Publié le 28 Avril 2017

Ouest France et So Foot nous ont fait semble-t-il  une fausse joie l'autre jour, il y a un mois, en annonçant que Murat était pressenti pour être invité lors du Festival So Film à NANTES cet été. J'avais préparé l'article, j'avais le doigt sur "publiez"... et j'ai quand même cherché confirmation... qui n'est jamais venue. Et le programme officiel est désormais en ligne...Et on ne trouve pas de Murat, ni de Deneuve, ni de Marx,ni d'Asia Argento...  On reste donc sans nouvelle de l'artiste Jean-Louis Murat.

Tout ceux-là étaient indiqués comme  pressentis. Lionel qui a partagé l'article nous disait que l'année dernière,  tous les "pressentis" avait bel et bien été présents. De plus, puisqu'il  s'agit du SO FILM FESTIVAL,  3e édition,  on se dit que  Frank Annese avait bien de quoi  convaincre Jean-Louis. En effet, les liens semblent assez serrés entre eux... Interview dans So foot, dans So film... et finalement le clip de "vendre les prés" produit par SoFilm.  Il ne manquerait plus que Murat soit produit par Vietnam (le label maison, qui travaille avec H Burns -avec le fils de Denis Clavaizolle). 

A noter que Frank Annese se félicitait il y a peu sur fb de  l'excellente année de son groupe en terme de progression de chiffre d'affaire et de ventes...  Dans la presse écrite, c'est un bel exploit. Félicitation à lui et à ses équipes.

L'article de OUEST FRANCE:

Murat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes

Et vous savez quoi?  On n'a pas tout perdu : Je me rends compte que j'avais oublié de vous publier l'interview de Jean-Louis Murat dans SO FILM (N°40), parue à l'occasion de la promo de MORITURI. On y parle peu de musique mais de cinéma bien sûr. Et elle est très intéressante et pleine d'anecdotes!   Voici: (cliquez sur les photos pour voir en grand format).

Murat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes
Murat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes
Murat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes
Murat et le cinéma... et une invitation refusée à NantesMurat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes
Murat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes

Sharon Stone était en couverture du magazine, avec le nom de Murat sur le côté... Petit clin d'oeil amusant:  "le baiser", période DOLORES, aurait été écrit en regardant le portrait de la star...

"L'optimisme, selon Cioran, est un tic d'agonisant. Le spleen, selon Murat, une seconde nature. «L'autre, en s'en allant, tue ta meilleure part. Les cyniques croient que le désespoir me sert de système. Je me construis contre lui. Je rappelle que je viens d'une famille de dépressifs, de suicidés... et que je m'en passerais.» A chaque texte il accroche un pays, une image, quelque chose qui, au fond, lui serve d'échafaudage. Dieu n'a pas trouvé mieux est anglais, Perce-Neige, auvergnat, A quoi tu rêves, italien. Sur Aimer glisse l'ombre de Jeanne Moreau, pour laquelle il a composé un album. Tandis que Sharon Stone veille sur Le Baiser, où tombe une «pluie sacrée» qui évoque Corridor humide: «Le Baiser se réfère au sexe, et uniquement à cela», confirme bien Murat". l'express

 

Rappel:  MURAT et le cinéma (quelques articles pour prolonger)

http://www.surjeanlouismurat.com/article-cine-ma-cine-ma-cinema-cinema-47325575.html

http://www.surjeanlouismurat.com/article-les-inedits-de-the-end-etc-115305219.html

http://www.surjeanlouismurat.com/article-mademoiselle-personne-le-film-que-personne-n-a-vu-60473002.html

 

ET N'OUBLIEZ PAS DE LIRE  l'Interview de MANUEL ETIENNE et sur "le festival de la Bourboule"' où nous revenons sur les débuts de MURAT...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 25 Avril 2017

Bien que blogueur de niche, j'ai la chance d'être dans  deux/trois listings d'attaché de presse...   Je n'écoute pas tout, mais j'essaye de vous "attraper" ce qui me parait intéressant dans l'univers de "la française pop" ou de la sphère muratienne. Et ce qui déclenche automatiquement l'écoute, c'est bien sûr l'utilisation du français... que je trouve trop rare.  C'est pourquoi j'ai sauté sur  MANUEL ETIENNE et son disque "ni pluies, ni rien", qui a très longtemps tourné ensuite dans mon autoradio.  Les titres les plus énergiques "arcane 99", "la masse du vide", "la nuit remue" ou encore "ni pluies ni riens" et "hors piste"  sont très convaincants dès la première écoute dans leur pop/rock soigné, et  les autres titres, en respiration,  proposent des univers peut-être plus singuliers. J'adore le dernier titre "la masse du vide" avec l'utilisation de cordes sur un rythme endiablé. J'ai eu envie d'en savoir plus...même si c'est Bashung, Christophe ou Daniel Darc qui sont plus souvent convoqués pour parler de Manuel Etienne (le site électrophone écrit néanmoins: "un romantisme qui me ferait presque penser au Mustango de Jean-Louis Murat" à propos de "la nuit remue", d'ailleurs, l'album de Murat qu'il préfère, c'est comme par hasard Tristan). Malgré  un planning très chargé (une série de concerts dont un "aux 3 baudets"), il a trouvé le temps de répondre à quelques questions.

 

Alors, Bonjour Manuel,  ça baigne?! -j'ai honte-             (Manuel tout à droite, avec son groupe)

Inter-ViOUS ET MURAT- n°24:  MANUEL ETIENNE

- Quel est votre parcours musical ?

Manuel Etienne:   Gamin, je chante sur Wham!, Michael Jackson en sautant sur mon lit vosgien, avec une banane comme micro, il était temps que le CD arrive, tous mes 45T avaient presque rendu l’âme dans mon mange-disque (ça portait vraiment bien son nom ce truc) orange, le fameux Lansay – Buggy. D’ailleurs c’était mon nom d’artiste imaginaire : Buggy Lansay. J’ai commencé la guitare classique à 11 ans puis la guitare électrique à 15 ans, et monté mon premier groupe de rock avec des copains du lycée dans la foulée. Ça s’appelait Korky, on avait gagné un tremplin et le prix c’était : l’enregistrement en studio d’un CD 4 titres. A l’époque c’était quelque chose, surtout pour des gamins de 17 ans – enregistrer un CD on disait.

Entre ce temps-là et Ni Pluies Ni Riens, il y a eu No Pingouin (rock prog) à Nancy, Devenir Gris (un spectacle musical entre Philip Glass et Terry Gilliam) dans les Vosges, The Spangles (rock indé) made in Nancy, Lova Mi Amor (pop folk) sur Strasbourg, Toxic Kiss (pop garage) sur Strasbourg également, Charly Sun (folk) à Paris, la création d’un collectif à Strasbourg : Növalis Impulse (2004-2009) avec plein d’amis. On organisait des concerts, on sortait des albums et des compiles avec collaborations entre les artistes du collectif, il y avait un sacré vivier de gens passionnés (graphistes, musiciens, techniciens, vidéastes, chroniqueurs) qui s’étaient rencontrés au bon endroit – au bon moment.

Entre 1997 et 2007 je suis donc basé à Strasbourg mais la moitié des musiciens avec qui je joue est à Nancy, alors je fais sans cesse des allers-retours entre l’Alsace et La Lorraine, avec mes baskets, les sabots n’existant plus. Entre 2007 et 2009 Je fais une halte de deux ans dans les Vosges, j’y enregistre mon premier titre en français « Vague à l’âme » sous mon nom, je le poste sur MySpace, je deviens riche et célèbre. Ah non mince… ça c’est Buggy Lansay pas Manuel Etienne. Ce sont les proches qui m’encouragent à écrire plus en français. Jusqu’à présent, tout ou presque était en anglais. Puis entre 2009 et 2012 je suis à Paris où je monte avec mon meilleur ami Charly Sun tout en continuant Toxic Kiss qui entre temps est devenu Nancéien (pas facile à suivre hein…).

Et plus discrètement, j’écris d’autres chansons plus personnelles, introspectives, sans aucune barrière artistique ; je les enregistre avec des amis à divers endroits et DETAILS sort en 2012, totalement autoproduit. Je fais quelques concerts en solo mais je m’ennuie un peu. Je me souviens que petit, timide et farouche, lorsque je me sens seul, je parle avec des écureuils. Pas évident de monter un groupe de rock avec des écureuils, alors je demande à David L’huillier (batteur de Toxic Kiss) de jouer avec moi ces chansons. Il me présente peu de temps après Fabien Pilard (basse) qui me présente à son tour Tom Rocton (guitare, claviers, mpc). Le groupe tel qu’il existe aujourd’hui est lancé en 2013. Ensemble, on décide de vite refaire un disque, qui sonnera comme ce que l’on est. Fixer l’instant. On enregistre VAUDEMONT qui sort en 2014. On tourne puis on enregistre NI PLUIES NI RIENS en 2015 qui sortira en 2016, produit par Christian Quermalet que j’avais rencontré à Lyon en 2010 lors d’un concert de Charly Sun.
 

Christian Quermalet, derrière Silvain Vanot (il a arrangé le dernier album de celui-ci : Ithaque)

Juillet 2017 à Lyon.

 

 

 

 

 

 


- Est-ce que la présence de l'école de musique MAI a une influence sur la vitalité de la scène locale à Nancy? (même si je ne vois que Grand Blanc qui ait émergé du côté de Metz). Plus largement, peux-tu nous parler de la scène locale, des évolutions (pour la création mais surtout dans les processus de "diffusion"  de sa musique)  ?   (pour faire écho par exemple aux propos  des musiciens lyonnais  Sly Apollinaire, Voyage de Noz http://www.surjeanlouismurat.com/2016/02/sly-apollinaire-voyage-de-noz-et-mathis-rencontre-lyonnaise.html : ) 

Manuel Etienne:  C'est marrant que tu me parles de la M.A.I, j'y ai mis les pieds pour la première fois de ma vie il y a deux semaines. Un ami y est prof, il m'a invité une demi-journée pour discuter avec ses élèves, leur parler de mon parcours musical de 96 à 2016. Il voulait que je mette l'accent sur l'importance de dévorer toutes sortes de musiques, de livres, que je les motive à persévérer tout en restant droits dans leurs pompes, et surtout que je leur parle de la dure réalité des choses, de toutes les concessions qu'il faut faire car on est souvent bercés d'illusions à cet âge. C'est légitime, je l'étais aussi. A 18 ans je pensais que j'étais le meilleur, qu'au-dessus de moi c'était le bon dieu. Et encore, lui n'existait pas, j'avais un avantage.

En bref, j'avais quelques appréhensions et ça s'est très bien passé. Ils avaient des choses à dire, des questions également, c'était vraiment intéressant. Pour en revenir à ta question, je ne sais pas si la MAI a une influence sur la vitalité artistique de la scène locale, mais elle existe et j'ai plein d'amis musiciens avec qui je joue qui ont effectivement fait cette école. Mon oncle Pascal Parisot était prof au CMCN - l'ancien nom. Ce qui est sûr, c'est qu'il y a énormément de musiciens, de profs de musique sur Nancy, ça a peut-être un rapport.

A titre personnel, je n'ai - jusqu'il y a deux semaines - jamais rien eu à y faire. Donc je ne connais que très peu.

Ce que j'aime plus généralement dans cette ville, c'est qu'il y a une vraie solidarité entre les groupes (Hoboken Division, The Wise Dude's Revolver, Eddy la Gooyatsh, King Automatic, Mon Désert, Edouard Edouard, Dirty Work of Soul Brothers, Rich Deluxe, Toxic Kiss...), quel que soit le style. Il n'y a pas trop de sectes musicales. Tout le monde se connait, tout le monde joue avec tout le monde, je ne vois pas ici de rivalité comme j'ai pu le sentir sur Strasbourg, Lyon ou Paris lorsque j'y habitais. En même temps c'est plus petit. Mais les histoires de village ça existe aussi hein... ! On le sait tous. Sur Metz, je ressens la même chose. D'ailleurs notre groupe est moitié nancéien - moitié messin. Il y a plein de bons groupes ou de personnalités en Lorraine qui envisagent la musique de manière alternative. Tu parles d'émergence, mais pour moi l'émergence - celle qui m'intéresse - doit être artistique avant tout et ne va pas toujours de pair avec commercial.


Pour Ni Pluies Ni Riens, j'en suis heureux et reconnaissant, on a eu le soutien régional d'assos comme Muzik Live, l'émission Electrophone (Radio Fajet), RCN, Le disquaire La Face Cachée (Metz), L'Autre Canal (Smac de Nancy), Les Trinitaires à Metz, Bloody Mary Music & Records (booking, diffusion, Strasbourg)… sans eux ça aurait été plus compliqué. Ils nous ont vraiment fait confiance, presque aveuglement, rien que ça c'est déjà beau.

 

Est-ce que ça bouge ? C'est toujours pareil, dans tous les domaines, si une voile ne bronche pas par manque de vent, rien ne nous empêche de souffler dessus.

 

Inter-ViOUS ET MURAT- n°24:  MANUEL ETIENNE

- Pourquoi le passage au français? Qu'est-ce que cela implique? Et du coup, je vais te demander si tu avais quand même des références musicales françaises?

Manuel Etienne: Je suis passé au français parce que j’avais des choses précises et précieuses à dire et que mon niveau d’anglais ne me le permettait pas. Le français m’offrait une nouvelle liberté et ça me faisait marrer, c’était en 2009, la pop (en France) se chantait en anglais. Je sais qu’il y a des gens qui m’ont laissé sur place (vu que je viens du rock et du garage et qu’il n’y a pas pire « coincés du bas » dans le milieu) lorsque j’ai fait cette démarche, c’était d’autant plus excitant… j’aime bien enlever les cailloux blancs derrière le petit poucet de la brigade du bon goût. A la base je m’imaginais bien faire une sorte de variété lo-fi. Comme si les Moldy Peaches chantaient du Manset. On ne veut pas de ce que je fais, pas grave, je fais ce que je veux. Aujourd’hui que le français est à nouveau « fashion », je vais pouvoir repasser à l’anglais (ah ah ah !).

Ça implique que c’est beaucoup de travail me concernant. Il faut que ça ait du sens, que ce soit musical, et que ça résonne / raisonne pour l’auditeur, que ça fasse écho. Je suis un peu un psychopathe de la justesse dans l’écriture alors je reviens je ne sais combien de fois sur chaque texte jusqu’à ce que ça me plaise complètement. Moi, je ne me lève pas un matin avec des paroles toutes prêtes, un album inventé en rêve, avec l’arrangement pour tuba et cornemuse qui va avec, je n’ai pas ce talent. Il faut que je travaille, que je cherche (parfois ailleurs), il faut que ça m’amuse, et aussi il me faut l’aide d’autres gens si je veux aller plus loin.

Concernant mes références françaises, il s’agit + de chansons en français précises ou un album en particulier que d’un artiste dans toute sa globalité. Yves Simon, Christophe, William Sheller, Alain Bashung, Françoise Hardy, Katerine, Michel Delpech, Alain Souchon, Jean-Louis Murat (vous connaissez ?), Daniel Darc, Elli et Jacno, Etienne Daho, Georges Brassens, Pierre Vassiliu, Dominique A, Noir Désir, Albin de la Simone, il y a plein de choses que j’aime bien chez eux.

Même certaines chansons de Michel Berger (Seras-tu là ?), Véronique Sanson (Amoureuse) ou Daniel Balavoine (Lipstick Polychrome) je peux aimer. Ah merde ça y est je viens encore de perdre 10 points de popularité chez les punks, zut ! A moins que ce ne soit ça – être punk.

Mais pour être honnête, ça doit représenter 5% de ce que j’écoute, il est vrai. Je l’avoue. Alors j’essaye de développer une écriture un peu personnelle. J’essaye.

Pour Ni Pluies Ni Riens, au moment de composer, j’ai baragouiné un peu n’importe quoi en anglais, ça m’a aidé à me rapprocher de mes références, à trouver des mélodies « décomplexées », puis seulement après j’ai écrit en français. Comme ça j’ai pu garder ce côté anglo-saxon qui m’était tellement cher.


 

- Tu as vécu longtemps sur Lyon? Est-ce que tu as gardé une autre impression de la ville que la rivalité entre groupes?

Manuel Etienne: Je n’y ai vécu qu’un peu plus d’un an et encore je n’y étais pas tout le temps. Je ne connais pas assez bien pour affirmer qu’il y a une réelle concurrence entre les groupes, j’imagine bien qu’il y a des collectifs, des associations qui se bougent, des labels et des réseaux de groupes qui travaillent main dans la main, du moins je l’espère pour une ville aussi grande. En si peu de temps, il est difficile de faire des connexions et dans la musique je n’en ai pas fait, ça c’est sûr. C’est un ressenti personnel, j’y ai joué 5 ou 6 fois (Le Bistroy, Le Citron, un théâtre et d’autres bars dont j’ai oublié le nom…), à chaque fois j’y ai trouvé un public un peu « froid », « snob ». Peut-être que je n’ai pas eu de chance. A l’époque on m’avait proposé une date au Ninkasi avec Toxic Kiss, un de nos musiciens n’était pas disponible, j’étais dégoûté, j’aurais tellement aimé y jouer dans ce lieu. Ce qui est sûr c’est que la ville est très belle. Les pentes de la Croix-Rousse, le parc de la Tête d’Or, son jardin botanique, c’est magique. Et autour de la métropole, un détail qui a son importance pour moi, c’est illico presto - la nature. J’aime les deux. Le béton et la forêt. En 2010, j’y suis retourné avec Charly Sun, un duo qu’on avait monté à Paris avec mon meilleur ami, au Kraspek Myzic. Il y avait dix personnes ce soir-là et parmi elles, Christian Quermalet (The Married Monk) qui est venu me parler à la fin, il avait beaucoup aimé. On est resté en contact et l’an dernier il a mixé, produit Ni Pluies Ni Riens. Il n’est plus sur Lyon mais à Paris à présent.

- Je signale une jolie reprise live en compagnie de Christian Quermalet à visionner sur ta chaine youtube. Ton expression "variété low fi" confirme l'impression que j'avais à l'écoute du disque, de ne pas se trouver devant un disque qui se veut forcement rock, même si on retrouve aussi ce côté là (notamment sur le dernier titre où tu lâches un peu plus la voix). Est ce que l'idée était aussi d'être accessible ?

