Publié le 31 Mai 2010

 

Je suis tombé sur cet article en cherchant des références sur Giscard... et je l'ai trouvé intéressant... d'autant qu'il y a de la matière... Hélas, je n'ai pas la revue originale, ni les scans

 

 

 

 

LES INROCKUPTIBLES n°54, avril 1994

 

 

"Aujourd'hui chagrin, chagrin gros comme une vache" , note un berger. Tout s'enracine dans un écart, celui qui sépare une enfance et un métier, la ville et la campagne, plaine et montagne. Jean-Loup Trassard, écrivain, et Jean-Louis Murat, chanteur, s'ils ne sont ni l'un ni l'autre berger, gardent la mémoire d'un pays. A Paris, l'eau-de-vie de prune à portée de main, entourés d'objets paysans - coffin, couailler, coudert -, ils interrogent le lien entre ce monde de leur enfance et l'aujourd'hui, semblent se demander comment vivre en accord avec soi.

Plein air

Propos recueillis par Michel Jourde et Hadrien Laroche

Illustration Baudoin/Futuropolis

 

 

 

Murat

Trassard

- Moi, c'est différent, justement parce que mes ancêtres n'étaient pas de la Mayenne, même si mes quatre grands-parents sont de l'Ouest. Mon père avait acheté cette maison, la maison de vacances de mes grands-parents maternels. Vous, les ancêtres en étaient et votre père est parti. Moi, mon père n'en était pas, c'est moi qui suis né là et j'y suis resté. La Mayenne dans la famille, ça commence avec moi et ça va peut-être bien s'arrêter là, d'ailleurs.

La maison et le berceau.

Murat

- Ça finit avec moi. Aussi loin que j'ai pu remonter, au début du XVIIe siècle, ma famille était déjà dans la même vallée. C'est-à-dire un kilomètre de large, cinq kilomètres de long. Enracinée là. J'ai vécu le déracinement du monde rural, qui commence dans les années 30, puis s'amplifie, devient définitif dans les années 50 -60 et s'achève chez nous par le remembrement, ce truc horrible qui a tout modifié, en l'occurrence le paysage de mon enfance. Vous aussi, vous avez eu le remembrement ?

Trassard

- J'ai eu la chance de ne pas l'avoir dans la commune. J'avais terrorisé le maire en lui disant que je serais au bout de mon terrain avec mon fusil s'il y avait le démembrement, et comme c'était quelqu'un d'assez craintif, il ne voulait pas avoir d'histoire, ni avec moi, ni avec d'autres. Parce que le remembrement a été opéré dans deux communes voisines et tout le monde était fâché avec tout le monde: les échanges de terrains étaient injustes, le conseil municipal se refaisait des fermes sur mesure avec le terrain des autres, ça se finissait très mal. Mais le remembrement continue et je continue à me battre au nom des autres. Maintenant, ça s'appelle "rénovation foncière", pour changer. Le remembrement continue, malgré le ministère de l'Environnement, malgré le fait qu'il ne faut plus de production agricole alors que c'était sa seule justification. On continue à raser le paysage, à raison de dix mille arbres par commune remembrée dans le bocage mayennais. Il y a encore une dizaine de communes en remembrement, la préfecture donne son tampon pour des questions de fric, parce que le géomètre gagne 300.000 francs chaque fois qu'il remembre une commune. Tout le monde est payé au pourcentage. C'est insensé, l'état dans lequel on retrouve la campagne après.

Murat

- Dans le petit village où j'habite - enfin le hameau, puisqu'il y a deux foyers -, le voisin du dessus, l'Emile, me racontait qu'ils sont arrivés avec les bulldozers. Comme c'est à 1200 mètres et qu'il y avait beaucoup de bêtes, on les amenait à des bacs creusés à même la pierre, avec une vieille croix. En un quart d'heure, ils ont tout pulvérisé, cassé les bacs, renversé la croix et tout égalisé. Donc dessous, il y a les morceaux de bacs, les morceaux de croix. Beaucoup de croix sont passées comme ça sous les bulldozers. Il n'y a plus de bacs. Ça ruisselle dans tous les coins. Vous ne trouvez pas aussi que le mot de remembrement est drôlement vicieux ? Il y a la remembrance, le "remember" anglais, le souvenir. Donc, la racine de remembrement est le souvenir, alors que le mot dit le contraire. Comme vous le dites, le souvenir et l'émotion passent beaucoup par la reconnaissance intime d'un paysage. Dès l'instant où on y touche, on bouleverse nos souvenirs.

 

 

Trassard

Murat

- C'est vrai, je suis un Bercail. Ma famille s'appelle Bergheaud et les Bergheaud se sont toujours appelés Bercail. C'est le surnom de la famille, je ne sais pas pourquoi. Mon voisin m'appelle le petit Bercail et dans Montagne, mon grand-père est aussi un Bercail. la petite vallée du Vendeix d'où je suis, c'est évidemment aussi un berceau.

Trassard

- Mes vallées à moi sont très petites: juste une vallée infime où coule un ruisseau. Mais c'est mon berceau. Je m'y couche. Je ne pense pas qu'on en sort. j'ai l'impression que Jean-Louis Murat essaie plutôt d'y rester ou d'y retourner, moi j'ai essayé de ne jamais en partir. j'en sors des livres, mais moi je n'en sors pas.

 

Murat

- Je me sens beaucoup plus en porte-à-faux. Avec cette génération qui a sauté, j'ai l'impression d'être un peu dans l'illusion. Jusqu'à 15 ans, je suis resté dans la ferme de mes grands-parents, c'est-à-dire pas d'eau courante, comme au XIXe siècle ou comme au XVIIe ou au XVIe : mes grands-parents ne parlaient que le patois. Après, il y a eu une énorme rupture. Et je garde, je garde... Je me rends bien compte que ça participe essentiellement d'une richesse - si richesse il y a - mais c'est aussi un piège. la nostalgie et le souvenir me piègent à chaque fois. Parce que j'ai l'impression de m'être mis dans une trajectoire vaine, où je voudrais refaire le lien : et je sais que je ne peux pas le refaire. Et des fois, je me sens tellement décalé surtout par rapport à mes voisins, mon voisin Emile, qui est tout à fait comme mon grand-père : je me sens comme un touriste. Tous les gens qui rachètent les fermes des grands-parents, aménagent ça comme une sorte de petit musée, à mon avis c'est pas bien. j'en arrive à penser que je préfère une ferme écroulée à une ferme mal remontée. Il y a toujours une belle-fille qui veut mettre une petite plantation d'épicéas sur le haut, alors ils vont chez Vilmorin acheter des arbres au lieu de laisser venir les frênes et les hêtres. Non. D'un seul coup, ça ne veut plus rien dire. Et ils se mettent à peindre les volets en blanc, à la parisienne. Je déteste ça. Je préfère que la maison s'écroule.

 

Trassard

- Mais aujourd'hui, on est fatalement en porte-à-faux. Pendant des générations d'agriculteurs, le fils remplaçait le père, le gendre remplaçait le beau-père, etc. Ils étaient dans une sorte de lignée continue. Il ne se passait rien. C'était la vie agricole, depuis le néolithique jusqu'en 1945, disons. Même les vrais agriculteurs ne savent plus s'ils doivent continuer ou arrêter. Ils changent à tout instant. Mon ami berger du Queyras (Ouailles) a abandonné les moutons pour faire les vaches. Les éleveurs ne savent pas quoi faire pour essayer de durer, en pensant les trois quarts du temps qu'ils ne dureront pas. C'est pour ça que je leur en veux quand ils poussent à la roue, par exemple pour la destruction du bocage chez moi. Souvent, ils se disent "Tant pis, on bousille tout et on s'en va, puisque mes enfants ne seront pas agriculteurs, je m'en fiche : j'abats les arbres, j'abats les haies, j'abats tout: ce qu'il faut, c'est que ça rapporte dans l'instant et après, au revoir." Moi, j'étais d'une famille de bourgeois qui avaient une maison du XVIIIe et une petite ferme pour le plaisir d'avoir quelques vaches, parce que mon père était lointainement issu de l'agriculture et qu'il a toujours aimé avoir des bestiaux, du beurre et du lait chez nous. Maintenant, je joue à l'agriculteur depuis 1969, en étant à perte tous les ans depuis vingt-quatre ans. Alors je peux me sentir mal aussi. En un sens, je suis un vrai agriculteur, je suis inscrit à la Mutualité sociale agricole, je produis des bestiaux, de première qualité, je les vends, ma seule couverture sociale vient de là. En même temps, je suis un agriculteur bidon, je ne suis pas fils d'agriculteur, je suis à perte et je continue.

 

 

Murat

- En rachetant une autre ferme assez proche de la mienne, je voulais remettre des bêtes, prendre un fermier. Et je sais aussi que ça va être à perte. En même temps, j'ai le studio d'enregistrement et je sais qu'il va falloir faire de la musique pour me donner l'illusion que... D'un seul coup, je me dis "Mais attends, tu vas être Marie-Antoinette" (rires)...

Trassard

- Ben moi, je suis Marie-Antoinette. Mais après tout, ça peut être très heureux.

Murat

- J'ai un mal fou à m'y faire. Je ne vois pas tellement d'issue. Je me dis que je devrais peut-être arrêter, tout vendre et aller m'installer à New York.

Trassard

- Mais non, non. Je ne pourrais pas vendre ma racine, comme ça, c'est pas possible.

Murat

- Mais si on ne peut pas l'alimenter, cette racine, quel fruit, quelle croissance ?

Trassard

- Tout dépend de son influence sur votre création. Pour moi, c'est essentiel. Si cette racine passe dans votre création, c'est important d'être là. Et il est important d'avoir des bêtes, même si c'est à perte. Vous n'êtes peut-être plus un vrai agriculteur qui gagne sa vie en élevant des bêtes et en les vendant, mais vous faites autre chose de cette présence des bêtes. Elle passe dans votre création musicale ou poétique. Parce que ça conforte quelque chose en vous. Il n'y a aucune raison de dire "Tout ça, c'est des conneries et je vais vivre en ville." Ce sera tout aussi artificiel.

 

Murat

Trassard

- Je vois bien qu'il va falloir que j'arrête parce que mes affaires ne vont pas très fort par ailleurs. Eh bien, ça me rend malade. Le 31 décembre, on a fait naître un veau, le dernier de l'année, deux heures et demie avant les douze coups, et je suis descendu le voir deux jours après, avant de rentrer à Paris : l'étable était dans l'ombre, c'était la tempête dehors et un rayon de soleil entrait par la lucarne, comme dans les peintures, et atteignait juste la mère qui avait le nez devant le nez de son veau, comme ça, dans la paille, devant la crèche. Mais comment peut-on arrêter ça . C'est pas possible, pas possible.

 

Laval et La Bourboule.

Murat

- Mon idée fixe, c'est de retrouver toutes les conditions qui ont fait le petit bonheur chez mes grands-parents. C'est un entêtement enfantin. longtemps, ma seule motivation a été d'acheter une ferme et de pouvoir m'installer. Je me demandais quelle activité n'était pas trop emmerdante et pouvait rapporter gros. J'en étais arrivé à l'idée de faire mes petites chansons, grelin-grelin, et de voir si ça marchait. Plutôt que d'aller trimer chez Michelin et de ne jamais y arriver. Maintenant, j'ai la ferme, la deuxième ferme, l'Emile, les travaux et d'un seul coup, au moment d'acheter des bêtes, de changer de vie, de passer dans le définitif, c'est le doute qui me tient. Quand je vois ces objets chez vous ou ce qu'il y a dans votre œuvre, je me rends bien compte que la matière même de mon souvenir, la matière même que je recherche, passe par des situations qui ne peuvent plus exister, les gestes, les odeurs, les outils. Je suis parti de chez moi avant-hier, il neigeait. Je me souviens d'avoir été, des centaines de fois, réveillé très tôt en même temps que mon grand-père et d'avoir remarqué à l'oreille qu'il se passait quelque chose, pas la même lumière : il fallait aller faire la trace pour les bêtes, vers les bacs qui étaient à cent mètres. Je pourrais reconstituer tout ça, je n'aurais plus à aller faire la trace pour amener les bêtes aux bacs et à casser légèrement la glace dessus. C'est ce qui me manque finalement et qui rend vaine cette espèce de nostalgie. Je sais que même en y revenant, il y aura la trayeuse électrique. Alors qu'on faisait tout à la main. On faisait soi-même ses outils. Il n'y avait pas d'eau courante. L'électricité, on ne s'en servait quasiment pas, on se couchait à 7h du soir, on était debout à 4h. On parlait patois et on n'avait ni le journal ni la radio. Gestes, situations, mots, tout a changé. Il reste peut-être l'enveloppe, mais à l'intérieur, tout est devenu caduc dans les signes que je recherche.

Trassard

- Dans L'Espace antérieur, vous avez pu voir que chaque fois qu'on m'emmenait en ville - Laval, à 25 kilomètres de chez moi -, c'était l'horreur. Tout ce que j'en ai gardé, c'est la main en fer de l'épicier. On m'emmenait aussi parfois au Mans, la ville où mes parents s'étaient connus, et rien ne m'a paru plus sinistre. Là, j'ai commencé à détester la ville. Quant aux enfants des villes, jamais entendu parler.

Murat

- Pareil. la petite ville, pour moi, c'était La Bourboule. j'étais toujours avec mon grand-père, on voyait trois bœufs par jour. L'école, aller en ville, c'était une vraie terreur. Après, il y a eu Clermont-Ferrand. Mes parents s'en souviennent très bien: j'ai toujours été malade pour aller à Clermont-Ferrand. j'ai toujours tout fait pour ne pas y aller. On s'arrêtait tous les dix kilomètres, j'étais malade en voiture, j'y restais couché tant qu'on était dans la ville. Depuis, j'ai la haine des citadins. Je vois chaque citadin comme un déserteur. Je leur souhaite le pire. Que toutes les villes soient rasées, qu'il ne reste absolument plus rien. Déjà, avec les filles, ça ne marchait pas du tout. Elles trouvaient toujours que je sentais la bouse de vache. Je me retrouvais toujours en marge. Même dans la classe. Toujours celui qui pue. Surtout à partir du mois d'avril, autour des vacances de Pâques, j'amenais du fumier, j'avais des pièces pour charger un tombereau chez les voisins. Et dans cette petite ville de La Bourboule, mille huit cents habitants, j'étais toujours en marge. Je les déteste tous encore. Tous. Je n'y fous jamais les pieds. Jamais je ne pourrai vivre avec une fille de la ville.

Trassard

- Moi, j'ai toujours eu le mythe d'amener une citadine à la campagne... C'est une tentation. L'idée d'obtenir une sorte de transformation d'une femme à qui l'on fait découvrir le monde de la campagne. Ça a toujours été ma tendance.

Murat

- Ça m'est arrivé vaguement, mais que de temps perdu à essayer de communiquer les sensations. Car il y a des sensations incommunicables.

Trassard

- le rapport à la nature peut se transmettre. Ce qui est difficile, c'est la connaissance de la terre, le côté agricole des choses. Mais en fait, j'aime assez bien être l'initiateur. j'ai rencontré des femmes qui me disaient parfois "Moi, je n'aime pas la campagne." Pour moi, terminé. Mais si elles disent "Ah bon, la campagne, je ne connais pas du tout", je suis content. Je n'ai pas été lié avec des filles de la Mayenne mais j'en ai approché : j'ai l'impression qu'il y a un rejet de la campagne chez les filles de la campagne. Et c'est peut-être ce qui différencie ma région de beaucoup d'autres en France : les gens n'y sont pas sensibles au paysage. Ils rêvent de la ville. Donc on se croise. Une fille de ma campagne que vous pourriez épouser en Mayenne n'aurait qu'une envie : que vous la fassiez vivre en ville, ou à la mode citadine. Ou alors, il faudrait qu'elle soit exceptionnelle.

Murat

- Disons que Marie est exceptionnelle. J'ai eu de la chance.

 

 

 

L'échelle et l'escabeau.

Murat

- Le paysage de l'enfance se décalque à l'intérieur, sur l'âme. Je retrouve cette idée dans ce que vous écrivez. L'apaisement et la sérénité ne viennent que lorsque la réalité et le décalque se superposent parfaitement. C'est donc pour ça que je ne sors pas de l'enfance. Je vois que les arbres ont poussé et que moi, je n'ai pas poussé. Il faudrait presque que je prenne un escabeau pour retrouver le décalque parfait. Je déteste qu'on touche à quoi que ce soit dans le paysage que j'aime et qui m'a fait. Comme si je me vivais comme un paysage. Ce n'est pas tellement qu'ils le changent qui me désole, mais les friches. La friche qui gagne. le genêt. Je ne sais pas si chez vous c'est la même chose, mais l'ennemi pour le paysan, ce sont l'ortie et le genêt. L'ortie on s'arrangeait avec, mais je vois le genêt comme un élément étranger. Dans cette recherche d'un paysage qui me fixe et m'apaise, il y a des éléments qui gênent : les avions, les genêts.

Trassard

- Je me méfie un peu de ce mot, "âme", mais en fait je le ressens quand même. j'ai plutôt tendance, par vocabulaire, à aller vers la sensualité. Et le paysage de bocage, c'est véritablement mon corps. j'ai écrit un texte sur les haies qui sera dans le prochain recueil de nouvelles, La Terre à hauteur d'épaules : elle est là, quoi (le plat de la main gauche vient sur l'épaule droite). Donc, c'est contre le corps. Aussi bien dans la prairie berceau que je photographie toujours chez moi - ce sont deux ou trois prairies en enfilade - que sur les pentes du Queyras, des pentes très douces avec l'herbe rase, on met la joue. Pour décrire l'espace, j'ai besoin de dire où ça monte et où ça descend. Le lecteur s'en fout complètement. Mais maintenant, j'accepte, je le fais parce j'en ai envie ; c'est toujours lié à l'envie de marcher le paysage. J'ai marché en Lozère, en Aubrac, dans le Queyras, j'ai besoin que le paysage me passe dans le corps par l'intermédiaire des jambes. Et quand j'écris, c'est encore les pentes que j'essaie de dire, les montées, les descentes, les failles. j'ai fini par croire que le compartimentage de mon travail en nouvelles venait du compartimentage par les haies des petits champs du bocage. Dans le fond, c'est ce qui me convient : un chemin, ou un ruisseau, avec des haies. Alors, ça me touche beaucoup quand vous dites que vous ne voulez pas que le paysage change. Bientôt ne demeurera que la mémoire de l'endroit où il y avait une haie, sur cette haie des merisiers, tous les soirs dans ces merisiers des étourneaux, qu'à l'automne les feuilles étaient rouges. Il n'y a plus de haies, sinon dans la mémoire de quelques-uns. Quelqu'un se souvient d'une barrière et comment on la franchissait. Cet espace, j'essaie de le tenir dans mon corps et ma mémoire. Puis la mémoire va disparaître. Puis l'espace va être aplati. En Russie, il ne reste plus rien, c'est la plaine, plat comme le dos de la main, de Brestlitovsk jusqu'à l'Oural.

Murat

- J'ai une idée moins vaste du paysage. Ce sont des vallées, le berceau est plus profond, sortir de la vallée plus difficile. Ça m'arrache le cœur de sortir de la vallée. Moi aussi, j'aime beaucoup faire des randonnées, mais chaque randonnée est douloureuse. C'est un rapport amoureux avec ma vallée. En passant de vallée en vallée, j'ai l'impression de croiser une femme qui aurait pu être la femme de ma vie et ne le sera jamais. Alors ça m'amène à chaque fois un peu de tristesse.

 

Trassard

- J'ai fait trois séjours d'une semaine dans une vallée du Queyras. Il y a des vallées à côté qui sont aussi belles, je n'y vais pas. Je reste toujours dans la même vallée. Je n'ai même pas fini : je me promène, je ramasse des pierres, je regarde tout, je photographie tout, je patauge dans tous les ruisseaux, je veux voir toutes les fleurs... Ça prend du temps.

Murat

- Quand je change de vallée, j'ai un sentiment presque d'infidélité. Ou de jalousie. Ça ne me plaît pas tant que ça.

Trassard

- Pour faire des photos en Mayenne, j'ai un rayon d'action de deux cents mètres autour de la maison. Lorsque je vois des expositions, les gars sont allés dans les Andes, en Inde, en Egypte : moi, c'est le pré de la Planche, le pré du Cerisier : tout est à deux cents mètres. J'ai énormément de mal à essayer d'agrandir tout doucement ce cercle d'intimité.

Murat

- Pendant que j'écrivais des chansons pour mon album Vénus et celui de Jeanne Moreau, j'ai fait des centaines de photos : j'avais juste à tourner la tête pour voir la vallée en bas, les bêtes. Pendant trois semaines, à toute heure du jour, je prenais la photo - avec ces appareils jetables - du même appui sur la fenêtre, je savais que ça ne bougerait pas. J'avais l'impression en regardant ces photos, l'une sous l'autre, que les changements de lumière et tout ce qui peut se passer dedans, c'est vaste comme un univers. Surtout, le mouvement des troupeaux, saisir ces choses-là. je sais que votre expérience m'a influencé aussi. On pourrait presque partir dans une sorte de folie, installer l'appareil toujours à la même place, à toutes les heures, pendant dix ans, et ça suffit. ça pourrait me tuer aussi. Ça me fait vivre, mais ça me tue aussi : après, je fais des chansons sur une angoisse qui vient. Même en faisant des chansons, j'ai du mal à maîtriser cette angoisse. Quand j'ai rien à foutre, je prends des notes et je reste avec ma montre. Je calcule la vitesse du vent, les bourrasques. Je mesure la longueur de l'allée d'arbres, on voit bien les feuilles sous un souffle du vent plus fort que l'autre. Le temps que le vent met à parcourir les arbres. Je peux rester comme ça. A la limite, je ne bougerai plus de la fenêtre. Et je me dis que ça ne peut pas continuer ainsi... Vous, vous aimez les voyages.

Trassard

- L'idée de voyager, ce n'est pas du tout prendre l'avion - c'est l'horreur -, c'est l'idée d'avoir des godasses de marche. J'en ai deux paires, dont une que je me suis achetée après ma dernière marche dans le Queyras. Un vrai marcheur doit avoir deux paires. j'ai deux paires de chaussures et je ne marche pas. Je n'ai pas le temps, je n'ai pas la compagnie qui me convient. Parce que tout seul, ce n'est pas très jojo et à deux, il faut savoir avec qui on s'embarque, c'est pas simple. Au fond, presque tout nous ennuie. En lisant un entretien que vous avez donné, j'ai pensé "Il doit se forcer en permanence." Puis je me suis dit "C'est moi." Je suis un homme de devoir en plus, donc je fais tout ce que je dois faire, y compris ma toilette, mon lit, la vaisselle... Tout m'emmerde, mais je fais tout très bien, soigneusement. Même pour les autres, souvent je fais tout. Au point que j'en arrive à me dire que je n'ai plus de plaisir à rien. Et je m'inquiète, c'est le vieillissement, bon. Ma dernière expérience de grand plaisir, c'est lorsque j'ai été dans le Queyras en 1990 : pendant deux semaines, j'étais là, à la montagne, avec le troupeau et le berger. Je marchais dans les torrents en m'en servant comme escalier parce qu'il y a très peu d'eau l'été, et on monte comme ça avec l'eau. Et à tout moment, splash, je me mettais torse nu et je m'arrosais avec l'eau. Le bonheur! je suis encore capable de connaître le bonheur. J'étais vraiment content non seulement de le vivre, mais de me dire que la bête n'est pas crevée. Je sens encore quelque chose. Alors que dans la vie courante, maintenant je suis un peu dépressif parce que tout est déprimant. Je finis par ne plus avoir de plaisir à rien. Si on me demande "Mais quand même, qu'est-ce que t'aimerais faire ?" ... j'aimerais ficher le camp et marcher dans un paysage.

Murat

- Personnellement, j'adore être dégueulasse. Evidemment, on est civilisé. Mais mon grand-père se lavait une fois tous les trois ans, et encore! j'ai été habitué à me laver dans le bac. Je me lavais une fois tous les trois mois. Je plongeais dans l'eau. Après, avec toutes ces civilités et ces choses-là, on ne vit plus. A la campagne encore, on arrive à préserver un peu de mémoire de quelque chose qui a un peu de sens. Mais en ville, c'est une catastrophe. En ville, la vie n'existe plus. A part regarder les filles, il n'y a rien d'autre, quelques sourires, quelques regards, une démarche ou une silhouette. Sinon, une torture.

 

 

L'étalon et le cochon.

Murat

- Ayant été élevé avec des animaux, j'ai toujours fait mes vraies confidences à mes vaches préférées. j'ai tout appris de la vie des animaux. j'ai passé un temps fou à aller chez les voisins, à essayer de ramener le taureau, m'occuper des bêtes, les bêtes qui gonflent, les petits veaux. j'ai l'impression que l'apprentissage de ma sexualité vient entièrement de là. Plus je plonge dans l'animalité, plus je suis content. J'aime dans le plaisir des grognements absolument primitifs.

Trassard

- J'avais un étalonnier qui était aussi mon voisin. Il avait une ferme avec un mur pratiquement mitoyen. Maintenant il n'y a plus d'étalon, mais à l'époque il y avait six étalons percherons et les juments venaient. Lorsqu'une jument était en chaleur, l'agriculteur amenait les autres, pour voir si des fois elles ne se décidaient pas, ça lui faisait moins de voyages. Donc il venait avec trois, quatre juments qu'il attachait comme dans les westerns. Puis on sortait les étalons qui caracolaient, avec des gourmettes qui tintinnabulaient. Mon père m'avait dit qu'il ne fallait pas regarder, mais j'avais une petite échelle que je m'étais faite, pour voir par-dessus le mur. Et je passais ma journée à regarder ce cirque, c'était formidable. On m'a dit que c'était une opération de voyeur, mais pas du tout. j'étais totalement innocent et je ne comprenais rien à ce qui se passait. Surtout je n'ai jamais pensé que les bonnes gens faisaient des trucs semblables. Pour moi, c'était du cirque. Quand on va voir les éléphants et les tigres, ce n'est pas sexuel. Simplement, un jour, je suis tombé de l'échelle, je me suis râpé la gueule en descendant. Alors je l'ai refaite aussi sec.

Murat

- Mais après, adulte, ça revient. Ça me possède assez fort. Avec les animaux, j'ai eu des expériences parfois un peu effrayantes. Chez moi, à la saison, on tuait un cochon par semaine. j'aidais. C'étaient des choses absolument épouvantables, mettre le couteau dans le cochon pour récupérer les boyaux. Les boyaux dans le bac. j'étais extrêmement content. La première louche de sang, c'était pour moi. j'ai été élevé comme ça. Ça m'a marqué. j'ai l'impression que je peux tuer n'importe quel animal.

Trassard

- A la campagne, c'est habituel. j'ai été chasseur dix ans, ce dont je me repens encore aujourd'hui. j'ai descendu beaucoup d'animaux à la carabine d'abord, puis dix ans au fusil. j'ai arrêté sur un lièvre qui a fait un roulé-boulé au nez des chiens. j'ai enlevé la deuxième cartouche et j'ai dit "C'est fini." C'était en 61. Fallait finir les animaux et je trouve ça dégueulasse. Mais j'étais habitué. On avait un chat qui nous encombrait énormément, il nous volait tout, il était odieux. Un réfugié lorientais communiste qui logeait chez nous à la Libération - et qui a quand même fait mon éducation politique - a essayé de l'attraper et l'a enfourché. La fourche s'est piquée dans une planche et le chat était là. Il a fallu qu'on l'assomme, il était pris de travers. On a fait des expériences en coupant la tête du canard à la hache, puis en reposant le canard pour voir où il va. A la campagne, on faisait des trucs comme ça. Maintenant, je n'en ferais pas le quart. C'est la campagne: la mort comme la sexualité, tout est assez naturel. On tue les bêtes pour bouffer, ça saigne, on tue le cochon tous les ans. Un des trucs les pires que j'ai vus quand j'étais adulte et là, la sexualité intervient: castrer le cochon. Par le hongreur. Au lieu de couper les testicules, il les arrache. Ça m'est toujours resté comme une scène vraiment pénible. Il ouvre la poche, il prend, il tourne et il arrache. C'est quelque chose qui continue à faire mal assez longtemps.

 

Virgile et Pétain.

Murat

- Il y a quelque chose qui me turlupine. Avec ce que je dis, et la façon de le dire, je suis contacté par des groupuscules d'extrême droite. Chez nous, il y a des panneaux partout. "Le Pen c'est la terre" ou "La terre c'est Le Pen". C'est vrai que j'adore Henri Pourrat, Jean Giono. Souvent, dans les entretiens, on vient me chercher là-dessus. Il y a toute une idéologie de gauche qui a laissé ça en friche, c'est le cas de le dire : d'un seul coup, la terre, on ne sait plus à qui elle appartient. Il n'y a plus que Le Pen qui s'y intéresse. Et si tu te retrouves à défendre une certaine forme de régionalisme, ou moi à défendre juste ma vallée, tu es nationaliste, d'extrême droite. Il y a un mois encore, j'ai été contacté par une espèce de secte qui me fout la trouille, qui prend des extraits de mes chansons... Ma demeure, c'est chez moi et je ne veux pas que ça change.

Trassard

- Depuis quelque temps, une idéologie de gauche fait que lorsqu'on défend quelque chose de français, on devient immédiatement nationaliste et pourquoi pas lepéniste. De même pour ceux qui défendent la langue française: défendre la langue française aujourd'hui, ça donne une connotation antibeurs ou anti-américains. Moi, j'ai aussi l'impression que je défends la langue française. Et défendre l'agriculture, tout de suite c'est Vichy. j'ai fait une introduction pour un recueil de mes articles sur la vie rurale, qui se termine par un hymne au fumier, en disant qu'on ne nous emmerde plus avec cette histoire que la terre c'est Vichy, parce que Virgile déjà disait le bonheur d'avoir de la terre et la sagesse que ça donnait. Vichy n'a rien inventé du tout. Quand on est de la terre, on n'a pas envie d'entendre que c'est parce qu'on est vichyssois. Alors tous les agriculteurs étaient pour Vichy ?

La roche et la faille.

Trassard

- L'enracinement que nous partageons va au-delà de la vie agricole : ce que nous sentons à travers elle, c'est toute la puissance de la terre qui monte et qui nourrit. Moi qui me sens plus agriculteur que berger, je devrais plutôt aller vers le Proche-Orient où est née l'agriculture, mais bizarrement je me sens plus nordique, ou de l'Est. j'étais invité aux Etats-Unis. Dieu sait si je suis passionné de westerns, mais je ne me décide pas à y aller parce que j'ai l'impression que les Etats-Unis, c'est la surface. Tandis qu'aller en Russie, c'était aller vers le passé de l'humanité, du moins la mienne.

Murat

- Exactement. Je suis allé dans le paysage de far-west, zéro. Le far-west de l'imagerie adolescente, ce n'est pas ma tasse de thé. Mon far-west intérieur, c'est plutôt la Sibérie. Avec mon vrai nom, où l'on retrouve la racine "bergh", j'ai toujours pensé venir de là-haut, que mes racines étaient dans le Grand Nord. Nous n'avons parlé jusqu'ici que de la surface et des apparences. S'il y a quelque chose de vrai - je crois que c'est pareil pour vous - c'est que nous nous sentons très proches du noyau incandescent de la terre. Comme si nous habitions au fond de la mer. Jusque-là, on a surfé sur les vagues, les vagues ce n'est pas vraiment mon pays. Mon pays est plutôt au fond. A un kilomètre de chez moi, il v, avait une source d'eau chaude, une faille, qu'on appelait la Roche aux Fées, les fées se rencontraient là, et si l'eau remonte à 80 degrés, c'est bien qu'en dessous, il y a quelque chose. On se sent issu du plus profond de la faille.

Trassard

- De tout ce qu'on arrive à dire, il y a peu d'émergence de la profondeur. Mais en fait, tout ce discours est pour ça.

Murat

- Je ne sais pas si on est fait pour ce qu'on aimerait vivre. On est toujours obligé de se battre. On sent qu'on est fait pour telle chose, tous nos efforts tendent à cette chose-là et après, il y a toujours des moments de silence ou de solitude, on se sent multiple. Je n'y arrive pas. J'ai beaucoup d'admiration pour vous, vous dites que vous pouvez aimer tous les paysages, moi je n'y arrive absolument pas. Autant je sens que je peux porter tous les paysages, que je suis aussi d'Anatolie ou de je ne sais où. Mais je suis tiraillé.

Trassard

- Mais lorsqu'on revient chez soi, c'est plus fort. J'ai été tiraillé toute ma vie entre une vie ultra sédentaire, parce que je trouve que dans le fond, ma prairie où il y a le ruisseau aurait suffi à la vie. Je l'écrirai un jour, une prairie suffit à la vie. On n'a même pas fini de l'explorer, c'est tellement important que ce n'est pas la peine d'en sortir. Et en même temps, j'ai toujours eu envie d'être voyageur. Je voulais être ethnologue, petit je rêvais d'aller au Sahara. Finalement, je n'ai pas voyagé mais j'ai toujours cru que je serais voyageur. Le tiraillement, je crois qu'on l'a tous. Cette contradiction que vous relevez dans beaucoup de domaines, ces tiraillements qui vous sont douloureux, je dirais presque que c'est une question d'âge. A mon âge, j'ai accepté ces contradictions. Je crois que vous n'avez pas encore accepté ces contradictions. On ne peut pas vivre autrement. Je connais des gens qui ne sont pas sortis de la commune, alors ils n'ont aucun tiraillement mais ils ne voient rien, ne connaissent rien. ce n'était quand même pas notre idéal. Je crois que votre montagne, vous ne la sentiriez pas aussi fort si vous n'étiez pas allé voir ailleurs. Je me permets de dire cela car c'est ce que je ressens pour mon attachement à cette campagne. C'est là qu'on a voulu y revenir. Car moi, quand j'avais 18 ans et qu'il pleuvait des cordes du matin au Irais au soir, je me disais que je partirais de cette campagne et que j'irais au Sahara. Je lisais des livres sur le désert contre le radiateur car j'en avais marre qu'il pleuve sans arrêt, été comme hiver. Je voulais partir. C'est depuis que je suis parti que je suis revenu en courant. Si on n'était pas sorti du cocon, on ne saurait pas pourquoi on est là.

Murat

Toutes les chansons concernent le monde paysan, avec des images qui vous plairaient beaucoup. On pourrait dire que ça ressemble à certaines de vos photos : tous les objets qui disparaissent. Je me sentais une sorte de responsabilité. Enfin, j'ai enregistré une assez longue chanson, un chant de Noël en patois. J'ai retrouvé des clichés d'un abbé, vers 1899 , j'ai fait tout un montage avec. Donc, j'ai déjà donné. Mais à un moment, on m'invitait à des débats sur les problèmes d'agriculture... Et ce n'était pas vraiment le sujet. Je ne veux pas devenir le spécialiste. Pour moi, ce mouvement est irrémédiable. Je suis toujours là en train d'insulter Giscard d'Estaing et le Gatt.

Trassard

- Il y a un tiraillement qui nous est sûrement commun : comment arriver à parler de choses anciennes dans un langage d'aujourd'hui ? A tout moment, je veux parler de la vie rurale, plutôt celle d'hier que celle d'aujourd'hui, encore que je continue à y participer et à écrire un peu sur ce qui se fait aujourd'hui; mais c'est plutôt, comme vous, la vie rurale de mon enfance, qui s'est prolongée puisqu'il reste quelques attelages de bœufs dans le Massif Central. Mais on voudrait quand même que la musique, le rythme, soit d'aujourd'hui.

Moi, je voudrais que ce soit la langue, au moins de la fin du XXe, sinon celle du début du XXIe. Qu'on ne dise pas "Ah oui, c'est la nostalgie, la vieille rengaine XIXe." Cette difficulté-là, on l'a en permanence. Comment dire notre amour pour ce passé avec une langue d'aujourd'hui, avec pour vous une musique d'aujourd'hui ?

Murat

- Moi, ça ne compte pas. Je fais des chansons pour réparer la toiture.

Jean- Loup Trassard, L'Espace antérieur (1993), Ouailles (1991), Campagnes de Russie (1989). Jean-Louis Murat, Vénus (1993), Murat en plein air (1991) Et aussi : Daniel Fabre, Ecritures ordinaires: le berger des signes (1993).

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 30 Mai 2010

 

Sacrée Soirée (ah, c'était le bon temps de  "tu prends le pognon et puis c'est tout"..

 

 Bon, ça a surtout un intérêt pour les filles....que du gros plan...   Five'R nous a même laissé le générique où tous les invités se retrouvent en plateau : y aurait-il quelque chose à voir? .... Tina Turner, Jean-Louis Aubert... Anne-Aymone Giscard d'Estaing (hé hé!)... mais je ne pense pas qu'on y aperçoit Jean-Louis... A vrai dire, je pense que sa prestation était enregistrée (on ne voit pas le public) et il n'était donc pas en direct.

 

En 1992, toujours chez Foucauld, "cours dire aux hommes...."   Même commentaire que la précédente vidéo sauf que cette fois, la prestation est peut-être bien en direct.... On a en plus  un  petit effet comique dû à la vidéo et la VHS : on a vraiment l'impression que Jean-Louis Murat se plante sur le playback...
Et enfin, quelque chose de pas mal... encore une séquence chez Claire Chazal (3e ou 4e !). En 2002 , à l'occasion du moujik tour au festival de Bourges, et avec un extrait.  A ce moment là, il se faisait plaisir.. mais quelques mois plus tard, il a annulé la dernière partie de la tournée....
LE figaro avait aimé:
Dans le reportage, il dit qu'il se fait plaisir sur scène...  mais quelques mois plus tard, il a annulé la dernière partie de la tournée....
Comme il l'a dit après, ce problème de santé... a été provoqué... "Je me suis arrangé pour ne plus pouvoir jouer"...  Déprime?  .... Plutôt l'envie de passer à la suite!  Un an après, il démarrait sa tournée "lilith" ! 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 29 Mai 2010

Ces vidéos étant bloquées du côté de dailymotion (dont TF1 est actionnaire il me semble)... Five'r me les a confié pour vous les transmettre:

 

 

Chez Sabatier:

 

 

Chez Beccaro...  mais dans quelle émission?   une émission de l'après-midi? ou du matin? en playback... mais qui nous offre une rencontre avec Souchon. C'est même lui qui l'a invité (c'était avant  la "souchonisation des hommes"  que regrette Murat!)... Vraiment dommage que cette rencontre n'ait pas provoquée une amitié entre les deux hommes...(à ma connaissance)... Et on en revient sur la discussion sur "art mineur, art majeur" (cf l'interViOUS de F. hardy)... alors que Murat s'emmerde royalement, le nez en l'air!! ... Et puis, ca se termine avec "la vengeance d'une femme" et Doillon....:

 

et en bonus: un petit extrait chez M6 .... 1989:

 

 

 

Bientôt la suite....

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 28 Mai 2010

 

EXcellent choix Five'R.... Bon timing...  En effet, dans cette interview, première partie, Jean-Louis Murat évoque les concerts : l'intérêt de sortir des live (il pensait en sortir un à chaque tournée à l'époque), le recueillement qu'il demande au public....

 

 

Deuxième partie: toujours les concerts.... La deuxième partie concerne les tournées à l'étranger : trop compliqué... car forcement "subventionné"...  Et la  fin sur l'Espagne: Tiens, il aurait joué au festival de Benicassim...
3e partie: "la putasserie humanitaire"... et les "enc...", la mafia....   ouh, la vache! Bon... on connaissait cet avis...
4e partie: sur T. Sechan, le frère de Renaud, qui a fait deux bouquins pour balancer sur les chanteurs... Jean-Louis Murat devrait aimer... mais Sechan l'a cassé aussi.... Ce qu'il n'a pas apprécié, c'est qu'ils se sont rencontrés et que Sechan a été faux-cul...  :
... et la 5e partie où Jean-Louis répond à la question: "peux-on rire du tout?"... Et il
borne bien!  Fallait pas s'en prendre à Virenque, les guignols!
Merci Five'R!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 27 Mai 2010

 

 

Merci à Florent qui m'a transmis l'info tout à l'heure: on a parlé de Jean-Louis Murat sur Europe 1 ( et 128 euros! dans la poche pour l'artiste - tarif 2008 :  http://srv05.admin.over-blog.com/index.php?module=admin&action=publicationArticles:editPublication&ref_site=1&nlc__=381274996702 suite à la diffusion de "Terre de France"....).... En soit, pas grand si surprenant, si ce n'est le choix de ce titre...

 

Sauf que c'est M. Cire-pompe 1er du PAF, Michel D., qui a choisi ce titre en l'honneur de Valery Giscard D'Estaing, présent car il ouvre sa maison de campagne aux visites! 

Vous trouverez bien sûr le texte de la chanson sur http://murattextes.chez.com/muratenpleinair.htm#terre

 

La Miss Météo indique "je crois que vous l'aimez beaucoup -JLM-"... et Drucker et VGE parlant de la Croix Morand, du Sancy... mais pas vraiment de Jean-Louis Murat, malgré l'annonce que la chanson devrait  faire réagir VGE.... On s'attend du coup à ce qu'ils en reparlent après... mais que nenni.  On l'avait vu lors de la visite de Jean-Louis dans cette même émission : Drucker se contente d'annoner des idées reçues  sur Jean-Louis... qui en a plutôt marre qu'on lui parle de l'Auvergne...

 

 

L'extrait à télécharger : http://www.megaupload.com/?d=VR2KOZRI

 

L'émission est en écoute et téléchargeable là (c'est à 16'):

http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Studio-Europe-1/Sons/Valery-Giscard-d-Estaing-Patrick-Pelloux-et-Charb-202253/

 

 

Alors, fallait-il vraiment choisir Murat pour faire plaisir à Giscard?  Giscard aime-t-il vraiment Murat?  En tout cas, la réciproque n'est sans doute pas vrai....  fleuriflaiges... non...  Floriflèges.. . ah, c'est  Florilèges.... enfin, bon, du gros cassage :

 

1) gentillet:

http://www.foutraque.com/inter.php?id=18   en 2003 !

Et si on te propose de jouer au nouveau Zénith d’Auvergne de 8500 places, une réalisation de Valéry Giscard d’Estaing…
Jamais ! C’est trop grand, je suis pour qu’on multiplie les petites salles de 500 places en France. Comme ça tous les gens qui savent jouer, comme les Rogojine, pourront vivre de la musique. C’est quoi ce délire de foutre du pognon sur des trucs pour Johnny Hallyday ou Bruel, on a rien à voir avec ça ! Si ça se trouve le Zénith va tuer la Coopérative de Mai en plus… Qu’est ce tu veux que j’aille foutre au Zénith ? Pierre-Yves Denizot veut tuer la Coopé, enfin, les Giscardiens veulent tuer les socialistes. Il ne vaut mieux pas mettre les pieds là-dedans parce que s’ils tuent La Coopé, on n’aura que les yeux pour pleurer !

Tu estimes que la Coopé, c’est une chance pour Clermont-Ferrand ?
Bien sûr, mais le problème maintenant c’est qu’avec les lois Sarkozy, tu ne peux plus boire trois bières ou en rouler un sans être emmerdé quand tu rentres chez toi. Ils sont en train de vider les salles de France surtout sur des villes comme Clermont où Il y a beaucoup de gens viennent de l’extérieur en voiture. Et puis les gens sont des veaux, il y a 15000 étudiants dans cette ville, on n’en voit jamais un seul au concert ! Ils sont plus vieux que leurs grands-parents, quel pays de morts, de macchabées ! C’est « macchabéeland », Clermont !

Justement, Rogojine a trouvé une distribution sur Pop Lane et ils vont tourner avec toi à la rentrée, qu’est-ce que tu penses de leur disque ?
Je suis un ardent défenseur de Rogojine ! Non seulement, je les aime bien et j’aime leur musique mais, en plus, je pense que si on ne veut pas crever la gueule ouverte dans cette région, il faut qu’on se serre les coudes !

 

 

2) L'inédit  :  

 

Au pays de Giscard

 

Antoine te fait la bise, on pense à toi

On a bien rentré les salers hier soir

Ils ont aussi rentré leurs grands boeufs

Dans la combe à Rieu

 

Quelle journée j'ai eu oui je te dis

J'ai eu la visite de Johnny

Il fait des fèves aux lards du Canada

J'en suis toute flagada

 

Mon Dieu quel monde y'avait Dimanche

Ils ont dit une messe pour Monsieur Planche

Ton père a encore eu mal au bras

Quel malheur qu'on ait plus la Maria

 

Il paraît André dit qu'à Orcines

Ils veulent nous construire un genre d'usine

Un truc affreux en fer que veut Giscard

Je te jure quels tocards

 

Ils auraient pas bien lu le règlement

Ils ont fait un trou ils ont rien mis dedans

Au lieu de nous faire payer de impôts

Qu'ils nous donnent du boulot

 

Y'a pas assez du feu pour els pompiers

C'est dans l'purin que les gars vont se jeter

Comme celui des Etables bien trop endetté

Ton père me jure qu'on va tous y passer

 

A part ça au pays de Giscard, ça va...

 

Voici ce qu'en dit le Lien défait:

Souvent présentée comme "une chanson rigolote", cette
chronique de Vulcania, l'Auvergne selon Giscard, offre pourtant, au delà
de l'anecdote, une vision bien pessimiste de la région, dans la lignée
de celle de "Entre Tuilière et Sanadoire".

Cette chanson aurait mérité de ne pas rester inédite
.

http://www.leliendefait.com/index.php?idPage=chansonDtl&idChanson=152

 

Entre Tuilière et Sanadoire : je pense à l'inconvénient d'être né quelque part
entre Tuilière et Sanadoire
dans ce pays qui n'est plus qu'un mouroir
entre Tuilière et Sanadoire

 

 

3) dans Magic en 2002 :

G comme Giscard

On s’enfonce tellement dans le médiocre que Giscard va bientôt passer pour le meilleur président de la Ve République. On va hal­luciner, c’est-à-dire que Pompidou sera un génie, De Gaulle, Char­lemagne, et Giscard d’Estaing, Colbert. Giscard, chez moi, en Auvergne, il se fout de tout, il pense à sa gloire personnelle et il a vidé les caisses de la région avec Vulcania. En passant aux trente-cinq heures et en les prolongeant tous jusqu’à quatre-vingt-quinze ans, il faut bien en faire quelque chose, des gens! Donc ru les balades en bus. Vulcania, c’est un billard finalement. Tu as tous les grabataires de France et d’Europe qui viennent passer trois heures à regarder fumer un truc dans le parc des volcans. Moi, de toute façon, je déteste le tourisme et les touristes, et depuis que je suis tout petit. Enfant, j’ai été élevé à la ferme, et chaque fois que mon grand-père voyait un touriste, il sortait son fusil chargé de cartouches de gros sel. Dans ma commune, ils nous ferment l’école, la Poste. Alors ça nous fait une belle jambe que les mecs viennent bouffer au McDo et restent trois heures à Vulcania, tout ça payé avec notre pognon. Les pauvres Auvergnats n’en verront pas revenir la couleur. Je trouve que c’est une idée du siècle der­nier de penser qu’on va développer les pays et les régions par le tourisme. On se croirait revenu en 1975, en plein dans la période Giscard. Comme dans le foot, à trente-cinq ans, il faudrait obli­ger les mecs à se retirer parce qu’ils ne sont plus performants. Gis­card est sincère, sauf que son idée a trente ans de retard. C’est pas être contre le progrès ou je ne sais pas quoi, loin de moi cette idée, mais ce genre de tourisme a déjà perdu d’avance. Plus il y aura de visiteurs, plus l’Auvergne sera perdante à long terme, je le sens.

 

Bon, on ne retiendra pas Jean-Louis Murat sur un poste de chargé de projet en développement local... même si il doit quand même être responsable d'une partie des visites au Sancy et à Orcival...  Ca me fait penser que vous avez peut-être vu que l'Auvergne s'est offert des pubs télé pour attirer le chaland au printemps ( www.auvergneprintemps.fr)...

 

4) Les Inrocks Avril 94

Mais à un moment, on m'invitait à des débats sur les problèmes d'agriculture... Et ce n'était pas vraiment le sujet. Je ne veux pas devenir le spécialiste. Pour moi, ce mouvement est irrémédiable. Je suis toujours là en train d'insulter Giscard d'Estaing et le Gatt.

 

 

 

Pour conclure, j'ai retrouvé cette citation dans un article du monde (1/01/04)  : 

 

Murat cite Edmond Rostand : "Se rendre compte que ce monde est réglé par des hommes politiques aujourd'hui, c'est aussi stupéfiant que de constater qu'au Moyen Age les barbiers étaient aussi chirurgiens." 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 27 Mai 2010

Et bien... effectivement, cela confirme bien que Murat a "donné" autant à Barentin qu'à Paris... Des bons moments... Merci Sandrine!

 

Mousse Noire...

 

et un taormina...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 25 Mai 2010

 

Dans ce blog, j'essaye d'être honnête, d'indiquer mes sources, j'avoue sans honte mes erreurs... enfin, si, avec un peu de honte... J'aimerais bien les éviter!   Et ce soir, je veux revenir sur   l'introduction de l'article précédent que j'ai eu la faute d'écrire trop rapidement.

 

Deux corrections à apporter:

 

- à propos de Barentin, j'indiquais concert "plan-plan"... Je l'ai fait à partir d'un seul avis... C'est une grossière erreur, je suis allé trop vite. Sandrine a offert  son compte-rendu sur le forum, http://jeanlouismurat.zikforum.com/news-f2/le-concert-de-barentin-t1151.htm, mais m'a indiqué que je pouvais le reproduire. Vous le trouverez ci-desous. On attend aussi celui du lien défait, et il semble bien que c'était un excellent concert. D'après d'autres sources, il était même meilleur que le Bataclan.... Tout cela pour dire que Jean-Louis Murat se donne autant devant une grande salle parisienne que 200 personnes, et un public d'abonnés....  Je pense qu'on l'avait vu dans la tournée précédente... On attend également un compte-rendu de ce concert du côté du Lien défait.

 

-  Concernant Hérouville... Là, j'ai considéré comme fiable la presse qui indiquait "jean-louis Murat annule"... En fait, c'est bien la salle qui a annulé... On parle finalement bien d'annulation et non de report!  En effet, une autre date à proximité géographique d'Hérouville aura lieu à l'automne.

Je ne sais pas comment ça se passe dans ce cas-là... au niveau "cachet", mais il semble bien que Jean-Louis Murat soit aussi une victime de cette annulation.

 

Enfin soit, c'est toujours un mystère que Jean-Louis Murat ne suscite pas plus la curiosité du public, malgré les échos positifs de la presse sur son dernier album, et la longévité de sa carrière.  

 

 

Le compte-rendu de Sandrine!

Je reviens vers vous (un peu tardivement, je sais) pour vous donner mes impressions sur le concert de Barentin. Effectivement, au début j'ai trouvé ça frustrant d'être assise (surtout qu'à Notre-Dame de Gravenchon nous étions debout au pied de la scène), de plus nous n'étions pas confortablement installés. (Pour répondre à Josi, les places n'étaient pas numérotées et se trouvaient aux premiers rangs quelques visages déjà entre-aperçus à Gravenchon).
Apparemment le théâtre Montdory a une capacité de 550 places assises et la salle semblait au 3/4 pleine.
Il y avait des "fans" bien évidemment plutôt situés au devant (pour ma part, des habitués m'ont conseillé de me placer au milieu, je ne le regrette pas, les vibrations venaient nous titiller jusque dans l'estomac). Certes il y avait des abonnés, mais rassurez-vous, ils ne se sont pas tous bouchés les oreilles, ceux derrière moi ont beaucoup apprécié et c'est tant mieux !!!
Je cite [...et JLM sans doute pas dans son meilleur jour ou conscient du public à qui il a à faire qui se contente du strict minimum,peu d'improvisation ,très peu de solo de guitare et un titre comme "16h00" qu'il avait joué + de 7 mns à Guyancourt qu'il expédit en 3 ou 4mns.Décevant donc... ]
"Strict minimum", je ne suis pas d'accord !
Concert bien rodé, aboutit (en comparaison avec Gravenchon). Pour moi, les points forts de ce concert ont été l'interprétation, un JLMurat presque a nu (c'est aussi ça JLMurat...) et des musiciens au top ! La version de "Taormina" Explosive !!! Une introduction (harmonica) et un final (Harmonica + guitare) sur "les Voyageurs perdus", Magnifique ! un final sur "Chanter est ma façon d'errer" Magnifique ! Introduction (guitare) et interprétation de "l'Examen de minuit", encore Magnifique ! Très belle version de la "Mésange bleue".
Du dernier album, ont été délaissées "Lady of Orcival" "Comme un cow-boy..." et "Tige d'or", mais ont été privilégiées "Pauline à cheval" "Mousse noire" "Yes sir" "oiseau de paradis" "le train bleu" "se mettre aux anges".
En revanche, j'ai trouvé très spéciale son interprétation de "Comme un incendie", (là, je pense qu'il est passé à côté). Le concert s'est achevé sous de très vifs applaudissements et face à un public debout...
Voilà, pour résumer, j'ai trouvé que c'était un très bon concert et les témoignages autour de moi allaient dans ce sens. Plus tard, nous avons eu le privilège de discuter avec Denis Clavaizolles; apparemment ils étaient contents de leur concert ce soir là...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 23 Mai 2010

19 Mai 2010

Il n’y aurait que Jean-Louis Murat, pas venu à Montréal depuis 10 ans, qu’on serait contents. Mais il y a aussi Emmanuelle Seigner, Jacques Higelin, Miossec…

Il n’y aurait que Jean-Louis Murat, pas venu à Montréal depuis 10 ans, qu’on ser
Photo : Carole Epinette

FESTIVAL / AUX FRANCOS, Y'A MURAT

Ce n'est pas la programmation la plus audacieuse de l'histoire des FrancoFolies de Montréal, mais il y en aura pour toutes les oreilles. Pour les miennes, un seul nom suffirait:

Jean-Louis Murat

Murat ne fait rien comme les autres. Déjà, son premier 45 tours, en 1981, s'intitulait «Suicidez-vous le peuple est mort». Cela vous met une carrière sur orbite: un homme l'a d'ailleurs accusé d'avoir encouragé sa fille à mettre fin à ses jours. Il a enregistré des duos avec Mylène Farmer et Carla Bruni d'avant Sarkozy; il a chanté les textes d'Annette Deshoulières (1638-1694) avec Isabelle Huppert; il a rendu hommage à Joe Dassin et à Leonard Cohen. Fier fils de paysan, il a même consacré un site internet aux vaches, célébrant comme pas un la... bouse. Chaque jour, il lit Nietzsche et Proust; il reconnaît avoir été le seul à comprendre plusieurs de ses chansons, et encore; on lui a déjà conseillé d'employer moins de 200 mots dans ses paroles!

Fan de Bob Dylan et de Neil Young, l'Auvergnat aux iris bleus ne garde pas la langue dans sa poche: il dénigre la chanson française, éreinte les vedettes les plus populaires et, quand on lui en offre l'occasion, étrille avec entrain les chanteurs québécois. Garou? «Un con qui chante.» (L'Express, 1er mars 2004); «Les chanteurs québécois, qui sont le cheval de Troie de la culture anglophone, hurlent dans le micro comme si l'électricité n'avait jamais été inventée. Par eux, c'est la culture américaine qui s'infiltre et dénature notre paysage.» (Le Nouvel Observateur, 21-27 mars 2002). Bienvenue au Québec, cher Jean-Louis Murat. Cela dit, il apporte à la chanson d'expression française ce que peu savent lui donner: du sens, même quand il est obscur. Hâte d'entendre sur scène les titres de son dernier album, Le cours ordinaire des choses, enregistré à Nasville, paru à l'automne 2009. L'Astral, du 10 au 12 juin.

2)   Pauline et François de Renaud Fély, sortie prévue 2ème semestre 2010 / Produit par Aeternam Films....  et distribué par "haut et court". Il y avait  une date de sortie:  le  13 octobre, mais le site de haut et court, ne l'annonce pas alors que des films sortants plus tard font déjà l'objet d'une page...

Le synopsis : Ah la famille !

Les familles ont des habitudes difficiles à bousculer. Celle de François n'échappe pas à la règle. Autour de lui, personne n'avait prévu l'arrivée de Pauline dans sa vie. Pauline et François s'abandonnent à la promesse d'une histoire aussi belle qu'inattendue. Et ce bonheur les affranchit.

 

3)   Et allez pour la route, une vidéo de Mr Five... qui fait les fonds de K7, avec les sautes d'images...Une vidéo sur feu la 5*!
C'était au temps...de cheyenne automn:
LE LIEN EN PLUS:
Les photos de bruxelles:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 21 Mai 2010

Inter-ViOUS et MURAT-, numéro 5 :  

 

FRANCOISE HARDY 

 

                     Alors ce qui est bien, c'est qu'on pourrait se passer de présentation pour une fois... mais une personnalité de ce genre mérite "introduction", tapis rouge et canapés... Elle nous accompagne depuis les sixties (une période étrange sans doute située d'après mon enquête entre les années 1950 et 1970) et mène carrière en toute humilité.... malgré un statut d'icône mérité :  Damon Albarn avec Blur, Malcom Mac Laren (qui vient de mourir) ont fait appel à elle pour des participations, et elle a écrit ou interprété des nombreuses chansons qui resteront... et qui, signe de leur qualité, font l'objet de nombreuses reprises: mon amie la rose, comment te dire adieu, fais moi une place, message personnel, au fond d'un rêve doré (nana surf), l'amitié....  Bien sûr, c'est à l'occasion de la sortie de "la pluie sans parapluie" où  figure un titre écrit et produit par Jean-Louis Murat (memory divine) qu'elle a bien voulu répondre à mes questions... mais point question de promotion: elle aime réellement Jean-Louis Murat... et lui rend un bel hommage ici.  

 

 

 francoise-hardy-4640.jpg

 

 

Baptiste Vignol a eu la gentillesse de vous parler de mon modeste blog et je suis très honoré que vous acceptiez de répondre à quelques questions (je suis dans mes petits souliers...).  Le principe de "l'interViOUS et MURAT" est de faire parler une personne de son lien avec le sieur Murat et pour un artiste d'évoquer des points communs artistiques ou des divergences. 

 Voilà depuis janvier que je suis de près l'histoire de cette collaboration puisque l'info de l'enregistrement d'une chanson de Jean-Louis est sorti  sur un forum qui vous est consacré un ou deux jours après l'enregistrement (janvier)... On en a, petit-à-petit, appris un peu plus... mais il reste quelques points à éclaircir...

  

 - et pour commencer, je suis obligé de vous poser une question (les  Muratiens, acharnés des inédits, m'en voudraient  trop si je ne vous la posais pas). Jean-Louis vous a envoyé 4 chansons et vous n'avez retenu que "Memory divine".  Vous rappelez-vous des titres des  autres chansons?

 

 F. HARDY :  Les autres chansons s'intitulaient :  Tous les chanteurs sont malheureux, L'envie de vivre, La nature du moi. Mais aucune ne m'emballait autant que Memory divine or, à quelques exceptions près, je ne me lance dans l'enregistrement d'une chanson que si j'ai un coup de foudre pour elle.

 

 

- Vous avez reçu des maquettes assez abouties. Est-ce à dire qu'elles n'étaient pas  des simples démos "guitare-voix"? 

 

F. HARDY :  Il y avait juste une rythmique, mais les guitares et l'ambiance musicale étaient si parfaites pour mon goût, que je ne  voulais rien d'autre. 

 

 

- Comment s'est passé le choix de confier la production à Jean-Louis Murat  (Il est venu plusieurs fois à Paris et a enregistré la base rythmique à Clermont )? Vous avez dit que ça avait  été"facile" et "hyper rapide": cela ne nous étonne pas de Murat... et  sa "façon" de ne pas trop se poser  de question en studio mais comment cela  a-t-il  été compatible avec votre perfectionnisme et votre anxiété naturelle?

 

F. HARDY : Mon album était presque terminé, nous avions des deadlines qu'il était impossible de repousser encore. Il fallait donc faire vite. Mais même si j'avais eu tout le temps devant moi, j'aurais tenu à ce que ce soit Jean-Louis qui  refasse dans ma tonalité ce qu'il avait fait sur sa demo. Il m'a mailé la nouvelle rythmique qu'il a faite chez lui et comme l'intro n'était pas exactement la même que dans la 1ère version,  j'ai chipoté à  ce sujet pour finir par lâcher prise.  

 

 

- Il était en studio avec vous. Avez-vous eu des discussions sur l’interprétation à proprement parler du titre ?

 

F. HARDY: Non. Je faisais juste à la fin une petite faute de mise en place que Jean-Louis m'a signalée. Par ailleurs, j'étais surprise qu'il ne reste pas pour le choix des prises de voix - il pensait sûrement que c'était plus de mon ressort que du sien -  et qu'il n'assiste pas au mix du début à la fin – mais sans doute faisait-il confiance à son ingénieur du son auquel il avait dû donner ses instructions. Pendant le mix, nous papotions dans une sorte de petit salon  : c'était une situation totalement inédite pour moi. Je connais des chanteurs que le choix des prises de voix et les mix assomment, Jacques Dutronc par exemple, alors que pour moi, il est inconcevable de ne pas y participer ne serait-ce que par ma seule présence.

 

   francoise_hardy_4314.jpg

  

 

 

- Jean-Louis avait donné un texte à Thierry Stremler (un de vos compositeurs) il y a quelques années. Ce dernier a-t-il joué un rôle dans cette collaboration ?

 

F. HARDY:  Vous me l'apprenez. Si Thierry avait joué un rôle dans cette collaboration inattendue, il me l'aurait sans aucun doute fait savoir.

 

 

- Est-ce que vous avez été surprise de recevoir un titre en anglais de la part de Jean-Louis Murat? On le sait défenseur de la chanson française, tout en ayant en stock semble-t-il un grand nombre de chansons en anglais...  Y a-t-il eu une vraie discussion pour qu'il fasse un texte en français? Ensuite,  il a été aussi question de modifier "lick" en "live"?

 

 F. HARDY:  Bizarrement, j'étais tellement enthousiasmée par la chanson que je ne me suis pas posé de questions sur le fait qu'elle soit en anglais. Virgin aurait aimé un texte en français. J'ai transmis la demande à Jean-Louis qui tenait à ce que son texte reste en anglais. De toute façon, nous étions trop pressés par le temps pour envisager une autre texte. Il est vrai qu'il y a eu un tout petit problème sur le mot "lick". Jean-Louis avait d'abord écrit : I want to lip a late passion" après c'est devenu "I want to lick". Comme mon gros dictionnaire anglais me donnait des signifiications improbables des deux mots ou pas de signification du tout, j'ai pensé les remplacer par "live". Mais lors des premières prises de voix, dès que Jean-Louis m'a entendu chanter "I want to live", il est arrivé en trombe pour me dire que c'était "lick" et pas "live", et que son texte avait été vérifié par un agrégé d'anglais. Ce qui est amusant, c'est que j'ai mailé la chanson à Ben Christophers, un artiste britannique avec lequel je travaille de temps en temps et dont j'étais impatiente d'avoir l'avis. Il m'a répondu ceci : "Yes the song is great, I like your double vocal in the chorus, I'm not sure what the lyrics mean either but it's cool…"

 

 

- Oui, avec Murat, on n’est jamais sûr de ça !!  Vous avez craqué sur cette chanson ( "j'étais folle de la maquette" et " De nature obsessionnelle, je n’écoutais alors plus que cette chanson" avez-vous dit). Est-ce que vous écoutez encore la maquette ou votre version?

 

 F. HARDY: Les deux mon capitaine.

 

 

- … petit moussaillon plutôt !…. Vous avez eu ce commentaire :  "j’ai régulièrement fantasmé d’enregistrer un album avec Jean-Louis Murat, dont les réalisations me paraissent toujours d’une perfection absolue et dont je suis attentivement la carrière depuis Mustango ".  Ce n'est pas un mince compliment et même peu de ses fans le diraient! Est-ce que vous avez d'autres albums fétiches de Jean-Louis? et pourriez-vous nous citer les 3 titres que vous aimez le plus?

 

 F. HARDY:  J'ai surtout eu ce fantasme, lors de difficultés surgies pendant l'enregistrement de mon dernier album, parce que j'avais écouté certains morceaux du dernier album de Jean-Louis et avais été saisie, en effet, par la perfection de la production. 

S'il fallait choisir trois titres de Jean-Louis Murat, je prendrais : L'amour et les Etats-Unis, Monsieur craindrait les demoiselles, M le maudit. Mais ça me contrarie de ne pas citer Caillou ni aucun titre de Mustango que j'ai écouté en boucle pendant un an à peu près.

 

 

- Au grand journal ( ou était-ce pas dans  On n'est pas couché de Ruquier ?), vous avez dit qu'il vous était difficile d'envisager de donner à quelqu'un la charge entière d'un de vos albums. Même à Murat, malgré cette "perfection absolue"?

 

F. HARDY: La production et la réalisation sont deux choses différentes. Il est impossible dans l'absolu qu'un artiste, si talentueux qu'il soit, fût-il Gainsbourg, ponde douze très bonnes chansons  pour un même album.

 

 

 00982822-photo-pochette-route-manset.jpg

 

- Par ailleurs, vous étiez avec Murat sur le tribute "Route Manset"...   On  cite régulièrement cette référence concernant Murat... Qu'est-ce que vous en pensez? J'aime bien l'impression "ligne claire" pour votre musique... et je trouve qu'elle correspond bien à une bonne partie de la discographie de Manset (le pop "atelier du crabe" par exemple).  Par ailleurs, ils ont tout deux écrit leur "vénus" (Manset pour Bashung). En tant que vénusienne, lequel des deux  titres préférez-vous?

 

F. HARDY:  Pour ne pas faire de jaloux, je choisirai la Vénus de Bananarama!

 

 

- Ma question sur Manset ne vous inspire pas… Dommage… j’y travaille en ce moment et j’aurais bien voulu l’avis d’une grande spécialiste de la chanson…

Concernant une comparaison entre vous et ces deux artistes, ce qui me vient à l’esprit, c’est quand même la hauteur de leur « prétention », artistique… (même s’ils s’aiment aussi en artisan) alors que vous semblez d’une humilité à toute épreuve ? Est-ce que vous vous rangez à l’avis de Gainsbourg sur la chanson art mineur ?

 

F. HARDY:  La plupart des gens ignorent la signification d'"art majeur" et d'"art mineur". Serge qui était pervers sur les bords a joué là-dessus. Il savait qu'il serait mal compris et que cette incompréhension susciterait des discussions totalement à côté de la plaque qui satisfairaient son goût de la provocation. UN ART MAJEUR EST UN ART QUI REQUIERT UNE INITIATION (la peinture, l'architecture, la grande musique) ALORS QU'UN ART MINEUR N'EN REQUIERT AUCUNE. Mais cela n'a rien à voir avec la qualité des productions. Il y a au moins autant de très mauvaises choses en musique classique qu'en pop music et une mélodie très inspirée de pop music n'a rien à envier à un thème mélodique inspiré de musique classique. AUTREMENT DIT, EN MATIERE D'ART, LES TERMES "MAJEUR" ET "MINEUR" QUALIFIENT LA NATURE DE CET ART, EN AUCUN CAS SA VALEUR.

 

En fait, je n'ai pas bien compris votre question. Est-ce que"Route Manset" est la compilation qui a été faite avec des interprétations des chansons de Manset par des artistes différents, dont moi ? Je ne m'en souviens plus bien, car, malheureusement,  je n'ai pas le CD.

 

J'ai eu une très mauvaise expérience avec Gérard Manset dont j'apprécie beaucoup certaines chansons ("Je tuerai la pianiste" sur le dernier Bashung fait partie de ses nombreux petits ou grands chef d'œuvre) : chaque fois qu'il m'a proposé quelque chose, j'ai trouvé ça très mauvais et très éloigné de ma personnalité profonde.

 

Il me semble que Jean-Louis est plus prolifique que Manset. La prolificité implique une certaine facilité à composer, à écrire, mais le revers en est souvent un manque relatif de discernement sur la valeur de ce que l'on fait. Et puis, si l'on produit trop, on fatigue le client et on ne se renouvelle pas toujours assez ! On ne peut pas écrire et composer des chansons vraiment fortes si on en en compose et en écrit non stop. C'était un gros défaut de Benjamin Biolay dont les albums s'enchaînaient sans transition et comportaient de moins en moins de mélodies fortes. Un arbre ne peut pas donner des fruits toute l'année. Ni Serge ni Bashung n'étaient prolifiques - et Souchon et Voulzy ne l'ont jamais été non plus.

 

 

- Vous connaissiez à peine Jean-Louis Murat (je n'ai pas trouvé trace de rencontre, ou peut-être sur un plateau d'Ardisson) ... Est-ce qu'il est devenu votre ami?

 

F. HARDY: Je l'avais invité dans mon Vivement dimanche de l'an 2000 (je crois) [cf ci dessous l'extrait]  et j'étais ensuite allée le voir à l'Olympia. Ca s'est arrêté là. Il faut des circonstances diverses et variées pour qu'une amitié se construise. Il faut surtout avoir vécu des choses ensemble. Mes plus grands amis sont des personnes avec qui j'ai travaillé et que les circonstances m'ont amenée à revoir. Un ami, c'est aussi quelqu'un qui peut vous parler de choses intimes et vice versa. Je ne veux que du bien à Jean-louis Murat. En ce sens, je suis donc son alliée. Mais ça ne suffit pas pour parler d'amitié.

 

 

- Jean-Louis Murat (en évoquant sa choriste du dernier album Cherie ) disait  "j'adore les voix de filles qui ne craignent pas les garçons". Pensez-vous avoir à ses yeux cette qualité là  (tout en ayant "cette absence de sérénité touchante" dont il vous a parlé)?

 

F. HARDY: Je ne pense pas. j'ai toujours eu peur de tout, en particulier des insectes, des virus et des garçons (sortes de virus macroscopiques). C'est sans doute la raison pour laquelle ma voix est si limitée ! De toute façon, je ne suis plus une fille mais une femme passablement blette. Et certains hommes mûrs, voire blettes, me font encore plus peur aujourdhui que les garçons hier.

 

 

- Jean-Louis Murat aime le « vous » ,  il me semble que vous y êtes fidèle aussi dans vos textes…  Est-ce que vous auriez d’autres points de comparaison entre vos deux styles ? 

 

F. HARDY: Beaucoup d'auteurs aiment le vouvoiement, ne serait-ce que parce que la sonorité de "vous" est si belle. Serge Gainsbourg  l'a pas mal utilisé (- "J'avoue, j'en ai bavé pour vous, mon amour, avant d'avoir eu vent de vous..."  Quelle beauté ! ) Guy Béart aussi : "Ce qu'il y a de bon en vous, c'est vous" dans sa chanson "Vous"… etc… L'une de mes chansons préférées "Cet enfant que je t'avais fait" de Brigitte Fontaine et Jacques Higelin fait plus fort encore avec le protagoniste masculin qui utilise le tutoiement et la protagoniste féminine qui utilise le vouvoiement (Offrez-moi une cigarette, J'aime la forme de vos mains,Que disiez-vous ? Caressez- moi encore la tête, J'ai tout mon temps jusqu'à demain, Que disiez-vous ?)

 

  FH

 

Est-ce que dans votre œuvre, vous avez une chanson qui vous fait penser à Murat, ou dont Jean-Louis Murat aurait participé à l’inspiration ?  

 

F. HARDY: Le mot "œuvre" est un grand mot qui va pour Murat, Manset, Gainsbourg, Trenet,  Brassens… Pas pour moi ! 

Non, je ne crois pas. Mon vocabulaire est mille fois plus limité que celui de Jean-Louis et mon inspiration moins riche, plus simple aussi : toute ma vie, j'aurai juste tenté de mettre en mots sur des mélodies venant du cœur les émotions et les sentiments que je ne pouvais exprimer de vive voix à la personne qui me les inspirait plus ou moins malgré elle. Ca n'allait pas plus loin - ça ne va pas plus loin - alors que l'inspiration de Jean-Louis me semble aller beaucoup plus loin. Même si nous avons le Capricorne en commun, le Verseau  et d'autres facteurs que je ne connais pas, parmi lesquels le talent qui relève plus de l'inné que de l'acquis, lui auront valu un champ de conscience à coup sûr moins étroit que le mien !

 

  ____________________________________________________________________________________________

 

  Interview réalisée par mails du 18/05/2010 au 20/05/2010.

  Dans cette interview,  aucune question ne traite de la crise du marché du disque.

 

Tous mes remerciements à Françoise Hardy, et à Baptiste Vignol.  

 

 

______________________________________________________________________________________________

 

 

 

LE LIEN EN PLUS:

 

 

  

- Au temps de Mustango, la première rencontre débordante  de compliments mutuels sur le canapé rouge ! Ci-dessous:

  

 

merci à Five'R 

 

 

- le nouvel album de Françoise Hardy est en écoute sur deezer.... et achetable à peu près partout ! 

 http://www.deezer.com/fr/music/francoise-hardy#music/francoise-hardy

 

 

-  La page bio assez complète de Wiki:

  http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7oise_Hardy

 

- Un blog : http://totally-hardy.over-blog.com/

 

- Retrouvez l'interview de Françoise Hardy par Baptiste Vignol:

http://delafenetredenhaut.blogspot.com/2010/05/toute-en-sobriete.html

 

 

 

  Pierrot 2010

 

 

 

 


Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #inter-ViOUS et MURAT

Publié le 21 Mai 2010

Bon, la nouvelle a déjà circulé depuis hier soir... mais le communiqué de presse est sorti!

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Jean-Louis-Murat-annule-son-concert-au-BBC-d-Herouville_42314-1382541-pere-tous_filDMA.Htm

 

Il est indiqué que c'est Jean-Louis qui annule... cela ne serait donc pas lié à un manque de réservation... et pas à un problème de santé puisqu'il joue ce soir... 

 

Etrange...

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot