Dominique A - encore!- à propos de Murat... et de MANSET

Publié le 10 Février 2012

 

 

On avait souvent parlé de  Dominique A qui évoque Murat... Voilà encore une occasion... même si l'interview est surtout intéressante à propos de MANSET... et de Bashung. C'est même passionnant...  Merci à S. FESSON.

 

Intégralité de l'interview:

http://www.parlhot.com/itw-rock/dominique-la-musique/

 

 

Sur MURAT:

"Et Murat ?

Aujourd’hui Murat vend pas plus de disques que moi, mais Miossec oui.

En même temps Miossec on dirait qu’il fait toujours la même chanson, non ?

Ouais, mais quand tu entends une chanson de Miossec ça trompe pas. Il y a un truc immédiat dans la narration et le timbre de voix. Alors que Murat, à part dire qu’il aime les femmes – et ça c’est le champion, on avait compris merci – il a un peu le même problème que moi en pire. C’est-à-dire qu’on sait vraiment pas de quoi il parle. Mais en permanence.

Euh à ce niveau-là je vous trouve plutôt ex-aequo. Par exemple, dans le morceau titre de ton dernier album, quand tu parles de « principe d’immunité », de « sybarite », « guérite », de « pitons et monts élancés », je trouve ça très beau mais je comprends pas tout.

Ah, pour moi ça me semble déchiffrable".

 

 

Dominique A aime bien tacler un peu Murat en ce moment... mais ne semble pas avoir assimiler le virage textuel de "grand lièvre"... où il est peu question d'"aimer les femmes".

 

 

Un extrait sur MANSET (il  y est souvent question ailleurs):

"Ouais ! Le truc folk c’est considéré comme le grand œuvre ! Mais en France – enfin c’est vrai ailleurs mais surtout en France – si t’as pas fait 15 albums ou si t’es pas mort y’a rien à faire. Après Manset c’est particulier : dans quelle mesure sa mort va-t-elle réévaluer ce qu’il a fait ?

Bonne question car Manset, physiquement, en tant que chanteur, il est tellement absent que c’est un peu comme s’il était déjà mort. D’ailleurs pour moi si Manset a enfin écrit pour Bashung sur Bleu Pétrole, ce n’est pas juste parce que Bashung avait fait place net en ne reprenant pas son parolier Jean Fauque, c’est surtout parce qu’en un sens Bashung était déjà de l’autre côté. (C’est d’ailleurs, comme un guéri, ce qu’écrira Manset dans un petit livre consacré à Bashung, Visage d’un dieu inca, qui paraîtra le 6 mai 2011 : « Finalement nous nous étions retrouvés sur le dernier parcours, et c’était bien ainsi… ») Sur L’Imprudence et sur Fantaisie Militaire, il s’était défait de ses oripeaux sexe, ogre et rock’n’drôle pour se rapprocher du poète sépulcral que Manset a toujours été. Il s’était en un sens « manséïsé ». Donc voilà la collaboration a pu se faire. C’est ma petite théorie…"

 

 

 

Retrouvez sur Parlhot beaucoup d'autres interviews au long cours:

www.parlhot.com/

 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Commenter cet article

jojo la frite 23/02/2012 11:03


Bonjour Pierrot


voici une retranscription de la conférence de JL Murat à la Fnac St Lazare en septembre dernier. Comme j'ai cru lire que tu n'y étais pas ca t'interessera peut-etre.


http://hetf.blogspot.com/2012/02/jean-louis-murat-fnac-saint-lazare-30.html


et merci pour ce site de référence sur toutes les news et archives concernant Murat.

Pierrot 03/03/2012 09:36



merci!



lew 17/02/2012 16:53


et si la "Manséisation" n'était en fait que la seule voie (j'allais écrire "porte de sortie", mais je me reprends) qui s'offre et s'ouvre devant les "chanteurs
français", d'aujourd'hui, au temps de l'internet vainqueur.


Manset on le sait, était avant-garde en tout.


quelquefois pour le pire, la plupart du temps pour le meilleur.


si certains avaient suivis son exemple, que d'ennui éprouvé lors de concert se serait-on épargné.


oui, mais voilà...


[très chouette interview de Dom. A, ses impressions de Bruxelles (sale, avec des quartiers pourris, moche), est sans doute proche de la réalité, mais c'est assi pour
cela qu'on l'aime. certaines de ses réponses m'ont pour la première fois fait saisir chez lui ce que je ressens comme une certaine froideur de sentiments, et que je pressentais depuis longtemps
l'habitant].

Didier le Bras 10/02/2012 20:35


Tu ne penses pas si bien dire Pierrot, puisque sur l'album "Grand lièvre" on peut dire qu'il n'y a aucun mot qui traite de la sensualité féminine ou du rapport amoureux !