Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Publié le 29 Octobre 2010

Josi nous offre une nouvelle vidéo...  Même si je ne trouve rien de catastrophique dans la musique et le chant, c'est vrai qu'il y a un vrai malaise à regarder Jean-Louis sur cette vidéo.

 

  
Les derniers commentaires sur la Dolo ou ici (article TOURNAI),
 sont eux aussi bien tristes.... mais allez, ce n'est qu'un mauvais soir!  Quel dommage que Jean-Louis n'ait pas enchainé le lendemain sur une autre date... ou tant mieux, afin qu'il se ressource et reparte pour une nouvelle série de concert... notamment à l'alhambra... car s'il fait un concert aussi polémique sur Paris... ça serait catastrophique...  Personnellement, ça m'a remotivé pour saint-Chamond!    

 

(je suis demandé si je  parlais trop  de tout ça, je sais que certains pourront me le repprocher... mais je reste fidèle à mon principe :  parler de tout, et de ce qui fâche s'il y a lieu... mais sans chercher la polémique. Ce que j'apprécie, ce sont les nombreux commentaires qui ont été laissés par des gens présents ce soir-là, notamment des non-muratiens et qui nous livrent leur impression, sur FB, ou ici. Dommage que ce ne soit pas à tous les concerts comme ça... ). 

 

Je reproduis un message de Psychik qui m'a écrit sur FB, et c'est conforme à beaucoup d'autres messages :
« Je l'ai vu une seule fois très "absent" et expédiant un concert en une heure sans rappel. Mais ça n'a pas entamé mon admiration et je suis retourné le voir de nombreuses fois depuis.
Au moins il est vrai.Je préfère ça plutôt qu'il triche. » ^
Voici la deuxième vidéo : l'inédit "quelle encre..."  ' et l'on voit à la fin comment il a enchainé 3 titres de suite (sur la fin du set)

MVI_0074
envoyé par josi127. -

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 29 Octobre 2010

 

 

Une journaliste muratienne de toute évidence donne son avis

http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=39141128

"Jean-Louis Murat en ses murailles

  • Source: L Avenir
  • Françoise LISON

TOURNAI - On espérait un prince des nuits, il n'est pas venu. Même l'audacieuse poésie du récital est restée barricadée du côté des ombres.



«Inutile de me chercher/Parmi les morts...» Pour son premier concert à Tournai, Jean-Louis Murat a manqué le rendez-vous avec un public qui apprécie la chanson française, la sincère, l'exigeante. Et qui l'attendait, lui, avec un bel enthousiasme.

«C'est son style» Trois musiciens accompagnent le chanteur dans cette aventure toujours réinventée, entre scène et salle. Le nouvel album «Le cours ordinaire des choses» est une excellente carte de visite pour l'équipe d'artistes. On y repère un univers sombre, onirique, qui s'installe dès les premières chansons. Les éclairages invitent le public au partage d'une volée de confidences. Chacun peut se sentir en accord avec l'atmosphère d'un tableau intimiste.

C'est l'heure de la complainte : si «Ginette Ramade» donne le ton à un concert feutré, à une page en clair-obscur, elle se sent vite à l'étroit dans un halo qui ne lui laisse guère d'horizon. Elle ne s'évade pas de cette silhouette repliée sur une guitare qui fait corps avec elle. Pas plus que ne s'envole «La mésange bleue», un poème au long cours qui a tant à nous dire à propos des hivers et de leurs fêlures. «Le frisson froid nous a trouvés...» Perdu sur sa grise banquise, Jean-Louis Murat ne cherche pas à rejoindre ceux qui l'attendent, là, à portée de regard. Personne cependant ne lui demande la lune. Juste un rayon complice, de temps à autre, pour vibrer sur la même corde, épingler une métaphore, partager un rai de lueur.

Une chanson inédite et voilà «Pauline» au coeur de la forêt. Et l'instant de la galopade de «16h, qu'est-ce que tu fais ?», à laquelle répond une ballade heurtée, aux savants arpèges. Légendes puisées en terre de mémoire, ponctuées de notes qui sonnent le glas : on devine un Rimbaud entre les quatrains et les astres. Et c'est Baudelaire qui signe le seul rappel. Mais la poésie a fui.

Le chanteur quitte la scène àson tour. Il a oublié l'harmonica balancé dans un geste d'humeur, giflé la sympathie des régisseurs. Personne n'est obligé d'être généreux. «C'est son style», disent quelques-uns de ses admirateurs avec un rien de déception dans la voix.

Voilà. C'est son style."

