Publié le 16 Avril 2020

Paris-Match du 16 avril 2020 n°3702

 

Bon, comme je vous le disais hier, Jean-Louis Murat a droit à PARIS MATCH cette semaine. "CULTURE MATCH" et l'ouverture du magazine (p.5). Pas une surprise puisque LOCOGE le promeut régulièrement.

Téléscopage médiatique de grandes gueules : à côté on trouve une pub avec Eric Cantona... sans sa mouette alors que Jean-Louis est avec sa vache tout aussi mythique. ERIC  nous promet des "dérapages"....  Thriller social à gauche, triller romantico-rural à droite.  Alors, suspens... Murat se lâche-t-il comme nous l'indiquerait le titre : "l'amour vache"?

Vu que c'est Paris-Match, j'ai tenté de soigner mes photos... Et je vous partage tout de suite l'article (alors que pour Francofans, Hexagone, et Audio et Vinyle, plus fragiles,  je vous laisse la chance de vous les procurer en format papier).

interview PARIS MATCH

http://www.surjeanlouismurat.com/2019/07/un-peu-de-philosophie.html- On n'a pas la date de l'interview mais il semble qu'elle soit peut-être plus ancienne que d'autres (il parle de "la princess of the cool" au "présent").  

A retenir:

- ses propos sur le couple devenu impossible, et JL qui s'affirme être pour "l'épanouissement personnel"... comme si la femme ne pouvait pas se réaliser avec un homme à ses côtés. Comme toujours:  il mixe machisme et féminisme.

L'utilisation du terme "épanouissement personnel" me surprend plus. (J'avais partagé une chronique philosophique qui me paraissait assez bien collé à Murat, A réécouter ici critiquant les injonctions à "être soi-même"). Mais Murat résume: "la vie est devenue un vaste champ où il ne faut pas avoir trop d'idéaux".

- On apprend que Murat a joué un rôle dans le rachat du catalogue "murat" par PIAS et qui nous a donné toutes les rééditions depuis 2/3 ans. Il a ainsi souhaité empêcher DE BURETEL d'en faire l'acquisition: "on a été les meilleurs amis du monde. Et cela a créé les pires inimitiés". Et de concéder des trahisons mutuelles.

- Encore quelques mots sur ANGELE.  "nous les mecs, elle nous surplombe avec un culot dingue, elle nous dit "tu ne regardes pas, tu ne touches pas" tout en faisant des chorégraphies de peep show"... (sic)

- La 2e séquence "tacle": sur JJG ( JJ Gargamel -ah, mince, je n'avais pas encore fait le lien!).   Pas si méchant, Murat rappelle l'anecdote liée aux enfoirés, et s'étonne surtout que Jean-Jacques Goldman est arrêté sa carrière. "t'imagines Dylan, dire "bon, bah, j'arrête"?"... mais  Murat l'avoue encore ensuite: "la chose qui m’intéresse, c'est la joute!". "Elle ne doit pas être vue comme quelque chose de négatif venant d'une mauvaise personne". 

- "on dit que je suis amer. Mais ce qui me donne de l'amertume, ce n'est pas le fiasco d'un disque. C'est qu'on ne voit pas que le jeu avec l'esprit, avec les idées, dans ce monde, je le pratique d'une façon bien plus intense qu'on veut bien le reconnaître. Oui, j'en bave, mais ma détermination reste totale. Même si à chaque album, je me prends Pearl Harbor!"

 

Sur twitter, ça a  d'ores et déjà réagi vivement... aidé par "closemag": https://www.closermag.fr/people/peep-show-chantal-goya-2-0-jean-louis-murat-dezingue-gratuitement-angele-1103891

Dans les Inrocks  (avril 2019, la précédente interview badbuzz avec PNL et Johnny), il avait dit: « Je suis bluffé par Angèle, on dirait Lio période Banana Split avec un bac +12 ! », et il avait indiqué lui avoir proposé un duo!  L'important, c'est la joute...

On fait un point demain!

EDIT: A LIRE L'ARTICLE POSTÉRIEUR DE l'HUMANITE qui donne le contexte des "boules puantes" de Murat: http://www.surjeanlouismurat.com/2020/04/dans-l-humanite-17/19avril.html

 

Vue d'ensemble (et plus lisible après):

interview PARIS MATCH
interview PARIS MATCH
interview PARIS MATCH
interview PARIS MATCH

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 15 Avril 2020

Hello, j'étais parti dans la déconne hier, un petit peu guidé par le chef... et voilà qu'il en rajoute... En nous livrant une cover de haute-volée, superbement filmé comme d'habitude, une réinterprétation d'un immense tube, une revisit' d'un plat célèbre...

Ah toi le Corrézien, par l'Auvergnat... Solidarité du Massif Central.

POUR ETRE SERIEUX 5 MINUTES...

 

JEAN-LOUIS EST AU SOMMAIRE DU PARIS MATCH... LE TITRE "JEAN-LOUIS MURAT L'AMOUR VACHE"
 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 14 Avril 2020

Bon... bonjour,

Malgré que le petit quin quin nous en fasse des tonnes en intro avec "le si rare Jean-Louis Murat dans les médias", et bien, la séquence "best of" promis par 28 minutes fut un peu décevante, comme l'autre grande prestation concurrente de 20 heures hier soir... Déjà, que dire du sous-titre à la noix: "le chantre de la poésie triste"!... Bon, c'était surtout court : 5 minutes, et il me semble que ce n'est qu'un extrait de ce qui aurait dû être diffusé avant que l'actualité médicale ne chamboule les prévisions.

 

 

bon point: 2500 vues déjà sur cette vidéo sur youtube, ça me parait beaucoup!

 

 

2) Séquence MODE avec le journal VOGUE:

Sur les réseaux, MURAT POSE pour la collection ETE/HIVER

L'été: en blouson chevignon, chapeau Maquignon, tee-shirt shopi, J-L (agence Elite du 6-3) impose son style americana destroy chic et la barbe tendance post-confifi.

Escape beautiful.
MURAT
14.04.2020

On comprend pourquoi John Galliano s'est entiché de l'Auvergne, on l'a  d'ailleurs croisé du côté d'Orcival. J-L l'apprécie particulièrement.

Côté COLLECTION HIVER:

DE L'AUDACE! Pour affronter les frimas, et être au plus près néanmoins des éléments, référence directe à Paco Rabanne qui avait fait l'amour à la Terre, tige d'or dans un glacier ici en l’occurrence, un look trashy indu chic, façon barquette de chipo. Et sacrifice à la tendance vegan avec ses chausses barfussweg-parcoursdelapeine.

Caleçon  LacPavin Klein -Plastique étirable de la Maison de haute-soudure TOUTEMBAL- Paris; Sur Neige made in Sancy-jacksonpollocknisée du plus bel effet.

 

et oui, Murat n'est parfois pas le "chantre de la poésie triste"... et il sait donner du sel aux fans... (faut bien le reconnaitre, on est un peu chèvres).

 

3) une Chronique par Christian Larrède (déjà croisé du côté des inrocks, music-story,Jazz news)... mais sur un site que je ne connaissais pas encore! note : 4/5 malgré le regret d'un petit manque de "chair" pour sublimer le tout

A lire sur le site :  http://sondumonde.fr/albums/jean-louis-murat-baby-love/

Avec une régularité désormais métronomique, l’Auvergnat écrit, compose et enregistre un album annuel, comme il respire. Cette 20ème livraison pourrait être sous-titrée : peine de cœur, et comment s’en sortir.

Il y a Denis Clavaizolle (plutôt en charge des claviers et autres programmations), et puis c’est tout : on sait que, depuis un moment, Murat considère le quatre mains comme nécessaire et suffisant à ses créations. La surprise vient donc d’ailleurs, et en particulier, grâce à un emballage fluo qui sent sa boule à facettes, et, un déhanchement de celui qui se définit aujourd’hui comme danseur frénétique, d’un amour irraisonné pour Earth, Wind & Fire (et un titre en hommage à Diana Ross & the Supremes ?), et d’une atmosphère funky rosé, plus cool qu’un outtake de Donald Fagen. Tomber sept fois se relever huit donc, pour un chanteur qui considère qu’il en a suffisamment bavé au versant de l’amour, pour envisager de « Réparer La Maison ». Le tout en convoquant son Panthéon intime, d’Alain Delon à Tony Joe White, en passant par…Jacques Anquetil. Bien évidemment, Jean-Louis Bergheaud balance ses vers comme autant de haïkus au cœur des machines de studio (chez lui), et l’on aimerait parfois se poser, tranquille pépère, avec de vraies histoires charnues à goûter. Mais le propos du garçon, en 2020, n’est manifestement pas celui-là. Pop, séducteur, parfois sarcastique, osant l’auto-tune comme les chœurs de castrats, caractériel et provocateur toujours, Murat (« j’écris des chansons sans y penser », dans un « Xanadu » que ne renierait pas Philippe Katerine) fait ici ce qu’il veut (du blues à la dance, en passant par le swing).

http://sondumonde.fr/

LE DETAIL EN PLUS

Merci à FIP qui soutient JL :  The most played tracks on FIP Nouveautés for the week of April 06 2020

06: Jean Louis Murat - Le reason why (12 plays)   (info twitter)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 12 Avril 2020

Bonjour et bon dimanche, 

-Message de prévention: Merci de respecter les mesures barrières devant mes fautes d'orthographe, l'accès au blog n'est pas limité en nombre de visiteurs, mais vous devez être vigilants de ne pas exporter vos virus en zone commentaire, attentions aux commentaires de Marabout vous proposant une immunisation contre le covid: ils sont efficaces pour faire revenir votre femme uniquement;devant les photos de Murat, utilisez un mouchoir à usage unique-.

- rappel: Murat sur arte dans "20minutes" ce lundi

1)  VENTES:   5e semaine

Baby love reste à la 138e place du classement des "longs" formats... avec 54 ventes... sans commentaire. 15"download" (187e du coup des classements "longs download").

et pendant ce temps-là, Luciani vend, elle, encore 554 de "Sainte-Victoire",  et la "Chantal Goya" belge, 900 de "Brol" (et vitaa et Slimane 2066)... On les trouve en supermarché... Bill withers fait lui une entrée dans le classement "streaming back catalogue" avec deux disques (équivalent à 560 ventes), et dans le classement "long streaming" avec un autre (358).    

1

2) Voici une interview qui date déjà d'un mois. Je l'ai bien aimée car il est question avant tout des chansons de "Baby love" et de musique. Je suis allé en féliciter Arnold Derek qui m'a répondu : "Merci beaucoup pour ce compliment C’est un grand artiste pas toujours facile mais toujours passionnant. Et je suis modestement vraiment heureux d’avoir fait un bon entretien autour d’un très bel album". La mauvaise note: la set-liste (diffusez les enfoirés devant Murat...)... alors qu'on a droit qu'à des extraits de Baby love.

https://www.francebleu.fr/emissions/acces-direct/jean-louis-murat?fbclid=IwAR0wlXzPy9lMMXRZxxpPb7JqXBH6Jciu8TqxjvSJCeushsGUZ1MAxfxljhc

- réparer la maison: "je suis papa, je suis grand père", l'état du monde me concerne...  Côté musicale: "on est dans le côté suave" de la musique soul.

- "le blues, un éclairage de l'esprit, un éclairage bleu sur l'être"...

- rebirth of the cool:  "l'expression est jolie; en français, va trouver l'équivalent! aussi fort". Le côté cool de Murat? "c'est inné, mais il faut travailler beaucoup".

 - Sur son ancrage, joli moment quand Murat évoque le côté "sentiment amoureux" qu'il a devant son paysage, son environnement.

- xanadu: d'abord choisi dans le sens du le "paradis", du palais d'été de gengis, mais il y a "le danger d'imminente vengeance divine derrière"

- Après avoir longtemps raconté qu'il avait le tour des machines, voici Murat qui déclare son amour pour les sons synthétiques, et les synthés.  "mais il faut avoir du goût" (du fait de l'infinité des solutions). "je suis très très curieux de tout" (dans le domaine musical).  Après avoir raconté qu'il multipliait les achats de boite à rythme et de matos, "Je préfère les boites à rythme aux batteurs". 

- "Si je m'attendais"... une histoire vraie... et de l'importance du "ah" devant...

3) Et voici la chronique de ROCK AND FOLK qu'elle est bonne, et insiste que ça serait une bonne porte d'entrée à l'univers muratien....

Bon, de là à dire que la voix n'a jamais été aussi séduisante...  Il lui faudrait réécouter Mockba.

 

 

LE LIEN EN PLUS

https://www.bretagne-actuelle.com/lorage-darnaud-le-gouefflec/disques/

Arnaud Le Gouëfflec

Puis suivent des chansons telles que Le meilleur pour la fin et Le Blasphème, qui développent, elles aussi, un caractère hypnotique avant que Milarepa, du nom d’un poète et magicien Tibétain (et qui devait, à l’origine donner son titre à cet opus) n’enfonce le clou et achève de nous convaincre que nous tenons-là un album de grande classe qui évoque les meilleures productions de Jean-Louis Murat. Car, comme chez l’Auvergnat, les mots sont ici finement ciselés et possèdent une dimension poétique incontestable qui ne peut qu’emporter l’adhésion des amoureux de la langue française. Bref, rien n’est à jeter dans cet album qui confirme, si besoin est, qu’Arnaud Le Gouëfflec est bel et bien l’un des artistes les plus brillants et singuliers du paysage musical francophone.

et:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié le 11 Avril 2020

 

- En attendant lundi :

Voici pour ce samedi de  PÂQUES, une jolie interview calme et détendue et qui ne donne pas l'impression qu'elle a été en fait réalisée à distance avec un Murat à Paris dans son marathon promo (mais apparemment, c'était au début de la journée)... mais finalement, on retrouve  Murat qui se laisse aller un peu à la provoc... mais on le sent pour s'amuser.

CA commence à 22 minutes.

https://www.rtbf.be/lapremiere/emissions/detail_dans-quel-monde-on-vit?programId=8524

https://www.rtbf.be/lapremiere/emissions/detail_dans-quel-monde-on-vit/podcast?programId=8524#toplivearea

Dans quel Monde on vit

Vacheries paysannes de Jean-Louis Murat et colère de Jean Ziegler

 

C’est un chroniqueur de battements de cœur et de la paysannerie qui se meurt. Tous les ans, avec une régularité de métronome, Jean-Louis Murat, sort sa nouvelle livraison de chansons (« Baby Love »). En interview, il ne peut s’empêcher de lâcher quelques vacheries. Ce samedi, l’Auvergnat nous le confirmera. Rien ne s’arrange à Lesbos avec la pandémie de Coronavirus. Il y a quelques semaines, Jean Ziegler était venu dénoncer les conditions d’accueil des migrants sur l’île grecque. Pour lui, Lesbos est devenue le symbole de la honte de l’Union européenne. Nous réécouterons ensemble cet entretien. Jean Ziegler s’est rendu sur place, en mission pour l’ONU. Jean Ziegler vient nous raconter et proposer des pistes d’action pour que l’Europe renoue avec l’hospitalité et la solidarité. Le vice-président du comité consultatif du Conseil des droits de l’hommes des Nations unies signe « Lesbos, la honte de l’Europe » (Seuil).

quelques bribes:

- Murat est interrogé sur sa voix (de paysan), ce que c'est d'écrire des chansons...

-"un artiste raté, c'est effrayant -Hitler...-, et un artiste réussi, ce n'est pas beaucoup mieux". Un petit coup de provoc en affirmant qu'à 69 ans, un homme  est en pleine forme... à la différence de...

-Réparer la maison: chanson écolo

-Et Murat de brancher les belges (en deux temps dans l'émission), notamment ceux qui émigrent en France... Angèle:  "une chantal Goya qui a passé le bac, Bécassine à bac +15"

-Chagrin consubstantiel, inaptitude à la vie... et on découvre que Murat a "eleanor rigby" en sonnerie de téléphone.   "Moi, le chagrin a commencé à la naissance. Je n'étais pas fait pour ce matin. J'ai un chagrin consubstantiel"

-Montboudif : un sorte de nombril de l'auvergne, "j'aurais bien chanté Douharesse... mais ça sonnait pas", et de reparler de son "ancrage" et de Springsteen.

-Comme dans l'interview de HEXAGONE, pas d'assimilation au rap et musique us... mais Murat qui se définit comme un dinosaure, une espèce en voie de disparition ou du siècle dernier. Même discours ensuite sur le monde rural (Cheyenne autumn, suicidez-vous... nous dit-il c'était déjà ça). "On ne peut pas dire que c'est mieux" (le monde qui vient).

- Murat qui raconte qu'il écrit en ce moment des chansons basées sur ses souvenirs du tour de France.

- Retour sur les Gilets jaunes... "j'ai toujours chanté ça"

- Conseil d'écoute: la neige qui tombe

- Conseil lecture: VIRGILE, gallimard, F.BOYER,  "comme je lirai un catalogue de Manufrance" dans une nouvelle adaptation

 

 

LA LISTE D'ECOUTE EN PLUS

https://www.gael.be/lifestyle/culture/musique-10-nouveautes-a-ecouter-en-boucle-pendant-le-confinement

Quand l’Auvergnat est amoureux, cela se voit du premier coup d’œil à une pochette rose vif et s’entend du premier coup d’oreille à ce 20e album qui groove de toutes ses sonorités disco/ électro/soul. On n’a guère l’habitude d’associer Murat à la légèreté et la luminosité, ce CD nous prouve une fois encore qu’il est unique et imprévisible. Avec un complice de longue date, il a joué tous les instruments de ce disque en studio, se laissant guider par le plaisir et l’envie de danser, sans intellectualiser.

LE LIVE CONFIFI EN PLUS

MORGANE IMBEAUD était invitée par la SACEM pour un concert de 30 minutes.

Je ne crois pas qu'elle chante un titre co-écrit par JL Murat.

LE LIEN EN PLUS

Ça nous avait échappé. Merci AMPARO!

Mash up   Townes Van Zandt / Jean-Louis Murat par BLEU REINE

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 6 Avril 2020

Gérard Bar-David, grand rock critique (Best) désormais blogueur de GONZOMUSIC, nous livre une belle chronique de BABY LOVE... près de 40 ans après avoir écrit le texte promo pour le premier disque de Murat! Il l'avait en effet découvert du côté de la HAUTE-SAVOIE, le cafard tout ça... Il pouvait d'ailleurs nous donner une piste pour expliquer pourquoi ce département lui file le bourdon...

83:

et déjà Otis et Marvin Gaye....

2020:

https://gonzomusic.fr/jean-louis-murat-baby-love.html?fbclid=IwAR1TQ3flrECTTG9HVBbOZmWyWGAJqpUxZZ-uk09919mbdfPAqzsrjs4vzPA

EXTRAIT:

[...]Si on m’avait dit voilà 40 ans, lorsque je rédigeais la bio de son premier maxi, que le gars qui chantait alors « Suicidez-vous, le peuple est mort » serait toujours là aussi fringant quatre décennies plus tard. Pourtant, l’homme qui lui inspiré son pseudo, Joachim 1er, maréchal d’empire, sacré roi de Naples par la grâce de son beau-frère, un certain Napoléon 1er , est décédé à 48 ans .  Bref, à près de 70 piges, Jean Louis Bergheaud a déjà pulvérisé le record de longévité de son fameux homonyme. Et, côté sortie d’albums, je ne vous dis pas, l’ex-Maréchal de France est, comment dirais-je, battu à plates coutures. Avec ce petit dernier, au titre néo-Birkineque de « Baby Love », figurent désormais 20 albums au palmarès de notre Bryan Ferry Auvergnat. Et, franchement, celui-là est loin d’être le pire, bien au contraire. Porté par un funk aussi glacé que délicat, riche de ses 11 titres pastel, il constitue sans doute le meilleur exemple actuel de pop hexagonale aboutie, et tous les soutiers de la variette hexagonale, de Pagny de crabes à CaloCalimero, en passant par Obispo de chagrin, devraient, dès le confinement levé, prendre la route de Clermont-Ferrand pour suivre un stage de recyclage auprès du maitre Murat. Car ce dernier a beau être une sacrée tête de mule, doublée d’une incontestable tête à claques- tout spécialement l’égard des journalistes musicaux-, il est aussi sacrément doué dans l’art d’enrober la plus intelligente des ritournelles dans le sucre candi, histoire de nous rendre carrément dépendants. Et c’est par « Troie » que tout commence, premier titre, première raison de râler sur ces textes déclinés sur fond de chœurs féminins, violons et de cuivres délicats sur ce titre où Murat fait du Murat…comme nul autre…devrais-je dire ? On songe aussi au regretté Léonard Cohen, ce qui ne surprend guère connaissant le zigue. Guitare wah wah, résolument 70’s pour « Le mec qui se la donne » aux faux-airs de crooner funky entre le regretté Bill Withers et l’immense Otis Redding.

Suivent comparaison et référence à : Talking Heads, Daft Punk sous Tranxene et Chic Bryan Ferry Steely Dan Tom Tom Club Joe Cocker Tony Joe White Marianne Faithfull... pour se conclure:

Superbement produit, arrangements impeccables « Baby Love » loin de n’être qu’un Murat de plus, perpétue la légende du poor lonesome auvergnat et séduira largement tous ses aficionados. Certains allègueront que « sa chanson est vachement bien » mais que « c’est toujours la même chanson ». Et, tous les autres se laisseront porter par cette vague cool, ces textes élégants et ce swing insouciant, qui devraient faire l’objet d’un remboursement Sécu.

l'intégralité de l'article:

https://gonzomusic.fr/jean-louis-murat-baby-love.html?fbclid=IwAR1TQ3flrECTTG9HVBbOZmWyWGAJqpUxZZ-uk09919mbdfPAqzsrjs4vzPA

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 5 Avril 2020

Hello,

Je me suis secoué un peu pour aller faire vivre le petit commerce, car depuis 3 semaines, c'était exclusivement supermarché. Un peu de produit laitier bio vendu par un vrai barbu hirsute, des journaux et le dernier Connely (une fois que j'aurai fini de relire "l'écume des jours") en passant par le Boulanger du village.

J'en profite pour vous signaler que vous pouvez vous faire livrer chez vous de l'excellent fromage, peu cher, de la COOPERATIVE DE YENNE (bio et traditionnel).  Ils souffrent de la crise et du lait a fini dans le caniveau chez les producteurs. Yenne est en Savoie, pas loin du train bleu, entre Lyon et Genève, en bordure du Rhône. https://www.coop-de-yenne.fr/65-fromages Merci pour mes cousins ardents défenseur de l'agriculture de conservation.  PS: Contrairement à ce que certains racontent régulièrement-suivez mon regard-: Le vrai bon fromage n'a pas été inventé en Auvergne... - cette publicité a été offerte par www.surjeanlouismurat.com-

 

Sur ce,  lisons donc VSD! Interview par Christian Eudeline:

Déjà bravo à Christian d'avoir compté 23 albums, et non 20! (rappelons que moi j'ai compté 20 depuis bien longtemps 2011: http://www.surjeanlouismurat.com/article-pourquoi-le-projet-x20-discographie-63265023.html

Il y a quelques redites of course (la Grèce, Dj à St-trop, som6n nom de scène..) mais pas trop... A RETENIR:

- Vous découvrirez donc le concept de "catastrophe de la banane", symbole du déclin de la musique américaine.

- Murat l'avoue: "ce n'est pas réellement  du funk, ni du disco"

- encore un aveu (qu'on aura également bien remarqué): "la langue passe maintenant au second plan". Elle est désormais  "un instrument, un coloriage".... tout en disant ensuite qu'il y a une perte de richesse.

- Dézingage de Gainsbourg au profit d'ORELSAN "inégalable", et même PNL, Nekfeu ou Lomepal. "Je suis sidéré par la qualité de ces mecs".  ET oui, Murat s'incline parfois, et il faut le dire!

- tout en louant Eath Wind and Fire, il indique n'avoir aucune nostalgie, "je n'ai pas forcement envie d'y retourner. Je préfère regarder devant".

- une réponse à la question "pourquoi Murat est rock?", parce que "je suis plus dans la décharge nerveuse que dans la recherche sonore, et c'est ça qui m'a toujours plus dans le rock, l'explosion de vérité. Oublier tout ce qui a été fait avant pour repartir vierge à chaque fois, c'est ça mon leitmotiv. Dans toutes les formes qui existent, je trouve qu'il n'y a que le rock qui permette cela, être créatif en permanence. Il y a quelque chose de surnaturel et de surréaliste qui se passe"... et d'évoquer... les Rolling Stones. "Ce sont des dieux qui un jour ont explosé".

 

 

 

MURAT A 4 PAGES DANS Vendredi Samedi Dimanche et des vidéos musicales!
MURAT A 4 PAGES DANS Vendredi Samedi Dimanche et des vidéos musicales!
MURAT A 4 PAGES DANS Vendredi Samedi Dimanche et des vidéos musicales!
MURAT A 4 PAGES DANS Vendredi Samedi Dimanche et des vidéos musicales!

LE LIEN MUSICAL EN PLUS PARCE QUE C'EST DIMANCHE

Encore très, trop peu de vue pour un magnifique texte de MURAT  offert à Eryk e.

Une pensée pour Eryk, soignant au CHU de Clermont. Bon courage et meilleurs voeux à lui.

LES VIDEOS EN PLUS EN SUS

Je vous ai déjà partagé  la page youtube de Christophe ADAM cette semaine (avec la reprise de Murat par Bonnefont), voici un nouveau titre... DYLAN...
Ce que j'ai oublié de vous dire c'est que Christophe ADAM est crédité dans un album de JLM... au choeur.

Petite archive trouvée dans les mails de Matthieu  :

  Tiens, petit échange entre Le Manchot et Matthieu :
- Matthieu :Bonjour Didier,
     Petit complément 2014 à votre article : on retrouve dans les chœurs du titre d’ouverture de « Babel » un certain Christophe Adam, ex-membre des Sales Gosses, le groupe auquel appartenait Dominik Cartier.
     JLM avait joué du sax sur un titre des Sales Gosses, Adam vient faire les chœurs sur un de ses morceaux : la boucle est bouclée et le lien pas défait…
 
- Le Manchot :Salut Matthieu,
     félicitations pour la chute …
     Effectivement Christophe Adam est une bonne connaissance de Dowi comme il aime à se faire appeler. Sur son site un lien conduit au site de C.A.
     J’attends des nouvelles de D.K. qui possède quelques pépites inconnues de « Clara » …
     Amitiés à toi. Honoré que tu viennes faire un tour chez moi, toi qui fait référence dans le milieu de la « Muratie » …
 
 
     Eh ben... Avec des références comme ça, je la vois mal partie la Muratie...
    Sans rapport, je viens de voir qu'un type a mis en ligne le Live à la Coopé bonus de Grand Lièvre. Bonne idée, ça le fera connaître.
   M.
 
J'avais partagé quelques archives sur le parcours musical de Christophe dans l'article ci-dessous (à l'occasion de la sortie du disque de Garciaphone -une merveille- dont il était le producteur:   http://www.surjeanlouismurat.com/2017/11/garciaphone-with-dreameater-l-album-fol.html 
On y retrouve ce qu'il disait de Murat en 76 à la Bourboule...

- Voici une reprise live de SUICIDEZ de INK groupe tourangeau :https://www.tmvtours.fr/detail-article/article%252Fink-le-rock-encre-dans-la-peau

On passe par plus amateur:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 4 Avril 2020

 

1) VENTES :

Bon, bein, comme la semaine dernière,  on ne va pas refaire le topo, le marché du disque s'effondre. On peut être dans le top album en "vendant 200 disques... en streaming*", et zéro en download et physique!  

*un calcul est fait pour faire une équivalence.

 Theweeknd en physique est 3e du top... avec 834 ventes.

Semaine 3 :  Baby love ne figure plus dans le classement général, et 73e avec 76 ventes dans le classement physique.

Semaine 4: 138e avec 38 ventes. En download, 23 (57e dans cette catégorie des albums en téléchargement, le premier DUA LIPA fait 558, la preuve que les gens ne se précipitent pas sur l'achat numérique.  Petite note positive:  il était déjà 57e en semaine 3 dans ce même classement, avec 29 téléchargements...).

 

2) Jean-Louis était justement du côté de Qobuz, peut-être pour favoriser un peu le numérique.

Il est invité à réagir sur quelques pochettes dont les siennes:

Curtis Mayfield,  Merry Clayton, Tony Joe W., Marvin Gaye, Calexico, Wyatt, Lamar, Earth, Wind and Fire, Murat ("le meilleur disque de l'année 2020, non?". "Si vous trouvez mieux en France, vous me faites signe?"

3)  bill Withers

Dans l'express, à propos de TIGE D'OR:

"Musicalement, cela ressemble à du Bill Withers (Just the Two of Us), un artiste sous-estimé que j'adore. Le texte est clairement érotique, mais pas seulement. J'y pointe quelques dérives féministes. Un chanteur n'est pas là pour assurer le fond sonore d'une époque, mais aussi pour intervenir. Moi dont le public est aux deux tiers composé de filles et qui ai tellement défendu les femmes, je trouve qu'elles se comportent aujourd'hui en glacier. C'est Eros et Dionysos qu'elles tuent en nous dévirilisant".

Chez Jean Théfaine en 2011:

Scéniquement, comment ça se passe sur cette tournée-ci, avec  Stéphane Reynaud (batterie), Fred Jimenez (basse) et Slim Batteux (orgue) ?

Très bien. C’est très tonique, ça sonne groupe, comme j’aime. Tout le monde est très Bill Withers, Creedence, nos groupes de légende. On parle d’Al Green et d’autres, et on essaie de le faire comme eux. Avec ma guitare, j’amène là-dedans un côté un peu plus psychédélique, un grain de folie.

 

J'ai un plaisir coupable devant "coup de foudre à Nothing Hill"... et cette séquence:

4)  Chronique de BABY LOVE par Eric Chemouny... qui se trouve être l'auteur de "SANG POUR SANG" pour JOhnny...

et c'est sans grand intérêt... On a failli avoir "l'album de la maturité"!

En résulte assurément un de ses meilleurs disques depuis longtemps, qu’on pourrait qualifier – sans tomber dans le cliché – d’album du renouveau, et sur lequel brille d’une plage à l’autre, sa poésie brute et tourmentée sur fond de notes dansantes et solaires. Le contraste est saisissant et raccord avec le concept d’un album à double face, en dépit de sa trompeuse pochette rose flashy, balançant entre l’exaltation d’un nouvel amour (« La Princesse of the Cool », « La Reason Why », « Si je m’attendais ») et la mélancolie résignée de la fin d’un autre (« Troie », premier single, « Ça, c’est fait », « Réparer la maison »)…

Le tout chanté avec la nonchalance adolescente et le détachement habituel de celui que d’aucuns considèrent toujours comme la voix la plus sexy de la chanson française.

https://jesuismusique.com/2020/03/14/jean-louis-murat/?fbclid=IwAR10p10-BOzT3wEj_AWuAebb_2rNuRDYi-_ZlNud5AqyqIJkW0cGlyJC8A0

4) Un petit mot dans les différents journaux du centre dont la montagne:

https://www.leveil.fr/bourges-18000/loisirs/playlist-voici-le-meilleur-des-sorties-disques-en-mars_13764469/

Jean-Louis Murat. Baby Love. Avec une régularité de métronome, le barde auvergnat sort son disque annuel. Plus funky, plus groovy que jamais, loin des expérimentations de Travaux sur la N89 refroidissant les ardeurs des fans. Avec ce vingtième album studio sous le bras, il est encore et toujours une fois question d'amour car, au fond, il n'y a que ça qui compte. C'est réalisé avec cette plume inimitable de l'artiste qui fait toujours mouche sur des ambiances musicales pour le moins gouleyantes, voire printannières. 

 

5) On retrouve JLM dans le VSD de la semaine! ET toujours dans HEXAGONE et FRANCOFANS... que l'on peut commander de chez soi!

 

LE LIEN EN PLUS

ah, quel titre accrocheur sur Libé.fr!

DOA : «J’avoue mon goût pour Murat»

Par Patrice Bardot
Hervé Albertazzi alias DOA est l’un des auteurs de romans noirs les plus originaux de la dernière décennie : Pukhtu Primo et Pukhtu Secundo ont sacrément secoué le genre.

https://next.liberation.fr/musique/2020/04/03/doa_1784128

La chanson que vous avez honte d’écouter avec plaisir ?
J’hésite parfois à avouer mon goût pour Jean-Louis Murat ; je me demande bien pourquoi, en fait.

PS:  si un habitant de la Comté... euh, du gruyère, pourrait nous faire passer l'article paru jeudi:

https://www.lagruyere.ch/2020/04/son-c%C3%B4t%C3%A9-funk.html

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié le 4 Avril 2020

 

Le chanteur auvergnat, Jean-Louis Murat, est de retour avec "Baby Love", un album sous le signe du groove dans lequel il a décidé de s’amuser. Et de nous apporter un peu de rythme et de poésie... Le brave homme!

Encore un nouvel album pour Jean-Louis Murat. Décidément, le chanteur de soixante-huit ans garde l’inspiration intacte et la motivation inébranlable.

Et cette livraison 2020 démarre bien la nouvelle décennie, après six disques, parfois inégaux, dans la précédente. "Je ne sais pas moi-même quel est le numéro de cet album, s’amuse Jean-Louis Bergheaud, son vrai nom. Certains m’ont dit vingt-sept, j’ai lu vingt… ça fait cinq disques que je sors et qu’on me dit que c’est le vingtième!"

 

Un paquet de chansons, quoi qu’il en soit. Créateur frénétique, le Jean-Louis? "C’est pas de la frénésie, c’est les autres qui lambinent! Moi, j’ai le rythme traditionnel depuis que l’industrie musicale existe. Dans les années 1960, c’était tous les huit mois…

Plein de romanciers sortent un bouquin par an, c’est quand même autre chose que de pondre douze chansons de trois minutes."

Dans Baby Love, en l’occurrence, ce sera onze. Onze titres que le natif du Puy-de-Dôme a concoctés avec son vieux complice Denis Clavaizolle (Alain Bashung, Jane Birkin, Daniel Darc) et un mot d’ordre: être "comme des débutants en quête d’un premier contrat discographique", prévient l’artiste dans la présentation de l’album.

"Dans ces métiers, nous précise-t-il, il faut avoir une énergie primitive et spontanée, il faut se battre un peu. J’ai gardé cet esprit presque guerrier en allant d’un style à l’autre. Je fais une promenade dans l’histoire de la musique du XXe siècle.

Si on n’arrive pas à m’identifier, j’en suis très content! Tous les matins, quand je prends ma guitare, je suis un débutant. C’est là que jaillissent les choses les plus pures, quand on ne se pense pas comme un mec d’expérience."

Leonard Cohen ou Earth, Wind & Fire

 

Cette promenade musicale, entamée au début des années 1980 avec le très optimiste Suicidez-vous le peuple est mort, Murat la poursuit donc au fil de ses envies. Chanson, rock, musique plus expérimentale, blues…

"Il y a des gens qui me prennent pour un chanteur folk, ou un chanteur piano-voix tristus, un petit Leonard Cohen, un petit Robert Wyatt, c’est très gentil mais… je ne suis pas que ça! (rire) Je dépense beaucoup d’énergie à essayer d’être incasable", insiste l’animal.

Et cette fois, avec ce Baby Love tout de rose recouvert –visez la pochette–, qu’il a composé en écoutant du Earth, Wind & Fire en boucle, Murat nous entraîne dans un univers mi-groove mi-blues. Une mélancolie légère teintée de funk, voire de disco.

"Les années 1960-1970, c’est un peu là que tout a commencé et, peut-être, que tout s’est terminé! C’était une sorte d’âge d’or. Il y avait des choses rudement intéressantes, je ne suis pas sûr que ce soit le cas maintenant…

J’ai toujours aimé le disco, très lié au blues, au rythm and blues. Et puis, il faut danser. Ça fait du bien. Il y a une joie de vivre, une exubérance dans cette musique-là."

 

"La poésie s’évente aujourd’hui. On a du mal à sentir l’alcool fort qu’elle peut être”

Avec ce nouvel album, Jean-Louis Murat avait envie de s’amuser, de transformer le quotidien. A travers la musique. Et à travers les mots.

Celui qui a, projet après projet, développé une écriture bien à lui, un champ d’images aussi intimes qu’énigmatiques, s’en est donné à cœur joie dans ce nouvel opus.

"Cet album, c’est, disons, la chronique d’un divorce et je n’aime pas trop raconter ma vie... Je ne suis pas pour la pratique d’une langue pragmatique qui évacuerait toute métaphore." La poésie, encore et toujours, comme échappatoire.

"Je n’ai pas forcément envie que les gens comprennent de façon évidente ce que j’ai à dire. J’ai toujours trouvé que ce qui m’agitait comme sentiments devait passer dans une forme poétique, c’est ce qu’il y a de plus noble, de plus respectable, pour celui qui écoute", poursuit l’artiste.

C’est d’ailleurs ce qu’il avait fait, aussi, en chroniquant en musique et en mots le mouvement des Gilets jaunes au moment des manifestations, sur sa page Facebook. Sans trop d’échos, il faut bien le dire. "La poésie n’a plus aucun poids. La poésie s’évente aujourd’hui. On a du mal à sentir l’alcool fort qu’elle peut être."

Quand cette étrange période sera derrière nous, on aimerait bien savoir quelle saveur aura la cuvée Murat. Avec humour, il vient d’en donner un petit avant-goût en vidéo, en chantant, à l’invitation du magazine Les Inrocks, une chansonnette d’actualité: "C’est cool le confinement, ça évite les emmerdements..." Vu comme ça, allez, on en reprendra bien une rasade.


ET CA SANS COMMENTAIRE ET VANNES...

MAIS JE REVIENS SANS DOUTE TOUTE A L'HEURE!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 3 Avril 2020

Le compositeur  du "le charme", du "venin", "les hérons", du "fier amant de la terre" nous livre ce matin une reprise du "VOLEUR DE RHUBARBE" : Alain Bonnefont, qui a repris depuis quelques temps la guitare et chante dans la région Clermontoise régulièrement.  Je vous laisse découvrir sur sa chaine

(j'aurais d'autres choses à vous dire mais ça attendra ce soir ou demain!)

16264 102502186434598 100000244518913 65500 3012214 n

Alain chez JLM avec Théfaine (pour Chorus)

La chaine "french kiss" permet aussi d'attendre un grand musicien clermontois, parfois cité même comme le plus doué, Christophe ADAM.  Un point commun avec lui et Alain il me semble (je crois) est que des groupes facebook reclamaient à un moment donné qu'ils fassent tous les deux un nouvel album.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres