Publié le 21 Novembre 2011

 

 

Je m'attele enfin à ce compte-rendu... mais rapidement... 4e date  pour moi pour ce never end-curling courchevel tour... plus grand chose à dire!   

 

Saluons néanmoins l'excellent accueil de cette salle du POLARIS... et de son bar fourni en bières spéciales... et pas chères... Sauf qu'il faudrait prévoir des stocks supérieurs la prochaine fois... même pas pu rincer le camarade Henri...  J'ai bien aimé l'effort un peu désuet mais toujours plaisant du programme fourni, de la revue de presse sur Florent Marchet affichée à l'entrée de la salle...

 

Pour ce qui est de la salle, des gradins de 400 places environ, sur une pense assez raide... Ce n'est pas tout-à-fait plein... mais Florent a déjà beaucoup tourné sur le secteur (un kao, une nuit de fourvière...)....  Une voix off nous annonce une bonne et  une mauvaise surprise  :  la mauvaise, c'est "pas de première partie... La chanteuse est blessée...."...Peut-être une bonne nouvelle...mais on ne le saura pas!...  La bonne nouvelle est qu'il reste de la place pour le stage de fabrication de yukulélé... Ca m'envoit ravi...  mais j'ai piscine ce jour-là...

 

  SAM_5070.JPG

 

L'entrée des musiciens se fait toujours après une bonne séance de crépitations de feux de cheminée... mais ils ne jouent  point de grelots cette fois... Ils se mettent directement aux instruments...   Seb Collinet n'arbore pas de panoplies benjamiesques... Seul Florent porte le jacquart, et le pantalon qui va bien (si on a le mollet en manque de respiration).

 

Courchevel...

La set liste n'a guère évoluée.... mais j'ai la surprise d'entendre de ci, de là... des orchestrations un peu modifiées... ah, j'aime ça...

 

Je suis un peu naze en ce vendredi d'automne... et la position assise ne favorise pas mon réveil... et mon esprit divague un peu... Je suis surpris par les projections dans les  deux fenêtres du décors, je ne me rappelle pas les avoir vu précédemment...  Je trouve cela au départ plutôt chouette... et puis, finalement, je trouve que ça me disperse un peu...  

 

Mes nouveaux amis, Benjamin... et premier pause humoristique...  "ah, ça va les jeunes?.....10 ans qu'on attendait de jouer à Corbas".... pour lancer Levallois-Perret... la Vie en dent de scie,  Roissy...

 

Florent : "vous êtes désirables"... et se déclare "engagé" et spécial dédicace à Giula S.... pour lancer la chanson suivante : "la chance de ta vie"...

 

L'idole...

Quelques personnes font des tentatives d'applaudissement mais ça ne suit pas... malgré l'énergie débordante mis sur la scène...  Le nouveau bassiste... ne paye -encore - pas de mine... mais assure bien... et se fait plaisir... Comme Seb Collinet... 

 

3e speach encore... Quelques vannes reviennent, mais introduites différemment... et j'arrive à m'en amuser encore : "on avait décidé de ne plus jouer en Europe... mais vous avez besoin de nous"....

 

Notre jeunesse...

 

Qui je suis....

Hors piste

toujours enchainé à Roissy...   Je survole un peu cette trilogie là que j'avais pourtant grandement apprécié sur les derniers concerts...  

 

Je n'ai pensé qu'à moi, avec une très longue intro... punchy...

 

Et encore un peu de blagues sur les gens de Corbas qui n'ont pas besoin de partir en vacances...pour introduire "Narbonne Plage"...

 

Et nouveauté pour moi... Florent entame "des hauts et des bas"... et c'est la première fois que le public acclame le début du morceau... Apparemment, le titre a vraiment bien marché... mais coquace d'avoir cette explosion juste pour le seul titre qu'il n'a pas écrit...   J'aime beaucoup Eicher... j'ai l'intégrale.. mais  ce titre... bof... peut-être trop entendu... On a quand même droit à une belle version, play it loud, pourtant tout aux claviers (beau travail de Seb aux synthés).

 

Et ensuite?  Je ne comprends plus mes notes : "yuku, applaus ddé par FM, ouhouhouh, longue intru en ? ".

Ce n'était pas la charrette... mais quoi?    Je me rappelle juste que c'était bien, et que Florent (les ouhouhou) faisait une belle démonstration vocale (et même assez étonnante).

 

Ensuite la famille Kinder... là, le public, sollicité, répond bien... Et tout le monde est bien déchainé... surtout sur scène... Florent Marchet a l'air de bien s'éclater...  Seb Collinet joue de sa guitare à genoux...

 

Et c'est les applaudissements finaux... et le public est debout.

 

Premier rappel : Rio baril...

Puis le terrain de sport... lente progression, pour finir sur un morceau endiablé... et c'est ma grande émotion du spectacle... Superbe!  Seb finit encore à genoux pour jouer de sa belle guitare rouge...

Ensuite, encore un "on est tous pareils"... Là encore, longues parties instrumentales... qui n'étaient pas là je pense aussi longtemps et aussi bien dans les concerts précédents... et ça sonne vraiment...

 

Je crois qu'on a encore eu un titre encore... mais là... je ne sais plus...

 

 

Malgré une salle municipale et un public assez local, Florent MARCHET et le Courchevel Orchestra, ont assuré comme des yétis... et s'amusant de toute évidence... avec l'envie de conquérir le public.   J'ai bien aimé ne pas assister à une copie des concerts précédents...  Grand coup de chapeau à Seb Collinet, tant aux claviers qu'à la guitare électrique, et à Bertrand Perrin et à ses  multiples façons de percuter, notamment en douceur.

 

 Florent Marchet parle beaucoup et du coup, je n'ai pas pu m'empêcher  aux silences depuis deux tournées de Murat...  Florent parle peut-être sur le concert une bonne dizaine de minutes (avec une ou deux séances de sketch-lecture de cartes-.... ). Je n'ai pas l'impression que cela pertube l'accueil que l'on peut avoir des chansons... même si c'est un peu curieux de rire pour introduire "narbonne plage" par exemple... Le fait est, par contre, qu'on peut avoir l'impression de se retrouver face à un personnage... Je crois avoir déjà parlé de ça dans mon dernier compte-rendu... et que du coup,  on n'a pas l'émotion d'être devant quelqu'un qui va se dévoiler complétement, mettre ses tripes...  Et pourtant,  on s'y approche parfois : sur les titres jouées en solo (en partie ou non)...   notamment sur "qui je suis", avec cette mise en lumière très jolie (cf ci-dessous)...   Comme je l'ai écrit la dernière fois, je suis très exigeant de mes artistes préférés.... et j'attends beaucoup de Florent Marchet.

 

 

La séance de dédicaces qui suit le concert est toujours l'occasion de découvrir un Monsieur très gentil... discutant longuement... et laissant des vrais dédicaces à ses fans... Pour ma part, je lui ai demandé un petit mot pour mon livret du "noel songs".... en profitant pour lui demander si les "Justine et Gaspard" qui sont indiqués parmis tous les prénoms d'enfants sur ce livret sont destinés aux enfants de Murat...  La réponse est non... mais du coup, cette question saugrenue lui permet de se rappeler de moi...  C'est gentil... Il s'excuse de ne pas avoir répondu à ma sollicitation d'interview....  

Je lui fais part aussi que j'aurais bien aimé avoir un titre de ce "noël songs" en rappel...  -mais ça va se faire me dit-il...  -je lui rétorque : -pour les parisiens!!".  En fait,  il m'apprend qu'une tournée a failli être organisée... mais qu'elle est programmée pour l'année prochaine! Et je suis pas peu fier d'apprendre ensuite qu'il compte bien utiliser  certaines chansons autour de Noël, qu'il a découvert grâce à une liste que j'avais trouvée sur le net et que je lui avais transmis...

 

En attendant, il va tourner en Chine et au Japon!... tout en préparant le nouvel album pour le printemps 2013 (objectif mars).... Cela signifie donc que Florent ne va pas chômer cette année, avec des tournées, et des titres à enregistrer d'ici la fin de l'automne (il m'indique que les maisons de disque veulent les bandes 6 mois avant la sortie d'un disque!).  

 

  Gute "farte" au Courchevel Orchestra!

 

 

 

 

  Filmé à Annecy par Bibi (avec l'accord de Florent Marchet).

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 21 Novembre 2011

 

 

Compte rendu sur le blog du SOIR :

 

 

http://blog.lesoir.be/frontstage/2011/11/21/grand-lievre-grand-murat/

 

 ET  chez Marc :

 

http://www.mescritiques.be/spip.php?article1480

 

 

Et aussi du côté du MOMO's blog:

http://fun1959.canalblog.com/

 

 

Et le petit mot de Marie-Laure:

 

 

bonjour à tous, c'est marie-laure,

j’étais au botanique hier avec josie et martial mon époux, j'ai passé une soirée très agréable, déjà le lieu est très beau, on s'y sens à l'aise des le départ, l'arriver de jean-louis à l'aise
pour sa balance, quelques mots échangé, l’écoute de cette balance derrière une porte étais assez rigolote car ils se sont bien amuser en chantant un peu tout et n importe quoi pour ne faire que 3
morceaux  de grand lièvre, comme la personne plut haut nous avons diner juste à coté de jean louis, quand il est arriver petite tape sur l’épaule de martial avec  un bon appétit, puis
l'arriver dans la salle, une salle très petite en longueur mais très large, d’où mon étonnement de réussir à y mettre plus de 500 personnes, l'entrée de jean louis sur la pampa, deux petits mots,
visiblement la guitare de jean louis n’étais pas très bien régler, elle étais très forte est passer au dessus des voix , ça le gêner on le voyais et il à même arrêter son intro, gloussant
quelques mots, une personne dans la salle lui dit c'est l'administration belge" il répondit non c'est l'administration française" il ajouta, fred lui s'en fou il est espagnole, Stéphane lui aussi
il est suisse et slim est un peau rouge!!! bref petite rigolade général, jean louis avais chaud, il enleva cette liquette bleue sans age, pour nous faire découvrir son ventre en tapotant dessus,
rire général encore!!! la set list identique à une exception par rapport à Lille et paris, un jaguar totalement différent, il siffle, pousse des cris de jaguar on suppose, très bonne
participation de la salle ,tout du long du concert, un public belge tout acquis pour lui!!! une dernière date qui fait date pour nous!!!

voir le commentaire dans la zone d'administration ou sur votre blog

L'équipe de over-blog.com

© 2011 Le blog de Pierrot - Tous droits réservés



Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 19 Novembre 2011

 

 

Je vous fais vite fait quelques articles... sans trop de commentaires... pas le temps, avec la purée de céleri et le ménage.... et mon compte rendu de Florent Marchet qui attendra un peu...

 

 

 

1) L'ami Baptiste Vignol m'a fait part de son article sur Murat sur son excellent blog...  J'ai cru que Murat allait passer un mauvais quart d'heure aux premiers mots...  mais  Baptiste l'absout..... et oh combien...

 

A lire absolument :

 

 

Est-ce rationnel d'aimer la chanson française tout en supportant (d'après l'anglais to support) Jean-Louis Murat bien que lui la déteste?  la suite ici:

http://delafenetredenhaut.blogspot.com/

 

 

 

 

2)   L'interview de la nuit sur inter:conduite accompagnée...

 

http://www.franceinter.fr/emission-conduite-accompagnee-jean-louis-murat-accompagnee-de-laeticia-masson

 une heure avec Murat et Laetitia Masson...

 

On y apprend que Masson a filmé le tournage de "grand lièvre"... que le film est fait... mais que rien n'en est fait pour l'instant... Espérait-elle pouvoir le sortir en salle? ou une diffusion télé? ....... Dommage...  Et pourquoi pas un DVD dans la boutique de Jocelyne au moins?

 

 

 

                                           Un des livres de Baptiste Vignol... sur Renaud justement... dont on parle en ce moment...

Retrouvez l'inter-ViOUS et Murat de B. Vignol : http://www.surjeanlouismurat.com/article-inter-vious-et-murat-numero-2-baptiste-vignol-43908114.html

 

 

renaud

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 19 Novembre 2011

 

Voici un premier compte-rendu par l'ami PASCAL!

 

 

Murat, dynamite la Dynamo !

En ce troisième Jeudi de Novembre, même si une autre substance fut mise
à l'honneur, et Toulouse n'est pas en reste, pour preuve l'activité
nocturne et autre vie estudiantine intense. Dès rapprochement du centre
ville, ce fût d'une autre substance que je m’apprêtais à me délecter ce
soir-là et sans modération !
Parti à la hâte et quelques chemins de traverses plus tard, j'arrivai
enfin au lieu-dit, à la réputation d'une programmation sans faille.
Salle bondée, tiens « Vendre les prés » en substance, je suis
réellement arrivé à la bourre cette fois-ci.Tant pis pour l’apéritif!
Je reconnais Jocelyne et son stand en fond de salle, parquée non loin
du bar, fermé à l'heure où j'arrive, D'ailleurs il fut vite pris
d'assaut en guise de promontoire, d'autres avaient pu s'installer en
mezzanine pour admirer haut la scène, éclairée de mille feux. Mention
spéciale lorsque les mots prennent vie et voir cette  scène toute
entière « scellée de bleu », Murat nous embarque et surprise quand
« sortir en mer » rime avec  4 petites lumières verticales qui
s'allument soudainement, tel un Phare,pour sûr, c'était celui d'
« Alexandrie ». Set-list habituelle qui se prête à merveille dans le
décor d'enfer de cette petite salle où un crâne trône aux  pieds d'une
statue de la Sainte Vierge. L'âme rock plane ici et cela se ressent,le
public est conquis. Murat, dynamite en final la Dynamo , « Jaguar »
explosif et acclamé par tous  ses ouailles.

Pascal

 

 

Si vous avez été présents, n'hésitez pas à laisser vos commentaires!

 

 

 

En attendant l'interview dans la charente libre en intégralité:

http://www.charentelibre.fr/2011/11/18/je-suis-une-espece-en-voie-de-disparition,1065509.php

«Je suis une espèce en voie de disparition»

Jean-Louis Murat débarque
à La Nef ce soir avec son album «Grand lièvre» L'occasion
de discuter de sa poésie du terroir mais aussi de Zidane ou Noah Et ça envoie...

«Je suis Auvergnat, j\'habite là-bas donc je ne vais pas dire le contraire. Forcément, ma nature m\'inspire plus.». Photo Carole Epinette
«Je suis Auvergnat, j'habite là-bas donc je ne vais pas dire le contraire. Forcément, ma nature m'inspire plus.». Photo Carole Epinette 

Des enregistrements qui disparaissent, des joggings dans sa campagne auvergnate menacés par des chasseurs ou des champions qu'ils envoient dans les balustrades comme les «saloperies de touristes»: même dans ses interviews, Jean-Louis Murat n'est pas un chanteur comme les autres. Le verbe haut et le regard fier, le poète prolixe promène sa plume dans la plaie avec humour et autodérision. A chacun ensuite de décortiquer le premier ou le second degré d'un artiste prêt à tout, même à rater son concert jeudi à La Nef.

 

Si on vous dit que vous êtes un poète du terroir, ça vous va comme définition ?

Jean-Louis Murat. Je suis Auvergnat, j'habite là-bas donc je ne vais pas dire le contraire. Forcément, ma nature m'inspire plus. Mais je me dis pas: "Tiens, je vais chanter la terre !"

 

Pourquoi ce titre d'album «Grand Lièvre» ? Comme dirait Flaubert à propos de sa Madame Bovary, «Grand Lièvre», c'est vous ?

C'est sûrement bien moi, oui. Tout ce que je fais, c'est en pensant à moi. Je suis un monstre égoïste. Et le grand lièvre est comme moi: une espèce en voie de disparition.

 

Aucune chanson de l'album ne s'appelle comme ça: pourquoi alors l'appeler «Grand Lièvre»?

En fait, j'ai paumé la chanson. ce n'est ni la première et ni la dernière fois que ça m'arrive.

 

Comment fait-on pour «paumer» une chanson ? !

Je travaille à l'ancienne. Faire une chanson, ça me prend comme une envie de pisser. Donc je mets le titre sur la cassette et les paroles sur des feuilles volantes. Et je les ai perdues. Ecrire, c'est comme être sur un transat au milieu de la mer: je ne vais pas plonger en arrière pour la récupérer. Faut avancer.

 

Pour composer, on vous imagine dans votre ferme d'Auvergne, à la tombée de la nuit devant une cheminée face à la chaîne des volcans...

Alors là, ça me couperait la chique ! Je suis dans une petite bergerie où je ne vois pas grand-chose avec un souk pas possible. Et j'écris aux heures où mes enfants dorment.

 

Vous débarquez en Charente: à quoi peut s'attendre le public de La Nef ?

Je vais faire comme je me sens. Je peux vraiment m'envoyer si je suis bien. Mais si je suis un peu grognon, je peux aussi saloper une chanson voire tout un concert. Ce qui est bien avec mes fans depuis trente ans, c'est qu'ils sont à la fois très attentifs et très sévères. J'aime quand ils viennent m'engueuler.

 

La Charente selon le Guide du routard, c'est «un département très discret voire secret, peut-être aussi jaloux de ses richesses et de sa tranquillité»: vous allez vous sentir ici comme chez vous dans le Cantal, non ?

Oui, c'est un peu l'esprit là-bas, avec en plus les montagnes comme signes d'indication. Si on peut préserver ça pour éviter les saloperies de touristes... Je les déteste ! Quand je dois passer par La Bourboule, je fais un détour de 10 kilomètres. Quand je pense que je suis né sur cette commune, c'est une profonde injustice !

 

A l'image de la chanson «Le champion espagnol» en hommage au cycliste Federico Bahamontes sur les pentes du Tourmalet, vous aimez aussi le sport à condition qu'il offre des moments de poésie...

J'aime les champions, les exploits. Ce sont souvent des gens simples qui se dépassent.

 

Vous faites le lien entre musique et sport ?

Il y a pour moi un challenge sportif dans la musique. On me demande souvent pourquoi je fais un album chaque année. C'est mon Tour de France et le Tour, c'est tous les ans.

 

Vous devez admirer Yannick Noah alors ?

Mais ça ne va pas ! Ce n'est pas un champion, lui: il a gagné Roland-Garros chargé comme une mule en 1983, tout le monde le sait. Et puis cet été aux Francofolies, il reprend «Highway to hell» d'ACDC... Où on est là ? !

 

Zidane ce n'est pas non plus votre tasse de thé: vous avez déclaré qu'il avait «le QI d'une courge»...

J'ai toujours eu de gros problèmes avec ses mauvais gestes. C'est une petite frappe à trois francs. Platini ou Messi ne mettraient jamais un coup de boule à un adversaire, c'est pour ça aussi que je les admire.

 

Après ces émotions sportives, revenons à la poésie: quel est le dernier moment poétique que vous avez vécu ?

C'était ce matin. J'ai couru dans le brouillard chez moi. On n'y voyait pas à dix mètres et il y avait des chasseurs tout autour. Et j'ai été obligé de mettre un gilet fluo. Je me voyais, petite tache fluo, au milieu du néant et des chasseurs, c'était pas mal. Même si une chose me pendait au nez: ils allaient me tirer comme un grand lièvre.

 

Jeudi 18 novembre, 20h30 à La Nef. Abonnés 17 €, non abonnés 22 € (24 € sur place).

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 18 Novembre 2011

 

Après avoir vu une photo du CD sampler et avoir eu confirmation de "tous les chanteurs sont malheureux"  figurait dessus, j'ai réadressé une demande à Libé sur le mail qui avait été donné pour les abonnés....  J'avais tenté ma chance dès que j'avais eu l'information...en arguant du blog et du fait que je relayais souvent les infos de Bayon... Sur mon deuxième mail, je suis allé jusqu'à demander qu'on transfère mon mail à B....

 

Mais je n'avais pas beaucoup d'espoir... Si bien qu'en recevant une publicité pour m'abonner numériquement à Libé....  j'ai refait une tentative de négocation: un abonnement contre un  petit cadeau!!  Et ça a été accepté... en m'indiquant qu'il ne restait que quelques exemplaires....  Et je me suis précipité pour m'abonner hier matin... 

Le soir venu, je rentre chez moi, et j'ouvre ma boite aux lettres... et surprise :  Une lettre venant du journal LIBERATION...

 

LE SAMPLER  VENDRE LES PRES!!

 

Mes deux demandes se sont croisés!!  Et je me retrouve abonné.... à Libé...   J'attends de savoir si j'aurai droit à un deuxième exemplaire du coup!!

 

Enfin, soit, comme je m'y suis engagé, je reste abonné... au moins quelques mois...  (va falloir que je pense à aller lire l'édition numérique...).

 

Bon, vous savez tout...  comme d'habitude...

 

Alors?  ce sampler?   Le voila:

 

SAM_5067.JPG


 


SAM_5069.JPG

 

 

A noter donc le petit coup de main de la Région Auvergne!  D'après Didier, il n'a été imprimé qu'à une centaine d'exemplaires... Ca m'étonne un peu car à ce ce volume, ça aurait été une édition numérotée...si on reste sur ce que l'on a connu...

 

   Allez, bonne soirée, m'en vais me préparer à partir pour Florent MARCHET....   ma 4e date sur ce never ending courchevel tour....  mais je vous laisse avec deux minutes de jean-Louis MURAT sur OUI FM:

 

http://www.ouifm.fr/jean-louis-murat-vous-avez-deux-minutes-3

podcast (clic droit, enregistrez sous...).

 

 

  EDIT 23/11 : j'ai hésité un peu le dire... mais.... j'ai bien reçu un deuxième exemplaire ce jour!  Via semble-t-il un autre service... Ils n'ont pas fait de liste comme je l'avais bien pensé...   

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 17 Novembre 2011

 

J'ai dit et répété que nombreux étaient ceux qui avaient adoré la prestation live de Jean-Louis Murat sur cette tournée... Des fans qui le voient en concert depuis 15 ans ont jugé sa prestation comme exceptionnelle (à Lyon,Grenoble)... Pour ma part, pas d'adhésion à 100%, mais à 80...du fait de la set-liste surtout.

 

Par contre, de ci, de là... on trouve quelques critiques assez sévères..et intéressante car venant de "fans".

 

Par exemple sur le concert de Nancy :

Assez drôle (si on prend le côté satirique de la chose)...mais une sévérité peut-être guidée par le refus de Jean-Louis Murat qu'on fasse des photos en concert...

http://www.melting-actu.com/article-live-report-jean-louis-murat-l-autre-canal-88937409.html 

Par ailleurs, on peut s'interroger, non seulement sur les oreilles, mais les yeux du critique : Stéphane Reynaud serait chauve!    Et d'abord, il n'est pas gros... il est né à Thonon au pays de l'abondance, c'est tout.

 

 

Du côté des commentaires chez Parlhot, on voit également que S. Fesson n'a pas tout goûté... évoquant ZZ TOP (et "le blues rock à papa")... que Murat apprécie par ailleurs!

http://www.parlhot.com/itw-rock/jean-louis-murat-grand-lievre/#comment-329

 

 

Enfin, j'ai reçu un message privé sur FB d'une admiratrice... pas de moi, hélas... mais de Murat... qui avait sur le coeur de partager ses impressions... et n'a pas osé le faire sur le mur de Mumu... pour des raisons qu'elle évoque:

 

Par ailleurs, je suis allee au concert de paris que j'ai trouve tres médiocre à plus d'un titre. Les chansons de l'album n'etaient pas retravaillees, elles étaient livrées de facon tres brute ( mais sans le charme des choses authentiques) en pature au public. Toutes les chansons étaient rock, et passaient les unes apres les autres sans transition (on en a l'habitude). Sauf que dans ce chaos bruyant, pas de transition rime avec pas d'emotion. Aucune chanson douce ou lente n'a ete murmuree comme au bon vieux temps, le concert en est meme devenu fatigant. La reprise de bashung etait inaudible, inarticulee sous des violentes guitares. Je n'en retiens qu'un vague brouhaha. Enfin, les choeurs avec fred infantilisaient le public, et jlm m'a semble a plusieurs reprises absent de ses propres mots, absents de certaines emotions, uniquement concentre sur la musique. Ile m'a donne l'insupportable impression de "faire le job". Bref, c'est le concert le plus decevant auquel j'ai assiste... Et pourtant, j'aime immensement l'artiste. Vous avec bien fait de ne pas y aller. Bien a vous.

Ps: j'ai apercu votre profil en regardant l'actualite de murat sur fb et je me suis ainsi permis de vous ecrire. Je n'avais pas envie d'ecrire publiquement sur le mur pour ne pas casser jlm devant trop de personnes et freiner l'enthousiasme de ceux qui voudraient aller aux prochains concert. Par ailleurs, je trouve que jlm devrait etre beaucoup plus ambitieux et exigeant avec lui meme au niveau de la musique et des textes de grand lievre... Les rouges souliers est tres mal construite , le sens des paroles du refrain ne fait pas echo au sens des paroles des couplets... La musique de sans pitie pour le cheval ressemble bcp a celle de certaines chansons de 1829, et chanter le guerre ne lui va pas tres bien: le ton avec lequel il dit prions pour les disparus tous emportes n'invite pas trop à la priere... Voila, j'avais ça sur le coeur, alors autant partager avec un connaisseur!
Jlm reste pour moi (et de tres loin) le chanteur le plus passionnant en France.

 

 

Ce message m'a beaucoup intéressé et un rien émouvant venu d'une totale inconnue et ne comptant pas parmis les contacts de Surjeanlouismurat sur FB.  Le fait est qu'elle exprime des remarques assez pertinentes... même si on peut retrouver dans ces propos  une séparation assez classique : Certains fans apprécient moins le Murat blues rock et cherchent avant tout à le retrouver dans l'émotion...Je repense ainsi à Nathalie le soir du Kao qui était une de seules à avoir préféré le concert solo (vu à Bourgoin, 1ere date de la tournée Tristan).    Personnellement, avec sa guitare électrique, il me donne une grande grande émotion, comme sur Alexandrie, qu'est-ce que ça veut dire... ou sur l'intro du Jaguar.. ou même Alcaline...  dans ce déchainement et cette auto-destruction enjouée... ou quelque chose comme ça. 

 

 

rio9

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 17 Novembre 2011

 

Après une très bonne série d'interviews apaisées, liées aussi aux questions qui n'avaient pas pour but d'aller chercher les petites phrases.... Retrouvera-t-on demain le Murat  "porte-flingue?"

 

C'est ce qui semble s'annoncer :

 http://www.charentelibre.fr/2011/11/17/jean-louis-murat-flingue-noah-et-zidane,1065436.php

 

Murat flingue Noah et Zidane:

Jean-Louis Murat, qui sera en concert demain à la Nef, n'a pas peur de déboulonner les statues. Dans une interview à lire demain dans CL, le chanteur, qui consacre une de ses dernières chansons au champion cycliste Bahamontès, n'est pas tendre avec les deux anciens sportifs préférés des Français.

A propos de Noah: "Ce n’est pas un champion, lui: il a gagné Roland-Garros chargé comme une mule en 1983, tout le monde le sait. Et puis cet été aux Francofolies, il reprend «Highway to hell» d’ACDC... Où on est là?!".

Et sur Zidane, dont il avait déjà dit qu’il avait «le QI d’une courge»...: "J’ai toujours eu de gros problèmes avec ses mauvais gestes. C’est une petite frappe à trois francs. Platini ou Messi ne mettraient jamais un coup de boule à un adversaire, c’est pour ça aussi que je les admire."

 

La charente libre aurait pu intituler l'article : Murat félicite Platini et MEssi... au lieu de ça...  

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 17 Novembre 2011

 

 

Allez, on prend ses petites habitudes et on ouvre un  article pour vous laisser  écouler vos salves de joie et d'émotions, et votre angoulement, heureux spectacteurs du pectacle de Jean-Louis Murat de demain à ANGOULEME...

 

 

Article du jour avec interview dans SUD-OUEST pour l'annoncer:

http://www.sudouest.fr/2011/11/17/la-voix-de-murat-555415-4720.php

 

Angoulême

La voix de Murat

Le chanteur auvergnat se produira demain soir à La Nef. Sa tournée fait suite à la sortie de son dernier album, « Grand lièvre ».

 Jean-Louis Murat : « Je préfère lorsque mes chansons sont plus personnelles parce que j'ai l'impression qu'ainsi, elles s'useront moins vite. » photo dr
Jean-Louis Murat : « Je préfère lorsque mes chansons sont plus personnelles parce que j'ai l'impression qu'ainsi, elles s'useront moins vite. » photo dr
 
I

Les oreilles qui le suivent depuis les années 80 notent que sur son nouvel album, la voix de Jean-Louis Murat n'a pas pris une ride. Le même timbre, avec un accent du Sud-Ouest sur certaines voyelles. « C'est parce que le patois auvergnat n'est rien d'autre que de l'occitan », explique le chanteur qui se produira en concert demain, à La Nef (1). Rencontre avec un Auvergnat (pas) comme les autres.

« Sud Ouest ». Ce n'est pas la première fois que vous venez chanter à Angoulême ?

Jean-Louis Murat. Non. La dernière fois, c'était il y a quatre ou cinq ans et je m'en souviens très bien : j'avais mangé des huîtres juste avant le concert et j'ai été malade toute la soirée.

« Sud Ouest ». Votre dernier album s'intitule « Grand lièvre ». Pourquoi ?

Jean-Louis Murat. Pour que les gens se posent des questions, et je vois que ça marche. C'était aussi le titre d'une chanson que je n'ai finalement pas retenue sur l'album.

Pourquoi n'avez-vous pas retenu cette chanson ?

Elle s'est mal débrouillée. Il y a des chansons pas très malignes, qui loupent le bus… Des chansons un peu tocardes.

Vous avez intégré des chœurs sur ce nouvel album, fait nouveau chez vous. Pourquoi ce changement ?

J'ai toujours aimé les chœurs. Mais je me disais que c'était un truc de filles, qu'il fallait leur laisser les chœurs un peu comme on leur laisse le ménage. Quelque chose de machiste, comme ça… Alors vous voyez, c'est comme si j'épousais une cause féministe en faisant chanter des hommes en chœur. Je me suis amusé à les enregistrer assez fort, à la façon des années 70.

La plupart de vos textes laissent beaucoup de place à l'imagination. Trois chansons de ce nouvel album - « Je voudrais me perdre de vue », « Vendre les prés » et « Le Champion espagnol » - sont différentes. Presque plus accessibles ?

Ces trois textes sont assez narratifs. Mais je préfère lorsque mes chansons sont plus personnelles parce que j'ai l'impression qu'ainsi, elles s'useront moins vite. Et que du coup, moi aussi, je m'userai moins vite. Je n'aime pas être saisi.

Pouvez-vous m'expliquer ce que vous avez voulu raconter dans la chanson « Alexandrie » ?

« Alexandrie » parle de voyage. Elle fait référence à Alexandre le Grand, Cléopâtre… J'aime l'Histoire. Et puis c'est une chanson à la mémoire d'une amie qui s'est tuée à moto. À chaque fois que je la chante, je pense à elle.

Et « La Lettre de la pampa » ?

Cette chanson-là évoque l'idée d'être retiré du monde. Moi je me trouverais sûrement mieux sur la Lune, ou en tout cas ailleurs sur Terre…

Pourtant, vous vivez en Auvergne. On fait difficilement plus « terrien »…

J'ai effectivement acheté une vieille ferme en Auverge, il y a vingt ans. C'est parce que c'est là d'où je viens. Le hasard m'a fait Auvergnat.

Vous entendez-vous bien avec les Auvergnats ?

Non. Les paysans auvergnats ne s'entendent avec personne et moi non plus.

Propos recueillis par catherine methon

Jean-Louis Murat, en concert à La Nef, rue Louis-Pergaud, à Angoulême, demain, à 20 h 30.

Abonnés : 17 €. Location : 22 €. Sur place : 24 €. Tél. 05 45 25 97 00.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 16 Novembre 2011

 

Interview réalisée avant son concert de Liège...

http://blog.lesoir.be/frontstage/2011/11/15/murat-offensif-et-jamais-resigne/

 

Encore une fois, Murat nous surprend en parlant de vanité à vouloir sortir un album par an... et évoque le souhait d'aller à l'essentiel... Etonnant, non?  La suite  (sur la fin) est également prometteuse... Une nouvelle ère?

 

 

Une question m'a surprise également :  

"Si musicalement, ce « Grand Lièvre » peut un peu nous rappeler « Le manteau de pluie », dans les textes par contre, tu as rarement été aussi compréhensible…"

 

 

Une des critiques sur l'album  était pourtant l'incompréhension autour des textes... 

 

voici la réponse:

Ça aussi, c’est beaucoup les enfants qui disaient : on comprend rien à tes chansons, papa. Ils ont 4 et 7 ans. C’est un des avantages de mûrir ou de vieillir : on simplifie les choses.

 

 

A lire sur le blog.le soir.be.....

 

 

 

LE LIEN EN PLUS:

 

La positive attitude oui...

Mais qu'est-ce que la "jean-louis murat attitude"?

 

trouvé sur twitter:

J'aime bien cette "Jean Louis Murat attitude" de BNN
(Je ne connaissais même pas ces BNN...)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0

Publié le 15 Novembre 2011

 

 

On avait connu Pierre Andrieu assez critique dernièrement... et c'est donc  avec plaisir qu'on lit ses impressions très positives sur le concert du trianon:

 http://www.concertandco.com/ville/paris/jean-louis-murat-jp-nataf/critique-concert-1-1-40901.htm

A l'heure exacte annoncée, 20h25, Murat et son groupe (Fred Jimenez à la basse et aux chœurs, Stéphane Reynaud à la batterie et Slim Batteux à l'orgue, tous les trois à saluer pour leur prestation) montent sur les planches avec la ferme intention d'enchainer – en guise d'entrée et de plat de résistance – les titres du dernier album, le léger, intense et long en bouche Grand Lièvre... Toujours facétieux Jean-Louis, puisqu'il décide de dérouler son oeuvre la plus récente à l'envers et en omettant de jouer l'une des meilleures nouvelles compositions, Je voudrais me perdre de vue. Pas bien grave puisque le disque est globalement très bon et que les titres choisis sont joués avec foi et concentration... Seul gros hic, un son de basse bourdonnant qui couvre le reste des instruments au début du set. C'est énervant d'autant que les chansons sont superbes, que les lumières sont réellement admirables (et parfaites pour l'univers muratien) et que Monsieur Bergheaud est en forme vocale... la suite à lire sur concertand co...

 

 

A part ça, une petite annonce du concert au Botanique:

  http://www.moustique.be/culture/botanique/59294/murat-au-bota

Après son album "Le cours ordinaire des choses" enregistré en grande partie à Nashville, ville mythique de la country, Jean-Louis Murat est revenu à la campagne, dans son Auvergne adorée.

 "Vous pouvez appeler ça un retour à la terre. J’assume ce vrai cliché de l’artiste qui a besoin de retrouver ses racines pour créer." Il a donc mis son nouveau disque, "Grand lièvre", en boîte au milieu des champs. Après une prestation électrique et sans faux col à Liège voici un mois, il revient, cette fois à Bruxelles.

La prestation comprendra forcément une large représentation des balades bucolico-dépressives de "Grand lièvre" où l'artiste s'est "amusé à superposer des textes très noirs à des mélodies vachement légères", mais aussi une série d’anciens titres. "Je ne prépare pas vraiment de liste de morceaux à jouer avant un concert", nous a-t-il expliqué. "Pour l’enregistrement des disques, je me fixe de vraies journées de travail bien carrées - comme si j’allais au bureau - mais

les prestations sur scène doivent laisser place à une certaine improvisation pour gagner en spontanéité et donc en intérêt. Pour résumer: je ne sais pas encore ce que je ferai au Bota, mais je promets de bien le faire." Message reçu.

> Le 20/11. Botanique, rue Royale 236, 1210 Saint-Josse. À partir de 20 €. www.botanique.be

 

 

 Quant à la nouvelle du jour : l'écriture d'un titre pour Indochine et le petit compliment adressé à Nicola Sirkis (cf les articles précédents)... Ellle est bien relayée sur twitter par les fans d'INDOCHINE..

Au milieu de ceux-là, ce twitt:

 

:
 
Alors Dieu lui demanda de murer. Et Jean-Louis Murat.

 

  Je vous laisse y réfléchir...

 

 

 

LE LIEN EN PLUS :

 

http://www.rue89lyon.fr/2011/11/14/florent-marchet/

Mon prochain concert...  (Florent Marchet se prononce contre HADOPI... )

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Repost0