Il était une fois... un concert de Murat (CONTES-rendus)

Publié le 14 Avril 2013

   
Après une inter-ViOUS ET MURAT, besoin de souffler et de respirer le printemps... et j'ai laissé s'accumuler les infos, comme les mails non-lus dans ma boite pro.  Mais de chères lectrices nous ont fait de beaux cadeaux, en rédigeant des comptes-rendus consistants... Il fallait donc que je renonce à ma soirée canapé-bière-foot... pour vous en faire part, avec tout ce qui est sorti dans la semaine sur le net  sur cette belle série ininterrompue de concerts (c'est ce qu'il aime).
҉   Cenon (Bordeaux)
Article sur le blog des journalistes de SUD-OUEST...
 
Murat, guitare héraut       Dans une configuration inédite, Jean-Louis Murat s'est produit hier soir au Rocher de Palmer de Cenon (33) devant 450 personnes. Un concert radical et classieux. Comme sa cravate.
Jean-Louis Murat est un beau gars. C'est injuste pour les artistes géniaux au physique ingrat mais cela a malheureusement son importance dans le rapport charnel d'un concert intimiste. Amaigri, coupe courte, costard et cravate noir sur chemise blanche: on s'attendait à la chemise à carreaux du poète rural sur tignasse en broussailles, et l'on découvre un Chris Isaak auvergnat, droit devant son pied de micro. A ses côtés, le batteur Stéphane Reynaud habillé de même. Duo classieux pour concert qui ne le fut pas moins.
MURAT CONCERT.jpg"Over and over" puis "Belle", deux titres du dernier album tout chaud ("Toboggan") pour ouvrir un bal rock version laid-back, folk électrique, troubadour roots mais tenue impeccable. "Et mon coeur fait boum boum" (inédit) fait monter la sauce, les lumières rougeoient. Derrière le duo, un triptyque vidéo illustre joliment et sobrement sans happer l'oeil. On pense aux images de Dominique Gonzalez sur la tournées des Grands espaces de Bashung... ici en format de poche.
Batteur carré. Un deuxième titre inconnu dans nos oreilles ravies pour un solo énorme qui nous rappelle à l'occasion le superbe guitariste qu'est Murat. Pendant une petite heure et demie, une seule guitare en main (un rien dobro non? les spécialistes, où êtes vous?): économie ou cohérence? Un peu des deux. Les sons qu'il en sort sont gras et fluides, chauds et caressants. Puissants et doux. Alliés à la batterie, un peu trop puissants parfois. "Le champion espagnol" et "Sans pitié pour le cheval" seront les emprunts faits au précédent disque, "Grand lièvre" pour un set où on ne remontera pas au-delà du "Cours ordinaire des choses" (2009).
Stéphane Reynaud à la batterie est carré comme ses caisses sont rondes, délicat quand il convient, chevauchant quand s'en ressent le besoin. Deux fois il quitte la scène pour laisser Murat siffler et nous chuchoter deux merveilles récentes: "Le chat noir" et "Amour n'est pas querelle", menestrel folk hors du temps. Et il miaule comme personne. "J'ai tué parce que je m'ennuyais" et un extraordinaire... "Extraordinaire voodo" final complèteront le panorama de l'album nouveau-né.
Palmer pur Malte. "Vous avez une belle salle", lâche sur la fin celui qui n'était pas venu à Bordeaux depuis six ans. "Il y a de la caillasse ici." On apprend que Robert Palmer est maltais et non pas chypriote et que "drôlement sympa, ça valait le coup de venir." On confirme. Fin de concert court et dense. Murat file dans le hall... dédicacer. Economie ou nouvel état d'esprit? Un peu des deux.
Yannick Delneste

J'ai apporté en commentaire, quelques précisions: la guitare utilisée est bien une dobro, mais celle de la photo définitivement abandonnée du fait de son instabilité, le titre de l'inédit "l'eau de la rivière"... et bien sûr, le fait qu'il chante LINDEBERG B. qui est un vieux titre...
 
҉
TOULOUSE:
 
Beaucoup de points d'interrogations... mais au bout du compte, un 4 étoiles/5.
 
 
Et voici deux comptes-rendus par des amies du blog:
҉ St-jean de Vedas (Montpellier) par Malika... qui en a oublié de nous dire qu'elle a été plus que déçu du public ce soir-là...
Prendre le train bleu des songes ...

Hier soir , je me suis demandée si j'irai au concert de jean louis Murat , la salle à saint jean de Vedas ,ne donnait guère envie sur le site internet et la distance (pratiquement 100 kms d'Arles ) n'arrangeait pas mon sentiment de rester pépère à bouquiner .Cependant le premier concert marseillais de la tournée dans cette merveilleuse salle de l'espace Julien ,m'avait tellement enchanté que l'envie de me replonger dans un coma artificiel muratien pendant une heure et demi était plus forte .

Depuis plus de 15 jours l'album tourne en boucle ,j'etais donc impatiente de pouvoir pratiquer mon sport favori (chanter à tue tete ),et après quelques péripéties de rond points divers (qui penserait qu'une salle de concert se situerait dans une zone commerciale entre le Picard du coin (et dieu seul sait ...que j'affectionne particulierement les rayons cuisine évasion et apéritifs de cette charmante marque ) et le carrefour ...,me voila donc arrivée

Aprés une première partie assez sympathique (reprise de Dominique A le courage des oiseaux notamment ) ,le groupe Laurent Montagne ,(prémonitoire ce nom , ...... et la me vient en tete ...."je suis heureux ça c'est montagne amoureux ça c'est la montagne") laisse la place au duo dandy à la brian ferry ...une seule guitare cette fois ci .

Le parcours musical fut à peu de choses prés le meme que marseille avec en fond les images de camille ...bien que beaucoup plus court ... à mon grand regret ,pas de "agnus dei " (qui reste pour moi une des plus belles chansons de l'album ) ,pas de pont Mirabeau , pas de Robinson (que j'avais adoré en live ),pas de johnny frenchman (qui a été évoqué en faisant allusion à georges FRECHE); mais avec des arrangements différents . "Belle "(petite pensée pour Laurent ... pas pu faire les aboiements .... )a été joué façon folk américain ... une pure beauté ..une petite larme ,au moment du passage "je pense à ton coeur jeanne "
En recréant instinctivement avec un petit dandinement du haut du corps un bercement maternelle ,mes souvenirs d'enfance remontaient à la surface sur le chat noir ,le susurrement plus que sensuel du solitaire et apaisant" il neige ""il neige depuis des jours c'est ton secret " ,fit à nouveau chavirer mon coeur ,"deja nos roches recouvertes ,toutes les fermes tous les hetres la nature alentour s'est enterrée "(des phrases qui avaient été gravées dans mon cerveau à la sortie du concert de Marseille ),,le timide et hésitant comme pour le premier live "Amour n'est pas querelle " avec "il me faudrait le coeur d'un magicien " ,le lent "over and over ",l'électrique "tout dépend du snipper ",, l'envoutant "lindberg business ",l'erotique "salope ginette ramade " ("la salope ..la salope ... "en refrain final ),le trés revisité et méconnaissable cette fois ci "sans pitié pour le cheval " , l'héroique "champion espagnol qui n'a pas froid aux yeux " , et je finirai par les merveilles de la soirée "l'interminable et envoutant MICHIGAN " (est ce que je vois l'armée de napoleon ? je ne vois rien venir non non non .... je ne vois venir que le néant je vois ton coeur poussé par le vent ....je ne vois plus ni pensée ni action ...je ne vois plus la racine du champ je ne vois plus gémir l'homme blanc ..... je ne vois pas de véritable ami te rejoindre au jardin des tuileries ..je ne vois pas d'organisme vivant mais grand dieu qu'allais tu faire au Michigan ??? " et le terminal " extraordinaire Voodoo"

Petite parlotte de milieu de concert "comment ca vous ne pourrez pas dire que je ne vous parle pas ... "..... tout le monde en a pris pour son grade ..... les musées sont devenus moches .. et il s'y connait puisque sa femme est montpelliéraine ainsi que ses beaux parents ..... georges freche ... un petit tour de politique .. " je ne vais pas vous parler de cahuzac " ...la salle :"qu'est ce que c'est devenu moche " ...je le sais je viens depuis 20 ans .... en fait mon public commence à ne plus etre tout jeune lui aussi ... et au fait stephane , t'as fermé la bagnole t'es sur ? nan parce que la derniere fois on s'est fait voler ..sinon y a une belle expo au musée .... voila on va terminer par une chanson et apres on s'en ira .. nan raler pas ... je reviendrai l'année prochaine ...bref du jean louis made in rochefort Montagne .... j'adore ....

Immersion intégrale dans un univers parallèle hors du temps présent ...hors des conventions ... hors de soi ...ca c'est Murat ..c'est LE Murat que j'aime , le Murat qui me fait m'éloigner de ce moi qui m'effraie et qui m'en rapproche aussi tellement ("la peine fait mon lit , la peine fait mon visage , a peine je souris et je redeviens un nuage ..c'est ma vie , une vie a fleur de peau " )
 
 
҉
 ST OUEN L'AUMONE, par Florence:
.20h30, nous arrivons dans la salle où m'attendent Marie-Christine et Sandrine, super, elles sont au premier rang et il reste des places. Nous nous installons donc du côté gauche , en face de lui, j'aurai durant toute la durée du concert une cymbale qui m'empêchera de voir le visage de Stéphane...
La salle se remplit peu à peu , elle est quasi pleine.
21 h précises, Jean-Louis entre sur scène par le côté (derrière un des paravents) suivi de Stéphane.
On était prévenus , il est aminci, et en costume noir avec une cravate et ce n'est vraiment pas ce que je préfère sur lui . Je ne suis pas sensible à ce que certains ont appelé son côté dandy . Je trouve qu'il fait endimanché et que le costume ne lui va pas...
« Bonsoiiiiiiiiiir » dit-il d'une voix grave en prenant sa guitare pour entamer Over and over.
Difficile de rentrer dans le ton, de plus, il faut s'échauffer, le public a un peu de mal à suivre, Jean-Louis a l'air de peiner un peu.
Puis Belle est enchaînée avec un très beau déroulé d'images de neige sur une route la nuit et cette chanson que je n'aime pas beaucoup sur l'album prend ici une allure qui me plaît mieux. J'avais tendance à la trouver mièvre et ce soir, elle ne l'est pas du tout.
Le public applaudit sagement.
   
Puis vient ensuite après une longue intro, l'Eau de la rivière, beaucoup plus rock, plus endiablée. Il a quelques oublis, quelques trous dans les paroles mais ce n'est pas grave, il n'y a pas de trous dans la musique en tout cas !! Le public ,cette fois, se réveille, il y a des cris de satisfaction dans la salle.
Il aura fallu deux chansons pour que la salle se chauffe …
Il enchaîne avec une version un peu étirée du Champion Espagnol (très bon !) c'est aussi une chanson que je ne goûte guère sur Grand Lièvre mais en concert ,elle est sensationnelle ! ( avec des petits « kikis, kikis » piaillés en fin de chanson ...)
Ensuite, nous avons du mal à reconnaître J'ai tué parce que je m'ennuyais , soit parce que la version sur scène est forcément différente de celle du disque, soit parce que Jean-Louis a envie de nous surprendre ( je pencherais plutôt pour la seconde version …) « Faut il vous le chanter faut il vous le ...yeah yeah yeah … » là aussi quelques oublis de texte et nous faisons lalala avec lui... pas grave !
Stéphane s'esquive, on sent venir Le Chat Noir et son croissant de lune. Jean -Louis siffle, sifflote, miaule ( non, il ne miaule pas mais les sons rendus par le sifflement donnent cette impression ) la prestation est très bonne, la salle retient son souffle mais bon, je ne suis pas emballée par cette chanson, je trouve que l’arrangement minimaliste ne lui convient pas.
Les applaudissements se font plus légers.
Sans pitié pour le cheval !... La version est si différente de celle entendue l'année dernière pendant la tournée Grand Lièvre que nous pensons qu'il s'agit d'une autre chanson. Mais elle n'est pas mal du tout, nous nous amusons autant que lui a transgresser les notes pour en inventer de nouvelles …
Puis « la neige » arrive. Les flocons sur l'écran.
Excellent solo de guitare ( à la place des hurlements de loup ), bonne prestation.
Tout dépend du sniper, deuxième inédit de la soirée, est accueilli avec la reconnaissance qu'il mérite .Le public est chaud , il crie sa satisfaction. Le morceau est très rock, très entraînant. »Et mon cœur fait boum, boum, boum », jeux de lumières très réussis.
Lindbergh business est accueilli aux premières notes avec des applaudissements de reconnaissance (venant du premier rang, suivez mon regard …) Bon, c'est très bon, y a rien à redire !
Puis amour n'est pas querelle. Isolé, sans effets spéciaux, je trouve que Jean- Louis a du mal à ramener cette chanson au niveau de la qualité des arrangements du disque.L'émotion s'en trouve un peu coupée mais je pense que d'autres ne seront pas de mon avis ( re-suivez mon regard ).
Et puis, avec une intro prometteuse, c'est Michigan !! et là, troisième inédit, j'adore, » je ne vois rien venir, je ne vois rien venir, que venais-tu faire en Michigan ?... »
C'est le succès, le public est très chaud.
Jean- Louis appelle Stéphane, s'approche de la scène et s'incline vers nous en remerciant. Oooh non, pas déjà !? Je compte mentalement les chansons qu'il n'a pas encore chantées ...( robinson, extraordinaire voodoo ).Ils s'éclipsent.
Nous sommes debout pour le rappel... qui ne se fait pas attendre.
Les deux compères reviennent sur scène sous les acclamations.
Et c'est Ginette Ramade , extraordinaire, « il n'y aura plus de tourment Madame D... »cette mélodie lancinante ma trottera dans la tête longtemps encore après le concert.
Immédiatement ensuite, les longues herbes folles sur l'écran nous indiquent Extraordinaire voodoo et là ,nous crions (chantons) à plein poumons en suivant les excès qu'il fait subir à sa voix …
C'est trèèès bon .
Et puis soudain, l'homme se mit à parler (?!?!) :
«  On va en faire une autre, on est trop gentils … j'ai tout bouleversé, mon Stéphane, dit-il en souriant à son batteur (en effet, ce soir, il a quelque peu mis à mal la set-list, chaque concert avec M. Murat est différent! Le besoin de changer, d'apporter une petite touche différente…) allez, une petite dernière … « ajoute il de sa voix traînante .
Au premier rang , on demande Agnus Dei babe et vlan ! C'est parti pour Agnus Dei, Jean-Louis est d'humeur généreuse ce soir …
Et c'est une version très rock et bien articulée, (il ne machouille pas les mots) et j'aime beaucoup ! ...Nous avons conscience d'avoir de la chance car cette chanson n'a pas été chantée souvent depuis le début de la tournée. ( En revanche, toujours pas de Mirabeau ).
Il est 22h40 , 1h 40 de concert, les applaudissements fusent, la salle est debout mais Jean-Louis nous remercie, nous applaudit, Stéphane a un petit geste timide de la main, ils s'éclipsent rapidement et les lumière se rallument.
Une longue séance de dédicace et de bavardages va s'ensuivre, avec des embrassades, des confidences , comme si on était au café en train de tailler une bavette avec un vieil ami. C'est une impression bon enfant qui se dégage de cet après-concert. Nous discutons avec Jean-Louis qui a remis un vieux chandail sur ses épaules ( froid ou plus à l'aise ainsi?) qui nous demande comment était le concert ce soir, notamment par rapport au Trianon, on lui dit que beaucoup ont été déçus de l'absence de rappel, il écoute mais ne donne pas d'explication...nous lui parlons aussi de l'idée du double album acheté pour le faire connaître à quelqu'un de notre entourage , il trouve l'idée audacieuse et « en tout cas vachement sympa »;-) )) puis nous évoquons la Coopé, en lui disant qu'on a déjà pour certains, réservé nos billets , de train, d'hôtel il écoute en hochant la tête, l'air vaguement surpris «  bon ben alors on se revoit à la Coopé « on lui demande si le concert va être de la même facture, il secoue la tête « Nooooon » et y aura-t-il une surprise ? Aaaaaaaaaah une surprise, oui sans doute ! » de quoi décontenancer et lancer chacun sur une fausse piste mais il est bien tel qu'on l'a connu l'Auvergnat, facétieux, joueur malgré son air grave … en un mot, il est comme on l'aime !


Il y avait un article du Parisien dans le cadre de ce concert, mais j'ai tenté de l'acheter par deux fois, sans succès: http://www.leparisien.fr/espace-premium/val-d-oise-95/les-melodies-poetiques-de-jean-louis-murat-11-04-2013-2715851.php   (photo rare de Murat en sous pull à col roulé... façon randonneur)
 
 
 
Ce soir, c'était LAVAL... annoncé par OUEST-FRANCE
Voici un rappel des autres dates à venir:
     17 avril 2013 / La Manège - Lorient (56) 
18 avril 2013 /   L’Archipel - Fouesnant (29)  http://quimperenligne.fr/2013/jean-louis-murat-en-concert-a-fouesnant/ 


2 mai 2013 /  L’Aéronef - Lille (59)
5 mai 2013 /
 
Les Nuits du Botanique - Bruxelles (BE) 
11 mai 2013 / Le Silex - Auxerre (89)
14 mai 2013 /
L’Etage - Rennes (35)
16 mai 2013 / Maison de la Culture -
Amiens (80)
             
Et bien sûr: Koloko 2013!  Allez, Jean-Louis, une spéciale LILITH pour les 10 ans!
 
 
LE LIEN EN PLUS :
Parmis tous les liens, tiens, des nouvelles d'un vieux camarade:   Le jaguar...  Avis aux musiciens...
 
     

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Commenter cet article

KingArthur 15/04/2013 23:06


Merci pour la publication, Pierrot.


C'est vrai que les plumes se déchaînent et les langues se délient !...

Armelle R.G. 15/04/2013 23:03


que c'est bon tout ça!


Il n'aurait pas la même Fender que Jean-Louis, le Jaguar? (si c'est bien lui qu'on voit en photo sous son annonce)