Publié le 28 Décembre 2017

Je suis très attaché à mes liens en plus... sans que ce soit une relation masochiste non plus... En voilà plein pour rattraper le retard. Certains relèvent vraiment de l'anecdotique (voire du remplissage), d'autres pouvaient bien faire un article, d'autres sont importants, mais doivent rester dans l'ombre d'un fourre-tout... même si cela me permet à nouveau de partager avec vous les mots de Matthieu.

LE LIEN D'OUTRE-RHIN ET DE SAISON EN PLUS

Un blog allemand nous propose une petite dissertation littéraire et musicale sur l'hiver... Et a sélectionné "il neige" de Murat.

https://rotherbaron.com/2017/12/26/musikalische-winterreise-teil-3/

Google traduction nous permet de comprendre le propos (je laisse tel quel la traduction: c'est plus amusant):

Par la dissimulation, la transformation ou la «fragmentation» des apparences communes dans la frénésie des flocons de neige, l'hiver leur permet de s'en détacher. Il nous invite à un état de contemplation contemplative, qui est l'exigence fondamentale de toute expérience mystique. C'est aussi perceptible dans une chanson de Jean-Louis Murat, qui tourne aussi autour de l'expérience de «naufrage» dans la neige. Le fait que le titre de la chanson corresponde à celui de Lise Martin peut aussi s'expliquer par le fait que tous deux viennent de la région Auvergne, c'est-à-dire d'une région aux altitudes où des expériences hivernales encore authentiques sont possibles. Né en 1952, Jean-Louis Murat - actuellement dénommé Jean-Louis Bergheaud - exprime son attachement à sa région d'origine en se qualifiant d'artiste d'après le lieu où il a grandi (Murat-le-Quaire) est.Mais surtout, ce chansonnier est proche du bouddhisme, dans lequel le renoncement au monde des choses matérielles et des phénomènes extérieurs est une condition préalable essentielle à l'avènement de la paix intérieure. Ainsi, «l'être supérieur» responsable de la transformation hivernale du monde dans la chanson lui ajoute autant de souffrance qu'elle-même, détruisant les fondements de la vie naturelle et donc de sa propre «création». Le «grand silence», le seul qui reste, apparaît d'abord comme un couteau que l'on tient à la «gorge nue». En même temps, cependant, c'est le préalable à une expérience révélatrice dans laquelle, dans un bref moment d '«omniscience» intuitive, le «mystère» de l'être devient accessible. Comme Mariee Sioux et Lise Martin (ici, surtout, dans les sons d'introduction), l'immersion intérieure de Jean-Louis Murat, provoquée par les chutes de neige, s'accompagne d'une musique contemplative qui reflète une rupture avec l'imagerie extérieure.

LES LIENS D'OUTRE-QUIEVRAIN EN PLUS

1) http://www.moustique.be/19937/la-bo-du-moment-glass-museum-murat-mathias-bressan-et-un-petit-coup-de-we-will-rock-you

Jean-Louis Murat a ressorti sa collection de Playmobil, ses autos Matchbox et est allé acheté un sac de gravier chez Brico pour le clip très conceptuel de Travaux Sur La N4, titre extrait d’un nouvel album 100% expérimental. "J’ai voulu faire un disque à l’envers ", se justifie le prolifique artiste auvergnat. On salue son audace artistique mais  on vous prévient: c’est un disque, disons, exigeant. Accompagné sur plusieurs esquisses par Morgane Imbeaud (ex-Cocoon), qu’on entend d’ailleurs ici, Murat colle des zestes de chanson, de l’électro minimaliste, du jazz et des divagations poétiques dont il a le secret.  Joli clip.

2) Gael est un magazine féminin belge... et ils trouvent Travaux sur la N89 propre à déclencher des déhanchements : "3 nouveautés qui vont vous faire bouger en 2018". Si!

https://www.gael.be/lifestyle/culture/musique-3-nouveautes-qui-vont-vous-faire-bouger-en-2018

On aime quand l’Auvergnat nous emmène par monts et par vaux, sur le chantier de sa créativité débridée, au carrefour entre le chant des oiseaux, les arrangements rétro et l’électro, le bruitage et les mélodies addictives. À l’écoute de cet ovni musical poétique, au détour d’une pensée pascale, d’une histoire d’amour, de dispute, de paternité ou de chat, on pense à certains concerts aux impros génialement en vrille que Murat nous avait offerts au début des années 2000.

LE LIEN MICROCRITIQUE EN PLUS

On n'a pas vu passé d'article dans le PARISIEN, mais E. MAROLLE (768 followers)  indique sur instagram que Ça fait du bien quand Jean-Louis Murat retente des choses..."Travaux sur la N89", nouveau chantier expérimental #Murat #Music

https://www.instagram.com/p/BdM8l4Un8Rh/

 

LE LIEN CLASSEMENT DE L'ANNEE EN PLUS

On avait déjà croisé le site "Clairetobscur.fr' consacré à la musique progressive dans ces pages (l'article qui parlait de cette musique à l'occasion de l'album BABEL.)

Les rédacteurs viennent de proposer leur TOP 2017, et on y trouve "Travaux sur la N89" dans un des classements. On apprend aussi en commentaire que l'album sera chroniqué.

http://clairetobscur.fr/tops-et-flops-2017/

 


LA CITATION EN PASSANT EN PLUS

"L’univers poétique, c’est toujours un peu « Bricorama » en action. Instinctif".

J'ai retrouvé cette citation dans mon article "babel prog?" indiqué ci-dessus alors même que Moustique.be parle aussi de "brico" dans son petit texte ci-dessus.  J'ai trouvé qu'elle collait bien à "Travaux sur la N89", qu'on a parfois dit d'une qualité "littéraire" moindre que les autres albums. C'est sans doute vrai, mais cela n'empêche pas d'imposer un "univers poétique".

C'est une autre citation qui est mis en avant sur le site entrepreneur.zen  (car il semble qu'on peut se développer personnellement en développant son portefeuille):

 

amen.

LA CHRONIQUE  EN PLUS POUR CONCLURE OU PRESQUE

Alain Birman dans Longueur d'ondes a aimé les travaux.

http://www.longueurdondes.com/2017/11/30/jean-louis-murat-3/

Ce nouvel opus abandonne la facture folk-rock prisée depuis le début du siècle au profit de l’électro. Les machines qui en 2000 accompagnaient la tournée Mustango, ont repris du service sous l’égide de Denis Clavaizolle, fidèle des débuts, en retrait (à l’exception de l’album Charles et Léo en 2007) durant la décennie écoulée. Parler de renouvellement est une évidence, un geste anticommercial assurément, car la matière musicale proposée, hors quelques fulgurances mélodiques, rechigne à caresser en frisant parfois la dissonance. Le propos assez peu perceptible au début du disque semble d’abord un rien désabusé, puis émeut au détour d’une ode au cocon familial, pour virer en comptine un peu plus avant. Des voix féminines, celles de Morgane Imbeaud et Sonia Hizzir, masculines aussi, Matt Low et/ou Alain Bonnefont, s’invitent au festin. Passée la première écoute un peu déconcertante, la proposition séduit. Par certains aspects, à l’instar de Lou Reed, Murat sort son Metal Machine Music, un geste dadaïste qui va faire couler beaucoup d’encre.

Un petit article sur le site a été ajouté à propos du clip:

http://www.longueurdondes.com/2017/12/24/jean-louis-murat-4/

Fin novembre, Jean-Louis Murat invitait à prendre la route entre Lyon et Bordeaux avec son dix-septième album Travaux sur la N89 sur lequel les guitares se taisent pour faire la part belle à une pop électro aux sonorités synthétiques. Un opus qui marque la renaissance de sa collaboration avec le claviériste Denis Clavaizolle. Réalisé par Yannick Demaison et Alexis Magand, le clip de ce premier extrait signe le retour de l’auteur-compositeur-interprète auvergnat qui suit ses inspirations, aussi étonnantes que déroutantes, dans l’immense chantier de la chanson française.

LE LIEN UN DOIGT EN PLUS DANS...

Pour l'intro, je te laisse libre, je préférerais éviter les allusions à Bataille, ça n'apportera rien (ou alors des emmerdes et de la fatigue).

Allez, bon week-end à toi. Tout ça (Bataille), comme disait l'autre, c'est du clapotis... Hélas, ce clapotis est aussi celui de notre (triste) époque...
 

Bon, bein, désolé Matthieu... On va en parler un peu, tant pis pour les emmerdes et la fatigue... puisqu'il ne s'est pas encore soigné: Le "Biographe" de Murat se gausse des ventes du dernier Murat en pourfendant, sa lubie,  "la critique servile" dans un article sur son blog

J'ai eu envie du coup de replonger dans les mails de Matthieu souvent implacables, devant le refus de dialogue  (ses propos ont d'ailleurs une portée beaucoup plus larges par moment: il nous explique l'impossibilité de dialoguer avec certains). Et pourtant, au départ, M. était prêt à estimer le bonhomme, qui osait faire une bio non autorisée, qui de sa province, pouvait à juste titre critiquer un peu les gens établis... Je vous livre quasi-intégralement les propos de M., parfois un peu répétitifs, il est vrai que c'est un épisode qui a été désagréable pour lui. Il n'aimait pas les conflits...

D'ailleurs, si je n'ai jamais publié la critique complète de "coup de tête", c'est que Matthieu m'en avait dissuadé:

Non, je ne crois pas que ce soit une bonne idée. Dans un de mes commentaires (supprimé depuis), je lui faisait remarquer que, en supposant que JLM ait quelque chose contre son bouquin, il ne pourrait de toute façon rien faire pour que Bataille admette que son travail puisse laisser à désirer sur tel ou tel point : quand JLM ne fait pas de commentaire, ça veut dire que Bataille a raison ; s'il ne lui fait pas de procès, idem ; si, à l'inverse, il déchire le livre, c'est qu'il gêné par la vérité, donc que Bataille a raison... Le principe d'une idéologie totalitaire est que, quoi qu'il arrive, elle interprétera toujours la réalité comme lui donnant raison. Toi, quoi que tu dises ou écrives, tu resteras un mec jaloux de ne pas avoir publié un bouquin dans une grande maison d'édition, hystérique, aveugle, ne connaissant rien aux réalités du système, etc. Le dialogue est pratiquement impossible. Regarde, lorsque j'ai sorti l'extrait de Fred Hidalgo confirmant que JLM était prêt à bosser sur une biographie avec Théfaine, il a réagi en balançant un extrait du mail de Yann et en expliquant que les témoignages du fils et de la mangeuse (censée être tarée, par ailleurs) de Murat avaient quand même plus de valeur que celui d'un obscur directeur d'une revue disparue depuis dix ans. Et quand je lui fais remarquer qu'il ne parle pas tout à fait de la même manière de Kemper* qui a pourtant un profil comparable à Hidalgo, alors là, il efface tout...
                                      *NDLR: Kemper (qui a chroniqué "coup de tête") était  par ailleurs  dans la même maison d'édition que Bataille... Et pour en parler, Bataille le présentait sur son blog...avec comme seule mention oh combien honorable: "ex-chorus"... La mesure de la valeur évolue vite chez M. Bataille.
 
     En plus, le souci est qu'il multiplie tellement les approximations, les propos malhonnêtes et les inexactitudes, qu'il faudrait tout démonter point par point pour lui répondre de façon efficace et que du coup tu te retrouves à écrire de longues analyses qu'il traite de logorrhées... Bref, ce n'est pas tenable.
     Prends l'exemple de Télérama et des Inrocks, qu'il accuse de complaisance. Bien sûr qu'historiquement, ce sont deux journaux qui ont largement soutenu Murat, tout le monde est d'accord là-dessus. Mais si l'on rentre un peu dans le détail, on peut sortir des propos mitigés d'Arnaud Viviant, le billet dur de Conte, des jugements très négatifs de ce dernier contre Grand Lièvre... Et quant à Télérama, on ne peut pas dire que l'ITW de Lehoux pour Babel ait été un modèle de cirage de pompes, c'était même plutôt un entretien un peu rentre-dedans et il était très bon. Les jugements émis dans Les sonos tonnent ne sont pas toujours très élogieux non plus. La réalité est donc plus contrastée que la caricature qu'il en fait. Quand Renaud tacle JLM sur les 22 une de Libé, ça a le mérite d'être drôle et argumenté (au moins dans sa longue réponse à Murat).
 
