Publié le 27 Février 2011

 

En rédigeant l'article précédant, je suis tombé sur cette vidéo (j'en profite pour en remercier l'auteur qui nous permet d'avoir l'intégralité d'un concert de JP NATAF).... JP NATAF évoque (rapidement) Jean-Louis MURAT...  

 

 

mais qu'y a-t-il dans cette bouteille? Je n'ai pas souvenir avoir vu Jean-Louis Murat avaler de la mixture... quoi que...
C'est l'occasion de rappeler que JP NATAF est l'ami de Jean-Louis MURAT.  Il faisait des choeurs sur DOLORES en 96...  JP a  évoqué dans une petite bio, rédigée pour la sortie de l'album,  un soir d' août  2007, un concert  "sur mon lieu de vacances, avant jean-louis murat  puis passe une excellente soirée à l'écouter".  Il était aussi présent au dernier concert parisien de Jean-Louis Murat m'a-t-on dit...  C'est pour ça que je cherchais  à le contacter depuis le début des "inter-ViOUS ET MURAT"....  C'est enfin chose faite par une petite porte entre-ouverte du brise-glace... Wait and see...
 
 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 27 Février 2011

 

Voilà la fin du récit de mon petit week-end musical de la semaine dernière (cf Week-end on the courchevel alpin Road, avec FLORENT MARCHET).

  SAM 3085

 

J'ai découvert un peu sur le tard JP NATAF, me décidant enfin à écouter suite à la pluie de louanges encore renouvelée à la sortie de son dernier album solo.  J'ai acheté les deux albums.

Je n'avais jamais écouté les INNOCENTS, également... même s'ils accompagnaient forcement ma vie...   C'est comme ça pour certains artistes qui remportent un peu de succès médiatique, l'écoute des singles  en  radio me suffit... mais "jody", "un autre finistère", "colore" .. sont des grandes chansons...  et pas besoin d'en posséder le disque pour les écouter régulièrement... Ce qui n'est pas le cas des bijoux que concoient actuellement JP NATAF.

 

Sa découverte ne m'a toutefois pas rangé immédiatement du côté des accros indécrottables fidèlement fans  (en effet, sa pop peut paraître de prime abord  manquant un peu de relief,  de morceaux plus rythmés qui réveillent.... -comme Syd Matters?... ), même si je l'écoute régulièrement...   

 

J'étais donc curieux de le découvrir sur scène, même si  c'était sans attente particulière...  J'avais lu quelque part qu'il n'était pas forcément une bête de scène...  Enfin, si, j'avais une attente: celle d'écouter en live, le morceau de bravoure de 2009-2010 : "seul alone"  (9 min 57 sur le disque CLAIR).... C'est d'ailleurs surtout ce titre, plutôt que les critiques,  qui avait suscité l'achat du disque...

 

Bon, allez, je vous le mets... On se retrouve dans 12 minutes!!  SVP... laissez vous entrainer!  

 

(et d'ailleurs, sur cette vidéo, avant les 5 minutes, il a un trou, dont il se sort plutôt élégamment... A Annecy, il a livré le texte parfaitement...Une autre version plus dépouillée :  http://www.telerama.fr/musique/jp-nataf-live-1-3,50193.php,  excellent à la fin : JP obligé de s'étirer le bras! C'est du sport la musique! )

 

 

Dans la salle du Brise glace, qui était bien remplie, -mais qui ressemble tant à d'autres salles de musique actuelle- , JP NATAF était donc chargé d'occuper la scène  avant Florent MARCHET... C'était au moins la 3e fois je crois qu'ils faisaient date commune.... mais Florent est plutôt sur son début de tournée alors que JP NATAF terminait la sienne ce soir -là.    

J'étais assis dans les premiers rangs de la tribune, et plutôt gêné par les gens debout dans la fosse (je me ménageais pour Marchet)... et je me suis concentré sur la musique... C'est vrai que le spectacle est plutôt dans les oreilles que sur scène... D'ailleurs, jouer avec des lunettes fumées, c'est un handicap, et pas seulement pour Steevie Wonder ou Ray Charles...  Malgré tout, JP NATAF est loin d'être froid. Il prévient qu'habituellement il parle beaucoup mais que ce soir, le temps étant  compté, il va la mettre un peu en veilleuse... même si on a droit à quelques explications de textes, introductions touchantes : pour "elle", qui évoque sa famille, il dit qu'il est content de la chanter ce soir car quelqu'un dans la salle est plus particulièrement  concerné (Thibault, peut-être son frère?), pour mon ami d'en haut, il évoque "une chanson pour un ami d'en haut qui reçoit un peu trop de visites en ce moment"...

 

 

 "mon ami d'en haut" : (ma soeur qui découvrait la chanson a été très touché...)  

 Cette version est un peu éclairée par le Yuku... Celle délivrée à Annecy était plus épurée.

 

 

Il m'a fallu un peu de temps pour rentrer dans le concert, malgré les compos que j'aimais : MONKEY pour débuter en douceur et "jeune home"....

 

 

 

 

 

La voix n'était pas peut-être pas très chaude...  Elle est pourtant parfois très belle, même si la prononciation est je pense à améliorer. J'ai été également gêné par... les mots me manquent...  je ne sais pas... d'entendre sa respiration ou des bruits un peu parasite (déglutition?)... Les choeurs du clavier  Ludo Leleu (HOLDEN)  m'ont également paru un peu limite... Dommage quand on vient écouter  le Brian Wilson français... ( Syd Matters l'emporte haut la main sur ce créneau!).

Mais soit, c'est un peu mineur.... car j'ai été quand même conquis...

 

 

3 "le radeau"

On a eu aussi droit à nos séances d'accordage...

 

En 4e, "elle" 

 

 

 

5) "viens me le dire"....  Et on voit effectivement ce dont la voix de JP est capable!

 

J-P NATAF : Viens me le dire - MYTARATATA.COM
TARATATA N°340 (Tour. le 14/01/2010 / Diff. France 4 le 24/02/10 & France 2 le 05/03/10) Video de mytaratata

 

 

6) Et sa magnifique et lente intro.... 

 

 

7)je ne me rappelle plus du titre 7... J'ai noté "P" et  "voix du clavier" (mauvaise impression)...

 

8) Jean-Philippe...JP NATAF s'amuse dans l'introduction à la jouer disco... en reprenant "i feel love" notamment... 

On n'a pas eu le droit à  l''impro sur le yuku mais le reste est assez conforme à la prestationd 'ANNECY (même si je ne me rappelle pas du yukulele et  que j'ai trouvé cela encore mieux... J'avais noté deux grands : "+ +", et ça, c'est bien noté!)

 

 

9) ++ encore pour "plus de sucre". Quelle balade....

 

je mets cette version car elle est assez "enrichie", notamment de la présence d'Albin de La Simone, ex-compagnon de Jeanne Cherhal [j'en profite pour dire bonjour à celui  ou ceux qui visitent régulièrement le blog en ayant taper sur google : "vie privée jeanne cherhal" ou "compagnon jeanne cherhal"... c'est en effet très régulier!!]    

 

10) En 10, une petite surprise... Un titre des fabuleux The MABUSES... outre le fait d'avoir créé un duo avec Jeanne Cherhal, JP a aussi ce groupe... qui a justement donné un de ses rares concerts au brise-glace... Un titre en anglais.

 

 

11) Après toi:

 

 Avec Bertrand Belin...

 

  12) L'incroyable "seul alone" déjà diffusé plus haut.... Je regrette d'être assis... Une superbe orchestration qui aide à voir passer les 10 minutes de chanson comme un éclair... ou presque. La salle a une parfaite qualité d'écoute (c'est ce genre de titres -ami amour amant, comme un légo...-  auxquelles  je souhaite que Marchet se confronte un jour...)

 

C'est le rappel....

 

13) Mon ami d'en haut,  

 

 

14) Un super titre (que je ne connaissais pas)  pour conclure un set, en sollicitant le public... mais pendant tout le titre, je n'arrive pas à comprendre ce qu'il faut chanter.... ce qui ne m'empêche pas de le faire.... mon "et hop,tallala, ping pong et hop"  passait  très bien...

 

Et bien, voilà,  le set se termine sur ces notes joyeuses de bombes qui explosent... Gros succès... et je regrette vraiment d'avoir laissé passer quelques dates à portée de voiture avant Annecy...   mais maintenant, il va falloir attendre un nouvel album...  Encore heureux, malgré le "relatif" succès public, JP NATAF bénéficie encore du soutien d'une maison de disque "TOT OU TARD"....   J'espère pouvoir vous en reparler rapidement.   
Une autre chronique de concert:
PS : A noter que JP NATAF est revenu sur scène pour un duo sur "aucun express" à la fin du concert de Florent Marchet.  Très jolie présence. J'en ai parlé précédemment.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 26 Février 2011

 

Petite surprise ce soir quand je suis allé voir d'où provenaient les visiteurs de blog du jour...  d'un oeil distrait... Le Lien défait, oui bien sûr,  Facebook (rappel : j'ai un profil FB : surjeanlouismurat Pierrot),  http://touteslesmusiquesquejaime.over-blog.com/  le site de Jean Théphaine; le forum  http://jeanlouismurat.zikforum.com... mais aussi:  

 

http://www.jlmurat.com/spip.php?article9

 

J'ai même pas réalisé de suite....

 

 

 

De quoi le site officiel parle du blog?

 

Et oui... et j'en suis très fier...  

 

A l'occasion d'une petite mise à jour du site officiel (nettoyage de printemps plutôt),  consistant pour l'instant à  annoncer l'enregistrement du nouvel album..  un petit encart a été mis ;  

 

 

"A NOTER

. A visiter : le Lien Défait et le blog de Pierrot, les sites de référence des muratiens..."


 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 22 Février 2011

Voici la suite des aventures alpines sur les traces de FLORENT MARCHET 

 

   SAM 2913

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Guten tag Florent,

La nuit a été courte, mais j’essaye d’assurer le rôle de Papa… histoire de ne pas avoir trop de scrupules pour ressortir ce soir :  je me sens un peu frustré d’hier et c’est décidé, j’veux faire le doublé, marchet et reprise de drible (bon, je suis aussi frustré de ne pas faire de hand ce week-end).  J’espère que tu en profites pour faire un peu de tourisme. Sur la photo, les 7 merveilles du dauphiné, notamment la fontaine ardente. On en espère autant pour ce soir.   

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Camarade !

La Source est un beau petit outil, non pas entre la faucille et le marteau !, plutôt comme une scie diamantée (un outil de verrier)… mais pas si bien foutue que ça quand même. En 3 jours, t’en auras fait du chemin : vendredi night au Bobo’rebloch’land,  saturday night live in la Suburb Coco’bleu de sassenage (Rue LENINE), et.. jour du seigneur chouan in the palais des sports of Poiré sur Vie (avec caillebote d’aunis et tricorne sur le plateau…). C’est pas pour dire, mais c’est très courchevelien comme périple. Je te laisse, faut que j’écrive au canard avant le concert !

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

 

LA REDACTION DU CANARD ENCHAINE

Bonsoir, je vous sais prompte à sortir les lièvres, dénouer les complots, écrire la vérité toute nue tout en la rétablissant et pleins de trucs vachement importants, comme les contrepets. C’est bien pour ça que je ne comprends pas pourquoi vous n’avez jamais parlé du scandale des salles de spectacle municipale avec buvette sans alcool ! Imaginez le désarroi du spectateur, loin de s’imaginer en Mac Mahon,  se rendant à FONTAINE, à la SOURCE… pour finalement se rendre compte que, oui, décidemment, ce lieu porte bien ce nom! Un concert de rock peut vite tomber à l’eau dans ces conditions !  Et encore, je ne serais pas furieux.. si, sans parler d’alcool, ils proposaient au moins de la bière. Mais là, rien, nada.

 Signé (anonymement) : GORGE ASSECHEE

 

-------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Alors, ce concert ?  Et bien pas tout de suite...

Sans parler de la buvette, les salles municipales ont souvent un autre inconvénient : l’artiste local (… sans parler du fils du véto, champion régional…). J’ai blêmi quand le taulier a évoqué « une double affiche »… et non pas seulement une première partie. Moi, qui voulait un set longue durée, tout en me couchant de bonne heure, ça tombait mal.

Xavier Machault & Roberto Negro ont pourtant fait le show, et remporté un beau succès.  Roberto  aux claviers, et Xavier au chant, livrent un spectacle plutôt café théâtre, avec des chansons gimmick, et des chansons un peu à l’emporte-pièce (et des reprises de Blur et Nirvana douloureuses). On rit pourtant, car le duo est assez efficace... mais c’est surtout le  clown blanc qui m’a fait rire, dans la grande tradition française du pianiste ahuri  (je repense à celui de  Devos, de Smain -1er spectacle..).  La séquence  avec l’ampli.... et le réajustage du logo Marshall... (vous ne comprenez rien ? c’est normal), était vraiment très drôle... Par contre, l’agitation de l’Auguste m’a laissé un peu froid... Mais enfin, je suis très mauvais public.

 

 

 Vidéos là :  http://vimeo.com/6822418

 

-------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Il en a encore fallu du temps pour que le feu se mette à crépiter (il n’y avait pas de rideau comme à Annecy)... Il était charmant dans cette salle à armature bois. Les deux immenses troncs de part et d’autre de la scène ont peut-être eu chauds aux miches... de partir débité dans l’antre...  Ces deux colonnes m’ont fait penser à celles de pierre qui ornent la salle du théâtre sainte-Marie, tout près de là,  où je découvrais il y a plus d’un an les chansons de Courchevel. Beau souvenir. Ce soir-là, il y avait un vraiment piano... et c’était quand même autre chose.   Mais soit, trip 70’s... et synthé vintage, c’est le choix de travailler cette imperfection là et très référencée (ce son plein d’air ?).

 

J’apprécie plus qu’hier l’arrivée...  plus lente et tranquille, avec les grelots.

COURCHEVEL

Ah, fallait pas m’inviter... Maintenant, tu me fais penser à BOURVIL : le pantalon trop court et la façon de poser tes pieds...  Mais c’est plutôt un compliment !

 

MES NOUVEAUX AMIS

BENJAMIN

Première pause vanne. Tu improvises à partir de la  rencontre avec le MAIRE dans les coulisses.... « il m’a dit : vous verrez, c’est des bons bouseux ! »... Par la suite, tu inverseras le propos, du genre : « autant hier, à Annecy, c’était pourri, là... On ne s’y attend pas, dans un endroit aussi reculé ».

 

LEVALLOIS PERRET, avec Mr Collinet qui prend en main un clavier. Très jolie partie de guitare.

LA CHANCE DE TA VIE est très rock. Le groupe envoie bien.

 

C’est déjà le temps de la respiration :

POURQUOI ETES-VOUS SI TRISTE ?  qui débute avec une petite voix off donnant une clef.... beau piano.

MON IDOLE, là encore, avec une petite séquence enregistrée.. pour introduire le titre.

 

Viens la séquence des Cartes postales. L’introduction est improvisée, toujours très drôle, et sans jeux de mots !... mais les deux cartes sont les mêmes que dans les précédents concerts. N’ayant pas l’effet de surprise, je déguste les réactions du public.  

 

MA JEUNESSE

 

QUI JE SUIS ?   Toujours en solo, avec ce bel effet lumineux, qui, il me semble n’était pas au KAO.        (cf la vidéo dans l’article précédent).

Le titre est enchainé à HORS PISTE. Je le trouve moins enlevé ce week end qu’à Lyon, ainsi qu’à  ROISSY.  

 

JE N’AI PENSE QU’ A MOI, Séb. Collinet passe au Wurlitzer.  On a droit à une version bien rallongée. J’aime !

 

Petite pause humoristique : « faignasses ! » avant  NARBONNE PLAGE, censée nous faire rêver par ses plages paradisiaques.

Puis LA CHARRETTE...  Là encore version bien rallongée... mais aussi car Florent accorde sa guitare durant le titre, « on va faire chanter le public  faut que j’accorde ma guitare »... Le groupe s’amuse visiblement. Les deux musiciens improvisent une danse quasi –lascive.... Le public est chaud pour la FAMILLE KINDER, le nouveau single...

Dans cette salle au 4/5 pleine, une bonne partie du public se lève immédiatement pour applaudir durant le premier rappel.

 

LE TERRAIN DE SPORT,  débuté en solo, le groupe rejoint ensuite la scène. 

ON EST TOUS PAREILS

Dernier rappel :

 

RIO BARIL en solo ( que l’on n’avait pas entendu hier, puisqu’il a été remplacé par le DUO sur Aucun EXPRESS.... mais à Lyon, on avait eu les deux titres).

 

Gros succès, malgré l’ambiance feutrée…et le public semble-t-il composé d’une bonne partie de fontainois et d’abonnés…

 

Alors, que dire ?  J’avais trouvé au Kao des versions un peu trop courtes, là : le terrain de sport, la charrette, même Hors piste (du coup moins punchy), laissent plus de temps au temps.  Est-ce juste une impression ?  Par contre, j’ai toujours le regret d’un set un peu court,  ne laissant que peu de places à l’impro et aux surprises. Murat fait varier à la fois les versions d’un soir sur l’autre mais aussi le set.  Evidemment que Marchet serait capable de le faire, mais j’imagine que ça serait trop mettre à mal son perfectionnisme et le show tel qu’il l’a conçu. Beaucoup de fans préfèrent Gargilesse et Rio Baril à son dernier album… Est-ce parce qu’il semble moins personnel et intime  (même si c’est très discutable puisque les thèmes et l’écriture sont bien là). Le fait est que sur scène, en Benjamin, prince de l’ironie (au maniement si périlleuse)… j’ai parfois l’impression que  Florent ne délivre pas tout-à-fait tout ce qu’il pourrait livrer…  Excepté sur « qui je suis ?» ?… Est-ce un hasard ?   Y a-t-il une armure à fendre ?  Une moustache à couper* ?  C’est parce que je l’aime que j’attends encore plus. PLUS afin de  passer du « statut » d’artiste ultra-doué, talentueux, à… à… euh… à je ne sais pas…vu d’où j’écris, -du blog de Pierrot-,  disons.. Jean-Louis Murat ou quelque chose comme ça !

