Comme Jean-Louis Murat (Victoires de la musique)

Publié le 9 Février 2013


               J'ai passé une agréable soirée hier devant France 2, une fois oublié l'écran de twitter. Du live, et de la qualité avec Camille, Barbara Carlotti que j'espère voir mardi soir, Biolay, Raphaël, Rover... et Tal... euh, non pas TAL... Elle a du talent incontestablement, mais devrait travailler avec des auteurs...   et Dominique A... Oui, Dominique A qui gagne le prix de la Victoire de l'interprête de l'année!  C'est quand même quelque chose pour la famille... que je défends... au delà de son chiffre de ventes d'album remarquable... même si c'est ce qui explique que les professionnels ne pouvaient que voter pour lui : un succès commercial... dans un contexte marketing très rondement mené dans les règles actuels de l'art (qui nous menent à la mort du disque?)  : rappelez-vous les rééditions des albums, la ressortie du disque en édition limitée en ajoutant un titre ou deux...  

                Allez, c'est de bonne guerre... d'ailleurs, Murat fait de même... mais je me rends compte d'un petit sentiment au fond de moi:  en tant que défenseur labellisé de Murat, j'ai bien sûr un peu d'amertume et de jalousie... Murat méritait aussi ce succès pour Grand Lièvre...  Toboggan va-t-il permettre de remonter?  

             

                  Faut-il pour autant tomber dans le dénigrement de la posture ravie de Dominique A?  (Lui qui avait manifesté son trouble il y a 20 ans d'être présent  dans ce genre de cérémonie?).    Non... Que Murat refuse de participer à ce genre de cérémonies est une chose, mais "n'en dégoutez pas les autres"... surtout que sincérement, c'est quand même une belle soirée musicale, moderne et vivante... même si certaines scories des cérémonies passées sont encore à retirer : les présentateurs druckerisés... ET SURTOUT : Dominique A revendiquait cette recherche de succès et de reconnaissance...Sur son état d'esprit, lisez la petite interview venant de paraitre sur le figaro.fr.     Il est arrivé à cet objectif avec un album qui est certes plus accessible mais sans rien renier de son identité... Certes, Matthieu a écrit ici-même que Dominique A était en passe de devenir le gendre idéal*, mais en ces temps de mariage pour tous, voilà ce qui permet de le  qualifier de "moderne"... Et on peut s'attendre à un prochain album de Dominique A sans doute plus rugueux... Pas comme Biolay qui ne prend aucun risque avec Vengeance à la suite du succès de son précédent.

 

 
                   Je rappelle que vous étiez chers lecteurs les premiers à apprendre que Dominique A aurait la victoire de la musique, c'était fin novembre 2012... Matthieu l'indiquait dans son article sur la chanson française

                 * Matthieu écrivait aussi que son succès était basé sur deux chansons qui ont tourné en radio  et "qui racontent des histoires, pas des morceaux  difficiles". Voilà de quoi lancer le débat dans la zone commentaires.

 

                Enfin, soit, je n'étais pas décidé à vous parler des victoires... Ce qui m'a poussé à le faire, c'est un effet colatéral:  le nom de Murat est partout dans la presse ce matin (ça renforce le sentiment évoqué plus haut)... Non pas à cause de Camille et de sa jolie prestation (Murat travaillait avec elle dès Lilith), de Françoise Hardy (collaboration sur l'avant dernier album- )... mais d'une dépêche AFP... repris par La Montagne et tous ses satellites, le site d'Europe1, La Provence, libération.fr, le Point.fr, boursorama et le petit fanzine Lemonde.fr, l'express...   Voici la phrase:

 

"Dominique A, lui, a été sacré artiste masculin de l'année, couronnant 20 ans d'une carrière exigeante.

 

Comme Jean-Louis Murat ou Alain Bashung, il a toujours concilié dans sa démarche artistique une approche à l'anglo-saxonne centrée sur la musique, dont il a une connaissance pointue, et la culture du texte de la chanson française.

 

"Pendant vingt ans, j'ai pensé que j'étais un looser. On me récompense sur la durée, pour une carrière en marge. Je suis aimé par peu de gens pour le moment, mais ils me donnent beaucoup d'amour", a déclaré Dominique A dans les coulisses".

 

Et oui, merci l'AFP.. qui aurait pu aller jusqu'à souligner que Murat a été une influence primordiale pour Dominique A... On l'a très régulièrement évoqué ici puisque Dominique A en parle régulièrement (il est allé jusqu'à faire une petite imitation de Murat sur Inter... vous retrouverez ça si vous cherchez ici)... D'ailleurs, il cite "AMOURS DEBUTANTS" dans son top 10  des chansons que l'on devrait tous connaitre par coeur (Livre de Baptiste Vignol dont on reparlera encore).  Allez, les muratiens transis:  on finit par une phrase qu'elle est bonne... La victoire de Dominique A, c'est aussi la nôtre.

 http://www.leparisien.fr/images/2013/02/08/2551651_dominiqueaok.jpg

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

KIngArthur 09/02/2013 20:15


ça veut dire quoi ?

Solange 09/02/2013 19:55


Viens d'entendre en épluchant mes carottes Edwy Plenel sur france cul parler du livre "mafia et démocratie" et du rôle du "divertissement", tel que nous le connaissons notamment à la téloche,
dans tout ce bastringue. Alors me plais plus de Radicalité. Même celle légèrement misogyne de Murat.


Solange


"Ce n'est pas le rince-doigts qui fait les mains propres ni le baise-main qui fait la tendresse.
Ce n'est pas le mot qui fait la poésie, c'est la poésie qui illustre le mot."

KIngArthur 09/02/2013 18:09


bon, d'accord avec le sentiment général dégagé par Lew, d'ailleurs je n'aurais pas regardé Les Victoires si Dominique A n'avait pas été nominé ...


Alors pour rebondir sur la dialectique chansons qui racontent des histoires par rapport à des morceaux difficiles... certes Dominique A raconte ( et même bien ! ) écouter cette chanson sur son
jeune frère qui s'est abîmé le genou en tombant de vélo et qu'il ne peut empêcher de faire les 400 coups ("Vers le bleu") ne se fait pas sans émotion . Murat est plus hermétique dans les textes,
plus poétique aussi, il s'autorise des libertés de langage alors que Dominique A est très académique (tiens c'est un mot qui ressemble fort à son nom ! ça lui va bien) et en même temps il est
toujours "original" . Maintenant, dire que ce sont des textes moins difficiles ... je n'emploierai pas ce mot.Bon, je n'ai pas démontré grand-chose mais je vous ai fait p art de mon ressenti.


 

lew 09/02/2013 16:23


félicitations à Dominique A. mais tout cela paraît bien participer d'un gentil "entre-soi". les gentils gens du milieu récompensent les bons artistes du milieu, tout
semble rester dans la famille, dans le meilleur des mondes de la cooptation tranquille et assumée. tout danger de dispersion est écarté. oui félicitations, c'est admirable à observer. de loin.
cette cérémonie n'apporte pas grand chose à mon avis. j'aime que la musique de Murat résiste encore à ce genre de manifestation. jamais on ne pourra la comparer à la musique de Ravel qui, selon
un critique méchamment acerbe (Satie) "acceptait les honneurs que lui, Ravel, refusait".


avec Ruquier et l'ancienne présentratrice de M6 (nouvelle star), ils ont essayé de capter un public que la plupart des représentants du métier méprisent un peu tout
de même. c'est un peu nul et vain comme tentative.


Camille, fille de prof qui fait de la musique pour filles de profs d'aujourd'hui, c'est bien, c'est même parfait, mais reléguer Adamo, ou même Lama, en bouche-trous,
ce n'est guère honorable.


on sent bien que tout cela respire le "muséal" à plein nez.


l'an dernier c'était le tour de H.F Thiéfaine, demain ce sera à la momie de J.L. Aubert. et en 2024, celui de JLM.


logique purement comptable des années qui passent.


mais, bravo pour cet article que je trouve bien écrit et dont je respecte l'avis et la démonstration.

Pierrot 10/02/2013 22:24






 Merci LEW, c'est très gentil!  J'étais assez fluide hier matin...