La Montagne pleure

Publié le 14 Mars 2010

J'avais dit que c'était tout pour ce soir... mais j'oubliais encore une fois le plus important... rendre hommage à une belle personnalité intégre. On avait déjà eu l'occasion de l'évoquer dans les commentaires grâce au blog de Baptiste Vignol. Si ce n'est Ferrat 80 que j'ai beaucoup aimé à 7/10 ans, je ne connais pas son oeuvre... et je le découvre depuis hier soir. Même si la voix est datée, je découvre des orchestrations finalement assez variées... notamment là:

 




J'ai eu la larme à l'oeil hier après-midi quand j'ai entendu les premières notes de "la Montagne".. alors que je la quittais moi-même pour ma morne plaine.Cette chanson m'évoque tant les fins de banquet familial dans les Monts du lyonnais...   une chanson qui fait partie intégrante de l'histoire familiale par les souvenirs et son propos: l'exode rurale, le progrès des 30 glorieuses...

Bien sûr, c'est aussi une chanson qui nous fait penser aussi à Murat, un autre homme du massif central,  qui sait si bien chanter ces moyennes montagnes ( sans parler du générique de l'émission MONTAGNE)...  Je n'ai pas trouvé de liens très précis entre Murat et Ferrat (politiquement, beaucoup les opposent et Aragon n'intéresse que très peu Murat il me semble) ... mais quand même: 
- Le Hall de la chanson parle d'un intérêt de Murat pour Ferrat, mais il n'a jamais repris de chansons à ma connaissance :  http://www.lehall.com/docs/biographies/murat.pdf
- Ils ont chanté tous les deux les chants de partisans...
- Ils ont choisi tous deux comme  pseudo un lieu géographique (même si pour Murat: il s'agit aussi du personnage historique) 

AU REVOIR M. JEAN FERRAT

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Commenter cet article

Ton Pire Ennemi 15/03/2010 20:20


PS: Ferrat, c'est quand même un type qui, à un moment donné, a décidé d'être son propre patron. D'où la création de son label, Temey.

Une belle leçon d'indépendance. Mu-Mu devrait en prendre de la graine, au lieu de gémir sur les vilaines maisons de disques...


Ton Pire Ennemi 15/03/2010 17:36


Ca m'a fait beaucoup de peine. Ferrat était l'un des chanteurs que j'avais le plus écouté dans ma jeunesse. Même s'il ne faisait plus grand chose depuis 15 ans, c'était rassurant de savoir qu'il
était toujours là... et pouvait éventuellement revenir un jour, pour un nouveau disque, une dernière scène, ou sauver la Gauche, oui, pourquoi pas?!

Je suis heureux de toute l'émotion que je ressens autour de cette disparition. Ca signifie que ses chansons restent, et ont survécu à son absence médiatique (volontaire). Ca signifie aussi que l'on
peut être musicien sans être déconnecté des luttes de son temps, et que cet art "mineur" sait aussi gratter là où ça fait mal, parfois.

L'Huma, compagnonage oblige, lui a consacré un très beau numéro.

Et je viens d'entendre que Mermet lui a dédié toute une émission... tant mieux.

Question musique, un petit bémol cependant: les hommages reprennent un peu trop souvent ses chansons en version "réorchestrée" de 1980, au détriment des versions originales. C'est dommage, car ces
réenregistrements étaient vraiment "cheap" comparés aux versions d'origine.
Pour comprendre la différence, je recommande la lecture du livre de musicologie qui lui a été consacré ("De la fabrique aux cimes"), qui analyse très précisément pourquoi Ferrat, à partir de 1975,
a changé de mode orchestral... ce qu'il y a gagné, et ce qu'il y a perdu.
Il faut absolumenbt réécouter les versions Barclay de ses classiques, et pas les versions Temey, beaucoup moins chiadées.

Pour finir sur Murat: dans un entretien de Chorus datant de 2002, Murat disait qu'il n'écoutait jamais de chanteurs Français... mais unhe notule du journaliste nous révélait que, quelques années
plus tôt, il disait ne jurer que par Jean Ferrat... Allez comprendre !


Muse 15/03/2010 16:38


Un grand nous a quittés. Et ça fera un grand vide comme quand Ferré, Brel, Brassens, Barbara et Reggiani et quelques autres sont partis. C'est toute une époque qui peu à peu s'efface...N'en restent
pas beaucoup de cette génération: Aznavour, Gréco, Isabelle Aubrey, Moustaki, Aufray...mais pour combien de temps?
D'un autre côté leur décès permet à beaucoup de gens de découvrir enfin leurs oeuvres, oeuvres qu'ils ignoraient pensant que ça n'appartenait qu'à une époque ringarde. Cet éclairage médiatique
post-mortem permet donc de continuer à maintenir vivantes leurs mémoires et leurs chansons. Le côté positif de toute mort d'artiste...

Mis à part les origines et leur métier commun, y a pas grand chose qui rassemblent JLM et Ferrat.
Je ne suis même pas sûre que JLM ait été beaucoup interpellé par ce décès.
Son univers musical de référence étant plus américain que français, l'évènement a dû glisser sur lui comme l'eau sur les ailes d'un colvert.