LEs z'infos du jour 2... ça se bouscule trop....

Publié le 26 Septembre 2011

 

5)  Enfin, j'ai trouvé SERGE ce jour...  neuf pages, l'achat  vaut le coup... dont deux photos pleines pages sur papier glacé....  même si le reste du journal reste toujours un peu maigre (On avait déjà Platine...). L'interview est plutôt réussie... et ça taille sec... Oui, je sais, c'est surprenant... Notamment vis à vis de ZAZ... doublement amusant quand on sait que Denis Clavaizolle est parti jouer avec elle...   

 

  SAM_4779.JPG

SAM 4780

SAM_4781.JPG

 

 

6) le camarade Laurent Cachard a déjà bouclé son article.... lui qui disait récemment que son article sur la carte blanche de la Fnac ( Lyon)  avait déclenché  beaucoup de choses pour lui... il le rappelle d'ailleurs...

A noter: son roman "Le Poignet d'Alain Larrouquis" est bientôt disponible.

 

 http://laurentcachard.hautetfort.com/archive/2011/09/26/grand-lievre-sain.html

Extrait: "

Image 13.pngDrôle d’appareillage que ce « Grand lièvre », vingt-et-unième album (le décompte se conteste) de Jean-Louis Murat, celui dont j’ai déjà beaucoup parlé ici - sans en faire une constante non plus – ce qui m’avait valu pour cet article une fréquentation record de mon blog intimiste, la rencontre avec  des personnes qui avaient réagi et un message du bougnat lui-même pour me remercier de la qualité d’un article qui avait sans doute, pour lui, le mérite de ne pas être écrit par un journaliste…  Sa lecture de « Tébessa », également. J’écoute « Grand Lièvre », donc, depuis la mi-journée, sans en avoir rien lu avant, et j’ai comme première impression d’écouter un croisement entre plusieurs des vies musicales de Murat. Un peu comme si « A Bird on a poire », album dont il avait confié la réalisation musicale à son complice et bassiste Fred Jimenez, avait croisé « Murat en plein air » , le « Moujik » et quelques-uns des vieux morceaux de "Cheyenne Autumn". J’élude volontairement les grosses productions que sont « Mustango » et « le Cours ordinaire des choses », américaines jusqu’au bout des doigts des musiciens de Nashville, pour ce dernier. Murat, dans « Grand lièvre », revient à quelques-unes des chansons terriennes auxquelles il nous a habitué, mais il y mêle un esprit pop dans les chœurs, principalement, qui contrecarrent à intervalles très réguliers les refrains désabusés sur le temps qui s’éloigne, les amours qui déçoivent, les paysans qui doivent vendre les prés. Un peu de scratch aussi, pour quelques touches électro que reprend l’orgue de Slim Batteux. Murat se joue de propos sur la Grande Guerre, sur la 2ème, le chaos qu’elles ont entraîné (« sans pitié pour le cheval ») par le biais d’un texte lu en voix coda ponctué des « la, la, la, la » de ses complices. De dialogues de films samplés.  Voire de Kiki et de qui, qui, qui ? sur « le champion espagnol »… Les crédits sont a minima, on sent l’album « à la maison », en famille. Avec ses deuils (Alex & Nancy, Rémi) ses renoncements et ses assurances. Il manque Clavaizolle, mais Murat continue son « en plein air » en ancrant ses textes sur les lieux qu’il habite, et l’inverse. Joue sur des fausses pistes, semble parler de lui en « garçon de la montagne qui n’était pas paysan »...  la suite : http://laurentcachard.hautetfort.com/archive/2011/09/26/grand-lievre-sain.html 

 

 

Voili voila... Avec tout ça, j'l'ai même pas écouté de la journée cet album!!  ah,il vient de sortir et je suis déjà épuisé... J'vais commencer à préférer quand les médias ne parlent pas de Jean-Louis Murat moi....

 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Commenter cet article

Matthieu 27/09/2011 11:07



Courage Pierrot ! Je t'ai déjà dit que tu aurais dû tenir un blog sur Manset, tu te la coulerais douce...



Pierrot 27/09/2011 18:31



ah, mais j'avais pas envie de faire un site porno!!  


 


 


(cf  la dernière photo de GM paru dans le Nlle OBS)...   Bon,c 'est une blague... Gégé n'a pas posé complétement nu, lui