passages RADIO du 8 décembre 2009

Publié le 8 Décembre 2009



- OUÏ FM:
Interview expresse, peu intéressante, avec un Jean-Louis Murat toujours apaisé, je dirais.

Deux titres live:  -  "comme un incendie", conforme avec son  interprétation live du Palais, mais quelques hésitations...
                             -   surprise ou pas surprise?  Pas de cow-boy.... non, ça ne m'étonne pas... mais pourquoi avoir ressorti pour faire sa promo, un Baudelaire ("l'horloge") à moitié improvisé semble-t-il. Par contre, pas inintéressant pour l'essai (j'ai trouvé ça très étonnant) de la prendre assez haut il me semble au risque d'aller sur le moyen faux... ou le pas très juste... ce qui est plutôt rare chez JLM.   Je me suis demandé s'il n'avait pas été inspiré par JP Nataf et son "seul alone" (que j'ai écouté aujourd'hui).  
http://www.telerama.fr/musique/jp-nataf-live-1-3,50193.php

Je n'ai pas pu enregistrer les titres mais c'est podcastable dans quelques temps je crois.


- Le MOuv'  Laura Leishman project  : j'ai râté l'émission, et je suis en train d'écouter ça:
http://www.lemouv.com/search/node/murat

Un grand côté Vali, la miss Laura. Sympatique.  Bon, première question : déjà rabachée... la différence entre Tucson, NY et Nashville... mais JLM fait le boulot et toujours avec semble-t-il du plaisir... "pas des requins, mais des dauphins de studio" : ah, bien trouvé...  En écoute, "comme un incendie"...
.... ah, une question sur la techno pour changer un peu... " j'en ai un peu soupé des machines..." et c'est reparti dans le train train:
laius encore sur Dugmore qui réapprend à jouer de la guitare à Crosby....  Ah, oui, il fait bien le boulot... On dirait Kad Mérad (vous l'avez vu raconter la même anecdote 3/4 fois cette semaine?).... Enfin, soit, il a raison: il ne donne pas des interviews pour les mu- rats de bibliothèques comme nous.

- commentaire sur Jack White.  JLM parle du sud de l'amérique. Ca me fait penser à  "minuit dans le jardin du bien et du mal", et les cadavres dans les congelos...
- sur le Cow boy, une information:
"je ne comptais pas la mettre sur l'album"...  Il a viré le sniper... et ça s'est fait sans effusion de sang? Etonnant.
Anecdote sur la difficulté du violoniste à jouer cette chanson... Etonnant encore: d'après son site, il est loin d'être un violoniste classique...
 
- Passage sur Neil Young et encore Dylan... et leur mauvais caractère: "ils se protègent au maximum". JLM leur trouve des excuses.

- Petit mot sur Cherie: Conseillée par les musiciens, charmante jeune fille...
- Info sur la tournée pour finir....

L'interview est téléchargée. bientôt en ligne.

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2009

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Julie 08/12/2009 23:55


Il n'y a pas d'excuses a trouver a Neil Young et Bob Dylan, avec ce qu'ils nous ont offert et continu a donner, ils peuvent tout se permettre. Quand j'ai vu NY a Paris il y a deux ans, il y avait
avant le debut du concert une annonce (en anglais) qui prevenait le public de ne pas faire de requete pour telle ou telle chanson, que la tracklist etait deja decidee. Evidemment pendant le
concert, certains n'ont pas pu s'empecher de crier des titres de chanson dans l'espoir que NY les joue. NY prend alors le micro et dit ' we play what we wanna play' d'un ton tres 'mean &
nasty'...j'adore .

J'aurais bien aime entendre 'l'horloge', je vais aller essayer de chopper le podcast.