Rendez-vous à l'hôtel, Europe 1, le 28/09, et des autres trucs!

Publié le 28 Septembre 2011

 

Oui, Chez Field, belle ville anglaise... euh... scusi... vraiment la tête embrumée... 

 

Alors, c'était ce soir... l'émission d'Europe 1, Rendez-vous à l'hôtel. 

 

J'ai râté le début...  et je les rattrape après une vingtaine de minutes...

 

... Jean-louis Murat n'a pas envie d'expliquer "grand lièvre".... et explique que ça aurait pû s'appeler "petit lapin" ou "grande lèvre"....   Y'a un brouhaha dans cette émission, c'est pas terrible...

Et ça continue dans cet acabit : Jean-Louis n'a pas envie de parler, dans cette ambiance, on le comprend... et tente d'écourter l'interview.

- Field tente une analyse intéressante à propos de l'attitude de Murat en interview (pour lui médiatiquement porteuse) et suscite du coup une bonne réponse.. même si ça ne me convient pas... Il veut s'effacer et mettre sa musique en avant... Ce n'est pas ce qui se passe:   l'irritation envers son personnage empêche un grand nombre de personnes d'adhérer à sa musique...

Et là, on retombe toujours sur la même question  :" pourquoi faire de la promo puisque vous avez votre public?".

 

- Une longue séquence sur le prof d'anglais de ses 14 ans...  "Reconnaissance éternelle"".

 

- Une question sur l'accordéon...  Jean-Louis Murat en joue à la maison... et fait rire tout le monde à propos d'yvette Horner... sur une anecdote véridique...

 

- Une question sur l'Olympia... dans lequel il était hors de question pour Murat de chercher des fantômes...

 

- la bourse de Paris en baisse, et il va faire beau... ah, ça c'est le flash de 22 heures... euh...

 

Allez, on peut réécouter là et télécharger (à partir de demain):

http://www.europe1.fr/MediaCenter/Emissions/Rendez-vous-a-l-hotel/Sons/Rendez-vous-a-l-hotel-28-09-11-740787/

Apparemment, y 'a une erreur : une émission datée du 28/09 est en téléchargement... mais ça doit être celle du 27.... 

 

 

 

LE LIEN EN PLUS :

 

En ligne, Une interview par Julien DODON, le journaliste de "la Montagne":

http://clermont.org/3481-le-nouveau-jean-louis-murat-demain-dans-les-bacs-2

Le nouveau Jean-Louis Murat demain dans les bacs.

Rien n’est important, j’écris des chansons comme on purgerait des vipères. Jean-Louis Murat est une espèce en voi(x) de disparition, comme le grand lièvre, animal devenu rarissime dans les campagnes, et pas seulement celles d’Auvergne. Une espèce en voie de disparition, ça se protège.

Dieu, Jupiter, et le travail ? Ecrire, créer, « c’est du travail. Quand tu fais de la musique depuis trente ans, tu fais bien les choses. C’est pas que tu es inspiré par Dieu, ou que tu sors de la cuisse de Jupiter, et que tu appuies sur un bouton, la création, c’est du travail, et une façon de bien maîtriser son instinct ».

De Grand Lièvre à Satisfaction… Une chanson est bonne quand « je la répète avec les mecs. C’est à ce moment que je décide où non de la garder. Pour Grand Lièvre, j’avais 44 chansons en studio. C’est assez mystérieux, cette idée d’une chanson terminée et bonne. Tu es très mal placé pour juger de ça. Quand les Stones font Satisfaction, Keith Richards dit c’est quoi ? C’est une face B… » !

Eno, Fred, Stéphane, Slim et les autres. Bosser avec d’autres ? « Je l’ai fait plein de fois, un fiasco. Et puis, c’est super-prétentieux mais je crois que je n’ai besoin de personne. Je n’ai jamais laissé la réalisation de mes disques à qui que ce soit. Enfin si ! J’ai fait quinze jours à Londres dans les années 90. On dépense une fortune et tout finit à la poubelle. J’ai failli bosser avec Brian Eno, une fois. Il a tout écouté, il m’a écrit pour me dire, en gros, débrouille-toi tout seul. Ça m’a vachement mis en confiance. J’ai eu ça très tôt dans ma carrière. Ça n’empêche pas de bosser avec Stéphane, Fred, Émerick, Slim, Christophe, etc. Je ne bosse pas tout seul ».

Sur la même ligne. Le processus d’écriture de la chanson, « je ne vois pas qui d’autre que moi peut le maîtriser. En fait, j’aime assez envisager ce métier de manière solitaire. [...] Une chanson, c’est, quand même, des bouts de musique et des bouts de textes et ça dure 3,30 minutes. Une chanson, c’est une chanson, qu’elle soit de moi ou de C. Jérôme. C’est le même boulot. Si tu le fais avec le même soin. Y’a pas de strates, y’a pas un truc qui est mieux parce qu’il est signé d’un tel ou moins bien parce qu’il est de je ne sais qui. Tu fais un job, c’est tout.

La position du champion. Personne n’a écrit ou n’écrit comme Murat… « J’espère bien (rires) ! [...] J’aime être en position de champion. Il n’y a pas de domaine privilégié. Tu peux être champion en clôture, comme mon pote, Émile. Moi, je ne fais aucune différence. Si t’es bon, t’es bon. Moi, j’espère être consciencieux.

Regarde l’amer. « Je suis très content de vendre beaucoup d’albums, déçu d’en vendre peu, mais je ne peux pas en faire une maladie. Je ne peux pas me remplir d’amertume parce qu’un disque ne se vend pas autant qu’on l’imagine ».

Le défaut de la qualité. « J’aime écrire de la poésie pure. Mon gros défaut, c’est d’avoir une écriture trop littéraire. C’est peut-être ce qui me pénalise le plus. C’est pas une bonne idée de mettre cela en avant. J’écris trop littéraire. Il m’est difficile de faire autrement. C’est plus difficile d’écrire simple que d’écrire compliqué, on le sait tous. Ma nature est ainsi. Je ne vois pas comment simplifier un texte, la vie c’est tellement compliqué, enfin sophistiqué plus exactement. Je suis fabriqué d’une façon ancienne ».

Un piano, une seconde et Jim Harrison. Plus qu’une véritable histoire, Murat sait raconter, tirer sur un instant pendant des minutes. « Comme un moment qui a de la pédale, au sens pianistique du terme. Dans ces deux secondes-là ont pu s’engouffrer des sensations, des choses. En ce sens-là, je suis un peu prisonnier d’un certain style, d’une certaine grammaire à la française, je crois. Je suis très vieux jeu dans ce sens. Avec Jim Harrison, le goût du camembert, il fait trois pages… »

La méthode Chabrol ? Le prochain album est déjà écrit, ou presque. « En fait j’applique la méthode Chabrol, je ne suis pas stressé par la sortie d’un album parce que je suis déjà sur le suivant ». Intox.

Julien Dodon

 

 

 

Et un petit article:

http://musique.portail.free.fr/actualites/26-09-2011/jean-louis-murat-back-dans-les-bacs/

 

 Enfin, le twitt du jour par le journaliste de Marianne... qui a interviewé Jean-Louis .....

 

MMDP
"La politique n’existe pas en France et je ne vais pas voter pour des Mickey"
Le dernier LIEN EN PLUS de dernière minute: 
 Franck Loriou qui a fait les si belles photos de Jean-Louis Murat expose :
YANN TIERSEN
SKYLINE
photographies & graphisme
par Frank Loriou


EXPOSITION A LA GALERIE CHAPPE
Du 27 octobre au 11 novembre 2011

vernissage le mercredi 27 octobre à partir de 19h
avec concert acoustique de Yann Tiersen

4 rue André Barsacq, 75018 Paris
Métro : Anvers ou Abbesses
Ouvert tous les jours de 14h à 20h
01 42 62 42 12 - galeriechappe@gmail.com

http://www.yanntiersen.com /
https://www.frankloriou.co m/

en partenariat avec mute, naïve, magic, popNews et la blogothèque
   

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article