PSEUDO histoire 3 (Rancheros)

Publié le 11 Février 2011

 

Emmanuel a laissé un commentaire qu'il faut mettre en lumière... 

 

 

"JLM s'est rattrapé en devenant MORNAC pour les Ranchéros. MORNAC fit trembler l'Auvergne durant la deuxième moitié du XIXème siècle. Un personnage si tristement célèbre ne laisse, pas la population indifférente. Au contraire beaucoup de choses furent dites et écrites, avec omissions ou inexactitudes, rendant le personnage tantôt maléfique ou tantôt héroïque dans sa vie ou dans ses actes.

Une personnalité peu sympathique est attribuée au personnage : il est amoral, cynique, cupide et cruel, violent dans ses crimes et menace hommes et bêtes. On le dit rebelle contre l'ordre établi, avec une certaine particularité pour profiter des petites gens et les déposséder.
Mais d'un autre côté, il est curieux de constater qu'il peut être correct voire affable, en tant que compagnon de route. Certains auteurs (Champeix), lui prêtent des sentiments amoureux, et le décrivent à cette occasion comme un être doué d'une grande sensibilité et émotivité.
Mais partout, on retrace le côté calculateur et peu aventureux de MORNAC, ce qui peut paraître contradictoire ! "

 

 

Ah, oui, mince, je n'avais pas pensé à cet autre pseudo qu'il s'était choisi pour revêtir les habits du RANCHEROS!

 

 

- J'ai trouvé ce petit texte sur le net :

http://brayaud.canalblog.com/archives/2006/04/08/1667961.html

 

A PROPOS DE MORNAC

 

    mornac331

Si il est en auvergne, un bandit de grand chemin entré dans la légende, c'est bien Mornac. Le personnage a inspiré des récits, un roman, une pièce de théatre"les exploits de Mornac", récit dû à un journaliste de la fin du siècle précedent qui signe J.Champeix, récement réedité aux éditions du Miroir, semble un témoignage sur ce contre héros de légende, disons nous, presque autant que l'histoire.

                        Pendant un quart de siècle, hormis dix ans de bagne accomplis à Toulon, de 1825 à 1850 à peu pres, Victor Mornac a hanté les chemins qui, par divers itinéraires, menaient de Bourg Lastic ou Herment à Clermont-Ferrand. La Moréno, Ville-jacques, Rochefort, St Sauves, autant de lieux,et il en fut bien d'autres, ou il a fait parler de lui.

                          Habitant de Laqueuille ou il était né dans une famille honorable, pourvu de quelques intructions, il aurait été maitre, d'abord clerc d'avoué puis maitre d'école, mais prédestiné à tourné mal.

                            Enfant et adolescent rebelle, pervers peut être, violent et béligueux à coup sûr, par ailleur robuste et de haute taille, grand marcheur, il devient hors la loi à la suite d'un premier meurtre qui précède d'un reglement de compte et non d'un besoin de voler.

                            Une première pèriode de brigandage, le bagne, retour en Auvergne. Il est la terreur des habitants des villages, des voituriers, des aubergistes et surtout des marchands et propriétaires ou fermiers qui reviennent de la foire dans la journée ou à la nuit tombée. Mais il ne détrousse pas tous ceux qu'il rencontre. Apres avoir fait un bout de chemin avec certains voyageurs et conversé les plus cordialement, il se contente de se séparer, et de rire sous cape de la frayeur qui des ce moment saisit son compagnon de route.

                            Des témoignages et des indices tendirent alors à le faire apparaitre coupable de deux crimes. mais, on osait pas trop parler contre lui: il courait toujours, menaçait, se vengeait de diverses manieres, ridiculisant les gendarmes et leurs echapait. A Briffons, toutefois, il reçut une raclée memorable des habitants organisés et se résolut à ne plus être victime de ses mauvais tours.

                           Enfin arrété, jugé à Riom, il est condammé au bagne ou cette fois il mourra.

                           Est-il coupable de tous les meurtres et les mauvais coups dont on l'accusé!!! Etait-il aussi satannique qu'on l'a pretendu!!! A t'il toujours eu tous les tords dans les mauvaises affaires ou il a était mélé!!!

                           Ce n'est pas 150 ans plus tard que la chose sera tirée au clair.

                           Mornac semble bien l'auteur de plusieurs meurtes. Mais il doit être remarqué que la grande délinquance dans le monde rural du XIXe siècle était un fait répandu. C'est sous la troisième république qu'elle disparait: gendarmerie plus efficace, meilleures conditions matériel et morales de vie!

                            Je ne veux pas chercher à tout expliquer; longtemps apres Mornac, il y a eu des bandits de grand chemin, et de cette insecurité des chemins ruraux, je vous laisse juge arbitre à mon récit...j-claude   

 

 

- Et encore celui-ci

sur les hommes célèbres de Saint-Sauves d'Auvergne :

http://tfouris.pagesperso-orange.fr/personnalites.htm

 

 

Un bandit : Antoine Victor MORNAC était un instituteur libre de Laqueuille, issu d’une famille noble composée notamment de deux chevaliers de Malte et d’un jurisconsulte. Né à Laqueuille le 21 septembre ou le 13 octobre 1802 de François MORNAC, officier de santé, et de Marie TARDIF, fille d’un grand propriétaire, il avait trois sœurs : Magdelaine, née en 1793, Catherine, née en 1798, et Julie.

Décrit sur les registres d’écrou comme mesurant 1,75 m, « cheveux et sourcils châtains clairs, front découvert, yeux gris, nez moyen, bouche moyenne, menton rond, barbe forte, visage ovale, teint clair,… chauve, traces d’un coup de feu à la cuisse gauche »

Réputé pour sa rudesse et son audace, marcheur sans égal, il commit son premier larcin à Saint-Sauves en frappant deux jeunes gens du village. Il devint progressivement la terreur de toute la contrée. Le 31 août 1826, il fut condamné par le  tribunal correctionnel de Clermont à 15 jours de prison « pour rébellion à la force publique » pour avoir insulté des gendarmes en patrouille dans une fête patronale et purgea effectivement cette peine ; le 4 octobre 1827, il fut condamné à un mois de prison par le tribunal de Clermont puis acquitté en appel pour excès et mauvais traitements. Le 13 juin 1828, il blessa très violemment un collègue instituteur et prit la fuite. Le Tribunal de Clermont le condamna par défaut à deux ans de prison pour coups et  blessures.

Alors devenu vagabond et « maître d’école non autorisé », il se « soustrait pendant cinq années aux recherches de la police » ; son existence fut jalonnée par les vols et les agressions. Des traques furent organisées sur les communes de Laqueuille et de Saint-Sauves. L’une de ses dites planques est encore visible aujourd’hui au nord du bourg de Laqueuille.



Couverture de la Revue d’Auvergne littéraire n°108, 1944 - Image d’Épinal d’Adrien MITTON  

Portrait imaginaire de MORNAC d’après Georges BEGON

Cependant, MORNAC resta insaisissable grâce à ses déplacements fréquents et à ses informateurs. En 1834, il fut capturé à Laqueuille et condamné le 19 août 1834 à 10 ans de travaux forcés pour « vol conjointement par plusieurs personnes, la nuit dans une maison habitée, à l’aide d’effraction intérieure, avec violence et menaces de faire usage d’armes apparentes », en l’espèce l’agression en bande organisée de Jean CHAMPSEAUME à Feix (commune de Saint-Julien). Le jugement fut confirmé en cassation le 12 septembre 1834. Il purgea sa peine au bagne de Toulon du 19 octobre 1834 au 12 septembre 1844 sous le matricule 26.869.

Un journal de l’époque disait alors que « MORNAC jouit de la plus affreuse réputation. Il est l’effroi de la montagne. On ne se fait pas d’idée de la crainte que son nom inspire ».

Assagi à son retour, il s’installa à Laqueuille mais ne put s’empêcher de récidiver en commettant des agressions et des vols auprès d’habitants, notamment aubergistes, de la région de Laqueuille, Bourg-Lastic, Rochefort-Montagne… À titre anecdotique, en 1848, il posa le drapeau rouge sur le clocher de l’église de Laqueuille avant de le retirer aussitôt.

Accusé par la rumeur publique d’être l’auteur des meurtres du marchand de bestiaux Jean BARRIER et de Marien BONY retrouvés morts le 29 septembre 1849 entre Pont des Eaux et Rochefort-Montagne pour le premier et le 11 juin 1850 près du Trador (Laqueuille) pour le second, il fut à nouveau traqué par la Gendarmerie, appréhendé et relâché faute de preuves. En janvier 1851, il réussit à s’échapper d’une filature organisée par le gendarme HARNÉ, de la brigade de Rochefort-Montagne. Redoublant d’audace, il fut reconnu à la fête patronale de Briffons et pris à partie par la population en colère.

On rappelait également l’affaire DUCOIN, voiturier à Tauves, qui donna un grand coup de barre de fer à MORNAC qui lui barrait le chemin à Méjanesse. Ce fait fut rapporté au maire, ce qui l'obligea à faire rechercher  MORNAC. Le malfaiteur fut trouvé dans un piteux état, niant pendant un court moment sa rencontre avec DUCOIN avant de reconnaître la véracité des faits.

Enfin, en août 1851, à 18H, près d’une de ses caches, une grange abandonnée de Méjanesse, il fut blessé à la cuisse droite par le gendarme HARNÉ mais parvint à s’échapper. Soigné au Jansanet où habitait « un excellent homme très humain, incapable d’une vilenie, le docteur VEYSSET », MORNAC se rendit ensuite à la maison de santé du Docteur PELLISSIERE, de Chamalières. Dénoncé, il y fut arrêté le 6 septembre 1851 à minuit. Le 26 mai 1852, il était condamné en appel à 12 semaines de prison pour « destruction  d’un cheval ».

Jugé avec BOUCHAUDY par la Cour d’assises du Puy de Dôme du 5 au 8 août 1852, juridiction présidée par le Conseiller DUCLOSEL avec la présence de M. ANCELOT, avocat général, MORNAC fut défendu par Me BARSE. Il était poursuivi de la prévention de « vols commis sur un chemin public, la nuit, à l’aide de violences ayant occasionné des blessures et de deux homicides volontaires ayant précédé, accompagné ou suivi les dits vols (circonstances atténuantes) ».

Parmi les jurés figurait en 10ème position l’ancien notaire de Saint-Sauves François FAUVERTEIX. Également, une centaine de témoins défilèrent à la barre ; le verdict prononcé à l’issue de la dernière journée vers 20 heures le condamna aux travaux forcés à perpétuité. Son pourvoi en cassation fut rejeté le 27 août 1852. Selon Jean de CHAMPEIX, il fut « transféré le 7 septembre 1852 à Cayenne, y subit un traitement très difficile et y décéda rapidement ».

En revanche, Pierre BALME fixa son transfert au 24 septembre et ce, pour le bagne de Toulon.

Aussi, une recherche auprès des Archives historiques de la Marine de Toulon et publiée en 2004 a établi que MORNAC avait effectivement été transféré à Toulon sous le matricule 25.514. Nous savons également qu’il a été puni disciplinairement entre autres pour injure et désobéissance.

Il fut « détaché de la chaîne le 19 octobre 1862 et mis à la disposition de Monsieur le Maire de la ville de Toulon pour être transféré comme sexagénaire dans une maison de force conformément à l'article 5 de la loi du 30 mai 1854 » instaurant la « retraite » à 60 ans pour les bagnards. Le concernant, il fut transféré à la forteresse de Belle-Ile-en-Mer le 15 décembre 1862, y séjourna 7 ans avant d'être déclaré aliéné mental puis transféré à l’asile de Léhon où il décéda à l’âge de 68 ans le 31 décembre 1869.

Cependant, ce « fait divers » a fait l’objet de plusieurs récits, d’enquêtes partiales et de proses à sensation, accroissant la difficulté de distinguer la légende de la réalité quant aux méfaits présumés et à la mort de MORNAC.

Néanmoins, une remarquable biographie de MORNAC par Bernadette FOLL est proposée sur le site du Cercle Généalogique et Historique Champanellois : « Sur les traces d’un bandit de grand chemin, Antoine Victor MORNAC ». Ce personnage continue également de susciter l'intérêt des historiens et des journalistes comme cet intéressant article de Philippe MIGNAVAL (La Montagne du 23 septembre 2007 - édition d'Issoire)

Cf. Jean de CHAMPEIX, « Les Exploits de Mornac » Imprimerie typographique et lithographique Mont-Louis,1892

Pierre BALME, « MORNAC La terreur des montagnes », 1944 .

 

Voici le lien pour poursuivre l'exploration:

http://cghc.free.fr/mornacbis.php

http://www.megaupload.com/?d=CWN0LEJG  (l'article de la Montagne)

 

 

Et puisqu'en France, tout finit par des chansons... :

 

complainte-de-Mornac.jpeg

 

partition-20complainte-20Mornac-1-.jpeg

 

   

 

 

 

- Voilà, vous savez tout (ou à peu près) sur Mornac, le vrai... ou le faux... Concernant le leader des rancheros, voilà ce qu'il disait dans CHORUS n°41:

 

Or donc, Crocojean, Mornac, Le Roi Saumon, Mayerling et le Comte de Montlo, comme ils se sont masqués, décidèrent, durant l'Euro 2000, de concilier leur passion du foot, de la musique et de la déconnade : « Au fil de la compétition, on a pondu une quinzaine de chansons, dont beaucoup ont été composées ici. On regardait les matches; on écrivait et on enregis

trait dans la grange » Principe de base, affiché sur leur site Internet (Ifrance.com/rancheros) : « Cinq minutes pour répéter, cinq minutes pour enregistrer, cinq minutes pour mixer.

verse même de la démarche habituelle, quoi. » Le premier album des Rancheros, sobrement intitulé Golden couillas, vol. 7, n'est pas disponible sur le marché. Ou alors, quasiment sous le manteau, de la main à la main, au prix dollars. Seul moyen d'avoir accès a ces hymnes immortels, comme « Le fromage Et la fourmi Et Chéri Bibi » : les télécharger sur Internet.

En prévision de la marche triomphale annoncée des Bleus vers un second titre mondial,

en juin dernier, un plan de bataille avait été mis au point pour accoucher d'un volume n° 2 des Rancheros, qui serait paru début juillet. Commentaire de Murat. «Ça a été un tel fiasco que ça nous a coupé la chique ! On n'est pas des professionnels les Français n'assurent pas, on n'enregistre pas Impossible de faire semblant alors qu 'on était accablés... On s 'est rabattu sur un projet de disque de yodel. [rire] On a mats, comme c'était trop difficile, on a décidé de passer à autre chose ! On a alors eu l'idée d'un album sur la philosophie : une chanson sur l'existentialisme, une sur le rationalisme, une autre sur le structuralisme, ou une sur Platon, tout simplement. Expliquer Sartre à notre façon. On va peut-être passer à ça. Si les footballeurs français n'assurent pas, on va être obligés de s'intéresser à autre chose. »

Et si les Rancheros, à l'insu de leur plein gré, décrochaient un tube en or massif? Grand rire : « II n'y a aucune chance, parce que cette production-là ne sortira jamais dans le commerce. Si les gens veulent vraiment un album, ils se le feront en le téléchargeant ou en se le refilant par cassette... On ne fait pas cela dans un but lucratif. C'est un travail d'éboueur de la chanson. On récupère les trucs qui traînent, tout ce qui tombe du camion. Il y a des bouts de mélodie, des mots de cette chanson populaire qui fait le fond de la France. On voit bien que c'est pourri jusqu'au trognon. Y'a pas photo, quoi... Entre La Madelon et une mélodie de Fauré, il faut quand même être du côté de Fauré, non ? Alors que le business voudrait toujours nous pousser du côté de Madelon. »

  - Dans libération (10/03/04) à l'occasion de la sortie du "parfum":

 

 

   Un certain B. écrivait en poursuivant sa correspondance avec JLM:

 

...En attendant, la tournée du Murat des champs "au jardin" est en ville. On y sera, à l'affût de Mornac et à l'écoute de "Qu'entends-tu de moi que je n'entends pas?" Tout.

B.*





     - allez, pour conclure, écoutons MORNAC:





 



 Merci à Emmanuel pour l'info et les docs (et bien sûr à Pascal).

 

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Commenter cet article

hervé pizon 28/02/2011 11:18



ah ! l'imaginaire !