Publié le 31 Décembre 2014

qq titres jouées dans ALIVE étaient rediffusés hier soir

qq titres jouées dans ALIVE étaient rediffusés hier soir

On va aller crescendo...  ma non troppo couci couça.

 

1) Du côté des Bilans et classements...

Je vous avais dis hier que je n'avais pas relevé tous les tops et classements parus... mais bon, en voià  quelques uns... En ces périodes de congés, c'est parfois le moment de rattraper son retard et de découvrir d'autres artistes..

 

- Murat sur le podium à Toulouse:

http://toulousepost.com/2014/12/27/2015-la-scene-francaise-montera-le-son-et-le-sens/

"Pour conclure cette triplette de belle vie musicale, le micro est ouvert à Jean-Louis Murat, l’Auvergnat, qui avec sa façon d’artisan, et ses compagnons de fortune, Delano Orchestra, livre un « Babel » qui fait monter haut dans la tour, et dans les tours, le deuil et la vie".

 

- Un site belge qui cite juste Babel comme disque remarquable de l'année, ses autres choix ont aiguisé ma curiosité, histoire de voir ce qui s'est produit d'intéressant en français du côté de la Belgique (il n'y a pas que Stromae). Soyons curieux.

http://www.xyzebres.be/blog/?p=6669

 

 - http://www.quai-baco.com/top-15-des-meilleurs-albums-de-lannee-2014-23175/

Jean-Louis Murat – « Babel » : Dans une approche toujours très simple d’un pop rock mélodique, l’Auvergnat nous raconte son pays et son enfance de sa voix envoûtante.

 

- Rappel: BABEL est 50e chez les Inrocks

http://www.lesinrocks.com/2014/12/16/musique/top-100-les-meilleurs-albums-de-lannee-2014-11541321/6/

Murat 50e chez les inrocks (pas de texte inédit: reprise de la chronique précédemment parue)

 

2)

- Sébastien Bataille, celui qui sortira un livre sur Jean-Louis Murat prochainement (le petit encart de présentation le précise), écrit dans CAUSEUR... et il a détecté un RENOUVEAU chez SOUCHON/VOULZY, Thiéfaine, et DAHO : "les grands ducs s'offrent un bain de jouvence". Il a aimé l'album du duo... mais entame en citant Murat: « Purée infecte » ? (dixit Jean-Louis Murat)

http://www.causeur.fr/souchon-voulzy-daho-thiefaine-30790.html#

 

3)  Du côté de LA CROIX, on pense à NOEL... et on s'est rappelé de "NOEL A LA MAISON" dans une sélection de chansons de noël.

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Noel-est-parfois-une-chanson-douce-2014-12-24-1284573

Noël casanier

Jean-Louis Murat, Noël à la maison , du maxi « Un sentiment nouveau »

L’Auvergnat Jean-Louis Murat sort cette chanson en 1992 parmi 5 titres regroupés sous le titre « Un sentiment nouveau ». La chanson est très mélodique et la voix du chanteur, douce et puissante, touche au but, aidée d’un texte très écrit, comme c’est souvent le cas avec le « gamin » du Puy de Dôme.

 

4)  Du côté ANNONCE de CONCERT

 

http://www.lepaysmalouin.fr/2014/12/23/trois-belles-affiches-en-debut-dannee-a-la-nouvelle-vague/

Avec PERSONNE, et YELLE "star briochine", Jean-Louis en pays malouin... ménagera sa monture?

Le 29 janvier, c’est une autre icône de la chanson française qui s’annonce, en la personne de Jean-Louis Murat. Le chanteur auvergnat, qui lui aussi entraîne dans son sillage un public fidèle, se fait rare dans les médias mais sort un album par an depuis plusieurs décennies, avec toujours autant d’exigence. Ce sera l’occasion de découvrir son dernier opus, Babel.

 

5) Du côté ANNONCE PROMO

 

Et le 3 Janvier, RADIO VINYLE (Un collectionneur plongé dans une des plus belles collections françaises...  c'est pour ça qu'il a gardé son blouson? pour en glisser deux ou trois dessous)...

TEASER concocteau par l'émission: 

 

6) UN TCHI PEU DE MUSIQUE:

 

Et pour conclure, une fois de temps en temps, même si je ne diffuse plus les "pirates", voici un titre live... Lindeberg+ Un Jaguar... C'était en 2012 aux Sables d'O. Pour se rappeler des grands moments de concerts... et vous souhaiter une bonne année... Merci Eloise.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Publié le 30 Décembre 2014

Hello les travellers for 2015,

Dans l'article à lire ici, je vous avais communiqué les éléments principaux du numéro spécial de FOCUS, supplément télé du magazine VIF, made in Belgique, dont Jean-Louis Murat était l'invité spécial. Il restait quelques propos de Murat à publier... parsemés au fil des pages et des sujets.

Ce que dit Murat dans le premier encart, sur un article concacré au groupe FOXYGEN, nous avons déjà eu l'occasion de l'évoquer dans un lien en plus. Il semble en effet que FOXYGEN ne carbure pas qu'à la carotte... à moins que ce soit de la carotte de synthèse. Pour le reste...

Zoums sur FOCUS, encarts en sus!

Le second concerne un article sur le groupe belge "les tueurs de la lune de miel" (ayant fait la une de NME)... Murat a croisé le chemin d'un des musiciens du groupe et créateur du label Crammed Discs (qui a signé Dominique Sonic, ou Dalcan...).

Zoums sur FOCUS, encarts en sus!

Il parle bien-sûr de Marie... qui touchait à un certain graal... en signant au Crépuscule, label dont elle aimait beaucoup les disques.

L'encart suivant figure dans les pages consacrées aux critiques de disque.

Zoums sur FOCUS, encarts en sus!

- On passe au cinéma.. et Focus consacre ensuite un article au nouveau studio d'animation américain LAIKA... puis à un coffret SPIELPERG... et enfin, sur le film "le goût des myrtilles"... dont Murat peut laisser penser qu'il aurait pu inspirer, comme un livre de Reinhardt, ..."les frelons d'asie".

Zoums sur FOCUS, encarts en sus!
Zoums sur FOCUS, encarts en sus!
Zoums sur FOCUS, encarts en sus!

... Il faut tourner la page.... et en arriver aux "livres"... "Celui qui n'a même pas l'internet" nous dit qu'il fait des recherches pour trouver des livres rares.

Zoums sur FOCUS, encarts en sus!

.. Après la musique, le cinéma, la littérature... il reste un peu de place pour la BD... et là, encore, on avait déjà évoqué (en lien en plus) les propos de Murat qui avait suscité un bout de polémique.

Zoums sur FOCUS, encarts en sus!

LE LIEN EN PLUS :

 

Je n'ai pas relevé l'ensemble des tops  2014 où figure Babel... Ils sont nombreux. On pourra consulter le regard dans le rétro de Baptiste Vignol qui vous permettra d'aller écouter des artistes qui n'ont pas connu tous le succès: http://delafenetredenhaut.blogspot.fr/2014/12/dans-le-retroviseur.html

Je voulais surtout finir par notre chère PQR et son correspondant local (tout le monde n'a pas la chance d'avoir des pigistes du talent de M.)  qui a fait très fort :

Dans OUEST FRANCE:

http://www.ouest-france.fr/concert-jean-louis-murat-programme-en-janvier-saint-malo-3077280

"Le chanteur Jean-Louis Murat sera, le 29 janvier 2015, sur la scène malouine.

Le chanteur Jean-Louis Murat sera, en janvier 2015, sur la scène malouine. Un concert qui se déroulera sans son groupe, The Delano Orchestra, mais durant lequel les fans pourront découvrir les chansons de son nouvel album Babel.

Sur scène, les spectateurs auront le plaisir d’écouter en live, les tubes du célèbre auteur, compositeur, réalisateur, leader du groupe The Delano Orchestra".

 

On sait bien que Jean-Louis est ronchon... mais de là, à le prendre pour ROCHON, le seul et unique, leader et auteur du THE DELANO ORCHESTRA....

En tout état de cause ou nononbstant, ou néanmoins... les billets de concerts de Jean-Louis s'arrachent... Rouen est complet... On m'annonce également des concerts belges bien remplis... Ne trainez pas pour prendre vos places. Et Re-bonnes fêtes à tous (ce n'est pas parce que ce n'est pas joliment dit que ça n'est pas sincère). Et bonne reprise!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Publié le 25 Décembre 2014

"Intro Pierrot rouge d'émotion"...  Voici ce que me met Matthieu en guise de consignes pour présenter son article i shall introduce to you... Pour l'émotion, j'ai imaginé me faire passer pour une fan absolu de Joe Cocker, mais Murat est allé à l'ile de whight en 70, et Joe y était l'année précédente. Pour l'émotion, j'ai donc pensé à Jacques Chancel... Dire que c'est lui qui a été ma référence absolue dans la conception des inter-ViOUS ET MURAT, notamment dans la question "vos trois chansons préférées, svp?"...  Je me rappelle quand même avoir posé la question à Murat un soir de forum à la fnac un truc du genre "et Dieu dans tout ça?" (rapport à ce champ du sacré qu'il investit régulièrement... la question lui a été souvent posé ensuite).... C'est d'ailleurs ce jour-là que j'ai identifié Matthieu pour la première fois... celui-ci  titillant Murat sur des questions de posture... Ce jour-là, ce fut finalement le prequel de notre duo... et le partage : à moi, la lumière et la gloire, le champagne, et lui, le travail de bibliothèque, la rigueur et les bières.D'ailleurs, je dois m'infliger une humiliation publique : à propos de l'interview chez Laure Adler, Matthieu m'a appris que Laure Adler connaissait très bien Clermont... Il n'a pas voulu le commenter pour ne pas me déprécier, mais effectivement, je n'avais pas cette information:  "Je suis rentrée en France à 17 ans. Je ne connaissais de ce pays que la ferme de mes grands-parents en Auvergne. Je suis fière de dire que je sais traire les vaches et conduire un tracteur ! Quand je suis arrivée à Clermont-Ferrand, j'ai vu pour la première fois des feux rouges, de la neige. Et il fallait faire attention aux voitures plutôt qu'aux animaux ! [...] À Clermont-Ferrand, j'étais dans un lycée de filles. En face, il y avait le lycée de garçons. Je suis passée trois fois en conseil de discipline. Parce que ma blouse n'était pas boutonnée jusqu'en haut et parce que j'allais boire des verres avec les garçons au café. J'ai été exclue mais, grâce à mon professeur de philo, j'ai été réintégrée."  Cela éclaire d'un nouveau jour les quelques questions sur Clermont de la dame, deux ans plus agées que Murat, et sa volonté de ne pas se mettre en avant en cours de l'émission. "Quand elle parle de Jeanne d'Arc et Blaise, on sent qu'elle connaît les lieux" me dit Matthieu...

Pour en revenir sur Chancel, Murat n'a jamais participé à ses émissions, mais il citait le grand échiquier lors du "Parfum":   "Ce DVD a été monté à partir de deux concerts donnés le même jour entre 15 et 22 heures et filmés en noir et blanc, la couleur de l'ORTF et du Grand Echiquier. J'ai donc joué pour et devant les techniciens". La rencontre entre les deux amateurs de vélo auraient été intéressantes... mais Murat a pris le train une gare plus loin : c'est Chancel qui a auditionné Bernard LENOIR...  

De fil en aiguille, et de raccourcis tordus en éclairs de paresseux illuminé... voici donc la phrase finale de cette introduction mémorable: J'ai donc le plaisir de vous présenter un nouvel article par Mr M. from Clermont... qui va justement nous en causer de Clermont... et de l'Auvergne... et de sa scène musicale.

NB: Joyeuses fêtes!

 

---------------------------------------------------------------------------------

Jean-Louis Murat en patriarche "attractif"...

(Versailles–Chantiers)

 

Fin 2013, la parution du livre de Patrick Foulhoux, Une histoire du rock à Clermont-Ferrand, nous incitait à méditer sur la relation particulière qu'entretient Jean-Louis Murat avec la capitale auvergnate. Rappelons que si le principal intéressé ne figurait pas au nombre des acteurs de la scène rock locale interrogés par l'auteur, sa présence n'en était pas moins hautement subliminale au fil des témoignages d'une dizaine de musiciens ayant croisé sa route, de Jérôme Pietri pour le plus âgé à Morgane Imbeaud pour la plus jeune. Il se trouve qu'un an plus tard, la rencontre manquée entre Foulhoux et Murat a enfin lieu, mais d'une façon indirecte et inattendue. Une raison suffisante à nos yeux pour effectuer une fois encore le trajet qui mène d'Orcival à Versailles.

Et Dieu dans tout ça?

Auvergne Nouveau Monde est une structure qui s'est donnée pour tâche de promouvoir l'"attractivité" de la région en valorisant l'"identité du territoire", laquelle résiderait dans sa "qualité de vie". Autrement dit, nous avons ici affaire à une version bougnate du Komintern (un raccourci plein de mauvaise foi vaut parfois mieux qu'un échantillon de novlangue marketée jusqu'à la moelle...). Dans le cadre de cette noble mission de communication, cet organisme a sorti il y a quelques semaines Le son du Nouveau Monde, un cd (non-commercialisé, vous connaissez la discrétion proverbiale des Auvergnats...) censé donner à entendre un état des musiques actuelles qui résonnent dans le coin, à travers seize morceaux de seize artistes issus des quatre départements. Or, voici que dès l'ouverture de cette compilation, on a le plaisir de retrouver le très attractif (??) Jean-Louis Murat avec le premier extrait de Babel, "J'ai fréquenté la beauté", élégamment présenté (comme chacune des pistes du disque) par celui qui, en un an, a gagné le titre officieux d'historien du rock local. Patrick Foulhoux, donc, qui revêt en la circonstance un costume de Monsieur Loyal dans lequel on le sent tout de même quelque peu engoncé, son ironie affleurant par instants dessous le caractère massif de certains compliments (ainsi, la comparaison de Morgane Imbeaud avec Björk nous semble-t-elle un tantinet prématurée, malgré l'estime et l'affection – réelles toutes les deux – que nous portons à la jeune femme...). Pas de quoi néanmoins diminuer notre plaisir de voir Murat occuper pour une fois la pôle position, d'autant que le reste de la grille est loin d'être inintéressante.

Et Dieu dans tout ça?

Les fans se réjouiront par exemple d'entendre Morgane interpréter "I'm on my Way Home", morceau qui rappelle, si besoin était, que l'ex-Cocoon n'est pas seulement une jolie choriste capable d'accompagner vers les cieux les goélands de "Long John", mais qu'elle sait aussi écrire, composer et chanter toute seule comme une grande. Ils apprécieront par ailleurs le don d'ubiquité de Matthieu Lopez, présent avec le Delano, puis avec Garciaphone, et les plus attentifs d'entre eux repéreront le nom de Mr Nô, Prince de la scène électro clermontoise, qui avait assuré l'an dernier la B.O. de l'émission animée par Collin et Mauduit, en prélude au concert jubilé d'Inter...

Probablement moins connus des lecteurs de ce blog apparaissent aussi dans la tracklist le prometteur Adam Wood (d'Aurillac), le reposant Jim Yamouridis (d'Australie), l'ex-candidate au radio-Varrod-crochet, Léopoldine, le trio gominé et déjà star, Mustang ou encore Pain-noir, l'un des rares ici à s'exprimer en français (c'est peut-être un détail pour vous, mais sur un site consacré à Murat, on est obligé – par contrat – de signaler tout artiste auvergnat qui ose s'exprimer dans cette langue). Inutile de poursuivre jusqu'au bout ce fastidieux name-dropping, laissons plutôt les curieux partir sur le net à la découverte de tous ces musiciens et revenons pour ce qui nous concerne à JLM.

Et Dieu dans tout ça?

Donc, voici notre apôtre de la rouspétance préféré en tête de gondole d'un disque destiné à vanter la musique produite en Auvergne, en compagnie d'une quinzaine d'artistes, la plupart beaucoup plus jeunes que lui. Incongru ou logique ? Poser une telle alternative nous oblige à analyser de plus près la relation de Murat à l'Auvergne et à sa capitale en particulier. Pour ce faire, on peut tenter de distinguer plusieurs incarnations de Murat l'Auvergnat dans le parcours de l'artiste.

La plus évidente – la plus importante – renvoie bien sûr au Murat Chantre de l'Auvergne. Inutile de s'étendre longuement sur cette dimension, chacun sait désormais que la géographie intime de l'auteur est ancrée dans un petit territoire du sud du Puy-de-Dôme, particulièrement mis en valeur sur Babel, mais source d’inspiration régulière depuis ses débuts. On renverra ceux qui voudraient réviser leurs classiques vers le précieux atlas de nos camarades du Lien défait. Cette première facette a pourtant son revers sous la forme du cliché journalistique de l'Auvergnat aux yeux bleus. Réductrice et paresseuse, la description n'en est pas moins vraie et, si l'on veut bien avoir un peu d'humour, on oubliera que certains n'ont jamais dépassé cette première impression en songeant qu'après tout, Ray Charles n'était rien d'autre qu'un musicien américain aveugle et Dalida, une chanteuse égyptienne bigleuse... Donc, Murat est un chanteur auvergnat aux yeux bleus. Et, bien sûr, un homme profondément arrogant. Soit.

Et Dieu dans tout ça?

Une troisième représentation assez identifiable serait celle du Non-prophète en son pays. En effet, le Bourboulien s'est souvent plaint de ne pas être invité à jouer dans sa région, ou bien d'y être fraîchement accueilli (que l'on se souvienne de son passage houleux à Cébazat, sous les yeux mi-attendris, mi-émus d'Yseult et de Fred...) ou encore d'être gêné par le côté "enfant du pays" qu'il conserve pour de nombreux spectateurs. Mais cet aspect serait immédiatement contrebalancé par un chiffre : dix-huit, comme le nombre de passages officiellement répertoriés de JLM, l'Ami de Didier Veillault, sur la scène de la Coopérative de Maithe smac clermontoise. Sa fidélité à cette salle va d'ailleurs bien au-delà des concerts : il y a enregistré deux disques, effectué plusieurs résidences et il s'est impliqué dans trois projets initiés par la bande à Veillault... Puisque nous sommes en ville, restons-y pour nous intéresser au rapport de Murat à Clermont sous deux angles différents. Dans ses chansons, JLM apparaît comme un Arpenteur désabusé des rues clermontoises. La cité (où il passa une partie de sa jeunesse) y est peinte comme un endroit morne ("Je traîne et je m'ennuie"), propre à susciter la dérision ("Clermont") ou à suggérer des idées morbides ("La petite idée") – on sait que chez Murat, l'ennui peut susciter la violence... Côté interviews à présent, JLM joue souvent l'Anti-Versaillais, parlant de la métropole-à-ambition-européenne-mais-à-taille-humaine avec un certain dédain amusé, la décrivant comme peuplée de bobos et d'étudiants incultes, sans lien véritable avec l'Auvergne authentique... Une ville qu'il rebaptisa naguère du joli surnom de Macchabéeland et dont il ne s'est bien évidemment jamais privé d'égratigner les artistes, aux musiques trop référencées à son goût et à l'accent anglophone ridicule... Mais on doit alors aussitôt, pour respecter son art de la contradiction, signaler le Murat Attentif à la jeune scène locale, acceptant pour un temps (même s'il ne put s'investir jusqu'au terme du projet) de s'occuper du disque de Noël auquel prirent part nombre de formations auvergnates, se rendant aux concerts de Kütu Folk bien avant sa rencontre avec TDO et n'hésitant pas à affubler sur les plateaux de télévision un Delano ou un Saint-Augustine de qualificatifs dithyrambiques très inhabituels de sa part... Mais au final, tant de louvoiements sur l'air de "Fais-moi mal Johnny", ne font-ils pas du choix de Murat comme VRP du Nouveau Monde un total contresens ?

Le sang pour l'Afrique, l'éléphant blanc déchaîné, l'harmo de Bako, etc., etc.

Avant de répondre sur le fond, relativisons tout de même cette sélection et précisons qu'elle est probablement due pour une grande part à la collaboration de JLM avec The Delano Orchestra, groupe qui était déjà au générique de plusieurs compilations comparables sorties ces dernières années. TDO aurait sûrement figuré sur un tel disque sans JLM, l'inverse n'est pas certain... Mais une fois ces considérations pragmatiques évacuées, on aurait pourtant tort de négliger l'inclusion de Murat dans ce projet, car elle s'inscrit dans un contexte précis.

Reprenons : dans le livre de Patrick Foulhoux déjà cité, on (re)découvrait l'an dernier le rôle de passeur-pédagogue-guide qu'avait pu jouer JLM dans les années 70-80 auprès de jeunes musiciens auvergnats ; quelques semaines après la sortie de cet ouvrage, Inter venait déguster un morceau de son gâteau d'anniversaire à Clermont et c'est Murat qui était choisi en guise de cerise régionale, un JLM qui décidait pour l'occasion de s'entourer de musiciens du cru (TDO se muant alors en une appétissante crème Chantilly) ; en 2014, voici donc JLM embarqué avec le Delano dans une tournée et un album (suivis d'une belle campagne promotionnelle) aux forts accents auvergnats et clermontois ; et depuis, des rumeurs persistantes (fondées ou non, l'avenir le dira) annoncent pour 2015 une assomption de l'artiste au sommet du Puy-de-Dôme...

Et Dieu dans tout ça?

Reliés les uns aux autres, ces divers éléments acquièrent une certaine cohérence (les éditorialistes politiques parleraient de "séquence"). Que Murat soit auvergnat, tout le monde le savait. Qu'il soit un musicien qui chante et célèbre l'Auvergne depuis toujours (ses paysages, ses habitants, sa faune, sa flore, etc.), ce n'est pas nouveau non plus. Mais qu'il appartienne pleinement à ce qu'on peut appeler la scène musicale auvergnate, cela n'était pas si évident, l'image de l'ermite bougon retranché dans son patelin le rattrapant parfois... On peut donc voir sa présence anecdotique sur Le son du Nouveau Monde comme une preuve parmi d'autres d'un lien, sinon renoué (il eût fallu pour cela qu'il fût brisé), du moins clairement assumé entre JLM et la scène régionale. Le chanteur ne disait d'ailleurs pas autre chose lors de la récente interview qu'il accorda à Magic, déclarant : "Je dois beaucoup à la scène auvergnate et je lui suis d'ailleurs reconnaissant. Babel réunit deux générations de musiciens locaux avec Christophe Pie qui fait le lien intergénérationnel". Un rapprochement qu'on peut étendre à la scène clermontoise, brièvement évoquée en réponse à une question sur les formations labellisées Kütu Folk : "je restais sur une idée théorique de groupes du coin chantant en anglais. Comme quoi, les a priori résistent mal au travail en osmose."

Et même si l'on peut s'attendre à ce que JLM prenne rapidement son envol pour d'autres contrées plus exotiques (le choix des musiciens de la prochaine tournée semble nous le confirmer), Clermont aura constitué, aux environs de cette année 2014 qui s'achève, une étape marquante dans le parcours de l'artiste, rejoignant à ce titre les noms de New York et Nashville – sans oublier ces étapes littéraires que furent les disques autour de Deshoulières, Béranger ou Baudelaire...

On conviendra qu'un tel voisinage est plutôt flatteur pour la capitale du pneu. Au point que, dans cette atmosphère (provisoirement) apaisée, alors qu'approche la trêve des confiseurs, il nous vient soudain l'envie simple d'éteindre notre ordinateur, d'aller traîner rue Montlosier et de nous écrier, en faisant semblant d'y croire : elle est Babel la vie ?

Ce soir-là, les Auvergnats étaient montés faire un cygne aux Parisiens...

**********

     Le texte de Patrick Foulhoux sur "J'ai fréquenté la beauté" :

      "Éphéméride d'une victime de l'anamour, "J'ai fréquenté la beauté" évoque les sentiments qui s'écoulent dans le temps comme l'eau dans le sable. Depuis quarante ans qu'il hante le massif du Sancy tel un yéti à pelage brun, Jean-Louis Murat persiste à rendre les choses jolies en détournant les normes et les conventions. Le poète s'est attaché les services de Delano Orchestra, groupe folk rock ombrageux, pour une chanson effleurant la peau comme l'écir les herbes folles, tel le feu-follet espiègle virevoltant entre les arnicas. Sous son air frivole et léger, à l'instar de l'impressionnante carrière de Jean-Louis Murat, cette comptine redonne un sens à la vraie vie ! Fréquentez la beauté !"

     Retrouvez la présentation des quinze autres artistes de cette compilation dans le magazine d'Auvergne Nouveu Monde consultable ICI.

     Quand au disque en lui-même, s'il n'est pas encore commercialisé à ce jour, il peut tout de même être acquis, avec divers autres produits culturels, dans le Pack Culture Auvergne lancé par le tandem Fernandez/Rochon. Tous les détails sur leur site : http://www.lepackcultureauvergne.com/

 

*** BONNES FÊTES DE FIN D'ANNÉE À TOUTES ET À TOUS ***

 

 

 

-

Et Dieu dans tout ça?

Voir les commentaires

Publié le 22 Décembre 2014

Jean-Louis Murat chez l'infirmière
Jean-Louis Murat chez l'infirmière

ET voilà, c'était ce soir sur FRANCE CULTURE... Une rencontre inédite me semble-t-il avec LAURE ADLER... Inédit? Étonnant pour une Laure... qui a écumé les radios publiques... et la télé dans des émissions culturelles. J'ai pourtant cherché... Le passage de Jean-Louis Murat dans "le cercle de minuit", c'était quelques temps avant qu'elle en prenne les commandes. C'est Eric Reinhardt, le copain, que Madame Lefigaro choisit pour la rencontrer, alors que Murat rencontre Cinthia Fleury... .

La rencontre promettait donc... entre la biographe de Duras et Murat (qui a cité INDIA SONG, écrit par Duras, comme une de ses chansons préférées en 94)...

En direct, quelques points forts à la volée:

Pas de round d'observation (Y a-t-il du montage? peut-être, car ce n'est pas en direct, mais c'est bien fait et tout est fluide) : on est tout de suite sur le divan... Laure Adler ne tire pas la couverture à elle, et pas besoin d'aller chercher Murat... Il a envie de parler

On a le droit à des souvenirs rares: Murat qui raconte que les filles se moquaient de lui à l'école parce qu'ils puaient la vache, les souvenirs de l'internat du lycée (une "fugue" pour aller à une expo Picasso...).

Laure Adler l'amène ensuite sur la peinture, puis sur la naissance de sa vocation (la découverte de son imagination dans un travail de rédaction au collège, et dans le désir aux femmes)... ce qui amène Jean-Louis à évoquer "l'instinct de mort" un titre d'une de ses chansons...
D'un fil à l'autre, Murat évoque la drogue qui a décimé des proches, des amis de la Bourboule... en disant qu'il n'était pas lui tombé dedans... (il n'a pas tout-à-fait dit ça il y a peu)... du fait de son imagination... et que le vie mérite d'être vécue puisqu'Otis Redding existe...

Question sur l'usage de l'anglais dans la chanson.... une collaboration dans cette société de consommation... qui dérive sur le travail d'écriture... Jean-Louis Murat explique qu'il écrit beaucoup, puis qu'il réduit pour garder la moelle et le son... et rend un hommage (étonnant) à Bashung et Gainsbourg.

Jean-Louis raconte l'anecdote "Nicholson" avec des détails, épisode qui l'aurait "construit", comme le divorce des parents, le décès des grands-parents ou la naissance de son premier enfant.

La question qui tue: "êtes-vous une femme?"... Représentation de mousse noire, symbole du micro... Murat ne saisit pas la perche, grosse ficelle. Le coup de mou de l'émission.

"J'aime dominer", être le chef.... et "j'aime bien qu'on m'aime" (le terme "fans" ne le dérange pas).

Arrêter les concerts? "c'est 50/50"... "J'aimerais bien faire autre chose"... et c'est la séquence dégommage... Et pour conclure:

Murat finit par avouer qu'il a une ambition... celui d'écrire.... "je préfère l'écriture"... mais qu'il a peur de se casser les dents. "Je ne devrais pas le dire".

----------------------

Murat a indiqué deux fois qu'il était réticent à accepter l'invitation, par peur de trop devoir en dire... Mais il n'a pas été réticent, allant jusqu'à parler comme très rarement... notamment cet aveu, de polichinelle peut-être, sur son ambition littéraire... Comme s'il devait un peu dire à Laure Adler qu'il faisait partie de son monde... Évidement, on pourra noter quelques contradictions ou quelques discours un peu entendu (devenir paysan, avoir des vaches), mais c'est néanmoins une interview marquante que les quelques lignes ci-dessus ne résument que très partiellement... si bien que Jean-Louis s'étonne pour finir que cela soit déjà terminé...

Podcast:

http://www.franceculture.fr/emission-hors-champs-semaine-speciale-chanteurs-jean-louis-murat-2014-12-22

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Publié le 20 Décembre 2014

Murat dans "l'invité", de TV5 Monde

Cette émission avait déjà été diffusée sur les antennes de TV5 monde notamment en Asie/Océanie il y a plusieurs semaines, et j'attendais que cela soit enfin disponible en France. TV 5 a un potentiel de téléspectateurs dans 200 pays, de 243 millions de terriens, (concernant les extraterrestres, pas de chiffre disponible)... et on sent donc Jean-Louis Murat sage... même si l'émission est trop courte pour qu'on puisse s'installer dans un réel dialogue. Ce n'est pas inintéressant non plus, sur ce que Murat dit de la sincérité, d'être sur scène, d'être un artiste, de la liberté.

Les points abordés :

-l'album Auvergnat, -la campagne "je me sens assez paysan"

- l'idée de faire un album localisé

- "la beauté"

- la part de vérité dans les chansons?

-"la liberté, c'est de savoir dire non", l'art comme une liberté

- "Quand on demande des explications sur mes chansons, j'ai souvent tendance à donner ça, des explications sexuelles..." (Blues du cygne)

- "heureux sur scène", "j'ai l'impression d'être un chamane"

- "faut se méfier des gens qui apparaissent d'une extrême sincérité"

- "Je me suis dis ça très tôt, si je ne fais pas ça (artiste), je préfère mourir"

 

Pour aller plus loin:

Une précédente interview sur Tv 5 monde en 2011:

http://www.tv5monde.com/cms/chaine-francophone/info/Les-dossiers-de-la-redaction/Chroniques-quebecoises-Catherine-Francois-janvier-2011/p-22013-Les-chroniques-quebecoises-de-Catherine-Francois.htm

 

Chroniques d'en haut consacré au Sancy et à Murat a également été diffusé sur TV5 monde, comme le documentaire de L. Masson sur Rudy Ricciotti dont Murat a écrit la musique.

Rappelons que c'est Yves Bigot, muratien présent aux concerts parisiens, qui est de la directeur de cette chaine...

 

 

 

LE LIEN EN PLUS:

Concernant les chiffres de vente que je donne, il s'agit des ventes en "sortie de caisse" (des magasins ou distributeurs). Ces chiffres sont récoltés par la société Gfk pour le SNEP (on trouve le classement mais bien sûr pas les chiffres de vente sur son site) . C'est cette mesure qui donne le réel succès public d'un disque.

Le SNEP organise par contre le système des certifications type disque d'or, qui ne s'appuie pas sur les chiffres précédents, mais sur un audit sur la comptabilité de la Maison de disque  et donc, sur ses ventes  aux distributeurs (et les disques qui se retrouvent en bacs donc)...   La force commerciale d'une maison de disque peut donc interférer... notamment si elle incite les distributeurs à une "grosse mise en place" en rayons (ou pire, cf mymajorcompany...).

Régis Lévy, qui fut longtemps attaché de presse chez Barclay et Phonogram, se souvient encore de l'« objectif Bon Jovi ». « Du jour au lendemain, il a fallu imposer en France ce rocker américain qui se baladait dans un jet à son nom. Il ne supportait pas que notre pays reste hermétique à sa musique et s'en était plaint au big boss américain. Le label a dépensé des sommes faramineuses en marketing, pub télé, promo tous azimuts pour laquelle on louait plusieurs suites au Ritz... Finalement, l'objectif a été atteint : le disque d'or, cent mille albums vendus, certes, mais qui étaient très loin de couvrir les sommes dépensées. Qui s'en souciait ? Au milieu des années 90, on était pétés de thunes ! »http://www.telerama.fr/musique/23148-pourquoi_le_disque_craque.php

 

Pias étant prudent sur les tirages et la distribution, l'écart entre les deux chiffres de ventes est peut-être plus réduit que pour certains artistes Universal. 

Ce qu'il faut retenir sur Babel, c'est que c'est un succès et un succès sans nulle doute rentabilisant le disque (difficile de dire à partir de combien de disques vendus, il y a des bénéfices... mais sans doute entre 10 000/15000, vu le coût du double CD, la promotion).

 

PS: C'est une question assez complexe. J'essaye d'être prudent dans mes propos.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Publié le 19 Décembre 2014

Le site de FRANCE INTER annonce le nom des musiciens qui accompagnera Jean-Louis Murat en 2015... et comme précédemment évoqué par Murat lui-même, c'est un nouveau groupe plutôt jazz et soul... même s'ils ont participé à des projets variés:

"Pour l'occasion, il sera accompagné par une nouvelle formation : Gaël Rakotondrabe aux claviers (premier prix à Montreux au concours de piano jazz, pianiste d’Antony & the Johnsons, Cocorosie…), Chris Thomas à la basse (Daniel Lanois, Macy Gray, Joshua Redman, Ray Lamontagne, nommé aux Grammy Awards 2015 aux côtés de Brian Blade) et Stéphane Reynaud, fidèle de Jean-Louis Murat à la batterie".

LES MUSICIENS DE LA TOURNEE 2015

PRESENTATION DES MUSICIENS!

- And au piano! la la la sol mi , FROMMM SAINT-LEU, Island of REUNION and Paris!! The golden finger'zzzz: Gaël Rakotondrabe!!!

Depuis 2006, il es notamment membre de Cocorosie, ce groupe "psyché folk" étonnant. Je les ai vu en 2008 aux nuits de Fourvière, et ça ne m'a pas marqué... Je remarque que sur fb, il est ami avec Oomiaq, clavier de la tournée Mustango... Autre participation prestigieuse: Antony and the Johnsons, qu'on range aussi chez wiki, dans le "psyché folk" et qui compte des fans prestigieux tels Bjork ou Lou Reed. Anthony a beaucoup joué avec des grands orchestres (orchestre de Lille, d'Ile de France...) avec Gaël au piano. Et signe de son talent sans doute, ce sont des pianistes qui le choisissent pour les accompagner : Anthony... et ci-dessous Pierre LAPOINTE....

Gaël est aussi arrangeur, compositeur... Il a signé la musique d'un documentaire M. X (sur Léo Carax). ... Et il est originaire de la Réunion

http://www.gaelrakotondrabe.com/GAEL_RAKOTONDRABE/BIO.html

https://www.facebook.com/gaelrakotondrabepianist

Une interview de 2007:

http://www.reunionnaisdumonde.com/spip.php?article124

Quelques vidéos:

 

- And  the master of bass,  pum pum boum boum... From Missouriiiiiii! I introduce to you:  Christ(topher) Thomas!!  (applause)...   Attention, il y en a plusieurs dans le monde de la musique...

LES MUSICIENS DE LA TOURNEE 2015

 

 

Celui-ci est donc le bassiste... . J'ai trouvé un article intitulé "Chris Thomas from BB Fellowship Band plays one of the best solos I have heard" (Chris joue un des meilleurs solos de basse que j'ai entendu: After the tenth time, I was wondering what was drawing me back so much to this tune–it was all so solid and I was slowly being drawn more and more into the bass…then BAM! I realized it WAS the bass! If you haven’t head him before his name is Chris Thomas. His playing is AMAZING and his instrument has so much depth, warmth, and response; at the same time perfectly clear and balanced (drool…). His solo is creative, thoughtful, and very soulful and It blows me away every time I hear it! Now I play the song and repeat the bass solo a few times before I let it go on. “King’s Highway” has been my soundtrack for my final weeks of this grueling semester and I have found a new favorite bass player!

.A la 10e minute:     Attention, c'est du jazz, et ça swingue.

 

Outre les participations prestigieuses données sur le site de France Inter (Macy Gray, Ray la Montagne), il a tourné récemment avec AYO... Ayo artiste signée par Marie Audigier. On imaginera donc bien comment le lien s'est fait.

 

http://www.telerama.fr/musique s/landmarks,112561.php  Critique de l'album de Brian Blade (musicien chez Bob Dylan, Emmylou Harris, Joni Mitchell, Norah Jones ou Daniel Lanois).

Participations de Christopher Thomas:

http://www.discogs.com/artist/460771-Christopher-Thomas

Et une interview de 2014, he looks so cool! 

 

Solo de contrebasse qui démarre la vidéo ci-dessous:

 

- And... last but not the moins leste, boum tchik tchack, The king of the FOUETS and GROSSE CAISSE, the most impeccable porteur of gilet from suth of the river Loire (the deep France), frrrooommm  Thonon the baths  :   Stéphane Reynaud qu'on ne présente plus!!   ... même si c'est celui qui apparait le plus exotique... La Haute-Savoie étant quand même  très spéciale.. (prononcez " très spé-chouale").  Stéphane a l'habitude de jouer du jazz, et on le devine ravi de jouer avec les deux pointures ci-dessus.

 

Une photo perso datant du KOLOKO 2011  (avec Fred Jimenez... On m'a signalé  qu'il n'était pas hier avec les Black Minou, le groupe des frères Poupeaud- , et vu qu'il était aussi  porté disparu du côté de Jojo préparation H., je m'en suis parti à sa recherche...  Il est toujours on the Road, avec les  Archimède, groupe de frères également,  et hier, il était donc avec eux à Montpellier).

 

LES MUSICIENS DE LA TOURNEE 2015

 

 

 

And what?   Et bien, c'est quand même excitant comme formation... même si ceux qui souhaitent entendre du Murat "énervé" (comme dirait Antonin Lasseur), ou les trompettes et violoncelles de BABEL  peuvent être sceptiques... et même si on retrouve la formation à 4 (piano, basse, batterie, guitare)  de Grand Lièvre par exemple...

Jean-Louis nous propose  un aréopage pour le moins inédit, qui l'aménera sans doute à  explorer ses teintes jazz (déjà aperçues du côté de l'orgue de Slim Batteux, des fouets de Stéphane sur Toboggan tour...par exemple).   "Le jazz, c'est la musique dans son essence-même" disait-il cet automne  (il a retenu la leçon apprise par son prof d'anglais).  Et puis, pour finir par une considération terre à terre... quoi que... Murat accompagné d'un musicien black américain, on en a quand même souvent rêvé (lui aussi peut-être)... On a pû réver d'une participation avec Crazy horse, d'une tournée avec les musiciens du Cours ordinaire des choses... mais il faut savoir se contenter de peu.  L'année 2015 sera GROOVE ou  sera quand même...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Publié le 17 Décembre 2014

Il est livré depuis quelques minutes sur le site de FRANCE INTER. Attention, ce clip ne contient pas de représentation de paysans et de campagne... mais il est quand même question de labour... euh, d'amour.

http://www.franceinter.fr/depeche-exclue-le-nouveau-clip-de-jean-louis-murat

Voilà un clip qui pourrait susciter l'envie... et le buzz... sans que cela n'empêche une diffusion dans la journée à mon avis

------------------------

Communiqué du CSA: "les images... il faut en parler".

-------------------------

C'est le réalisateur de "over and over" : http://christopheacker.com/ qui a signé la réalisation... Et encore un effeuillage...

 

 

NOUVELLE DU TOP!

Les ventes globales de disque augmentent!  Cela profite à tout le monde ou presque...  On me souffle: Même à BENABAR...

 

BABEL REMONTE DE 13 place à la 124e, et vend 1300 disques cette semaine. Les 20 000 seront atteints la semaine prochaine...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Publié le 16 Décembre 2014

En 2006, B. Vignol, avec Jeanne Cherhal et le Président de l'académie Charles-Cros

En 2006, B. Vignol, avec Jeanne Cherhal et le Président de l'académie Charles-Cros

 

 

Bon an, mal an, on arrive encore à faire un article par jour, ou presque... et pour aujourd'hui, grâce à Baptiste VIGNOL. Cela  va me permettre de le remercier (pour la 3e fois du mois je pense). (je le fais d'autant plus avec plaisir car  ça énerve M. qui est drôlement jaloux...  Ca va l'inciter à m'envoyer enfin son article en écriture ).

 

Baptiste (inter-ViOUS ET MURAT n°2)  nous livre une courte et belle chronique dans laquelle sa passion pour Murat transpire...  Je vous incite à parcourir son blog pour ceux qui ne le connaisse pas encore! Outre les coups de coeurs, on se délectera de ses coups de... griffes, assez plaisants, notamment dernièrement avec Benabar). 

 

A lire ici:

http://delafenetredenhaut.blogspot.fr/2014/12/eruptif-murat.html

Extrait:  Les chansons humides de Murat. Dans des siècles de ça, les hurluberlus qui fouilleront les ruines de la «variété» les écouteront comme on regarde les fresques de Pompéi: en silence. Voilà! Murat est un fresquiste. Ses chansons caressantes, de grandes dimensions, interdisent toute retouche. Le remord lui semble interdit. Sous peine de tout gratter, d'avoir à tout recommencer…

La clef de son génie? Le nouvel album de Murat propose vingt envolées, dont une demi-douzaine à la grâce inouïe (J'ai fréquenté la beauté, La chèvre alpestre, Vallée des merveilles, Le jour se lève sur Chamablanc, Tout m'attire, Frelons d'Asie). L'Auvergne, qui possède son hymne, enregistré par Brassens, n'a nul besoin d'un héraut, elle jouit déjà de ses fromages, de sa chaine des Puys, de ses eaux, de ses églises romanes... la suite là

 

 

 

 

LE LIEN EN PLUS

 

Baptiste étant à la Réunion, Olivier NUC n'avait donc pas de concurrent pour animer la soirée LIVRE UNPLUGGED "jean-louis Murat" (le 21 Février)... et ce dernier rappelle aux lecteurs de son journal que BABEL se doit d'être glissé sous le sapin....comme un des meilleurs disques de l'année, dans une sélection signée des journalistes musicaux du Figaro:

http://www.lefigaro.fr/musique/2014/12/16/03006-20141216ARTFIG00253--everyday-robots-st-vincent-are-we-there-les-10-albums-de-l-annee.php

 

● Babel, Jean-Louis Murat

Depuis une trentaine d'années, le chanteur français égrène ses sorties à un rythme soutenu. L'année 2014 était néanmoins une année phare pour l'Auvergnat. Il a signé cette fois un double album, Babel, support de vingt chansons inédites. Un disque qui marque un aboutissement dans sa carrière, Jean-Louis Murat s'étant fait accompagné par un groupe existant à part entière, The Delano Orchestra, dont le leader est à la tête du label clermontois Kütü Folk Records.

De quoi façonner ensemble un folk progressif du plus bel effet, toujours accompagné de l'écriture soignée de Jean-Louis Murat, sa véritable marque de fabrique. D'année en année, il s'affirme comme un artiste incontournable de la scène française.

 

Folk rock progressif? Etonnant, non?

Un seul autre francophone dans cette sélection: Florent Marchet.... 

Je ne vous en ai guère parlé de ce "Bambi Galaxy",  malgré mon empressement à l'écouter et un concert cet été... Malgré du plaisir à l'écoute, je n'ai pas adhéré plus que cela au concept. Petite déception au final, et  à l'heure où cette "épisode" s'arrête pour Florent (la tournée "Bambi galaxy" s'achève ce soir!),  je crois qu'on peut retenir ce terme (notamment en terme de ventes, de dates...). Dommage.

 

● Bamby Galaxy, Florent Marchet

Après avoir grimpé sur les hauteurs de Courchevel en 2010, Florent Marchet a exploré l'espace avec son troisième album, Bamby Galaxy, où la chanson s'est faite futuriste. Sur ce disque, l'artiste français a soigné ses mots pour décrire les maux contemporains: solitude, égocentrisme, besoin d'évasion, sciences envahissantes…. Il compose par exemple un hommage lugubre à l'expédition Apollo 21 dans le titre éponyme et rend hommage à Michel Houellebecq avec sa dernière chanson, Ma particule élémentaire. Si les paroles de Florent Marchet poussent à la réflexion, sa musique, elle, est tout aussi réfléchie. La forme épouse le fond. Chanson pop futuriste, intégrant synthés et sonorités électroniques, elle invite au voyage intersidéral.

Dans les inrocks aussi

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Publié le 15 Décembre 2014

1) Voilà, voilà, tout arrive: Alain Brunet, journaliste québecois, se "rattrape"... et nous parle enfin de BABEL. Tout est parfait.... sauf Saint-Babel qui "jouxterait la maison de Murat"... C'est à une heure de route...

A lire en suivant le lien:

http://blogues.lapresse.ca/brunet/2014/12/13/rattrapage-2014-murat-babel/

 

"Jean-Louis Bergheaud, alias Murat, provient de la vallée de Vendeix. Alexandre Delano est issu des Combrailles. Quelques kilomètres séparent ces deux localités d’Auvergne. Leur culture locale peut-elle toucher l’universel ? Absolument, mais n’exagérons rien. Ni le Delano Orchestra ni Murat, associés dans la production de l’album Babel, ont pour objet de nous déballer leur patrimoine. Ce patrimoine est là, bien présent, on doit ici le considérer comme matériau de création et non de promotion. Cela étant, le cadre de de Babel ne ment pas: les lieux où évolue quotidiennement le créateur déteignent sur cet opus généreux, peuplé de 20 chansons. Les liens poétiques avec la nature et le monde rural sont récurrentes dans l’oeuvre de JLM, faut-il rappeler.

Ainsi, comme dans plusieurs albums de Murat précédant celui-ci, Babel met en scène grandeurs et misères de la campagne, y oppose ou y entrelarde le passé et le présent. L’alcool coule dans les boyaux humains. Les aînés meurent, l’arbre de la vie se trouve revigoré de n’avoir plus à gérer ses branches agonisantes, pendant que des petits-enfants en percent l’écorce et forment de nouvelles pousses dont on ne sait la destinée. Un monde rural s’éteint devant sa société désemparée. Un autre naît, s’apprête à combattre et construire. Les turpitudes campagnardes cohabitent avec cette vie qui bat et qui se souvient. Ruptures, adieux, cocasseries, romantisme, érotisme, souvenirs d’enfance, élans et finesses poétiques. Modernité et rusticité tressent leur dialectique auvergnate. Un jour se lève sur Chamablanc, des astronautes discutent dans l’espace.

Quant à la direction musicale, les mélodies et harmoniques typiques du compositeur trouvent encore de la fraîcheur avec ce Delano Orchestra, formation multi-référentielle. Massif Central et Appalaches, Deep south américain et centre hexagonal, sorte d’euramericana. Cuivres, claviers, cordes (violon, guitares, basse, banjo), lutheries électriques, lutheries acoustiques. Soul, afrobeat, bluegrass, folklore médiéval, folk rock, blues et bluegrass décantent dans les fluides de Murat lorsqu’on fait l’effort d’isoler ces références. Sinon, on s’emploie à pratiquer toutes ces langues dans Babel on n’éprouve aucun problème de compréhension ou de cacophonie.On ne ressent pas non plus l’envie de se disperser sur la planète entière. Cela étant scribouillé, n’allons surtout pas chercher de liens avec les écrits anciens; Babel est un nom de belle consonance, de surcroît un nom d’inspiration locale pour Murat dont la ferme et le studio jouxtent le village de Saint-Babel.

À l’instar de ses contemporains anglo-américains, de Neil Young à Bob Dylan en passant par Robert Plant, ce Babel est une autre pierre d’une oeuvre de plus en plus monumentale".

 

 

2)  M. Matthieu, dans l'article à lire ici, nous avait introduit "LE PETIT LAIT" dans.. les oreilles, "le petit lait musical",  émission consacrée à Christophe PIE sur RADIO CAMPUS.

On a eu droit aujourd'hui à la version longue de près de deux heures, avec encore plus de musique "qu'elle est bonne" !  Un petit peu plus de questions autour de Murat, des rancheros, mais ce n'était pas l'objet de l'émission. Ceux qui n'ont pas la collection complète trouveront une chanson des RANCHEROS, et la chanson écrite par Murat dans l'album "Sky lumina" de M. PIE. 

Vu que je suis sympa, je conseille aux amateurs d'imitation de bien écouter jusqu'à la fin... ou pas.

 

A  ECOUTER:

 

 

Le Petit Lait Musical : Christophe Pie (Version longue) by Le_Petit_Lait_Musical on Mixcloud

 
Une chro et du petit lait...

3)    Et pour finir, on termine sur l'annonce d'une autre émission de radio... qui lancera l'année 2015:

http://www.franceculture.fr/blog-au-fil-des-ondes-2014-12-15-jean-louis-murat-invite-de-radio-vinyle

 

 

 

 

Une chro et du petit lait...

 

4)  Et j'avais oublié de relayer l'information donnée par le Fb de Jean-Louis Murat:   les tee-shirts BABEL sont disponibles:

http://www.jlmurat.com/spip.php?article7

27.5 euros déjà porté... enfin, avec le port! 

Une chro et du petit lait...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Publié le 14 Décembre 2014

Et oh je vous rappelle que j'ai eu 5 ans...

Pour fêter ça, quelques photos un peu rares trouvées sur Facebook.... et pour commencer un petite EAU DE LA RIVIERE... avec deux séquences filmées hier... parce que "mon coeur fait [toujours] boum, boum"

De l'image...
De l'image...
(by A.Cossut)

(by A.Cossut)

De l'image...
E.Derveaux

E.Derveaux

Festimeuse

Festimeuse

Festimeuse

Festimeuse

(doc sur les RAMONES)

(doc sur les RAMONES)

jp lesage (Cluses)

jp lesage (Cluses)

De l'image...
C. GAYE

C. GAYE

Rockstore par P. NOEL

Rockstore par P. NOEL

2014 par P. Guiffard

2014 par P. Guiffard

De l'image...
Vif 2014

Vif 2014

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres