Publié le 22 Juin 2014

 

Villeurbanne-2014-par-stimento-mag.jpg

                                                                   ©Vincent Raymond de  Stimento, le nouveau mag culturel lyonnais.

 

 

Lyon est petit pour ceux qui aiment Murat et la bière d'un aussi grand amour, si bien que je tombe dès 18h30 sur notre camarade Matthieu, pris d'un coup de folie: partir aussi loin de sa base clermontoise pour une nuit. Accompagnés de nos verres, nous rejoignions illico nos potos Paulo et Fredo Plainelle pour 4 heures de conf' de rédac' : débriefings diverses des parutions, les offs, les interviews à faire, négociations sur le remboursement des frais de bars... Fredo râle qu'on ne lui file que des marronniers, mais il se calme avec une nouvelle bière. 

Matthieu exige qu'on profite de la journée, et nous voilà dans Villeurbanne pour nous faire une idée de la fête de ces "invités de Villeurbanne". Nous tombons sur un concert, un village où il est possible de se restaurer de multiples plats exotiques, proposés par les habitants et les associations culturelles. Puis, un petit spectacle de mime, les gens s'assoient par terre. Bien sympathique...

  DSC00847

 

Nous rejoignons le Square de la Doua, tout près du parc de la Tête d'or, sur le bord du no'man's land du campus (c'est le week end!  -même si depuis mon temps, que les moins de 20 ans ne peuvent presque pas connaitre, il s'est largement ouvert sur la ville).

Cadre superbe, boisé. Avec toujours le même principe de restauration.  Un espèce de dancing type abri d'auto-tamponneuse est installé au milieu du square... dans lequel une fanfare meuble durant les 3 changements de scène. Il y a de la place, les pique-niques sont nombreux, un peu de chaises et tables en bois... Cela se remplit doucement.

On croise Guillaume Bongiraud, le violoncelliste, qui nous parle de ses quelques projets, notamment avec Morgane Imbeaud.

 

DSC00850

 

 

 

Le nouveau projet de Cyril Atef occupe la scène...  Bon... Ils étaient à Europa Vox la semaine dernière et Matthieu m'avait préparé psychologiquement...  C'est curieux.  On peut quand même s'interroger sur la programmation de ce soir. Ca part un peu dans tous les sens, et Murat au milieu de ça... Une programmation pour lui un peu plus tôt aurait peut-être mieux convenu de manière à pouvoir laisser la place aux "fêtards" ensuite. 

 

On a droit à un long mot sans grand intérêt des intermittents, la démocratie bafouée, la liberté en danger...

 

Enfin, soit, nous voilà à une dizaine de mètres de la scène.  J'ai l'impression qu'il y a pas mal de gens venus pour Murat, attentifs. Murat, le retour à Villeurbanne (après l'enregistrement de "Murat live" au transbo!)

 

Et c'est parti...  Et c'est un inédit..."qu'est-ce qu'au fond du coeur"... Jean-Louis Murat a sa guitare semi-métallique de sa dernière tournée. Très longue intro vibrante, avec des petites saillies de trompette et le violoncelle, avant que la batterie ne lance le rythme de la chanson.    Alexandre Rochon est au  "grisgris" dira Murat, son "outil"  posé sur un tabouret.  C'est plutôt concluant, le refrain est assez entrainant, et la trompette décisive.  A 5 minutes, Jean-Louis mollement demande qu'on tape dans les mains "pour soutenir les intermittents". Ca réagit tout aussi mollement. Pas de déconcentration pour autant: il est bien dedans, super voix en variations en multipliant le refrain.   On en est déjà 9 minutes, et on a droit à un grand pont musical... avant qu'il y ait une petite séquence down tempo avant un redémarrage  final. Plus de 10 minutes pour le premier titre, très très rallongé (le texte est plutôt court)... et j'ai l'impression que Murat a réussi à capter la foule nombreuse. 

 

On part sur une intro plus classique pour Murat ensuite : petit solo de guitare saturée (Murat a pris sa télécaster, et Alexandre sa guitare), et batterie. Quelques notes de piano. C'est Michigan. Version pas endiablée, mais Murat se donne à fond. Le piano joué par Guillaume est très réussi.  Murat termine : "nous sommes les auvergnats de Clermont, votre prochaine capital, vous irez chercher votre carte grise à Clermont", et présente les THE DELANO ORCHESTRA, avant de repartir sur la chanson, avec la trompette toujours en avant. 2e chanson: encore 10 minutes! Ce n'est pas la facilité pour capter un public qui est a priori à conquérir... mais là encore, j'ai l'impression que ça marche.

 

Morceau des The Delano orchestra, "Sea water". Déjà joué à Clermont. Murat est à la guitare, assez discret. Peut-être plus qu'à Clermont. J'ai déjà dit le bien que je pensais de ce titre... qui passe très vite.. au vu des deux titres précédents... si bien qu'on a l'impression qu'elle est écourtée, mais ce n'est qu'une impression.

 

Rythme plus endiablé ensuite sur une longue intro, avec une belle partie de trompette, mais on est un peu perturbé par un gus derrière nous qui fait son intéressant : "mais tu comprends, moi, je kiffe la musique" ou  "le rock an roll vous emmerde"... si bien que ça part un peu en cacaouette sur toute la chanson, et en insultes.  Vous lirez ci-dessous le commentaire de Laurent Cachard... Matthieu est plus philosophe et essaye de calmer tout le monde". "Agnus del babe", ça devait être une superbe version... mais là, j'en suis sorti. La perturbation a dû se ressentir sur scène, mais Murat ne le fera pas remarquer. Faut dire qu'il y a des centaines de personnes derrière nous qui profite du concert.

 

 

Du coup, je perds un peu le fil. The Delano orchestra joue-t-il tout de suite derrière leur deuxième titre?  C'est "PALOMA" en hommage à la fille d'Alexandre. Joli titre.

 

Vient ensuite "extraordinaire vaudou". C'est redevenu plus calme, et on peut profiter de ce grand titre "live", démarré lentement, avant l'explosion finale. Pas de réel changement avec le concert de décembre, on retrouve les petits choeurs mais un peu moins en avant et le morceau s'allonge un peu. Bravo à Julien Quinet, le trompettiste... 8 minutes 30. 

 

On a de la chance, il fait beau, temps idéal, Murat en tee-shirt marqué d'un "i'm still alive" (à confirmer), transpire, les cheveux ébouriffés. On ne pourra pas dire qu'il ne s'est pas donné!

CAM 0802

 

Et retentit le riff de "L'eau de la rivière",  la batterie moins explosive qu'avec les maillets  de Stéphane Reynaud. Petites notes de trompette... ça manque peut-être un peu de fluidité (Murat demande un  truc à la régie) et il y a 30 secondes d'intro en trop.  Ce titre marchait bien avec la formation "guitare et batterie" de la tournée précédente vu son rythme et son refrain percutant, et son "boum boum" que l'on a envie de chanter, mais avec The Delano Orchestra, c'est bien sûr encore mieux. Le titre est assez court :  moins de 6 minutes, mais mériterait presque d'être resséré de manière à capter toute son énergie hydraulique.

 

Murat introduit le titre suivant :   "la musique gratos, c'est comme l'amour sans amour, ce n'est pas toujours rigolo". C'est un inédit... qui pourrait porter le titre "boy" ou "boï"  prononcés souvent (est-ce plutôt "les grives" ou "mujade"?).  Avec les titres "neige et pluie sur le sancy" et celui avec un peu de patois, joués en Suisse,  il se confirme que l'inspiration muratienne est plus que jamais ethnocentrée:  là, il est question de la Dordogne, de "monter jusqu'au sommet", avec une interpellation " arrête d'y penser... tu sais bien que..." facilitant une interprétation habitée.

Le gus allumé me casse une dernière fois le tympa droit au tout début de la chanson, mais je  rentre bien dans la chanson, même si c'est difficile de capter le texte, avec l'orchestre. La composition est assez classique, avec des parties assez dénudées... mais le gimmick de trompette, un peu funèbre,  est parfait, et permet d'adhérer à la litanie.  J'ai moins remarqué le travail du violoncelliste ce soir qu'à Clermont (je ne suis pas de son côté, et peut-être du fait du  côté moins intime du concert ), mais sur ce dernier titre, toujours associé à la trompette, c'est le grand pied. Près de 13 minutes pour ce dernier titre, grâce à un final enflammé  (avec certes une présentation nominative des musiciens). 

 

C'est fini. On espère quelques instants un rappel... d'autant qu'il reste de la place pour un titre. Les prochains sont prévus dans une demi heure... mais les techniciens arrivent et coupent les amplis. ah, c'était court!  On a beau s'y attendre en festival, là, il nous manque un titre, déception d'autant plus grande qu' il semble que c'est un inédit encore meilleur qui manquait.  

  villeurbanne-2014-par-Quinet.jpg                                                     c. julien quinet (fb).  Une photo de moi et Matthieu, vos serviteurs. On ne voit que nous.



On ne verra pas Murat ensuite, mais quelques Delano.  Ils sont vraiment heureux d'accompagner Jean-Louis, notamment ce soir sur cette belle scène et cette foule (la plus grande pour eux de l'été?), et du travail accompli avec lui sur l'album. La concentration était maximale sur scène, presque plus que lors du live radiophonique de décembre... C'est le tout  petit bémol que l'on pourrait trouver : un petit manque d'interaction physique  sur scène entre Murat et ses musiciens, mais ce n'est que le deuxième concert de la tournée, et on n'attend pas Murat là-dessus.  Il était en tout cas apparemment en pleine forme (malgré l'enchainement des activités: enregistrement, mixage d'un double album  et tournée),  bien impliqué, maitrisant ses textes, malgré le pupitre à disposition, et du coup,  a livré des interprétations impeccables. Messieurs les programmateurs de festival, vous avez raté quelque chose en ne proposant que ces quelques dates à cette formation!  En tant pis pour les perturbateurs, je les oublie (mon crédeau, mon confiteor, mon confiture, c'est de toute façon d'accepter tout le monde au sein de la chapelle de La Lady... et Murat a préché en ce sens hier). 

 

 

28 juin 2014 / Concert Koloko, pour l’association Clermauvergne Humanitaire - Coopérative de mai - Clermont Ferrand (63) - avec Stéphane Reynaud, mais c'est confirmé avec une partie avec Delano.  
14 juillet 2014 / Francofolies - La Rochelle (17)
17 juillet 2014 / Festival Voix de la Méditerranée - Lodève (34)
7 août 2014 / Festi’Vaux - Vaux sur Mer (17)
9 août 2014 / Festival au Champs - Chanteix (19)

22 août 2014 / For Noise Festival - Pully-Lausanne (CH)
Et un Européen à Paris à l'automne (sans The Delano Orchestra).

DSC00852

 

 

 

A lire aussi  

La chronique de Laurent Cachard. "il ne faut pas souhaiter la mort des gens".

 

 

Murat et The Delano : ma chronique du concert de Clermont en décembre (j'ai eu parfois envie de me répéter, bon, oui, je l'ai fait):  à lire ici . Le concert est toujours disponible en podcast!

 

Des images du festival "les invités": http://www.leprogres.fr/rhone/2014/06/20/villeurbanne-le-festival-des-invites-se-pare-de-mille-couleurs  

 

 

DSC00851

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Publié le 20 Juin 2014

 

Je comptais sur notre commentateur suisse Petitlouisch pour nous apporter des élément sur le concert, mais il est immobilisé. Bon rétablissement  à lui.

Etait présente néanmoins notre globe-trotteuse internationale the Barbara, saluée régulièrement par Jean-Louis.

 

Elle a donné quelques éléments sur facebook, et ses groupes de fans. 4 inédits étaient au programme (inspiration plus que jamais auvergnate, avec un titre en patois), ainsi que 4 titres des THE DELANO.  Elle a également indiqué que le nouveau disque devrait être un double album!  

 

Chers amis suisses de passage, n'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires si vous avez assisté au concert!

 

  10488988_10204611001294814_338125858_n.jpg

merci Barbara pour la photo. Quel cadre! Ci-dessous son compte-rendu:

 

Set list
1. Qu’Est-ce qu’au fond du cœur
2. Michigan
3. Sea Water (interprété par The Delano Orchestra)
4. Neige et pluie au Sancy
5. Agnus dei babe
6. Paloma (interprété par The Delano Orchestra)
7. Extraordinaire Voodoo
8. L’eau de la Rivière
9. Une chanson par The Delano Orchestra (titre ?)
10. Mujabe Rib (?) (le mauvais temps arrive en patois auvergnat)
11. Un morceau instrumental par The Delano Orchestra (titre)   OUTRO du premier album.
12. Une chanson inédite de JLM (titre ?)
Très bon concert hier (même si JLM semblait penser le contraire) au forum du Mont Noble dans la canton du Valais en Suisse dans un cadre splendide.
La particularité de cette salle était qu’elle se trouvait en montagne et qu’elle est ouverte sur les montagnes et la plainte ce qui donne un indubitable plus aux spectacles et concerts. Quand on entre dans la salle il y a des panneaux qui ferment la salle et qui s’ouvrent sur la vue à l’arrivée du groupe et l’effet était assez magique. En Suisses bien organisés le staff de la salle mettait à disposition des couvertures pour si on avait froid. A propos de froid, je craignais que le public le soit car il semblait que la plupart des personnes présentes venaient par curiosité sans forcément bien connaître Jean-Louis Murat (par contre ils semblaient tous se connaître entre eux). Heureusement ce ne fut pas le cas (même si j’ai connu plus chaleureux) enfin en tout cas pas suffisamment pour mettre JLM de mauvais poil et qu’il donne un concert pourri. Au niveau des inédits j’ai apprécié « Qu’Est-ce qu’au fond du cœur » mais j’ai surtout retenu « Mujabe Rib » que j’écoute en boucle. The Delano Orchestra a donné à ce concert une superbe dimension. Pour moi c’était un changement bienvenu de pouvoir bénéficier d’un concert de Jean-Louis Murat avec plus qu’un batteur sur scène. J’ai également beaucoup apprécié les titres que The Delano Orchestra ont interprétés. J’avais pu voir une partie de la set-list avant le concert et comme j’avais prévu de filmer les chansons inédites je m’étais noté les numéros de chansons que je devais filmer (si ce n’est pas de l’organisation ça :-D) mais ne connaissant pas le répertoire des Delano j’ai filmé deux chansons des Delano (« Sea Water » et « Paloma »). En plus j’ai eu un problème avec la carte mémoire de mon appareil photo et du coup j’ai du me rabattre sur mon iPhone pour filmer et, cerise sur le gâteau, je me suis faite interpeller par JLM en plein pendant une chanson que je filmais (alors que j’étais en train de faire ma cinéaste à deux francs en faisant des plans sur la vue et les musiciens) et du coup j’ai laissé tomber définitivement mes petits films et ma carrière à Hollywood . A la tombée de la nuit il a commencé à faire assez froid et du coup ça n’a pas loupé JLM s’est équipé de sa fameuse écharpe en laine (et a évidemment râlé quand je l’ai vu après le concert qu’il faisait « 5 degrés sur scène », petite nature pour un montagnard Auvergnat ). Jean-Louis Murat a annoncé un double album pour octobre avec une vingtaine de chansons en collaboration avec The Delano Orchestra. Au vu de ce que j’ai entendu hier soir cet album laisse présager le meilleur. A la fin du concert (dont la dernière chanson a été annoncée par Jean-Louis Murat disant « encore une chanson et on vous libère ») JLM est venu me faire la bise ce qui m’a rassurée car j’ai pensé qu’il ne m’en voulait d’avoir fait mes films. Comme d’habitude j’ai pu faire ma fausse modeste devant l’étonnement de certaines personnes du public devant cette faveur. Après le concert pas de séances de dédicaces. J’ai donc été attendre devant sa loge (qui se trouvait devant des toilettes, monstre glamour quoi, et j‘ai d‘ailleurs eu la joie de voir Christophe Pie aller aux toilettes pendant que j‘attendais) avec la malheureuse copine (non fan) qui m’accompagnait. Comme j’avais un peu honte de faire ça on avait élaboré un super plan qui consistait à dire à JLM quand il sortirait qu’on attendait un ami qui devait nous ramener en voiture (mais bien sûr). Du coup quand JLM est sorti j’ai gueulé d’une façon très naturelle et spontanée : « oh mais merde Raphaël n’est toujours pas arrivé qu’est-ce qu’il fout » du coup JLM a eu l’air de croire vachement à mon histoire. Il m’a présenté à un musicien des Delano (vu que je suis hyper physionomiste je ne me rappelais pas qui était ce musicien) comme étant une très vieille amie « du siècle dernier ». Je lui ai dit que j’allais le voir à Koloko et à Pully en Suisse en août. Il a ensuite râlé sur la salle et les fameux 5 degrés sur la scène et quand je lui ai dit que j’avais trouvé que le concert très bon il a semblé dubitatif. Il est ensuite parti après m’avoir fait la bise. Bref tout ce cirque pour ça ça valait bien la peine.
Enfin je suis très contente de ma soirée de hier et j’espère que JLM reviendra faire un concert au forum du Mont Noble car c’était vraiment magnifique.

 

 

 

LE LIEN EN PLUS:

 

Prochain concert samedi au pays , et oui  Rhône-Alpes Auvergne, c'est pour bientôt! Sans parler des liens qui unissent déjà Murat à Lyon...

 

- Ca va vous énerver... moi, ça m'a énervé:

http://www.leprogres.fr/sortir/2014/06/19/des-invites-pour-un-ete-chaleureux

"en espérant que le Bougnat grognon ne plombe pas trop l’ambiance"...  Ggggrr!  Viens le voir et tu parleras après!

 

http://www.leprogres.fr/sortir/2014/06/19/arts-de-la-rue-et-musique-c-est-le-cocktail-des-invites-ssmt

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Publié le 18 Juin 2014

 

"avec une valise, une guitare, c'est comme ça qu'un musicien part, il a les deux mains prises" (chante un musicien qui sera croisé cet été)... Et  le départ est parfois difficile, surtout si on quitte un être cher qui vient de débarquer, livré des eaux. 

Alexandre Rochon, le leader des THE DELANO ORCHESTRA, nous livre,  la veille du début de la tournée d'été avec Jean-Louis Murat, un titre dédié à sa PALOMA, avec Jean-Louis Murat

 

 

 

Sur le FB, il nous laisse penser que ce titre pourrait être dans la set-liste... puisque une  photo accompagnait la chanson :

 

delano été-copie-1Ces titres sont-ils représentatifs de ce qui sera joué? Il était parfois annoncé "création originale", et on pouvait penser que Murat dévoilerait les nouveaux titres qui sortiront en octobre... Cela ne sera peut-être le cas... et c'est peu surprenant: il a en effet l'habitude de ne dévoiler que deux ou trois inédits avant chaque album.

 

 

Le groupe et Jean-Louis Murat ont fait quelques jours de résidence dans un lieu inconnu, avant de chanter demain en SUISSE, dans un lieu magnifique. 

http://www.forummontnoble.ch/index/la-programmation/jean-louis-murat-the-delano-orchestra/

 

 

- Article :

http://www.lenouvelliste.ch/fr/societe/loisirs-et-culture/murat-rock-comme-jamais-475-1309001

 

Pour sa deuxième soirée, le Forum Mont-Noble accueille ce jeudi Jean-Louis Murat, la tête d'affiche de la saison. Le chanteur français partage pour ce concert le micro avec le groupe The Delano Orchestra: à l'occasion des 50 ans de France Inter, Jean-Louis Murat avait assuré à la Coopérative de Mai un live unique entouré des musiciens de ce groupe.  

Confrontation artistique

Ici, deux générations se confrontent donc sur leurs répertoires respectifs. Un concert plus rock que jamais pour Jean-Louis Murat depuis la tournée de son dernier album "Toboggan" qu'il a assuré en duo guitare/batterie, avec les ambiances plus sombres et hantées de Delano. C

Jeudi 19 juin à 20 h 30 au Forum Mont-Noble à Nax. Réservations: Office du tourisme de Mont-Noble au 027 203 17 38 et sur www.forummontnoble.ch

 

 

 

- Samedi, ça  sera VILLEURBANNE, concert gratuit dans le cadre des Invités de Villeurbanne.  On en parle dans l'express:

http://www.lexpress.fr/culture/musique/trois-choses-a-savoir-sur-les-invites-de-villeurbanne_1551857.html

et dans les inrocks

http://www.lesinrocks.com/2014/06/17/arts-scenes/scenes/spectacles-pas-manquer-5-11510727/

On y sera!

 

 

- RAPPEL : LES AUTRES DATES!

 

28/06 : concert pour Clermauvergne, dit KOLOKO! A la coopérative.  On y sera!

14/07/2014 - Francofolies , La Rochelle (17) (France) [Création avec le DELANO ORCHESTRA]


17/07/2014 - Festival Voix de la Méditerrannée, Lodève (France, Nord-ouest de Montpellier) [Création avec le DELANO ORCHESTRA]http://www.voixdelamediterranee.com/     

Abbas Kiarostami, invité d'honneur de cette édition 2014    


07/08/2014 - Festi'Vaux, Vaux sur Mer (France, Charente-Maritime) [Création avec le DELANO ORCHESTRA]https://www.facebook.com/festivaux

C'est gratuit également.

 

19/08/2014 - Festival au Champs, Chanteix (France) [Création avec le DELANO ORCHESTRA]

Cf articles précédents.


22/08/2014 - For Noise Festival, Pully-Lausanne (Suisse) [Création avec le DELANO ORCHESTRA] http://www.fornoise.com/ 

Et pour finir, le 6 septembre à URIAGE près de GRENOBLE... et on y sera aussi!

http://www.surjeanlouismurat.com/article-un-nouveau-concert-pour-clore-l-ete-123596366.html

 

 

Rappel: Tout sur les DELANO ORCHESTRA par Matthieu : ici

Et on peut encore écouter leur prestation avec Murat sur France inter:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Publié le 15 Juin 2014

Voilà la deuxième partie de l'interview-fleuve de Jérôme Pietri par Matthieu. Dans l'épisode précédent, il était question notamment de son parcours musical, ses différents groupes, projets comme on dit maintenant. Vous pourrez lire tout ça ici et ( on  vous a dit). 

 Ce volet 2 remplit  parfaitement les critères de "l'inter-ViOUS ET MURAT", inter-ViOUS type historique, comme  celles de Christophe Pie,  de Stéphane Prin, l'ingénieur du son... et de Michel Zacha, producteur du LP "Murat", ce genre d'interview qui nous glisse dans les coulisses des créations de Jean-Louis Murat. Comme dans celle de Zacha,  nous nous retrouvons à une époque dans laquelle  Jean-Louis n'avait pas encore confiance en son jeu de guitare... 

--------------------------------------

 

 COOPE 2014

Jérôme Pietri,
Comme un loup sous la voie lactée...


Il fut le guitariste de Passions privées, accompagna Jean-Louis Murat en tournée, joua pour Marie Audigier, côtoya Christophe Pie dans Too Bad et Denis Clavaizolle dans l'Hommage à Pink Floyd. Dès les années 1970, il suscitait l'admiration de ce même Denis Clavaizolle et celle d'Alain Bonnefont, tous deux fans de SOS. Autant dire que sans être un muratien du premier cercle, Jérôme Pietri a quelques souvenirs liés à JLM – dont certains qu'il a eu la gentillesse de bien vouloir partager avec www.surjeanlouismurat.com. Qu'il en soit sincèrement remercié.



- Pietri se souvient avoir brièvement fréquenté Murat à l'époque où, après avoir fui la fac de droit, il était allé tenter sa chance en lettres.


"On s'est croisés, on était en fac. Moi, j'avais entendu dire qu'il faisait des trucs à La Bourboule et tout ça. Mais cela dit, on se connaissait très peu. Après, on s'est pas vus pendant pratiquement dix ans".

- La véritable rencontre, humaine et artistique, a donc lieu pendant l'enregistrement du premier album de JLM.

"Le contact s'est fait juste avant Passions privées. Il m'a contacté ou m'a fait contacter par les copains, peut-être Alain Bonnefont, parce qu'il voulait produire son album. Il en avait déjà ras-le-bol des producteurs parisiens et il était arrivé à convaincre les mecs de sa maison de disques de le laisser produire – au sens producer – son prochain album".

- C'est donc Alain Bonnefont, ancien de Clara et bassiste sur ce nouveau projet, qui aurait servi d'intermédiaire.

"Moi, je connaissais Alain Bonnefont depuis très longtemps. J'aime beaucoup Alain, humainement je trouve que c'est un mec d'une gentillesse rare, quelqu'un que j'ai toujours apprécié, que j'apprécie toujours d'ailleurs – même si on se voit pas souvent, parce que c'est la vie, chacun suit son chemin".

Bonnefont


- Le projet intéresse d'emblée Pietri qui voit là une occasion d'élargir son horizon.


"Quand tu dois enregistrer un album pour un artiste qui a une vision déjà déterminée des choses, ce qui était son cas, c'est vachement bien de trouver quelqu'un qui sait ce qu'il veut. Il avait des opinions bien arrêtées qui différaient de celles du commun des mortels et pour pas mal de choses, ça m'a obligé à prendre le contre-pied de certaines idées que j'avais. J'ai trouvé ça vachement enrichissant et j'ai eu envie de faire cet effort. Il m'a semblé intéressant de pénétrer dans sa planète et de comprendre ce qu'il ressentait, ce qu'il voulait entendre lui".

- Pietri considère que JLM l'a amené à se recentrer sur les chansons, à voir plus loin que les seules parties de guitares.

"Jean-Louis a oublié d'être bête, c'est quelqu'un d'extrêmement cultivé et je pense qu'il a fait évoluer ma vision des choses, parce que si je l'avais pas rencontré, je pense que je serais resté... enfin peut-être, je ne sais pas, on ne sait jamais, c'est toujours difficile, mais je me dis que peut-être, j'aurais eu plus de chance d'être guitare, guitare, guitare. Quoique, finalement, je réfléchis, j'ai jamais fait de « masturbation de manche » [expression qu'il utilisait dans Une histoire du rock à Clermont, NDLR], j'ai toujours travaillé beaucoup, parce que je suis convaincu des vertus du travail. Jean-Louis aussi".

- Le goût du travail paraît effectivement rapprocher les deux hommes.

"Le travail, ça c'est un point commun, évidemment. Quand je l'ai rencontré, à l'époque, il avait déjà 800 chansons dans la musette. Pour enregistrer un album, il considérait qu'il fallait qu'il écrive 50 chansons. Il en gardait une dizaine, le reste, poubelle".

- Une production au-dessus de la moyenne facilitée par une certaine discipline de vie, dont Pietri se souvient bien.

"Il bossait comme un malade. Je sais qu'il se levait très tôt, surtout l'hiver, il se levait à 7 ou 6 du mat', parce qu'il se faisait chier l'hiver, et comme ça il prenait de l'avance pour pouvoir profiter un peu du beau temps et de la cambrousse l'été. Donc, il se levait à 6 du mat', il travaillait sur les textes jusqu'à midi-13h00, après il faisait un break une heure pour manger et l'après-midi, de 13h00-13h30 à 19h00-20h00, il bossait sur les textes".


Jerome et pochette



- Les deux musiciens partagent également une même conception de la fabrication d'une chanson.


"Dans sa façon de bosser, il considérait que les arrangements, ça venait en dernier. Je suis d'accord avec lui, parce qu'une bonne chanson, logiquement, elle doit se suffire à elle-même avec voix-guitare, voix-piano, ça doit le faire. Tout le reste, les arrangements – d'ailleurs, c'est une expression que je tiens de lui, il avait des mots comme ça, très poétiques, pour définir les choses – c'est « les fleurs au balcon ». Moi j'adore les fleurs au balcon, ça m'éclate toujours, mais c'est vrai que si y a pas les bases, ça sert à rien. À Riom, il aurait voulu avoir plus de temps, il disait « Ce que je veux, c'est qu'on ait des squelettes, mais des beaux squelettes. » Je suis toujours d'accord avec ça, le plus important c'est d'avoir des bons squelettes, le reste c'est de la branlette. Après, oui, tu habilles le squelette, mais si le squelette est pas bon, c'est mort. Tu peux prendre non seulement un très bon producteur, mais même d'excellents musiciens, si la chanson est mauvaise, si y a pas une bonne mélodie, avec une bonne harmonie – ça peut être très simple – et un truc qui groove, ça sera de la merde".

- De beaux squelettes que Pietri contribue ensuite à habiller. Ou à fleurir, c'est selon. Avec ses aiguilles, son sécateur, mais surtout sa guitare...

"J'étais qu'une seule guitare – il y avait Pascal Mikaelian qui faisait de l'harmo, ça accompagne pas trop – alors c'est vrai qu'à la guitare, quand on faisait tourner les trucs, je pouvais pas trop faire les fleurs au balcon, sinon il aurait manqué les bases, basse-batterie-guitare. Mais les fleurs au bacon, je les ai mises après. Je lui proposais des idées, je lui disais « Tiens, sur tel titre, je verrais bien ça. »

- Le travail en studio doit toutefois s'effectuer dans des limites de temps étroites, ce qui contraint parfois Pietri à puiser dans ses réserves.

"Les arrangements, on aurait eu plus de temps, ça aurait été génial. Moi, je me rappelle, comme il m'honorait de sa confiance en tant qu'instrumentiste, j'étais très touché et les deux semaines d'enregistrement chez Pathé, il m'honorait tellement que je me suis retrouvé avec toutes les parties de guitares à faire le dernier jour. Donc, j'ai fait pratiquement 24 heures de guitares non-stop".


Pietri repetitions


- Ce rythme soutenu n'empêche pourtant pas de travailler dans la bonne humeur.


"L'après-midi, on commençait à bosser vers 13-13h30 à peu près, puis après, jusqu'à minuit, 2-3 du mat', suivant les jours. Et la nuit, il bossait, je sais pas comment il faisait, il arrivait le lendemain et il avait dit « J'ai fait ci, j'ai fait ça ». Il avait une ou deux chansons, mais de base, squelette, avec un couplet, un refrain. Et donc, les après-midi, il était dans une cabine et on essayait tous les rythmes possibles et imaginables, binaires, ternaires et toutes les tonalités. C'était à pisser dans sa culotte, des fois on a hurlé de rire, on s'est roulés sous la console en chialant, parce qu'il était là, il avait un micro dehors, il disait « Do ! », alors on jouait par exemple un truc en do, on faisait tourner. Il faisait « OK, les mecs. Do # ! » et puis on monte en do #. Après, « Ré ! » et on passait les douze notes. Oui, pour voir comment ça sonnait. Parce qu'il y a une magie des tonalités aussi".

- Une manière de faire que Pietri n'a pas oublié dans son propre travail sur Gone fishin'.

"Les titres de l'album, je les ai tous passés dans toutes les tonalités, presque, à un poil près. Et les tempos – ça je l'avais vu avec Murat aussi".

- Les tempos ? Après l'importance d'avoir un bon squelette et celle des tonalités, on retrouve donc la fameuse règle muratienne dite des 3 T – tempo, tonalité, tructure – que Pietri paraît avoir faite sienne.

"Autre truc qu'on a partagé avec Murat, moi je suis persuadé : le tempo, c'est dé-ter-mi-nant ! À un poil près, à un, deux numéros près, c'est déterminant. Parce que ça change non seulement le groove, mais ça change le son. Bizarrement, ça ne sonne plus de la même façon".

- De la tournée qui suit Passions privées, Pietri ne semble conserver que de vagues souvenirs, évoquant néanmoins des « grosses dates ». Seul guitariste, ses possibilités d'improvisation sont limitées. « Si j'arrêtais, il restait basse-batterie. » Il se met alors à fantasmer la présence d'un clavier.

"C'est moi qui lui parlais de Denis, à l'époque de la première tournée, on le connaissait pas, je disais « Putain, ce serait d'enfer... » Moi, c'était très égoïste, je me disais « Si y avait Denis, je pourrais rigoler un peu plus, au lieu de me faire chier à faire tout le temps des pompes ou des arpèges. » J'avais trente balais, j'ai changé".

- Et de fait, Denis entre dans la carrière de Murat dès l'album suivant – Cheyenne Autumn – apportant ses machines avec lui.

"À mon avis, au niveau de la démarche, je pense qu'il a utilisé les machines parce que c'était tellement pratique, il a pas envie de se faire chier avec 12000 trucs, c'est quelqu'un qui aime l'efficacité, Jean-Louis. Il a pas envie d'enculer les mouches, il a envie de faire des chansons. Denis est un excellent musicien, qui maîtrisait très bien les machines, donc il aurait eu tort de s'en priver".

Photo HPF


- On retrouve Jérôme Pietri sur un titre de ce nouvel album, mais entre-temps, l'aventure El Diablo prend fin dans la douleur et Pietri envisage sérieusement de se reconvertir.

"Après El Diablo, je voulais plus entendre parler de blues, j'ai même failli arrêter la musique complètement. Parce qu'on n'était que 3, on s'entendait vachement bien musicalement, humainement, malgré tout ça, ça foire, j'ai dit « J'arrête tout, je laisse tomber, c'est pas la peine ». Et c'est Jean-Louis qui m'a dit « Arrête tes conneries, arrête de te regarder le nombril, tu te bouges le cul ». Sinon, je voulais faire de la lutherie. Murat m'a remonté les bretelles, m'a dit « Viens courir », il m'a amené courir, je lui suis redevable. La course, ça te remet d'aplomb mentalement. Parce que le moral dépend du physique, contrairement à ce qu'on pourrait supposer, et c'est vachement vrai, mais quand t'es jeune, t'en as pas conscience. Jean-Louis était un adepte du footing. On y allait avec Alain régulièrement".

- À peu près à la même époque, il joue donc de la guitare sur un titre de Cheyenne Autumn.

"Il m'a appelé pour faire de la slide sur « L'ange déchu ». J'en avais chié d'ailleurs, parce que je jouais pas beaucoup de slide à l'époque et jouer sur cette harmonie-là, c'était pas facile, donc je m'étais bien fait chier. Mais c'est pas du tout péjoratif, au contraire, j'aime bien me faire chier, parce que ça t'oblige à te dépasser et à découvrir des horizons que t'aurais pas découverts sinon. Il a gardé 3 gouzis à la fin, alors que j'avais joué sur tout le titre. Mais c'est un choix, là il a fait producer : c'est lui qui décide, c'est sa chanson, il produit, c'est lui le patron. C'est normal. Moi je fais mes trucs, c'est moi le patron, c'est comme ça que ça marche".

- S'ensuit assez naturellement une participation aux enregistrements de Marie Audigier, la compagne de Murat à l'époque.

"Marie m'a branché pour faire un truc. J'étais content de le faire, Marie est quelqu'un d'extrêmement gentille et elle m'avait dit « J'veux plein, plein de guitares ». Elle était barrée sur ce groupe anglais, je me rappelle plus, sur lequel il y avait plein de guitares. Alors j'ai bossé plein, plein de guitares".


Les 4 pochettes


- Choix de production oblige, une petite partie seulement de ce travail est retenue. Ce qui n'empêche pas Pietri d'intervenir une nouvelle fois sur Vénus, le temps du « Matelot ». Dans le rôle, qui peut parfois s'avérer ingrat, d'instrumentiste au service de l'artiste
.

"Il m'a appelé à la fin. Là, j'étais allé à Douharesse, je me rappelle. J'étais barré à fond retour blues-rock et donc Denis lui en avait parlé, parce que Denis avait cette idée de moi où, sur la fin de certains trucs, je me barrais dans ce qu'on appelait un solo-fleuve, sans filet, où il se passait plein de trucs. Des fois, j'étais touché par la grâce, des fois pas. Ça arrive. Et il voyait un truc dans cet esprit. J'ai fait ce qui me passait par la tête. Maintenant, je sais pas, ça lui a peut-être pas convenu, parce qu'il m'a gardé quelques petits bouts de trucs à la fin".

- C'est à ce jour la dernière collaboration de Pietri avec Murat. Les années qui suivent sont faites d'un éloignement progressif, pour des raisons difficiles à déterminer. Quelques rencontres occasionnelles, près du Servières ou le temps d'une fondue partagée à Douharesse, des rendez-vous manqués, faute de temps, d'audace ou d'envie, des nouvelles qu'on se transmet, malgré tout, par l'intermédiaire des proches, Christophe Pie ou Sarah Julien, la compagne de Jérôme depuis près de 20 ans, ancienne guitariste de Subway avec qui JLM s'est produit quelquefois. La célébration de l'anniversaire de Passions privées lors de l'édition 2012 de Koloko aurait pu constituer une opportunité pour des retrouvailles.

"Je crois pas qu'il m'ait contacté. S'il l'a fait, c'est peut-être par personne interposée... Je pense pas qu'il m'ait appelé, non... Non, non... Non, je m'en serais souvenu a priori".


Pie et Pietri


- Et le concert annuel donné par Murat au profit de Clermauvargne étant habituellement programmé le samedi, jour où Pietri est souvent sur scène, il regrette de n'avoir jamais pu s'y rendre.  Cette distance avec « Jean-Louis », l'ami, ne l'empêche pas d'avoir un point de vue sur Murat, l'artiste. Sur l'auteur, d'abord, pour lequel Pietri éprouve le plus grand respect.

"Jean-Louis, pour moi, est un vrai poète (sans lui passer de pommade) ce que je ne serai jamais. D'ailleurs, il m'avait branché à un moment, il m'avait dit « Bosse les textes », je lui avais dit « Jean-Louis, arrête, déconne pas ». Je pense que je n'aurai aucun talent dans l'écriture, je peux travailler 150 ans – en supposant que j'arrive à vivre 150 ans – en travaillant tous les jours, je serai jamais bon, parce que ce qui m'intéresse, c'est d'avoir la magie, c'est qu'il y ait l'étincelle. Si je lis un texte de Murat, tu vois, je vais te le dire, « Le col de la Croix-Morand », hein, «comme un lichen gris / sur un flanc de rocher / comme un loup sous la voie lactée / je sens monter en moi / un sentiment profond / d'abandon », tu vois, je m'en souviens, ça fait 25 ans que j'ai pas lu. Quand on a bossé ensemble, il me l'avait fait écouter en premier, je lui avais dit « J'aime vachement, ça sonne assez blues finalement ton truc ». C'était à Pessade, je m'en souviens, qu'il me l'a fait écouter. Jean-Louis est un vrai poète, il a l'étincelle quand il écrit. Ses vers, je m'en souviens, sans musique, je les lis, ça me met les poils. Je lis ses vers, le début de « La Croix-Morand », ça me met les poils. Ça me les a mis il y a 25 ans ou 30 ans, ça me les met aujourd'hui".

- Ses louanges sont logiquement plus tempérées pour le musicien, Pietri ayant à ce niveau quelques compétences à faire valoir...

"Je pense que la différence de perception, c'est que je suis quand même beaucoup, beaucoup guitariste... Il a passé beaucoup plus de temps à écrire que moi et j'ai passé beaucoup plus de temps à travailler la guitare que lui. Pour moi, la musique passe avant le texte et pour lui, je pense que c'est le contraire quand même, ou alors il a changé peut-être".

- On lui parle du retour aux guitares de Murat à la fin des années 90, notamment sous l'influence de Marc Ribot, de la mise en avant par le chanteur de son travail de musicien, lui qui déclarait en 2006 « aimer de plus en plus jouer de la guitare », au point d'affirmer en souriant : « Maintenant, j'ai une vie de guitariste, cela me plaît beaucoup ». Pietri reconnaît qu'il n'a pas suivi en détail le parcours de son vieux camarade.

"Ça fait des années que j'écoute plus que du blues, du rock n' roll et du jazz, ce sont mes trois mamelles. Donc, en toute objectivité, je dois dire que j'ai pas suivi en détail ce qu'il a fait".

- Il n'en a pas moins un regard de professionnel sur les ambitions d'instrumentiste de JLM.

"Il a bien fait de s'accompagner à la guitare, y a des tas de blaireaux qui s'accompagnent à la guitare, il fait le truc largement aussi bien qu'eux, voire mieux. Il est suffisamment musicien pour s'accompagner, il faut quand même bien reconnaître, me semble-t-il, qu'il brille plus par ses talents de songwriter – compositeur aussi, pas seulement poète – que d'instrumentiste. Faut pas déconner, c'est quand même pas Derek Trucks..."

- Certes, et Murat n'a sans doute jamais eu la prétention de rivaliser avec celui que le magazine Rolling Stone classait en 2011 parmi les 20 meilleurs guitaristes de tous les temps, juste entre Neil Young (admiré par Murat) et Freddie King (à qui Pietri rendait hommage sur son premier album, avec le très revigorant « Apologies to Freddie »). Cette évaluation exigeante d'un musicien expérimenté s'achève d'ailleurs avec le sourire, puisque Pietri relève, pour s'en amuser, ce qui pourrait s'apparenter à un croisement.

"Le truc rigolo, c'est que lui, donc, il est devenu plus guitariste à un moment et moi, sur le dernier album, je suis plus songwriter que guitariste paradoxalement, même si je joue de la guitare".

 

(à suivre)

 

----------------------------------

Doit-on dès lors s'attendre à voir Murat crédité comme guitariste sur le prochain disque de Pietri ? Hypothèse évidemment fantaisiste, ce dernier étant suffisamment maître de son instrument pour ne pas avoir besoin de le confier à quelqu'un d'autre. Il n'est en revanche pas interdit de rêver à des retrouvailles entre les deux hommes, guitare en main. Concluons donc cette rencontre par un vœu, précédé d'un souvenir.
« L'ange déchu », on l'aura compris, se termine par quelques accords de slide guitar joués par Pietri, qui ajoute ainsi à ce morceau une couleur blues peu présente à l'époque dans la musique de Murat. Sur le même album, Cheyenne autumn, on peut entendre, en ouverture et en clôture de la plage 11, les pleurs d'un bébé. Le livret nous apprend que ce nourrisson se nomme Yann C. Nous sommes alors à la fin des années 80.
Transportons-nous à présent fin 2013, lors de la soirée de célébration des 50 ans du rock à Clermont. À son arrivée sur la scène de la Coopérative de Mai, Pietri remercie les organisateurs et confie : « Je suis ravi de jouer avec le fils de mon pote Denis, ça me fait drôle. » Il est en effet accompagné ce soir-là, comme tous les participants, par The Elderberries et leur batteur, Yann Clavaizolle. Autrement dit : Yann C. À un quart de siècle de distance, voici donc le vieux bluesman Pietri et le désormais jeune adulte, Yann C., réunis une deuxième fois. Lorsqu'on mentionne ce détail à Pietri, il en rit : « Elle est très bonne. »
Puisque le temps, dans sa souplesse, s'autorise ce genre d'acrobaties, demandons-lui une faveur : qu'il offre un de ces quatre (lors d'un prochain Koloko par exemple, cette soirée se prêtant à toutes les audaces) à Pietri et Murat l'occasion de se retrouver ensemble sur une scène, guitare à la main, ne serait-ce que l'espace d'un titre. Et pourquoi ne pas imaginer derrière eux, pour les booster, le jeune Yann C ? Quant au répertoire, il ne devrait pas être trop difficile à déterminer, puisque les deux hommes ont un certain nombre de goûts musicaux en commun. Le blues, bien sûr, qu'il s'agisse du plus ancien, celui du Delta, pratiqué par John Lee Hooker notamment, ou du blues blanc façon Tony Joe White, mais aussi le blues-rock à la manière d'un groupe comme ZZ Top – le « péché mignon » de Murat – qu'ils ont tous les deux repris chacun de leur côté. ZZ Top, qui avait signé au début des seventies la chanson « Beer Drinkers & Hell Raisers », titre qui, certaines années, résumerait assez bien l'état d'esprit des participants à Koloko, qu'ils se trouvent dans la salle ou sur scène. À bon entendeur... Santé !

M.

 

La suite : partie 3 à lire là

------------------------------ 

Merci à M. pour ce gros travail (retranscription, mise en ordre...et la qualité du questionnement), et bien entendu à M. Pietri de nous avoir accordé un peu de temps. Je remercie encore les auteurs des photos ayant été utilisés dans la partie 1 de cette interview.  On se quitte en écoutant un peu de sa guitare sur Passions Privées, avant que vous alliez faire un tour sur  le site officiel de Jérôme Pietri.     Nouvel album: Gone fishin'

 

 une vidéo de la commentatrice Rhiannon:

 

ma vidéo:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #inter-ViOUS et MURAT

Publié le 13 Juin 2014

jean-louis murat dessin

Entre deux interviews exclusives, je vous glisse les quelques brèves des deux ou trois semaines précédentes.

 

-  Une bricole:  Laurent Ruquier remercie France Inter...

  "Je dois à France Inter le fait d’avoir découvert Miossec ou Jean-Louis Murat...  En revanche, à Inter, j’ai dû parfois cacher le fait qu’on pouvait aussi aimer Stone et Charden" 

http://teleobs.nouvelobs.com/revue-de-presse/20140612.OBS0330/laurent-ruquier-marine-le-pen-a-25-c-est-presque-logique.html

entrevue94

-  Une anecdote: François floret le directeur de "la Route du Rock" se souvient d'un spectateur lambda dans une interview:

  « En 1998 toujours, le lendemain de Portishead, nous avions PJ Harvey. Je me souviens d’avoir croisé Jean-Louis Murat, assis dans l’herbe, attendant tranquillement le concert. Il avait acheté son billet, j’ai encore la photocopie de son chèque [rires] ! Il a d’ailleurs écrit ensuite une chanson sur ce concert [Polly Jean, en 2000, NDLR]. PJ Harvey, on souhaiterait l’avoir tous les ans. C’est clairement quelqu’un qui pourrait revenir très vite. Mais c’est une artiste que j’ai un peu de mal à comprendre, en tout cas son entourage. En 2011, nous étions à deux doigts de la programmer. Mais son management nous a expliqué qu’elle ne voulait pas faire de grande scène : elle voulait bien jouer, mais au palais du Grand Large. Ce n’était évidemment pas possible, vu le cachet demandé. Et cette année-là, elle a fini par jouer aux Vieilles Charrues : difficile à comprendre. Mais malgré tout, elle, c’est quand elle veut. »

http://www.popisonfire.fr/route-du-rock-interview-de-francois-floret-directeur-du-festival-18274

 

- Une séquence:  Le Mouv était à Clermont l'autre jour. Et Alexandre des THE DELANO ORCHESTRA était invité (2e heure).  

http://www.lemouv.fr/article-le-mouv-en-direct-de-clermont-ferrand      

Il a dit quelques mots sur leur actualité commune avec Murat:

Jean-Louis Murat "avant tout un artiste, une âme, on a énormement de respect pour lui"

Interrogé sur son caractère : "très généreux et attentionné, et on comprend plutôt ses coups de gueule".

Et il finit en évoquant qu'il y aura peut-être d'autres projets...

 

En tout cas, cela semble confirmer: Pour entendre Murat et The Delano Orchestra, c'est cet été (les dates)!  A l'automne, la tournée devrait être plus "classique" (cf tweet de "concertandco" qui demande confirmation. )

DELANO l-affiche

 

 - la cover:

 

Plus d'infos sur Matthieu MALON  et sur son site officiel:  http://www.matthieumalon.fr/

Son nouvel album est sorti chez MONOPSONE, comme le remarquable album d'ERIK ARNAUD l'armure. (inter-vious et murat N°7).

 

 

- Et pour finir, une nouvelle vidéo d'Henry Spencer...sur Cartier-Bresson.  On ne sait toujours pas ce qu'est devenue la voix féminine de cette chanson.

 

 

Ma concurrente et néanmoins amie (rédactrice du nouveau blog: sur-les-traces-de-jean-louis-murat) avait déjà déjà proposée sa version:

 

 

 

 

C'est tout pour ce soir. Prochaine livraison très prochainement :  "au coeur de Passions privées". un, deux, trois, Salivez!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Publié le 11 Juin 2014

 

Alors qu'on parlait avec Magali Brénon  (intervious et Murat n°15) d'un pays sauvage, j'avais envie de vous parler du mien... alors que je découvrais de nouveaux coins à quelques kilomètres à l'aide de mon vieux VTT, au bruit des grenouilles sautant dans les flaques du chemin, et de la famille perdrix qui décolle presque sous la roue, du cormoran qui refuse de poser pour moi, et autres hérons.    Alone dans les lônes... multiples, les marais et les iles. Un enfer vert, ou un paradis irradiant. aux frontières de 3 départements (Ain, en face, Savoie, et Isère).... et j'ai de nouveau pioché quelques vers signés BERGHEAUD. 

 

*lônes:  bras d'un fleuve qui reste en retrait du lit principal

  ----------------------------------

Les eaux de l’Amour

 

Fleuve puissant

 

Aux premiers beaux jours

 

M’envahissent le sang

 

 

 

DSC00517

  pluie d'automne sur les hommes comme Rhône à la Saône tu te mêles à moi  

 

DSC00518

 

Dans les eaux de la vie

 

Où le héron vient de plonger

 

Règne l’âme éblouie

 

 

DSC00765

DSC00527

  je t'ouvre les bras le souffle de ta bouche laisse de la rosée sur mes lèvres. 

DSC00556

 

DSC00530

  Par les chemins, les rivières. Où le bonheur attend. Oh, nous attend. N'écoute plus dans le vent. La folle plainte des amants. 

DSC00533

 

DSC00539

 Au rythme des pas avancer la barque des amants. Ring ring ring v'là le bleu, le calme est troublant. Le long fleuve Amour m'encercle ce jour où je descends. 

DSC00573

  A quoi bon le désir, à quoi bon la peau. Si la barque chavire aussitôt 

DSC00578

 

DSC00583

     Une ligne infinie de rêves

DSC00586

  Passé le pont Mirabeau

 

Au hasard des atomes

 

Vers quelle région éloignée

 

Se rend-on

 

DSC00703

  Viens y poser tes lèvres. Dans ce duvet de cygne. 

DSC00716

 

DSC00723

  L'eau de ma rivière. N'aura pas eu le temps. Pas eu le temps. D'atteindre ton cœur. 

DSC00729

  (confluence du guiers au Rhône) 

DSC00733 Même truite? 

 

DSC00742

  Toujours vous entraînera le goéland. Le cœur en peine, vers ... Ouessant. 

DSC00748

 

DSC00754

 

DSC00761

 

DSC00762

Herbe têtue  !!

 

DSC00796.JPG

 

DSC00801.JPG

 

au revoir...

DSC00800.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Publié le 9 Juin 2014

    © Jacques Fournel JFO9417© Jacques Fournel

 

Je vous ai parlé dans un article précédent du livre « Jamais par une telle nuit » de Magali BRENON où l’œuvre et le pays de Jean-Louis Murat tiennent une place importante : on y retrouve ses mots, son territoire (Godivelle, Roches, Guery...) et ses paysages, l'évocation de sa voix...  

Comme à chaque fois qu’un « muratien » fait son outing, une Inter-ViOUS ET MURAT-s'imposait  (même si  j’étais dans mes petits souliers de satin à devoir me frotter à de la littérature… sans parler de mes échecs auprès d’Arnaud Cathrine et d’Olivier Adam). La réponse a été rapide de la part de Magali qui s’est avérée une lectrice de ce blog… et qui de toute évidence  avait envie d’évoquer plus en détail sa passion pour Murat et « son pays sauvage »,  voire même de faire passer un message.  Ce rôle d’intermédiaire, j’aime à penser qu’il n’a parfois pas été vain, et je suis très fier de partager avec vous  cette inter-ViOUS ET MURAT- empreint du style et des sensations de cette auteur.

« Jamais par une telle nuit » est le deuxième livre (après « j’attends Medhi », mars 2009) de Magali BRENON, paru aux éditions « LE MOT ET LE  RESTE ». 

L'interview est illustrée de photographies originales de ©Magali Brénon prises en Auvergne.

  couv def jamaisparunetellenuit

Bonjour Magali

On a partagé les mêmes bancs de concert... mais on ne se connait pas... Vous êtes née à Lyon. C’est un des rares éléments biographiques dont je dispose (une volonté de votre part ?). Puisqu’il s’agit d’une de mes identités également, cela m’intéresse de savoir quel est votre parcours lyonnais.

 

M. BRENON : Il n’y a rien de particulier dans mon histoire qui justifie de figurer dans la bio d’une 4e de couverture. Je suis née à Lyon, en effet, et j’y suis restée jusqu’à l’âge de 19 ans. Je m’y suis beaucoup, beaucoup amusée, mais lorsque j’en suis partie le monde s’est ouvert. Lyon, je l’ai aimée la nuit en voiture pour ses roches illuminées, ses reliefs, sa végétation dense et ses fleuves, ses péniches et ses quais mal famés. Circuler dans Lyon la nuit à 18 ans, en douce, ç’a été pour moi une immense sensation de liberté, une fugue à laquelle j’ai pris goût. Il y a dans cette ville quelque chose d’insidieusement lourd, une morale indécrottable qui m’a toujours pesé et qui me donne une irrépressible envie de fuir. Lyon, c’est une ville que je connais sans plus la connaître, et pour laquelle je n’ai plus aucune curiosité. C’est le nid dont il fallait tomber, et avec lequel il faut garder ses distances. Pourtant c’est ancré en moi, comme la campagne environnante, où je me suis profondément ennuyée petite, où j’ai intensément éprouvé ma solitude, mais qui a inscrit dans mon corps une trace profonde. Ces bois, ces ruisseaux, cette végétation et ces bruits que j’ai découverts en Auvergne lorsque j’ai commencé à écrire Jamais par une telle nuit m’étaient étrangement familiers, j’ai mis du temps à comprendre pourquoi. Ça ressemblait, ça faisait écho à quelque chose de très lointain et de très enfoui, et dont la sensualité fondamentale n’a pu s’exprimer que parce qu’elle m’est apparue ailleurs, en plus grand, en plus beau, de façon différente et pourtant proche. Et, surtout, parce que ces lieux-là, ces volcans, ces collines et vallées, je les avais choisis.

 

 

- Est-ce qu’à l’époque vous découvriez Murat ? (Sans parler du roman pour l’instant, comment avez-vous découvert Murat, et comment avez-vous continué à le suivre : achats/écoute des albums, concerts régulièrement ?)

 

M. BRENON :     Non, j’ai découvert Jean-Louis Murat plus tard, quand j’ai quitté Lyon pour Montpellier. Là, j’ai rencontré un nommé Nicolas qui m’a fait écouter Dolores, sans plus. Quelque temps plus tard, chez un autre Nicolas, celui avec lequel je vis et travaille toujours, j’entends à la radio que la première personne qui appelle pour donner le nom du précédent album de Murat gagnera Mustango. Je savais que c’était Dolores, mais je n’osais pas appeler. C’est donc le second Nicolas qui a téléphoné pour moi, et c’est ainsi qu’en 1999 j’ai gagné Mustango et que je suis devenue monomaniaque, à écouter ça tous les jours en boucle, avec Fantaisie militaire de Bashung et Dummy de Portishead. Ensuite, voilà, j’ai acheté tous les albums que sortait Murat. J’avoue, je les ai tous aimés de façon inconditionnelle. Tous, sauf A bird on a poire et Parfum d’acacia au jardin, qui m’ont d’abord semblé pour l’un trop colonisé par Jennifer Charles, et, pour l’autre, trop colonisé par les images du DVD joint pour que je parvienne à me concentrer sur les textes. Chez Murat, ce sont les textes qui me retiennent, le pouvoir érotique et introspectif des paroles, la musicalité des phrases et, bien sûr, les variations et modulations de la voix, ce qu’elle dit en sons de bouche et de gorge, en chuchotis ou en murmures, dans ses résonances au-delà des mots, dans tout ce qui dévie le sens ou le renforce. Il faut dire aussi que j’ai un rapport particulier à ma propre voix, qui ne sort pas facilement, qui se terre, me résiste, tremble et me réduit parfois au silence, et qu’en conséquence la liberté que peuvent prendre certaines personnes avec la leur m’interroge toujours. Moi, la voix, c’est surtout une voix écrite, relativement silencieuse, même si j’écris à l’oreille et que je me lis à voix haute, tout le temps. C’est drôle, parce que ma découverte de Murat a succédé à celle de Duras. Les deux se sont superposés, tant par la force de leur langue et de leur voix que par l’exploration du désir. Chez Duras, me fascinait tout ce qui se disait des champs illimités et déferlants d’un corps féminin désirant ; chez Murat, me questionnait la façon dont un homme peut désirer le corps d’une femme au point de tout érotiser autour, avec ce truc, n’ayons pas peur des mots, éminemment viril. Et puis, tous les deux, on peut le dire, n’ont jamais lésiné à donner de leur personne pour écrire, à se risquer à formuler au plus près ce qui les traversait. Ils ont mouillé leur chemise. Il y a des phrases de Duras que je n’oublierai jamais. Chez Murat, chaque fois qu’un nouvel album arrive, quelque chose de neuf se grave en moi et vient s’ajouter à ce qui était déjà là ; ça résonne en continu. C’est à Paris que je l’ai vu pour la première fois en concert, pour Taormina me semble-t-il, et c’est là que je me suis mise à acheter tous les albums qui avaient précédé Mustango, les versions live, les disques promotionnels, à chercher les inédits mais aussi et surtout c’est là que j’ai rencontré ses livres. Or mon admiration absolue va à 1451, pour sa version audio d’une extraordinaire poésie et que je crois n’avoir jamais écoutée qu’au casque pour ne rien en perde. C’est un texte existentiel dense et risqué, puissamment érotique. Et puis bien sûr il y a la version vidéo, où l’on retrouve tout l’humour et toute la fantaisie du personnage, que j’adore. Cette façon d’être à la fois engagé corps et âme dans une pratique, acharné au travail sans doute, ridicule et grande gueule ; de savoir rire de soi aussi bien qu’envoyer balader les autres de manière irrésistiblement drôle ; de ne pas se prendre pour n’importe qui et de l’assumer. J’adore ses sorties médiatiques, ce sont toujours pour moi de grands moments d’euphorie. Voilà, je suis une inconditionnelle, c’est clair ? Rien d’étonnant que par la suite je me sois mise à faire 500 km pour aller le voir au Palais idéal du facteur Cheval à Hauterives ou à la Coopérative-de-Mai à Clermont, ni que pour écrire Jamais par une telle nuit je sois allée tourner autour de chez lui, en cercles concentriques plus ou moins larges – sans jamais oser aller frapper à sa porte.

 © Magali Brénon IMG 0661

 

- Sur votre statut d’« inconditionnelle », quelles sont vos relations avec le mot « fan » ? éventuellement avec le mot « muratien »  (qualificatif que je mets à toutes les sauces ... Je me rappelle que l'écrivain résidant à Lyon Laurent Cachard -qui chronique chaque concert de Murat auquel il assiste-  avait refusé lui que je lui accole ces deux termes).  

 

M. BRENON :      Le mot « fan » ne me pose aucun problème, je dis moi-même que je suis une fan absolue de Jean-Louis Murat. Avec ce que je viens de dire et ce qui va suivre, on pourrait difficilement prétendre le contraire. Et puis, ça va, j’aurais pu tourner plus mal. Vous qualifieriez mon livre de « muratien » ? Pourquoi pas. Si dans Murat + ien le suffixe exprime l’idée d’origine, alors Jamais par une telle nuit est indéniablement muratien : c’est de Murat que tout est parti, d’où le titre, emprunté à une phrase de Jim, elle-même empruntée à Keats. Au départ, mon éditeur m’avait commandé un texte de fiction sur JLM. Mais plus j’empruntais du vocabulaire à Murat, plus j’allais tourner autour de chez lui pour établir une cartographie de ses chansons, plus le projet virait de bord. Il a été clair très vite que je n’écrirais pas sur Murat, mais sur un corps dans ses paysages. Qu’à ma façon je mettrais mes pas dans les siens, et ses mots dans les miens. À l’origine, ce livre est donc muratien. D’autant plus muratien qu’il n’est pas inconcevable qu’au début du livre Murat figure pour le personnage féminin une sorte d’amant imaginaire et idéal (les femmes comprendront). À l’arrivée, Jamais par une telle nuit est d’autant moins muratien que le personnage a perdu sa langue en cours de route. Oui, la femme du livre perd sa langue, et avec elle toutes les paroles qu’elle avait empruntées, à Murat notamment. Elle a rencontré un homme et s’en est éprise (les femmes comprendront), et lorsque disparaît cet homme qu’elle aime, elle perd les mots sur lesquels elle s’était construite, ces mots qui habillaient son corps. Cette femme, elle ne peut plus se définir ; elle ne peut plus dire je suis. Privée de sa langue et des mots qu’elle s’était choisis pour se qualifier, elle n’est plus ni la reine des ronces, ni une fille sans crainte, ni une femme ni une fille des rues. Et même Jean-Louis Murat ne peut plus rien pour elle. Pourtant, il lui reste une chose : son corps. Son corps qui est vivant, et qui traverse la perte de l’énigmatique Marcello en essayant de s’inventer une langue nouvelle pour dire tout à la fois l’impossible violence de la perte, et l’impossible violence du désir qui s’en fout et qui s’obstine en ennemi récalcitrant à lui rappeler combien elle a désiré et désire encore cet homme qui s’est volatilisé. Cette femme, plus elle avance – et on peut conclure sur une autre idée qu’exprime le suffixe -ien dans « muratien » : l’appartenance –, cette femme, plus elle avance, donc, et plus il est certain qu’elle n’appartient qu’à une chose : le monde sauvage. Le monde sauvage, il grouille du désir qui persiste et du sens qui s’évide ; c’est le lieu même de l’écriture. C’est ce truc impossible dont il vaut mieux, à mon avis, essayer de faire quelque chose, et dont Murat parle si bien dans Chanter est ma façon d’errer. Alors voilà, il faut dire à Jean-Louis Murat que j’aimerais beaucoup lui appartenir, mais que, sauf contre-information de sa part (auquel cas j’accepte de revoir ma position – les femmes comprendront), comme tout artiste qui se respecte (il comprendra), plus qu’à lui à la manière d’un suffixe, j’appartiens au monde sauvage.

 

 

-Votre éditeur connaissait votre « passion » ?

 

M. BRENON :    Non, pas du tout. Et d’ailleurs à l’époque c’était encore une passion très intériorisée. Quand je suis allée à Marseille signer mon contrat pour mon premier livre, J’attends Mehdi (2009), mon éditeur m’a proposé d’écrire pour sa collection « Solo » un texte de fiction sur un chanteur, un groupe ou un disque qui m’avaient marquée. J’ai tout de suite pensé à Jean-Louis Murat, même si je ne voyais pas du tout comment je pourrais écrire sur cette obsession bien nommée qui était pour moi une personne tout à fait inconnue. Quoi qu’il en soit, mon éditeur me proposait une direction dans laquelle partir et ça me convenait : je lui laissais un texte que j’avais passé quatre ans à écrire mais je repartais avec une idée. Dans les jours qui ont suivi, alors que j’étais en vacances en Ardèche, j’ai décidé d’aller pour la première fois en Auvergne. Ruoms > Rochefort-Montagne. Arrivée à Rochefort-Montagne, le mec chez qui j’avais réservé une chambre me demande ce que je fais là, toute seule. Je lui explique mon projet et il me dit vous devriez le rencontrer. Moi, quand je vivais aux Marquises, Brel était tout près et je n’ai jamais osé aller le voir, je le regrette encore. Ensuite c’est parti tout seul, il m’a parlé très longtemps, de toute sa vie, et je vois encore ses larmes quand il m’a raconté qu’il avait découvert la grotte Chauvet avec Chauvet et Hillaire, mais qu’ensuite ils avaient continué sans lui. Je ne sais pas si c’est vrai mais cette histoire me plaisait. Vous imaginez ? Découvrir la grotte Chauvet ? Pleurer, il y aurait de quoi. Je ne le connaissais pas, je venais juste d’arriver avec mon sac et il pleurait. J’avais dit Jean-Louis Murat et on se retrouvait dans la grotte Chauvet. Il m’a invitée à manger avec sa fille et d’autres personnes qu’il hébergeait, la nuit est tombée et nous sommes tous partis nous baigner dans la source chaude au pied de la taillerie. Cette eau à quarante-deux degrés dans un bloc de béton en pleine nuit c’est encore un événement auquel je ne m’attendais pas. Sur le chemin du retour il m’a dit je vais te montrer la maison de Jean-Louis Murat. Je n’ai même pas eu à demander. Il était tard et il faisait nuit noire en rase campagne, j’étais crevée par mon voyage et ramollie par l’eau de la source, mais il fallait que je me concentre pour localiser dans le paysage inconnu cette maison énigmatique et emblématique qui venait à moi sans que j’aie vraiment eu à le réclamer : il fallait que je puisse y revenir seule par la suite, de jour comme de nuit. J’ai réussi.

 

© Magali Brénon IMG 0701

 

 

- Cela me fait repenser à ce que nous racontait Jeanne Cherhal, partie elle aussi en exploration de Douharesse... Vous ne l’avez jamais rencontré ? J’imagine que le livre lui a été transmis...

 

M. BRENON :    Oui, j’avais lu cette interview et ça m’avait interpellée. Le lendemain de la source, c’est la première chose que j’ai faite : essayer de retrouver sa maison. Sur une carte j’ai repéré le lac du Guéry, et pas loin Douharesse. En voiture, je suis allée jusque devant chez lui. Il y avait une femme dans son jardin, une brune aux cheveux ondulés avec des bottes en caoutchouc, qui avançait vers le portail, donc dans ma direction. Je me suis sentie assez mal, je dois dire, comme la seule fois où je me suis mise tout devant à un concert, et où je pouvais le regarder droit dans les yeux. C’était trop près. D’ailleurs il avait les yeux fermés. La femme de son jardin, on aurait dit celle du clip Au-dedans de toi. Je ne me suis pas arrêtée, j’ai continué et je suis ressortie par l’autre côté du hameau. Qu’est-ce que je cherchais à voir ? Ça ne me regardait pas, sa vie. Je préfère me tenir à distance. Être là, mais à distance, semer des petits trucs par-ci, par-là, un signe de mon passage, une pensée, un rendez-vous à un concert où je serai dans la foule et où il ne me verra pas. Ce sont des points de fiction et de fantasme qui me suffisent. Et puis j’adore faire parler les gens entre Rochefort-Montagne et Orcival, voir l’air suspicieux de la postière à mon égard et apprendre que Jean-Louis Murat c’est souvent sa femme qui vient relever sa boîte postale. Les gens parlent volontiers et j’aime beaucoup les entendre. Il est marié vous savez ? On le voit souvent à la chocolaterie. Il jette des pierres aux vieilles personnes. Moi j’ai fait le château en Lego dans Fort Alamo. Il a changé mais sa femme est bien. Moi de toute façon je préfère Renaud. Oui, oui, ses origines paysannes, d’accord, mais il n’est pas plus paysan que moi. En revanche il est très gentil. Il a une belle voiture. Et puis son fils, et puis sa fille… Et puis ceux chez qui son fils et sa fille sont venus dormir, ceux qui se souviennent du passage de cette chanteuse dont ils ont oublié le nom mais qui était peut-être Mylène Farmer, oui, celle avec les cheveux rouges. Ceux qui trouvent que c’est quelqu’un de bien ou qui me conseillent d’aller faire mes courses chez Shopi parce qu’on l’y voit souvent. Ces anecdotes à la Ginette Ramade ou ces légendes à la Henri Pourrat m’enchantent ; je ne vois pas ce que j’irais faire chez lui. J’ai des photos de sa maison par toutes les saisons, de toutes les couleurs, prises depuis le point de vue de la Tuilière et la Sanadoire. Volets ouverts ; volets fermés. Voiture devant le portail ; pas de voiture. Travaux et bâche verte. Véranda ouverte. Ce n’est pas parce que les volets sont ouverts ou qu’une voiture est garée devant chez lui qu’il est là. Je n’en sais rien et ça me va très bien. Une fois, j’avoue, par une nuit de pleine lune, je suis vraiment allée devant chez lui. J’avais garé ma voiture au bord de la route et cent mètres à droite, etc., j’ai marché sur le chemin dans le bruit des chevaux, des chiens et des vaches, de la campagne qui ne dort jamais tout à fait, comme dans ses chansons. Je me suis assise au pied du réverbère et j’ai regardé le mai de sa femme qui venait d’être élue à Orcival. J’ai fumé des cigarettes et je suis repartie. En 2009, je lui avais envoyé mon premier livre parce que je lui avais déjà emprunté cette phrase, qu’il avait lui-même empruntée pour la faire chanter par une femme d’ailleurs : Never on such a night have lovers met. Je n’ai jamais eu de réponse mais quand j’écoute certaines de ses chansons je me plais à croire qu’il l’a lu. Bien sûr je lui ai aussi envoyé Jamais par une telle nuit, et bien sûr j’espère pouvoir me dire la même chose quand j’écouterai ses prochains albums. Jusque-là, le rencontrer n’était pas fondamental. Mais aujourd’hui j’ai quelque chose à lui proposer. Alors, peut-être, oui.

 

Never on such a night-piscine secrète © Magali Brénon et

                                                                         Never on such a night-piscine secrète © Magali Brénon et Nicolas Tourre

 

 

- Ah, tiens, cette proposition, j’imagine que vous ne nous en direz rien ? Mais je suis obligé de creuser !! Est-ce en rapport avec votre métier d’éditrice, notamment vu ce que vous nous disiez de 1451 ? Même si Murat a dit qu’il n’avait pas assez de suite dans les idées pour passer au « livre », et que vous avez souligné toute la dimension de sa voix, pensez-vous que Murat devrait franchir le pas ?

 

M. BRENON :     Effectivement, je ne vous en dirai rien. Mais en ce qui le concerne, il a déjà franchi le pas du livre à plusieurs reprises, sans abandonner la dimension vocale, et de façon tout à fait cohérente par rapport à sa pratique. Je ne vois pas en quoi Murat n’aurait pas assez de suite dans les idées ; sa carrière de chanteur prouve le contraire. En matière de chanson française, il se pose en tant que résistant. À quoi pense-t-il quand il dit « livre » ? À quelque chose qui serait au-dessus de la chanson ? Pour faire un livre, un vrai livre, il faut du désir, de l’acharnement et de l’intégrité ; je crois qu’il ne lui manque rien. Dans l’édition française c’est la même chose : par endroits – pas partout –, ça sent le renfermé et ça aurait bien besoin de résistance. Face à l’effondrement du marché du livre, peut-être est-il temps que ça décoiffe un peu ? Le consensus, les banques et le marketing finiront par précipiter ce petit monde vers sa perte. C’est le moment d’avoir de l’audace et de faire entendre des voix qui s’adressent aussi à tous ceux qui, croit-on, ne lisent pas. D’ouvrir les fenêtres en grand pour faire entrer du muscle et de l’estomac. Les maisons d’édition sont remplies de gens formidables qui exercent leur métier avec passion et expertise. Ces personnes, qu’elles se mettent au service d’un grand dépoussiérage, et elles éviteront peut-être le naufrage. Personnellement, j’ai confiance. À ma connaissance, quelles que soient les périodes, les vrais artistes n’ont jamais disparu de la surface de la Terre. Ils ont toujours su trouver les moyens de faire entendre leur voix, de contourner le système ou de l’utiliser pour mieux résister. C’est le devoir des éditeurs que de les aider à se faire entendre ; ou alors les artistes se passeront d’eux.

 

 

- Pour en revenir au livre, j’ai été un peu étonné que le nom de Murat ne soit pas cité, ni en avant-propos, ni en dédicace... La question ne s’est pas posée ?

 

M. BRENON :     Absolument pas. Parce que ce n’est pas un livre sur Murat, et parce que je ne lui dois pas tout. En revanche des titres de ses chansons et des paroles sont cités dans le livre, lorsque dans sa chute mon personnage tente de se raccrocher à quelque chose qu’il connaît. Ils sont cités au même titre que les noms de lieux, de fleurs, de cascades, toutes choses qui ont participé à la mise en marche du corps de cette femme et se sont tus avec la disparition de l’homme qu’elle croyait aimer. Tout de même, les allusions à Murat sont très explicites, et j’aurais pu aussi mettre en exergue Fellini, Keats, Shakespeare ou Duras. Les murmures que cette femme entend, le vocabulaire qui la propulse vers cet homme résonnent dans son corps exactement comme des paroles de chansons, en boucle. Comme une voix intérieure ils viennent exprimer sans relâche quelque chose qu’elle ignore mais qui agit son corps et mobilise son désir. Mais non, Murat n’est pas mis en exergue, parce que ce livre n’a à voir avec lui que l’effet de ses paroles et de sa voix dans mon corps à moi. Ses paroles en tant que sonorités. Ce livre, il parle du soulèvement du désir dans un corps de femme et de l’émergence d’une voix qui serait plutôt la mienne. Or la phrase qui m’a semblé le plus juste et le plus synthétique pour dire ça était de Yannick Haenel. Et puisque Le Sens du calme, Cercle et À mon seul désir ont aussi été dans ma vie des découvertes importantes, j’ai choisi une phrase de Haenel.

 

© Magali Brénon IMG 5924

 

- Murat, ses mots, son pays, sont très présents dans la première partie puis à la fin du livre, mais moins dans la narration de l’histoire d’amour. Y a-t-il néanmoins du « Murat » dans le personnage dont la narratrice tombe amoureuse, personnage dont on saura assez peu finalement ?

 

M. BRENON :    Comme je l’ai dit, tout est parti de Murat : je lui ai emprunté du vocabulaire, je suis allée sur les lieux et dans les paysages qu’il nomme ou décrit dans ses chansons. Peu à peu, cela a constitué une sorte de géographie, comme le dit Mohammed Aïssaoui dans son article du Figaro littéraire. Dans cette géographie, un personnage s’est dessiné, un personnage en marche avec son corps désirant, et le paysage est devenu le lieu de ses projections mentales. Toute la première partie, celle du soulèvement du désir dans le corps de cette femme qui marche nue dans le paysage sans savoir vers quoi elle avance ni ce qu’elle cherche est en lien étroit avec Murat et porte la trace de mon écoute forcenée de ses chansons. Mais dès qu’elle comprend que ce désir, qui résonne et chante sans pouvoir se dire, peut s’exprimer par son corps même et non plus seulement par des rêveries fantasmées qu’elle prête à la voix d’amants imaginaires, dès qu’elle aperçoit cet homme qui lui plaît, ce Marcello, alors les murmures muratiens se taisent pour la laisser rejoindre avec son corps cet homme qui vient incarner, croit-elle, l’amant idéal. Là, on change de registre. Car cet homme réel a moins à voir pour elle avec Murat qu’avec l’une des plus belles scènes du cinéma : celle de la fontaine de Trevi dans La Dolce Vita. Très vite les paroles érotiques entendues mais informulées laissent la place au fantasme du latin lover et à toutes les images qu’il véhicule. La langue change et devient plus saccadée, moins évidente. La langue se cherche au même titre que se cherche cette femme soudain confrontée à un inconnu. Cet homme, il n’a rien de muratien. Il vient d’Uruguay, pays qu’elle ne connaît pas mais qu’elle imagine en projetant sur son corps à lui ces images de lagunes et de langues de sable dont il est question dans les guides touristiques. Murat reste à la porte et elle ne s’en plaint pas parce qu’elle est occupée à vivre et à découvrir son corps en regard du corps de cet homme. Murat reste à la porte parce qu’elle quitte le domaine des rêveries poétiques pour se livrer à un amant. Résultat : quand Marcello la laisse tomber, ce vocabulaire muratien et ces mots sur lesquels elle s’était construite ne la définissent plus et elle ne sait plus qui elle est. Sans mots pour la vêtir il ne lui reste plus qu’un corps à nu sans rien pour se dire. Aussi dans sa chute tente-t-elle de se raccrocher à des choses qu’elle connaît, à cette langue qui semblait opérer pour la définir. Elle rappelle à elle les paroles et murmures muratiens qui disaient son être désirant, mais ni Murat ni les paysages d’Auvergne ne peuvent plus rien pour elle. Au lieu de projections sensuelles, la carte sur laquelle elle se déplace alors devient le lieu d’une errance obsédée par le souvenir de cet homme dont l’image revient sans cesse. Des lieux où elle tente de faire passer le temps en marchant et en nageant comme une brute pour apaiser son corps en l’épuisant. Pourtant, à force de cartographier ses mouvements désordonnés, à force de renoncer aux murmures empruntés et aux images des films qu’elle se fait, elle parviendra à redonner à son corps des contours neufs et à faire émerger sa voix à elle, cette voix issue des tréfonds de son histoire et qui pourra moduler au plus près ce qu’elle vient de traverser. C’est un livre plein d’espoir, finalement : ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort. Du désir et de la douleur d’exister on peut faire quelque chose, il suffit de chercher et d’expérimenter, avec acharnement. On le vérifie chaque jour dans les pratiques artistiques.

 

 

- Sur les pratiques artistiques (on appréciera les photos qui illustrent cette interview), vous travaillez aussi avec votre compagnon Nicolas Tourre, artiste plasticien. Vous étiez même en résidence à Clermont il y a peu. Pouvez-vous nous parler de ce travail ? Est-ce qu’il nourrit votre travail littéraire ?

 

M. BRENON :      Les photos que je prends in situ sont pour moi des photos documentaires. Je ne leur confère pas de valeur artistique en tant que telles. En revanche, il arrive que nous les utilisions avec Nicolas pour en faire des pièces plastiques : nous voyons ensemble comment les traiter, les accrocher, les mêler à autre chose. Il a l’œil ; j’ai la voix. Chacun son moteur et son objet. Mon objet à moi, c’est la voix. Elle m’a d’ailleurs sauvé la vie il y a quelques jours, lors d’une agression. Mes photos, comme mes vidéos, je veux juste qu’elles se focalisent sur ce que je vois et que je dirai plus tard avec des mots. Mon souci, c’est qu’elles soient au plus près de mon écriture. Nicolas, lui, pratique une peinture qui flirte avec la dissolution de ses propres modalités et travaille à la mise en crise de l’image. C’est une peinture qui n’hésite pas à emprunter au volume, au dessin, à la photo ou à la vidéo. Nous avons donc chacun notre pratique, et cette collaboration épisodique est née en 2008 de la nécessité, à un moment où nous étions séparés géographiquement, que circule dans l’écart entre deux lieux et deux personnes quelque chose de la pratique de l’un dans la pratique de l’autre. Le Privilège ambigu de frémir, le projet que nous menons sur 2014 et 2015 à Clermont dans le cadre d’Artistes en résidence, découle de Jamais par une telle nuit. Nous avons proposé à Martial Deflacieux d’interroger les lieux présents dans le livre via ce que serait aujourd’hui le genre historique de la peinture de paysage. Dans notre recherche, nous avons croisé par hasard à Venise la collection de pierres de Roger Caillois. Lorsque, logiquement, j’ai lu L’Écriture des pierres du même Caillois, j’ai été fascinée par la façon dont il se livrait à des projections mentales parfois d’une extrême sensualité sur les images que ces pierres véhiculaient pour lui. Tandis que Nicolas commençait à dessiner des pierres comme autant de morceaux de paysages, j’écrivais des textes à partir des mots constituant une longue phrase empruntée à Caillois. J’avais cherché la définition de chacun des mots dans le Trésor de la langue française, et dans les définitions sélectionné un vocabulaire pour décrire de l’intérieur le mot initial, en donner la teneur et la saveur sans jamais le dire. Cela a donné lieu à des textes poétiques à consonance érotique, qui ont insufflé une résonance organique aux dessins minéraux de Nicolas. Dans mes textes, Nicolas a prélevé des mots ou des phrases qu’il a fait passer dans ses dessins et peintures, au même titre que des photos ou vidéos que j’avais faites et qu’il a intégrées à son travail en les réinterprétant par cadrage, superposition ou détournement. Peu à peu, nous en sommes venus à photographier des peintures dans les paysages d’Auvergne, c’est-à-dire à faire entrer la peinture ou le dessin dans le cadre de la narration du livre. À nous deux, nous abordons l’exposition comme une métaphore articulée de fragments d’images, de matériaux et de procédés témoignant d’une fiction à temporalité instable qui opère une rupture dans la réalité, en même temps qu’elle l’incarne et en précipite le mouvement. Logiquement, la pérennité de l’image vacille, et la fiction apparaît comme ce qui peut se loger dans tout ce qui vient entailler une réalité forcément imaginaire. Bien sûr, cela nourrit et enrichit mon travail littéraire, comme cela nourrit le travail pictural de Nicolas. Entre deux sessions de résidence à Clermont, dans l’intervalle, le travail continue : individuellement comme en binôme. Chacun de nous exploite et développe pour lui ce qui découle de notre travail commun. Vous pouvez jeter un œil au site (www.nicolastourre.com) ou à nos pages facebook.

Agenda---Magali-Brenon-et-Nicolas-Tourre-1.jpg

                                                             Agenda. Nicolas Tourre/Magali Brénon

 

 

 

 

- Concluons par deux questions rituelles de l’inter-VIOUS ET MURAT:

Vos trois chansons préférées ? L’album ?

 

M. BRENON :    Autant me demander de choisir trois mots dans un livre que j’adore et une définition dans un dictionnaire en 36 volumes ! Difficile. Sans trop réfléchir, disons La Tige d’or, Alexandrie, Extraordinaire voodoo, et n’y pensons plus. Pour ce qui est des albums, en général j’ai toujours une préférence pour le dernier. Mais va pour Le Cours ordinaire des choses, parce qu’il est arrivé après Charles et Léo et Tristan, et que chanter Baudelaire m’a semblé avoir opéré un tournant radical dans l’écriture de Jean-Louis Murat, une densification qui s’est traduite dans les textes de Tristan et qui s’est alliée à l’aspect musical dans Le Cours ordinaire des choses. Il me semble y avoir dans cet album une sorte d’aboutissement qui trouve son prolongement dans Grand lièvre et Toboggan.

 

Gardez-vous en mémoire un concert particulier ? Un souvenir, une anecdote d’un concert ?

 

M. BRENON :    Pour la liesse et la qualité musicale, le concert de Grand lièvre à la Coopérative-de-Mai. Drôle, jouissif, enthousiaste. Belle cohésion avec les musiciens, une joie d’être là tous ensemble qui déchirait. C’est la première fois que je me suis rendu compte à quel point Jean-Louis Murat pouvait arracher en concert. Inoubliable Yes Sir, que j’ai écouté par la suite de nombreuses fois à fond dans ma voiture, pour me donner du courage les jours de grand désarroi. Et puis je crois qu’à la fin du concert sa femme est venue me demander si j’avais aimé. Je ne suis pas sûre que c’était elle, mais il me semble. En tout cas cette idée me plaît. Pour l’anecdote, ce jour-là, je suis tombée en panne une première fois à Bondoufle, en banlieue parisienne, où je suis arrivée je ne sais comment devant un garage qui n’a pas compris comment j’avais pu faire 50 km avec des tuyaux débranchés et des trucs désossés sous le capot. Je ne m’en étais pas aperçue. Ils ont réparé au mieux et au plus vite (j’avais quelque chose de très important à faire ; je ne pouvais pas me permettre de renoncer), et je suis arrivée à la Coopérative-de-Mai cahin-caha. Après le concert et quelques kilomètres de plus, je suis retombée en panne en pleine nuit sur l’A89. Grand moment de solitude. Mais il était impératif que j’arrive au Mont-Dore, où j’avais réservé un lieu pour quelques jours afin d’écrire un nouveau chapitre de mon livre. Cette aventure a donné lieu à « Rouler ». J’aime beaucoup les hasards. Et l’art, plus que la vie, est un espace où l’on peut prendre la liberté de leur donner du sens.

© Magali Brénon IMG 4389 panne coopé  panne  coopé.  ©Magali Brénon

 

 Un grand merci à Magali BRENON pour son implication, et le prêt de son "matériel" photographique documentaire.

Interview réalisée par mails du 15 mai au 08 juin 2014.

Attention:  La fréquentation non-autorisée des hameaux de la commune d'Orcival est une pratique dangereuse, voire interdite, aux risques et périls des personnes. Elle est fortement déconseillée, notamment en période de reproduction, c'est-à-dire tous les jours:  l'animal, s'il est dérangé, peut abandonner sa couvée artistique  quotidienne. (c'était un message de la LPcA: Ligue de  Protection des chanteurs Auvergnats).      

Cette inter-ViOUS ET MURAT ne parlait pas de la crise du marché du disque... mais de celui du livre.

 

 

LE LIEN EN PLUS:

 

- Dans le cadre de la résidence qu'elle fait à Artistes en résidence à Clermont, Magali Brénon invite deux artistes, Valérie du Chéné et Léo Durand, pour l'exposition "L'amicale du dedans au pays des ronds-points naturels". Du 12 juin au 31 juillet 2014, à La Permanence, 7, rue de l'Abbé-Girard, Clermont. Le mercredi de 14 h à 18 h et sur rdv. Vernissage le jeudi 12 juin à 18 h.

 

- Site de l'éditeur:  revue de presse sur "Jamais par une telle nuit" 

 

- Amateurs de poésie, femmes et hommes sensibles... et collectionneurs maniaques de toutes pièces muratiennes,

Pour acheter le livre:

Commande FNAC

Decitre ,

Chapitre

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #inter-ViOUS et MURAT

Publié le 7 Juin 2014

Point d'introduction humoristique, non. C'est du sérieux: Matthieu nous propose à nouveau un article de fond et de forme, et au long cours, née d'une rencontre avec une grande personnalité musicale clermontoise, et d'un gros travail d'archives. Nous ne sommes pas dans "l'inter-ViOUS ET MURAT" classique,  et c'est pourquoi j'ai choisi de l'insérer dans la série "Hors-Murat".   Hommage au musicien Jérôme Pietri qui figurait sur l'album Passions Privées, de Jean-Louis Murat.

 

2e partie de l'entretien: autour de sa collaboration avec Murat  

3e partie:  sur gone fishin'

 

  

Jérôme Pietri, 64 ans, étudiant...

  

Lorsqu'on lui proposa, en fin d'année dernière, un entretien avec www.surjeanlouismurat.com, Jérôme Pietri, guitariste sur Passions privées, accepta immédiatement, le sourire aux lèvres. « Tu vas sur mon site, y a mon numéro. » Quelques mois plus tard, le voici donc attablé dans un bar de Chamalières, en pleine promotion de son nouvel album Gone fishin' (9.99euros!), une semaine après avoir copieusement rempli le club de la Coopérative de Mai. Avant de publier dans les prochains jours un volet centré sur ses souvenirs avec Jean-Louis Murat, puis un autre autour de son disque, tentons d'abord ici de retracer en sa compagnie son parcours de musicien. Portrait-rencontre.

 COOPE 2014


Les parents de Jérôme Pietri pourraient être fiers de leur fils, eux qui auraient souhaité qu'il effectue quelques études. Car à près de 65 ans, leur garçon reste animé d'une intarissable soif d'apprendre. En premier lieu, d'apprendre à se connaître. « Je trouve que c'est hyper important de savoir qui on est et de savoir comment on fonctionne. Ça me paraît primordial pour un musicien, comme pour un être humain. » Et dans ce domaine de la connaissance de soi, comme dans ceux de la musique ou de la pêche à la mouche, ses deux grandes passions, l'ampleur de la tâche ne semble pas le rebuter. « Le champ d'investigation est infini, on n'a jamais fini d'apprendre. C'est pour ça que tu peux pas avoir la grosse tête, à part les imbéciles ou les hypocrites, parce que plus tu avances et plus tu t'aperçois que t'es ignorant ou que t'as encore des milliers de choses à apprendre. C'est bandant d'ailleurs, parce que si tu savais tout, tu te ferais chier. » Pourtant, Pietri n'a pas toujours eu le profil de l'étudiant-modèle, ratant une prometteuse carrière d'avocat. D'un cheveu. « J'voulais faire de la musique, parce que j'avais déjà le virus, mais comme j'étais un bon fils, je voulais faire plaisir à mes parents qui étaient très inquiets et qui m'avaient dit, comme beaucoup de parents : "On veut pas t'empêcher de faire la musique, mais ça serait bien que tu aies un diplôme." Le droit, c'est là où il y a le maximum de débouchés, j'me suis dit "O.K., pourquoi pas". J'ai fait du droit en n'ayant aucune idée de ce que c'était et au bout d'un mois, j'faisais une allergie. On était 3 à avoir les cheveux longs, sur 800 mecs. » En cette fin des années 60 où certains jeunes gens écoutent pousser leurs cheveux, dixit un Brel moqueur, quelques centimètres en trop suffisent à vous valoir le qualificatif de pédé. Étrangement, Jérôme ne rencontre pas ce genre de problème chez lui, son père, corse et militaire de carrière, se montrant plutôt tolérant. La preuve que les cons ne s'habillent pas toujours en kaki.

 

 

 

Natif de la région parisienne, auvergnat par sa mère, Pietri a un an lorsqu'il arrive dans la banlieue clermontoise, pas très loin de l'actuelle Baie des Singes, où il donnera son premier concert en solo, cinquante-six ans plus tard. Mais le « virus » de la musique l'avait atteint bien avant.

 

 

Tout commence de façon assez classique par la découverte de ses premiers accords de guitare, vers dix ans, en colonie. Les monos jouent du Ray Charles, il accroche tout de suite. De même qu'à cet instrumental emprunté par Les Champions aux Dakotas, qui le pousse à acheter son premier 45 tours, alors qu'il n'a pas encore l'électrophone pour l'écouter. Dès l'acquisition suivante, un disque des Stones, il franchit la Manche et se jette toutes oreilles ouvertes dans la pop anglaise : Beatles, Yardbirds, Animals, Kinks... Autant de groupes qu'il reprendra au sein de sa première formation, montée au milieu des années 60 avec quelques potes de collège, fans comme lui de ces nouvelles sonorités. À propos des Geminis, La Montagne note en 68 qu'ils « semblent compter de fervents et nombreux supporters parmi la jeunesse clermontoise » et souligne l'« excellent jeu de scène » de leur chanteur, Jean-Marc Millanvoye. Lequel se souvient qu'« Un barman du Globe, notre quartier général avait confectionné un cocktail "Gemini", en hommage à notre popularité. » Une poignée de concerts dans le département, dont une soirée en compagnie des Moody Blues, des fans inconditionnelles étrennant les premières mini-jupes, une incursion dans le rhythm and blues, puis vient l'heure de la séparation, logique, avec la fin du lycée, l'évolution des goûts de chacun et un printemps 68 animé...

 

  GEMINIS

 

Après son brillant passage en droit, toujours soucieux de combler ses parents, Pietri part faire un tour en fac de lettres pour tenter d'y mettre à profit son goût pour les langues. « Mais c'était foutu, je commençais à jouer, je me pointais en fac avec la guitare à 9 du mat', j'avais dormi 4 heures, c'était fini... » Car le jeune homme a déjà entamé un autre cursus, qu'il poursuit encore aujourd'hui, avec l'objectif de comprendre pourquoi, mais pourquoi diable, cette musique lui fait un tel effet. « J'admirais tellement les gens, ça me rendait tellement fou quand j'entendais jouer des mecs... Moi finalement, ce que je cherche, c'est la magie. Donc, pourquoi j'ai beaucoup travaillé, puis je continue dès que j'ai un moment ? Parce que moi aussi je voulais être magicien. Quand j'écoutais tel mec, Hendrix ou Page ou Beck, qui faisait telle note à un moment, et cette note, quand elle arrivait, elle me mettait des poils partout, elle me mettait dans un état indescriptible, je n'ai eu de cesse de comprendre pourquoi. Je voulais connaître ce truc-là aussi. » Concrètement, Pietri passe donc des heures enfermé chez lui à écouter les guitar heroes de l'époque pour tenter de les imiter. « J'étais plus dans un trip stakhanoviste que masturbatoire, je pense. Je voulais être maître de mon instrument et mon idéal, c'était d'arriver à me pointer sur scène et que n'importe quelle idée qui me passe par la tête, vlan ! Que j'aie plus de barrière physique, technique. C'était ça mon but, c'était très égoïste. »

 

La scène, il ne tarde pas à y remonter. Après quelques plans incertains, il crée Contact en 70. Le groupe se consacre au bal, mais privilégie la pop au musette – Alvin Lee plutôt qu'Yvette Horner. Avec toujours un soin particulier apporté au look, en pleine période glam. Pourtant, Pietri ne s'épanouit pas complètement, le répertoire n'est pas assez rock à son goût. Avec Patrick Vacheron et un ancien copain de lycée aussi fou de guitare que lui, il monte en 1973 SOS, formation dans laquelle il restera jusqu'en 82. Une fois encore, si le groupe donne dans le baluche, il ne ressemble pas tout à fait aux orchestres qu'on y entend d'habitude : lorsque Pietri se lance dans d'interminables solos, le public subjugué en oublierait presque de danser. Patrick Foulhoux, fin connaisseur de la scène rock clermontoise, analyse le phénomène : « C’était la première fois qu’on voyait un orchestre de bal qui faisait un concert. Ils voyaient l’orchestre différemment. Mais c’était un groupe, au départ, SOS : ce n’était pas un orchestre. Eux, ils ont vraiment déclenché des vocations. Les gens les ont vus sur scène, ils se sont dit « C’est ce que je veux faire ! » C’est comme aux États-Unis avec Kiss. Tout le monde aux États-Unis adore Kiss : ce sont les Johnny Hallyday américains. C’est la culture populaire américaine. Ben, les Kiss Clermontois, c’est SOS, c’est un peu ça. »

 

Lorsque leur producteur leur joue un mauvais tour qui les laisse sur la paille, ils se réorientent vers un mélange pop-variété qui leur apporte succès et argent. Il faut dire que le groupe est bien emmené pas le fantasque et charismatique Boudu, qui assure la partie variété des concerts en entonnant des couplets tels que : « Je suis le feu-follet / Aux doux mollets / L'amour ne choisit jamais son côté / J'ai de la sympathie / Pour Adonis / Au siècle du culte / Du pénis. »

CONTACT-SOS

L'argent facile permet d'aller acheter ses fringues en Angleterre et ses guitares aux États-Unis, mais provoque des dissensions en interne. « Les groupes, c'est toujours le bordel à un moment ou à un autre et quand il y a du blé en commun, c'est toujours un merdier pas possible. » Des divergences de goûts ou d'ambitions, des contrats juteux loupés, une alchimie moins évidente... Pietri s'en va monter avec deux des autres membres un trio blues-rock texan pratiquant un boogie très inspiré par ZZ Top. Ceux qu'une publicité de l'époque surnomme « les trois killers du rock auvergnat » acquièrent une belle réputation qui dépasse les frontières de la région. Pietri considère aujourd'hui cette expérience comme la plus aboutie de son parcours : « El Diablo, c'était un putain de groupe, c'est le meilleur groupe avec lequel j'ai été, parce que on n'était plus un groupe, on était une entité. Musicalement, on était vraiment une entité et on jouait ensemble. Et ça, le dernier des incultes le sent. T'as la sensation de faire partie d'un rouleau-compresseur qui balaye tout sur son passage. On a des compositions, certaines, qui ont pas vieilli et qui sont des standards. Parce que les bonnes personnes, au bon moment ; la magie des groupes – là, y avait ça. »

EL DIABLO

El Diablo se sépare pourtant en 86, alors qu'un enregistrement en Angleterre était prévu. Son guitariste n'en sort pas indemne. Déçu qu'une pareille aventure humaine s'achève ainsi, il songe à arrêter la musique pour devenir luthier. C'est Jean-Louis Murat, avec qui il joue de temps à autre, qui l'incite à continuer. Pietri réagit alors comme après une histoire d'amour : « Comme quand tu te sépares avec une fille, je voulais plus faire quoi que ce soit qui ait un rapport avec le blues. J'ai tout brûlé, comme avec une gonzesse. » Il intègre donc en 87 une formation originale, au croisement du théâtre et de la musique, où les machines sont très présentes : Jeudi Noir. Stéphane Calipel, son initiateur, se souvient : « Un ami commun m'a conseillé de me rapprocher de Jérôme qui cherchait un chanteur. J'ai hésité, Jérôme Pietri était déjà un musicien réputé, on ne jouait pas dans la même catégorie. Et puis on évoluait dans des styles de musique très différents... D'un autre coté, j'avais besoin de progresser, de faire les choses de façon plus professionnelle. Au final, une belle rencontre ; on a partagé nos passions, échangé nos disques... Je suis reparti avec ZZ Top, Jérôme avec les Cure... On a composé des titres – en français – adopté un look très Film Noir, une belle aventure qui a durée deux ans. J'ai beaucoup d'affection pour Jérôme, c'est un être magique, hors du temps ! » Pietri s'amuse aussi de cette expérience qui l'amène à se renouveler, lui qui revendique fièrement une certaine détestation des machines. « Les machines, j'étais convaincu, je le suis toujours, qu'elles sont là pour aider l'être humain, mais en aucun cas pour se substituer à lui. Le problème, ça a été, déjà dans les années 80, la prépondérance des machines par rapport aux musiciens. Y a eu plein de rythmiques basse-batterie qui se sont retrouvées au chômedu, parce que c'était la mode. Cela dit y a eu des mecs de grand talent qui ont su utiliser les deux, Peter Gabriel par exemple. J'ai utilisé les machines à fond parce que je m'efforce, même actuellement, de pas avoir d'a priori. »

 

Malgré tout, il ne tarde pas à revenir à un style qui le touche davantage, en créant au tournant des années 90 le groupe Too Bad, qui évoluera d'un blues-rock classique vers un blues plus expérimental, flirtant avec le jazz-rock, notamment sous l'influence du batteur Pepou Mangiaracina, successeur de Christophe Pie. Si cette aventure offre à Pietri l'opportunité de devenir chanteur, après le départ prématuré de John Brassett, elle lui réclame beaucoup de travail, pour trouver des dates (mal payées) et assurer l'intermittence. Une période pas toujours rose, y compris sur le plan personnel. L'histoire se termine en 95 et la fin des années 90 semble difficile pour le musicien, qui enchaîne les projets alimentaires. « C'était déjà très, très dur pour la musique. J'ai divorcé, j'avais des mômes, donc je jouais, je jouais tout le temps. J'ai gagné ma vie en jouant de la musique, donc je vais pas pleurer, ça aurait pu être pire. Mais le problème, c'est que tu peux pas faire du travail sérieux de création. Pour que ça fonctionne, pour moi, il faut être dedans tous les jours. »

JEUDI NOIR-TOO BAD

Il retrouve l'enthousiasme dans les années 2000, notamment avec l'Hommage à Pink Floyd monté par Denis Clavaizolle et Yvon Baudy. Il y côtoie entre autres Fabienne Della-Moniqua, jeune chanteuse récemment aperçue sur TF1, où elle s'est fait remarquer précisément en reprenant un titre des Floyd, « A great gig in the sky ». « C'était normal qu'elle leur troue le cul, moi elle m'a troué le cul pendant des années. Chaque fois qu'elle chantait ça, j'avais les poils à côté d'elle. Fabienne, une putain de chanteuse, elle a tout le kit. » Il la retrouvera notamment sur le projet Soulville, qu'il monte et finance lui-même, pour le plaisir. « J'étais sûr que ça le ferait, parce que je suis convaincu que des gens qui maîtrisent leur instrument – ou bien leur voix, pour Fabienne –, y a pas besoin d'enculer les mouches, si ça doit le faire, ça va le faire. Donc, je voulais faire ce truc-là pour me faire plaisir, j'ai pris que des bons que je connaissais, qui avaient jamais joué ensemble et ça a fonctionné. »

HPF-SOULVILLE

 

Mais la décennie 00 est surtout celle du début de sa carrière solo et de son approfondissement d'une musique qu'il n'a au fond jamais cessé de pratiquer, le blues. Sans forcément s'en rendre compte lui-même, Pietri ayant été une sorte de M. Jourdain du blues, dont la prise de conscience s'effectua après un concert d'El Diablo en première partie de Blue Öyster Cult, grâce à des amis de son batteur. « Y en a un, très bon guitariste, plutôt jazz, qui me dit "Putain, t'es vachement blues toi quand même !". Je lui dis : "Ah bon ?" Et en rentrant, deux jours après, je réfléchis : "Qu'est-ce qu'il t'a dit, lui ?" et je me dis : "Attends, mais il a pas tort." » Pietri se découvre ainsi bluesman à trente berges. Et, comme à son habitude, il s'interroge et cherche à percer le mystère. « J'essaye de comprendre pourquoi le blues, le rock quand il vient du blues et tout ce qui vient du blues, ça me touche autant. Pourquoi cette musique ou les musiques qui en viennent en droite ligne et qui en possèdent les ingrédients, les fondamentaux, pourquoi cette musique me met les poils, même avec des textes débiles ? Je ne sais pas pourquoi. Alors la seule explication que j'ai, c'est que cette forme d'expression typiquement afro-américaine – c'est vraiment la musique des Afro-Américains, pas des Africains – qui est la somme de siècles de souffrance terrible, dégage une espèce de magie qui se transmet dès lors que les gens emploient ces aberrations harmoniques, ce groove, ces blue notes et tout. Et quand je l'entends, ça me aaaahhh ! » Quant au fait de ne pas être lui-même un Noir ayant vécu de telles souffrances, cela ne lui pose pas de gros soucis de légitimité. « Je suis sensible à ce qu'a dit Musset, "Les chants désespérés sont les chants les plus beaux". Je suis pas triste, je pense pas être quelqu'un de triste, ça n'a rien à voir. Keith Richards dit "Pour moi, le blues, c'est un langage universel, je ne fais pas de différence entre un bluesman ukrainien et un bluesman qui vient du Mississippi" et je suis complètement d'accord. Le blues, c'est un idiome, dès que tu ressens ce truc-là – l'important c'est de le ressentir – dès que tu le ressens, boum, il se passe un truc. »

 

Pietri étudie donc en profondeur la plupart des styles, utilise internet pour étoffer sa culture et suit la formation dispensée par Michael Hawkeye Herman qui lui permet d'aller enseigner dans les écoles pour communiquer sa passion aux enfants. L'étudiant Pietri se fait professeur. Cette volonté de transmission se concrétise aussi par la sortie en 2007 d'un premier album sous son nom, Little Blues Story, composé de reprises de morceaux de toutes les époques. Suivront des centaines de concerts en « One piece band », avec machine, puis sans. Ah, les machines... « J'ai un looper, je m'en suis servi à un moment, ça fait 2 ans que je l'amène plus. Les gens étaient épatés, parce que je faisais un bordel tout seul, c'était le Grand Orchestre du Splendid. Mais ça me faisait chier. Je préfère – c'est beaucoup plus difficile, beaucoup plus ingrat et beaucoup plus fatiguant – faire mon bazar tout seul avec mes petits doigts et mes gros pieds. Parce que j'ai moins de possibilités, je peux pas faire des harmonies, mais l'intérêt, c'est que je suis libre ! Je peux amener les gens où je veux et je peux nuancer. »

LITTLE BLUES STORY

Jouer seul est un choix qui peut surprendre de la part d'un musicien qui a évolué pendant si longtemps en groupe et qui prend un plaisir évident à partager la scène avec des collègues. « Quand t'es sur une scène avec une rythmique basse-batterie, c'est trop le pied ! Le summum, c'est quand tu as la complicité, t'as même plus besoin de parler, t'as un regard, un regard ou même pas, les mecs écoutent, il passe un truc et boum, tout de suite ça embraye. » Mais un choix qui peut aussi se comprendre pour des raisons humaines. Un parcours d'un demi-siècle n'est pas constitué que de belles rencontres. Il y a aussi les conflits, les ruptures ou, plus simplement, la distance qui s'installe sans qu'on sache vraiment pourquoi. « Je suis quelqu'un de trop sensible. C'est une des raisons pour lesquelles j'ai fini par faire un orchestre tout seul. Y a plein de gens, j'ai été déçu de leur attitude et donc, maintenant, j'essaye, c'est vachement dur pour moi, mais j'essaye de plus mettre d'affect ou d'en mettre moins. Parce que les gens, aujourd'hui, une majorité de gens ne marche pas à l'affect. » Des déceptions humaines que contrebalancent la reconnaissance et la gratitude de plusieurs générations d'admirateurs. « Ce qui me touche le plus avec le recul, c'est que je rencontre encore régulièrement des gens qui me disent "Putain, on t'a suivi avec SOS ou avec El Diablo ou avec Too Bad, c'est à cause de toi qu'on fait de la musique, c'est toi qui nous a filé le virus !" Ça, ça fait du bien par où ça passe. » Et bien évidemment, restent présents dans son cœur de nombreux musiciens fréquentés au fil des ans à qui il rend volontiers hommage, tel Christian Boragno, sur lequel il ne tarit pas d'éloges, le considérant comme l'un des meilleurs batteurs du pays, Éric Atlan, récemment disparu, « un tueur des machines », Thomas Picot, côtoyé dans Too Bad, « un extra-terrestre, un espèce de Jaco Pastorius rock n' roll » et beaucoup d'autres. Ou son vieux pote François Blanc, qui l'accompagnait lors du concert de lancement de son nouvel album. « On joue ensemble par intermittence depuis pratiquement 20 ans, il est excellent, il est d'enfer. François et moi, on s'éclate, on joue tous les deux, on joue ensemble. Puis là, ça m'a touché, il m'a dit "Ça me fait plaisir qu'on fasse de la musique tous les deux." Et il était content, il m'a remercié. Il m'a rappelé le lendemain, le surlendemain, le batteur aussi, donc ça m'a touché. »

DOMAS-BLANC

Seul ou bien entouré, Pietri continue donc son parcours d'apprenti-musicien, avec le même perfectionnisme et la même rigueur. « C'est les petits détails dans l'interprétation qui font les grosses différences, qui font que ça tue ou que c'est pas mal. Et moi je suis taré, moi je veux que ça tue, le reste ça m'intéresse pas. Je m'en branle que ça soit pas mal. J'ai toujours été comme ça, je serai toujours comme ça. Je me prends pas au sérieux, mais je suis très exigeant. » Du coup, le doyen du rock auvergnat n'a aucune envie de ralentir. « J'ai conscience d'être un privilégié, d'avoir vachement de chance, parce que je suis encore là, je suis pas trop esquinté, j'ai fait gaffe – entre autres grâce à Murat, qui faisait l'apologie du sport, il avait bien raison, je vais courir tous les jours à cause de lui (rire). Oui, j'ai conscience d'être privilégié, parce que j'ai encore la santé, je fais tout ce que je peux pour la maintenir, parce que j'ai l'intention de jouer et faire de la musique le plus longtemps possible, ça m'éclate trop. Et j'ai conscience d'être privilégié parce que – certains me prennent pour un fou et un anormal, surtout dans la société d'aujourd'hui – mais j'ai toujours 15 balais dans ma tête, j'ai gardé l'enthousiasme intact pour la musique et pour la pêche ». Et lorsqu'il note en passant, « J'ai pas encore fini », il part d'un grand éclat de rire qui en dit long sur sa motivation. Rien d'étonnant, dès lors, à le voir afficher des envies surprenantes à l'âge de la retraite. « Un de ces quatre, je vais jouer du Miles Davis, j'ai envie, j'adore ça. »

On l'en croit capable.

 

 

M.

 

 

 

LE LIEN EN PLUS:

 

Un survol de la carrière de Jérôme Pietri en quelques images (via une mise en image par M:

 

 

 

2e partie de l'entretien centrée sur Murat: http://www.surjeanlouismurat.com/article-inter-vious-et-murat-n-16-jerome-pietri-au-coeur-de-passions-privees-123878338.html

On peut retrouver plus d'informations sur le musicien et sur son travail sur son site officiel :

 http://www.jeromepietri.eu/

 

  et sur sa page Facebook :

 https://fr-fr.facebook.com/jeromepietriblues

 

   M. :"De nombreuses personnes ont contribué à la réalisation de ce dossier consacré à Jérôme Pietri, elles seront mentionnées et remerciées dans la rubrique « Commentaires » de cet article, où les lecteurs qui ont des souvenirs personnels (de spectateurs et/ou de musiciens) concernant Jérôme sont invités à les partager et à s'exprimer en toute liberté. Don't be shy !"

 

-----------------------

 

Pour rappel: Le livre Une histoire du rock à Clermont  commenté par M. 

On voit Jérôme Pietri dans le documentaire "chroniques d'en haut"  consacré au pays muratien.

 

http://www.jeromepietri.eu/wp-content/uploads/2014/04/JeromepietriGone.jpg                                                       nouvel album (9.99 euros) sur amazon, fnac....

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #inter-ViOUS et MURAT

Publié le 29 Mai 2014

P1020373

 

Après Valenciennes et son arêne, voici une autre date de la tournée de printemps 2015... et ça sera en Bretagne. 

 

 

  Billets en vente sur le site de la FNAC: 

  • JEAN-LOUIS MURAT

  • on 2015/2/27 at 8:30 PM        

CARRE D'ARGENT
RUE DU PORT DU FOUR
44160 PONTCHATEAU

 

    "

Idéalement situé au cœur de la ville en bordure du Brivet, l’emplacement du Carré d’argent est chargé d’histoire culturelle puisque qu’au même endroit s’élevait la salle paroissiale « Le Familial ». Construite en 1911, elle servait de salle de projection et de salle de spectacle et d’animation. La réhabilitation de cet édifice étant trop contraignante pour répondre aux besoins des professionnels du spectacle et des associations, les élus ont décidé de construire un nouveau bâtiment entièrement dédié au spectacle vivant. 
D’une capacité de 400 places assises et jusqu’à 700 places en formule assis/debout, cet équipement de forme cubique a ouvert ses portes en 2008.
Située à proximité de l’axe Nantes – Vannes, la salle permet aux habitants du Morbihan, d’Ille et Vilaine et de Loire-Atlantique de se retrouver autour d’une programmation éclectique, mais à dominante musicale, complémentaire de celles proposées par les lieux culturels proches de Pont-Château. Les associations communales à vocation culturelle disposent d’un outil performant pour présenter leurs productions". 
 http://www.pontchateau.fr/carre_dargent_pontchateau.asp

 

 

 

 

LE LIEN EN PLUS:

Le premier vidéaste sauvage muratien Henry Spencer m'a contacté il y a quelques jours... Il vient de créer son compte youtube, et on peut donc y retrouver toutes ses vidéos, notamment la dernière...

Il explique qu'il a trouvé dans un clip des THE DELANO ORCHESTRA (qu'il est allé voir suite à l'article de Matthieu) les images qu'il avait imaginé filmer pour "embrasse-moi paysage"...

 

 

et avant la coupe du monde, un petit Achille à Mexico

 

 

 

le voyage intérieur:

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Actu-promo sept 2012 à...

Publié le 28 Mai 2014

 

Allez,  voici une grosse série de clichés sur ma première randonée de l'année, le 17 mai, une rando de printemps comme je les aime, avec quelques passages enneigés un peu flippant (le couloir pour repartir du petit Som où je suis tombé sur les fesses et glisser sur la glace, c'était le dernier.. et j'avais pris trop confiance)...

 

 

Départ de la RUCHERE, en Chartreuse,  puis col de la Ruchère, et montée au Grand Som -ma 3e-   (le monastère de la Grande chartreuse est au pied). Au retour, passage sur le Petit Som. Vraiment une belle ballade.

 

Pour une fois, pas de vers de Murat... mais on va se mettre un petite musique... sans se creuser la tête bien loin.

 

 

 

 

 

 

- Profil  de Chamechaude toujours aussi beau au petit matin... J'adore cet endroit, où aucune maison n'est visible, cela semble désert... C'est en fait l'entrée de la zone de silence du monastère. Pour y arriver, on a d'ailleurs pris l'ancien chemin du nord de pélerinage qui menait jusqu'à la Grande Chartreuse. 

DSC00422

La neige est encore présente dès 1200 mètres (il a neigé la semaine précédente), et une couche de givre m'accueille sur l'alpage du col de la Ruchère... et encore quelques jonquilles.

DSC00426

 

J'étais là à l'automne, et j'opte pour une petite variante: le pas du loup, comme coupé dans la roche au couteau! 


DSC00429

 


DSC00435

 

 

DSC00439

 

DSC00442

La neige est craquante, agréable à franchir, mais à partir d'ici, la couche va s'épaissir, et la pente s'accentuer. Tu vas en chier, mon Pierrot!

 

DSC00443

 

ma première marmotte de l'année... mais pas le temps de zoomer. Un peu plus bas, je n'avais déjà pas pu attraper le chamois dans un pierrier avant le pas du loup.

 

DSC00446

 

Deux, trois passages où il faut être prudent... et j'atteins la cime... et un côté plus ensoleillé... Les pistes de st-Pierre de Chartreuse, et la dent de Crolles... devant Belledonne.

 

DSC00447

 

 

DSC00451

 

Ce cailloux a été bien choisi.

DSC00452

 

 

Quelqu'un m'a précédé la veille : c'est rassurant. Et ce matin, j'ai la montagne pour moi... Apparemment, je suis parti une bonne heure avant tout le monde (je verrai pas mal de monde en redescendant).


DSC00453

 

Je vois presque ma maison d'ici....mais on repère (pas sur la photo!)  plus facilement le batiment enfermant les millions de Jambon d'AOSTE (sur la commune d'Aoste en Isère, et pas en Italie), devant le Bugey...

 

DSC00454

 

allez, encore un petit effort!

DSC00456

 

Bon, encore un...gros effort.   "je vois le Christ!"

DSC00460

 

DSC00468

 

DSC00472

 

DSC00479

 

DSC00480

 

DSC00482

 

DSC00484

 

DSC00486

 

 

Percée sur le lac du BOURGET, et Aix les Bains.

DSC00489

 

Téléportation:

DSC00600.JPG

(photo prise le lendemain, on devine au tout dernier plan l'endroit de la ↑ ballade)

 

 

 

Le grand Som  du Petit Som, et                       la Grande Sure qui domine l'entrée de la vallée de Grenoble

DSC00493

 

 

Et en guise de lien en plus, en dessert,

un petit éclair attrapé lundi!

 

DSC00698.JPG

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos