Le début de "the end, etc..."

Publié le 6 Février 2013



Encore des infos qui tombent sur le web-film de Laetitia Masson... et son interactivité...  Je suis assez curieux du résultat.

Boris Razon, directeur des Nouvelles Ecritures et du Transmedia chez France Télévisions, revient sur l’expérience “The End etc"  :
 
 
 
Ce monsieur  explique donc  la décision de repousser la diffusion, et nous  présente plus en détail l'interactivité du film... Si on pouvait sélectionner les séquences musicales, ça nous arrangerait?

Plus d'infos ici:
Les deux producteurs de Murat... qui parlent "technique et technologie" et  précisent que l'on pourra "écouter la musique"

 

 

Merci France 2 en tout cas, ce n'est pas TF1 qui aurait fait ça... mais vont-ils être jaloux? 

wiaz1.jpg

LE LIEN EN PLUS Qui n'en est pas un:
PIAS annonce que France Inter a mis en playlist "OVER AND OVER".

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Muse 08/02/2013 13:43


Ce qui me consterne chez Masson, c'est toujours sa pédanterie alors qu'elle ne fait rien de neuf. Elle se lance dans une fiction documentaire sociale qu'a déjà fait Coline Serreau, qu'a déjà fait
Gilles Perret, Patric Jean, Tony Gatlif, qu'a déjà fait Depardon et tant d'autres avant eux... et franchement bien mieux qu'elle. Se distinguer avec un format différent et plus de technologie web
ne fera pas plus sens...Au contraire, au lieu de servir le propos, il me semble que ça va lui donner plus de raideur et d'invraisemblance, plus d'artificiel. Si vraiment elle veut faire un film
militant et engagé et politique, nul besoin de cet enrobage informatique.


Par contre, qu'elle se mouille un peu auprès des associations, des syndicats, des groupes politiques qui réfléchissent sur ces thèmes de la crise, de la fin du politique. Là ça aura un peu plus
de gueule et de crédibilité. Et qu'elle organise des projections dans différentes maisons de quartiers de villes, en milieu rural. Qu'elle joue sur une distribution du film réellement politique
et pas juste "je vous gave de technologie" pour faire croire que l'interactivité dedans va faire réagir et agir les spectateurs politiquement...


Incroyable la façon dont souvent elle détruit systématiquement son travail cinématographique par du snobisme. Le jour où cette réalisatrice quittera le monde du fantasme et du "je me la pète", on
pourra voir ses films sans ennui.


 

lew 07/02/2013 00:46


au pieu, au lit, pardon

lew 07/02/2013 00:33


"oreilles", "indéxation", pardon pour les fautes et les approximations syntaxiques, je tape dans le noir, au pieux. bonne nuit.

lew 07/02/2013 00:24


mon avis n'a guère d'importance mais je tiens à dire que je suis un peu déconcerté par les liens des vidéos que je viens d'ouvrir.


lorsque j'entends la péroraison de Boris Razon (on a l'impression de voir le mauvais fantôme-répliquant d'un Henri Langlois devisant, dans le froid et les courants d'airs, devant l'ancienne
cinémathèque) on a dû mal à en croire ses oreilels. croit-t-il seulement lui aussi à tous les arguments pétris dans la novlangue académique la plus indigeste, et qu'il avance dans la
conversation, lui-même ?


"navigation sémantique", "indéxaton", "choix pondérés", "web sémantique", "matière première des mots", et j'en passe, tout un pensum très pesamment gravé dans l'autojustification la plus plate.


heureusement que les propos, cuiellis isi-et-là, de L. Masson me rassurent un peu. son web docu n'aura rien à voir avec "Film-Socialisme" de Godard mais, hélas, rien non plus avec les splendides
essais littéraro-cinématographiques d'Alain Cavalier.


le passage où Aurore Clément raconte les modalités de son "engagement" est très chouette, émouvant, inspirant.


et heureusement, la musique de Murat, très douce et intelligente dans sa tonalité, est un vrai contrepoint qui parle de lui-même. il fait du bien à l'entrepreise de la cinéaste, je pense.


ce n'est pas l'entretien qu'accordent les deux producteurs dans la vidéo suivante qui arrondit les angles, je dirais qu'ils remettent un petit coup de lime de langue de bois sur le métier : "nous
avons choisi le HTML 5 (entre parenthèses un format que chacun peut avoir sur un logiciel à 80 euros édité par Avid, par exemple)", annoncent-ils triomphalement. "C'est très contemporain, c'est
une première notre aventure de web sémantique...." disent-ils avec énormément d'esprit de sérieux.


j'ai des gros doutes sur les vertus de l'interaction qu'on nous promet entre internautes.


j'espère me tromper sur toute la ligne, vraiment.


bonne soirée Pierrot.

Pierrot 07/02/2013 08:08



Oui.. on est dans la promeau de la plus bel aut.    D'ailleurs, la promo chez inter est assurée par la
spécialiste web et pas par un critique cinéma