Publié le 17 Janvier 2021

bonsoir,

Avant du contenu inédit dans la semaine, n'oubliez pas de revenir!,  je vous fais vite fait un article:

 

1) On commence par l'évasion du jour: PHIL SPECTOR a quitté son pénitencier, en franchissant le wall. Apparemment, certains ne savaient pas qu'il était encore vivant... C'est une légende de la musique pop et rock, mais plutôt contesté...  si bien qu'on édite des disques nettoyés de ses arrangements (let it be)... et que Léonard Cohen rejettera le disque réalisé avec lui (Phil lui avait interdit l'accès au studio sur la fin).

Alors bien sûr, Jean-Louis n'ignore rien de son travail, mais ce n'est pas une référence. On sait qu'il est plutôt Stones que Beatles (Spector a travaillé avec Lennon, dont imagine)...  mais pour le petit détail, voici ce qu'il racontait:

"Je me souviens que le jour où j'ai écouté un vieux Phil Spector avec 'Da Do Run Run' en version originale, ma mère rentrant chez moi m'a demandé qui avait repris la chanson de Sylvie Vartan. La culture de l'ersatz a complètement faussé le jugement de beaucoup de gens. C'est le terreau où pousse encore, de nos jours, la variété française. Ils sont tous dingues et l'arrogance de ces gens qui n'ont pas de culture musicale est très comique. Mes amis anglo-saxons rigolent bien en tout cas".

 

- On trouve les noms de  Murat et Phil Spector sur deux disques:

a) celui d'Isabelle Boulay,  les grands espaces (où figure Amour aime aussi vous voir tomber"), Isabelle y reprend  To Know Him Is To Love Him, un standard de Phil Spector

b)  Dans I'm your fan, le tribute à L. COHEN.  Toutes les chansons ont été écrites par Leonard Cohen à l'exception de Don't Go Home with Your Hard-On et True Love Leaves No Traces (issu de l'album Death of a Ladies' Man  produit par Phil Spector en 77). Il semble que les versions d'i m your fan sont jugés meilleurs que les originales.

 

2) On passe aux amis et camarades de Clermont:  

On a déjà parlé de la chaine youtube "french kiss" de Christophe Adam and friends. Un concert va concrétiser cette belle aventure.  Le 19/03/21à la coopé... si tout va bien.  Voici la reprise de la chanson d'Alain Bonnefont chanté par Murat, par Christophe Adam.       

Voici une chanson de KARTON, fan de Murat: il disait ceci à Pierre ANDRIEU: "Voilà un mec qui a réussi dans l'adversité : Murat au début ; c'était pas évident à écouter, les thèmes étaient un peu difficiles ! Il se fout de son image : il s'est fait connaître avec Si je devais manquer de toi mais il n'a pas refait indéfiniment la même chanson, comme Goldman par exemple ! J'aime bien son cheminement, je suis assez inconditionnel : j'ai tout ce qu'il a sorti ! Sur la tournée Mustango, il a osé surprendre en réinterprétant ses chansons avec des machines : il prend des risques. Ce n'est pas parce qu'il est d'ici mais il faut reconnaître qu'il sait écrire et qu'il a un univers ! C'est le seul d'ici à avoir réussi !"
 

- Denis Clavaizolle lui est toujours en train de lancer son duo ELKEEN.

 

- Morgane Imbeaud poursuite elle sa promo du disque AMAZON. On l'a vu notamment chez RUQUIER. Le nom de Jean-Louis Murat est assez systématiquement cité lors de ses passages.

Voici un clip d'une chanson signée Furnon/hburns, et le clip est signé par l'ami Matthieu Pigné, ex-batteur de radiosofa, Doré...Et qui a aussi une actualité riche avec Animal triste ( avec des membres de Darko et la Maison tellier) et son autre groupe  City of exiles.
 

Morgane en concert à voir sur facebook:

- Matt Low a aussi des news. Après un essai chez Pias, son disque est annoncé chez MICROCULTURES le 5/03/2021!!

Il a diffusé un premier titre:

Et il a fait une résidence avec son nouveau groupe où figure Yann Clavaizolle et Jamie Pop (des Elders) ou encore un membre des Dragon Rapide, ce qui promet des bons concerts... enfin presque... Enfin, on espère.

Ps: ET dans la série "les auvergnats ont de la ressource", qui a réussi à faire un concert en janvier 2021? C'est Alain Bonnefont dans une médiathèque, seul lieu culturel ouvert... Bravo à Blanzat...

 

- On termine avec les amis de la coopé...

La coopérative de mai a fait son calendrier de l'avent en vidéo: on a pu voir Morgane... mais on avait peu entendu parler de Murat. C'est fait vite fait ce 22/12 avec JD Beauvallet, et le numéro se termine par un titre des Delano orchestra, avec des membres de la Kütü. Et on a droit à une spéciale dédicace à Christophe Pie:

le numéro #20 revient sur Bashung et la tournée "des grands espaces".

Dans le numéro 19, un petit message d'Annick Clavaizolle qui a posé devant elle deux disques de JLM..

Dans le 18, séquence humoristique avec Yann Clavaizolle, batteur, et crédité sur un album de JLM.

LE LIEN EN PLUS LES ENNEMIS

Jean-Louis nous avait fait découvrir le problème des rats taupiers... il y a bien des années... mais le renard est toujours classé nuisible... Il est pourtant le régulateur principal...

reportage:

https://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/cantal/rats-taupiers-nous-ont-ruines-cantal-agriculteurs-desempares-face-au-fleau-campagnols-1901958.html?fbclid=IwAR0225M1hxU-S4uVWTLEBzEpdiY-92PvzzFLlY-MzK5LZevrj-jOpQ3UVik

Ps: Et bon anniversaire à Françoise HARDY: Il y a 11 ans je l'interrogeais.... C'est quand même fou...  A relire:

http://www.surjeanlouismurat.com/article-inter-vious-et-murat-numero-4-stephane-prin-suite-50792794.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 12 Décembre 2020

 

Bonjour,

Cela faisait un petit moment que je ne prenais pas la peine de  signaler la date... mais suite à un post ce week-end sur facebook à ce sujet, grâce auquel j'ai constaté un certain intérêt, je me suis décidé à faire cet article. LE BLOG FETE DONC SES 11 ANS (depuis le 3/12).  Au démarrage, j'avais convenu avec moi-même sans négociation, de faire régulièrement un bilan dans une volonté de transparence.  J'ai laissé tomber il y a 4/5 ans je pense, oui, 2016... Après le départ de Matthieu...( http://www.surjeanlouismurat.com/2016/12/7-ans-debriefing-annuel.html  le coeur n'était plus à la fête).

http://www.surjeanlouismurat.com/2015/12/vers-l-age-de-raison.html

http://www.surjeanlouismurat.com/2014/12/give-me-five.html

Bon, alors, tentons ce petit bilan... avant de repartir vers de nouvelles aventures.

En créant ce blog sans trop y réfléchir le 3/12/2009, afin d'avoir mon espace à moi, avec une ligne éditoriale se voulant libre et ouverte, et dans une décontraction jemenfoutiste (mon premier article s'appelait "j'aime pas Jean-Louis Murat"),  est-ce que je pensais vivre tout ça, même si ce "ça" se situe dans une certaine virtualité d'écran et d'anonymat, et le sentiment d'être un grand usurpateur ?  Me retrouver dans une liste de 40 spécialistes de la chanson dans un livre de Baptiste Vignol, entre Vergeade et Varrod!, se faire recommander par Yves Bigot sur TV5 monde, et interviewer Françoise Hardy, Jeanne Cherhal, et quelques autres (Je tiens beaucoup au lien amical qui s'est créé avec Michel ZACHA)?  Non, évidemment pas.  D'ailleurs, on peut se dire que les grandes heures du blog sont derrière nous,  je me contente de surveiller l'actualité, et les visiteurs quotidiens ont du mal à passer désormais la barre des 100, mais je m'accroche au devoir que je m'étais confié. Et si je voulais faire de l'audience, je n'avais qu'à choisir  de parler de jeux vidéos, que je pose en strocpop, strucpup, trocpeup, crop-top sur instagram... avec mon beer belly (mon instagram).

A l'époque, le blog convenait bien, avec le site Le LIEN DEFAIT en parallèle, qui permettait une recherche facile,  notamment pour la restitution sur les tournées, les chansons. Le LLD désormais en mode pause, un lieu pour les archives est donc à créer... si on ne veut pas passer que par Google (Didier Le Bras est arrivé ensuite, mais ces sites ne disposaient pas d'un menu très pratique non plus). Bon, le fait est que dans mon petit coin, caché dans l'ombre,  cela permet de ne pas trop s'embêter avec le copyright et en 11 ans, je n'ai pas eu trop de souci à ce sujet (parce que je trouve important d'offrir cette banque de données, en reproduisant au maximum tout ce qui est écrit sur Murat, même si on peut rêver meilleur système d'archivage). Pour compenser, je vous invite toujours à lire les articles d'origine en suivant les liens que je mets toujours en évidence, et j'espère que vous le faites.

Très rapidement, un certain Matthieu est devenu un partenaire formidable, et ses recherches, et ses qualités de rédacteur  ont fait passer le blog dans une autre dimension, avec des articles originaux et un vrai travail journalistique ou historique. Grace à lui, le blog a donc sorti quelques infos ou archives inédites (Murat journaliste ici et , le festival de la Bourboule , tentant de percer le mystère de "suicidez-vous" etc...). Nos échanges étaient un booster pour mes propres rédactions.    Poursuivre surjeanlouismurat.com est une manière de lui rendre hommage, et vous le savez, il n'est jamais loin quand je m'attelle à une rédaction. Vu qu'il avait sans doute du mal avec ça,  il aurait peut-être profité d'une chanson pour faire passer le message qu'il m'a porté avec son départ : "On ne dit jamais assez aux gens qu'on aime qu'on les aime" (Chedid).

Bon, justement, concernant Jean-Louis Murat, ce blog n'avait pas forcement pour but de lui clamer un amour sans fin, et peut-être que ces derniers temps, j'ai un peu trop gommé l'aspect critique (mon but n'est d'ailleurs pas de toujours donné mon avis en fait), mais après 11 ans, je reste toujours aussi passionné par les interrogations qu'ils m'aspirent, tant dans son oeuvre que sa personnalité médiatique. J'espère qu'il nous offrira encore longtemps des occasions de se questionner, de rire, de s'offusquer, de rêver, via des nombreux nouveaux épisodes... Je suis un de ses humbles feuilletonnistes.

J'espère pouvoir continuer longtemps, et n'hésitez pas, pour me secouer, à me faire part de vos idées, suggestions, articles, infos... et je suis ouvert à toutes propositions de collaboration (notamment pour être notre  correspondant clermontois ou parisien, ou autour de l'analyse littéraire de chansons, secteur laissé en friche depuis très longtemps). Cette semaine, on m'a ainsi parlé d'un projet sur lequel j'ai déjà passé un peu de temps... et j'espère pouvoir vous en reparler très vite.

 

Voici quelques chiffres (et je remarque par la même occasion que le million de pages vues est dépassé):

Total depuis la création
584 091Visiteurs uniques
1 006412Pages vues
1,723Vues / Visiteur
Total des Droits d'Auteur bruts générés par le blog
(Depuis le début du partenariat)

349,85 €

 

J'ai donc un versement de 48 euros environ tous les 14/15 mois en moyenne, avec un revenu de 0.15 centimes par jour quand il y a du passage, en sachant que la version "premium" d'overblog coûte 60 euros  par an. Avec les magazines, les livres que je me procure... ce n'est donc pas une activité rentable... C'est pourquoi je ne me suis pas encore résolu à suspendre les publicités (notez que je n'ai pas autorisé  la pub en"fenêtre volante" qui serait la plus embêtante pour le lecteur).

-------------------------

Je m'arrête là pour cet article.  J'ai des courses à faire... et l'actualité muratienne m'attend! Joyeux noël malgré tout ça, soyez vraiment prudent...  

Merci of course à M., Five, Manu, Baptiste-Michel, et Florence(s), Isabelle, Pierre, Samuel, Thierry, Emmanuelle... Laure... et à tous les lecteurs bienveillants, et à ceux que j'oublie.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 3 Décembre 2020

Mais la grande faucheuse, tu vas me laisser buller devant la télé un peu? Pas moyen d'être tranquille! Après Maradona, Anne Sylvestre... voilà encore une icône muratienne qui... euh, icône? Façon de causer...  On est entre auvergnats... même si Giscard au bout du compte de l'élection, il s'était un peu dés-ancré... préférant les... d'autres... cul-terreux du Loir et Cher. La richesse est moins pénible dans un château spacieux. 

Bon, désolé Jean-Louis, mais désormais  aux yeux des cercles parisiens, tu seras plus que jamais le représentant attitré de l'Auvergne. La concurrence des vivants se dissipe. Font pas le poids Jacques Mailhot, Nolwenn Leroy, l'immigré Hortefeux, Claire Chazal, Mazarine Pingeot ou les Michelin, ou le terne fiston VGE qui végète à Cham.  Y'a que Vercingétorix qui ferait encore le poids. Qui connaît encore  La Fayette, Pompidou, Vialatte, Pialat, Pascal, Michel Charasse et Jacques Barrot et Danielle Gilbert? 

Ça sera donc sous Macron (selon l'expression que Murat aime utiliser en concert... Sous Mitterrand...) que l'on va enterrer Giscard....  Ça ne sera pas à Chamalières, ville qui vit la naissance de Jean-Louis en 52. [Tiens, on peut lancer le générique d'Amicalement vôtre pour faire genre]. VGE entre noblesse, et dynastie politique, un Louis dans la famille (XV*), JLM entre classes ouvrière et paysanne, un Loï dans la famille (XVIII... mort en 18 en Somme).  Cette année-là, VGE était à l'ENA, mais avait fréquenté le lycée Blaise Pascal de Clermont que Bergheaud rejoint quelques années plus tard (Delors, C.Lanzmann et D'Ormesson l'ont également fréquenté... mais seule notre musicien fonde une bande et influencera durablement ses camarades... Tiens, on retrouve également Alain Rey, autre trépassé récent, je lui dédie les fautes d'orthographe de cet article). 

*V'là Louis le quinziste, y manquait plus qu'ça  chantent les Rancheros

Giscard remonta à Paris ensuite, et y rencontra plus de succès  que Jean-Louis dans sa période parisienne... la cuillère en argent lui évite la vache enragée du zonard, même si, ne lui enlevons pas, Giscard s'engagea dans les combats de la 2e guerre... Après la guerre, il effectua un premier séjour aux Etats-Unis et au Canada, soirées Mousse et tango pour lui, à moins qu'il ne suivît déjà son cours ordinaire des choses politiques.  Comme un cowboy à l'âme fresh, vas-y, je suis Kennedy.  Murat chante plutôt "Chappaquiddick"...  et Bob dit l'âme.

C'est en 56 que Giscard devient député du 6/3 (suffrage à la proportionnelle). En 58, il se frotte au Sancy: le petit brenoï s'amuse alors à lui ficher une belle moustache (et pas une tête de noeud  car il est alors trop jeune)  sur les affiches électorales des cantonales  du canton de Rochefort-Montagne (où se situe Orcival, Murat Le Quaire et la Bourboule)... C'est peut-être pas vrai, mais on fera comme si.  Quelques temps après, Murat commence la musique, mais ça ne sera pas l'accordéon, que VGE a appris sur le tard pour s'occuper en Autriche.  En 1970, il joue d'ailleurs un air autour d'un "chat noir" auprès de l’enamourée Danielle... mais je cherche vraiment toutes les petites bêtes pour rapprocher les deux hommes... d'autant que dans la chanson "je cherche fortune autour du chat noir", il n'est pas question de l'animal mais d'un cabaret. 

En 66, Giscard ne fait plus partie du gouvernement, et de conseiller municipal, il devient maire de Chamalières en 67. Il rate une belle occasion de montrer qu'il était un grand visionnaire en n'attribuant pas à un joli square de la ville le nom de "Jean-Louis Bergheaud, enfant de la ville". 

En 1973, l'un s'installe dans le salon Murat sur un poste en CDD, l'autre multiplie les petits boulots, avant de fonder son parti Clara et, au bout de la décennie, de choisir ce pseudo, et de chanter "suicidez-vous le peuple est mort"... par désespoir de voir le notable auvergnat se faire balayer... NON? Ah, on me dit que ce n'était pas ça (avec "Suicidez-vous le peuple est mort"... et "le coup de Jarnac", Murat aura plutôt chanté Mitterrand).  On retiendra du septennat concernant JL, la création du divorce par consentement  mutuel, ça peut toujours servir (faute à la fidélité, thème cher à Murat, que ce soit pour ses amours ou pour l'Auvergne, VGE semble en avoir lui une vision plus "19e").  Quelques années plus tard, les Rancheros improviseront sur Bokassa (2e album resté inédit)... mais pas certain qu'on puisse faire un rapprochement.

Refusant la traversée du désert auquel JLM lui est contraint, Giscard repart en campagne. Député; et président de la région Auvergne en 86, et c'est là qu'il va avoir l'idée de faire un trou... alors que Jean-Louis perce enfin... "ah si je devais manquer de toi"...

Quelques années plus tard, Murat sur l'un de ses thèmes de prédilection de la ruralité en crise :
 

AU PAYS DE GISCARD  (inédit live 99)

 

Antoine te fait la bise, on pense à toi

On a bien rentré les salers hier soir

Ils ont aussi rentré leurs grands bœufs

Dans la combe à Rieu

 

Quelle journée j'ai eu oui je te dis

J'ai eu la visite de Johnny

Il fait des fèves aux lards du Canada

J'en suis toute flagada

 

Mon Dieu quel monde y'avait Dimanche

Ils ont dit une messe pour Monsieur Planche

Ton père a encore eu mal au bras

Quel malheur qu'on ait plus la Maria

 

Il paraît André dit qu'à Orcines

Ils veulent nous construire un genre d'usine

Un truc affreux en fer que veut Giscard

Je te jure quels tocards

 

Ils auraient pas bien lu le règlement

Ils ont fait un trou ils ont rien mis dedans

Au lieu de nous faire payer de impôts

Qu'ils nous donnent du boulot

 

Y'a pas assez du feu pour els pompiers

C'est dans l'purin que les gars vont se jeter

Comme celui des Etables bien trop endetté

Ton père me jure qu'on va tous y passer

 

A part ça au pays de Giscard, ça va...

Très belle chanson...

Sur le site de la fondation "vge", il est écrit: "Son attachement à l’Auvergne, dira-t-il, n’est pas politique mais génétique : ses quatre grands-parents et ses deux parents y sont enterrés". Autant du coup ne pas gâcher et s'en servir comme on peut, même si, comme Jean-Louis, la relation n'est pas si univoque.  Jean-Louis n'aime pas tant que ça  "Clermont" ("Clermont, c'est Versailles", "Quand je change de vallée, j'ai un sentiment presque d'infidélité. Ou de jalousie. Ça ne me plaît pas tant que ça".) alors que VGE se fait recaler par  la plèbe clermontoise pour le poste de maire. L'ultime défaite de 2004 aux régionales, ai-je entendu au JT de France 2,  portera un coup sévère à l'attachement de Giscard à l'Auvergne... Alors que Jean-Louis  est plus que jamais ancré.

On collera à tous les deux l'étiquette d'érotomane... Murat jouant Marlène ("Cuisses entrouvertes,
Dis comme tu y vas") et autre "princess",  Valery joua avec Marlène et peut-être la Princesse D... De cette inspiration,  l'homme politique se sera rêvé en sa retraite homme de lettres, tentant de parler d'amour et de séduction, JLM refuse toujours à cette heure le costume en ne franchissant pas le seuil du roman ("par manque de suite dans les idées dit-il, mais aussi " Moi, ça ne compte pas. Je fais des chansons pour réparer la toiture".).  Néanmoins, on citera Baudelaire pour les rapprocher: VGE fait également régulièrement allusion au poème de Charles Baudelaire Moesta et errabunda dit wikipédia.... et appréciait énormément Maupassant dont il parla à Apostrophes.

 

En mai 2010, Michel Drucker, autre disparu de cette année, fait écouter sur Europe 1, "TERRE DE FRANCE" de Jean-Louis Murat à VGE. La présentatrice indique : "c'est une chanson que vous aimez beaucoup, enfin vous aimez beaucoup le chanteur, c'est Jean-Louis Murat". Drucker dit :"il habite le col de la Croix morand"... et l'ancien président d'indiquer: "c'est magnifique, près du Sancy, j'y suis allé souvent", et Drucker ajoute "il est très fier de cette région, Jean-Louis Murat"...

 

En mai 2010, Michel Drucker, autre disparu de cette année, fait écouter sur Europe 1, "TERRE DE FRANCE" de Jean-Louis Murat à VGE. La présentatrice indique : "c'est une chanson que vous aimez beaucoup, enfin vous aimez beaucoup le chanteur, c'est Jean-Louis Murat". Drucker dit :"il habite le col de la Croix morand"... et l'ancien président d'indiquer: "c'est magnifique, près du Sancy, j'y suis allé souvent", et Drucker ajoute "il est très fier de cette région, Jean-Louis Murat"...

Terminons par quelques citations:
Dans Magic numéro 59, G comme Giscard (mars 2002)

On s’enfonce tellement dans le médiocre que Giscard va bientôt passer pour le meilleur président de la Ve République. On va halluciner, c’est-à-dire que Pompidou est un génie, De Gaulle Charlemagne, et Giscard d’Estaing, Colbert. Giscard, chez moi, en Auvergne, il se fout de tout, il pense à sa gloire personnelle, et il a vidé les caisses de la région avec Vulcania. En passant aux trente-cinq heures et en les prolongeant tous jusqu’à quatre-vingt-quinze ans, il faut bien en faire quelque chose. Donc tu balades des gens en bus. Vulcania, c’est un billard finalement. Tu as tous les grabataires de France et d’Europe qui viennent passer trois heures à regarder fumer un truc dans le parc des volcans. Moi, de toute façon, je déteste le tourisme et les touristes, et depuis que je suis tout petit. Enfant, j’ai été élevé à la ferme, et chaque fois que mon grand-père voyait un touriste, il sortait son fusil avec les cartouches à sel. À côté de ça, dans ma commune, ils nous ferment l’école, la Poste. Alors ça nous fait une belle jambe que les mecs viennent bouffer au McDo et restent trois heures, parce que tout ça est payé avec notre pognon. Les pauvres Auvergnats n’en verront pas la couleur revenir. Je trouve que c’est une idée du siècle dernier de penser qu’on va développer les pays et les régions. On se croirait revenu en 1975, en plein dans la période Giscard. Comme dans le foot, à trente-cinq ans, il faudrait obliger les mecs à se retirer parce qu’ils ne sont plus performants. Giscard est sincère, sauf que son idée a trente ans de retard.

 

Interview FOUTRAQUE 2003 à propos d'un projet giscardien:

Et si on te propose de jouer au nouveau Zénith d’Auvergne de 8500 places, une réalisation de Valéry Giscard d’Estaing…
Jamais ! C’est trop grand, je suis pour qu’on multiplie les petites salles de 500 places en France. Comme ça tous les gens qui savent jouer, comme les Rogojine, pourront vivre de la musique. C’est quoi ce délire de foutre du pognon sur des trucs pour Johnny Hallyday ou Bruel, on a rien à voir avec ça ! Si ça se trouve le Zénith va tuer la Coopérative de Mai en plus… Qu’est ce tu veux que j’aille foutre au Zénith ? Pierre-Yves Denizot veut tuer la Coopé, enfin, les Giscardiens veulent tuer les socialistes. Il ne vaut mieux pas mettre les pieds là-dedans parce que s’ils tuent La Coopé, on n’aura que les yeux pour pleurer !

Tu estimes que la Coopé, c’est une chance pour Clermont-Ferrand ?
Bien sûr, mais le problème maintenant c’est qu’avec les lois Sarkozy, tu ne peux plus boire trois bières ou en rouler un sans être emmerdé quand tu rentres chez toi. Ils sont en train de vider les salles de France surtout sur des villes comme Clermont où Il y a beaucoup de gens viennent de l’extérieur en voiture. Et puis les gens sont des veaux, il y a 15000 étudiants dans cette ville, on n’en voit jamais un seul au concert ! Ils sont plus vieux que leurs grands-parents, quel pays de morts, de macchabées ! C’est « macchabéeland », Clermont !

 

Inrocks 1994:

J'ai aussi tourné en automne un film qui s'appelle Notre-Dame de Roche Charles, une chapelle du XIIe dans laquelle on a enregistré des chansons, avec les paysans tout autour.

Toutes les chansons concernent le monde paysan, avec des images qui vous plairaient beaucoup. On pourrait dire que ça ressemble à certaines de vos photos : tous les objets qui disparaissent. Je me sentais une sorte de responsabilité. Enfin, j'ai enregistré une assez longue chanson, un chant de Noël en patois. J'ai retrouvé des clichés d'un abbé, vers 1899 , j'ai fait tout un montage avec. Donc, j'ai déjà donné. Mais à un moment, on m'invitait à des débats sur les problèmes d'agriculture... Et ce n'était pas vraiment le sujet. Je ne veux pas devenir le spécialiste. Pour moi, ce mouvement est irrémédiable. Je suis toujours là en train d'insulter Giscard d'Estaing et le Gatt.

Le MONDE 2004

Pour les hommes politiques, après un détour vers Valéry Giscard d'Estaing, initiateur de Vulcania, parc d'attractions auvergnat, Murat cite Edmond Rostand : "Se rendre compte que ce monde est réglé par des hommes politiques aujourd'hui, c'est aussi stupéfiant que de constater qu'au Moyen Age les barbiers étaient aussi chirurgiens."

 

LE LIEN EN PLUS

J'ai oublié hier de consulter le livre de Claude Dejacques, qui signa Murat chez Pathé... Et bien, il participa à relancer Anne Sylvestre chez Philips et fut donc son Directeur artistique durant 4 albums...  Voici ce qu'il en dit:

VGE et le GJ JLM, entre auvergnats du haut et du bas
VGE et le GJ JLM, entre auvergnats du haut et du bas

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 1 Décembre 2020

Et bien, comme d'habitude, on a droit à la série... et ce jour, c'est Anne Sylvestre qui nous quitte. Voici rapidement quelques éléments qui seront peut-être complétés ce soir...  

Jean-Louis Murat l'aimait beaucoup. Très récemment, il l'avait interprétée de manière un peu improvisé:

http://www.surjeanlouismurat.com/2018/10/la-reprise-d-anne-sylvestre-en-video.html

Dans une interview accordé à Sud-Ouest, Jean-Louis Murat y citait la chanson comme l'une des chansons clés : pour lui, c'est du "blues français, pur et dur". Une description qui colle bien aussi à la musique de Murat…

Anne Sylvestre lui avait parlé ensuite par Laure Adler interposée...

http://www.surjeanlouismurat.com/2019/05/jean-louis-murat-dans-l-heure-bleue-france-inter.html

- Petite séquence surprise et cadeau :  Anne Sylvestre, enregistrée,  vient parler à Jean-Louis pour lui dire qu'elle  a été touchée par ses propos  sur elle, lui explique la chanson "le mur pour pleurer"....  et interroge Jean-Louis : "avez-vous trouvé votre mur pour pleurer"?

JLM se dit "très touché".. et raconte qu'il n'a pas osé aller lui parler quand il en a eu l'occasion.  A la question, il répond:

- "oui, j'y pense... la poitrine de la fille que j'aime actuellement".

 

Jean-Louis avait également parlé d'Anne à Valérie LEHOUX:

Et aujourd’hui, dans cette loge sans luxe et pas vraiment chauffée, il est d’humeur taquine. « Au fait, puisque tu t’intéresses à la chanson française, tu sais qui est la référence pour moi ? Anne Sylvestre. Mais évidemment, personne dans les médias ne la défend... ».

Ah ben, en voilà une qu'elle est bonne ! S’il y a une artiste dont j’essaye de parler le plus possible, c’est bien Anne Sylvestre. En dix-huit ans ans de service à Télérama, je l’ai citée quarante-six fois – dixit le service doc. Et toc... Mais en quelques mots, Jean-Louis Murat vient aussi de marquer un point : il n’est pas aussi prévisible que je le pensais. Nous venons de nous découvrir un point commun capable de dépasser toutes les chamailleries passées ou à venir.

Aimer Anne Sylvestre, c’est un peu comme un signe de reconnaissance. « Je peux l’écouter tous les jours... C’est intelligent et jamais ringard. Y’a pas longtemps, sur France Inter, j’ai même repris l’une de ses chansons : Un mur pour pleurer ». Pas la plus connue, mais l’une de mes préférées ! Et voilà qu’il se met à fredonner par cœur : « On ne pleure plus, paraît-il, on rigole, c'est plus facile. On n'écoute plus les poètes, les errants. On leur dit : “Taisez-vous Vous n'êtes pas marrants". On est télé, télé... On est si fatigué de penser »…  http://www.surjeanlouismurat.com/2019/01/un-moment-avec-murat-par-valerie-lehoux.html

 

EDIT:  Les INROCKS rappellent que TOBOGGAN doit beaucoup à ANNE:

Toboggan (2013), lui a été inspiré par un morceau de l'autrice-compositrice décédée le 30 novembre, à l'âge de 86 ans : “Le titre de l’album m’est venu à cause de Le Toboggan d’Anne Sylvestre. En fait j’aime autant Gimme Shelter des Stones qu’une comptine d’Anne Sylvestre. Après, c’est vrai, c’est difficile de mélanger tout ça”, confiait-il alors. On apprenait aussi, au détour de cette interview, que sa chanson préférée était donc... Un mur pour pleurer.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 26 Novembre 2020

Bon, je tiens à dire que l'auteur de ce blog ne prépare aucune nécro en avance... même si je profite de ces événements fâcheux pour me faire quelques lignes... Alors, ce soir:  GGGOOOOOOAAAAAAAAAAALLLLLLL, MARADONNNNAAA......

Je vois que certains  disent: "pourquoi tout ce bruit pour ça?"... Et bien, Jean-Louis donne une réponse dans sa chanson sur le football, "achille à Mexico" (sorti sur le disque "amour foot"), consacrée à Platoch... mais qui pourrait tout aussi bien parler à l'Argentine:

 

 

 

Le genre humain, tous les oiseaux
Dans le ciel blanc de Mexico
Tout devenait si personnel entre eux et nous
C'est l'unité, il faut me croire
C'est l'unité, il faut me croire
C'est l'unité
 
Solennité il faut me croire
 

C'est assez clair pour ne pas en rajouter, et comme l'a dit le chanteur : "il ne faut pas donner d'arguments à ceux qui n'aime pas le foot".   Murat peut s'interroger (en y cédant un peu?) sur l'émotion d'une nation suscitée par le décès de F.Mitterrand, ce "florentin"  qui n'a pas ressuscité le peuple, suicidé depuis longtemps (Quel est ce deuil sur nos âmes Quel est ce deuil qui nous tient " -le coup de jarnac-),  mais  certainement pas devant l'émoi du dernier départ d'un grand champion, et pas seulement espagnol...  Encore moins s'il a été un peu brigand (JL, avant Murat, héros napoléonien à la chevelure maradonienne, avait choisi en alias Aymerigot Marchès  bandit du peuple, ayant frayé du côté de Vendeix... sans oublier de citer  "la complainte de Mandrin" qui fait partie de son top ten des chansons que l'on devrait tous connaître par cœur).  Ah, tiens d'ailleurs, amusant de constater que Murat comparera Maradona à Mitterrand (voir-ci dessous), physiquement (pas pour un centre déposé venu de la gauche ou un crochet à droite à VGE...).

Jean-Louis, en 1990, était en Italie pour Libération, billettiste all-accès...  Il n'en livra finalement que 3, que ce blog republia en intégralité, mal-être et trouille le fit rentrer fissa... d'autant que "Maradona jouait mal".

Dans l'Equipe du 10/02/94, le journaliste indique: "Murat quittait Naples et la plume après un Argentine-Urss où "Maradona jouait mal". JLM:

"« C’était le délire dans le stade. Ils étaient tous pour l’Argentine, ça te filait la trouille. Ils étaient prêts à tuer les Russes. Cette ambiance hystérique et méchante, je ne la sentais pas du tout. Faut y aller dans les tribunes ! "

« « Libé » m’avait envoyé en 1990 en Italie sur le Mondial. J’étais correspondant. Je suivais les matchs. Je suis allé à Naples, à Rome, tout ça. J’ai fait la première semaine. J’ai vu ARGENTINE – URSS. A Naples, il y avait une ambiance de chiottes, avec MARADONA qui faisait n’importe quoi. J’ai envoyé un dernier papier à « Libé » en disant : c’est quoi c’te bug, et puis j’ai repris la bagnole pour rentrer chez moi ». (le soir)

 

Pourtant, sa 2e chronique évoque joliment le dieu DIEGO: "homme pur que Dieu choisit",   "comme un pur-sang fou,comme un voyou (jouer de la main). De la main de dieu, imbécile génial. J'ai senti naître en moi l'infini tendresse, celle que j'ai pour Johnny, Vega, Neil Young, car même le ventre plein comme un oeuf et la verge bandée comme un arc, il mourra lui aussi d'amour et de faim". 

Et le troubadour de  nous livrer une chanson de gestes: "nous sommes venus pour une animation sacrée. Voilà le pré, le nouveau monde où nous entrons en lice... Un monde de geste et de religion. Beaux gestes, vilains gestes, efficacité des gestes, amélioration des gestes, gestes de polémiques, gestes pires que les mots, gestes de reconnaissance,gestes divins".

 

L'intégralité du texte:


 

Muradona : Jean-Louis  Murat et Maradona, le Quaire et Naples.

Après avoir écrit un poème pour Thierry Henry (en 2004), dans l'interview fameuse de So foot (2005), loin de la déprime napolitaine, Murat cause encore de Maradona, en dénonçant l'époque..."sans odeurs, sans poils", qui finalement l'éloignera du football.

"Ils jouent comme des sans-couilles. Moi, ce que j'aime, c'est le contraire: Maradona. C'est le dernier Dieu du football, le dernier des mohicans, l'homo footballicus absolu qui trichait, prenait de la coke, trainait avec la mafia".

Muradona : Jean-Louis  Murat et Maradona, le Quaire et Naples.

 

Bien sûr, on rappellera que récemment avec Il francese , JL Bergheaud a clamé son amour pour Naples...  C'est sans doute un peu bête de dire qu'il aime forcement donc l'idole de la ville... car il chérit sans doute autant ou plus les image de "l'or de Naples", film qu'il invita les lyonnais  à regarder un soir de 2018  (à lire et écouter ici), mais un remake 2020 ferait sans doute apparaître "el pibe del oro" (De Sica: « Mon film est une comédie, et pourtant l'idée de mort y apparaît constamment en filigrane"). Et hier, cet "enfant est mort", et son enterrement me fera sans doute penser  à la fierté de la "mama" du film...

 

LES CITATIONS "et les autres" EN PLUS (cherchez l'intrus)

 

"Quand on joue, c'est moi qui dirige les manœuvres, j'ai une vision d'ensemble, je suis d'emblée Platini, un peu Beckenbauer, un peu Pelé"

Je ne sais toujours pas si c’est un ange ou un démon. Il grimace comme un serial killer, et il a le sourire de Sainte-Thérèse D’Avila, tu ne sais plus. Il doit être un peu fou, c’est pour cela qu’il est génial au foot. Il y a deux Zizou qui cohabitent dans le même. Chaque fois que je le vois jouer, j’y pense. C’est un mystère, il me fait penser à Johnny, on ne sait pas, on ne sait rien, c’est romanesque   (magic)

'Bon d’accord, il y a MESSI, le nouveau Bonaparte, un génie..."        et bien sûr Didier Deschamps...' euh,oups... :

 

LE LIEN DE CIRCONSTANCE EN PLUS

Mustang revient avec un titre "memento mori"... et F. Vergeade évoque la "muratisation" de leur leader (cf article précédent, on peut d'ailleurs penser à Dominique a à l'écoute)  J. Felzine: A l'instar d'un autre célèbre chanteur auvergnat, on connaît le stakhanovisme de Jean Felzine qui, entre deux albums de Mustang, duettiste avec Jo Wedin ou s'échappe en solo et sans guitare. Trois ans après Karaboudjan EP, où le groupe s'essayait avec brio au “krautabilly”, et une tournée anglaise avec Blondie, Mustang revient enfin avec un nouveau single, Memento Mori. Derrière ce poignant éloge funèbre, on retrouve le sens de la composition racée et de l'écriture inspirée de Mustang.

https://www.lesinrocks.com/2020/11/16/musique/musique/mustang-revient-avec-le-poignant-memento-mori/

 

LE LIEN LE ROI DANS L'ARENE

On continue de parler de mort, de provocation...

Voilà que j'ai aperçu que sur twitter, Murat était une nouvelle fois sur une affiche rouge, une cible sur le dos. C'est l'association anti-corrida qui l'a rangé dans les personnalités "qui ne ratent aucune occasion de défendre leur passion mortifère"!

Jean-Louis a effectivement dit qu'il aimait la corrida... et dans le même temps le machisme...  dans les interviews où il jouait la polémique, c'est pour moi de la pure provocation et en faire un ardent défenseur de la tauromachie, c'est un rien abusé.

Je propose de retenir plutôt cette citation: "La cruauté du monde est amortie par les animaux"... même si l'amour lui évoque la bête sur le sable:

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres, #Baby Love

Repost0

Publié le 15 Novembre 2020

bonjour les confifi à moitié,

Je sors de mon trou. 

Rien  de phénoménal ne m'avait mis dedans et rien ne m'en faisait remonter... Oui, malgré la sortie d'un nouveau disque...  nouveau à moitié?

Je pense qu'entre vous vous êtes déjà tout dit sur Baby Love DC...  déconfiné alors que le tocsin sonnait à nouveau (quand ça veut pas, ça veut pas). Bon, après tout, il n'avait pas grand chose de déconfiné: Son intime et intérieur, débranché et con finie, et  l'amour aussi. Et bien sûr que ça va très bien de réentendre Murat ainsi, et se replonger dans la tournée Tristan par exemple. On a comme l'impression de se retrouver dans son salon, avec le feu qui crépite légèrement dans la cheminée.  Etait-ce pour certains enregistrements des démos?  L'inédit Prince ahuri  enregistré à la maison au piano -sans crédit de Denis- est très légèrement orchestré. "Que dois-je en penser?" sur un texte pour une fois assez explicite est plus nu... et  ce sont deux belles réussites. Le son est magnifique,  sur le dernier surtout.    On peut en profiter pour remarquer que ce n'est pas  Aymeric Letoquart (ci-dessous dans le "studio scarlett") mais Eric Toury aux manettes pour la majorité des titres (2 ont été fait au studio de Denis, Wooden D).

Eric Toury figure déjà sur un disque au côté de Murat... mais jamais sorti: SVOBODA de Möör. Il était à l'époque selon les mots même d'Alain Bonnefont  l'"équipier" de ce dernier.  On retrouvait aussi Eric (comme batteur) dans le  groupe FOLAMOUR (où ont évolué plusieurs anciens de Clara), groupe à la solide réputation ("aussi bon que les américains" selon P. Veillet), après avoir fait de la musique avec un autre personnage de la musique clermontoise : Geraud Costet (Barons du délire). On le retrouvera  aussi aux côtés d'un 3e sacré personnalité :  Christian Descamps de Ange...  Son activité principal est "technicien/régisseur son"... mais il n'a jamais été sur une tournée de JLM. 

Petite pause publicité:
 

« Wooden D « unité de création musicale à 10mn Clermont centre . ( création de musiques originales tous styles /...

Posted by Clavaizolle Denis on Thursday, 12 November 2020

 

 Pour en revenir à BBLDC (qu'il ne faudra pas confondre avec le CODC) - y en a qui comprennent, y en a qui comprennent pas... ou pas...-,  la seule porte ouverte du disque, c'est le titre de CELENTANO, orchestré façon baby love,  et il surprend d'ailleurs un peu au milieu du disque.  Je n'accroche pas trop à ce son synthétique... Et on en vient au grand défaut de ce disque : c'est bien trop court (y compris les chansons)!  Certes, on peut ne pas se plaindre que les titres inédits n'aient pas fait l'objet d'une réédition de luxe double cd (avec les versions non-déconfinées), qui pouvaient être mise en vente à 20/25 euros  (pour un public de curieux, ce format aurait été pertinent).     Pour un ancêtre comme moi, qui écoute à l'ancienne, on en fait trop vite le tour. Cela donne envie de se faire sa petite K7 avec quelques autres versions acoustiques du catalogue pour pouvoir assouvir son plaisir dans la durée... ou une playlist en aime- pets3... soit.

Sur la chanson "l'arc-en-ciel",  je viens de chercher si du côté italien, cela avait suscité un peu d'actualité, mais je n'ai rien trouvé. Le site officiel de Celentano ne relaie pas, et j'ai juste trouvé un ou deux tweets de fanpage, semble-t-il ravie de se mettre quelque chose sous la dent.   Ce que je n'avais pas signalé, c'est que la chanson est un hommage à un autre chanteur italien Lucio Battisti, dont la carrière est marquée par son refus de se montrer dès 1972 à la façon d'un Manset...  A propos des thématiques chers à JL,  voici ce qu'en disait Libé à sa mort: "Le mâle italien, l'amant latin, tel que le chante Battisti, est devenu un peu femme. C'est lui que l'on trahit, que l'on quitte, que l'on fait pleurer. C'est lui qui ressent désormais des émotions, si douces, si pathétiques qu'aucune femme bien constituée n'en voudrait plus, même pas gratis"... La chanson a sa page wikipédia en italien   car sa publication a fait l'objet de toute une histoire liée à une fausse médium et au fait que le titre est signé par le parolier même de Lucio (Mogol  qui écrira plus tard pour Cocciante,  Gianni Bella et Gianni Morandi).. tout ceci mettant en évidence l'importante de Lucio Battisti en Italie.   
 

A part ça, on attendra donc pour découvrir les autres adaptations muratiennes d'Adriano Celentano, en espérant que ce soit bien le programme pour 2021, car ça reste excitant.

Côté presse, je n'ai pas vu grand chose:

Un mot du côté de la MOntagne, 

un autre dans télé7jours  (merci Régis)

F. Rapilly glisse un petit mot sur Murat presque à chaque sortie.

 

A part ça...  j'ai pris avec philosophie que je n'aurai pas de concerts ce mois-ci,  après la première alerte du couvre-feu... mais avec le deuxième effet kiss cool du confinement, j'y pense, j'y pense...   Bien heureux donc ceux qui ont pu voir Murat cet automne. Certaines dates étaient annoncées comme reportées (comme Mordelles), mais elles sont bien  toutes annulées. Il faudra sans doute attendre 2021/2022 pour le revoir sur scène.

On espère, on espère.

Le télégramme faisait le point sur les décisions des maisons de disques en cette période de confinement ce qui valait à JLM de cotoyer des petits artistes en émergents:  "...Jean-Louis Murat, AC/DC et Paul McCartney !" ;  https://www.letelegramme.fr/soir/pourquoi-les-maisons-de-disques-decalent-elles-leurs-sorties-d-albums-06-11-2020-12652718.php   Ça me refait penser que j'aurais aussi dû voir Paul en juin...  

 

LE DOMINIQUE A EN PLUS

Ah tiens, ça faisait longtemps que Dominique A n'avait pas parlé de Murat (il essaye de respecter sa résolution...), mais il a fait une petite entorse:

La "muratisation" des esprits est un peu moins grave que la lepénisation, mais faudra veiller à créer des instances de démuratisation afin qu'on n'ait pas des disques d'Aya Nakamura tous les 6 mois... Déjà que JUL est à 30 albums...

 

LE RESTONS AUX INROCKS EN PLUS

LUZ était le rédac chef du numéro début novembre. On le connaît ici pour ses dessins saignants et tordants sur Jean-Louis (et la chanson française).

Dans son édito, il indique qu'il soigne son allergie: 

Parce que, même si je ne suis pas chanson française, je chéris un numéro avec la tête de Jean-Louis Murat en couverture parce qu’il y a un entretien formidable avec Robert Wyatt.

 

On ne sait pas ce que cette couv peut lui inspirer alors!

Pour rappel: l'inter-ViOUS ET MURAT- de Philippe Barbot où on en parlait: http://www.surjeanlouismurat.com/2015/04/inter-vious-et-murat-n-18-philippe-barbot.html

 

LE LIEN EN MOINS

Je ne sais pas si on pouvait encore accéder aux discussions (Didier lebras avait travaillé sur ces archives) mais yahoo supprime les groupes le 15/12, et donc avec eux, la fameuse dolo-liste...  A partir de 10 décembre 98, c'était la place to be pour les fans, et qui a créé une vraie communauté, avec une proximité avec JL... avant l'obsolescence du dispositif et l'usure pour certains. Cette ferveur a été un peu perdue. Repose en paix dolo.

Salut aux survivants! et amitiés aux anciens!

La quinzaine depuis BABY LOVE DC... et de la culture, du rock et du punk...
La quinzaine depuis BABY LOVE DC... et de la culture, du rock et du punk...

LE LIEN CULTUREL EN PLUS

Merci à Florence qui m'adresse des petits mails sympathiques. Ainsi qu'à Thierry qui s'est inquiété pour moi. (J'ai besoin de vous! Encouragements, infos, commentaires!)


Florence m'a signalé une chronique  sur Marie-Hélène Lafon... "ancrée" dans le Cantal.... Clara Dupont-Monod a des jolis mots: ce territoire "l'aimante mais ne l'enracine pas, l'ancre mais ne l'attache pas". Elle cite les mots de l'écrivain qui parle de "joie brutale de l'appartenance".

La journaliste termine (élargissant à GIono, ou Frisson-Roche) : "c'est même parce qu'ils ont les chevilles campées dans  un lieu qu'ils peuvent s'envoler vers l'universel". "qui sait d'où il part sait où il va".  Voilà des mots qui collent bien à notre auteur auvergnat...  Bien vu Florence!

ET VOILA ENFIN LE VRAI DERNIER LIEN EN PLUS EN PLUS

Le petit label lyonnais tout récent "Simplex records" qui a ressorti la toute première production de mes amis du Voyage de NOZ (encore disponible) connait un beau succès avec son 3e disque :  une production du groupe GANAFOUL, qui était totalement inédite!  La presse nationale en parle (figaro, inrocks)... et il a  même fallu refaire quelques exemplaires!

Au détour d'un petit mail, j'ai interrogé MICHEL ZACHA qui enregistra Murat pour son premier disque...  il a en effet enregistré FACTORY que certains membres de GANAFOUL avaient rejoint.  Je partage son anecdote:

J’avais enregistré en 24 pistes, début juillet 1978, les 3 jours du concert Le Rock d’ici à l’Olympia avec Le Studio Mobile de Maison Rouge. 
Tous les groupes sont venus, les uns après les autres, au fameux Studio 2 de Pathé Marconi pour écouter leur enregistrement.
Chacun est reparti, sélectionné ou pas, avec une copie de la mise-à-plat de leur passage. Ceux que nous avions choisis, d’abord pour la qualité de leur prestation et ensuite en accord avec leur staff (contrats, manager, producteurs, éditeurs, maisons de disque etc…) ont pu venir en studio pour suivre le mixage et faire d’éventuelles corrections quand c’était nécessaire (pains de guitare, de basse ou de voix) … et surtout possible !
pour Ganafoul, c’est à cette occasion je les ai rencontrés pour la première fois… Ils étaient en trio genre Jimmy Hendrix expérience mais je ne les ai pas sélectionnés pour le Vinyle. Après l’écoute j’ai expliqué à Jack Bon le plus diplomatiquement possible qu’il y avait trop de pains et qu’il fallait qu’il arrête de se prendre pour Jimmy Hendrix :-( … heureusement c' est un mec très doux et intelligent ; il a tout de suite compris. 
Je n'étais pas sur de m’en être fait un ami mais pour la belle histoire il m’a téléphoné en septembre de la même année pour que je vienne au studio de l’Air à Angers ou ils enregistraient « Full Speed Ahead » pour que je vienne écouter … et les aider à mixer leur album (« Spécial remerciement à Michel Zacha »). 
Une jolie histoire de la Rock’n Roll attitude :-)

https://www.facebook.com/simplexrecords

 

Pour rappel:

http://www.surjeanlouismurat.com/article-inter-vious-et-murat-n-12-michel-zacha-part-2-101352425.html

http://www.surjeanlouismurat.com/article-zacha-et-desjacques-producteurs-de-murat-en-82-84-part-1-97335518.html

Et le site officiel n'est toujours pas à jour concernant les crédits du EP Murat...

Allez, pour la peine, je vous dévoile encore une petite anecdote de ZAC du temps du punk:

"Une autre anecdote, pendant qu’on y est : Guilty Razors arrivent au studio en roulant des mécaniques avec leur air de gros méchants en godillots blindés et casquettes à clous en distribuant à tout le monde des caramels, et des paquets de bonbon… 1 heure plus tard on est dans le 2 en train d’écouter leurs morceaux quand un assistant ouvre la porte et me fait signe de venir, je sors et il me dit que la police vient de passer en cherchant une bande de loubards qui a détruit le distributeur de friandises au métro Pont de Sèvres !! Étonnant non ? comme dirait Desproges :-)) [PS: Zac a produit les enregistrements de Desproges du tribunal Des flagrants Délires]

Et la suite : Dans le morceau qu’on a sélectionné Il y a un passage où la guitare rythmique est complètement foirée. je propose au guitariste de revenir avant le mixage avec sa gratte et son ampli pour rejouer le passage en espérant que je pourrait ainsi « maquiller »  le désastre. 
Le jour de la séance, il se branche, on cherche le son pour qu’il soit à-peu-près raccord et j’envoie la bande…
çà prend du  temps, tension nerveuse dans le studio, le mec se plante plusieurs fois « Ouais ça fait chier, c’est pas du « live » c’est pas honnête etc… jusqu’au moment ou j’arrête  la bande au milieu d’une prise car  je crois voir qu’il a cassé sa corde de mi. il m’engueule et je lui répond qu’il a cassé son mi 6 et là, il explose : " j’ai retiré la corde de mi car c’est plus facile pour jouer ce putain de truc !!"

ET LE LIEN QUE JE VOUS AI MENTI EN DISANT QUE C'ETAIT FINI LORS DU DERNIER LIEN EN PLUS EN PLUS

Bon, ce n'est pas la première fois qu'on partage une vanne de l'émission de 17 h sur France inter à propos de JLM. Il y a de toute façon 2/3 vannes par émission sur la playlist d'inter ou les choix musicaux des intervenants... Cette fois, c'est MEURICE qui tacle (à 2 minutes), avec entre autres: "déjà qu'il y a les 40 rugissants, ce n'est pas pour se taper le cinquantenaire bougonnant"...   Merci Manu!

PS: Désolé pour cet article un peu bavard... mais ça faisait 3 semaines que je ne parlais pas après tout...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 18 Octobre 2020

Hello, j'espère que vous vous portez bien après les agapes... (NDLR: bon, je pensais que cet article sortirait avant le 31/12... faut que je mette à jour.  J'ai fait le fier pour mon anniversaire, vas-y que je clame ma motivation et ma détermination, et vlap -vlap, oui, bon, pourquoi pas?-, 3 semaines avant que je me décide à reprendre du temps pour un article! Et en plus, y'avait de l'actu. Je me punis moi-même: maintenant, je vais passer 3 heures à vous raconter tout ça...  Donc ne perdons pas de temps, j'ai ski de fond.).

Hello, meilleurs  voeux à tous! On se souhaite un nouveau disque de JLM, des concerts à l'automne et un peu moins important, mais faut pas l'oublier non plus car sinon, on ne peut pas aller aux concerts:  la santé, la prospérité et le bonheur!  Merci à tous vos messages pour l'anniversaire du blog.

 

1) Bon, on commence par les "marronniers" de fin d'année:  Quand y'a eu un disque de Murat (à peu près chaque année), on le retrouve  dans les meilleurs albums de l'année dans les inrocks... et dans Télérama, dans la liste des cadeaux de Noël (je ne prends pas la peine de retrouver l'encart minuscule).   Voici l'article de F. Vergeade dans les inrocks, avec une très honnête  28e position pour Baby Love

Actus de décembre...  Baby love fin? et les vinyles, surtout a Bird on a poire

- A part ça, mes alertes ne m'ont pas permis de relire le nom de Baby love  dans d'autres classements (à ma connaissance)... et je n'ai pas de critiques de "baby love DC"  à vous proposer non plus. Côté promo, c'est donc très calme.  

 

2)  On les a attendu mais on a fini par recevoir les vinyles de TAORMINA et A BIRD ON POIRE. Pas d'inédits pour taormina, mais un poster inclus pour reprendre le "livret" original.  Côté A BIRD, on retrouve dans le double album, le maxi CD single "Mashpopotétisés", avec les titres loin d'être anecdotiques:  "samedi soir à Paris", "Vu de trois quarts", et "peu me chaut", pour laquelle j'ai une émotion particulière puisque Matthieu m'en parlait souvent.

Bon, le titre SAMEDI SOIR A PARIS est sans doute à un niveau inférieur par son thème : une séance de zapping télévisuel un samedi soir, mais ça en fait justement sa particularité, le côté très pop de la musique (avec les choeurs) est assez étonnant sur ce texte. On pourra la ranger à côté des chansons "parisiennes" de Murat et de "Baby carny bird" (inspiré a-t-on dit de la  téléréalité, et où il est question également de... veuillez m'excuser... éloignez les enfants... de bite. oh!). Les 3 premières rimes sont  très réussis.

[les textes sont ceux de "muratextes", il est dommage qu'ils ne figurent pas reproduits dans le vinyle pour corriger éventuellement

SAMEDI SOIR A PARIS

Ils travaillent dans une même boîte d'investissements
Elle doit bosser au 12ème, il doit bien être sergent
Dieu comme elle semble lasse, de le voir si prudent
Oh zappe-moi cette merde
Un pressé veut s'les faire pardonner la bite à la main
Et elle sur son tabouret ne lui répond rien
Ils vont prendre l'avion, nom de dieu, Bangkok
Si c'est bon pour leur psyche
Soirée de week-end, de télévision
Spermatozoïde tu te détends
On a beau zapper à longueur de temps
Putain de programmes
Tous comme tous, bien à la con
En chemise de nuit, ils vont et viennent toute la sainte journée
Une pauv'p'tite bouboule en carton s'prend une putain d'avoinée
On dirait des chanteuses, vire-moi ce chantier Oh zappe-moi cette merde
Soirée de week-end, de télévision
Spermatozoïde tu te détends
On a beau zapper à longueur de temps
Putain de programmes
Tous comme tous, bien à la con
 
Avec Vu de trois quarts, c'est une chanson énumération, sur une musique bien mémorisable, j'y vois un discours sur le biais par lequel le poète regarde le monde.
 
VU DE TROIS QUARTS
Vu de trois quarts
Nos impuissances nous irritent
Vu de trois quarts
On souffre de ce qu'on craint
Vu de trois quarts
Pour amour, instinct suffit
Vu de trois quarts
Appelle un chat, un chat
Vu de trois quarts
Si tu aimes le miel
Vu de trois quarts
Ne crains pas les abeilles
Vu de trois quarts
Au fait est ma devise
Vu de trois quarts
Appelle un chat, un chat
Vu de trois quarts
N'élève pas un corbeau
Vu de trois quarts
Ou il te crèveras les yeux    [dixit le proverbe espagnol: Cría cuervos y te sacarán los ojos]
Vu de trois quarts
La nuit porte conseil
Vu de trois quarts
Appelle un chat, un chat
Vu de trois quarts
Ce juillet sans orage
Vu de trois quarts
C'est la faim au village
Vu de trois quarts
Ne serait-on alors
Vu de trois quarts
Heureux que par hasard
Et voici donc  le sublime Peu me chaut sur une très jolie mélodie mélancolique (avec cette magnifique guitare en fin de couplet -12 cordes je pense-), téléscopage d'un jour de spleen ouaté avec la joie des skieurs,  une chanson de dimanche matin d'hiver (le deux février 2003 était effectivement un dimanche... j'ai investigué).  Murattextes met des points de suspension après le peu me chaut. Il ne figure pas sur la pochette, ni sur le maxi cd d'origine, mais on les devine tellement,  ils reflètent l'interprétation et toute la tension du moment. 
 
 
PEU ME CHAUT   [Du verbe CHALOIR faut le savoir]
S'il faut partir un jour
Becté par des vautours
Oh, peu me chaut...
S'il ne reste que duvet
Sur le sable argenté
Oh, peu me chaut...
Aujourd'hui deux février
Sûrement levé du mauvais pied
Bouh... quel mars attaque    [peut-être quel "mars attack" en fait pour parler de l'invasion de la neige, des skieurs...]
L'ouyr est blanc, il a neigé  [puy de l'ouïr  est un sommet au dessus du lac de Guery, Alain F. il faut corriger!)
Vivagel nous a livré
Tous les skieurs sont enchantés
Mais peu me chaut... Peu me chaut...
As-tu tenté l'évasion
Le chatoiement du buisson
Peu me chaut...
En sitar orpheline
De deux roches sous l'empire
Oui, peu me chaut...
Aujourd'hui deux février
Sûrement levé du mauvais pied
Bouh... quel mars attaque    
L'ouyr est blanc, il a neigé
Vivagel nous a livré
Tous les skieurs sont enchantés
Mais peu me chaut... Peu me chaut...

Certains mettent ce disque à part, sous prétexte que les compositions ne sont pas  de lui, ce n'est pas mon cas, Murat a fait du Murat, peut-être aidé par Fred qui a fait du Murat sur certains titres. Je disais à une époque que je souhaitais que Murat s'ouvre aux collaborations, c'est sans doute en partie à ce disque, et à ses "reprises", aux "fleurs du mal". "Petite luge", "gagner l'aéroport", comme "l'examen de minuit" sont dans mes chansons préférées de Jean-Louis. Quant au crime de faire de la "pop",  Jean-Louis a quand même commis lui aussi "le cri du papillon", sans parler de ses autres tubes 80's.

On reparlera j'espère du disque dans les prochains jours.  Je voulais juste ajouter qu'au titre de "bonus", figurait "une orgie de sainteté" et "tu n'auras pas le temps" qui figurent pourtant sur le cd d'origine. Je pensais à une erreur. En fait, ils étaient absent du vinyle de 2004... d'où  la mention "bonus". Le vinyle 2020 corrige par contre une erreur du premier vinyle concernant les arrangements de corde de Marie-Jeanne Séréro. Sa participation est sur les titres 2/4/10 du cd... mention qui avait été laissée à l'identique sur le vinyle, alors que deux titres étaient absents. Sur le vinyle 2020, on retombe bien sur ses cordes au 2e, 4e et 10e titre. On retrouve Marie-Jeanne, la compositrice des BO de "les garçons et guillaume à table", "les visiteurs 3" entre autres, également aux crédits de Mockba.

Les autres tracks bonus en face D sont des démos mais instrumentaux. C'est peut-être une petite déception de ne pas entendre des versions un peu dénudées" avec l'interprétation de Murat, mais ce que l'on découvre est quand même très intéressant: des versions déjà assez orchestrées, une sorte de B.O. d'un film des sixties. Et comme ça, on peut faire du karaoké dessus.. Je ne lance pas de concours... mais... à bons entendeurs. 

Bon, je voulais encore vous parler de deux trois choses... mais je publie de suite déjà ça... On se revoit vite... mais je vous laisse quand même avec....

 

UN LIEN EN PLUS

J'ai fait l'intermédiaire entre un blogueur et Michel Zacha... afin que celui-ci soit interrogé sur son travail avec les Asphalt Jungle, le groupe d'Eudeline, avec lesquels Murat partagea la scène lors du festival de LA BOURBOULE en 78.  Zac l'a fait avec plaisir... avec encore quelques anecdotes fameuses qui permettent de comprendre pourquoi il a pu "produire" Murat, il en a vu d'autres :

"Un des cadres d’EMI, Christian Herrgott, les avait repérés et les a signés sans en parler à grand monde. Du coup, ils ont débarqué aux studios Pathé dans l’idée d’enregistrer des maquettes. Mais ils ont saccagé une partie des lieux, et ont été déclarés persona non grata là-bas. Philippe Constantin m’a appelé pour lui donner un coup de main car il était un peu désœuvré par la situation. On ne savait pas comment faire, alors j’ai trouvé un subterfuge : le parking situé à l’arrière des studios était réservé aux musiciens, et une petite porte située à cet endroit donnait directement dans le studio 2. J’ai donc réservé les studios la nuit, sous un autre nom de groupe, et ils ont pu commencer à enregistrer".

https://fanfare-pop.com/radiographie-dun-disque-asphalt-jungle-poly-magoo-love-lane-novembre-1978-emi-pathe-marconi/?fbclid=IwAR3slIAU_u33_-eotTfZg8t7DfnDAM2GCWiXWdtJfOxW8dhjIMXXmx7hYeI
 

En réécoutant le morceau pour préparer l’interview, je me suis souvenu d’un détail que j’avais complètement oublié : j’avais créé à l’époque la « Machinacoeur » [il en parlait dans notre interview] en partant de l’idée du mellotron : une bande magnétique d’une certaine longueur sur laquelle est enregistrée une tenue de note (unisson de cordes, de voix ou de flûtes) et lue par une tête de lecture mobile. La tenue de note est de 7 ou 8 secondes maximum, dès qu’on lâche la note la tête de lecture remonte au début de la bande…. et bien sûr, il faut une bande par note de la gamme, soit 24 bandes (et 24 têtes mobiles) pour 2 octaves. Le problème du mellotron, c’est qu’on ne pouvait jouer que 4 notes à la fois et pendant 7 secondes, il fallait donc beaucoup bricoler.
J’ai donc enregistré avec 3 choristes sur un Studer stéréo quelques secondes de AAAAAAAAA de chaque note d’une gamme chromatique sur 2 octaves, soit 24 notes. Après 1 mois de travail, je me suis retrouvé avec un 24 pistes de 5minutes de AAAAAAAA, de OUOUOUOUOU et de MMMMMMMMM Hommes ET un autre 24 pistes de femmes (1 octave au dessus). Nous avons adapté le clavier d’un vieil orgue électronique pour le connecter avec le 24 pistes.
Voilà donc la « Machinacoeur » : un super mellotron avec 24 voix de polyphonie dont on pouvait jouer non stop pendant 5 minutes… le temps d’une longue chanson. De ce fait, si vous écoutez attentivement la fin du morceau, vous entendrez des chœurs vaporeux dans le fond du mix : c’est moi qui ait utilisé cette machine pour donner davantage de texture à cette partie.

Pour revenir à la dimension ″spectorienne″ du morceau, le jeu de Rikki Darling à la guitare s’y prêtait bien. Les couloirs réverbérés en question donnaient sur les lavabos et les toilettes. Pour diverses raisons, le groupe y passait un certain temps… Quoiqu’il en soit, j’ai enregistré la guitare de Rikki Darling en mettant l’ampli dans le couloir réverbéré, faisant passer le câble de sa guitare sous la porte des lavabos, et fermant bien la porte pour ne garder sur la bande que le son de la guitare réverbérée.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 16 Octobre 2020

Voici qu'une des commentatrices patentées du blog (ex?), une "marcheuse" véritable -je veux parler des marches de la coopé façon pique-nique aux artisons servis aux poils, m’envoie un compte-rendu de concert... et aussitôt une petit vaguelette de nostalgie m'emporte vers quelques souvenirs... et une envie de  dialogue...  avec un reporter multi-poches...  Alors, voici:

 

 

Bon … ce concert de Perpignan … depuis 2007 ils ne l’avaient pas vu ici même !!! Et pour moi, la première fois puisqu’en 2007, je n’avais pas encore recroisé sa route, perdue vers 1999/2000/2001 (retrouvé en 2011).  Amen, tu as retrouvé la foi.

 

Si tu pouvais réinterpréter ajuster découper tout ça à la sauce Pierrot … ;-)  Ah, bein, non, fallait pas me le dire deux fois! Et puis, je te signale qu'il ne faudrait pas oublier la rigueur journalistique, ce n'est pas parce que je vous paye à coup de pierrot qu'il faut oublier:  donc, rappelons que tu  te situes à EL MEDIATOR, partie rock -smac-du théâtre de l'archipel, scène nationale... où on est loin de vivre en "sous-marin" (la politique du sud-ouest sauce Radical, ce n'est pas le far-west semble-t-il... enfin, je me comprends. Il a néanmoins été question du théâtre dans l'actualité quand Louis Alliot a nommé sa nouvelle compagne comme administratrice... ou lors du choix judicieux du nouveau président du théâtre).

 

Peu de monde à faire le pied de grue avant l'ouverture des portes (par rapport à d’habitude devant cette salle) - donc toi toute seule, ça veut dire? Fred Plainelle ne fréquente plus les concerts d'occitanie- et à  20h, tout juste une douzaine. Concurrence de Macron ou pré-habitude du couvre feu ? (puisqu’à Perpi ils y ont eu droit pendant le confinement avec signalement par sirène d’alerte et tout le tralala !).  "La Milice n'est pas sexy".

Bref, entrée dans la salle, masquée bien sûr et l’installation se fait avec « placiers » qui demandent si on est seul, à 2, à 3 etc. car dans les rangs ils ont prévu des « îlots » de chaises pour installer le public et d’autres îlots de chaises séparant les groupes. Pas très convivial mais on a déjà parlé champignons, montagne, Auvergne, concerts de Sérignan en 2019, et de Toulouse et Montpellier en 2018 dans la file dehors … alors on scrolle sur nos chaises (y’a Macron qui cause au même moment).   Euh, Miss? Pense aux vieux qui nous lisent... enfin, pense à tous nos lecteurs stp! C'est quoi Scroller? Enfin, si tu te comprends...

Pour notre part, premier rang cette fois un peu en décalé, on sera face à Fred : on joue l’alternance droite/gauche au fil des ans. Vous suggérez la même chose aux locaux?

La salle se remplit peu à peu, l’ambiance est toutefois assez étrange, on sourit à des demi-visages et je ne saurais dire combien nous sommes finalement … jusqu’à 150 / 200 / 250 j’ai du mal à me faire une idée ? Les chaises et gradins installés dans la fosse sont remplis – en tout cas dans le respect des gestes barrières ce qui nous fait un ¾ et il me semble voir quelques personnes assises aussi aux gradins un peu plus haut, proche de la table de mixage.

La Fender est installée près du micro, mais la 12 cordes n'est pas loin non plus. Ce qui fait... réfléchissons... 22 cordes sur scène, transposé à Cordes-sur-ciel, charmant village d'occitanie, ça aurait fait chouette. A Perpignan, ça fait penser aux pénitents. Dommage qu'on ait interdit la flagellation au 18e, enfin, je me comprends).

Avant 21 h,  ça commence relativement à l’heure il me semble. Entrée masquée pour JL, il s’installe, retire le masque (celui en plastique?, et celui du dessous? Ah, je vais trop vite... tu vas nous dire).   Un petit « bonsoir » et Achtung, c’est parti. On enchaine Reason Why, Le Mec Qui Se La Donne (ou ça commence à s’exciter un peu sur les cordes, la voix alterne entre les graves et les aiguës, il va et vient entre les deux sur la plupart des morceaux), une version de Hold Up similaire à 2019 avec les petit « hou-hou » de Fred et Stéphane. ouh ouh ouh.  Réparer Maison (avec un intro et une version bien endiablée), Tel Est Pris … Il s’adresse un peu au public en faisant semblant de pas tout à fait savoir ce que « l’autre » a annoncé et tout en tripotant sa bouteille de sémillante (l’aigua d’aqui !),  il explique à Stéphane qu’on ne connaît même pas le sexe de ce truc là : le/la on sait pas … et qu’on s’en serait mieux sorti, qu’on l’aurait déjà éliminé si c’était un garçon ; il commence donc par fredonner « est ce que c’est une fille ou un garçon ? », sur fond d’intro de Tel Est Pris.  Toujours Gilet jaune lui. C'est bien il s'adapte au public de Perpignan... ah-ah-ah....    Ça enchaîne ensuite : dans l’ordre ou le désordre avec à chaque fois des intermèdes d’applaudissements sincères et quelques cris enthousiastes,  Montboudif, Kids, Princesse Of The Cool (une version douce et calme que j’ai trouvé magnifique, puis Gazoline mené tambour battant, Rester Dans Le Monde, Je Me Souviens, et après que Fred et Stéphane aient quitté la scène, seul à la Fender - après essai de la 12 cordes qui sonne fort (mais faux ???), Quand la musique payait encore, il avait embarqué Alain pour s'occuper de ses guitares (tournée Tristan)...   en tout cas, ça ne lui convient pas, et qu’il repose donc – Si je m’attendais dans un version down-tempo assez similaire à celle qu’on avait pu entendre dans  "C à Vous" en mars , un soir de discours de Macron (on voit donc sur lequel des deux se porte mon choix à chaque fois !). Il fait exprès de faire la contre-programmation? Ah, il est fort.

On a alterné entre des chansons interprétées calme et dans des versions tout-à-fait envoûtantes et des morceaux entraînants, rapides, pleins de guitare et d’aller-retour aussi dans les paroles (avec les quelques oublis, erreurs et ajustements de rigueur sur un concert de Murat).

Salut, sortie de scène, pas de retour, le technicien scène sort assez rapidement les bras en l’air et en croix pour signifier « fin de concert » à la table malgré des applaudissements nourris. La salle se vide. La traversée jusqu’à la sortie me fait entendre plutôt de bonnes impressions …

 

Dans les quelques adresses faites au public il a demandé si on voulait une vieille chanson, ça a répondu « oui ». il a donc plaisanté sur notre goût pour ses chansons « Mitterrand 2 », - il fait souvent cette classification-,   a évoqué les chansons Macron, les chansons Chirac ou Sarkozy, et s’est marré en évoquant les chansons Giscard et c’est là qu’il est parti sur Je Me Souviens (faut avouer que c’était dans le monde d’avant, est ce que ça en fait une vieille chanson pour autant ?).  Pas d'allusion à la vie politique locale, donc...

On a aussi bien senti aussi que les annonces de Macron, il les avait eues, et avait compris que ça impactait au moins partiellement la suite de la tournée. Il a quand même dit plusieurs fois que ça faisait chier. Et a évoqué son dernier « album mort-né sorti le jour du confinement, j’en ai vendu 3 » puis le fait de débuter une tournée au moment de ces nouvelles annonces … Merci en tout cas de ne pas nous narguer sur le mode: moi, je l'ai vue, et pas vous... Mais enfin, faudra quand même que quelqu'un dise que.... c'est tant mieux pour Jean-Louis! C'est quand même une personne à risque et pour avoir un peu de plaisir, écouter du live, voir les amis, égoïstement, on lui ferait prendre l'air de 250 personnes dans les naseaux?... Bon, je ne suis pas convaincant, je crois (et pour l'instant, on n'a pas de confirmation d'annulation nouvelle!)... Petite pensée pour l'autre soir à Gueret, c'était quand même autre chose qui s'était tramé... et je savais encore trouvé des bons titres... Comme l'avait écrit M, ce soir-là, à Gueret:   "Non, Florent Marchet a raison : "on se croirait dimanche, mais ce n'est pas pareil". Décidément – irréversiblement –, ce n'est pas pareil."  Je te laisse conclure?

 

Pour moi, en résumé:  affiche idéale pour une réouverture de salle, joli concert (j’ai bien aimé aussi les éclairages), comme un bonbon mais celui qui malgré son goût sucré te laisse une nostalgie de quelque chose de perdu, qu'on ne retrouvera jamais … mais  pour le coup je crois qu’il n’y est pour rien. Mon binôme a aimé et n’a pas vécu ça tout à fait comme moi. Il est d’accord sur le" c’est un peu étrange avant, après, mais pas vraiment sur le pendant:  Qu’on soit d’accord, j’ai pris un grand plaisir mais fredonner derrière le masque c’est quand même un drôle de truc dans l’échange (ou le manque de celui ci) et assez frustrant. J’entends des  « les conditions comme ça, ça doit être bizarre,    je préfère ne pas … ».  Moi je décide de soutenir la tentative de réouverture des salles … on en a tant besoin!  

Yes!!! Prenons ce qui est à prendre.. ce n'est pas mauvais pour la planète.

 

LE LI-vrE-N EN PLUS

Dans des articles ou parties intitulés BIBLIOGRAPHIE, je vous partage quelques extraits de livre.  Par un hasard le plus complet, et pour finir par un nouvel hommage à l'engagement de M.... (atthieu)

 

 

Jean-Louis Murat à Perpignan, concert EL MEDIATOR et BIBLIOGRAPHIE
Jean-Louis Murat à Perpignan, concert EL MEDIATOR et BIBLIOGRAPHIE
Jean-Louis Murat à Perpignan, concert EL MEDIATOR et BIBLIOGRAPHIE

L'auteur est l'ami Baptiste Vignol...  et comme le hasard fait bien les choses: je signale son actualité riche:

1) Un livre pour enfants signés avec ... Vincent Baguian (vu lors de la soirée Murat unplugged en 2015): Emile TITAN, 

2) son "ALAIN DELON" (chez Gründ)...  Le créateur du site "http://danslesyeuxdalaindelon.com" sort enfin sa "somme":    "Aujourd'hui 15 octobre 2020, sortie chez Gründ d'«Alain Delon, le dernier guépard». 1 kilos 700 grammes d'ADoration. D'ADmiration. Ou d'ADulation, c'est selon".  Un jour, un jour, on aura son "Murat"... 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 14 Octobre 2020

et voilà le clip qui est sortie peu de temps après mon article d'hier. Il débute vers un vol vers l'Italie... et on s'y retrouve rapidement avec des extraits de films comme l'indiquait les nombreux teasers diffusés. Un véritable  hommage à Celentano, mais aussi à l’exubérance italienne, avec un casting féminin de rêve...

Franck Vergeade nous en parle sur les inrocks: https://www.lesinrocks.com/2020/10/13/musique/musique/jean-louis-murat-reprend-adriano-celentano-et-cest-beau/

Jean-Louis Murat reprend Adriano Celentano, et c'est beau
En prélude à une version “déconfinée” de son dernier album, Baby Love, l'Auvergnat adapte magnifiquement en français L’Arcobaleno du chanteur italien.

Depuis Il Francese (2018), son brillant album à la tonalité italienne, tout le monde connaît l'inclinaison transalpine de Jean-Louis Murat, qui a souvent songé s'expatrier dans la Botte. Pas étonnant, donc, de le voir aujourd'hui s'attaquer au répertoire d'Adriano Celentano, le très populaire chanteur italien, auteur depuis les années 1960 d'innombrables tubes. En bon stakhanoviste, l'Auvergnat a mis à profit le printemps confiné pour enregistrer quelques morceaux, dont cette reprise de L’Arcobaleno en français, qui seront ajoutés en bonus d'une nouvelle édition de Baby Love, paru dix jours avant le confinement.

 
 
En prélude à une version “déconfinée” de son dernier album, Baby Love, l'Auvergnat adapte magnifiquement en français L’Arcobaleno du chanteur italien.

Depuis Il Francese (2018), son brillant album à la tonalité italienne, tout le monde connaît l'inclinaison transalpine de Jean-Louis Murat, qui a souvent songé s'expatrier dans la Botte. Pas étonnant, donc, de le voir aujourd'hui s'attaquer au répertoire d'Adriano Celentano, le très populaire chanteur italien, auteur depuis les années 1960 d'innombrables tubes. En bon stakhanoviste, l'Auvergnat a mis à profit le printemps confiné pour enregistrer quelques morceaux, dont cette reprise de L’Arcobaleno en français, qui seront ajoutés en bonus d'une nouvelle édition de Baby Love, paru dix jours avant le confinement.

 

Intitulée Baby Love DC, cette version augmentée paraîtra le 30 octobre et comprendra donc huit morceaux supplémentaires, regroupant deux superbes inédits (Prince ahuri, Que dois-je en penser) cinq titres de Baby Love réenregistrés en version acoustique et cette cover italianisante. Comme lorsqu'il adapta Leonard Cohen ou Bob Dylan dans sa langue maternelle, Murat fait sien le morceau de Celentano, avec sa voix reconnaissable entre mille. Dans le clip de L'Arc en ciel, les cinéphiles s'amuseront à retrouver une liste de films italiens des années 1970 et 1980, dont Yuppi (le second long-métrage d'Adriano Celentano), qui s'enchaînent sur l'air d'“un coucher de soleil”.

 

LE LIEN EN PLUS

J'attends avec fébrilité les nouvelles mesures... en espérant que les concerts seront maintenus.

https://www.infos-dijon.com/news/sortir-voir-ecouter-decouvrir/sortir-voir-ecouter-decouvrir/dijon-la-vapeur-se-reinvente-et-propose-une-nouvelle-serie-de-concerts.html

https://www.k6fm.com/news/11-nouveaux-rendez-vous-proposes-par-la-vapeur-39045

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 13 Octobre 2020

Bonjour,

en attendant le clip, voici en écoute le titre inédit qui figurera sur "BABY LOVE DC", reprise de CELENTANO.

Une version où l'on retrouve le son des derniers albums, et qui ne s'éloigne pas trop du titre original.

La version originale:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0