 

 

*C’est un clin d’œil… c’est fou comme on s’attache à si peu de choses…

 

C’était ma 4e date de la tournée COURCHEVEL (+ la 6e fois que je le vois)... Florent MARCHET sera cet été aux Nuits de FOURVIERE (il va avoir chaud l’ours blanc en juillet),  puis encore à l’automne à CORBAS, dans la banlieue lyonnaise. Céderais-je encore à son appel ?

 

 

... Et bien, oui.... au minimum pour cette sublime chanson...

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

RETROUVEZ FLORENT MARCHET PARTOUT DANS LE MONDE FRANCAIS  et BELGE! :

 

jeudi 03 mars 2011   Chabada   Angers (49000, France)

vendredi 04 mars 2011  Le Manège    Lorient (56100, France)

samedi 05 mars 2011   Ferme de Gwernandour    Brasparts (29190, France)

vendredi 11 mars 2011  La Nef   Angoulême (16000, France)

vendredi 18 mars 2011 A l'Olympic  Nantes (44100, France)

vendredi 25 mars 2011  La Cigale (COMPLET)
 mardi 29 mars 2011 
Au Printemps de la chanson

Falaise (14700, France)

vendredi 01 avril 2011 Le Train Théâtre   Portes-lès-Valence (26800, France)

samedi 02 avril 2011 L'usine  Istres (13800, France)

mercredi 13 avril 2011  Théâtre Sébastopol   Lille (59000, France)

jeudi 14 avril 2011  L'Ouvre-Boîte  Beauvais (60000, France)

vendredi 15 avril 2011  Festival Mythos  Rennes (35000, France)

Théâtre Sébastopol Lille (59000, France)

dimanche 24 avril 2011  L'Auditorium   Bourges (18000, France)

vendredi 06 mai 2011 Au Trianon Transatlantique  Sotteville-lès-Rouen (76300, France)

samedi 07 mai 2011  Equinoxe Châteauroux (36000, France)

vendredi 13 mai 2011  L'Orangerie "Les Nuits Botanique"  Bruxelles (1210, France)

samedi 14 mai 2011 La Laiterie   Strasbourg (67000, France)

vendredi 20 mai 2011 Espace culturel d'Avoine  Avoine (37420, France)

samedi 21 mai 2011  La Vapeur  Dijon (21000, France)

vendredi 03 juin 2011  Théâtre de Montauban  Montauban (82000, France)

samedi 04 juin 2011   Festival Musik à pile  Saint-Denis de Pile (33910, France)

lundi 20 juin 2011   Le Grand Théâtre de Fourvière (En 1ère partie de ZAZIE)  Lyon (69005, France)

samedi 24 septembre 2011  Théâtre Municipal  Seclin (59113, France)

vendredi 30 septembre 2011  Théâtre Beaumarchais   Amboise (37400, France)

 

http://www.florentmarchet.com/    et ses cartes postales à lui!

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 20 Février 2011

 

Bonj’  G.O. Florent,

G d si -d  2… euh pardon, pas des sms.. mais des cartes postales  ai-je décidé en bon fidèle de t’adresser  !  C'est approprié pour te raconter un peu du voyage que tu m’as organisé ce week-end!

Il fait gris chez moi, et je crains presque le neige, salage en cours même sur la route du Courchevel orchestra !, mais une fois franchi l’Epine, comme souvent, le soleil nous attend. Sur la photo, c’est la dent du chat, au dessus du Bourget, tu la verras demain en allant sur Grenoble. Je me dis que c’est un animal qui te va bien le chat… Pas seulement à cause des moustaches.

 

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------ 

Adieu (ça veut dire bonjour en savoyard… sont étranges ces gens!)

Je suis bien arrivé à ANNECY, si… Sans Anne-SO… (Désolé, mais c’est de ta faute et de tes jeux de mots pourris ("l’invité de Marc", "Anne si" !…). D’ailleurs, je pense qu’il faudrait te ménager là-dessus,  une carrière, même tellement prometteuse, ne tient pas à grand-chose : Regarde Rachida, pour un simple lapsus… La photo : c’est Raymond Devos. Je l’ai tellement aimé. PS : J’t’en veux : T’aurais quand même pu vanner les gens du cru sur les J.O.. 

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------

 Salutations distinguées,

Ah, voila la première excursion que tu nous as mis au programme ! le Show case… La photo, c’est des rayons de disques à la Fnac. Dans 10 ans, tu la montreras à tes enfants pour leur montrer comment c’était les disques, et même qu’il y en avait avec papa dessus.

 

SAM 3082

 

A la Fnac, je m’attendais à trouver une salle de forum comparable à celle de Lyon presqu’ile… Mais à Annecy, au vu du prix du m2, l’artiste n’a droit qu’à une alcôve donnant sur des rayonnages de milliers de CD à prix cassés. 12 chaises. 7-8 fans… et des badauds bobo…  J’ai un peu honte pour nous, pour la France, d’une telle réception. Ce soir, dans la salle, quand tu évoqueras ta vie de star, et nos vies grises, ils ne seront peut-être pas si nombreux à percevoir le degré d’ironie que  tu mets dans cette vanne. Mais bon, c’est toujours mieux que faire le prof de musique dans un LEP (même si, en échange,  faut se vendre)… Alors, voilà, en show case,  le simple artisan, nu (chemise blanche, petite veste et foulard rouges, éternel jean gris serré), et comme un artisan, délivrant son travail avec humilité, avec l’implication égale que nécessite les règles de son art.   A la guitare défilent  Courchevel, Benjamin, la chance de ta vie, Son idole, Narbonne, et la Charrette… Déjà de quoi faire..  et en variant les rythmes, les tempos (benjamin commence presque reggae…)… Je trouve remarquable la voix sur les « ouh ouh… »  de la Charrette…

Bon moment…  La séance de dédicaces commence mollement, et j’achète un petit Gargilesse à 7 euros (c’est donné) pour ma nièce.  Une dizaine de personnes passe devant Florent.  Allez, à toute !

 Je quitte le centre commercial.. pour replonger dans la rue piétonne. Je file rapidement, j’ai un sentiment étrange au contact de tous ces indigènes sortant de salons de thé, de  pâtisserie fine… Même les fromageries ressemblent à des halls de palace.   Je rentre dans un Franprix. Je constate que dans cette ville  même les jeunes à capuche  achètent des confitures bios. J’opte moi pour un club sandwich leader price, pas moyen de trouver un kebab.

 SAM 3083

 

------------------------------------------------------------------------------------------

Yo, men ! Arrivé au brise glace, near le skate park. Sur la photo de jour, ça fait paradisiaque, au bord du lac. Mais la salle est coincée contre un bunker salle de sport, et on ne voit pas le lac, le bâtiment du club nautique cache l’horizon. 

Ouais, y a du monde qui arrive ! C’est des parents qui viennent chercher leurs enfants après le cours d’escrime. J’admire le palace sur roue et à étage, avec remorque, que le tourneur de Marchet, a engagé pour ce courchevel tour. Pas étonnant que tu évoques tellement la France d’en bas (et nos vies grises)… A force de parcourir le monde en regardant par la fenêtre  du premier étage de ton bus, c’est normal qu’on soit sujet à la grosse-tête-attitude. Surtout quand on est programmé après le « Brian Wilson Français » (selon Biolay, mais pour lequel on a aussi beaucoup parlé des Beatles).

Pas grand monde à 20h15… J’accueille ma sœur et sa fille. Ils n’ont jamais entendu parler de JP NATAF et de FLORENT MARCHET… des gens normaux quoi.  Je te laisse, c’est la première fois que j’vois JP et j’ai hâte…

 SAM 3086

 -----------------------------------------------------------------------------------------

(prochainement, un article sur la prestation de JP NATAF)

 -----------------------------------------------------------------------------------------

 

 

Hi !  J’prends le temps de faire le feedback… mais je suis vanné. Ca commence à faire tard pour un vendredi soir, un concert qui  débute à  23h00… J’te ferai dire que j’ai juste deux ans de plus que toi.. mais ces deux ans, ils m’ont bien dézingué !Et moi, j’ai pas été en tournée mondiale… juste essuyer quelques tournées de droite à gauche. Alors ménage toi quand même !  Et ce n’est pas de tout repos un concert comme ce soir  : une salle bien pleine (fosse et  tribune), des problèmes techniques (dès l’arrivée sur scène), une corde de yuku qui pète,  un empêtrement dans les jeux de mots… Mais tu t’en es bien tiré, va ! J’ai eu l’impression que le fait de devoir resserrer  le set (vu le partage de l’affiche) a été un élément perturbant. Ce qui l’a par contre vraiment été pour moi, c’est de me faire remarquer avec ma caméra*… J’aime pas me faire remarquer, MOI ! Enfin, soit, le Courchevel orchestra, il tourne toujours aussi bien. Je remarque toujours les différents jeux de batterie de Bertrand Perrin, toute en sobriété. Je ne remarque pas de grande évolution par rapport au Kao (un amateur de Murat aimerait avoir plus de surprises)... sauf ce set un peu délesté, d’une chanson je pense, et d’une séance de lecture de cartes… Pas ressenti par contre les mêmes émotions qu'au KAO... Faudra vérifier ça demain.  

