En direct des T.O.... vieil inédit-live

Publié le 16 Janvier 2010

Murat a chanté cette chanson lors de sets pour  RTL (98 il me semble). C'est une chanson magnifique.  



la version de Ferré:







texte de J.R. Caussimon




Il est des nuits où je m'absente discrètement, secrètement

Mon image seule est présent, elle a mon front, mes vêtements

C'est mon sosie dans cette glace, c'est mon double de cinéma

A ce reflet qui me remplace, tu jugerai que je suis là




Mais je survole en deltaplane les sommets bleus des Pyrénées

En Andorre la Catalane je laisse aller ma destinée

Je foule aux pieds un champ de seigle ou bien peut-être un champ de blé

Dans les airs j'ai croisé des aigles et je croyais leur ressembler




Le vent d'été parfois m'entraîne trop loin, c'est un risque à courir

Dans le tumulte des arènes je suis tout ce qui doit mourir

Je suis la pauvre haridelle au ventre ouvert par le taureau

Je suis le taureau qui chancelle je suis la peur du torero




Jour de semaine ou bien dimanche tout frissonnant dans le dégel

Je suis au bord de la mer blanche, dans la nuit blanche d'Arkhangelsk

J'interpelle des marins ivres autant d'alcool que de sommeil

Cet éclat blême sur le givre est-ce la lune ou le soleil ?




Le jour pâle attriste les meubles et voilà, c'est déjà demain

Le gel persiste aux yeux aveugles de mon chien qui cherche ma main

Et toi tu dors dans le silence où sans moi tu sais recouvrer

Ce visage calme d'enfance qui m'attendrit jusqu'à pleurer




Jean-Roger chante "comme à Ostende":






LE LIEN EN PLUS: 

On passe au plus trivial et dispensable... mais soit: Jean-Louis avec Carla Bruni au grand Journal... y 'a pas vraiment d'interview...

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Commenter cet article