      Par ailleurs, il utilise des arguments dans tous les sens, sans cohérence : d'un côté, il accuse les Inrocks de censurer son livre parce qu'il y rappellerait deux ou trois punchlines envoyées par Murat au journal ; de l'autre côté, il accuse ce même hebdomadaire d'être trop complaisant envers Murat... qui a sorti ces propos qui ont fait qu'il n'a pas parlé du livre ! Donc, le journal censure le bouquin, mais pas le type qui a critiqué le journal (?)
      Pareil pour Manœuvre. Un coup, R&F est accusé de censurer son livre parce que Bataille aurait écrit du mal de Manœuvre dans son bouquin sur Indochine. Un autre coup, ce serait à cause de la déclaration d'Hébey contre Manœuvre dans la bio de Murat. Sauf qu'en 2011 ou 2012, je ne sais plus, Bataille se demandait sur son blog si Manœuvre n'était pas le "Goebbels de la presse rock"... À un moment donné, tu ne peux pas passer ton temps à insulter les gens, puis te plaindre qu'ils t'aient un peu dans le pif. La figure du paria, c'est une figure qui hante la droite extrême dans ce pays (cf. Le Pen pendant des années ou aujourd'hui Soral et Dieudonné). Mais alors le paria dénué d'humour sur soi, c'est terrible...
      Enfin, pour te dire : j'ai retrouvé l'autre fois un post de cet été où il s'en prenait à une maison de disques à cause d'une faute de frappe dans un tweet ! Le mec les insulte pour ça... Idem pour Nuc quand il se goure sur le titre d'un album dans la nécro de Delpech. Ou pour R&F qui n'a pas mis un "s" à interview sur une couverture, pour la rendre plus vendeuse. Mais alors lui, interviewer son employeur (Assayas) pour Causeur et déformer ses propos pour réussir à titrer "Causeur est rock !", déontologiquement, ça ne lui pose pas de problème... Tout est comme ça. Il donne des leçons d'élégances à Altlantico et se comporte grossièrement avec Bettina Rheims, au lieu de tout bêtement admettre qu'il y a eu erreur de communication. Il joue les rebelles, puis te menace (et moi l'année d'après) de poursuites judiciaires. Il se plaint d'être bloqué sur Twitter, puis censure mes commentaires... Tu vois, commencer à lui répondre, c'est entrer dans une guerre sans fin dont il ne peut être que le vainqueur, puisqu'il n'est pas prêt à envisager le contraire.
 
     Voilà, c'est de ma faute, on perd encore du temps avec ce mec. Pffffff.... Allez, à plus.
 
 
Après avoir professé le mépris, Matthieu est allé commenter sur son blog, et Bataille, acculé par ses arguments, a effacé tout cet essai de dialogue que Matthieu m'avait un peu résumé ici:
 
Ah, Bataille, ça fait quelques jours que je ne lui ai pas rendu visite... En même temps, à chaque fois que je l'interpelle, il me fait un procès en anonymat, puis s'écrase dès que je développe (longuement, il est vrai) quelques arguments...
 
"Edit: notre téméraire Olivier Nuc, l'homme qui voulait lire Jean-Louis Murat : Coups de tête avant tout le monde (au nom du Figaro) pour finalement n'avoir ensuite "rien à en dire" (selon ses propres termes), a visiblement mal pris ce présent post puisque, à son tour - après Valérie Lehoux (Télérama...) et Christophe Conte (Les Inrocks...), il vient de me bloquer sur Twitter ! Mini-Strike ! C'est trop d'honneur Oliv', merci ! J'espère que tu seras à nouveau le premier à lire mon prochain livre."
     Ça, c'était hier, mais il en a remis une couche depuis sur Nuc/Lehoux...
 
     Sur son blog, on peut toujours lire ce commentaire laissé sous un article précédent :
 
"Jeudi dernier, Sébastien Bataille regrettait d'avoir été bloqué sur Twitter par deux de ses confrères et s’indignait de cette mise à l'écart en ces termes :
 
« Ces âmes sensibles se permettent d'insulter à tour de bras ceux qui n'ont pas la carte dans leurs médias ou sur les réseaux sociaux, le plus naturellement du monde, mais dès qu'on vient les chatouiller eux, ils ne l’acceptent pas. Étonnant non ?
Ces petites natures intouchables n'ont pas vu grand chose dans leur vie de bobo on dirait. »
 
Deux jours plus tard, M. Bataille supprimait trois commentaires rédigés par un lecteur attentif [M] en vue de compléter certaines de ses approximations, de corriger ses inexactitudes et de pointer du doigt le caractère très relatif de son impartialité.
Il effaçait également les quelques commentaires laissés précédemment par le même lecteur au cours des dernières semaines et faisait disparaître de ses propres articles les injures et menaces de poursuites qu'il avait émises à l'encontre du commentateur en question.
 
Samedi 20 février 2016 : le jour où Daniel Balavoine s'est retourné dans sa tombe, gêné d'être vénéré par un censeur…"
 
     En revanche, cet autre a été effacé :
 
"Je rappelle, cette fois à vos "milliers de visiteurs mensuels", qu'en remontant dans les archives de votre blog, ils pourront aisément constater que vous recommencez (déjà) à user d'un procédé d’auto-victimisation commerciale utilisé pour votre ouvrage sur Duran Duran... Dont le principe est grosso modo le suivant :
a) j'annonce avant la sortie du livre que ces gros-tocards-de-journaleux-français-qui-n'y-connaissent-rien ne vont pas parler de mon livre-inattaquable,
b) une fois le livre-parfait en question sorti, je reproche jusqu'à la fin des temps à ces merdeux-lâches-et-malhonnêtes de ne pas avoir parlé de mon chef-d’œuvre…
En même temps, c'est dans les vieux pots qu'on fait… vous m'avez compris."
 
      Ouais, ouais, ouais... Ben, il faut s'habituer à l'idée qu'on va entendre ce bruit de fond pendant toute la compagne promo de JLM... C'est le vieux principe gauchiste provocation-répression-mobilisation mis en œuvre par l'autre bord politique : je cherche la merde, puis je m'étonne que ce soit la merde. J'insulte, puis je me pose en victime du système bien-pensant-bobo-politiquement-correct... Ça vole haut...
 
      Allez, bon appétit (je sais que tu lis ce mail à la cantoche, en mangeant un plat de lentilles).

 

Matthieu a été très affecté je crois par cet épisode, suspectant même que le Monsieur vienne poster des commentaires désagréables ici, ou lui accordant une petit effet dans l'évolution du traitement médiatique de Murat.

  Pour revenir à Murat, tu sais que la bio a pu lui faire du mal : sincèrement, quand tu lis la soi-disant compilation de pur "nectar" de je ne sais pas quelles conneries d'aphorismes, enfin bref, la section où Bataille se sert de JLM pour régler quelques comptes et l'arrimer au camp des gros réacs provocateurs qu'il adore, sans aucun souci de donner un aperçu exact d'une pensée, ni même de concevoir un réel recueil d'aphorismes, bref, quand tu lis ça, tu n'as pas forcément envie de passer un moment avec Murat... Le coup de la tarlouze dont on se demande comment il fait jouir sa femme, puis du trop grand nombre de noirs en équipe de France, puis de la brouteuse, puis des féministes qui sont toutes des salopes, heu... comment dire... Ça peut être un peu étouffe-chrétien quand on ne connaît pas le bonhomme ou qu'on n'a pas l'esprit ranchero. Il suffit que quelques attachés de presse influents ait lu le bouquin (pour leur travail) et ça peut dissuader certains de l'inviter. C'est une simple hypothèse.

Attention, je n'ai pas écrit que c'était la faute de, mais que le livre avait pu jouer un rôle. Et ce n'est pas parce que les propos cités sont bien de Murat que la compilation de Bataille n'est pas malhonnête pour autant. Tu veux qu'on cherche ensemble les déclarations de JLM sur les féministes (tiens, dans Point de vue), Les Inrocks ou le rap qui vont totalement à rebours de ceux que cite Bataille ? Sa compilation n'est ni un aperçu aussi exact que possible de la pensée muratienne, ni un recueil d'aphorismes, la moitié des citations n'ayant rien de drôle (alors qu'avec Murat, il y avait de quoi faire !). Nous savons l'un et l'autre que si le discours public de JLM se résumait à ce qui est compilé dans cette section du livre, nous ne nous intéresserions pas autant à ce qu'il fait depuis des années ni toi, ni moi, ni un certain nombre de muratiens d'ailleurs (je n'inclus pas Didier dans le lot)... C'est tout ce que j'ai voulu dire, je ne le dédouane en rien (souviens-toi d'ailleurs des circonstances dans lesquelles tu eus ce coup de foudre pour moi - qui contribua à ta perte - à la Fnac de Lyon, alors que je lui reprochais de virer vieux con...).

 

Je pense que cela n'a peut-être pas été sans influence sur les futurs travaux de "biographe" (pour le coup, ça mérite ce nom) de Matthieu...  et pour autant, on se disait: "voilà, il suffisait de passer quelques heures à l'INA ou dans les archives de la Montagne" pour avoir des informations, et cela toujours en ayant un œil critique, oeil critique qui le conduira à faire son "manifeste de l'esprit libre": son article qui compile une bonne part des propos les plus virulents contre Murat (article pour masochistes) mais là encore avec recul. J'espère que 'Matthieu aura bien vu que l'article a été publié. Il a mis plusieurs années à l'écrire. Je l'espère tant (d'après la date de publication, il aurait pu le voir).
 
Allez, pour être complet, voici encore quelques propos de M :
 
Tu l'as sûrement déjà lu, mais dans le doute, je t'envoie un extrait du commentaire que Fred Hidalgo avait laissé en 2013 en réponse à Didier, sous son article sur le décès de Jean Théfaine. Si jamais tu écris un jour ta critique du bouquin de Bataille, tu pourras l'utiliser (si tu veux), il détruit l'un des ""arguments"" auto-promotionnels de l'auteur (celui qui consiste à dire, en l'attribuant à Marie Audigier, que JLM s'est toujours opposé à tout projet de biographie, propos inévitablement suivi de la mention : et on comprend pourquoi quand on lit mon superbe livre !!!). On le savait déjà, mais là ce sont les mots d'Hidalgo lui-même qui, dans le domaine de la chanson, est un peu plus une "référence" que certains journalistes dont Bataille se félicite d'avoir obtenu les éloges...
 
Un peu plus tard:
 
Tu as vu, Hidalgo vient de donner des détails supplémentaires sur la biographie qu'a toujours catégoriquement refusée Jean-Louis Murat... C'est amusant, parce que sur la même page, Bataille écrit que JLM ne se retourne jamais en arrière. Sauf qu'à la même époque, il reprend Passion Privée sur scène, garde deux des titres sur sa tournée suivante, reforme Clara le temps d'un concert et envisage de sortir les enregistrements du groupe... Mais à part ça, il ne se retourne jamais. Tu me diras que JLM ne doit pas être le sujet le plus simple pour une bio, je veux dire une bio sérieuse.
     Allez, ne polémiquons pas avec ce garçon outre mesure, il viendra de lui-même sur le blog et lira. Et quand il verra dans un même article deux ou trois infos à côté desquelles il est passé, bah... il ne se remettra pas en question, mais ça le regarde. Qu'il nous serve de contre-modèle dans notre travail pourquoi pas, c'est un moteur comme un autre ; mais ne nous épuisons pas à essayer de lui démontrer ceci ou cela. Ce serait une perte de temps et nous finirions par nous comporter aussi connement que lui.
 
    
Oui, en effet... Mais que ce soit clair, je publie tout cela pour faire parler Matthieu encore un peu... et il est hors de question de polémiquer ensuite ou de répondre à ce monsieur. Il n'en vaut pas la peine:
 

Je ne comprenais pas vraiment ton histoire de chronique de Morituri par la copine de Bataille, mais je viens de lire et de vérifier : donc, le mec considère comme le seul article intéressant sur le disque celui écrit par... sa compagne, qui en profite dans cet article pour souligner à quel point la biographie signée... par son mec est excellente ?! On parle bien du type qui fait un caca nerveux quand R&F pratique une titraille un peu limite ou qui insulte Nuc parce qu'il s'est trompé dans le titre d'un album de Delpech dans sa nécro ? Du mec qui se pose en professeur de déontologie dans la moitié de ses articles ?! Heu... Bon. Soit. Après tout... Je serais curieux de voir ce qu'il vaut dans son job de travailleur social ce gars-là...
   

Sans commentaire (pas de trève de NOËL pour les con.fiseurs).

Merci pour tout Matthieu Guillaumond. Tu nous manques.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Travaux sur la N89

Publié le 26 Décembre 2017

En premier lieu, j'expie:   J'ai fauté, j'ai oublié ma litanie, mon crédo, ma confiture... En pleine promo, j'ai lâché l'affaire, et vous ai lâchement abandonné. Et bien, je l'ai très bien vécu. Alors vous avez intérêt à être gentil avec moi... En plus, après 8 ans d'ordi portable sur les genoux devant la télé (oui, ça explique un peu la qualité de ma production), mon cou commence à mal supporter la position.   Et Murat, lui aussi, il a intérêt à reprendre la route, vers des salles de concert, parce que ça ne suffit pas du tout de se masturber les manettes en studio. Il peut reprendre le manche ou se faire aider par des machines, peu importe: on veut du plaisir...

Euh,.. bon, j'écris sous état grippal, un peu fiévreux.. donc, j'ai des excuses. Si, j'en ai.

 

1) Et en plus, sachez que j'ai mal à la tête...  D'autant plus après avoir travaillé sur les chiffres de vente de Travaux sur la n89. Addition, soustraction, et tableaux excel avec des classements qui n'étaient pas présentés de manière identique et avec ce qui m'apparait comme des incohérences, j'ai frisé le burn out... et puis autant vous dire, que ça ne met pas en joie non plus. 

En effet,  même les fans ont déserté. La première semaine, l'album est rentré au 56 e  rang (physique et download) ou 73e (avec le streaming) pour un total de vente de 1860 ventes (dont 156 téléchargements et 80 vente streaming). Morituri avait été vendu à 2455 (18e). Auparavant, seul Tristan avait fait une entrée plus timide à la 24e place.

En 2e semaine, 762 ventes et 49 download (162e  ou 115e pour le classement vente album physique).

En 3e semaine (8/12 au 14/12), 542 ventes physiques (164e)...

L'absence de promo télé, le peu de radio sont préjudiciables à la petite vie de cet album... Je pense aussi que  beaucoup n'ont pas osé aller plus loin que leurs premières impressions en ne procédant pas à l'achat.... alors que c'est un album qui se découvre après plusieurs écoutes.

Petit réconfort... enfin, gros:  INDOCHINE est toujours au top avec le dernier album, qui contient une chanson de Murat. 12 000 albums encore vendus (début de décembre) alors que l'album est sorti en septembre! (Daho lui a vendu 16 000 disques en première semaine avec Blitz).

2) Le camarade Baptiste Vignol,  hyperactif depuis quelques temps (je n'ai même pas réussi à vous parler de toute son actualité livresque: là, il vient de sortir son "Barbara" ) a quand même réussi à nous écrire sa petite chronique sur TRAVAUX SUR LA N89. Et l'amateur de chansons françaises a apprécié...

http://delafenetredenhaut.blogspot.fr/2017/12/travaux-sur-la-n89.html

Un peu plus loin dans le blog, une interview intéressante de Gérard Davoust à propos de Renaud.

3)  Matt Low vient de terminer son marathon d'une chanson par semaine... ET il termine pour la 21e avec une nouvelle mise en musique de Murat:

C'est quoi c'type
Qui va sur l'Avenue ?
Est ce bien moi
Qui monte (hue!) une rosse ?
On dit Bijou
Rue de Paris
Que je monte une rosse

C'est quoi c'kid
Qui va sur l'Avenue ?
Est ce bien moi
Qui monte (hue!) une rosse ?
On dit Bijou
Rue de Paris
Que je monte une rosse

Monter une rosse

C'est quoi c'type
Qui va sur l'Avenue ?
Est ce bien moi
Qui monte (hue!) une rosse ?
On dit Bijou
Rue de Paris
Que je monte une rosse

Monter une rosse

Quel idiot
C'est le roi
Pour l'été
Qui s'en va
A St Cloud

Quel idiot
C'est la reine
Qui s'en va
Pour l'été
A St Cloud

Et on n'oublie pas  non plus , messieurs dames,  la version excellente de "comment fait-tu ça" (signé aussi Murat) en duo avec Alain Bonnefont et une voix qui me parait de plus en plus grave...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Travaux sur la N89

Publié le 15 Décembre 2017

... Ah, mon Dieu, qu'on perd vite le fil...  Déjà 10 jours que je n'ai rien publié... J'avais pourtant quelques actus sous le coude.

Enfin, soit...  Voilà donc une interview passionnante... certes, où l'on s'amusera  du retournement de veste de cow-boy au profit d'un sweet à paillettes... en terme de référence musicale mais ce n'est pas la première fois... Je préfère en tout cas ça au discours "je n'écoute rien, que des vieux disques, et dans ma voiture"...   La réponse sur Denis est intéressante car elle élargit nos connaissances sur leur relation, la remarque sur Marie Audigier est plutôt rigolote (et fera une phrase supplémentaire sur un article : "murat est-il meilleur quand il est malheureux?")...  et enfin, Murat nous ouvre une nouvelle perspective de lecture en parlant de 1789 pour parler de "travaux sur la n89". Je note aussi que j'avais bien vu la référence à CORDES... qui est le château de Cordes où a été enregistré en partie Cheyenne autumn.  Là, encore, Murat indique qu'il a semé des petits cailloux nombreux dans le disque... Ne le décevez pas: essayez de les retrouver... (cf la voix de Freud... pour penser à Matthieu) 

http://www.lesinrocks.com/2017/12/14/musique/video-en-exclu-et-entretien-rare-avec-jean-louis-murat-artistiquement-le-flou-de-lidentite-sexuelle-fait-tout-111021440/

À la sortie de Morituri (2016), ton précédent album, tu avais laissé planer le doute sur ton avenir discographique et te revoilà déjà avec Travaux sur la N89, seulement dix-huit mois après…

Ça m’a pourtant paru infiniment long. Dix-huit mois, c’est le temps de faire deux bébés… Je ne suis pas non plus un esclave. Ce n’est pas parce que l’on qualifie mon album de “merde” que je vais m’arrêter pour autant. Ma discothèque est d’ailleurs remplie d’albums qualifiés ainsi à leur sortie ! Dans la musique, les gens sont quand même un peu tordus. Quand on descend l’un de mes disques, j’ai de grandes chances qu’il soit réévalué avec le temps. Ce n’est donc pas une appréciation critique négative qui me fait quoi que ce soit.

Comme le titre de l’album le suggère, tu es parti sur un nouveau chantier, en remisant les guitares au placard…

Je n’ai effectivement pas apporté une seule guitare en studio. Depuis Robert Fripp et Sonic Youth, la guitare a craché tout ce qu’elle pouvait cracher. Alors, à quoi bon ?

Pourtant, la plupart de ta discographie est nourrie par la guitare.

C’était ma période d’esclavage. Sur Babel (2014), j’avais essayé de sortir du Middle West pour m’ancrer à La Bourboule. Fini le folkeux hors sol, place au chanteur AOC. Comme je le disais récemment à mes amis de Clara, mon premier groupe, nous avons commencé la musique à la fin des années 70 avec des machines : Minimoog et boîtes à rythmes lambda. Je me souviens que sur nos affiches de concert, nous avions écrit “rock européen”. Avec Travaux sur la N89, je suis content qu’il n’y ait plus rien de Californie, des Rocheuses, de l’Iowa ou du Tennessee. J’ai liquidé mon rapport de vassalité trop élevé à la musique américaine.

Pour ce disque, tu as retrouvé Denis Clavaizolle dans son studio de Cournon-d'Auvergne.

Je suis arrivé chez lui les mains dans les poches – ça l’a rendu dingue. Je n’avais rien de rien, même pas le début d’une maquette. Nous n’avons donc fait que des expériences sonores. J’essayais, par exemple, des boîtes à rythmes d’après leur couleur… C’était très très fun. Au bout de cinquante-et-un jours de studio, Denis m’a foutu à la porte. Il en avait marre, et je suis parti en courant.

Comment se sont passées vos retrouvailles ?

Avec Denis, nous sommes arrivés à la conclusion que nous étions parfaitement complémentaires et redoutablement efficaces au travail. Pourtant, on ne s’entend pas du tout. Nous ne sommes d’accord sur rien et nous ne serons jamais amis. Alors, on a fait un deal à la Jagger/Richards, en évitant tous les sujets qui fâchent et en restant uniquement concentrés sur le travail. Comme j’exagère tout le temps, Denis me supporte jusqu’à ce qu’il finisse par exploser. En studio, il y a une tension permanente entre nous.

Encore une fois, tu cartographies ta région natale en chansons.

Ce qui me plaisait dans le titre de l’album, c’est que je suis un républicain façon 1789. Autrement dit, l’idée de nation définie en 1789 reste en travaux – Travaux sur la N89 est d’ailleurs le premier titre qu’on ait terminé. Je ne peux pas m’empêcher de faire l’intello à trois balles, en revenant aux sources de la chanson. Car ça fait près de quarante ans que les chanteurs de 1981 nous font chier. Jean-Jacques Goldman et Francis Cabrel sont encore et toujours les plus diffusés sur les ondes françaises. 1981 est l’envers absolu de 1789. J’aime bien remettre un élément de la société française dans la chanson. Tout est en chantier, ce qui tombe bien puisqu’il y a encore des travaux sur la nationale 89. L’État laisse tomber l’ancienne RN89, qui est totalement démantibulée, désarticulée, donnée à Pierre, Paul ou Jacques. Selon moi, ce démembrement est symptomatique des agitations de la société française et de la perte du fait national esquissé en 1789. Je ne porte aucun jugement, je constate simplement. Depuis toujours, je me sens un enfant de 1789. Il suffit de réécouter certains morceaux de Cheyenne Autumn (1989) : Deux siècles d'or/N'ont pu tuer/Ce chant heureux/De la jeunesse”.

La constance, c’est bien l’un des traits de ta personnalité.

Il y a effectivement des constantes en moi, qui rythment ma discographie (Sourire.) Ma fascination américaine, c’est Cheyenne Autumn, en référence au film le plus antiaméricain qui soit et où l’on voit l’obstination du petit homme blanc dégénéré à tuer les Indiens, en l’occurrence les Cheyennes.

 

C’est aussi l’automne de Tarkovski. Pour moi, John Ford et Andreï Tarkovski, c’est pareil. Il y a d’un côté le Far West extérieur, et de l’autre, le Far West intérieur. En faisant découvrir Le Miroir (1975) de Tarkovski à mes enfants, je me suis rendu compte que toute l’imagerie des clips relayés sur MTV depuis quinze ans singeait Tarkovski. J’avais déjà surpris Midlake, avec un culot insensé, s’approprier les images d’Andreï Roublev (1966) pendant leurs concerts. Autant dire que c’est terminé avec Midlake, un groupe que je vénérais pourtant. Pour finir de répondre à ta question, si Cheyenne Autumn était mon disque anniversaire de 1789, Travaux sur la N89 célèbre l’anniversaire de 1917.

Entre ces deux albums, il y a notamment eu Dolorès (1996), où l’on n’entendait plus la guitare.

J’ai enregistré beaucoup de disques et de chansons sur les souffrances insensées que m’ont fait supporter les filles. Avec mon cœur d’artichaut, j’ai souffert de l’amour des femmes. Aujourd’hui, je m’en fous : je suis entouré de filles entre 6 et 17 ans. Je suis un père et un grand-père à plein temps. Ça me paraît insensé d’avoir fait un disque comme Dolorès. Il n’y a pas de quoi se fouetter autant pour quelques paires de fesses. J’ai extraordinairement souffert à cause de ma manageuse, Marie Audigier. Je me demande si elle ne le faisait pas exprès pour me faire cracher des chansons. (Sourire.)

 

En écho à ta chanson Fort Alamo qui ouvrait Dolorès, il y a d’ailleurs un morceau qui s’intitule Alamo.
Ma chanson préférée du nouvel album. Avec ce disque, j’étais tenté de composer des musiques de dessins animés à la Tex Avery, croisées avec l’univers du Beta Band. J’ai toujours été dingue de leur premier LP (ndlr. The Beta Band, 1999). Voilà un disque absolument indispensable. Dans l’esprit, je n’ai jamais varié de la démarche du Beta Band. En concert, c’était le rêve – ils se refilaient les instruments et on ne savait jamais à quoi s’attendre. De toute façon, Travaux sur la N89 est bourré de références – le morceau Cordes fait écho au lieu d’enregistrement de Cheyenne Autumn, et ainsi de suite.

Pour ce nouvel album, tu cites parmi les inspirations Mykki Blanco, Frank Ocean ou encore Kendrick Lamar… 

Kendrick Lamar chante aussi bien qu’il rappe et inversement. C’est le Usain Bolt du hip hop. (Rires.) Mais à Clermont-Ferrand, ils ne sont pas très détendus du gilet. Même les musiciens les plus jeunes sont déjà vieux dans leurs têtes, ils ne jurent que par le folk. Alors, quand je leur fais écouter Mykki Blanco, ils partent en courant… J’adore les disques des mecs qui ont des problèmes d’identification sexuelle, comme Mykki Blanco ou Frank Ocean. Musicalement, ça apporte quelque chose de supérieur. Par rapport au penchant extrêmement machiste du rock, j’ai toujours eu un faible pour les chanteurs ambivalents. Je pense, par exemple, à Howard Devoto du groupe Magazine. Dans une soirée privée, je l’avais vu interpréter des chansons d’amour pour des mecs, c’était sensationnel.

Sans parler d’Antony Hegarty…

Je le vénère ! Mon Panthéon serait finalement constitué de types qui ne sont ni à poil ni à plume. Dans la musique, quand il y a cette souffrance-là comme chez Mykki Blanco, ça atteint des grands moments et ça disqualifie tous les groupes sévèrement burnés. Artistiquement, le flou de l’identité sexuelle fait tout. Ça a d’ailleurs fait arrêter Rimbaud. On peut d’ailleurs ainsi dévider toute l’histoire de l’art.

À l’écoute de Travaux sur la N89, on songe aussi à David Sylvian par moments…

Je n’ai pourtant jamais été friand de ses sonorités, ni même de sa collaboration avec Ryuichi Sakamoto. David Sylvian ne m’a jamais vraiment touché. Sans parler de son côté “Je suis tellement bon que je n’écrirais jamais de tube”.

Pour finir, on n’a aucune chance de te voir remonter sur scène.

Je ne tourne plus, non. Ça fait partie de ce nouveau monde – Macron a coupé les crédits, on ne peut plus chauffer les salles, les instruments sonnent faux. Le fiasco financier de mes tournées devant 100, 150 personnes, c’est terminé. Ce qui me manque, en revanche, c’est la vie en communauté. J’adorais quand nous partions sur la route comme dans un cirque. On dort dans le même hôtel, on discute, on débriefe jusqu’à 4 heures du matin – une vraie équipe de foot. À défaut de faire des concerts, j’aimerais beaucoup reprendre la vie itinérante. Je connais tellement de petits villages et des gens formidables. J’ai quand même tourné pendant trente ans. C’est la dimension du job que je préfère.

 
ET voici le clip, réalisé par Yannick Demaison & Alexis Magand (qui viennent de faire le clip de Louane...) : http://www.lamontagne.fr/chamalieres/loisirs/scene-musique/2016/11/30/agence-creative-film-et-musique-elle-propose-video-lumiere-et-art-numerique_12188801.html
les deux ont travaillé avec Morgane Imbeaud: Magand sur son "songes de Léo"... et Demaison est l'autre membre de "Peaks".

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Travaux sur la N89

Publié le 5 Décembre 2017

- Ce week-end, dans l'Humanité Dimanche (L'huma aime Murat, et ose même un "vive le Maréchal"... enfin, un "vive Murat".

La presse s'empresse (L'humanité et le courrier de l'ouest)

- Dans le courrier de l'Ouest, on apprécie aussi:... et Oui, Jean-Louis, tu as raison,c'est bien de la chronique angevine que voilà...

 

La presse s'empresse (L'humanité et le courrier de l'ouest)

LE TEASER EN PLUS

On finit cet article (la suite arrive demain ou ce soir!)  avec un dernier teaser mis en ligne il  y a  quelques jours...  L'occasion de se pencher sur la signification du terme teaser: message publicitaire aguichant.  C'est vrai que les coups de pelle, moi, ça m'a toujours fait de l'effet.

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Travaux sur la N89

Publié le 4 Décembre 2017

On retrouve une 2e interview sur les ondes des radios publiques, sur France Info ce jour (3 minutes) après la petite séquence en fin de journal de 8 heures (le plus écouté de France je crois). Un Murat sur le mode "destruction"... mais qui ne renonce pas : "le prochain album?  Je pense que je vais faire  faire une compilation de cercueils avec des corps pourrissants de chanson à l'intérieur, va savoir...".   Oups...  

https://www.francetvinfo.fr/culture/musique/musique-jean-louis-murat-brillant-ouvrier-des-travaux-sur-la-n89_2494725.html

Résumé de l'interview :

Autant le dire tout de suite, cet album s'écoute d'une traite, sans interruption et sans idée préconçue. Car au cœur de ces Travaux sur la N89 réside la déconstruction totale, de tout ce que l'on croit savoir de Jean-Louis Murat avant tout, avec un problème de taille au moment d'expliquer ce disque : "Quand tu es artiste, tu passes ton temps à expliquer ce que tu as essayé de faire, ce qui fait que tu te tires dans le pied continuellement".

Etonnant, oui, fascinant aussi, œuvre déstabilisante de liberté totale dans laquelle la voix de Morgane Imbeaud, notamment chanteuse de Cocoon, revient tout le temps. Il n'y a pas de refrain, de couplets auxquels se raccrocher, et c'est bien cela que voulait l'artiste auvergnat, qui s'est fixé une règle : "Dès qu'apparaissait l'ombre d'une chanson, c'était guillotine direct !"

Et ce dégoût de la chanson française s'accompagne chez Jean-Louis Murat d'un intérêt pour Kendrick Lamar ou Frank Ocean, artistes américains passés maîtres dans l'assemblage aléatoire des pièces d'un morceau. Pour Murat, c'est "une tout autre façon d'envisager la narration de ce qui se passe autour de soi". Et c'est bien quand il nous bouscule que Jean-Louis Murat est le meilleur, lui qui est déjà au travail sur un prochain album.

Jean-Louis Murat : "C'est un disque strictement capricieux, comme un sale gamin"

Voici l'interview à télécharger:

- Je vous mets également la séquence du matin: 

La première télévision à Clermont dont Murat parle  est visionnable dans les INATHEQUES.

- Enfin, la revue de presse d'Europe 1 parle de l'interview de Murat dans le Figaro (article précédent)... La journaliste sait faire plaisir à son Pat Cohen...

http://www.europe1.fr/emissions/la-revue-de-presse/a-la-une-les-elections-territoriales-en-corse-et-le-raz-de-maree-nationaliste-3510554

Enfin, cette affirmation de Jean-Louis Murat dans Le Figaro : "Bob Dylan et Neil Young ne sont plus les chefs".

Eh oui, on s’en doutait mais la phrase faisant le titre même de l’article, c’est la preuve qu’il faut le dire, qu’il faut en prendre conscience. "Écouter Dylan à notre époque, c’est comme écouter un Te Deum, raconte Murat. Avant de faire ce nouvel album, j’avais l’impression d’être un homme de Neandertal, je n’étais plus en adéquation avec les pulsions de l’époque, je me sentais en décalage, et puis, petit à petit, je me suis découvert un amour pour Frank Ocean et Kendrick Lamar".

Si ces noms ne vous disent rien, c’est qu’il est grand temps de faire une mise à jour musicale. Par exemple en allant lire cet article passionnant sur le site d’information Les Jours : "Les rappeurs, nouveaux yéyé du streaming". "C’est une semaine de novembre comme les autres, écrit Sophian Fanen : dans le top 10 de la musique en France, 7 albums sont des albums de rap.

En vrac, il y a Niska, Orelsan, Soprano, Ninho ou encore les frangins Big Flo & Oli. Seul Michel Sardou résiste comme un vieux menhir au fond du jardin. Et ça n’est pas nouveau, c’est comme ça depuis juillet 2016, depuis que les écoutes en streaming sont comptabilisés dans les ventes".
Pour qui ne le sait pas encore, le rap est le nouveau rock, et le téléphone portable le nouveau transistor.

Alors, comment se mettre à la page ? Retour à Jean-Louis Murat dans le Figaro : "j’ai compris en lisant Jacques Derrida : on démonte tout, on nettoie et on rebâtit un truc. On n’a pas le choix, soit on se barre en disant "ça ne m’intéresse pas", soit on se laisse prendre par le monde qui penche et qui vacille". Lui a choisi la deuxième option. Une interview qui parle de musique donc, mais aussi de l’époque, de l’accélération du temps et qui invite chacun, avec une note résolument optimiste, à une grande mise à jour.

Ça sera tout pour aujourd'hui, on garde les petites chroniques pour demain... Je vais me bricoler en regardant Lamarr

.... euh, non Lapsus, pardon... Je voulais dire : je vais bricoler en écoutant Kendrick Lamar. C'est lundi, je suis fatigué. 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Travaux sur la N89

Publié le 4 Décembre 2017

 

1)   Y parle d'abord, le Jean-Louis, à M. Olivier NUC... Et il s'amuse peut-être à le taquiner en taclant Neil Young (c'est déjà arrivé)... et même Bob Dylan (c'est peut-être un cas unique)... Et en tout cas, il garde le sens de la formule.

Jean Louis Murat : « Bob Dylan ou Neil Young ne sont plus les chefs »

INTERVIEW Le chanteur revient avec « Travaux sur la N89 », un album pour lequel il a mis en chantier sa méthode de travail. Occasion d’égratigner quelques idoles.

OLIVIER NUC

« On ne va pas passer notre temps à geindre. Si je n’avais pas fait ce disque, j’aurais arrêté la musique », explique Jean-Louis Murat. JEAN-LOUIS MURAT/PIAS
En quarante ans de carrière, Jean-Louis Murat a eu plusieurs occasions de se réinventer. Mais il ne l’avait jamais fait aussi radicalement que sur son excellent nouvel album qui divise déjà ses admirateurs.
LE FIGARO. - Quel a été le déclencheur de cet album ?
Jean-Louis MURAT. - Je suis entré en studio les mains dans les poches, sans rien. Pas un mot, pas une mélodie. C’était intéressant. J’avais contacté mon collaborateur Denis Clavaizolle pour lui proposer de travailler deux ou trois jours. Le premier jour, on avait la chanson titre. Très vite, je n’arrivais plus à m’arrêter. Nous aurions fait un triple album si Denis ne m’avait pas stoppé. Il y avait au moins 120 pistes par titre. Le principe était que chaque ligne mélodique soit accompagnée de deux lignes de substitution afin que j’ai le choix au moment du mixage. Et les textes ont été écrits à la toute fin. Sur ce disque, tout a été fait scrupuleusement à l’envers.
En avez-vous tiré un plaisir particulier ?
C’est un des disques pendant la conception duquel je me suis senti le mieux. Avant, j’avais enchaîné une quinzaine d’albums enregistrés en une semaine. Là, on a passé 52 jours à faire des prises. Je n’avais pas pris autant de temps sur un disque depuis Cheyenne Autumn. La manière dont on fait de la musique aujourd’hui n’a rien à voir avec les méthodes des années 1980-90. Je me suis rendu compte de l’accélération du temps. Jamais des humains n’en ont vécu une aussi forte. On est obligé de tout revoir, ce qui est une chance. Certains s’en plaignent, moi je trouve ça sensass en termes de créativité. On ne va pas passer notre temps à geindre. Si je n’avais pas fait ce disque, j’aurais arrêté la musique.
Vous aviez le sentiment d’être arrivé au bout de quelque chose ?
Je n’étais plus en adéquation avec la pulsion de l’époque. Tous mes derniers disques sont complètement absurdes en termes de conception. C’est en faisant Morituri que je l’ai réalisé. L’attentat du Bataclan a suscité ça chez moi. Je me suis dit : « Ce n’est plus possible. On ne peut plus monter des scènes comme ça, faire de la musique comme au siècle dernier. » J’avais décidé de vendre toutes mes guitares. J’ai fait un sevrage volontaire d’à peu près une année pendant laquelle je n’ai pas écrit une chanson ni touché un instrument. C’est le bricolage (électricité, plâtre, peinture, menuiserie) qui a compensé.
C’est la première fois que vous avez ressenti cela ?
Avant cette pause, j’avais l’impression d’être un homme de Néandertal, je me sentais en décalage. J’ai longtemps donné le change en allant travailler à Nashville ou à New York, mais j’en ai eu assez de ce comportement de parfait vassal de la musique américaine. Aujourd’hui, Bob Dylan ou Neil Young ne sont plus les chefs. Je me suis découvert un amour sans fin pour Frank Ocean ou Kendrick Lamar. J’en ai eu ras le bol du côté Lagarde et Michard de Dylan.
Quelle a été la conséquence de ce ras-le-bol ?
J’ai débouché sur un territoire vierge qui m’a fait bousculer l’ordre habituel des choses et aborder le processus à l’envers. Il me fallait ne pas avoir d’idée, ne pas être sentimental ni romantique. Revenir à quelque chose d’instinctif. Je sauverais quelques intros des Stones, dernier endroit dans notre culture où il y a encore Éros et Dionysos. Moi qui ai toujours été très grand fan d’Oasis, j’ai été sidéré par le disque de Liam Gallagher, qui est resté bloqué aux années Tony Blair. En lisant un peu Derrida, j’ai adopté ce processus de déconstruction : on démonte tout, on nettoie tout et on rebâtit un truc.
Comment est revenu votre appétit de musique ?
C’est l’écoute à haute dose de nouveaux artistes qui m’a redonné envie. Kendrick Lamar en particulier. J’ai commencé un petit ouvrage intitulé Kendrick et moi. À 14 ans, ma vie a changé avec la découverte d’Otis Redding. Aujourd’hui, ma vie redémarre grâce à Kendrick Lamar. Il est mon sauveur : il est intègre, intelligent, sensuel, il a tout compris. Il est admirable.
Vous avez l’impression d’assister à la fin d’un monde ?
On ressent cela en lisant Vernon Subutex, de Virginie Despentes. La disparition d’un monde est souvent un phénomène très rapide. Écouter Dylan ou Neil Young à notre époque, c’est comme écouter un Te Deum. Hors de question quand on a des enfants à élever. Comme me le disent les miens, je pète le feu. On n’a pas le choix : soit on se laisse prendre par le monde qui penche et qui vacille, soit on se barre en disant « ça ne m’intéresse pas ». Je suis très content d’avoir fait ce disque-là. Lamar et le bricolage m’ont ramené à la musique. ■ SUR LE SITE DU FIGARO

(merci à Cao)

Murat parle le lundi (Figaro et Inter)

 

2) Murat était également ce lundi en fin du journal de 8 heures sur France inter. Une ou deux phrases d'interview, avec l'info donnée par le journaliste... que c'est les amis de Murat qui l'auraient incité à sortir le disque.

https://www.franceinter.fr/emissions/le-journal-de-8h   (4/12)

Si vous êtes gentil, je mettrai ça en ligne ce soir...

 


LE LIEN EN PLUS

Je ne sais pas si vous le connaissez, mais un petit coup de chapeau à ce blog qui a fêté ses 8 ans hier, beaucoup de copier/coller mais quand même un peu de recherche et d'analyse, des interviews et des archives inédites, et tout cela dans une bonne humeur...

http://www.surjeanlouismurat.com/

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Travaux sur la N89