NB :  le duo final avec JP NATAF sur « aucun express » (on s’y attendait !) est très réussie, les deux voix se mélangent très bien. JP a une présence fragile et délicate. J’ai l’impression que t’as été touché.  Le public aussi.

 

 

 

*Mon intention était  de filmer le show case. J’ai demandé si je  pouvais à Florent, mais il ne préférait pas, il m’a alors dit qu’il préférait que je filme le concert…Avant le concert, j’ai prévenu un gars de la sécu qui est retourné vérifier mes dires derrière… mais n’a pas averti les gens du brise-glace, qui sont venus m’engueuler deux fois. Mais enfin soit, j’ai capté ce que je voulais : « qui je suis ? »…

 

 

   

 

 MERCI FLORENT!               LA SUITE DU WEEK-END BIENTOT!

 

 

- la  chronique du KAO:

http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-florent-marchet-au-kao-de-lyon-62279531.html

Et  celle de la 2e date  courchevalesque avant le Courchevel orchestra :

http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-2e-date-tournee-courchevel-florent-marchet-43844060.html

 

 

 

SAM 3084

 

 SAM 3085

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 16 Février 2011

 

On a quelque fois évoqué Daho ici...

http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-jeanne-moreau-59787575.html

Mais moins que Murat ne l'a fait lors d'interviews!   Il a été sa tête de turc préféré... notamment car, il l'expliquait gentillement, il en a eu marre que chez Virgin, on lui dise "fais comme DAHO!"  qui était l'autre poulain de la chanson de la maison...

 

Et voilà qu'aujourd'hui,  j'apprends que DAHO a signé chez Polydor UNIVERSAL... et donc rejoint Murat... même si je doute qu'ils aient le même contrat... J'imagine que Daho a encore eu la possibilité de signer un contrat à l'ancienne...

 

Cette signature chez Polydor survient quelques temps après le départ de l'ami de Jean-Louis Murat de la direction de cette maison : Alain Artaud ( http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-changement-de-direction-filons-droit-65005410.html). Avait-il enclenché cette signature?  On ne le sait pas pour l'instant.

 

J'évoque tout cela car les INROCKS dans le numéro de cette semaine  a évoqué les communiqués de presse sortis à cette occasion, et c'est rigolo...

 

             " Le 8 février, nous recevonsun communiqué de presse de la maison Polydor :

Après un album avec Jeanne MOREAU acclamé par la presse [mais signé dans une 3e maison, NAIVE!], Etienne DAHO en fin de contrat avec EMI, signe chez Polydor. Toute l'équipe de Polydor est heureuse d'accueillir dans sa maison un artiste à la carrière aussi prestigieuse...

              Le lendemain, nous recevons un communiqué du patron de NAIVE : Après avoir publié un magnifique album, le Condamné à mort avec la collaboration de Jeanne Moreau, et félicité l'équipe NAIVE pour son excellent travail, Etienne DAHO a décidé courageusement de signer chez UNIVERSAL pour ses albums plus légers "

[sic!]

 

Oula... ça tacle! On devine une certaine amertume du côté de NAIVE... qui a montré pourtant avec Biolay qu'ils étaient capable d'accompagner un artiste avec succès.  Pour le coup... allez, je m'engage à acheter le prochain AXELLE RED!  Elle était sans maison de disque et avait un album prêt depuis un bail (avec des chansons écrites par MANSET, MARCHET!)... et c'est NAIVE qui l'a finalement signé, en espérant refaire le même coup qu'avec Biolay! 

Allez, c'était Pierrot en direct de Dallas (Dallas des clopinettes)...

 

 

http://isatagada.blog.com/2011/02/09/des-news-detienne-daho/

http://www.musicactu.com/actualite-musique/133466/etienne-daho-change-de-maison-de-disques/

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 12 Février 2011

 

J'ai assisté ce jeudi à une petite session radio du Voyage de NOZ sur COULEURS FM, petite radio locale de Bourgoin-Jallieu.

http://couleursfm.pagesperso-orange.fr/01%20Pages%20general/Sommaire.htm

 

 

On discutait sur le parking... et Stéphane Pétrier me disait le mal qu'ils avaient à décrocher de la presse et des médias, alors même que les disques se vendaient bien.  Il me disait même qu'il aimerait  qu'on lui dise "merde, c'est nul votre truc, plutôt que ce silence".. face à 3 ans de travail pour cet album... et un investissement quotidien depuis près de 25 ans.   Je sais que certains ont pû les apprécier grâce à ce blog (des disques sont même partis au CANADA)..  alors ma foi, pour les autres... voici encore du NOZ... et si vous n'aimez pas, dites ce qui vous dérange...

 

Bonne espérance en écoute là:

http://www.deezer.com/fr/music/le-voyage-de-noz/bonne-esperance-708824

 

Sur le blog :

-ma chronique : http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-bonne-esperance-le-voyage-de-noz-62085006.html

-l'inter-ViOUS et MURAT avec Stéphane (et Les PORCO ROSSO et KARL-ALEX STEFFEN; dont les albums sont aussi en vente!) : http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-inter-vious-et-murat-voyage-de-noz-karl-alex-steffen-porco-rosso-part-2-61454748.html                (lien vers la 2e partie)

 - l'interview au long cours de Stéphane : http://surjeanlouismurat.over-blog.com/article-hors-murat-n-1-le-voyage-de-noz-stephane-petrier-part-2-64772961.html       (lien vers la 2e partie)

 

 

Mais ce jour... je vous propose de remonter un peu le temps...  et je vous propose quelques vidéos de Sieur Tequila (paix à ses cheveux).

 

A l'occasion des 20 ans du groupe, le VOYAGE DE NOZ a réalisé deux magnifiques concerts de près de 3 heures, avec tout ceux qui avaient participé à l'aventure, excepté PROHOM... Et quelques jours plus tard, une soirée "TRIBUTE TO NOZ" était organisé par le Muratien de la première heure (et auvergnat)  DORY FAYE, leader des DORY4, autre groupe lyonnais...

 

Une occasion pour une dizaine de chanteurs et groupes lyonnais de reprendre des chansons des NOZ à leur sauce... et ils exprimaient tous ce soir-là une sacré dose d'amour pour la musique de ce groupe... On retrouve notamment François des DEJA VU, groupe pop salué par les critiques. Le tout présenté par les potaches PALANDRI et PATAPOUF dans une ambiance décontractée (un léger brouhaha est un peu génant sur certains titres...).

 

 Je vais essayer de vous proposer les covers et le titre joué par les NOZ...

 

 

 

 - PRES DU VIDE : 

"Près du vide" et son beau piano sur l'album "le signe"..  Une époque où on croyait, grâce aux moyenxs d'un producteur, que NOZ allait éclater au niveau national...  Le clip "le signe" avait été pré-nommé pour les victoires de la MUSIQUE.
.
.
- "joyeux anniversaire, stéphanie Kerr"
.
.
"Stéphanie Kerr"...  issu du concept "EXIT".... concu pour être un ensemble de 3 albums, l'un de 6 titre (l'eau), l'autre de 12 titres (le feu), et un dernier de 24 titres... le dernier n'a jamais vu le jour...  mais je prends le live sorti à la place (Petit live entre amis)  pour la fin de la trilogie... d'autant qu'il a bien 24 titres.  Des albums rocks, avec le choix de jouer avec deux guitares....
(Stéphanie Kerr est une juste fille qui a tué toute sa famille le jour de son anniversaire...)
 

Ici, joué en live, à un moment où le groupe s'était adjoint le service de Lizz au violon)

 

 

- Bruz... un grand ancien de la scène lyonnaise... qui travaille je crois avec Amélie les Crayons. Très belle voix...Excellente petite anecdote pour débuter...

 
 "le cimetière d'orville" : Chanson traditionnellement chantée avec le public depuis l'époque du "signe"...
 
 
- Mona... reprend "Pierrot le fou" down tempo... et raconte l'épisode assez connu de leur première partie de GAMINE...
 

 

 

Voilà l'original issu du DVD LIVE...

 
 
 - Théophile HARDY... lui reprend un  titre plus récent... "elle esquive"...
 

 

Issu encore d'un album concept, contant les aventures d'Esther Appertine, chanteur à succès et en pleine crise...

http://www.deezer.com/fr/music/le-voyage-de-noz#music/le-voyage-de-noz/l-homme-le-plus-heureux-du-monde-69536

 

 


 

 
 
 Les autres chansons jouées ce soir là sont disponibles sur la page de TEQUILA (notamment un titre hommage composé par le groupe DEUCE (et si esther appertine revenait)   et beaucoup d'autres choses :

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 11 Février 2011

 

Emmanuel a laissé un commentaire qu'il faut mettre en lumière... 

 

 

"JLM s'est rattrapé en devenant MORNAC pour les Ranchéros. MORNAC fit trembler l'Auvergne durant la deuxième moitié du XIXème siècle. Un personnage si tristement célèbre ne laisse, pas la population indifférente. Au contraire beaucoup de choses furent dites et écrites, avec omissions ou inexactitudes, rendant le personnage tantôt maléfique ou tantôt héroïque dans sa vie ou dans ses actes.