 

Manuel Etienne: En fait je ne cherche pas à correspondre à un public, une époque, à plaire ou déplaire. J’écris simplement les chansons qui me viennent selon l’humeur, l’instant, avec cette obstination à chasser le détail, la fantaisie, la sincérité. Je pense que Tom, David et Fabien ont le même raisonnement. Variété Lo-Fi je l’employais lorsque nous produisons des disques avec trois bouts de ficelles et puis je trouvais ça marrant d’être à la fois influencé par Daniel Johnston et Christophe pour donner un exemple. Le dernier album n’est vraiment pas Lo-Fi. Le prochain le sera peut-être, qui sait… Nous aimons tellement de choses, pourquoi se restreindre à une étiquette, un son, une mode.


- Plaisir personnel: tu cites Manset... je suis obligé d'y revenir puisque j'essaye de le citer à chaque interview. Est-ce que tu l'apprécies? plus certaines périodes?

Manuel Etienne: Ahahah ! Je dois être moins connaisseur que vous, ma femme ou encore mon beau-père, il ne faut pas que je raconte des conneries. Oui je l’apprécie beaucoup mais je ne connais pas encore toute son œuvre. Un jour je me le promets. « Sur Manitoba ne répond plus (2008) », j’adore « Dans un Jardin que je sais », « Comme un Lego » que Bashung reprendra sur « Bleu Pétrole ». Un disque que je n’aime pas d’ailleurs. Pour moi « Comme un Lego » sublimé par la voix de Bashung sauve l’album. En fait, il s’agit - encore une fois - plus de titres en particulier que d’albums entiers ou de périodes. « Attends… que le temps te vide », « La neige est blanche », « Entrez dans le rêve » (que je reprendrai un jour), « Je suis Dieu » et tant d’autres. On me parle souvent de La Mort d’Orion (1970), il faut que je prenne le temps de l’écouter.

 

 

- Obligations du blog: tu cites aussi Murat... j'espère que tu ne t'es pas senti obligé. Tu écoutes ses disques? Est-ce que tu peux nous citer un album préféré ? 3 chansons préférés (c'est mes questions rituelles...)

 

Manuel Etienne: Non j’ai toujours adoré sa voix, depuis gamin. Je ne connais pas tous ses disques (pareil, je vais y remédier un jour) mais de tous ceux que je connais, je pense que mon préféré c’est « Tristan » de 2008. A l’époque en 2004 j’avais beaucoup aimé « A Bird On A Poire » aussi, en collaboration avec Fred Jimenez et Jennifer Charles. Trois titres : « Les Anges Déchus », «L’Amour en Fuite », « Mustang ». J’ai droit à un quatrième ? J’aime bien « Le Cafard » sur son dernier. « C’est quoi le cafard ? Difficile à dire. C’est comme un buvard qui te boit la joie, te prépare au pire. »

 

- Peux-tu nous parler de 3/4 chansons de l'album, et nous raconter ce qui te tient le plus à coeur dans celles-ci, cela peut être l'inspiration, le texte, la musique, la production ou leur vécu depuis la création, le live.... ou tout ça....?

Manuel Etienne: La première serait Arcane 99. J’adore comme Christian a produit ce titre. Et pour des raisons sentimentales également puisqu’il parle de mon meilleur ami disparu dans un accident il y a un an et demi. J’imagine que je le retrouve sur une ligne de métro nommée 99. Il y a beaucoup de secrets que l’on aimerait connaître, de choses que l’on ne maitrise pas dans la vie. La chanson est un peu construite comme ça. Le clip d’Oliver Ramberti et Karina Perepadya, je l’aime énormément, ils se sont appropriés la chanson, les mots, en ont fait autre chose tout en respectant le sous-texte. C’est génial.

La Masse de Vide est mon titre favori en Live. Tom a écrit des arrangements terribles. Fabien pareil pour la ligne de basse, ça grince, c’est brut et sensible. David et son charley à la « Shaft » dans le break au milieu. Effectivement c’est le seul morceau de l’album où je me lâche au chant. Ce qui est assez rare, j’ai tendance à hurler et balancer les mots comme pour m’en débarrasser d’habitude. Je ne suis pas vraiment un « calme ». En société j’essaye de l’être mais à l’intérieur je bouillonne. Le texte, c’est le temps qui nous dévore.

Mon titre préféré aussi, la preuve:

- et une dernière?

 

Manuel Etienne: Kelly Capwell, parce que je crois que c’est le seul texte un peu drôle. Je fantasme que c’est Kelly qui à travers l’écran était folle amoureuse de moi et non l’inverse. Il y a un peu le second degré de « Succès fou » de Christophe. On aimerait être beau, alors on l’invente. Et musicalement je crois que l’on a réussi la combinaison cold wave 80’s et pop 60’s ce n’est pas fait exprès mais le résultat est marrant. Je pense que c’est un titre original. Et puis Robin Wright, quelle actrice !

J’aime toutes les chansons de l’album et je pourrais écrire un pavé sur chacune d’entre elles. En fait je n’aurais jamais osé mettre un titre sur cet album que je n’aime pas ou moins que les autres. Nous n’avons fait de compromis qu’avec nos vies privées pour le réaliser ce disque.

 

- ah, Kelly Capwell!! Mince, je n'avais pas fait le lien avec cette série qui avait captivé ma famille toute entière quelques semaines!!  Mais Parle nous un peu du titre "Béziers" qui pourrait être dans une réédition du livre  "Cette chanson qui emmerde  le Front National" du camarade Vignol (au côté du LE FLEGMATIC qui a aussi une chanson du même nom). J'ai vu que tu avais peut-être des connexions à Béziers (depuis que facebook nous permet d'espionner tout le monde). C'est l'origine du titre?    Mais peut-être faut-il préciser que c'est... un instrumental... qui est pourtant assez explicite... même si la douceur du sud est pourtant présente.

 

Manuel Etienne: J’y vais deux fois par an. Mes beaux-parents ont emménagé à Béziers pour se rapprocher de leur boulot (ils sont travailleurs sociaux), et aussi parce qu’ils aimaient la ville, quelques mois avant l’arrivée à l’autorité municipale de l’autre tête de nœud. Ils étaient un peu dégoutés. Il ne faut pas fuir devant la connerie, bien au contraire, et ils ont eu raison de rester. Je trouve ça courageux de leur part, ça va de pair avec leur boulot. Alors les cyniques me disent souvent que la plupart des biterrois l’aiment bien dans le fond ce maire et revoteraient sans problèmes pour lui. Je n’en suis pas sûr du tout, il y a plein de gens sur place qui se battent, résistent ; hors de question de se ranger du côté d’une majorité chauvine comme c’est la mode actuellement.

J’ai imaginé pour ce titre un documentaire sonore en me promenant dans la ville. Du haut des allées Paul Riquet (Roby il aime bien le théâtre, c’est classe. On l’y croise souvent. Le théâtre l’aime-t-il en retour ? Sûr que non.) Jusqu’au Plateau des poètes, j’ai compté à peu près 800 pas. D’où la marche rythmiquement parlant. Puis tout est dans votre question Pierre. C’est assez explicite effectivement. Que se passe –t-il dans ma tête durant ces 800 pas ? Il y a dans cette musique des paradoxes : agressivité - douceur, colère – apaisement, franchouillardise – ouverture. Sur chacun de mes albums il y a (jusqu’à aujourd’hui du moins) un morceau instrumental qui porte le nom d’un village, d’une ville. J’aime bien, la musique est assez forte pour se passer des mots, illustrer, évoquer une situation, une émotion. C’est magique.

 

- Si tu veux nous parler de tes autres projets, groupes etc... puisque tu sembles représentatif du jeune musicien actuel: être sur des multiples "projets"...


Manuel Etienne: Je joue dans Toxic Kiss. Un groupe créé à Strasbourg en 2002. Le line-up a un peu changé depuis les débuts. Nous avons fait 3 albums, un EP et un 45T. Nous sommes tous à Nancy à présent. On y retrouve le même batteur David que dans « Manuel Etienne » (bizarre de se citer, ça fait un peu Alain Delon). Influences punk, brit pop, soul, garage, indie. Le groupe était un peu en stand-by dernièrement, nous étions beaucoup pris avec David sur « Vaudémont » et « Ni Pluies Ni Riens » mais nous retournons en studio cet été pour un 4ème album. J’en suis super heureux.

Il y a également un spectacle musical à Strasbourg qui s’appelle « Billie(s) » avec le pianiste Sébastien Troendlé dans lequel je joue, écrit. Nous sommes 4 sur scène, c’est entre jazz, pop et opéra rock. On raconte une histoire, un secret (Billie) à travers un concert (et inversement). Il y a une scénographie, une mise en scène, j’ai co-écrit le texte avec Nicolas Turon. J’adore ce projet, c’est très fantaisiste comme j’aime.

Après quelques années de stand-by, il y a également le groupe Lova Mi Amor. De l’indie pop mais avec des instruments traditionnels et acoustiques, et un côté très folk donc. Ainsi que des influences qui débordent un peu des traditions européennes – africaines et cubaines notamment. Pareil que pour Toxic Kiss, nous allons en studio cet été pour un second album qui devait à la base sortir en 2009 je crois. Mais à l’époque, géographiquement, c’était mission impossible pour se voir. On refait tout.

Dans ces groupes je suis principalement chanteur guitariste et auteur-compositeur mais je suis également guitariste chez Rich Deluxe (Nancy – Pop Soul Garage) et Malaquet (Chanson Rock – Nantes) en renfort, pour filer un coup de main. Et c’est tout.

 
Merci Manuel!
 
Interview réalisée par mail du 17/01 au 11/04/2017
 
Retrouvez MANUEL ETIENNE sur :
sa Page Facebook
 
Manuel Etienne // Sortie d'album (3rd) Ni Pluies Ni Riens le 18 Nov 2016
Les Disques de la Face Cachée / Lafolie Records (distrib. Differ-Ant, Idol)
Booking : BLOODY MARY - Marie Vialle
contact@bloodymarymusicandrecords.com

 

- Premier album VAUDEMONT en écoute sur bandcamp (“Entre français et anglais, entre punk britannique et pop française, entre passé et futur, spleen rêveur et mur du son urbain, Manuel Etienne se taille un territoire bien à lui.” MAGIC – Mai 2014 –). On peut aussi y écouter "ni pluies, ni rien)

- Retrouvez Manuel avec les BILLIES:-
06.05.17 - Le RiveRhin de Village-Neuf

07.11.17 - L'Illiade (Illkich-Graffenstaden)

 

- Une autre interview (pour aller plus loin): site Skriber   (Dans la chanson, il s’agit d’évoquer des conditions en rapport avec ces riens. « Si la mort c’est du courage, je veux bien laisser ma place ». Dans ce cas, de quel courage te sens-tu capable ? ou As-tu déjà été confronté à ce vide ? )

 

- Quelques chroniques du disque: 

Indiepoprock (noté 9),

nosenchanteurs  Ni pluies ni riens fait partie de ces albums qui vous séduisent à la première écoute et que chaque nouveau passage révèlera un peu plus, cependant, tant on y découvrira de subtilités musicales, de sens caché.

addict culture  Sur ce disque,  Manuel et les trois autres musiciens qui composent son groupe parviennent à transcender la trame voix-guitare-basse-batterie en variant les atmosphères et les climats, et en instaurant des ruptures de rythme et de ton à l’intérieur d’un même morceau

LA MUSIQUE EN PLUS:

J'avais envie de refaire un peu de pub pour le bel album de BRIAN S CASSIDY dont j'avais déjà parlé  ici  (L'album "alpine seas" est sorti chez Microculture en novembre, et ça fait du bien par où ça passe. Les amateurs du "cours ordinaire des choses" et des Delano orchestra peuvent aimer...  Un américain d'Austin qui chante les lacs alpins, ça peut faire peur (ah, du folk indie barbant!!)... mais  c'est un petit bijou, avec une très jolie voix, et des orchestrations et des ambiances assez variées. Excellent pour le moment.)

A écouter ci-dessous le très beau: "the south" (et son banjo et son final avec choeur d'enfants, cordes)  et   "make believen" et ses cuivres... et sa rupture de ton en milieu de chanson. Magnifique.

