Murat écrit pour RADIOSOFA

Publié le 11 Octobre 2012

 

On avait parlé de RADIOSOFA, groupe de ROUEN, amateur de Murat ici .

Celui-ci était soutenu par BAYON via Libé...

 

Et voilà qu'on apprend aujourd'hui qu'ils ont sollicité Murat pour une chanson... et qu'il leur a envoyé un texte qui figurera dans leur prochain album en cours d'enregistrement... Suite au conseil de Bayon?    C'est en tout cas un joli coup de main à ce groupe prometteur... Après Indochine, ce jeune groupe de bébérockeurs que Murat soutient également (cf article précédent), on voit que Murat n'a pas renoncé à aider les petits jeun"s! 

 

A noter que Mathieu Pigné du groupe accompagne Bichon Doré sur sa tournée qui reprend ces jours-ci.  Autre clin d'oeil : sur l'album figurera aussi du DOMINIQUE A !   L'Ane et le boeuf se penchent donc déjà sur ce beau berceau... On attend la date de naissance de ce bébé prometteur ! On peut écouter "10000 brasses" le grand frère ici.

 

Jean-Louis Murat a été un peu moins réactif. Il nous a envoyé un texte, il y a une dizaine de jours », explique Mathieu, le batteur - et par la même batteur de Julien Doré.
Même si l'album n'est pas encore achevé, « on a déjà enregistré six morceaux », une certitude : les deux chansons seront dans ce troisième opus. Le titre de Dominique A « Cap Farvel » est une allégorie sur deux amants en fin de règne. « Magnifique ! », ponctue Akim Amara.
C'est le troisième homme qui collabore avec le groupe. Moins connu du grand public, ce Bordelais leur a livré plusieurs titres. « Radiosofa prépare un album avec un joli emballage (comprendre : musique) et à l'intérieur une pépite de chocolat amer. » Une belle définition du parti pris du groupe pour ce nouvel enregistrement.

L'article complet de PARIS NORMANDIE  : http://www.paris-normandie.fr/article/rouen/paroles-paroles-paroles

 

 

Site internet du groupe:

http://www.radiosofa.net/

 

 

 

 

 

http://www.mjcbernay.fr/photos/Radiosofa.jpeg

 

LE LIEN EN PLUS:

 

- French connexion suite :


Après Biolay et Murat, Laetitia MASSON travaille de nouveau avec un musicien... dont le nom peut étonner : MIRWAIS, l'ancien de TAXI GIRL et collaborateur de Madonna !

C'est lui qui produira son prochain film "naitre ou ne pas naitre"!

http://cineuropa.org/nw.aspx?t=newsdetail&l=fr&did=226785

 

On ne sait pas qui des trois se chargera de la BO!

En attendant, on attend toujours la mise en ligne de "the end" the web-docu de FRANCE 2, avec la BO de Murat...

 

 

- Clermont connexion:

Je vous avais dis que Denis Clavaizolle devenait bankable dans les maisons de disque à propos du fait qu'il assurait la prod de l'album de  Stephane Rizon de THE VOICE. Stéphane Rizon a tenu à corriger la chose dans une interview récente : http://www.justmusic.fr/actualites/interview-rencontre-avec-stephan-rizon-21703

"Tout d’abord, il y a Denis Clavaizolle, le réalisateur, qui n’a pas été un choix de ma maison de disques mais le mien et de mon management. Ce qui m’a plu chez lui, c’est son côté artisanal, il habite à Clermont-Ferrand et il a travaillé avec Cocoon, Arthur H, Jean-Louis Murat, Alain Bashung…J’aimais beaucoup sa touche un peu indé/underground car pour moi, c’était un facteur d’authenticité pour mes titres. Concernant les titres ce sont des photographies, des instants de vie et c’est un album très éclectique".

 

- Guerre des gangs suite:

On parlait récemment d'une réaction de Biolay à des propos de Murat... Voilà celle nettement plus terre à terre du chanteur de Mustang:

  http://lebuffetplaylist.fr/entretien-avec-jean-felzine/

Sans commentaire.

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Commenter cet article

mathieu 1 T 28/10/2012 18:08


j'aime bien cette idée de la "langue de bois", je me rend bien compte en relisant tout ça qu'effectivement ça pourrait ressembler à un discours promotionnel d'artiste(s) en roue libre venu
défendre son bout de steack.. celà dit - et comme vous l'avez si bien dit - nous sommes sur un blog deserté (?) entre adultes consentants et puis et puis... j'ose penser que vous n'êtes pas dupes
de tout ça et que finalement notre démarche à défaut de vous toucher vous interesse bien plus qu'il ne semble y paraitre car au fond nous ne parlons que de ce qui nous anime... et j'aime bien
vous lire, alors mon petit coeur de rocker aime à penser que vous savez, que nous savons et que les oies sont bien gardées.

Matthieu 26/10/2012 10:25


  Ah, s'il y a de l'ITW dans l'air, je me retire sur la pointe des pieds...

Matthieu 25/10/2012 18:04


   Cher Mathieu avec un seul T (je compatis, j'imagine à quel point ça doit être dur à vivre),


   C'est très sympathique de venir participer à cette discussion qui a enflammé les esprits d'au moins... deux, voire trois personnes, c'est dire si son importance dépasse largement le
débat Copé-Fillon de ce soir. Je ne suis pas le taulier ici, juste le mec qui traîne parmi les vieux articles et les vieux commentaires, pour voir s'il n'y aurait pas quelque chose à glaner. Si
je me permets de vous répondre, c'est parce que je fais partie de ceux qui ont animé cette discussion fondamentale au sujet de la sincérité de Radiosofa.


   Voyez-vous, nous vivons une époque où la langue de bois a atteint un tel niveau de sophistication qu'il devient difficile de distinguer les gens sincères des opportunistes. Vous nous
expliquez qu'au fond, votre collaboration avec Murat et Dominique A ne serait inspirée que par l'envie. Ah l'envie, comme c'est beau. Le problème, c'est que les dizaines de chanteurs et
chanteuses qui ont un jour fait appel à Goldman ou Obispo se sont toujours justifiés en gros de la même façon : l'admiration pour un artiste tellement doué, une envie irrésistible de travailler
avec lui, une tentative sans espoir de prendre contact et - oh miracle ! - IL accepte, le rêve de gosse se réalise contre toute attente. Et tout cela, bien entendu, "c'est que du bonheur !"
Certes, dans votre cas, on ne peut guère vous soupçonner de courir après le succès, vous êtes assez lucide là-dessus, mais après la crédibilité, ça se discute. Vous verrez (en tous cas, je vous
le souhaite) que les noms de Murat et de Domi dans les crédits de votre album vous vaudront des invitations et un regard bienveillant de gens qui vous auraient peut-être snobé sans cela.


   Ceci dit, si vous étiez uniquement soucieux de votre Inrock credibility, viendriez-vous perdre votre temps, un jeudi matin d'octobre, sur un site internet déserté, pour
laisser un commentaire qui ne sera pas lu ? Sans doute pas. Alors oublions cette histoire de sincérité qui n'est pas si importante qu'elle peut le paraître. L'histoire est remplie d'artistes peu
sincères, mais très doués et de gens très sincères, mais sans aucun talent. Le meilleur moyen que vous avez de prouver que votre admiration pour les personnes que vous avez sollicitées n'est pas
simulée, c'est encore de composer de bonnes musiques sur leurs textes et d'en faire de bonnes chansons. C'est, au final, la seule chose qui importera.


   Souvenons-nous, pour conclure (?) du beau titre du numéro (37) que la revue de cinéma Trafic consacra jadis à son défunt fondateur, Serge Daney (mort il y a vingt ans ). Ce
titre était : Serge Daney après, avec. On pourrait donc dire de vous et de vos camarades de jeu que vous vous situez "après, avec" JLM, même si lui est bien vivant et vaillant. Ou plus
exactement, puisque vous affirmez ne pas chercher à être dans son sillage, vous seriez donc "après, à côté, avec".


Après, parce que vous n'êtes pas ignares et que vous avez conscience que d'autres ont oeuvré avant vous (et pas seulement en Angleterre et aux Etats-Unis) ;


A côté, parce que vous ne voulez pas imiter bêtement ce qui a déjà été fait (mais la recherche de singularité est une quête sans fin...) ;


Avec, parce que vous semblez plutôt du genre à vouloir fraterniser qu'à vouloir ferrailler (même si vous ne renoncez pas pour autant à l'ambition artistique).


   J'ignore si vous parviendrez à articuler ces diverses aspirations, mais je n'ai pas du tout envie de vous jeter la pierre. Alors bon courage et bonne chance à vous pour la suite,
Mathieu avec un seul T et Radiosofa avec deux A et deux O. Et n'hésitez pas à revenir causer avec nous à l'occasion, la rubrique "Commentaires" de ce blog est calme, mais conviviale.


 

Pierrot 25/10/2012 18:15



et oh, cherche pas à le faire causer, Mathieu, Matthieu!


Sinon, de quoi on va causer nous dans notre futur inter-ViOUS et MURAT, hein? .... Ou bien, si tant qu'à faire, mene l'interview!  je n'aurai plus qu'la mise en page à faire...



mathieu 1 T 25/10/2012 10:53


Amis, amies de la résistance bonjour.


C'est vrai que ça peut sembler étrange voir calculé de choisir les vieux loups de mer qu'on adule pour travailler sur un album lorsqu'on est encore à l'aube d'un parcours.


La raison de ces choix est pourtant des plus simples; quand on fait de la musique depuis longtemps - ce qui est le cas de Radiosofa - on a comme un petit cahier dans sa tête avec une liste des
choses qu'on voudrait/voulait réaliser, des envies accessibles d'autres moins... travailler avec Murat était l'une de nos plus grandes envies, pas pour s'attirer une crédibilité quelconque ou
pour vendre plus de disques (vous êtes ici bien placés pour savoir qu'il y'a des chevaux de courses bien mieux placés que lui pour écrire des tubes insignifiants) , mais juste pour avoir le
plaisir de chanter un texte qu'il aurait fait pour nous, le plaisir de le mettre en musique.. voyez c'est juste une envie toute simple, artisanale.


Il en va de même pour Arman Méliès qui - soit dit en passant - n'a rien composé pour l'album mais est juste passé pour le plaisir de faire des chansons entre amis et personnes de bonnes volontés.


Quand à Dominique A, la raison est la même que pour Murat, on a jeté des messages en l'air et les 2 les ont saisis, nous ne pouvions pas bouder notre plaisir!


 


Je vous rejoins sur le fait de vouloir dépasser les idoles, mais vouloir les dépasser ça veut dire oeuvrer aussi dans le même sillage, ce qui pour moi n'est pas le cas...et puis on peut bosser
main dans la main tout en ayant de l'ambition artistique non?


 

Matthieu 15/10/2012 12:57


  Pour Johnny, c'est un peu différent, car c'est un vieux qui sollicite ses cadets en espérant récupérer un peu de leur jeunesse. Johnny a toujours procédé ainsi, passant sa carrière à
courir après la dernière mode. Quand il s'agissait de M. Berger, ça avait encore un peu de tenue, mais il est quand même allé jusqu'à solliciter... Kyo !! Mais au-delà du cas de "notre rocker
national" (aucun de ces trois mots n'est vrai), cette démarche est courante : quand Michel Delpech a réuni sur un même disque des gens comme Murat et Obispo, c'était aussi avec l'envie de
s'entourer de jeunes, en tous cas de plus jeunes que lui. Plus récemment, Thiéfaine a fait de même en convoquant notamment Méliès et Nataf avec le succès que l'on sait.


  En revanche, pour revenir à la situation de départ, celle où des débutants demandent de l'aide à des anciens qu'ils admirent, tu as raison, Lew, d'insister sur le profit que ces derniers
peuvent aussi en tirer. En notoriété (fût-elle miniscule), en surface médiatique, en accès à un nouveau public et, plus prosaïquement, en droits d'auteur. Réjouissons-nous donc que des lionceaux
dont la crinière n'a pas encore poussé fassent appel au vieux jaguar lapinesque, cela lui permettra peut-être de financer d'autres projets (souvenons-nous que JLM a reçu plus de droits d'auteur
pour sa chanson écrite pour Indochine que pour l'albume qu'il avait sorti à la même époque et, quelques années avant, que le duo avec Farmer, sur lequel il n'était certes qu'interprète, lui avait
permis de financer Murat en plein air...). Mais je maintiens ma position : pour faire appel de la sorte à des vieux qu'on admire alors qu'on devrait avoir envie de les dépasser, il faut
manquer de... de je ne sais quoi, mais manquer de quelque chose.

lew 15/10/2012 12:23


ah, merci Pierrot pour les bonnes nouvelles à propos des gens du Voyage, c'est bien qu'ils continuent de célébrer leurs noces avec la recherche de la belle chanson
(est-ce encore un art mineur-majeur (rayez la mention inutile selon que vous soyez gainsbourgien ou béartien) qui vaille toujours le coup qu'on y consacre tant de temps et d'énergie ? oui,
semblent-ils courageusement répondre. ce mental me plaît bien, gloire à eux).


Mathieu, je pense que cet appétit des jeunes rockers pour les grande plumes, celles de leurs glorieux aînés, répond sans doute à plus d'un faisceau de raisons. y
entre sûrement ce qu'on a eut à en dire tous les deux, mais ce "crossover", ce "blend" des générations doit répondre à des choses plus souterraines.


l'âge du numérique (mes excuses pour ce ton sententieux de sociologue de bazar, mais tu as l'habitude depuis le temps avec moi) favorise ces rapprochements, ce
donnat-donnant n'est peut-être (comme d'ailleurs son nom l'indique) donc pas qu'à sens unique, les "vieux" y gagnent un peu de surface (leur sous-marin à besoin de refaire de l'air, même
lorsqu'il aime les profondeurs et la dure ou douce vie cachée des abysses de la création).


tiens, par exemple, Johnny Halliday a demandé à un jeune mucicos, Fred Jimenez, de lui écrire queslques lignes de basse, et ce dernier à accepté le défi de bonne
grâce.


mystères et merveilles des relations intergénérationnelles entre les musiciens français...

Matthieu 15/10/2012 09:31


  Bon, Pierrot, tu progresses, puisque tu parviens à comprendre Lew. Mais en même temps, tu régresses, car tu ne me comprends plus. Ou alors je me suis mal exprimé. Je reprends donc.


  Je sais que Brassens admirait Trénet, c'est même pour ça que j'ai choisi cet exemple. Mais dans la video dont tu parles, Brassens effectue une REPRISE de Trénet, il n'interprète pas un
texte que ce dernier aurait écrit spécialement pour lui. Des artistes qui reprennent des titres de gens qu'ils admirent, c'est tellement ordinaire que je ne vais pas perdre de temps à chercher
des exemples, il y en a des milliers. Mais je parlais, moi, de textes ORIGINAUX.


  Lew laissait entendre que certains voudraient s'offrir une signature prestigieuse pour se donner une forme de crédibilité. Je suis d'accord avec lui, il est probable que pour un jeune
artiste, ce soit une chance d'avoir sur son disque un texte écrit par JLM, Dominique A, Arman Mélies ou Miossec. Pourtant, je pense - c'est ce que je tentais maladroitement de dire dans mon
commentaire - qu'un artiste digne de ce nom ne peut pas être uniquement un fan de ses prédécesseurs. Il doit, selon moi, avoir la volonté, l'ambition, l'orgueil, la prétention, l'arrogance -
choisis le terme que tu préfères - de dépasser celui qu'il admire, de faire mieux que lui. Ce n'est donc pas du tout la même chose de reprendre l'oeuvre d'un de ses aînés pour lui rendre hommage
et, éventuellement, le faire découvrir à un nouveau public, et d'aller frapper à sa porte pour lui dire : "Excuse-moi, Monsieur, j'aime beaucoup ce que tu fais, tu ne voudrais pas m'écrire un
texte, j'ai du mal à boucler mon album ?"


  Pour en revenir à Murat, il admirait Manset, il l'a même chanté (tu le sais mieux que moi), mais quand il s'est agi de les faire bosser ensemble, cela n'a pas fonctionné, car, au-delà des
désaccords sur la façon de regarder les filles, il est vraisemblable que JLM n'aurait pas supporté que le vieux lui explique doctement comment structurer un refrain ou comment placer sa voix.
Ceci dit, Raphaël a, lui, fait appel à Manset dont il est un fan, mais c'est sans doute pour des raisons qui ne sont pas qu'artistiques... Autrement, je ne connais pas beaucoup d'A.C.I. qui vont
chercher leur idole pour obtenir un texte.


  Ai-je été plus compréhensible ?

lew 13/10/2012 17:45


Doherty me paraît en effet un bon exemple, Mathieu.


je préfère le choix d'un groupe cher à la mémoire (toujours si vive bien que caressante et veloutée) de Pierrot, Le Voyage de Noz. ses auteurs-compositeurs ont jadis
proposé de très belles et fortes choses ; ils sont partis de scratch, faisant un vrai travail de recherche poétique et musicale authentiques, en trouvant, selon moi, un chouette chemin
d'inspiration dans leur entreprise. ils cherchèrent, cherchèrent, et se trouvèrent en véritables trouvères du rock français, moi j'ai beaucoup aimé (je remercie Pierrot de nous les avoir
présentés de manière si complète d'ailleurs), ils ont réussi à mettre k.o la fameuse blague de Picasso qui veut qu'on trouve sans chercher.

Pierrot 13/10/2012 23:09



ah, tu sais parler à moi, toi! J'ai même partagé ce commentaire au VDN... qui te répond qu'"en ce moment, on cherche, on cherche!"...



Matthieu 13/10/2012 16:25


  Globalement d'accord avec toi, Lew... D'ailleurs, JLM a refusé de bosser avec Manset qu'il admirait pourtant. Imagine-t-on Brassens demandant à Trénet
de lui écrire des chansons ? Ou, pour prendre un exemple plus rock, Pete Doherty demandant à Mick Jagger de lui donner un coup de main ?


  Tu as raison, Pierrot, je caricaturais volontairement. Je t'avoue que la différence entre le langage FB et le langage SMS m'échappe un peu étant donné
que je n'ai jamais envoyé de texto de ma vie... Et ne t'inquiète pas, moi aussi tu me fais craquer...


 

Pierrot 13/10/2012 17:14



?...


Sauf que Brassens adorait Trenet...  et qu'il l'a chanté!   http://www.youtube.com/watch?v=PZFdPG_UDOE



lew 13/10/2012 11:21


mais Pierrot, c'est moi qui me fait mal comprendre, t'inquiète pas. d'ailleurs je voulais patler des fameux fauteuils BUROV et non "Buren" (je venais de causer du plasticien avec un proche).
petit mélange matinal. toutes mes excuses.

lew 13/10/2012 08:26


(errratum) : "sont toujours convoqués", pardon.


bon weekend au fait.

lew 13/10/2012 08:22


franchement (d'ailleurs comme toujours, serions-nous tenté de dire) Bayon nous la baille un peu trop belle ; convoquer la lumière qu'émirent les diamants sur canapé
que furent les Joy Division, essayer de caler les fantômes des vibrations du chant de Curtis sur la voix du chanteur (honnêtement talentueux) de Radiosofa est légèrement un peu trop fort de café
réchauffé-café-bouillu-café-foutu. on sent trop nettement que ce groupe est assis sur l'un des fauteuils club (des Buren, certes, et donc en cuir de phacochère élevé en plein air) réservés aux
invités VIP que la maison de disques de Noir Désir recevait lorsque les bordelais enregistraient encore ensemble. il en parle Bayon de cette référence, mais par la bande, pour tout de suite la
noyer, comme on peut noyer un poisson dans l'estuaire de la Gironde afin de lui piquer en douce sa progéniture (voir le sort funeste qu'on réserve aux petits des civelles).


alors Murat est-il appelé pour essayer de transformer le gentil mascaret girondin en grande et vraie new-wave au creux du lit de la Seine, majestueus fleuve
maritime, afin d'en activer tous les transports ? c'est ce que l'on peut souhaiter de mieux à nos (déjà un peu vieux) jeunes rouannais. mais j'ai l'impression que certains musiciens classés
"rock" en France s'achètent volontiers de la réputation, comme s'ils recherchaient désespérément une certane patine, de l'aura, ou peut-êtrte tout simplement un peu de bouteille. (comme dans le
temps des blousons noirs certains s'achetaient "une conduite"). on a l'impression que sont toujours convoquer les mêms "suspects habituels" à cet effet, des hommes comme J.L. Murat et Armand
Melies notamment. je n'ai rien conttre (ces deux-là sont des artistes magnifiques), mais attention à ne pas épuiser le filon ou le rendre définitivement à l'état de procédé.

Pierrot 13/10/2012 09:54



j'ai presque tout compris pour une fois!


 



Matthieu 12/10/2012 14:15


Ouaaahhh Pierrot, MDR ton com', trop coooollll.


Sur FB , j'sais pas , j'hésite encore
. J'suis pas sûr d'avoir l'état d'esprit qu'il faut, tu vois LOL. Et puis y a mes vieux qui veulent pas trop que je traîne sur le net tard le soir VDM. Autrement, j'ai p'têt un plan en lien avec Twitter, mais là j'peux pas t'en parler, c'est trop tôt...

Pierrot 13/10/2012 10:00



Tu as une image de Fb un peu fausse... On n'y parle pas en langage sms à Bertrand Betsch, Florent Marchet, Arnaud Cathrine, Didier Varrod, sylvain Vanot... même Zacha a craqué!



Matthieu 11/10/2012 20:45


  Un groupe qui compte en son sein un MaThieu et un MaTThieu ne peut pas être un trop mauvais groupe. Ca prouve son ouverture d'esprit, son désir d'accepter les différences... Honnêtement,
je le vois venir gros comme une maison : le texte de Dominique A va être meilleur que celui de JLM. J'aimerais me tromper, mais... Pas mal ta comparaison avec l'âne et le boeuf. Simple, mais
efficace.


  Laetitia Masson a également bossé avec Johnny, même si elle lui faisait chanter du Elvis. Avec Adjani aussi, même si elle ne la faisait pas chanter, juste danser avec Sami Frey. (Pourquoi
je parle de Sami Frey, moi ? Je suis sûr qu'Armelle va dire qu'elle le trouve irrésistible...) Masson a par ailleurs travaillé avec Siegfried, un jeune (à l'époque) cinéaste talentueux et méconnu
qui lui avait concocté une B.O. (celle d'A vendre) électro-free-jazz, me semble-t-il. On se rapprocherait alors de Mirwais.


  Concernant Mustang, les comparaisons des critiques vont des Forbans à Elvis. C'est large...


  La Clermont connexion t'informe qu'il pleut sur la ville en ce jeudi soir.


  (Je crois que ce commentaire était vraiment indispensable...)


 


 

Pierrot 11/10/2012 23:03



oui, le Pigné, je ne le googlisais plus comme il le faut, avec son seul T...


Et ce commentaire était loin d'être dispensable... puisqu'il m'a fait rire et donnait des éléments intéressants sur Masson dont mon inculture que je cherche de cacher m'empêchait de parler.


Mais dis moi je constate que tu es désormais connecté... à des heures "indues"... Bientôt sur FB?