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 28 Octobre 2010

 

  

 

 

L'examen de minuit :

 

... quoi qui se passe... ce titre restera le grand souvenir de cette tournée (puisqu'elle fait partie des "inédits" en live. Jean-Louis Murat chante très bien, et on ne peut pas parler de baclage!  Une version de 7 minutes, où il se lâche très joliment.... et en prime, un bonsoir messieurs dames et un grand sourire!!  Mais qué demend'  el peupl'!

 

 

 ... quoi qui se passe... ce titre restera le grand souvenir de cette tournée... hein?? Oui, je recycle... j'peux pas écrire des choses nouvelles tous les jours non plus... Bon, sérieusement,  là, encore,  une version "originale" avec l'harmonica (même si l'impro ne retombe pas sur ses pieds)... mais ce n'est pas ma chanson préférée...  Quant à Murat, là encore,  je trouve la voix bien présente... et le sifflement est plutôt jolie! Bien joué! On n'y a pas eu droit à st-Genis laval!  Et là, encore, on voit Murat la main sur le coeur, dire au revoir, et merci beaucoup...

 

 

et  40 secondes de "se mettre aux anges" :

 

 

Donc, Jean-Louis Murat a semble-t-il "assuré" ce soir-là...  

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 27 Octobre 2010

 

Y'a certains jours, où je me dis: Et si je détournai la tête de cette tournée? Mais soit, qu'est-ce qu'il lui tournai dans la tête?  pour ainsi se détournai de son public ? Que s'est-il passé pour qu'en Belgique, d'un détour naisse cette incompréhension, alors qu'on l'avait laissé à Rombas frais et dispo?  a-t-il croisé un magicien douanier qui d'un       tour né d'un mauvais esprit, l'a mise d'humeur maussade? .... (oui, c'est ma tournai général : à la santé de Ruquier!.)...

 

 

 Même la plus fidèle des belges se pose des questions... Le fait qu'il n'ait fait qu'une chanson en rappel est assez étrange.

 

un avis sur le site "concert and co" a été laissée:

http://www.concertandco.com/critique/jean-louis-murat/critique-concert-1-36333.htm

Le plus mauvais concert de ma vie. Quel manque de respect du public !!! Pas un mot, un sourire. L'artiste est venu faire sa "prestation" un point c'est tout. On voyait bien que Jean-Louis Murat n'avait pas envie de partager avec le public. Les chansons se sont enchaînées les unes à la suite des autres, sans aucun mot ou présentation. Même pas un "bonsoir" en arrivant sur scène.

J'attendais quelques "vieilles chansons"... mais rien !
Plusieurs personnes ont même déserté la salle en cours de concert.
Etait-ce de la provoc de la part du chanteur d'être à ce point antipathique ???? En tout cas, ça ne m'a pas plu.

 

Je vais laisser mes critiques sur le site pour contrebalancer un peu cet avis d'un soir...

 


Cela m'a refait penser à la critique publiée par le Lien Défait pour le concert de Blagnac, assez terrible, même si ce soir là, Jean-Louis a fait son set...

 

http://www.leliendefait.com/index.php?idPage=concertDtl&idConcert=439&idTournee=12

Vingt ans d'amour qui partent en fumée en une petite heure trente...

Pourquoi cette déception, pourquoi tout ceci ne me parle décidément plus ? Pourquoi les interviews sont-elles plus intéressantes que les disques ? Pourquoi être plus à l'aise sur un plateau télé que sur une scène ? Pourquoi dilapider ce génie avec des chansons indignes comme "M maudit" ou "16H00 qu'est-ce que tu fais", alors qu'on a en stock des dizaines de merveilles - remember "Terre de France" ou "La chanson de Dolorès" ? Pourquoi ne plus pleurer en t'écoutant ? Pourquoi cette exaspération ? Pourquoi il n'y a plus que des vieux au concert (on se serait cru chez Laurent Gerra) ? Pourquoi ne plus y croire ? C'est "la souffrance de l'ours polaire", c'est çà ?

Si j'avais vingt ans aujourd'hui, Jean-Louis Murat n'existerait pas. Je laisserais ça à mes parents.
Tu m'as donné l'envie d'écrire, l'envie de chanter, même. Mais je ne m'y reconnais plus. Du tout.

Pour moi, Jean-Louis Murat est mort hier soir pendant cette désastreuse version de "Comme un incendie", chantée par dessus la jambe.

Et cette mort, c'est un peu aussi la mienne.

Lionel

 

 

Encore un nostalgique de la grande époque...    Bon, je file sur FB pour me rassurer:

- C'était TRES fort!!! BRAVO!!! Et cette version de "on va se mettre aux Anges..." FA-BU-LEUX!!!

- Je reviens du concert de Jean Louis Murat terminé un peu tôt à mon goût mais avec un magnifique final sur une adaptation d'un poème de Baudelaire "L'examen de minuit"

Et puis cette phrase d'une spectatrice de Rombas:

 - Je venais pour y découvrir un poète, et je suis repartie maudite de ne pas m'y être penchée plus que ça avant

 

Ouf... C'était loin d'être si catastrophique... mais il me semble que Jean-Louis a envie de passer à autre chose... et pourquoi pas? et c'est tant mieux...  Il est avec ses mêmes chansons depuis maintenant plus d'un an... Allez, amis belges, dites nous en plus!

 

 

(-n'oubliez pas de lire les commentaires).

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 26 Octobre 2010

                On ne l'attendait pas... et elle est là... La B.O...., même si ce n'est que 3 titres... mais ma foi, quelle bonne surprise! Et nouveauté :  en numérique... On peut bien sûr le regretter car une belle pochette avec Laura ne m'aurait point déplu... mais soit... On lui a réclamé quelque fois qu'il prenne le pas du numérique et nous livre ses titres inédits par ce bais... c'est une première expérience... Même si pour le coup, Scarlett et Universal n'y sont pour rien : c'est le retour de Murat  chez  V2- EMI (les droits appartiennent sans doute aux producteurs du film) !  Ironie du sort... euh... non... pas d'ironie... c'est comme ça.

 

  jean-louis-murat-pauline-et-francois-bof-ep

 

                  Je n'ai pas été très pressé de le télécharger, car c'est "téléchargé"...  et je n'attendais pas grand chose à vrai dire, notamment d'un titre déjà écouté en live... Pourtant,  pourtant...   Voici mes réflexions après deux écoutes.

 

 

                 Guitares d'entrée... mais je ne reconnais pas Pauline...  6 cordes électriques et sèches... ce qui fait 12.   On se demande...  On s'interroge... C'est parti pour un "wish you where here"?.... mais non...  et à une minute, le synthé nous donne  des repères... mais voilà une belle intro...  Et comme c'est bizarre, comme si ça faisait longtemps qu'on n'avait entendu un ami, et que celui-ci nous donne des nouvelles fresh... le plaisir d'entendre la voix...  enregistrée en studio... belle...  la version est nettement moins rock que sur scène.. mais la guitare est bien là... et le synthé moins présent... me semble-t-il.    Je ne pense pas que ce soit la composition la plus originale mais je retrouve un Murat que j'aime avec des temps laissés à la musique et à la guitare (même si on a connu celle-ci plus charmante)... et des mots qui sonnent, des expressions qui "frappent" : Dieu caché, fille aux mille larmes, roule sur une toile un trésor caché....

              J'aurais bien vu un final sur un crescendo rock... mais on reste dans la mesure en conformité avec le film. Le cheval, il est présent dans le film... même si dans le scénario, il n'était pas prévu que Pauline le monte... Cela faisait plaisir à Laura Smet de le faire... et Renaud Fely a finalement inséré une séquence dans le film.... Enfin, c'est ce que j'ai retiendu de quelques interviews de Laura...

 

 

               Les chevreuils... Je connaissais la musique qui est celle de la bande annonce... Guitare sèche... tension d'une histoire...  mais à l'arrivée de la voix, on est surpris par l'évolution du rythme.  La batterie est très présente...  Jolis choeurs...  L'orchestration est assez riche, même s'il me semble qu'on y entend pas des vrais cordes... Même si je n'ai pas vu le film, difficile de ne pas se référer aux images de la bande annonce, et j'ai l'impression que ça colle bien...  Je trouve néanmoins un côté un petit peu répétitif  dans la composition que l'orchestration assez variée n'arrive pas à cacher.. 

 

 

              Le troisième morceau... est du Murat pur sucre...  C'est pas du Morricone, ni du De Roubaix...  guitare, harmonica, synthé...   Rien à signaler.... je ne sais pas si c'est grave, docteur?  D'ailleurs, cette musique n'est même pas dans le film.... même si elle a bien été écrite pour y figurer.   

 

             

               En résumé, deux belles chansons, avec une vraie production (il manque quand même un orchestre de cordes)... et à 2 euros 49, c'est une belle affaire... En tout cas, il faut l'encourager!

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 25 Octobre 2010

 

 

                       

 

 

                        On m'a beaucoup prescrit cet album depuis quelques temps dans la presse et le net... et il fallait donc y jeter une oreille... Il faut quand même penser un peu à la relève! J'ai pour l'instant une préférence chez les jeunes pour Marchet et JP NATAF... mais en ce qui concerne la presse, les Inrocks notamment, il m'a semblé que ce nouvel album de Bertrand BELIN faisait une très très forte impression.  Même s'il a compagnonné avec Bénabar,  on est de toute façon dans "la famille"  (il a travaillé avec JP Nataf et Armelle Pioline).  

 

                        Voilà mes impressions après 3 écoutes et demi.

 

                        Ce qui frappe d'entrée, c'est la voix. Ca m'a presque évoqué  Jean-Pierre Marielle... une voix grave, de crooner qui ferait passer Guy Marchand pour Jimmy Sommerville, ou presque... Oui, j'ai parfois tendance à exagérer... mais c'est dans un souci pédagogique. Une belle voix, qui pourrait être agaçante de nonchalance  et de laissez- aller.  On peut évoquer a contrario une distanciation assez intéressante, un souhait de ne pas faire la pute, quoi! de ne pas aller dans le pathos... ou une pudeur?   Pourtant, elle semble parfois  fragile, allant parfois vers le haut ("vertige horizontal", magnifiquement interprétée).  

                        La musique est calme, folkeuse... On est séduit de suite par l'ambiance...  Ca s'appelle hypernuit... et c'est vrai que c'est plutôt un album pour un soir d'été, filer sur la route, tout en effilant ses pensées sur ce qu'on laisse, ou ce qu'on rejoint...  comme un disque d'"autour de Lucie".....

 

                        Sur la 3, il y a un coup de batterie qui réveille en intro... comme un virage qu'on a failli rater....  mais c'est une fausse alerte... c'est pépère...   La 4, "avant les forêts" est légèrement plus rythmée...  voix féminine, claps, on peut taper du pied, c'est pas interdit. La chanson "la peau" est  "tout en coolitude"... mais quelques variations et ponts, avec un refrain réussi, là aussi, rend la chanson très intéressante.... 

                       Au bout du compte, je trouve que les chansons se suivent un peu et se ressemblent. Manque de relief pour moi.  Je pense que je me suis endormi au volant...    Et pourtant, on a envie d'aimer... le charme... Je vais persévérer ...  4e  écoute...  Si j'atteints la 5e, j'achète l’album....C’est juré,  pour avoir le livret...

                         

http://www.deezer.com/fr/music/bertrand-belin/hypernuit-659991#music/bertrand-belin/hypernuit-659991

 

 

http://www.bertrandbelin.com/

avec un  titre à télécharger

 

http://www.myspace.com/bertrandbelin

 

 

Je viens de tomber sur un texte de La fille pas sage...  Cela illustre bien mon propos :

http://lafillepasage.blogspot.com/2010/10/hypernuit.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 24 Octobre 2010

10-10-24-Repu-lorrain-copie-1.JPG

 

 

Merci à Jean-Louis pour le scan!  Très joli article!

 

 

 

Un autre compte rendu sur St-Genis laval.

http://britedevil.over-blog.com/article-jean-louis-murat-a-saint-genis-laval-59505604.html

 

 

 

Merci à ceux qui se sont donnés le mot pour m' envoyer des petits mots depuis quelques jours, ça fait  plaisir. De plus, le record du nombre de visiteurs uniques sur le blog   a été battu cette semaine: 147

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 24 Octobre 2010

 

Ce matin, un article dans le Républicain Lorrain... mais sur le net réservé aux abonnés.

 

On ne peut accéder qu'à une photo et la première phrase :
 
 

culture hier soir à rombas

Jean-Louis Murat : paroles de poète

 

Le Rimbaud auvergnat était hier soir au centre culturel de Rombas. Un show au doux parfum de Nashville, où il a enregistré son dernier album.

Publié le 24/10/2010 

 

 

Le LIEN EN PLUS :

 

Le 21/10 octobre, jean-Louis était chez Taddéi, on peut encore l'écouter là:

http://www.vosradios.com/id/europe1_jean-louis_murat_1435701

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 22 Octobre 2010

 

 

...  Dure, dure, la journée,  avec cette petite nuit... et cette petite pression durant toute la journée : qu'est-ce que je vais pouvoir leur raconter?  Qui plus est, vu le taux de blogueur au m2 hier soir,  il va falloir souffrir de la comparaison! D'ailleurs, Laurent Cachard a été le premier à dégainer... mais je décide de ne pas lire son billet avant d'avoir fini le mien...  Vous trouverez le lien ci-dessous.

 

A vrai dire, j'étais déjà fatigué hier soir.... Durant la première partie d'Amélie, une sorte de  Bridget Jones airs folks  et imitation de Bjork réussie (sympa, mais elle sing en english.... shade...), je sentais dans le fauteuil rouge mon corps s'assoupir, malgré la légère exiguité des emplacements... Je n'allais pas jusqu'à me demander qui de moi, ou de la grand-mamy, à droite,  allait sombrer en premier...  Au contraire, cette présence à côté de moi, était légèrement stressante... tout autant que celle d'un Dolo historique  à gauche...  Mise à part quelques chers abonnés "je ne sais pas ce que je fous là" du 4e âge, on trouvait une petite poignée d'enfants. En plus de se trouver face à un public assis, je me demandais si ça n'allait pas inciter Jean-Louis Murat à jouer avec la pédale wah wah de frein... Qui plus est,  j'ai vu que sa petite fille lyonnaise était  dans la salle, j'étais dans l'expectative: Jean-Louis n'aime pas jouer devant ses proches... mais j'imaginais aussi qu'il aura à coeur de montrer ce qu'est un papy rock en roll...

Enfin, soit, j'étais pile face au micro de Jean-Louis (et oui, il faut toujours se mettre à gauche de la scène)... et il fallait prendre son mal en patience.

La salle a mis un peu de temps à se remplir mais elle me semble désormais pleine : 300 places.

 

 

Entracte.  Je salue un auvergnat lyonnais le chanteur des Dory 4, grand fan de Murat... qui m'évoque le soir du transbo, un soir de mustangotour "1ere génération",  où pas mal de gens quittaient la salle...  C'est  pour lui une des raisons qui expliquent que  Murat n'a plus jamais eu l'occasion de jouer dans une grande salle à Lyon... Tricard quoi...  Il m'explique également que Stéphane Pétrier des Voyage des NOZ, que je croise habituellement quand Murat joue en ville (et au delà), ne sera pas de la partie : il préférait travailler sur le never ending Album "Bonne espérance"... Il parait qu'il est fini..  Enfin, les fans de Noz sont comme St-Thomas... c'est le fruit de 20 ans d'expérience...

 

 

Allez, fini de papillonner...  ça commence... 

 

"Bonsoir,  Merci" ... et c'est parti pour Ginette Ramade... Tour de chauffe...  La longue intro dominée par les claviers permet à Jean-Louis de s'acclimater... je ne descelle pas de particularité particuliarisante dans la version jouée ce soir. Ce titre, placé  un peu plus tard dans le set,  une fois le groupe et Jean-Louis lancés,  aurait sans doute une toute autre "ampleur"...  Jean-Louis ouvre les yeux... Un pupitre devant lui, mais je ne remarque pas au cours de la soirée qu'il regarde son aide-mémoire.

 

"Merci". Ca s'enchaine sur "la mésange bleue".   Beau solo en cours de morceau... ça réveille... même si on repart ensuite sur un "taïga"...   Sans surprise.... Quand le son de l'orgue s'élève au coeur de la prière, on apprécie... même si, je continue de goûter  moyennement  le nappage des claviers (excepté quand ils remplacent les violons de "se mettre aux anges" ou "falling in love"...). 

 

 Jean-Louis a l'air détendu. Très en forme.

 

Je vois arriver "Pauline à cheval" avec excitation... enfin, ça va chauffer!  Je guette le premier saut de Fred... Il arrive rapidement...  Bon, j'avoue, le synthé n'est pas mal non plus sur la longue intro... avant les premiers couplets extras de cette chanson... avant que le cheval enchaine les galops...  On rentre dans le dure : 16 heures...  intro d'enfer...2e saut de Fred...  Cela devient assez insupportable d'être assis... Si je remue trop, j'ai peur de réveiller ma voisine...

 

Après "16h. ", une pause s'impose... c'est "Falling in love"...  La voix de Jean-Louis est chaude. Petit pont musicale où la guitare de Jean-Louis fait merveille tout en douceur, comme sur Ginette Ramade. En écrivant, j'écoute Odyssud en même temps pour comparer.... Les versions sont très semblables je crois.... mais sur Falling in love, il me semble que Jean-Louis nous crédite d'un peu plus de guitare...    Jean-Louis Murat est moins sur l'improvisation sur cette tournée,  les chansons gardent globalement leur rythme d'origine,  je remarque toutefois que les 3 musiciens sont extremement vigilants à Jean-Louis, pour le suivre... Sur "Mousse noire",  cela se fait avec un certain nombre de regards et de sourires complices, plutôt sympas.

 

A la fin de ce morceau, petite pause. Comme souvent, c'est une personne du public qui va solliciter la parole de Jean-Louis... "ca va?"... Jean-Louis  répond avec bonne humeur, oui, "vous avez l'air d'être en forme"...  si vous n'êtes pas pompiste, ça va"..  Et il choisit de reprendre le fil du set assez brutalement... sur l'ultra-doux "chanter est ma façon d'errer".

 

Longue intro...  Jean-Louis a pris l'harmonica... Premières notes de guitares au bout de deux minutes... solo....Voix au bout de 4 minutes.. "la mort est dégueulasse"... la mort est dégueulasse... coupe la mort... C'est bien sûr "TAORMINA".... un peu moins jaguaresque qu'à Clermont et au Bataclan, mais toujours aussi excellent... Emporté par la musique,  je ne m'aperçois même pas qu'il ne dit pas le mot "Taormina" (quelqu'un va me le faire remarquer après le concert).     Il s'amuse moins sur sa voix qu'à odyssud... mais nous délivre une version plus longue... il reprend en bouche l'harmonica,  il place ses mains sur la manche de sa caster.... jeux de larsen.... Superbe.   

 

La set-liste est sans surprise : Yes sir ensuite... Toujours avec sa version que je trouve lassante du fait des deux notes jouées par Denis à intervalles réguliers. Puis, c'est le train bleu... seule vraie pioche dans le catalogue pourtant si riche... et c'est bien sûr un petit regret... mais soit, il est normal que  Jean-Louis veuille défendre les titres du "cours ordinaire des choses", qui n'a pas eu le succès qu'il méritait. Certes, certes, j'allais oublier qu'il y avait "yes sir" et "pauline à cheval" ... deux inédits ("pauline à cheval" ne l'est plus depuis lundi), ce qui est déjà quelque chose... mais redécouvrir un ancien titre dans une nouvelle orchestration, est un vrai grand plaisir... et la version du "train bleu" est un bon exemple.  La guitare est réellement funkie en intro.  Puis, quand il ne joue pas de sa guitare, et qu'il se concentre sur son chant, Jean-Louis retrouve sa plus belle voix... J'aime beaucoup ce titre qui m'évoque quelques souvenirs, quelques retours de Suisse.. et quelques spleens...  Je me dis alors que j'ai bien fait d'avoir choisi le CD promo de ce titre pour me le faire dédicacer...

  Depuis Taormina, il a gardé son harmonica... il délivre quelques notes..  c'est je pense une petite particularité du soir.  

 

Là, j'ai arrêté de prendre des notes... Je pense que c'est le rappel...

 

Ensuite, c'est Baudelaire....  naturellement magnifique, pour enchainer avec... ah, super... l'autre inédit.... petite surprise : "quelle encre tire de ma bouches ces invincibles vérités?" (invincibles? indicibles seraient plus logiques... ). 

Après vérification sur LE LIEN DEFAIT, il semble qu'il ne l'a pas encore joué... et pourtant, j'ai l'impression de la connaitre... C'est un des titres de la BO du téléfilm de Masson (avec Biolay) qui sera diffusé.. enfin, on l'espère... sur France 3 (mars 2011?). Nettement plus intéressant que "saurais-tu par coeur"... notamment du fait de cette phrase très longue dont Jean-Louis Murat doit s'extirper à chaque refrain... Titre assez rock.

 

Enfin, deux autres titres: "comme un incendie"...  peut-être encore expédiée et là, encore, Jean-Louis Murat sautant les mots "comme un incendie"... Puis "se mettre aux anges"... mais là, je suis dans le désordre...  (les papys et mamys à côté de moi n'en pouvaient plus " quand est-ce qu'il va s'arrêter de chanter?" et étaient verts d'être coincés au milieu d'un rang... Ils ont bondi dès la lumière allumée. 

 

 

 

Alors, alors,  le fait d'être fatigué et assis ne m'a pas permis de rentrer plus que ça dans ce concert. C'était pourtant du haut-vol, même si, oui, on peut toujours considérer que Jean-Louis pourrait parler un peu plus... on m'a  fait remarquer qu'il enchainait rapidement entre chaque chanson, j'ai remarqué moi surtout les saluts de fin au public un peu court : se mettre avec ses musiciens, faire un salut de "théâtre" serait quand même une manière courtoise de conclure ...  Là, c'est un merci et au revoir...   Concernant les paroles, on a été relativement gâtés :  au cours du rappel,   "vous êtes vraiment sympas"... et au cours du concert,  un petit épisode où Jean-Louis a évoqué qu'"on était entre  voisins", puisque c'est musiciens étaient de St-Chamond, et lui même d'un autre coin de la Loire tout proche!!  Au dernier concert, ils étaient suisses...

 

En fait, qu'il ne parle pas plus, ne me choque pas trop... Les Syd Matters n'ont pas parlé plus la semaine dernière... même si je comprends que face à Jean-Louis Murat, qu'on sait si drôle et caustique, le public s'attend  à un peu de dialogues.

A la fin du concert, même s'il s'est montré disponible, il avançait régulièrement vers la sortie, avec sa valise à roulettes...  Accompagné de Fred..  alors que Stéphane et Denis étaient partis très vite.

 

 

 ... et ... euh... ah, le titre de l'article...  Ca peut être un symbole des concerts de Jean-Louis Murat  : deux personnes ont réclamé "TAORMINA" au cours du rappel alors que le titre avait été joué une dizaine de minutes avant...  Ils n'ont pas reconnu le titre réorchestré et tronqué d'un bout de refrain...  Des fans débutants sans doute... Les anciens évoquaient dès la sortie la possibilité de le revoir à st-Chamond le 12/11.

 

 

Commentaire de Dory Faye sur FB :

hello m'sieur pierrot alors ce concert du Jean Louis ? Perso j'ai bien aimé l'esprit rock un peu cold, la section rythmique hyper carrée et efficace et le JL inspiré, rock et habité... un brin de communication en plus de sa part ne m'aurait pas déplu. bon évidemment le côté siège en mousse et radiateur à donf ça casse ...un peu l'ambiance. mais qu'on se le dise, en France le boss c'est pas JoJo c'est Berjo :)

 

et de Brigitte:

Faut pas exagerer, il a signé et heureusement pour lui, et pour nous d'ailleurs, que ces salles existent et acceptent le ronchons créatif, talentueux, qui rechigne pas sur le chéque à la sortie, et qui fait comme les autres, de la vente de cd de tee hsirt, etc à la fin du concert -
A part cà, soirée extra, il ...a ssuré autant dans le rock que les mélodies
Le public n'était pas non plus trés dynamique et expressif..

J'ai un petit bout d'enregistrement, je vous le mettrai un de ces jours.

 

 

Et maintenant que j'ai...euh... "torché"... oui, carrement, mon devoir... je me précipite pour lire ce qu'en a dit Laurent...

http://laurentcachard.hautetfort.com/archive/2010/10/22/jean-louis-clavaizolle.html

 

Bon, je reviens ici...  après ma lecture de l'article (toujours aussi bien écrit) dont  je partage certaines impressions... mais je me range auprès de ceux qui aimeraient entendre une deuxième guitare à côté  de Jean-Louis... enfin, non, je voudrais entendre une deuxième guitare,  un clavier... ou un vrai piano plutôt, des cordes, une section de cuivre...

Quant à l'attaque sur Florent Marchet, je ne la relève même pas (mais je me lance de suite sur  une chronique sur Bertrand Betsch)...  Au contraire, puisque Laurent évoque l'article sur la carte blanche lyonnaise, la plus visitée de l'histoire de son blog,  je prends le pari que chers muratiens et cher Lien défait, nous pouvons battre ce record!!  Allez, tous sur le blog de Cachard! 

 

 

LE LIEN EN PLUS :

 

-  Un concours pour gagner des places pour TOURNAI en BELGIQUE ;La scène française peut heureusement encore s’appuyer sur Jean-Louis Murat, dernier pilier entièrement crédible de la musique française. Après l’excellent Tristan, l’artiste n’a attendu qu’une petite année pour sortir un nouveau disque.Enregistré aux Etats-Unis dans le Tennessee, Le Cours Ordinaire Des Choses entretient la classe de l’opus précédent mais se montre encore plus ambitieux musicalement parlant. La voix mystique de Jean-Louis Murat survole en poésie le son fiévreux et mythique de Nashville. Indispensable pour tous ceux qui rêvent d’entendre de la variété de qualité.
Il sera en concert à la Maison de la Culture de Tournai le mardi 26 octobre à 20h. La Première vous offre des places.

http://www.foudeconcours.com/forum/concours-sans-question/141565-des-places-pour-le-concert-jean-louis-murat-tournai-rtbf-lapremiere-23l10.html

 

 

 

-  Curieux: mais que vient faire Jean-Louis Murat dans un article sur un rappeur US sur l'express.fr?

http://www.lexpress.fr/culture/musique/hip-hop/comment-kanye-west-fait-buzzer-son-business_928709.html

 Il n'est pas, non plus, le premier à offrir sa musique sur le Web. Jean-Louis Murat, Radiohead, entre autres, l'ont précédé. La nouveauté est que le rappeur adopte cette stratégie de proximité avec son public des semaines avant la sortie de son disque. Il recueille ainsi les adresses e-mails que ses auditeurs doivent donner avant de pouvoir télécharger les morceaux. Courtisé, le simple amateur de musique venu faire un tour sur le site du chanteur se transformera ainsi en fan, puis en acheteur. CQFD.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 20 Octobre 2010

 

 

J'ai parfois l'impression que nous, chers lecteurs, amis FBkiens, vivons dans un espace parallèle : dans le cadre d'une formation "analyse de la pratique professionnelle" (oui, car j'ai un boulot, un vrai.. contrairement à ce que certains pensent, je ne passe pas ma vie à scruter le net pour avoir des infos sur Jean-Louis Murat... je n'y passe que 7 heures... autant qu'au travail !!),  je disais... je disais quoi... oui, le formateur nous a demandé d'amener un objet qui nous plaisait, histoire de casser la glace en début de session, tout ça, délier les langues... et bien, avant de partir, j'ai pris les premiers CD qui me tombaient sous la main : un MANSET et "COURCHEVEL", que j'ai toujours sous la main en ce moment... Je ne voulais pas parler de Murat, c'est une histoire entre nous et moi... je veux pas  trop l'ébruiter... déjà que ça fait des histoires avec ma femme... enfin soit... et bien, sur un groupe de 10 personnes, exercant un métier qualifié (quoique....),  personne n'avait jamais entendu de Manset et de Marchet...  Ca m'a pas surpris pour Marchet, mais pour Manset...  enfin soit, j'ai fait un peu de pub... 

 

Bon, à part ça,

J'ai essayé encore de faire une pause avec "Courchevel"... J'ai écouté "Gargilesse"! Le premier album de Marchet, et c'était déjà fameux!...

 

Allez, demain, c'est MURAT...  Voici ci-dessous un article l'annonçant...  et puisque certains ont souhaité me présenter leur hommage,  j'ai cherché un signe distinctif...  J'vais peut-être tenter le chapeau... histoire de faire honneur à mon image de profil... et j'aurai une bière à la main s'il y a un bar ouvert!     En attendant, il me reste 24 heures pour retrouver ce fichu billet, un peu d'essence et ce CD que j'ai promis à quelqu'un...

 

Après le concert, je pourrais enfin télécharger la BO "PAULINE ET FRANCOIS"... et puis, vous rendre compte de tout ça!

 

... ah, oui, tiens, au fait, faut que j'amène un truc pour lui faire dédicacer... la dernière fois, je n'avais que le billet minable...  voyons... voyons... réfléchissons... euh... je pourrais... mais vous êtes encore là?? JE PEUX ETRE TRANQUILLE UN PEU, NON???  ALLEZ, là, C'EST FINI!! FINI!!  AU REVOIR!  Allez, lire les inter-ViOUS et MURAT, ça, c'est intéressant!     A+

 

 

 

 

http://www.tribunedelyon.fr/index.php?actus/culture/23482-musique-:-jean-louis-murat-joue-aux-portes-de-lyon

 

MUSIQUE : JEAN-LOUIS MURAT JOUE AUX PORTES DE LYON

Vincent Raymond | 20/10/2010 | 0 | |

Accompagné de ses fidèles musiciens (Stéphane Reynaud à la batterie, Fred Jimenez à la basse et Denis Clavaizolles aux claviers), Jean-Louis Murat joue aux portes de Lyon. Passez l'huis ; allez à lui!...

© DR

 

POÈTE Jean-Louis Murat fait partie de ces méconnus célèbres dont la chanson française ne mesure pas l'importance — quand elle n'en oublie pas l'existence. Moins ésotérique que Manset, plus prolifique que Dominique A., le chantre auvergnat a bâti en à peine trente ans une œuvre considérable, d'une poésie sublime et intransigeante, et d'une stupéfiante variété mélodique. Rockeur, folkeux ou expérimentateur, Murat se moque du miroir déformant des médias (télévisuels, notamment), rigole de l'image de romantique dépressif que ses contempteurs s'obstinent à lui coller, et poursuit, imperturbable, sa carrière. Précédée d'un album énergique enregistré à Nashville (Le Cours ordinaire des choses), cette nouvelle tournée fera à coup sûr naître des sentiments nouveaux dans le cœur de ses aficionados… et des autres. Tout est dit…

Jean-Louis Murat à 20 h 30 à l'Espace culturel de Saint-Genis-Laval : 8 rue des Ecoles, Saint-Genis-Laval.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

1 2 3 > >>