Concert pour Clermauvergne, 2e partie : "passion publique", 17 juin 2012

Publié le 23 Juin 2012

                                            Studio PIeroXAR                                             

(producteur de l'Ours SCHREK l'auvergnat

 in  association avec

               Pieramount Motion Pictures,             

   (producteur de Le Parrain d'Orcival)

 et le Studio Miramurax,

  (producteur de  the patient auvergnat, Shakespeare in oh, my love, Retour à Cold Montagne, Kill BILLy, Gangs in C-F.)

 

 

PRESENTENT 

 

 

Dans "Un concert sur-PRENANT the count-rendu faïneuiille ", LA (première partie du concert)

nos héros avaient remporté une première bataille haletante contre les forces de l'ennui et les ennemis de l'art  (la clef du chant de Murat n'est pas le bon goût). Le scénariste,  habilement (euh), y amenait les conditions d'une suite....

     La voici donc sur vos écrans...

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

Mais pour  n'écarter aucun spectateur, notamment ceux qui n'auraient pas suivi les 352245 épisodes du pop-opéra ayant inspirés cette saga napoléo-sancyenne,    nous nous voyons dans l'obligation de nous soumettre  à la mode du  PREQUELLE:

 

 

Générique en long Travelling arrière: 

 Le lièvre  a du mal à remonter  le cours ordinaire, mais pris dans son élan, dépasse 1829,  puis, part au-delà du moyen-âge courtois... et  s'emballe:  passé même l'ère cabalistique de Lilith, dépassé le Népal, traversé la pluie, et les saisons, même le Miroir,  dans une "chevauchée fantastique".... et tel Laurence, aux mêmes yeux bleus,  reparcourir le long désert... jusqu'en 1984

 

 

 

 

 

Nous voici donc à PASSIONS PRIVEES...

  On en parlait via les mots de CLAUDE  DEJACQUES :

 

"A l'arraché, en mettant la gomme, je décroche un budget de 33T, ficelé total, musiciens inclus, des gars à lui; ceux des galères où Jean-Louis rame entre Clermont et Ussel*. C'est à RIOM que je retrouve l'équipe en répétition avant de plonger enfin au studio [...] Dès la sortie, la boite semble baisser les bras et le juridique cherche déjà l'issue de sortie du contrat".

Dejacques conclue ainsi "Il y a des artistes aux ailes déployées qui renient leur chrysalide, cet état transitoire où se conjuguent déjà les éléments de leur envol. Ils se veulent révélés en plein vol plutôt qu'en train de  déplier leurs ailes encore flétries au soleil"...                                                      *Ussel?

 

 

                Alors, oui, ce fut une surprise énorme (j'en ai fait mon joke de la première partie de Compte-rendu)   d'entendre Jean-Louis annoncer l'interprétation de "PASSIONS PRIVEES" (tiré à 1000 à 2000 exemplaires selon les sources,  Olivier Nuc coupant sans doute a poire en deux en disant 1500 dans sa conférence chantée)... 

 

                Surprise?  Car Murat aurait-il rejeter ce disque?  Sa mauvaise humeur face à la sortie de la compile "MURAT 82-84" par EMI pouvait peut-être le faire penser... mais en l'occurrence, il n'avait pas apprécié qu'EMI qui a lui rendu son contrat, cherche par la suite à se faire de l'argent sur son dos, avec un objet, qui plus est, mal fait (photo, faute)...

 

                Dans une interview de Chorus en 1993, il indique : "En 82, j'ai enregistré un album de six titres, qui reste mon préféré, et en 84, Passions privées, tiré à mille exemplaires seulement, n'est quasiment pas sorti dans le commerce" (mince, je n'avais pas trouvé cette phrase lors de 'interview de Michel Zacha, ça aurait atténué ses regrets!!)...

