Retour sur le concert de Murat à EVREUX 4 avril

Publié le 9 Avril 2013

 

 

Un grand merci Sandrine pour ce long témoignage!   Hier, à Toulouse, Excellement moment avec Agnus del babe.... mais disparition de Pont Mirabeau...

 



Evreux (ou le privilège de l'émotion)

Jeudi 04 avril 2013.. Nous arrivons vers 20h dans cette petite salle, l'Abordage à Evreux..

Un petit coucou à Jocelyne en passant, je lui demande si elle va bien et comment va Jean-Louis (vu qu'il s'était quand même fait porter pâle quelques jours avant) elle me dit, charmante et grand sourire aux lèvres, que oui, que tout le monde va bien, on se dit à plus tard et je rejoins mes amis au pied de la scène..

 

Alors on attend, on fait connaissance, on papote, et Robi fait son entrée vers 20h30, elle s'empare pleinement de l'espace (avec ses deux "oiseaux") pour une première partie d'environ 45 mn. Apparemment on ne chronomètre pas ce soir ..et c'est tant mieux !

 

C'est intime, on se sent bien à l'abordage, nous sommes peu nombreux mais c'est chaleureux.. Alors je suis confiante tout à coup, et me dis que la  proximité avec l'artiste et l'atmosphère qui règne dans cette sombre petite salle va nous réserver de belles surprises.. Jean-Louis accompagné de son fidèle et excellent batteur Stéphane, arrive sur scène vers 21h20. On applaudit, et il démarre délicatement avec "Over & Over". Un petit merci puis il enchaine avec "Belle", c'est beau..

 

Applaudissements/remerciements puis on change de style, ça s’accélère et ça envoie pour notre plus grand plaisir, c'est "L'eau de la rivière" et "Lindberg business", c'est alors que "John Lee Murat" et "Stéphane Bonham", nos deux complices, nous font une petite démonstration, le ton est donné et franchement on ne souffre pas de cette configuration scénique ! C'est Rock, c'est Blues.. C'est musicalement Bon !!

 

A vrai dire,  j'avais un peu de mal à imaginer (vu la couleur de l'album que, cela dit en passant, j'aime beaucoup) ce que cette tournée "Toboggan" en duo guitare/batterie allait donné (craignant aussi qu'ils se démotivent devant si peu de personnes) mais non et je suis fixée, ils embarquent tous les deux ! Alors on applaudit, on est peu nombreux certes, peut-être une centaine de personnes (je ne sais pas vraiment c'est pas évident à déterminer) mais on aime ça, on est fan à Evreux et on lui fait savoir..!

 

Place au "Champion Espagnol", personnellement je ne suis pas trop embarquée, en revanche celle qui suivra, "J'ai tué parce que je m'ennuyais", prend une toute autre dimension en live ! (et quelle dimension !)

 

Stéphane s'en va, laissant place à un "croissant de lune" qui deviendra, pour le morceau suivant, l'unique compagnon de scène de Jean-Louis. On devient encore plus intime tout à coup, puis ce dernier, pas toujours coutumier du fait, se met à nous parler.. Il nous annonce le prochain titre, lui aussi issu de son dernier album, prenant le soin de nous préciser avec humour qu'il est en vente à la sortie. Une petite voix familière lui dit "on l'a déjà", et souriant il répond "bah je sais pas, pour Noël, pour offrir en cadeau.. puis il ajoute pour "soutenir les artistes indépendants !" Sourires partagés, puis il reprend en sifflotant et nous livre un magnifique et très touchant "Chat noir" ! Le ton des applaudissements monte et quelques "bravos" fusent de droite et de gauche..on est scotché !

 

Ensuite Jean-Louis nous présentera, toujours en solo, une nouvelle chanson qu'il qualifiera de "triste". Il démarre et l'émotion l'envahit, nous aussi d'ailleurs ! Il a retiré son masque et le voir devant nous comme ça, la larme à l'oeil..c'est beau, c'est "Mirabeau" ! Il chante merveilleusement bien ce soir, c'est profond.. et il y a comme quelque chose de magnétique dans l'atmosphère..

 

Stéphane revient et il est grand temps maintenant de lâcher le cheval "fougueux", longue intro, belle complicité entre l'artiste et son batteur, ils se font plaisir et par la même occasion à nous aussi ! Vraiment géniale cette version revisitée de "Sans pitié pour le cheval".. Elle semblait si courte dans la tournée "Grand Lièvre" mais là, c'est parfait ! (lors des dédicaces, on lui fera part de notre contentement de cette version, il nous en remerciera).

 

Quelques flocons sur les écrans en fond annonce "Il neige", superbe intro guitare et merveilleuse interprétation, je suis touchée et là (c'est sûr) je ne suis pas la seule ! Ensuite "Tout dépend du sniper", et c'est reparti pour une petite leçon ! On ne va pas en rester là, il est bien ce soir et il a envie de donner apparemment, même de "L'Agnus Dei Babe" ...enfin presque !

 

Face à Stéphane, guitare en main, rythmé par le claquement de son talon sur le sol, il entame timidement l'intro d'une chanson que nous n'aurons ni le plaisir ni le temps de reconnaître ! Après plusieurs entrées et sorties, ce fut le claquement de porte de trop ! Et c'est fichu, coupé dans sa dynamique, il est déconcentré et dit à Stéphane "j'vais pas la faire celle-là". Stéphane se retire et nous on se demande du coup comment il va aborder la suite de son concert, les yeux rivés sur les portes de peur qu'elles s'ouvrent et claquent de nouveau !

 

Petit temps mort, il en profite pour se désaltérer et nous glisse un "pfff à cause de l'autre (...) avec la porte, vous voulez pas lui mettre un coup de guitare sur la tête ! Ce serait quand même dommage d'abimer la guitare" lui répond-on ! (il nous confiera après concert, qu'il est "toujours sur le fil" et que cet incident l'avait "gonflé") ce que nous pouvions comprendre puisque chiant pour nous aussi ! Dommage, surtout cette chanson qu'il n'a interprété, si je ne me trompe pas, qu'une seule fois depuis le début de la tournée.

 

Toujours la 12 cordes en main, il se replace devant le micro et se met à siffloter "façon Western", silence complet dans la salle, il captive ! Je reconnais "Amour n'est pas querelle" ..Bon sang, quel frisson j'en ai les poils hérissés, le gosier noué, complètement embarquée par la beauté et l'émotion qui se dégage de cette poignante interprétation..!

 

Il enchaine avec "Michigan" et nos deux complices se déchainent de nouveau sur leurs instruments pour cet élégant Blues, quel pied ! Puis Jean-Louis, présente "Stéphane à la batterie", on applaudit fort, les assommant encore de "bravos". C'est la sortie de scène, on a pas envie d'en rester là.. c'est le rappel.

 

"Tous descendrons des hautes montagnes quand l'amour sera oublié", et ça repart magnifiquement avec "Ginette Ramade". Puis le concert s’achèvera avec "Extraordinaire Voodoo", quelle chance ma préférée de son dernier opus. "Obéis voix intérieure, fais moi battre le sang..siffle-moi ce truc pratique pour être différent". Je frissonne et très franchement là, je me prends un "aller-retour" en pleine face ! Il salue le public, puis prends le soin de serrer quelques mains au premier rang, un p'tit bisou par ci, un p'tit coucou par là.. Il a fait l’unanimité ce soir, c'est confirmé par ce que j'entends de-ci de-là, pour ma part je ressors un peu chamboulée par sa prestation !

 

Pourtant, j'en étais pas à mon coup d'essai mais je ne me souviens pas avoir été touchée une fois de la sorte lors d'un concert de Murat, est-ce la configuration scénique, l'intimité du concert, ou tout simplement que cette fois ci l'émotion était à son comble pour ce Murat tantôt "Joueur de Blues" tantôt "Guitariste du Crazy Horse" tantôt "Troubadour enchanteur du XVIème siecle..? En tout cas une chose est sûre, il est bien plus "généreux" devant son public de Province..!

1h40 de concert.

 

 

LE LIEN EN PLUS:

le 45 tours d'over and over:  Vive les disquaires!

http://disquaireday.fr/les-pochettes-du-disquaire-day-18/?utm_source=rss&utm_medium=rss&utm_campaign=les-pochettes-du-disquaire-day-18

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Commenter cet article