sont démasqués…
Le rappel commence et termine sur des sonorités tres électriques et tres puissantes, avec Comme un incendie et M Maudit, des titres qui laisseront court à quelques notes d’improvisations et quelques effets de larsen, juste pour dire que le show de Murat n’a rien de statique ! "

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 31 Mars 2010

 

Du lourd en vidéo pour ce soir... Le concert filmé sur le Mustango Tour... par Five'R naturellement. Ce n'est pas totalement inédit sur le net.. mais certains le découvriront j'espère...

 

 

Voilà comment l'annonçait la chaine belge:



Séducteur bougon, romantique rustique, Jean-Louis Murat est un personnage unique dans la scène musicale française. La Deux vous propose ce mercredi 21 février de revivre le concert "Mustango Live" enregistré à l'Ancienne Belgique en mars dernier.

Ce concert " Mustango live " que vous propose La Deux ce mercredi a été enregistré à l'Ancienne Belgique le 8 mars dernier. La réalisation de Serge Bergli a réussi avec "effets" à traduire en son et en images l'univers intime et torturé de ce chanteur auvergnat anticonformiste. Sur scène, Jean-Louis Murat est entouré de ses musiciens : Denis Clavaizolle, Alain Bonnefont et Oomiaq Regis Pulisciano.

Depuis "Cheyenne Autumn", il y a dix ans, Jean-Louis Murat n'a cessé d'avancer, de chercher, d'explorer, de s'aventurer toujours un peu plus loin vers les contrées musicales qui l'appellent depuis l'adolescence. Album de rencontres où prédominent l'échange et le respect mutuel, "Mustango" n'a rien d'un artificiel album français made un USA de plus. De la comptine "Au Mont Sans-Souci", souvenirs d'enfance interprétés seul au piano et à l'harmonica, au morceau de bravoure "Nu dans la crevasse", longue complainte rappelant Leonard Cohen, Bob Dylan ou Neil Young, il s'agit bien d'un pur disque de Jean-Louis Murat. Mais d'un Murat qui se serait fait des amis. Car les onze titres variés de l'homogène "Mustango" reflètent bien le son d'un troubadour enfin rejoint par de véritables compagnons de route. Qu'en sera-t-il du nouvel album ? Réponse dans quelques semaines...

 

 

 

 

 



Jean-Louis Murat : "Mustango Live", ce mercredi 21 février, à 20h15 sur La Deux
(une réalisation de Serge Bergli, coproduite par Be./Belgian Waffles Film Factory/RTBF).

http://old.rtbf.be/rtbf_2000/bin/view_something.cgi?type=article&id=0047033_article&menu=0054383_menulist&pub=RTBF.PORTAIL%2FPORTAIL.FR.la_taille.SP.CULT

 

Petit résumé sympa de cette tournée sur le Lien défait:

http://www.leliendefait.com/index.php?idPage=tourneeDtl&idTournee=3

 

Selon  un certain Alain B., il s'agit du meilleur live jamais enregistré par un artiste français":

En 1999, après un séjour à New-York, deux chansons co-écrites avec Murat, « Les hérons » et « Le fier amant de la terre », se retrouvent sur l'album Mustango. L'album sera suivi d'une tournée d'un an et demi, de près d'une centaine de concerts, avec un passage au Québec et en Espagne. Alain y officiera aux claviers. La tournée sera immortalisée à l'Ancienne Belgique de Bruxelles, sous la forme d'un film, et fera l'objet d'un album live, Muragostang, sur lequel Alain Bonnefont apparaît en tant que musicien, mais aussi compositeur, pour deux titres, album qu'il se plaît à qualifier de « meilleur live jamais enregistré par un artiste français ! ».

http://www.believe.fr/albums/37836,cosy-corner.html#content_bio

 

 

Allez, l Mme, Mlle, Monsieur, le cinéma Blog'Pierrot est heureux de vous présenter, ce soir, la production Five R, assisté de dailymotion... et un peu aussi grâce aux belges,  MURAGOSTANG, THE LIVE in Brussels!!

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 30 Mars 2010

C'est sur le site  du "soir", le journal belge avec une interview dont on a déjà parlé. En fin d'article, il est évoqué les 4 "nouveaux partenaires" de F. HARDY sur cet album. Et en deux lignes, deux infos intéressantes:

 

Jean-Louis Murat

Jean-Louis Murat

Le disque était déjà terminé quand Françoise a reçu de l’Auvergnat cette chanson en anglais, « Memory divine ». Virgin voulait une traduction française. Murat a dit non. Françoise a voulu changer lick par live a late passion. Murat a dit non."

http://archives.lesoir.be/?action=nav&gps=760467

 

Murat sait donc dire non... c'est un scoop... Plus sérieusement, intéressant de savoir qu'il a  défendu son texte anglais (on se rappelle que le critique Cassavetti regrettait justement ce choix), jusqu'à refuser le changement de mot. Lick signifie lécher = panser... Effectivement, c'est nettement plus muratien et surtout plus signifiant que  "live": vivre.  

 

"Oh memory divine
I wander
When death to death
Is done
I wander
I need to lick a late
Late late passion
At every station

Of the cross

 

J'ai besoin de panser une ancienne ancienne passion à chaque station du parcours... Enfin, quelque chose comme ça... Moi, je ne parle pas vraiment anglais.  Comme langue, j'ai juste fait deux ans de cours par correspondance de Muratien....

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 30 Mars 2010

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 30 Mars 2010



Quelques trucs sympas:
- à la fin, Jean-louis Murat met les choses au point sur son manque de communication avec le public sur scène.
- un nouveau graal dans les malles :  Au mois de janvier, j'ai écrit continuellement pendant un mois. C'est un poème de 2 500 vers illustrés par des dessins. J'aime beaucoup ça, mais cela ne me viendrait jamais à l'idée de le publier.


http://www.nordeclair.fr/Loisirs/Musique/sorties_disques_-_rencontres/2010/03/30/jean-louis-murat-vagabondage-poetique.shtml

Cliquez sur le site de NORD ECLAIR!


Pour archives:

"TOURCOING

Jean-Louis Murat, vagabondage poétique

Il a enregistré à Nashville son dernier opus, l'excellent « Le cours ordinaire des choses ». Des odes intemporelles tour à tour lumineuses, orageuses, inquiètes, lascives. L'ermite auvergnat sera en concert ce vendredi au Grand Mix.

PROPOS RECUEILLIS PAR PATRICE DEMAILLY
Ce crochet par Nashville était-il l'envie du moment ?


>> Cela faisait longtemps que j'y pensais. Là, ça tombait bien, j'avais des chansons prêtes. Tout était réuni même le cours du dollar (rires). Si je pouvais enregistrer un disque sur deux à Nashville, ça m'irait parfaitement.

Vous n'êtes pourtant pas fan à la base de country...
>> Moi, c'est plus Memphis, le rythm and blues ou la soul.
Je n'ai pas de disque de country à la maison, ce n'est pas mon truc. Par contre, j'ai toujours su que les musiciens de la country étaient les meilleurs. Dylan disait aussi toujours ça.

Que leur avez-vous dit en arrivant ?
>> Ils m'ont demandé de quoi parlaient les textes. Je leur ai dit que ce n'était pas leur problème, qu'ils devaient juste écouter la musicalité de la voix. On a vu chacun ce qu'on était capable de faire et on s'est calé.
Il faut être bon, timide, mais pas inhibé.

Timide, Jean-Louis Murat ?
>>Dans beaucoup de situations, oui. Rentrer dans un magasin est un exercice impossible pour moi.

À l'écoute du disque, votre patte reste néanmoins significative...
>> C'est ce que j'espérais bien. Je ne suis pas allé là-bas pour ramener un truc Nashville. Au départ, j'avais un peu les jetons. Il n'y a qu'à la fin avec la pédale steel et les cordes que je me suis dit qu'il fallait mettre une petite touche Nashville.

On vous colle souvent l'étiquette de poète maudit. La chanson « M. Maudit » est-elle une manière de répondre ?
>> Certainement. Je me dis souvent que c'est une malédiction d'être comme je suis. Cela m'arrive au moins une fois par jour.

Vous ne vous aimez pas ?
>> Je ne peux pas me supporter. Franchement, j'ai vraiment du mal avec moi-même.
Cela me pèse beaucoup. À la maison, ma femme a l'habitude, elle m'entend dire : « Murat, j'en ai marre ! ». J'aimerais parfois avoir une autre identité.

Pourquoi ne pas enregistrer sous un pseudo ?
>> J'ai déjà essayé, mais on me reconnaît facilement (rires).


« Chanter, c'est ma façon d'être au monde/Chanter, c'est ma façon d'aimer... ». Ailleurs, est-ce l'enfer ?
>> La façon dont je m'identifie à mes yeux, c'est quand je chante. Sans ça, je n'ai pas l'impression d'exister. Je me fais gravement chier. Si au bout de trois ou quatre jours, je n'ai pas écrit un nouveau morceau, je sens que je vais devenir fou. L'ordre impératif vient de l'intérieur. C'est finalement une affaire de santé mentale.

N'avez-vous jamais eu envie de publier des recueils de poésie ?
>> En France, les tirages sont entre 300 et 500.
Tu paies de ta poche pour les sortir. Au mois de janvier, j'ai écrit continuellement pendant un mois. C'est un poème de 2 500 vers illustrés par des dessins. J'aime beaucoup ça, mais cela ne me viendrait jamais à l'idée de le publier.

Peut-on dire que votre écriture s'appuie davantage sur la musicalité des mots ?
>> Complètement. Trenet, Gainsbourg ou Brassens, c'est essentiellement l'amour de la musicalité de la langue. On n'échappe pas à ça. Donc d'un seul coup, on retombe sur une connotation littéraire de la chanson française qui est très forte. Ce serait idiot de vouloir échapper à ça.

Vous avez dit un jour : « Je suis l'éboueur de la chanson française ». Qu'entendez-vous par là ?
>> Que la messe est dite. Je pense qu'il va y avoir une sorte de dissolution de la réalité française dans une réalité européenne. Je pense qu'on est en fin de course. J'ai vraiment l'impression de cuisiner avec des restes. Je trouve que la culture française n'est plus très vibrante. Je connais plein de gens qui parlent toute la journée en français et dès qu'ils se mettent à chanter ils le font en anglais. C'est un peu comme une sexualité de substitution.

Sur scène, vous êtes un peu dans votre bulle...
>> Cela me cause des problèmes parce que les gens ont l'impression que je ne suis pas sympa. Je bascule dans une sorte d'état de transe ou second. Je suis comme déconnecté si bien qu'après le concert je ne me souviens plus de rien. Je ne suis pas très communicatif, mais ce n'est en aucun cas du mépris. Je ne peux pas finir une chanson et dire : « Bonsoir Tourcoing, vous allez bien ? ». Cela sonnerait faux parce que je n'ai pas du tout la tête à ça. Mais je me défonce tellement sur scène qu'il me faut un bout de temps pour m'en remettre.w



LE LIEN EN PLUS:

Un article sur le festival de Carcassonne où se produira le barde auvergnat tout enmurraillé.
http://www.ladepeche.fr/article/2010/03/30/807189-En-bastide-un-volet-gratuit-de-valeur.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 29 Mars 2010

Bon... alors, Jean-Louis Murat va débuter sa rude semaine... une belle série de concerts... Pas trop d'infos et de presse en Belgique pour le moment à se mettre sous la dent...

http://www.rtbf.be/lapremiere/concours/details_jean-louis-murat-aux-vw-spring-sessions?id=839
(apparemment, toujours des places à gagner)

La promo du Françoise Hardy nous permet de tomber souvent sur le nom de Jean-Louis Murat.... mais la plus part du temps au milieu des autres personnes qui ont collaboré avec hardy sur l'album... Cette participation ne suscite donc pas un intérêt particulier.... Au contraire, il est souvent question de Thomas et de Jacques. On aurait pu penser que ce titre en anglais fasse parler de lui un peu plus...
Une Interview audio où est diffusé la "melody"... mais où Jean-Louis Murat  n'est pas évoqué:
http://www.france-info.com/chroniques-culture-et-medias-2010-03-29-la-pluie-sans-parapluie-de-francois-hardy-423488-81-336.html

Dans celui-ci, une phrase "'Jean-Louis murat a pris un titre cultivé dans son jardin"
http://www.lanouvellerepublique.fr/dossiers/journal/index.php?dep=IG&num=1595910

Agathe, sur le site suite101.fr   (elle avait chroniqué le CODC):   
Jean-Louis Murat (Memory Divine) lui ont écrit quelques textes et composé des musiques. On sent la patte du grand Murat sur Memory Divine qui est un titre sensuellement irrésistible !
Read more at Suite101: La pluie sans parapluie, Françoise Hardy: Un bijou délivré avec finesse et élégance http://chansonfrancaise.suite101.fr/article.cfm/la-pluie-sans-parapluie-franoise-hardy#ixzz0jaL0n4U9

L'émission audio de télérama qui critique Camélia Jordana et Hardy... mais rien sur Murat avant la 21e minute.
http://www.telerama.fr/musique/les-sonos-tonnent-15-camelia-jordana-vs-francoise-hardy,53815.php
Cassavetti regrette ce titre en anglais "qui casse l'ambiance alors que c'est une bonne chanson, qu'elle aurait pu chanter en francais".


On a quand même eu droit  à un message sur FB de la part de Jean-louis Murat pour parler de ce titre.



Enfin, Bruno sur le forum a annoncé un scoop ce matin alors que ce n'était pas annoncé sur le site officiel et sur caramba.fr   : Jean-Louis jouera à l'alhambra en novembre... C'est à Paris. Ce n'était pas non plus annoncé sur le site de cette salle ce matin, un ancien music hall, mais les billets étaient en vente sur internet.  


LE LIEN EN PLUS:

On a déjà parlé Rouge Madame qui fera la première partie à Paris. JL Murat l'a rajouté dans son "top amis" de Myspace.Voici un autre article:
 http://estonie-tallinn.blogspot.com/2010/03/rouge-madame-en-concert-au-bataclan.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 27 Mars 2010


Juste de la musique...  sans commentaire (je ne suis pas si bavard)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 27 Mars 2010


en attendant celui du lien défait* !!  compte-rendu (avec une photo) d'un concert très électrique...

http://www.chorus92.fr/web/chorus/actualite?p_p_id=56_INSTANCE_32Fh&p_p_lifecycle=1&p_p_state=normal&_56_INSTANCE_32Fh_articleId=478440

Jeudi à Saint-Cloud, Jean-Louis Murat et ses musiciens donnaient un ton véhément au cours ordinaire des choses...

On s'en doutait un peu : Le Cours ordinaire des choses, son dernier album enregistré à Nashville avec les meilleurs alligators de studio, semblait taillé pour la scène. Confirmation sur celle des Trois-Pierrots où Jean-Louis Murat renouait avec sa dream team, Stéphane Reynaud à la batterie, Fred Jimenez à la basse et Denis Clavaizolle aux claviers. Concentré – pour ne pas dire taiseux – sur les premiers morceaux, Murat lâchait la pression à mesure de sa complicité musicale évidente avec « ses petits camarades ». La tenue savamment négligée – jean troué de jeune, tunique grise et cheveux longs impeccables – le plus américain des Auvergnats usait de sa guitare comme d'une arme à canon rayé pour flinguer une bonne partie de la concurrence. Un blues-rock mat, dense, puissant, le son Murat, traversé de solos que ne renierait pas Neil Young et gorgé de cette voix qui va de l'intime à l'éclatant. Les premiers moments dénoués, il s'offre quelques échanges faussement désabusés avec la salle, confesse son manque de savoir-vivre « je n'ai même pas dit bonsoir...», fait sonner « Sainnt-Clowd » à l'anglo-saxonne ou lance le groupe dans une intro délirante façon Métal allemand... La force d'ailleurs de ce quatre cylindres en ligne est de nous offrir des versions live qui ne font pas dans l'économie d'énergie : Taormina est méconnaissable et volcanique, Comme un incendie brûle au phosphore, quant au dernier rappel, c'est un très étonnant Examen de Minuit où Baudelaire et Ferré rejoignent les vieux fantômes du blues des origines...
En première partie, Luciole avait pris la salle au charme. Talent vocal, jolies atmosphères et présence expressive pour un moment qu'elle avouait très spécial : le dernier concert d'une longue tournée qui commençait il y a un an, déjà sur la scène de Chorus, lors du dernier Tremplin de la chanson.

DL

 

* Le compte-rendu de Marc est arrivé (bien écrit!)
http://www.leliendefait.com/index.php?idPage=ConcertDtl&idConcert=412

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 27 Mars 2010

Bonjour,

voici un compte-rendu  par un non-muratien sur son blog.

http://lennystc.wordpress.com/2010/03/27/chorus-92-acte-1-murat-a-saint-cloud/#comment-140

Pas grand chose sur la musique, même s'il a apprécié... Par contre, le manque d'enthousiasme et de communication de Jean-Louis Murat lui est resté sur la patate. Dommage... J'espère que Jean-Louis va se dérider un peu les concerts venant... même si, comme je l'ai déjà dit, pour Murat,  flots de parole  ne signifie pas être "être bien" durant un  concert...

J'ai vu Biolay hier et  c'est l'excès inverse. Merci, merci, et mains sur le coeur ou poing levé après chaque morceau, avant chaque morceau... pendant chaque morceau... j'ai du mal à trouver ça totalement sincère... Ceci dit il a un côté "parano et sentiment de persécution" (cf FB et myspace) et il a peut-être besoin de ce réconfort.
Est-ce une raison pour livrer un set aussi facile, des orchestrations rentre-dedant, bruitiste et jeuniste?  Dommage... Ses chansons passent très bien avec un peu de piano, et un  violoncelle... exemple : les cerfs-volants que j'adore... et délivrés là avec toute l'artillerie, alors que ça commencait si bien... à en ressentir des frissons. La seule séquence avec piano solo est expédiée presque au début...  Gérard Collomb, le maire de Lyon, en loge, accompagné de Nadjet et de son âme damné (et du maitre du lieu Victor Bosh (et producteur de Notre Dame de Paris),  aura peut-être les oreilles qui sifflent aujourd'hui.
En tout cas, des beaux moments quand même (j'étais un peu à contre-courant du public appréciant beaucoup "lyon presqu'ile et padam, merco benz - avec allusion à Carla, mais mis dans le même sac que Sarko, et ses capo), et je l'ai trouvé en net progrès vocaux et en terme de présence. Il s'est bien lâché... mais pour un concert rock, que pas un gars sur scène fasse tomber la veste... ça fait comme chiqué!

A vrai dire, je le reverrai bien une deuxième fois pour me refaire une idée précise... j'ai eu du mal à me dépolluer l'esprit. C'est quand même assez dramatique... Entre autres, j'avais toujours tendance à penser à ce que je vous dirais du concert... Il faut que je prenne d'autres dispositions mentales  le 7 avril, à Clermont! Pas envie d'y jouer le journaliste au détriment de la vie...

J'apprends maintenant que Biolay sera aux nuits de fourvière... et j'y  serai!! ... mais pas de Jean-Louis Murat...


Laurent Cachard qui nous avait joliment décrit la rencontre "carte blanche" à Lyon propose un article sur ce même concert de Biolay hier, toujours aussi bien écrit (bien sûr: vous pouvez trouver son livre dans toutes les livreries).   Il fait référence deux fois à Murat et a beaucoup apprécié... Il estime par contre à une demi-heure le temps passé au piano solo... là, soit j'ai tellement apprécié que le temps a passé trop vite pour moi... soit y a un problème....
http://laurentcachard.hautetfort.com/archive/2010/03/27/le-superbe.html

J'oubliais de dire que la première partie m'a permis d'écouter ELEPHANT... déjà remarqué sur myspace par Alain Bonnefont notamment. Gentillet. 
 http://www.myspace.com/elephantmusique


Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 25 Mars 2010



Sur le site du Nouvel Obs, on présente le programme du salon du livre... et la journaliste regrette l'absence de Jean-Louis Murat... Etonnant, non?  Petit tacle ou véritable référence à l'oeuvre du BrunoÏ? Mon avis n'est pas tranché...

http://bibliobs.nouvelobs.com/20100325/18519/salon-du-livre-demandez-le-programme

De 18 à 19h, Alain Mabanckou, Marie Darrieussecq, Enki Bilal et Yves Coppens évoqueront la figure littéraire de l'homme-animal. Dommage que Jean-Louis Murat n'ait pas été invité.


J'opte quand même pour un petit tacle par rapport à la pochette du CODC.... dite lycanthropique par le poto Bayon

cd promo comme un incendie


Mais enfin, le thème de l'animal et la sémantique de l'homme animal  sont  en effet assez... et je dirai même  vachement... présent chez Jean-Louis.... en digne héritier de Manset et son "animal on est mal"... Hélas, un animal qui a conscience de sa propre mort... et pour Jean-Louis qui est particulièrement hanté par le temps qui court et l'inévitable. Peut-être pour ça, qu'en contrepoint, il cherche à stopper cette course du temps... dans les tempos, la contemplation de l'instant et l'éternité de la nature.... même si on finit parfois plongé dans le paysage.


Prenez le bestiaire que j'avais dressé là:
http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-bestiaire-liste-dressee-non-ordonnee--43211049.html

Et cette petite chanson:

Et ce petit texte :les animaux/ paradis perdus

PARADIS PERDUS

 

châteaux en Espagne
paradis perdus
chant insaisissable
du mammifère déchu

paysages usés
jardins suspendus
parfum véritable
des jouissances aiguës

je veux trouver la mort
en voiture de sport
briser la carcasse
répandre le contenu
oh Cathy aime moi

l'âme est impénétrable
vois ces vies d'amour gâchées
la lame rouge des sabres
fouille l'éternité

vois l'abondance est brutale
quand on ne désire plus
on crache le champagne
on chante
bouche que veux-tu ?

je veux trouver la mort
en voiture de sport
briser la carcasse
répandre le contenu
oh Cathy aime moi

 

...pour un tombeau païen
à ma vie occidentale
j'ai une vie de chien
dans le règne animal

vois ma quête est frénétique
j'ai le sommeil gorgé d'eau
je rêve d'une musique
pour tous les animaux...

 

LE LIEN EN PLUS:

Puisqu'on parle un peu des textes ce soir... voici un lien avec une petite analyse sur "la chanson de Dolores l'irrégulière"...
http://lecomitedesoranges.blogspot.com/

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques