De l'Actu... de février 2004... Bon anniversaire au DVD "parfum..."

Publié le 27 Février 2014

 

Quand on a tendance à s'ennuyer... il suffit de se tourner un peu vers l'arrière... et les anniversaires...  Le 17 février 2014, on a fêté les 10 ans du "parfum d'acacia au jardin"...  sortie un an après Lilith, et quelques mois avant A bird on a poire. La période la plus prolifique de Murat (avec 4 "sorties" en 15 mois, avec Mockba et 1829)  

 

- ET voilà ce qu'en disait "le SOIR", il y a dix ans tout juste:

 

 

 

 

Parfum de Murat
UN ARTICLE DE THIERRY COLJON PARIS  | EDITION DU MERCREDI 25 FéVRIER 2004


Murat n’ayant jamais fait les choses comme tout le monde, il fallait que son premier DVD sorte du rang. « Parfum d’acacia au jardin » est un film de Don Kent. Il a été réalisé le 3 décembre 2003 au studio Guillaume Tell, à Paris. On y voit Jean-Louis et son groupe (avec Camille dans les chœurs) interpréter treize inédits. À cela s’ajoute un CD de sept autres titres également inédits. Du Murat tout craché : A force d’entendre dire que les CD ne se vendaient plus, moi, j’ai voulu faire un DVD, nous a raconté Jean-Louis, de passage à Paris pour sa promo. Durant la tournée, je suis allé dire à ma firme de disques que je pouvais enregistrer un DVD dans la journée. Avec des chansons inédites. Ils m’ont dit : « Ben ouais, pourquoi pas »… Je voulais démarrer ma carrière DVD avec un DVD bien fait. Ce sont des chansons qui datent de l’automne, écrites durant la tournée. J’aime travailler vite, sans chichi, entre 15 et 22 heures. On n’a répété qu’une journée. Camille était quasiment en impro. C’est ça qui me plaisait dans le film. J’ai toujours eu cette cadence. C’est une nécessité. Il faut que j’écrive ou que je peigne pour que ma journée soit bonne. C’est aussi une affaire de discipline. Je bosse. On me regarde parfois comme un malade mental ou on me traite de « stakhanoviste » – alors que Stakhanov n’a rien à voir avec ça. Je ne crois pas du tout à l’inspiration, mais au travail. Je note dans mon calepin, je suis sur le qui-vive en permanence. Je lis beaucoup… Je m’alimente. Et, comme si cela ne suffisait pas, Murat annonce un nouvel album en septembre et, en décembre, un coffret de 50 inédits. Pour ce qui est d’un concert en Belgique, à part celui d’Alleur (1), il faudra attendre l’automne pour faire oublier le souvenir de l’AB où, boudeur, l’Auvergnat avait viré son groupe purement et simplement : J’avais, à la balance déjà, un problème de larsen difficile à identifier. Ça a continué au début du concert. Je n’entendais rien d’autre que ce larsen sur ma voix. C’était une galère atroce, j’ai cru que j’allais m’évanouir au troisième morceau. Il fallait prendre une décision. J’ai fait le concert tout seul. C’est un concert unique, une sorte de montée de l’Himalaya à pied. Je n’en ai plus jamais fait un comme ça. Le lendemain, après une nuit blanche, on a failli y rester dans un accident sur l’autoroute. La poisse… Après, ça s’est arrangé. Le DVD permet à Camille d’entrer de plain-pied dans l’univers muresque : Déjà à l’époque de « Mustango », je cherchais une choriste habillée en rouge pour « PJ ». Ma firme de disques m’a envoyé une dizaine de cassettes de chanteuses. Camille, encore étudiante en sciences po, en faisait partie. C’est comme ça que ça a commencé pour elle, avant de signer chez Source. Depuis, je suis ce qu’elle fait. Elle a fait les chœurs sur « Lilith ». Elle est extrêmement douée. On se vouvoie. On garde nos distances, elle est ma protégée et je suis son protégé. Elle ira loin, je pense. Les amateurs de DVD s’étonneront de l’absence totale de bonus : Je déteste ça. L’idée de « making of » m’exaspère. C’est un truc vicieux, de voyeurs. Les gens veulent regarder ce qui ne les regarde pas. C’est comme écouter aux portes. Un DVD avec un « making of », je ne le regarde jamais. Ça ne m’intéresse pas, sinon c’est « Star Academy », c’est pareil. Les artistes, par bêtise, se sont coupé l’herbe sous le pied. On a besoin de se mystifier, de préserver le mystère, le halo, alors que le « making of » démystifie. Ça n’a aucun intérêt, on s’en fout. Je voulais quelque chose d’intemporel. J’aime les disques dont tu peux difficilement donner l’année. Mon boulot, c’est de durer… Le noir et blanc accentue cette impression. Les images de Don Kent collent aux chansons et à leurs interprètes – sans rien ajouter. Il ne se passe strictement rien à l’écran… sinon que se développe la magie dégagée par des chansons où l’on retrouve le parfum déjà présent sur « Lilith ». Pour fans avertis, donc…• Jean-Louis Murat, « Parfum d’acacia au jardin » (DVD 71 minutes + CD Labels-Virgin). (1) Murat est en concert ce mercredi 25 février au centre culturel d’Ans, à Alleur. Infos au 04-232.13.21. Avec Redboy, en solo, en première partie.

 

 

Murat écrit plus vite que son ombre et sort son premier DVD, uniquement constitué d’inédits.

 

 



- La promo du label de l'époque (LABELS):

 

JEAN-LOUIS MURAT
'Parfum d'acacia au jardin'

(2/17/2004)

 

Depuis la sortie de 'Mustango' (1999), la discographie de Jean-Louis Murat n'a cessé de s'étoffer avec une régularité et une imprévisibilité jamais démenties. Double live ('Muragostang'), Triple vinyle ('Lilith'), collaboration avec Isabelle Huppert autour de l'œuvre d'une poétesse du XVIIème siècle (Madame Deshoulières)... et maintenant un nouveau défi sous la forme d'un DVD live en studio qui sort six mois seulement après la parution de 'Lilith', au milieu d'une tournée parmi les plus longues que le chanteur ait jamais effectué. Nul besoin après ça de rappeler qu'en marge du paysage musical français, Jean-Louis Murat occupe vraiment une place de franc-tireur.

Avec le même goût de l'aventure qui l'avait conduit, il y a quelques années, à proposer chaque mois des titres exclusifs sur son site internet, ou à tourner lui-même un moyen métrage illustrant des chansons inédites (Murat en plein air), Jean-Louis a eu l'idée de proposer aux caméras de Don Kent (Nulle Part Ailleurs, mais aussi complice des spectacles de Jérome Deschamps et Macha Makeieff... ) de fixer un moment unique : un jour en studio pendant la création de treize nouveaux morceaux. Ils ont été dévoilés la veille aux musiciens dans leur plus simple appareil : voix/guitare. Après une journée de répétition, le réalisateur les capture dans des versions brutes, les fameuses "premières prises" dont l'artiste est si friand. Parce que l'émotion disparaît avec la répétition, et parce que la complicité qui unit les participants (le bassiste Fred Jimenez, le batteur Stéphane Reynaud – tous deux déjà présents sur Lilith – mais également le guitariste du groupe Rogojine Christophe Pie et la chanteuse Camille) est telle que leur créativité est instantanée. Parce que le premier album du Velvet Underground a été enregistré en 24 heures et qu'Aretha Franklin passait rarement plus de deux jours en studio. Pas besoin de plus quand les morceaux sont en place, et libre à eux d'évoluer ensuite sur scène ou à l'occasion d'une autre captation.

'Parfum d'acacia au jardin' a été tourné en deux prises le 3 décembre 2003 au studio Guillaume Tell à Suresnes. Il a été filmé à l'aide de quatre caméras et monté dans les conditions du direct. Le mixage et le mastering ont été réalisés dans la foulée. Il paraît deux mois plus tard exclusivement en DVD, seul support possible pour cette nouvelle aventure. Du Murat inédit ? Mieux que ça : du Murat nouveau dans un nouveau format. Les treize titres interprétés ont été composés dans le courant de l'année 2003. Ils bénéficient de la dynamique d'une tournée qui compte parmi les plus électriques que le Moujik ait jamais effectué : chaque soir, sur scène, le fan du Creedence Clearwater Revival et de Neil Young semble redécouvrir la guitare. Et c'est peut-être en hommage à ce dernier qu'il a choisi de présenter ses nouvelles chansons dans des versions live, puisque ce fut aussi le choix du canadien sur son classique de 1973 'Time Fades Away'... Il les interprète tantôt en groupe, tantôt en solo, debout à la guitare ou recueilli derrière un piano. Un Cd audio également inclus dans le boîtier du DVD, composé de cinq prises alternatives et de deux inédits, donne un aperçu supplémentaire des sessions de Suresnes.

Devant une performance aussi unique, Don Kent a misé sur la sobriété, dans un esprit proche de ses réalisations pour Nulle Part Ailleurs. En accord avec Jean-Louis, il a choisi le noir et blanc pour le grain si particulier qu'il confère aux images. La réalisation, composée des plans assez longs qui s'affranchissent d'emblée du format "clip", reflète aussi bien l'intensité du chant que la majesté du décor, un espace de 300 m2 faisant penser à un ancien cinéma. C'est un vrai moment d'intimité qui laisse au spectateur l'impression de se glisser aux premières loges, à quelques pas du chanteur et de ses musiciens, témoin privilégié de cette alchimie éphémère.
"Devant le marasme actuel, la seule solution, c'est d'être créatif" : Jean-Louis Murat l'a une fois de plus prouvé avec ce DVD qui ne ressemble à aucun autre et qui optimise toutes les possibilités de ce nouveau support (son 5.1, dolby digital et DTS, accès direct à chaque morceau...). Et il sera à peine dans le commerce que le chanteur sera reparti sur les routes reprendre la tournée Lilith où il l'avait laissée (et qu'il ne manquera sûrement pas d'agrémenter d'extraits du DVD) alors qu'il aurait pu rester tranquillement au fond de son jardin, à humer le parfum d'acacia. Un passionné, vous l'aurez compris.

 

- Un article des INROCKS (18/02/2004):

 

inrocks1

 

- Sans titre

1



- Et cette couv. d'actualité... puisque j'ai entendu que Kyo se reformait... Platine de Mars 2004 qui revenait sur la discographie de Murat:

 

couv-Platine-n--109-mars-2004.jpeg

 

Platine-0304_1.JPG

 

 

 

- Et puisqu'on y est : en cadeau,   dessin paru dans les INROCKS  en février 2004:

 

 

2004-02- Inrocks n°429 -dessin de Luz

 

...et...et... on ne sait jamais si cet article tombe sous les yeux d'un muratien "débutant"... on va quand même se faire un petit extrait de ce fameux DVD!! Allons bon, j'allais presque l'oublier:

Une petite femme avec la débutante CAMILLE... et bien sûr Fred Jimenez, qui écume les salles du monde entier... hum... avec Johnny Vacances... et bien sûr Christophe Pie.. qui sera encore aux côtés de Murat en juillet 2014... -cf article précédent).

 

 

On trouve l'intégralité du DVD sur youtube... et pas cher sur les sites d'occasion  (télérama en avait fait une réédition low coast).

 

Mon clip sur un des titres les plus rocks du DVD:

 

 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

rhiannon 28/02/2014 14:11


Tu sais que tes idées sont excellentes Armelle...proche de l'extase me too ;)

Armelle G.R. 28/02/2014 01:11


C'était un coup de génie ce DVD! soufflons en choeur ses 10 bougies aujourd'hui. 
Mais pourquoi n'a-t-on plus jamais vu d'autres perles de ce genre? le seul autre DVD n'est-il pas celui où un lapin/poète géant folâtre au soleil levant sur les monts désertiques auvergnats ?
bien sûr, il y a aussi le film de Laetitia Masson avec "Le Cours Ordinaire des Choses"...
Mais pour moi, le cadeau des cadeaux ce serait de voir enfin "Murat en plein air" édité en DVD; c'est sûr, ça marcherait! -et aussi un petit concert live du genre "Coopé-ClermAuvergne 2012" en
bonus, alors là on ne serait pas loin de l'extase!-
Faut-il venir implorer Notre Dame d'Orcival pour que ce genre de miracle se réalise? ou suffit-il d'un simple : "S'il vous plaît Jean-Louis"?
La petite idée derrière la tête ne me lâche pas...