Facebook de Brian   et l'album sur bandcamp

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #inter-ViOUS et MURAT

Publié le 19 Avril 2017

 

ça va? Je vous ai accroché avec mon titre?  Il n'est pas du tout racoleur! C'est la pure vérité... sauf que vous connaissez cet inédit depuis deux ans pour être des lecteurs assidus du blog. En effet, c'est le duo avec Marie Myriam sur "les adieux" que nous avons publié en exclusivité mondiale en 2015,  qui va sortir le 21/04 pour un album retraçant les 20 ans de carrière de la chanteuse ayant gagné l'eurovision il y a 40 ans maintenant.

Retrouvez le titre et son histoire dans l'article ci-dessous:

http://www.surjeanlouismurat.com/2015/03/archives-un-duo-jean-louis-murat-marie-myriam.html

Le duo doit dater de 98/99, et la chanson a été composée au moment de Dolores.

Un inédit qui sort en disque... et des liens en plus.

"Le 21 avril, la chanteuse dévoilera à l'occasion de cet anniversaire un double Best of "40 ans de carrière", avec ses plus grands succès, de "L'oiseau et l'enfant" à "Tout est pardonné" ; mais aussi avec six chansons inédites. Parmi ces dernières, un duo avec Jean-Louis MURAT "Les adieux" (dont elle avait repris il y a une dizaine d'années "Pars", créé par MURAT en 1989), ou un autre avec Nazaré PEREIRA ("Il nous disait Marie"). Notons par ailleurs, qu'au-delà d'un duo avec Pascal SEVRAN "For me formidable", deux autres avec le musicien de jazz belge Toots THIELEMANS sont présents sur le disque. "Pour mes 40 ans de carrière, un double album regroupant 40 chansons (dont 6 inédites) sortira le 21 avril. Nos retrouvailles sont proches" écrit-elle sur son profil Facebook". site Melody

On espère pour elle et pour Jean-Louis Bergheaud que le disque ait le même succès que le Gérard Lenorman.

 

L'AMI EN PLUS

Petit article sur le concert d'Eryk e de vendredi à Montmorillon:

http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Loisirs/Concerts-spectacles/n/Contenus/Articles/2017/04/19/Eryk.-e-en-toute-intimite-a-la-MJC-3072431

 

LE PODCAST EN PLUS

Yves Bigot a choisi d'écouter du Jean-Louis Murat dans l'émission Continent Vinyle. France culture,  L'interview ne s'y arrête pas vraiment. J'ai fait l'achat de son dernier livre "Je t'aime moi non plus", mais il n'y a pas consacré de pages à Murat (mais à Manset).  Toutefois, c'est un volume 1. 

 

LE RETOUR EN PLUS

Camille is back. On en reparlera peut-être, d'autant qu'elle sera en concert au Autrans Music Festival dont je vous parle depuis deux ans.

Baptiste Vignol s'en réjouit... en multipliant les références à murat (morte fontaine, Roche-Charles:

http://delafenetredenhaut.blogspot.fr/2017/03/la-folle-fontaine.html

"Il n'y a que Murat, qu'elle, pour avoir le cran d'assumer ça"

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 6 Avril 2017

La figure emblématique se tait dans ses montagnes... mais les petits eux se trémoussent dans la Limagne...

Du côté des "collaborations": des nouvelles d'Eryk e.,  re-sortie des "songes de Léo", et un peu de TDO

1)  Après une date au Sémaphore en mars, Eryk e. se produira dans une mini-tournée en avril.  Joli coup pour le médecin anesthésiste qui continue de vivre son rêve, et sa passion... Et ce n'est pas fini puisque le deuxième album est déjà écrit... sans la plume de Murat, même si ce dernier a prêté une oreille attentive, voire même les deux.

A RELIRE SON INTERVIEW par M    et une chronique de concert

 

13/04  Près de RENNES, Café Resto Papier Buvard,  44660 Soulvache, Site du café

dans le cadre du festival "OFF" du festival des Autochtones

14/04  MJC Montmorillon, là où Murat a joué il y a peu. Salutation à son Président.

15/04 Chatellerault (Saint-Genest-d'Ambière)   l'Improbable Librairie

28/29  04 Saignelégier (Suisse) 50e concours de "la Médaille d'or de la chanson" https://www.rfj.ch/rfj/Actualite/Region/20170202-Selection-connue-pour-la-Medaille-d-Or-2017.html

Site officiel du festival

ET une autre dernière date vient de tomber : LES 3 BAUDETS! 12 juin (carte blanche à la COOPE) avec Felzine, et Gema.

deux vidéos live que je n'avais pas encore partagées (je crois):

 

2)  Morgane Imbeaud, la voix féminine de "Charles et Léo", a connu bien des soucis (et des bonheurs, comme sa soirée à l'opéra de Clermont) avec ses "SONGES DE LEO" (première version)... Mais elle a réussi à le refaire revivre (en partie avec un crowfounding),  et le disque ressort aujourd'hui  (le 7/04), avec quelques chansons supplémentaires.  On rappelle que Murat a participé à l'écriture de quelques chansons en français.

Son concert de fin mars au Café de la danse a reçu des critiques élogieuses:

a) https://www.musicalavenue.fr/critique-les-songes-de-leo-nous-enchante-au-cafe-de-la-danse/

Avec de sublimes images accompagnant chaque chanson, on est totalement transportés dans un autre monde jusqu'à un atterrissage tout en émotions et en finesse. Pas un mot ne sera adressé avant ou après le spectacle, Les Songes de Léo se vit comme une expérience à part entière qui vous laissera sur votre petite nuage après être sorti de la salle.

b) http://www.paperblog.fr/8357009/de-cocoon-aux-songes-de-leo-morgane-imbeaud-poursuit-sa-route-sans-fausse-note/

c) http://contes.blog.lemonde.fr/2017/03/31/les-songes-de-leo-senvolent-grace-aux-chansons-de-morgane-imbeaud-et-aux-dessins-de-chaboute/

Côté voix, la chanteuse et pianiste n’a rien perdu de ses qualités vocales et musicales qui ont fait son succès à l’époque de Cocoon et elle les met au service de textes finement ciselés (en anglais et en français). Côté histoire, derrière de faux airs enfantins, le récit imaginé par Morgane Imbeaud est loin de ne s’adresser qu’aux enfants, il est même plutôt sombre et inquiétant pour les plus petits, et à mille lieues de l’univers à l’eau de rose des princesses Disney. A travers une série d’épreuves qui jalonnent son parcours (découpé en une quinzaine de chapitres), le jeune héros, mi-garçon, mi-chat, va devoir affronter la dure réalité du monde qui l’entoure et vivre des expériences douloureuses comme l’apprentissage de la différence, la solitude face au mépris des autres (Léo est né avec une seule oreille, ce qui lui vaut les moqueries des autres enfants), la séparation avec sa mère, la traversée d’une forêt peuplée de créatures mystérieuses, la dualité de la petite boule de plumes blanche rencontrée en chemin, à la fois une alliée pour le consoler et une redoutable ennemie qui cherche à le conduire à la mort. C’est précisément en se libérant peu à peu de l’emprise de cette boule ailée que Léo va apprendre à grandir et à devenir adulte.

SESSION LIVE SUR RFI à écouter

On attend un clip...

PROCHAINES DATES :  

Théâtre la Passerelle à Palaiseau le samedi 20 Mai

samedi 10 Juin à la Coopérative de Mai à Clermont Ferrand.

(Elle a partagé la scène à Orcines cette semaine avec The Delano Orchestra).

 

Du côté des "collaborations": des nouvelles d'Eryk e.,  re-sortie des "songes de Léo", et un peu de TDO
Du côté des "collaborations": des nouvelles d'Eryk e.,  re-sortie des "songes de Léo", et un peu de TDO

LA COLLABORATION EN PLUS

 - Et oui,  il faut parler aussi de MATT LOW.

Après la belle tournée de printemps, il sera le  Mercredi 12 avril,avec Julien Barbagallo à La Coopérative de Mai.

rappel: mon compte-rendu de concert

 

- Enfin, The Delano Orchestra participe à un spectacle musical qui sera créé en 2017 avec l'IVT d'Emmanuelle Laborit (Premier théâtre dédié à la langue des signes française (LSF), premier centre de formation et première maison d’édition d’ouvrages dédiés, International Visual Theatre (IVT), créé en 1977, est le lieu emblématique du réveil sourd, symbole de l’émancipation d’une langue longtemps interdite (reconnue officiellement en 2005).

Du 9 au 13 mai 2017 : les 40 ans d’IVT, une aventure en marche
IVT présente cinq jours de festivités : spectacles, films, conférence, livre sont au programme.

Ouverture en beauté le 9 mai avec le Prologue, forme courte de Dévaste-moi, mise en scène par Johanny Bert avec Emmanuelle Laborit et The Delano Orchestra. Ce spectacle musical sera créé en octobre à Clermont-Ferrand et en novembre 2017 à IVT.

Non, je ne ferai pas de commentaires... d'autant qu'on en apprend plus ici sur ce spectacle avec  "Une écriture visuelle et musicale où chaque chansons devient un fragment d’histoire mis en jeu dans un espace mental révélant des images onirique qui permettent de s’immiscer petit à petit dans l’univers de cette femme qui ne peux entendre mais qui traduit ce que son corps ressens".

Pour rappel, chacun peut toujours collaborer avec Alexandre Rochon régulièrement... en allant coudre et coller des pochettes du côté de sa boutique "NE RIEN FAIRE", car ne rien faire en travaillant, c'est toujours bien.

 

LE LIEN EN PLUS Qu'on n'en a rien à fout'e

Le jeu des 1000 euros était à Clermont le 17/03... Le Lucien Jeunesse actuel a parlé de Murat...et de Cocoon dans sa petite présentation rituelle :

Cet opéra municipal qui nous accueille, est l’un des lieux de culture de Clermont. Avec la maison de la culture, la maison des sports, celle du Peuple, la Coopérative de Mai, dédiée aux musiques actuelles, dans cette ville qui a vu naitre le groupe Cocoon et dont Jean-Louis Murat est un peu la figure emblématique.  

Aux dernières nouvelles, toujours pas de projet de remplacer Place de jaude ce vieil emblème de Vercinjenesaispastropqui par une statue de Jean-Louis Murat (l'idée de M. d'une statue de Christophe Pie n'a pas remporté non plus un écho dans les hautes sphères). 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 3 Avril 2017

Alain KLINGLER, "d'un muratien à un autre"

 Je crois avoir découvert le nom d'ALAIN KLINGLER dans le livre de B. VIGNOL, "le top 100 des chansons que l'on devrait connaitre par coeur" (à relire la sélection de Jean-Louis Murat et les chanteurs qui ont sélectionné Murat). Puisqu'il avait sélectionné du Murat (et du Manset) et qu'il était isérois, je l'avais contacté sur notre réseau social préféré à ce moment-là, et il m'avait dit être lecteur régulier du blog. Il s'est avéré ensuite que nous avions une amie muratienne commune, Isabel, kolokiste historique.

Nous avons eu ensuite quelques échanges (sur l'information d'un concert, sa  déception  lors d'un concert au Trianon de 2013 d'autant plus difficile à accepter que c'est une première alors qu'il a vu JL une vingtaine de fois...).   Puis, Alain était venu à la soirée "livre unplugged sur Jean-Louis Murat" que nous avons co-organisée à la Bellevilloise et même s'il ne s'était pas présenté "par timidité", il m'avait dit avoir apprécié la soirée et la prestation de Bertrand Louis. A ceci s'ajoute une ou deux occasions ratées d'aller l'écouter, vous comprendrez alors pourquoi ce vendredi 31/03... j'ai privilégié son concert intimiste au café des arts à Grenoble à celui de Frère Animal qui avait lieu à la Source (une infidélité à Florent Marchet causée par son acolyte Arnaud Cathrine: j'ai appris le concert suite à un de ses "like"! -Arnaud a invité il y a peu Alain Klingler au festival Tandem à Nevers-).

Après ces propos liminaires (et je vous épargne : le trajet, la météo, la ballade en vélo, les quais de l'isère juilletistes, le repas agréable au café), venons-en aux faits... ou plutôt venons-en aux émotions et aux impressions.

 

Le café des arts est un petit lieu intimiste et boisé, nos hôtes sont des élégantes ladies, en fait des bénévoles qui font vivre ce lieu depuis 1981. Un grand piano trône au milieu de la pièce pouvant accueillir 80 personnes.

 

 

Et voilà 21 heures, et Alain débute son récital piano solo  par une chanson ("panorama") inspirée du temps où il faisait de la promo à la télé notamment chez Christine Bravo, et autres petites putasseries (notamment se taper Julien Doré et Jude Law... "j'ai simulé"). C'est drôle, et apaisé, une façon de signifier en début de set qu'il avait fait "le deuil d'un succès populaire"? C'était ce qu'en disait déjà en 2013 à l'occasion d'une chronique de disque Valérie Lehoux.  Mais pour parler des chansons de Klingler, elles employaient aussi les termes de "difficiles et dérangeantes"... Je n'ai pas eu cette impression.  C'est parfois sombre, parfois cynique... mais on sait où on est (par exemple, "dans un resto, toutes les tables prises et trois chaises vides à la mienne" dans "j'étais là/avant"), on comprend ce que l'on nous raconte (aidé parfois par  les petits mots  de présentation agréables et drôles, prononcés d'une voix et avec une attitude qui m'évoquent Julien Clerc -"Assis dans un jardin marin", une chanson de 96 dédiée à Barbara, lui irait bien).  Et puis, on se laisse balloter entre chansons plus légères ("vacances jet set" à Canne La Braguette -référence à Ferré sans doute-, l'inédite "les deux Isabelle" sur Adjani et Huppert), les formats plus classiques ("Lausanne" et le très "jean-sébastien Bach" "je cours à ma perte") et celles aux tonalités plus intimes et originales, comme  "plus bas" inspiré du film "shame", "game boy", le poème "vale" de Catherine Pozzi, ou encore "un invisible écrasement" sur le final, avec la voix qui sort du registre intime et s'élève très joliment, même si c'est pour chanter "je fais le mort"). Une magnifique chanson. 

Cette diversité provient peut-être du fait qu'Alain ne chante pas seulement ses textes mais aussi les mots d' Elisa Point (auteur notamment pour Christophe), de Monsieur Poli et d'autres, et Alain m'a paru être un excellent interprète, maitrisant l'art du dialogue avec l'autre acteur du soir : le piano. Après avoir écouté deux de ses cd,  j'en suis maintenant convaincu: Sa version de "Sépulture" (de Charles et Léo) gravée dans son disque "j'étais là/avant" me parait plus belle que celle de Murat (et pas seulement à cause des miaulements de Morgane... quoi que...).

Je découvre que sur ce même CD (enregistré dans les conditions du live, en piano solo) figure en titre caché -après Vale-, une autre reprise:   "L'examen de minuit".  Belle surprise... mais la version live de Murat reste pour moi totalement indépassable.

Textes, interprétation... on en a parlé, ça c'est fait... Reste la musique et les compositions...Et là, encore, j'ai vraiment apprécié. "Les maisons louées", sonne comme un grand classique, le piano est vraiment magnifique et j'adore les variations de voix, les accélérations. "Assis dans un jardin marin" n'a rien à envier aux plus belles compositions de Julien Clerc. Sur un fil plus menu, à l'économie de notes, "Vale" est aussi un grand moment pour clôturer le set.

Et voilà qu'après un court rappel, Alain nous annonce qu'il va chanter une chanson d'un grand auteur compositeur français... Je sors mon appareil photo du sac... et c'est "Les jours du jaguar".... J'en ai eu des frissons. C'est sans doute ma préférée aussi.

En 2013, voici ce qu'il m'en disait: "Je tiens Les Jours du Jaguar comme étant la chanson la plus belle qui puisse exister, je me la chante tous les jours depuis 11 ans (12 ans ?) ! J'ai l'impression que jamais je n'en percerai le mystère".

Il y a plusieurs années il m'avait dit penser l'inclure dans son set pour une tournée canadienne, mais c'était bien la première fois qu'il l'interprétait en public. Ca me rendait le moment encore plus émouvant au vu de son "histoire" avec cette chanson.

La vidéo maison (avec l'aimable autorisation d'Alain Klingler):

Un magnifique cadeau... dont je rêvais un peu... et je n'ai pas été déçu... Sauf que ça n'a duré que 3 minutes...  Avec Murat, la satiété s'atteint à peine en 10 sur ce titre...

---------------------------

 

A la fin du concert, nous échangeons quelques mots. Il me parle de son impatience d'entendre à nouveau Murat, du "mou du chat" qu'il trouve "démente aussi"... et m'apprend qu'il se produit dans un autre spectacle...et qu'il y interprète "Le lien défait"! Ce projet s'appelle "Les Garçons d'Honneur", et est un tour de chant façon cabaret, parfois loufoque...  Des dates à Grenoble seront annoncés sur Grenoble fin juin, mais ils se produiront avant cela   en avril dans le Trièves (Le  Poulailler à Le Monestier-Le-percy) et  à Avignon (théâtre de l'atelier florentin) fin avril ainsi que pendant le festival, donc en juillet.

Teaser vidéo des "Garçons d'honneur"

------------------------------

 

Les disques d'ALAIN en écoute sur :

https://alainklingler.bandcamp.com/

Son site : http://www.alainklingler.net/

 

"le top 10 d'Alain Klingler dans le livre de Vignol

"le top 10 d'Alain Klingler dans le livre de Vignol

 

Dans cette longue vidéo, Alain Klingler cite Murat comme un des artistes qui l'inspirent parce qu'il a trouvé son "JE". On peut y entendre quelques chansons en piano voix.

LE LIEN EN MOINS

Une pensée pour la famille de Jean-Louis Murat, le vrai, celui de La Loire. Il avait été le seul "jean-louis murat" de facebook à me répondre quand j'avais tenté d'effectuer un sondage sur ce que ça faisait de s'appeler ainsi. Voici ce qu'il m'avait répondu:

Je m'appelle véritablement Jean-Louis Murat, ma famille est originaire de la Loire en bordure du Puy de Dôme. Je connais de réputation et quelques titres de Jean-Louis Murat le chanteur, j'apprécie beaucoup mais je ne cherche en aucun cas à rivaliser avec lui sur ce terrain.Que Monsieur Berghaud, le chanteur, ait pris le nom de Murat cela ne me gène pas au contraire; ils est un artiste remarquable,apprécié du public et par ses pairs,et d'une grande intégrité. Toutes des qualités que j'aime et je suis fier qu'il ait choisi le nom de Murat comme pseudo pour les faire vivre.

J'ai appris son décès.Sincères condoléances.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres