Un dernier compte rendu du KAO 12 octobre

Publié le 17 Octobre 2011

Merci à Rémi (et à Madame qu'il l'a poussé un peu...).
Et au fait, on attend toujours des vrais comptes rendus d'ISTRES...
Belle soirée ce mercredi 12 octobre au Kao, la salle de la brasserie Ninkasi à Lyon. JLM a fait peau neuve avec une coupe de cheveux rafraîchie façon rocker d'antan, une chemise chic qui va avec, et des souliers fins  pour aller faire le beau à la ville. Il a aussi repassé son vieux coupe-chou sur le cuir de sa ceinture, et s'est fait la barbe pour de bon. Méconnaissable, je vous dis ! Le secret de cette métamorphose, c'est  surtout le nouveau son de l'artiste et de ses complices, et une attitude résolument rock.
 
Quand je pense qu'il y a deux ans nous l'avions  vu gratter la guitare et souffler dans le biniou tout seul, avec une table de mixage posée sur une toile cirée :  "Vous aurez droit à un concert de prolo", avait déclaré JLM à Hauterive, dans le palais idéal du facteur Cheval. Ce soir-là, le prolo avait emmené son public juste sous les étoiles.
 
Au Kao, nous avons eu droit à une première partie assurée par la jeune LiliMarche, qui s'accompagne au clavier, et chante de petites compositions personnelles acidulées et sans prétention : une belle voix, des textes aux registres variés, et une présence à la fois charmeuse et sympathique. Je suis toutefois insensible aux textes en anglais, donc  pas de commentaire sur cet aspect de sa prestation.
 
Pendant ce concert  lyonnais le public a pu entendre tout l'album "Grand Lièvre", et quelques reprises des plus célèbres des compositions anciennes, dont Les jours du Jaguar. Beaucoup de décibels ( les bons !) et beaucoup de jeux de lumières très dynamiques,  qui tranchaient avec l'éclairage type usine de sa dernière tournée : au Kao, nous avons retrouvé les riffs stroboscopiques des années psychédéliques. Murat et ses compagnons ont joué avec beaucoup d'énergie et ont fait bouger le public dans cette salle dépourvue de sièges. Le chanteur est au meilleur de son art ; qu'il se confie dans un registre élégiaque ou amoureux, ou qu'il vocifère son incompréhension de la bêtise ambiante, sa voix n'est jamais affadie ni déformée, sachant aussi se mettre à l'unisson de sa guitare.
 
Après le traditionnel rappel, je me suis précipité avec ma fenotte  (ma "chérie", en Lyonnais) sur le stand de Jocelyne, l'infatigable responsable des "produits dérivés". Cette appellation bassement mercantile ne cadre guère avec la démarche du  chanteur, mais Jocelyne gère tout cela avec beaucoup de gentillesse et de sensibilité...
JlM est venu, tout mouillé de chaud, signer les albums vinyles et les CD, en râlant que "quand c'est fini, ça continue..", histoire de faire son bougon.
Cecile tend le disque, JLM signe, nous regarde un instant avant de conclure "Allez, bonsoir M'sieu Dame!"
Comme on ne savait pas quoi répondre, on a souri et on est partis. Le lendemain, on souriait encore.
Remi Bernard.
tournee grand lievre
.
.
.
..................................................................
PUB:
j'ai eu pleins de propositions d'ebuzzing, que je n'ai pas diffusé... mais une fois de temps en temps... et un assureur militant... banco...

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo-sept 2011-août 2012

Commenter cet article

pierrot 18/10/2011 17:53



 


Encore un compte rendu ici:


http://sway-beach.blogspot.com/



Pierrem 18/10/2011 17:00



Cher Rémi, 


Vous fîtes là bien belle chronique du récital de l'arverne taciturne en nos bourgeoises contrées. Seul bémol : notre descendant-poète du Roi de Naples nous a honoré en rappel d'une "Foule
romaine",  bien sentie et cela eu mérité mention.  Au même titre que le surgissement du Jaguar dans la rocaille électrique tressée en rappel… Moment de puissance gracieuse dont vous
faites une description fort bien sentie d'ailleurs.


Au plaisir de vous lire à nouveau, donc…


En attendant, replongeons dans ce remarquable dernier album.


 


 


 



Pierrot 27/10/2011 18:28



bonjour, 


Même chose pour vous: au plaisir de vous lire à nouveau...



Armelle R.G. 17/10/2011 20:06



merci Rémi pour ce charmant résumé; très jolie cette dernière phrase!