 

                 Murat reprend pourtant  "Johnny frenchman"  dans "MURAT LIVE" (près de 10 ans plus tard, aux côtés de l'autre grand ancien : "suicidez-vous le peuple est mort").  Beaucoup ne doivent  connaitre de  "Passions privées" que ce titre du coup.

 

D'autres évocations dans des interviews:

 

"-Avec un vers comme "J'aimerais trouver la mort en voiture de sport", tu ne négliges pas ce que les autres pourraient ressentir ?

Non, ça ne dérange personne, ça. Les gens qui m'entourent me connaissent suffisamment. C'est de l'eau de rose en comparaison de "Passions privées" ou de "Suicidez-vous le peuple est mort", où il y a bien pire".  (les inrocks 89)

 

 

                     Murat a expliqué qu'il ne pouvait pas chanter certains titres qui le replongeraient dans certains états émotionnels... Ce "pire" indiquerait donc que Murat n'a guère envie de regouter aux "états d'âme" de cette époque des galères... comme il ne goûte guère à se replonger dans "Dolores" (cf l'interview récente sur TV5,).

 

Autre citation ci-dessous intéressante que je résumerai par "Sincérité des émotions... et ambition artistique": 

  "Fais-tu un complexe vis-à-vis des Anglo-Saxons ?

-Dans Johnny Frenchman, sur Passions privées, je dis "Attends que la crinière pousse au lionceau", je parlais pour moi. Cette chanson était au départ une lettre ouverte à Costello, car j'avais lu une interview où il nous traitait de minables. C'était à l'époque des Pale Fountains : d'un seul coup, je sentais quelque chose de neuf, que je pourrais aller dans cette direction. Je voyais les Anglais comme des voyageurs modernes, avec une langue invincible mais je leur disais "Attends que la crinière pousse au lionceau", je sentais qu'il faudrait du temps. Ça peut s'apprendre, il faut avoir des connaissances en art poétique, aimer la grammaire, le vocabulaire, écouter beaucoup de musique, trouver son rythme à soi, ne pas se précipiter. J'avais conscience de partir de très loin. Un peu comme le retard de la renaissance française sur la renaissance italienne.

On pourrait penser qu'en vingt ans, le tour de ce genre musical a été fait. On peut soit baisser les bras, soit penser que le genre musical est acquis et que les territoires sont maintenant personnels, intérieurs. Et c'est encourageant, on peut croire que c'est un progrès de civilisation. Plutôt que de juger si le type est bon explorateur, s'il fait du nouveau, il s'agit de savoir s'il fait du vrai. Ici, on est assez fort pour l'exploration intérieure, pour avancer dans sa forêt vierge. On est plus introverti, on a plus le sens du sacrifice. A part quelques exceptions, des gens comme Lennon, eux ont assez peu le sens de la culpabilité. Dans cette espèce de far-west intérieur, on peut être les champions".   (les inrocks 91)

 La montagne 84                                                                                                         dans la Montagne en 84

 

                   On ne peut donc pas parler de rejet de "Passions privées" par Murat... juste je pense du peu de goût pour se plonger dans le passé, préférer piocher des inédits plutôt que regarder en arrière... Et c'est bien pour cela que les fans hard-core ont immédiatement compris à l'annonce de cette réinterprétation qu'on allait vivre une soirée unique. Pour le reste du public, c'était plus délicat... notamment pour ceux qui réclamaient "le cri du papillon"... Cela peut expliquer le manque d'enthousiasme qui s'est installé globalement au cours de cette deuxième partie de concert...  alors que cela avait gentiment chauffé précédemment.  

Etait-ce pour autant un concert exigeant?    Non, on n'a pas à se plonger dans un "ami amour amant" en solo... Juste effectivement pour l'assistance à "découvrir des airs et des textes nouveaux", délivrés guitare, basse, batterie... sans les ornements "sucrés" de Slim mais avec l'intervention des percussions et de l'harmonica des MIKAELIAN...  

 

Mais soit...... j'avoue... Je ne sais plus comment retomber sur les pieds de mon compte-rendu, avec tous ces préalables.... J'aurais dû faire un plan en deux parties, deux-sous parties... Première partie : passions, Deuxième: privées... un truc comme ça, bien dialectique.... Allez, on recommence tout : 

 

                   Il faisait beau ce soir-là.... et patati patata...et, ah, oui.... je reprends le fil!

                   Après l'annonce des résultats des bénéfices de la soirée pour l'association "Clermauvergne" de plus de 8000 euros (la plus grosse somme jamais atteinte pour un Kokolo?)...  et un petit entracte, nous étions prêts à entendre "Passions privées":

 


Jean-Louis gratte un peu sa guitare...puis s'arrête... "On va vous le jouer dans l'ordre". Les assoiffés rejoignent la salle précipitamment...   Sur scène, Christophe Pie et Alain Bonnefont semble très concentré et tendu.. Je suis un peu au fond de la salle pour avoir le meilleur son possible... au détriment de percevoir tout ce qui se passe sur scène (ainsi, JL qui perd son médiator.... l'épisode m'a totalement échappée).

 

Longue intro... plutôt  basse, batterie... "LINDEBERG Business"... On retrouve la voix de Murat dans les aigues..  effet accentué par le refrain en s...     On a droit à un bon solo, ponctué de "ooh", "oouh", de Jean-Louis. Bonne entrée en matière... mais mélodie un peu binaire. Ce n'est pas ma chanson préférée.   Sur disque, elle est orchestrée avec beaucoup de synthés  (Georges RODI)  et  une guitare à la ligne claire... qu'on ne retrouve pas... Il faut rappeler que Murat n'avait pas une totale confiance en son jeu de guitare à l'époque, Jérôme Pietri est crédité à ses côtés sur le disque.   Le morceau est très largement étiré par rapport au disque (de deux minutes). Le texte est peu compréhensible...  Murattextes fait semble-t-il une erreur : Matthieu me l'a signalé en discutant cette semaine.... Il faut entendre "tupamaro payera" ( au lieu de "To Pamaro vira"...), ce qui permet d'apporter l'éclairage d'une luciole dans l'obscurité de ce texte (je n'ai pas l'album  vinyle encore, dans lequel les textes sont reproduits collés ensemble à la suite... comme le racontait Anne-Marie Paquotte, dans cet article qui fut si important pour Murat, que  j'avais reproduit   dans cet article consacré à quelques archives).

 

"Petite beauté"... Du Murat pur sucre. Mélodie simple ("fadeur curieuse" selon Bayon)... ponctuée par la basse... avec la voix qui peut se faire trainante. Le morceau pourrait passer pour une composition récente. Petit pont presque reggae? La version est assez fidèle au disque, même si la guitare me semblait acoustique en 84. 

 

196614_1479997179846_1831312335_887465_7504712_n.jpg

 

 

 

Murat: "Ca ne nous rajeunit pas, parce qu'on répétait comme ça tous les 3 y'a... On a fait quelques petites  répètes et c'est revenu tout de suite... On est assez content de vous présenter ça...et ça sera une expérience unique"... Une phrase sans cynisme et ironie...  J'y détecte peut-être un peu d'émotion...

 

Murat a un pupitre devant lui... mais sans papier visiblement... Il connait les textes par coeur. J'en suis un peu surpris. Bel effort ou professionnalisme..

 

Intro tout-à-fait proche du "cri du papillon"... mais cela reste down tempo.... C'est "Johnny Frenchman".... (et ce n'est pas dans l'ordre de l'album... je m'en rends compte maintenant). Sur Murat Live, la version était très country, peu dans l'émotion. Sur disque, une gimmick de guitare très funky... et une orchestration 80's... que j'aime bien.  Jean-Louis reste peut-être plus fidèle à celle-ci. Le refrain est assez efficace... et Jean-Louis Murat se lâche bien... là, encore, un gros solo, violent, qui nous amène tout-à-fait ailleurs, avant de revenir sur le refrain en douceur, et un dernier redécollage... pour conclure?  Non, de nouveau, un dernier couplet.  Lancinant...  Johnny, Johnny... Ah, le meilleur moment de  la 2e partie pour le moment... Très très réussie!  On connaissait deux versions très orchestrées... et le passage à "l'état brut" montre qu'on a effectivement à faire à une excellente compo de Murat (là, encore, indiquée comme telle par Bayon en 88).  

 

Arrive sur scène Pascal Mikaelian... crédité sur le disque à l'harmonica, vibraphone et choeurs.

C'est pour "la louve"... mais je  ne la tête guère (même si j'aime le Rhum). L'harmonica est certes plutôt sympa... L'interprétation de Jean-Louis permet quand même de sauver l'ensemble...  Là, encore, pas ma chanson préférée. Un rien monotone.  Basse lourde, rythme que je n'aime pas... Le morceau le plus faible de la soirée?

 

 Très longue intro... avec une guitare qui vient s'immiscer de plus en plus fort... A ce moment-là, encore, je me dis que ça pourrait partir sur "le cri du papillon". C'est "USCHI"... et Jean-Louis fait jouer sa guitare...   Pour Bayon, le titre était "parfait" sur disque (avec son orchestration originale, avec écho, percu, pont orientalisant), et ce soir, tout électrique,  ça l'est également : dans Lilith, le titre se serait bien glissé.   

 

                     Deuxième intervention (en gros) : remerciements des musiciens,  "on était un groupe auvergnat bien avant que les (vannes aux groupes chantant en anglais?)  soient là.  Alain était au bahut, Christophe était en cavale... du collège... et on ne sait jamais perdu de vue.. On a fait Clara durant 3/4 ans", "On a enregistré à Riom, Riome Le beau [ce qui suscite l'agacement d'une Riomoise à côté de moi]... Ca fait une paye... vous étiez pas né je crois...". Puis, il appelle les frère Mikaelian : "bon, c'est pareil, c'était des gamins, on sentait déjà qu'ils allaient mal tournés". "on va tenter un truc pas évident, jazz rock un peu : Passions Privées".

 

Stéphane Mikaelian, ranchero, s'installe au djembé (c'est un certain SOUKA qui est crédité sur le disque). Le rythme donné est plutôt sympa... On a là une ambiance vraiment originale pour du Murat (et on se prend à rêver de l'album africain qu'il pourrait enfin faire).  En réécoutant le titre sur le disque, je découvre sa  belle orchestration (avec saxo)... "reste nue sous ta jupe en ce début juillet"... Jean-Louis Murat s'amuse cette fois plus avec sa voix... Christophe Pie assure les choeurs : "une femme, une femme".  Excellent. Le public apprécie. Une jolie femme brune devant moi danse. 

 

"Une dernière chanson typiquement clermontoise qui parle de la rue Montlosier..."... Une petite vanne à Pascal Mikaelan... Et ça termine très fort:  vraiment la musique la plus prenante  (air assez tubesque)... Et l'harmonica est très chouette (dès l'intro où il est au premier plan)...  "encore une journée d'ennui"...  Le texte est très court, et Murat  scande certaines phrases... accentuant ainsi le propos...  Très joli final... manque juste un gros solo de guitare fightant avec l'harmonica... 

 

Applaudissements sages pour une prestation autour de "passions privées" de 40 minutes environ...  J'avais compris qu'ils jouaient l'album en intégralité mais il manque finalement 3 titres à l'appel : "Pourquoi n'as-tu pas dis je t'aime?", "cargo de dieu", "l'étrangère"... Dommage de l'absence de "pourquoi n'as-tu..." qui est l'autre "tube" du disque à mon avis...

 

La lumière se rallume un court instant... mais le public continue de réclamer un rappel... et Jean-Louis revient rapidement...  Ah, chouette... Il appelle : "Slim, Stéphane, vous êtes dans les parages?"... Murat commence à gratouiller... pour émettre le célèbre accord de conclusion... puis part sur une impro autour... Stéphane et Slim finissent par arriver... et on retombe sur les pattes du jaguar loin d'être ajourné... L'intro aura donc durée près de 3 minutes... en étant parfaitement "maitrisée" (on ne sent pas l'improvisation)...  Ce n'est pas totalement débridé et sauvage, ni très ralenti, mais sur le ton juste... Jean-Louis finit en imitant le coq, le loup...  8 minutes trop courtes.   

 

 

                    Cela se termine donc ainsi,  et on est ravi de se diriger vers le bar et de pouvoir débriefer avec tous les fans de France et de Navarre... même si ça se clairseme très rapidement... Une petite fête privée semble organisée à l'étage... nous privant de discuter avec les musiciens, ou Rancheros présents (même si j'alpague tout de même Christophe Pie, avec lequel on parle de la tournée en première partie de Charlèlie Couture à la suite de l'album Passions privées, de la basse de droitier d'Alain... alors qu'il est gaucher... puis Stéphane M. qui nous évoque rapidement les conditions d'exercice du métier de Ranchero.. qui ne sont pas faciles).Quand le bar ferme, là aussi rapidement, certaines réclament de pouvoir remettre leur gros paquet cadeau, apparemment pleins de bonnes choses)... Jean-Louis arrive quelques instants plus tard... et discute un bon quart d'heure avec la dizaine de personnes présentes.  

 

 

                         Même si les versions jouées par Murat sont toujours différentes, même si on a souvent des inédits, découvrir ou redécouvrir autant de titres étaient exceptionnelles... et ces titres ont largement démontrés qu'il méritait de figurer dans la discographie (même si le succès ne viendra que 3/4 ans plus tard). Constat aussi  que Jean-Louis n'a rien perdu de sa voix et de sa capacité d'interprétation...bien au contraire.

                         Je me dis ainsi que peut-être Jean-Louis aurait peut-être intérêt à regarder plus attentivement ce passé... C'est devenu effectivement une mode, parfois un concept marketing (le succès récent de Gérard Lenorman...).. et des mauvaises langues pourraient dire que Jean-Louis Murat a copié sur Dominique A qui reprend "la fossette" en ce moment, mais ce n'est pas non plus totalement nouveau : les Sparks ont il y a quelques années chantés tous leurs albums (un par soir), Kraftwerk également il me semble.... Et je ne crierai pas au loup vendu aux Marchés si Murat faisait un "Manteau de pluie 2012"(avec un nettoyage de synthés)... ou misait sur un best of  qui manque, je pense, pour conquérir quelques curieux  et... faire tapis et  relancer de 10... albums avec le succès revenu...

 


  MERCI JEAN-LOUIS MURAT! POUR LES POMPIERS DE CLERMAUVERGNE, et pour les MONGOLES, et POUR NOUS... 

  SAM_6576.JPG

  SAM_6578.JPG

 

- PROCHAINS CONCERTS:

 

* 30 Juin, NAMUR, concert gratuit... Où il démontra sa capacité à tenir en haleine une assistance de plus d'un millier de personnes, comme à Cluses il y a quelques années.

* 26 juillet aux Sables en VENDEE, avec Thomas FERSEN

 

 

 koloko-2012-armelle.jpg

 

 

  Merci Armelle pour la photo, Merci Matthieu pour les quelques éléments donnés, 

Je ne sais plus où j'ai récupéré les autres archives : alors, merci à tous les archivistes et aux grands anciens...

 

Allez, ouste, publication... ça ira bien comme ça...

 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

lew 26/06/2012 14:10


les Muratiens-Arthuriens, les grands lièvres du Râble-Rond... ah, magicien Matthieu, votre baguette n'exerce pas sa magie qu'auprès des gentes dames du royaume du
Massif Central, c'est un mojo à côté duquel même la noble Excalibur pâlit, un philtre d'humour que tous les petits pages arvernes vous envient !

Matthieu 26/06/2012 10:16


     T'as vu Pierrot, le roi Arthur est l'un de tes lecteurs ! Je crois que nous allons pouvoir
constituer une belle équipe autour de lui : Pierrot, tu seras Lancelot, le meilleur chevalier du monde ; Lew, vous serez
Perceval, puisque la teneur de vos commentaires semble indiquer que vous avez trouvé le Graal ; Armelle, tu seras bien évidemment la reine Guenièvre ; quant à
moi, en passant un peu de farine sur ma barbe, je pense pouvoir être crédible en Merlin.


     La table ronde reste ouverte pour d'éventuels nouveaux convives...

Pierrot 26/06/2012 19:47



... ... Pour Perceval surtout!



KingArthur 25/06/2012 20:20


Cher Monsieur Matthieu,


Vous êtes démasqué, en réalité vous êtes Bruno S. (!!) et comme mon vrai nom est en effet Y. Le Bolloch' (!!)  nous nous sommes
inévitablement croisés un jour sur le tournage de Caméra Café, (entre deux prises de Kaamelott)... ces deux séries sont excellentes à mon goût, j'adore le burlesque !! je ne vais pas manquer de
suivre votre conseil sur l'émission Eclektik que je n'ai pas vue... pour le reste, je suis entièrement d'accord avec vous sur votre opinion sur Dominique A/Florent Pagny etc... et le fait que
vous aimiez JLM en interview. Il est vrai que je m'en lèche les babines également car on ne sait jamais s'il va être sérieux, sortir une bourde, se lancer dans une diatribe incompréhensible ou
dire une chose... suivie de son contraire.On comprend (sans se forcer ) qu'il fait ça pour sa promo et uniquement pour ça.  J'adore son parler vrai, son cynisme et sa façon de se ficher de
l'auditoire ( et de l'interviewer) et c'est souvent du ...grand n'importe quoi et c'est pour ça qu'on l'aime !!! en effet, et je crois qu'il l'a dit (donc >>il le pense !) qu'une chanteur
se juge sur ses chansons et pas ailleurs.( A bon entendeur )


PS= Mlle Rebecca Manzoni est en effet une fort jolie personne.

Matthieu 25/06/2012 10:49


     M. Kaamelot, je ne sais pas si c'est là votre vrai nom ou s'il s'agit de votre nom de plume, parce que moi, par exemple, Matthieu est
un pseudonyme, je m'appelle en fait Caméra Café. Mais si Kaamelot est un pseudonyme que vous avez pris en hommage à la série créée par Alexandre Astier, je vous conseille d'écouter si vous l'avez
manquée l'interview de ce monsieur dans l'émission Eclectik du 6 mai dernier (réécoutable sur le site de France Inter). On pouvait y entendre un garçon très drôle, mais aussi très
brillant. Un bel entretien, vraiment.


     A propos d'Eclectik, Rebecca Manzoni (qui a réalisé naguère une belle interview de JLM, mais je ne suis pas très objectif étant, je l'avoue, amoureux de Rebecca
M.) recevait hier pour la dernière émission de la saison Dominique A que Pierrot évoque dans son article. En publiant à la fois un disque et un livre, Dominique A a réussi à se faire inviter dans
un nombre considérable d'émissions, il a fait une campagne promotionnelle digne d'un Forent Pagny, période "Savoir aimer". Ce qui ressort de ces heures d'entretiens, c'est que le garçon est
gentil, qu'il parle de sa jeunesse, de sa manière d'écrire et de composer, qu'il explique ses chansons, qu'il dit du bien de ses copains Katerine et Miossec et patati et patata. Et à force de
l'entendre, je me suis dit qu'il était en train de devenir le nouveau gendre idéal. Je ne sais pas si c'est une bonne nouvelle pour lui et pour les gens qui l'apprécient, mais je sais qu'après
l'avoir autant entendu, eh bien je comprends mieux pourquoi j'aime JLM en interview, même quand il m'arrive d'être effondré par certaines de ses déclarations. La répétition des entretiens
entraîne inévitablement la fadeur, à moins de se mettre en roue libre. Entre un silence absolu et un bavardage promotionnel sans intérêt, il est difficile de trouver la bonne position et il me
semble que JLM y parvient sans doute mieux que d'autres.


     Quel rapport avec l'article de Pierrot ? Heu, bah, c'est-à-dire que... On ne va quand même pas se mettre à cinquante pour lui dire
que son compte rendu est bien, qu'il fait du bon boulot, qu'il est drôle, qu'il est intelligent, qu'il prend de jolies photos, qu'il a beaucoup d'imagination, qu'il est gentil, etc. Moi, en tous
cas, je ne lui dirai pas !

Pierrot 25/06/2012 13:04



excellent Caméra Café... Pour le reste, surtout la fin, que des sornettes...  Non plus sérieusement, je suis assez d'accord pr Dom A... surtout avec la fin...



kaamelot 25/06/2012 07:36


je voudrais dire à l'auteur de ce reportage qui était occupé à regarder les belles jeunes femmes danser .... qu'il n'a pas vu non plus Jean-Louis trébucher et failli tomber à la renverse au
milieu des fils...et Stéphane chercher sa baguette qu'il avait perdue en la lançant peut être un peu trop haut en l'air !!!...


je voudrais un peu plus de sérieux dans la narration de sfaits SVP !!(LOL)

Pierrot 25/06/2012 18:43



ouf, heureusement que j'avais tenu à vous signaler que je n'avais pas tout vu de la scène!



Armelle R.G. 24/06/2012 21:21


j'avais je crois, la plus fan des fans des débuts du jeune Jean-Louis juste à mes côtés et bien on ne s'est pas ennuyées sur cette seconde partie! même si je ne connaissais que "Johnny
Frenchman", "Passions Privées" et "la Louve", j'ai été subjuguée par l'interprétation des titres avec les musiciens d'origine et surtout très touchée que JLM nous fasse ce cadeau exceptionnel! la
raison pour laquelle on était bien plus calmes sur cette partie du concert : profiter au maximum de ce moment intemporel!


 


et Pierrot, j'attends la vidéo de "Je traîne et je m'ennuie" illustrée par ton reportage by night


>>

phil d angers 24/06/2012 20:49


merci pierrot pour le cr et pour ton travail sur jean louis


a bientot


 

Pierrot 25/06/2012 18:46



merci!.... 



Didier Le Bras 24/06/2012 10:33


Merci Pierrot de ce très beau commentaire ...

Pierrot 25/06/2012 18:46



Merci didier



lew 24/06/2012 10:05


Anne-Marie Paquotte, pas coquette pour un kopeck, disait de Murat qu'il était un chanteur a écouter la nuit. 


est-ce que ces Passions Privées rendues -- le temps de la naissance d'une rose blanche nocturne, l'espace d'un instant quoi, comme dirait l'autre -- , "publiques",
sont toujours plus que jamais porteuses des fleurs de l'amour-passion, celui des flammes de la brûlante attraction, dans la pure acception platonicienne de la chose, ou bien sont-elles, non pas
apaisées mais plus tournées vers la "philia" d'inspiration aristotélicienne ?


non, je dis ça parce qu'avec l'arrivée d'une certaine maturité, les sentiments changent tout de même un peu. l'amour reste très chaud mais sait caresser la polarité
dans le beau sens de l'intensité, les sens toujours à fond d'Insensatez, cela dit. (quoique...hier soir j'ai revu Jennifer Connelly dans "Hot Spots", aïe-aïe, ouch, c'est toujours super chaud
dans mon âme).


trouvez-vous le rapport de Murat changé, vis à vis de l'amour ? en donne-t-il des signes sur scène ? (il a toujours eu un petit côté Elvis, Hunky Dory, Smokey
Robinson, Al Green, Jelly Roll Morton, Memphis Slim, et Julio, rentré, non ?, avouez...) .


bonne journée.


compliments pour ce billet d'anthologie Pierrot !


 

Pierrot 25/06/2012 18:51



Merci pour le compliment... Pour le reste, je surnage... Peut-être n'a-t-il pas changé? Ne veut-il pas juste ne pas en parler maintenant qu'il a des jeunes enfants?   Je te sens inspiré
(comme d'habitude)... tu nous fais un petit article??    Moi, ça m'a donné envie d'un article "Murat classé x poétique"... je note ça sur ma liste de projet... suaf que je ne n'ai
pas de liste!



Matthieu 23/06/2012 17:06


"Une jolie femme brune devant moi danse". Mais non, Pierrot, c'était moi !


C'est vrai que tu me trouves belle de dos ?

Pierrot 23/06/2012 20:30



sois pas jaloux mon grand fou... Je t'écrirais "1 heure, qu'est-ce que tu fais" "avenue de la république, oui tu me parles,  du lien défait, il est 1 heure, et j'm'fais des bourlets, il est
1 heure..."...    


  Oui, tiens, ça m'aurait bien plu de la voir danser sur "16 heures".... ...



decoster marie laure 23/06/2012 15:51


un mot " bravo"

Pierrot 23/06/2012 20:33



Merci beaucoup!



kaamelot 23/06/2012 15:41


Chaleureux remerciements, Pierrot pour ce compte rendu infiniment détaillé et fidèle de la 2eme partie de soirée... mention spéciale à la vidéo postée en préambule sur les 30 ans de carrière de
JLM (tiens c'est amusant la voix de Jean-Louis sur Suicidez vous le peuple est mort fait un peu penser à Manset , non ??)


J'avoue que je n'ai pas aimé cette deuxième partie car je ne connaissais pas cette période ni l'album (pas né à cette époque, enfin pas né ...!!) et je n'ai pas été sensible aux titres chantés
hormis la chanson sur la rue Montlosier .Mention BIEN aux frères Mikaelian et à l'harmonica pour l'émotion qu'ils ont su rendre en toute fin de concert !... et mention TRES BIEN à Pierrot et son
talent de reporter (et de limier)

Pierrot 23/06/2012 20:35



MERCI BEAUCOUP!  J'avais déjà posté cette  vidéo pour les 30 ans de "suicidez-vous cet été".


La référence à Manset a été faite immédiatemment (dès 81)...  Un jour je posterai peut-être l'article MURAT/MANSET pour lequel j'accumule les notes depuis 2 ans...



pascal 23/06/2012 13:26


Bravo pour ce compte-rendu, video en prime, j'ai adoré!


Tu as raison, "Je traine traine et je m'ennuie" reste gravé en mémoire, vraiment fabuleuse interprétation, que dis-je une sublimation!

Pierrot 23/06/2012 13:31



Merci beaucoup Pascal! et Content de t'avoir rencontré!



pierrot 23/06/2012 11:55


Et bien, ça a été laborieux...  et j'ai fini par torcher le tout comme d'habitude... Oui, il falait bien que ça paraisse une semaine après quand même (je commente avant de lire les : "et
bien, ce n'est pas trop tôt" "on a failli attendre"!!)   Par contre, je suis content : j'ai pris de l'avance sur 2014! Pour fêter les 30 ans de Passions privées... une partie du taf
sera fait!          J'ai fini par acheter le LP hier soir... Ca y est... J'ai tout... sauf des CD singles,d es CD promo, des éditions Vinyles, des
éditions étrangères... mais soit... ma collection me convient comme ça...