Une personnalité peu sympathique est attribuée au personnage : il est amoral, cynique, cupide et cruel, violent dans ses crimes et menace hommes et bêtes. On le dit rebelle contre l'ordre établi, avec une certaine particularité pour profiter des petites gens et les déposséder.
Mais d'un autre côté, il est curieux de constater qu'il peut être correct voire affable, en tant que compagnon de route. Certains auteurs (Champeix), lui prêtent des sentiments amoureux, et le décrivent à cette occasion comme un être doué d'une grande sensibilité et émotivité.
Mais partout, on retrace le côté calculateur et peu aventureux de MORNAC, ce qui peut paraître contradictoire ! "

 

 

Ah, oui, mince, je n'avais pas pensé à cet autre pseudo qu'il s'était choisi pour revêtir les habits du RANCHEROS!

 

 

- J'ai trouvé ce petit texte sur le net :

http://brayaud.canalblog.com/archives/2006/04/08/1667961.html

 

A PROPOS DE MORNAC

 

    mornac331

Si il est en auvergne, un bandit de grand chemin entré dans la légende, c'est bien Mornac. Le personnage a inspiré des récits, un roman, une pièce de théatre"les exploits de Mornac", récit dû à un journaliste de la fin du siècle précedent qui signe J.Champeix, récement réedité aux éditions du Miroir, semble un témoignage sur ce contre héros de légende, disons nous, presque autant que l'histoire.

                        Pendant un quart de siècle, hormis dix ans de bagne accomplis à Toulon, de 1825 à 1850 à peu pres, Victor Mornac a hanté les chemins qui, par divers itinéraires, menaient de Bourg Lastic ou Herment à Clermont-Ferrand. La Moréno, Ville-jacques, Rochefort, St Sauves, autant de lieux,et il en fut bien d'autres, ou il a fait parler de lui.

                          Habitant de Laqueuille ou il était né dans une famille honorable, pourvu de quelques intructions, il aurait été maitre, d'abord clerc d'avoué puis maitre d'école, mais prédestiné à tourné mal.

                            Enfant et adolescent rebelle, pervers peut être, violent et béligueux à coup sûr, par ailleur robuste et de haute taille, grand marcheur, il devient hors la loi à la suite d'un premier meurtre qui précède d'un reglement de compte et non d'un besoin de voler.

                            Une première pèriode de brigandage, le bagne, retour en Auvergne. Il est la terreur des habitants des villages, des voituriers, des aubergistes et surtout des marchands et propriétaires ou fermiers qui reviennent de la foire dans la journée ou à la nuit tombée. Mais il ne détrousse pas tous ceux qu'il rencontre. Apres avoir fait un bout de chemin avec certains voyageurs et conversé les plus cordialement, il se contente de se séparer, et de rire sous cape de la frayeur qui des ce moment saisit son compagnon de route.

                            Des témoignages et des indices tendirent alors à le faire apparaitre coupable de deux crimes. mais, on osait pas trop parler contre lui: il courait toujours, menaçait, se vengeait de diverses manieres, ridiculisant les gendarmes et leurs echapait. A Briffons, toutefois, il reçut une raclée memorable des habitants organisés et se résolut à ne plus être victime de ses mauvais tours.

                           Enfin arrété, jugé à Riom, il est condammé au bagne ou cette fois il mourra.

                           Est-il coupable de tous les meurtres et les mauvais coups dont on l'accusé!!! Etait-il aussi satannique qu'on l'a pretendu!!! A t'il toujours eu tous les tords dans les mauvaises affaires ou il a était mélé!!!

                           Ce n'est pas 150 ans plus tard que la chose sera tirée au clair.

                           Mornac semble bien l'auteur de plusieurs meurtes. Mais il doit être remarqué que la grande délinquance dans le monde rural du XIXe siècle était un fait répandu. C'est sous la troisième république qu'elle disparait: gendarmerie plus efficace, meilleures conditions matériel et morales de vie!

                            Je ne veux pas chercher à tout expliquer; longtemps apres Mornac, il y a eu des bandits de grand chemin, et de cette insecurité des chemins ruraux, je vous laisse juge arbitre à mon récit...j-claude   

 

 

- Et encore celui-ci

sur les hommes célèbres de Saint-Sauves d'Auvergne :

http://tfouris.pagesperso-orange.fr/personnalites.htm

 

 

Un bandit : Antoine Victor MORNAC était un instituteur libre de Laqueuille, issu d’une famille noble composée notamment de deux chevaliers de Malte et d’un jurisconsulte. Né à Laqueuille le 21 septembre ou le 13 octobre 1802 de François MORNAC, officier de santé, et de Marie TARDIF, fille d’un grand propriétaire, il avait trois sœurs : Magdelaine, née en 1793, Catherine, née en 1798, et Julie.

Décrit sur les registres d’écrou comme mesurant 1,75 m, « cheveux et sourcils châtains clairs, front découvert, yeux gris, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, barbe forte, visage ovale, teint clair,… chauve, traces d’un coup de feu à la cuisse gauche »

Réputé pour sa rudesse et son audace, marcheur sans égal, il commit son premier larcin à Saint-Sauves en frappant deux jeunes gens du village. Il devint progressivement la terreur de toute la contrée. Le 31 août 1826, il fut condamné par le  tribunal correctionnel de Clermont à 15 jours de prison « pour rébellion à la force publique » pour avoir insulté des gendarmes en patrouille dans une fête patronale et purgea effectivement cette peine ; le 4 octobre 1827, il fut condamné à un mois de prison par le tribunal de Clermont puis acquitté en appel pour excès et mauvais traitements. Le 13 juin 1828, il blessa très violemment un collègue instituteur et prit la fuite. Le Tribunal de Clermont le condamna par défaut à deux ans de prison pour coups et  blessures.

Alors devenu vagabond et « maître d’école non autorisé », il se « soustrait pendant cinq années aux recherches de la police » ; son existence fut jalonnée par les vols et les agressions. Des traques furent organisées sur les communes de Laqueuille et de Saint-Sauves. L’une de ses dites planques est encore visible aujourd’hui au nord du bourg de Laqueuille.



Couverture de la Revue d’Auvergne littéraire n°108, 1944 - Image d’Épinal d’Adrien MITTON  

Portrait imaginaire de MORNAC d’après Georges BEGON

Cependant, MORNAC resta insaisissable grâce à ses déplacements fréquents et à ses informateurs. En 1834, il fut capturé à Laqueuille et condamné le 19 août 1834 à 10 ans de travaux forcés pour « vol conjointement par plusieurs personnes, la nuit dans une maison habitée, à l’aide d’effraction intérieure, avec violence et menaces de faire usage d’armes apparentes », en l’espèce l’agression en bande organisée de Jean CHAMPSEAUME à Feix (commune de Saint-Julien). Le jugement fut confirmé en cassation le 12 septembre 1834. Il purgea sa peine au bagne de Toulon du 19 octobre 1834 au 12 septembre 1844 sous le matricule 26.869.

Un journal de l’époque disait alors que « MORNAC jouit de la plus affreuse réputation. Il est l’effroi de la montagne. On ne se fait pas d’idée de la crainte que son nom inspire ».

Assagi à son retour, il s’installa à Laqueuille mais ne put s’empêcher de récidiver en commettant des agressions et des vols auprès d’habitants, notamment aubergistes, de la région de Laqueuille, Bourg-Lastic, Rochefort-Montagne… À titre anecdotique, en 1848, il posa le drapeau rouge sur le clocher de l’église de Laqueuille avant de le retirer aussitôt.

Accusé par la rumeur publique d’être l’auteur des meurtres du marchand de bestiaux Jean BARRIER et de Marien BONY retrouvés morts le 29 septembre 1849 entre Pont des Eaux et Rochefort-Montagne pour le premier et le 11 juin 1850 près du Trador (Laqueuille) pour le second, il fut à nouveau traqué par la Gendarmerie, appréhendé et relâché faute de preuves. En janvier 1851, il réussit à s’échapper d’une filature organisée par le gendarme HARNÉ, de la brigade de Rochefort-Montagne. Redoublant d’audace, il fut reconnu à la fête patronale de Briffons et pris à partie par la population en colère.

On rappelait également l’affaire DUCOIN, voiturier à Tauves, qui donna un grand coup de barre de fer à MORNAC qui lui barrait le chemin à Méjanesse. Ce fait fut rapporté au maire, ce qui l'obligea à faire rechercher  MORNAC. Le malfaiteur fut trouvé dans un piteux état, niant pendant un court moment sa rencontre avec DUCOIN avant de reconnaître la véracité des faits.

Enfin, en août 1851, à 18H, près d’une de ses caches, une grange abandonnée de Méjanesse, il fut blessé à la cuisse droite par le gendarme HARNÉ mais parvint à s’échapper. Soigné au Jansanet où habitait « un excellent homme très humain, incapable d’une vilenie, le docteur VEYSSET », MORNAC se rendit ensuite à la maison de santé du Docteur PELLISSIERE, de Chamalières. Dénoncé, il y fut arrêté le 6 septembre 1851 à minuit. Le 26 mai 1852, il était condamné en appel à 12 semaines de prison pour « destruction  d’un cheval ».

Jugé avec BOUCHAUDY par la Cour d’assises du Puy de Dôme du 5 au 8 août 1852, juridiction présidée par le Conseiller DUCLOSEL avec la présence de M. ANCELOT, avocat général, MORNAC fut défendu par Me BARSE. Il était poursuivi de la prévention de « vols commis sur un chemin public, la nuit, à l’aide de violences ayant occasionné des blessures et de deux homicides volontaires ayant précédé, accompagné ou suivi les dits vols (circonstances atténuantes) ».

Parmi les jurés figurait en 10ème position l’ancien notaire de Saint-Sauves François FAUVERTEIX. Également, une centaine de témoins défilèrent à la barre ; le verdict prononcé à l’issue de la dernière journée vers 20 heures le condamna aux travaux forcés à perpétuité. Son pourvoi en cassation fut rejeté le 27 août 1852. Selon Jean de CHAMPEIX, il fut « transféré le 7 septembre 1852 à Cayenne, y subit un traitement très difficile et y décéda rapidement ».

En revanche, Pierre BALME fixa son transfert au 24 septembre et ce, pour le bagne de Toulon.

Aussi, une recherche auprès des Archives historiques de la Marine de Toulon et publiée en 2004 a établi que MORNAC avait effectivement été transféré à Toulon sous le matricule 25.514. Nous savons également qu’il a été puni disciplinairement entre autres pour injure et désobéissance.

Il fut « détaché de la chaîne le 19 octobre 1862 et mis à la disposition de Monsieur le Maire de la ville de Toulon pour être transféré comme sexagénaire dans une maison de force conformément à l'article 5 de la loi du 30 mai 1854 » instaurant la « retraite » à 60 ans pour les bagnards. Le concernant, il fut transféré à la forteresse de Belle-Ile-en-Mer le 15 décembre 1862, y séjourna 7 ans avant d'être déclaré aliéné mental puis transféré à l’asile de Léhon où il décéda à l’âge de 68 ans le 31 décembre 1869.

Cependant, ce « fait divers » a fait l’objet de plusieurs récits, d’enquêtes partiales et de proses à sensation, accroissant la difficulté de distinguer la légende de la réalité quant aux méfaits présumés et à la mort de MORNAC.

Néanmoins, une remarquable biographie de MORNAC par Bernadette FOLL est proposée sur le site du Cercle Généalogique et Historique Champanellois : « Sur les traces d’un bandit de grand chemin, Antoine Victor MORNAC ». Ce personnage continue également de susciter l'intérêt des historiens et des journalistes comme cet intéressant article de Philippe MIGNAVAL (La Montagne du 23 septembre 2007 - édition d'Issoire)

Cf. Jean de CHAMPEIX, « Les Exploits de Mornac » Imprimerie typographique et lithographique Mont-Louis,1892

Pierre BALME, « MORNAC La terreur des montagnes », 1944 .

 

Voici le lien pour poursuivre l'exploration:

http://cghc.free.fr/mornacbis.php

http://www.megaupload.com/?d=CWN0LEJG  (l'article de la Montagne)

 

 

Et puisqu'en France, tout finit par des chansons... :

 

complainte-de-Mornac.jpeg

 

partition-20complainte-20Mornac-1-.jpeg

 

   

 

 

 

- Voilà, vous savez tout (ou à peu près) sur Mornac, le vrai... ou le faux... Concernant le leader des rancheros, voilà ce qu'il disait dans CHORUS n°41:

 

Or donc, Crocojean, Mornac, Le Roi Saumon, Mayerling et le Comte de Montlo, comme ils se sont masqués, décidèrent, durant l'Euro 2000, de concilier leur passion du foot, de la musique et de la déconnade : « Au fil de la compétition, on a pondu une quinzaine de chansons, dont beaucoup ont été composées ici. On regardait les matches; on écrivait et on enregis

trait dans la grange » Principe de base, affiché sur leur site Internet (Ifrance.com/rancheros) : « Cinq minutes pour répéter, cinq minutes pour enregistrer, cinq minutes pour mixer.

verse même de la démarche habituelle, quoi. » Le premier album des Rancheros, sobrement intitulé Golden couillas, vol. 7, n'est pas disponible sur le marché. Ou alors, quasiment sous le manteau, de la main à la main, au prix dollars. Seul moyen d'avoir accès a ces hymnes immortels, comme « Le fromage Et la fourmi Et Chéri Bibi » : les télécharger sur Internet.

En prévision de la marche triomphale annoncée des Bleus vers un second titre mondial,

en juin dernier, un plan de bataille avait été mis au point pour accoucher d'un volume n° 2 des Rancheros, qui serait paru début juillet. Commentaire de Murat. «Ça a été un tel fiasco que ça nous a coupé la chique ! On n'est pas des professionnels les Français n'assurent pas, on n'enregistre pas Impossible de faire semblant alors qu 'on était accablés... On s 'est rabattu sur un projet de disque de yodel. [rire] On a mats, comme c'était trop difficile, on a décidé de passer à autre chose ! On a alors eu l'idée d'un album sur la philosophie : une chanson sur l'existentialisme, une sur le rationalisme, une autre sur le structuralisme, ou une sur Platon, tout simplement. Expliquer Sartre à notre façon. On va peut-être passer à ça. Si les footballeurs français n'assurent pas, on va être obligés de s'intéresser à autre chose. »

Et si les Rancheros, à l'insu de leur plein gré, décrochaient un tube en or massif? Grand rire : « II n'y a aucune chance, parce que cette production-là ne sortira jamais dans le commerce. Si les gens veulent vraiment un album, ils se le feront en le téléchargeant ou en se le refilant par cassette... On ne fait pas cela dans un but lucratif. C'est un travail d'éboueur de la chanson. On récupère les trucs qui traînent, tout ce qui tombe du camion. Il y a des bouts de mélodie, des mots de cette chanson populaire qui fait le fond de la France. On voit bien que c'est pourri jusqu'au trognon. Y'a pas photo, quoi... Entre La Madelon et une mélodie de Fauré, il faut quand même être du côté de Fauré, non ? Alors que le business voudrait toujours nous pousser du côté de Madelon. »

  - Dans libération (10/03/04) à l'occasion de la sortie du "parfum":

 

 

   Un certain B. écrivait en poursuivant sa correspondance avec JLM:

 

...En attendant, la tournée du Murat des champs "au jardin" est en ville. On y sera, à l'affût de Mornac et à l'écoute de "Qu'entends-tu de moi que je n'entends pas?" Tout.

B.*





     - allez, pour conclure, écoutons MORNAC:





 



 Merci à Emmanuel pour l'info et les docs (et bien sûr à Pascal).

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 8 Février 2011

 

Un petit article de l'autre BB (Bruno BAYON)  pour compléter  l'article précédent évoquant MARCHES... où Bayon encourage Jean-Louis de tenir ses promesses... d'écriture....

 

Hors-Série 25/04/2006 à 20h58

Couleur Murat

Réagir

Par BAYON

 

Jean-Louis Murat

Jean-Louis Murat a décollé au début des années 1980. Puis il a un passage à vide. Sur la foi d'un single, «Si je devais manquer de toi», Bayon, journaliste à «Libé», part dans le Massif central à sa rencontre. L'article dopera la carrière de l'artiste. Paru le 15 février 1988.

- A Ecouter sur le CD : «L'ange déchu»

«C'est déjà fini, ce n'est plus qu'une musique de la nostalgie de la mort, et donc le désenchantement vient de l'impression d'avoir loupé le train.»

Dans sa cuvette arverne de trois mille têtes à microclimat étouffé de New York du Massif central, Clermont-Ferrand, à une distance horaire de deux fois Londres-Paris aller-retour, n'est rien.

Jean-Louis Murat, 34 ans, réformé pour «tendances suicidaires», deux divorces et enfants, profil rock de Bashung reprenant Chasseur d'ivoire (avec un soupçon d'accent Cabrel) ou de Manset chantant Bijou bijou, beauté de soleil mouillé sous ciels brouillés, notre nouveau page rock a choisi Clermont-Ferrand.

«Une ferme isolée où il n'y avait même pas l'eau courante, un endroit tout petit qui s'appelait Lecreu.»

Descendu des cimes où ses quinze premières années d'enfant du divorce s'écoulèrent, entre petite soeur, grands-parents et Bourboule, dans la fente d'un volcan éteint, Jean-Louis Bergheaud, las d'entendre son nom torturé par les écoliers, emprunte son titre rock corse au village natal auvergnat de Murat-le-Quaire, d'une, et a peut-être présumé de ses forces en s'enterrant à Clermont-Rien pour faire carrière, de deux... En 1981, année de grand lancement officiel de Murat sous pochette noir et argent suppliciée Mondino, il peut être considéré comme complètement HS.

«Ça commence par quinze jours d'hosto. En 1978. Je quitte Paris, dépressif. En sortant de l'hosto, je suis allé voir des musiciens.»

C'est l'hiver 1981. Un bel inconnu au dégoût étrange venu d'ailleurs est propulsé par Europe 1 dans la fatidique «play-list» : Michèle Abraham s'est entichée de l'anonyme Murat.

Murat : «J'ai touché le fond en 1985. Je préfère ne pas y penser. Je m'étais enlevé tous les poils, les sourcils, tout, je me pissais dessus, j'avais envie de sauter par la fenêtre.»

D'où journée-puzzle avec le nouveau membre dissocié du club des maniaco-dépressifs obsessionnels (Manset, Christophe, Bashung, Dutronc, Gainsbourg), au fond du Puy (-de-Dôme, 63).

Domicile

Quartier Vallière, impasse en pente (J.-L'Olagne), rez-de-chaussée sur rue (60 m2 ?), au décor terne (lumière chiche, rideaux de filet), canapé, pouf and co verts (?), salon replié, minichambre d'étudiant-studio, chambre conjugale invisible et petite table à bancs de bois dans la cuisine sur cour goudronnée. On n'en bouge pas.

A table

Nerfs. S'assied, se lève toutes les deux minutes : pour laver (couverts, assiettes blanches), éponger (une goutte), frotter (une tache). Avale de l'aspirine debout à côté des tas de sacs plastique bourrés de journaux («bag women») étouffant l'évier, dit : 1) «Je vais te demander de bien vouloir me céder cette place-là (sourire), je n'en change jamais», 2) «Je suis un peu maniaque», en s'asseyant. Pour immédiatement se relever, etc.

Menu : salade d'endives, oeufs durs («ils sont un peu mous, ça ne te dérange pas ?»), pain grillé, lasagnes-alu, ananas. Sur quoi, il enfile un tablier bleu (?) et se retape toute la vaisselle, en tablier.

Musique

«J'ai commencé le solfège très très jeune et le saxo dès que j'ai pu porter un alto. Douze ans à peu près. J'ai démarré sur le cornet à piston. Un ancien de la garde républicaine comme professeur. Classique, messes, fanfare, harmonie...»

Mal de tête

Murat-Bergheaud marche à la Véganine (codéine). Petit, il portait des lunettes qui lui brouillaient la vue contre ces migraines chroniques soi-disant oculaires, et sa soeur, c'est pire : par terre, hôpital. Il a tout essayé : gueule de bois, dépenses physiques effrénées, colmatage activiste de chaque seconde d'anxiété possible, chansons. En vain. Le test, verre d'eau du réveil : s'il ne peut pas dégurgiter, c'est reparti. Un jour de passage télé récent, il en dégueule, le mal cesse le temps du numéro, pour reprendre aussitôt après. Oui, c'est associé aux obsessions sexuelles.

Condition (physique)

Spartiate. Sa nourriture : le fromage. Ne fume pas, sobriété, frugalité. Une tasse de café, bagarre. Non à la défonce, mais sport à l'excès : ski de fond à Laqueuille. Bien découplé (1,75 m ?), dégaine sportive, le visage en pâte à modeler fripée, regard d'Iggy mi-glace intérieure cassée, mi-chien couché, «triste et beau comme un grand reposoir».

Photo

«Jamais personne n'a réussi ! J'ai fait Mondino, Bettina Rheims, je vais faire Jeanloup Sieff. A chaque fois, c'est des catastrophes. Depuis que je suis petit, je ne me reconnais pas, personne ne me reconnaît.»

Déambulation (physique)

Murat avance en tombant, tel un Robert Smith dégraissé. Dont il a (outre la compagne homonymique Marie) l'air hérisson straight perdu Boys don't Cry 79 et les baskets avachies quelconques. Jean noir ajusté, hanches minces, blouson rouge bicolore bouffant sur chemise de menuisier pendante (justement) au goût de Cure (d'habitude, c'est la déjà célèbre chemise à carreaux trappeur), et l'odeur tiède de Bashung ­ à qui il a pu ressembler parfois. Qui encore ? Mel Gibson, un rien hagard, dans Mad Max 8 (Beyond the Kitchen Dome).

Anxiété (physique)

Trifouille de ses pouces, à coups de mains recroquevillées, dans les fentes de boutonnières fermées de sa chemise.

Chanson (technique)

«Je prends le clavier ou je me mets à la guitare, et, sur chaque ligne mélodique, il y a des mots : donc, je ne sais vraiment pas ce que c'est que de mettre un texte sur une musique.»

Emploi du temps (physique)

Levé 7 h, douche froide, travail dans la chambre de lycéen-studio en déjeunant symboliquement («j'ai toujours du raisin»). Cinq à sept heures de rang. Vers 13 h, mange, légèrement, descend Chez Cass, à droite, où il dépouille (archives pour Marie) l'Equipe et Libération à sa table habituelle (vue sur carrefour côté stade) en écoutant la FM d'ambiance. De là, un saut à faire jusqu'au stade, pour courir comme tous les jours après déjeuner. Avant de rentrer, se mettre à son scénario historique (1792, proclamation de la République) pour Lepetit (Trois Hommes et un cousin). Jusqu'au soir.

Histoire (hobby)

Jean-Louis Murat aurait pu être professeur d'histoire. Il a avec lui l'Histoire de la Révolution de Jules Michelet.

Livres

«Toujours un bouquin sous le coude.» En ce moment, le Gai Savoir de Nietzsche et la Correspondance érotique de Flaubert.

Chanson(s)

D'amour (toutes les siennes, en tout cas). Comme Otis Redding. Autrement, Neil Young, Leonard Cohen, Tim Buckley, Al Green, Ferré (la Mémoire et la mer), Robert Wyatt, Play Blessures.«J'ai eu un prof d'anglais, en 3e, qui m'a ouvert au jazz et au rhythm'n blues. Et l'horreur absolue, c'était la musique anglaise. Je suis resté longtemps à gerber dessus ; je n'écoutais que du noir. J'ai écouté mon premier Beatles quand ils se sont séparés. Et je n'aimais pas ça du tout. J'ai dû passer à côté de plein de trucs, je m'en fous.»

Regrets, remords, rancoeur

Il a morflé ? Et Rita Mitsouko, alors ? Gainsbourg ? Bergen Bas(c)hung ? Quand Murat dit : «C'est du rabe», on sent là certaine saveur d'amertume et de gâchis à remâcher. A douter de tout pour toujours. Comme on dit : «C'est trop tard.» Fastoche.

Encouragements

Dans le tunnel, tout de même, il y aura eu des lueurs. William Sheller surtout, avant Europe 1, dès l'époque Clara (1978). «Il avait entendu ce qu'on faisait, il est venu en avion, avec Jean-Bernard Hebey, nous voir en répète.»

Couture aussi : «Il a téléphoné, je venais de faire Passions privées (1984), Pathé en avait pressé 1 500, et j'ai fait toute une tournée d'été en première partie de Couture.»

Chansons (technique)

«Beaucoup de rigueur. Faire tourner trois ou quatre accords sur la guitare, comme Dylan, ces gens-là : couplets-refrains, trois accords, guitare acoustique. Toujours plus simple.»

Gérard Manset

«Je l'ai rencontré après le minialbum (1982). Tout de suite, blocage : "Ouais, tes arrangements, les trucs-machins que tu fais sur tes chansons, rien à foutre... Je te fous derrière un micro avec ta guitare, tu me fais tes chansons et je vois ce que je peux en faire..." ­ C'est ça, mon loustic ! Enfin, ça a été bref. Accord sur rien. Je l'ai planté sur les Champs : j'ai horreur de sa façon de regarder les filles.»

Inspiration

«Des fois, j'ai eu peur... Mais non, c'est un ressort qui ne se brise jamais. Petit, c'est les coups de cafard ­ qu'on sent vite venir. Maintenant, les cafards tournent en chansons. Si je suis malade, que je fais une chanson, je ne suis plus malade. Ma copine dit : "Si tu fais des chansons quand tu vas mal, en arrêtant d'en faire, ça ira peut-être mieux ?" J'ai essayé, la vie est invivable sans.»

Malentendus

Tant pis pour Virgin, depuis des années, Murat pense à une seule chose : présenter son dossier pour faire «paysan», là-haut. Le tracteur : «Je me sens enraciné.»

Paysage

Géographie et mythologie mêlées, l'Auvergne à goût d'arsenic. Paillers, la Roche-Vendeix, plateau de Chamablanc, Laqueuille, etc. Le Siège et son trésor perdu de Mérigot Marchés, «roi des pillards», qui terrorisa Louis XI et finit écartelé : Jean-Louis Bergheaud voulait prendre son nom ; il en fera un livre (dont acte).

Racines du mal (de tête)

«Tout petit, le seul moyen de faire venir ma mère, c'était de me rendre malade. La mécanique n'a pas changé. Si je manque de matière, je suis capable, vraiment comme un salopard, de tout mettre sous tension pour que ça vienne.»

Si je devais manquer de toi (hit)

C'est un souvenir : «Si je remonte le fil d'Ariane, c'est Spooky-Spooky Little Girl Like You (tou-dou-dou) de Percy Sledge.»

Ce n'est pas une histoire de fille, mais de nostalgie... «La nostalgie de ce qu'on n'a pas vécu. Un peu le "spleen"... Quand je dis : "Ton plus beau nom est portugais/hongrois, brésilien, puis français", c'est ça. La "saudade". Nostalgie de nostalgie.»

C'est un feuilleton :

­ 1985 (1986 ?). Murat chez CBS. Vingt titres enregistrés, dont Si je devais manquer de toi. Enlisement.

­ 1986-1987, chez Virgin : un simple doit sortir : Marendossa. Démocratie de bureau s'en mêlant, c'est Si je devais, etc., réenregistré, qui sort. Ça mord. Rebelote : troisième enregistrement en guise de remix. C'est une somme : 60 000 exemplaires vendus ­ pas un flèche.

Moyens de subsistance ?

En attendant la Sacem (l'an prochain), Marie (Ushi 2), professeur de centre de gravité, qui a d'ailleurs ramené Murat à la surface chaque fois qu'il a «disjoncté».

En d'autres temps, la démerde : «Boulots saisonniers, à Avoriaz, Saint-Tropez. Je servais à bouffer à tous ces gros porcs du show-business, Eddie Barclay et Cie ­ tous des salopards... J'étais baba, je me suis marié tôt, 17 ans, je voyageais, bossais à droite, à gauche, divorçais, six mois au Maroc... J'avais envie de je ne sais pas quoi, être journaliste (j'ai rencontré Farran de RTL), écrire des chansons... Moyens d'existence extrêmement précaires.»

­ Jusqu'à dealer ?

«Ah non, pas de ça !»

­ Les casses, alors ?

Pas de réponse, bonne réponse?

Oeuvre

19 titres pressés 1981-1988. Tout bon sauf : Masque d'or. Très bons : Pourquoi n'as-tu pas dit je t'aime, Cargo de Dieu (Col de l'oiseau mort), Murat, Lindbergh Bizness («Ce dernier duel où il te cribla/ Les pattes et les ailes, Tupamaro paiera»).Parfait :Ushi.

Avant, 1978, c'était Clara, et le sadisme communautaire expérimentaloïde. Bon titre : Nous resterons 27... («Abrutis»).

En stock : 500 morceaux.

Perspectives

«J'ai peur de ce que je pourrais devenir : une sorte de chanteur de charme. Crooner français à la manque.»

On redoute le pire gâchis samba. De la fadeur curieuse Petite Beauté aux Amours fanées néo-Louis Chedid. Que nous réservent Marendossa, le Venin («Méchant comme une teigne/ Ton amour est une hyène (...) Viens ce soir je t'attends/ Dans tous les pièges que tu me tends»), et le tube Le garçon qui maudit les filles («Je déteste pour toujours les familles») ?

Si Murat en a fini avec la Débâcle, c'est fini.

 

http://www.liberation.fr/hors-serie/010145620-couleur-murat

 

Je ne sais pas si ce livre est écrit...  Bayon évoque cela au futur... gageons qu'il a encouragé Murat à l'écrire...  mais à part Groenland (nouvelle diffusée sur le site en 99) et 1451.... on ne connait, il me semble, d'autres oeuvres littéraires stricto sensu de la main de Murat....

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 5 Février 2011

Allez, aujourd'hui, je reçois un peu d'aide de Matthieu de Clermont... Merci à lui de m'avoir donné ce petit texte :

 

 

" Je vois que tu t'efforces de compenser la baisse d'actualité de fin d'année. Après la rétro, le classement, j'imagine que tu planches sur un bêtisier ! Allez pour t'aider un peu, je te propose plutôt de revenir aux origines. Non pas 2000 ans en arrière, même si la période s'y prête, mais plus modestement une trentaine d'années en arrière.

     Nous sommes à peu près en 1980, Jean-Louis Bergheaud est aux environs de La bourboule, il téléphone, encore tout timide, à sa maison de disques et  tombe sur son producteur. Tout le monde connaît leur conversation, elle a été publiée par Weaky Leeks et authentifiée après un gros travail d'enquête du Monde et de La Montagne associés pour l'occasion. Je n'en cite un passage que pour nous rafraîchir la mémoire :

- JLM : Ah oui, une dernière chose... Je voulais vous en parler depuis un moment, j'aurais voulu changer de nom. Parce que Bergheaud, c'est un peu compliqué, les gens disent tantôt Bergeo, tantôt Bergo, c'est pénible. A l'école déjà, je...

- Le producteur : Allez, je suis de bonne humeur, c'est accordé. Tu veux t'appeler comment ? Gérard Manset ou Neil Young ?(rire).

- JLM : Je pensais plutôt à Aimerigot Marchès. C'était un brigand au Moyen-Age et quand j'étais gamin, je cherch...

- Le producteur : Marchais, Marchais, ça fait pas un peu communiste, non ? Et puis y a pas déjà un chanteur qui s'appelle Marchais ? Florian, Florentin ou quelque chose comme ça ?

- JLM : Non, non, moi ce serait Marchès, avec un "s" au bout. Quand j'étais enfant avec mes copains, on...

- Le producteur : Ca marche, petit. Tu sais ce que tu veux, t'es motivé, c'est bien. Va pour Jean-Louis Marchais.

- JLM : Heu, non. Je pensais précisément à Aimerigot Marchès.

- Le producteur : ???

- JLM : C'était un brigand fameux et quand j'étais gosse...

- Le producteur : Dis-moi p'tite merde, tu sais que t'es rien sans moi ? Enrico Marchais, ça va pas la tête ? Tu m'avais dit que tu touchais plus à la Gentiane ! Tu veux pas en vendre de disques ? T'as vraiment envie de devoir écrire pour Indochine pour arrondir tes fins de mois ?

- JLM : Mais Berheaud, les gens ne sauront pas le prononcer, ça risque de m'ennuyer plus qu'autre chose.

Le producteur : Ecoute bonhomme, je te laisse une minute pour trouver un autre nom, sinon ce sera Bergotte et puis c'est tout !

   Jean-Louis, déjà déçu par le système, regarde par la fenêtre et aperçoit un panneau indiquant Murat-le-Quaire. Il se ressaisit :

- JLM : Bon, alors Le Quaire. Je pourrais m'appeler Jean-Louis Le Quaire.

- Le producteur : Le Caire ?!?! Tu veux faire ressortir tes racines égyptiennes ou quoi ? Si tu te prends pour Dalida, va donc te faire produire par Orlando ! Le Caire, pourquoi pas Bab el oued ?!

- JLM : Murat, ce serait mieux alors ?

- Le producteur : Murat, comme le copain à Arditi ? Putain, si tu pouvais faire autant de tunes que lui. Ah ouais, Murat, c'est excellent.

     Ainsi naquit Jean-Louis Murat. Que serait-il advenu si JLM s'était appelé Aimerigot Marchès, on ne le sait pas. En revanche, on sait qui était le vrai Aimerigot Marchès. Et c'est donc là que je voulais en venir, mon cher Pierrot. De passage à la bibliothèque du Patrimoine de Clermont ces derniers jours, j'ai cherché quelques informations sur ce brigand. Je t'envoie donc un article extrait du numéro de 1970 de la Revue de haute-Auvergne.

 

 

 

 

Sans-titre-copie-1.jpg

 

L'article ne nous dit pas grand chose...  Un article de Wikipédia évoque pourtant qu'il a été à la solde des anglais! Et ça, on peut dire que ça aurait fait tâche :

Au cours de la guerre de Cent Ans, Marchès fut à la solde des Anglais. A la tête d'une grande compagnie, il sema la terreur durant des années, et occupa notamment le château de La Roche-Vendeix, près de La Bourboule.

Plusieurs histoires locales indiquent sa grande activité en Limousin à Châtelus-le-Marcheix ou La Jonchère-Saint-Maurice. Marchès fut un fidèle du redouté Geoffroy Tête Noire.

Charles VI, excédé par les méfaits de Marchès en Auvergne et Limousin, le fit capturer. Marchès fut exécuté à Paris en juillet 1391.

 

Par contre, assassiné à PARIS, ça aurait bien collé!

 

 

On  trouve ci-dessous un résumé complet de l'histoire politique de l'AUVERGNE  où Aymerigot est cité :

http://www.auvergne.fr/culture/vie-politique.html

 

L'encyclopédie LAROUSSE nous en apprend plus à propos de ROCHE VENDEIX, qui a bien sûr nourri l'imagination du petit Jean-Louis Bergheaud...

 

 "En 1387 il s’empare du château de la Roche Vendeix (proche de l’actuelle commune de La Bourboule, Puy de Dôme) et l’aménage en repaire à partir duquel il met en coupe réglée toute la région. Refusant l’offre qui lui est faite de quitter le royaume pour aller combattre en Lombardie, il est alors assiégé par une puissante armée en 1390. Trahi, il est capturé et conduit à Paris pour y être jugé. Il est exécuté le 12 juillet 1391".

http://www.larousse.fr/encyclopedie/article/M%C3%A9rigot_March%C3%A8s/11003739

 

Enfin, pour les acharnés et autres amateurs d'histoire : voici un livre numérisé contant la fin de MARCHES et les détails de la trahison...

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1892_num_53_1_447688

"on lui trancha la tête et son corps fût coupé en quartiers qui furent exposés aux quatre principales portes de  PARIS"!

 

 

Un peu de tourisme sur les pas du brigand et du barde?   Suivez le guide :

http://www.sancy.com/activites/la-roche-vendeix/detail/6386

http://www.terdav.com/terdav/produit/fiche.asp?codeProduit=FRA469

http://www.labalaguere.com/voyage,sancy_auvergne_raquette_balneo.html

 

 

MERCI MATTHIEU!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres