Publié le 5 Janvier 2016

Le nouvel album de Jean-Louis Murat annoncé!

"MORITURI" a été annoncé il y a 45 minutes (vers 16h45) sur le facebook de l'artiste.

C'est une petite surprise, on n'attendait pas de nouvelle si vite!

Le nouvel album studio de Jean-Louis Murat « Morituri » sortira en avril chez LE LABEL - [PIAS] France

Inspiré par l’année 2015, l’album a été enregistré à Paris fin novembre par Aymeric Létoquart avec Gael Rakotondrabe, Chris Thomas et
Stéphane Reynaud.

Info wikipédia:

Morituri est un mot latin signifiant "ceux qui vont mourir". Il est utilisé dans la phrase : « Ave Cæsar, morituri te salutant ! » (« Salut César, ceux qui vont mourir te saluent ! »), prononcée par des gladiateurs à l'occasion d'un spectacle de naumachie devant l'empereur Claude.

Il est utilisé dans :

La pochette, vu l'inspiration, semble très réussie.... Difficile de faire plus anxiogène.

Les derniers inédits scène comme "le martyr des Chrétiens d'Orient", "j'ai le cafard"... pouvaient laisser penser à cette thématique.

La pochette est signée Frank LORIOU. J'en profite pour signaler son expo à Clichy, l'occasion de voir une photographie de Murat:

EXPOSITION

PHOTOGRAPHIES DE FRANK LORIOU

AU THÉÂTRE RUTÉBEUF

16-18 ALLÉE LÉON GAMBETTA, CLICHY (92)

(M° Mairie de Clichy)

DU 7 JANVIER AU 11 MARS 2016

vernissage le jeudi 7 janvier à 19h

entrée libre

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Repost0

Publié le 3 Janvier 2016

Une chanson sur Murat et DELPECH is gone

Mardi, je suis tombé sur facebook sur une chanson en hommage à Jean-Louis Murat. Après "en attendant Bergheaud" signée par Fred Signac et celle de Dany des Rues, voici donc une autre titre que je dégotte avec pour sujet Jean-Louis.

La chanson est signée par les Dory4 dont le nom a souvent été cité ici, du fait de la présence de ses membres aux concerts lyonnais de Jean-Louis Murat notamment (ils sont aussi très fans du Voyage de Noz, et avaient organisé un fameuse soirée "tribute" au groupe. D'ailleurs, la vidéo a été tournée lors d'un concert commun avec l'autre groupe de Stéphane Pétrier, les Nellie Olson). Jean-Philippe Fayet l'auteur chanteur est auvergnat, de Thiers, et a donc toute légitimité pour utiliser le terme de Bougnat... Un certain Yann B. était d'ailleurs dans la salle ce soir-là.

Voici un petit texte de présentation du groupe:

"Les dory4, à la base, c’est écrit dessus, ils sont 4… En 2005, ils sortent un album « Sweet Parasite » en autoprod. Dans la foulée, ils parasitent quelques belles scènes lyonnaises : Ninkasi, CCO Villeurbanne, La Marquise, Le Nakamal, Le Citron, La Triperie, Le Blogg Café… Parfois, ils fréquentent même le showbiz : 1ère partie B.Lavilliers à Saillans (26), 1ère partie d’Ange à Oyonnax (01), 1ère partie des Infidèles à Frasnes (25), Beaujol’Rock Festival (69) avec Subway et les Hop La’s, Tremplin Rock de Bassens (73), Festival Les Fous de Joux (69)… En 2012, les Dory passent en duo avec Christof - guitares et Loop station – et Faye – chants et blagues. Changement de cap et de style pour un set plus épuré, décalé avec des clins d’oeils disco, punk, vintage… et intégration de guitarelélé, mélodica et percussions. Et toujours "en français dans le texte" bien sûr. Bref, les bébêtes ont envie de s’amuser et de vous amuser. À consommer en live et sans modération". http://www.concertenappart.com/groupe_651-DORY4.html

Voici la vidéo et le texte ensuite (jolie compilation de mots muratiens) que le chanteur m'a permis de publier:

La complainte de JLM

Fier pays de mes premiers jours

Happe-moi ici sans détour

Tes Monts d’Or seront un écrin

De verdure et de fleur d’airain

Ah dieu m’hiberner à loisir

Engourdi dans mes doux désirs.

Ressentir l’ivresse nature

De partir à ton aventure

Là dans ce monde éperdu

Tel un mendiant qui s’est perdu.

Au plus loin monte le bruit sourd De la chanson du troubadour

Mélancolie mon vieux Jean-Louis

Que de tracas mon cher Murat C

Chante-moi encore une fois

Cette complainte du bougnat

Si je devais manquer de toi

Autant que ce soit ici-bas

Le Quaire me fait les yeux d’Isis

Une caresse au cœur de l’iris

J’entrevois l’eden au hasard

De ces sentiers où je m’égare

Je monte je monte lentement

Pieds nus jusqu’à la Croix Morand

Ah laisser mes mains sur tes hanches

Comme le chantait Adamo

Ah ma mie que mon cœur s’épanche

Pour conquérir Fort Alamo

Mélancolie mon vieux Jean-Louis

Que de tracas mon cher Murat

Chante-moi encore une fois

Cette complainte du bougnat

Noyer mon ennui dans la nuit

Lové dans ton manteau de pluie

Le cours ordinaire de ma vie

Me colle comme un incendie

Spleen ou spliff il n’y a que de l’herbe

Tout ce décor me fout la gerbe

Je file à la ville tout est dit

Langue de bois qui se délit

Du rêve il me faut couper court

J’entends ma Lady qui m’appelle D’Orcival

montent les rappels

De la chanson du troubadour

"©copyright Fayet/dory4/reproduction interdite sans autorisation"

LE LIEN EN MOINS AVEC LE PASSE

 

J'ai appris sa mort hier mais il m'a fallu quelques heures pour me dire que Michel Delpech avait interprété du Murat... avec l'aide de "20 minutes" qui rappelle ce matin que l'album de 97 "le roi de rien" avait été réalisé avec l'aide de Pascal Obispo et de Jean-Louis Murat. Le Figaro cite également Murat.

J'ai  peu écouté sa version de "Cartier-Bresson",  inférieure à celle de Murat (paru sur un CD sorti en édition limitée pour Télérama  la même année, c'était la première pièce de ma collection). Epok n°59 nous rapportait que Delpech avait retenu  cette chanson sur la dizaine que Murat lui avait envoyée... sans préciser qu'il y en avait un 2e titre dans l'album: "c'est à Paris".  L'album n'a pas remporté un vif succès.

Sur "Cartier-Bresson", voici ce que disait Murat à l'Express en 2004: "L'enfance ressort parfois lorsque ce masque tombe, par exemple au cours d'une séance photo. C'est pour cette raison que je ne pose plus, même si les grands photographes me fascinent. J'ai d'ailleurs entretenu une correspondance avec Cartier-Bresson et il m'a inspiré une chanson. Mais je refuse de dévoiler ce visage d'enfant, de livrer ma part d'âme, comme diraient les vieux Indiens. Lorsque je fais des autoportraits, mon âme, je me la restitue ensuite à moi-même".

 

 

 

 

Edit: "En 1997, l’album "Roi de rien" sort dans l’indifférence. Il aura au moins réussi la prouesse de réunir sur un même disque des chansons de ces deux artistes antagonistes que sont Jean-Louis Murat et Pascal Obispo" Obs.par Sophie Delassein. 

Une chanson sur Murat et DELPECH is gone

On se plie tout de même au RITUEL ANNUEL, malgré la mauvaise nouvelle ?

Meilleurs voeux 2016 !

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 29 Décembre 2015

Côté rando, même si le temps s'y prêtait, l'automne fut morne. Voici tout de même quelques photos récentes qui ne relèvent pas de la randonnée, mais de la ballade très courte. J'étais presque sûr d'avoir publié déjà des photos de ces endroits mais non. Il est donc impératif de le faire!

Avec le beau temps, là ou je vis, voir le Mont-Blanc est habituel, du côté de l'intermarché, ou avant la descente de la frette, ou du côté du rondeau, de Charray, ou à la Madonne à Collonge... Et c'est toujours un grand plaisir, dont je ne me lasse pas.

Joyeuses fêtes!

1) à Innimond (Sud-Bugey).

Le Rhône fait une grande boucle vers l'ouest pour l'amener vers Lyon, et cette frontière naturelle entre Savoie, Ain et isère est bien marquée au sud par une ligne de montagnes, où se plait le lynx*, s'élevant à plus de 1000 mètres.

*Je l'ai rencontré une fois!

Une fois les coteaux vineux franchis (récente AOC gorgée de soleil), la route s'élève à travers bois et falaise, et on accède au beau village gaulois, dans son jus, d'Innimond. La route monte encore jusqu'à un point culminant avec un belvédère somptueux.

Du parking, par la droite, on accède en 10 minutes à un point de vue encore plus dégagé et une croix. Par la gauche, et une rude montée assez courte, on peut se promener sur une crête herbeuse magnifique et surprenante par sa longueur, et il est possible de prolonger jusqu'au Mollard du Don (1200 mètres) et revenir à travers bois côté nord.

Au village, les pancartes contre un projet de parc éolien sont partout. Malgré mon amour pour ce lieu, je ne suis pas certain que cela défigurerait le lieu... alors qu'on distingue très bien à l'ouest les fumées de la centrale nucléaire du Bugey

Autre point magnifique du Bugey: Grand colombier

Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Grand Colombier à gauche

Grand Colombier à gauche

Tentainet, Montagne de St-Benoit, d'IZIEU (avec Sa maison), Chartreuse et Vercors au loin.

Tentainet, Montagne de St-Benoit, d'IZIEU (avec Sa maison), Chartreuse et Vercors au loin.

Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
la dent du chat où nous irons ci-dessous

la dent du chat où nous irons ci-dessous

Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré

- Le 28/12 monter au relais de la dent du chat ne devrait guère être possible. 1500 mètres. Du côté Bourget du lac, la route n'est pas interdite. Monter en cette saison avec les arbres dégarnis offre des vues saisissantes et il faut toujours se méfier des cailloux blancs ayant pu roulés sur la route.

La vue sur le lac du Bourget est somptueuse (pour le bleu, préférez le matin) et derrière les Bauges, la Vanoise, le Mont-Blanc, Belledonne et la Chartreuse. Annecy au loin. En 30 minutes, sur la crête, on se rend au Mollard Noir, première dent, très accessible, même si sur place, il convient d'être prudent avec les enfants.

La dent du chat est l’extrémité nord du massif de l'épine, l'autre extrémité, nous l'avons déjà exploré ici ou là.

la grande casse (Vanoise) en arrière plan

la grande casse (Vanoise) en arrière plan

Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
On décolle?

On décolle?

Pas de Gerbier de Jonc, à peine le Pilat qui surnage bien loin

Pas de Gerbier de Jonc, à peine le Pilat qui surnage bien loin

Le lit du rhône a tiré sa couverture de brume sur Yenne.

Le lit du rhône a tiré sa couverture de brume sur Yenne.

le lac de Paladru dans le soleil se distingue dans la brume

le lac de Paladru dans le soleil se distingue dans la brume

Mollard Noir

Mollard Noir

Belle canine
Belle canine

Belle canine

Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Croix du Nivolet d'un côté de Chambéry, et Granier de l'autreCroix du Nivolet d'un côté de Chambéry, et Granier de l'autre

Croix du Nivolet d'un côté de Chambéry, et Granier de l'autre

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 23 Décembre 2015

Le clip avec ROSE, et des nouvelles des Babéliens...

1) Le single "Pour être deux" de ROSE avec Jean-Louis Murat a déjà vécu une belle vie en radio, mais ce n'est que maintenant que le véritable clip sort. La vidéo qui avait pour l'instant accompagné le titre était uniquement des images de l'enregistrement studio (pas si mal). Avec Jean-Louis Murat donc. Quelques unes de ces images sont reprises dans le clip, soit via des écrans que les héros regardent ou en projection sur eux. Murat est donc présent dans ce clip, dont le montage nous signifie que la vie est un tourbillon... Une petite séquence parlée entre les deux acteurs Louise Monot et Foëd Amara introduit la séquence et tue tout suspens...

La présence de deux acteurs un peu connu vaut au clip quelques retours médiatiques (notamment sur allociné, MadmoiZelle...)

 

2) des nouvelles des Babeliens....

 

Alors qu'avec la bonne humeur qui me caractérise, le AlwaysLookontheBrightSideofLife style dont je me vêtis, et mon sens des raccourcis aussi, j'avais peut-être un peu dépeint une vie en rose pour les acteurs de Babel, les imaginant surfer sur la vague jusqu'au rivage du succès. Oh yeah.... Mais derrière les paillettes, la promo et les articles sur le net, il y a le marché du disque... Outre que l'on peut "se payer" des cours de guitare avec un "futur grand" pour 15 euros, c'est Alexandre ROCHON-DELANO qui a publié un message douloureux... que vous lirez ci-dessous.

Alexandre fait allusion à des promesse non-tenues... Un acteur lyonnais de la planète musique en septembre m'a dit qu'aux francos, Alexandre était entouré par beaucoup de "professionnels"... et qu'il ne se faisait donc pas de souci pour lui pour la suite (pour l'aventure Alexandre Delano au moins). J'imagine qu'Alexandre en veut peut-être à cet "aéropage". "Que vivent les artistes, les entrepreneurs et acteurs culturels dont tout le monde profite mais dont tout le monde se fout" comme il l'a écrit sur sa page fb.

 

http://kutufolk.com/soutenez-la-couture-bordel-de-m/

"Soutenez la couture bordel de M !
Aujourd’hui, le 15 décembre 2015, le seul poste (occupé à temps partiel et payé au minima sociaux) existant au sein du label vient de disparaître. Kütu Records redevient une activité exercée bénévolement, pour que vous découvriez de chouettes groupes et pour que l’histoire continue.
La faute à qui ?
Au public qui n’achète plus de disques (même cousus), aux fausses promesses (des tourneurs, des gros labels indé, des collectivités).
La faute à nous qui n’avons pas réussi à convaincre assez (faute de moyens ?).
La faute aux institutions publiques qui n’ont pas trouvé judicieux d’apporter un soutien financier à Kütu Records en 2015 (rien, zéro, nada).
L’année prochaine, Kütu Records fêtera 10 années d’existence et plus de trente-mille pochettes cousues.
Pour fêter cet anniversaire dignement, nous avons besoin de vous. Et puisque tout nous pousse à la débrouille et à l’invention perpétuelle de nouveaux moyens pour nous en sortir, nous avons imaginé une campagne de crownfunding à notre façon, qui n’est pas réellement du crownfunding (un système pervers qui favorise encore les intermédiaires) mais plutôt une façon pour vous de nous soutenir et pour nous de vous dire merci.
Pour participer, il suffit de nous acheter quelque chose sur notre boutique en ligne.
Et oui, c’est
tout con.

_ Pour 0 euros, vous soutenez Kütu Records et partagez ce message.
_Pour 5 euros, vous soutenez Kütu Records et découvrez ses nouveaux artistes en achetant le nouveau sampler du label.
_Pour 10 euros, vous soutenez Kütu Records et arborez fièrement le nouveau sac COUDRE du label.
_Pour 12 euros, vous soutenez Kütu Records et un artiste de votre choix en achetant un disque cousu main.
_Pour 15 euros, vous soutenez Kütu Records et un artiste de votre choix en achetant un disque cousu main.Pour 40 euros, vous soutenez Kütu Records et vous recevez le Christmas Pack 2015.
_Pour 500 euros ou plus, vous soutenez Kütu Records et programmez un artiste de votre choix pour un concert des 10 ans de label (pour cela, contactez-nous par
mail)

Merci à vous pour votre fidélité et votre soutien, sans lesquels nous n’aurions pas tenu neuf ans."

Par ici:

http://kutufolk.com/

 

NB: Je ne vous avais pas encore parlé de la boutique de la Kütü: "NE RIEN FAIRE", qui propose des expos, des showcases (les pauses musicales). Apparemment, on ne s'y ennuie pas. Avec les volcans, et Spliff, un autre lieu de diffusion culturel à visiter à Clermont! (à lire un article dans la Montagne)

- on en revient à l'humour? allez... -

Quant au si talentueux Guillaume Bongiraud, que l'on retrouve sur le disque de Morgane Imbeaud, cela ne va pas fort non plus: on vient de le retrouver dans une déchetterie...

Dans la série, on pourra aussi écouter l'autre Leonard Cohen (australo-) clermontois

ou également the Elders sur glace (dans un autre style), avec le fils de Denis...

 

 

LE LIEN EN PLUS DE M toujours Babélien

Je laisse la parole à Matthieu:

 

Davy Sladek, que l'on pouvait entendre à la flûte sur Babel (notamment sur le refrain de "J'ai fréquenté la beauté"), est avant tout l'un des saxophonistes émérites de la scène jazz clermontoise. Il enregistrait ces jours-ci la musique (dont il est le compositeur) d'un documentaire-fiction qui entend parler de la Roumanie et de ses habitants en allant au-delà de quelques clichés malsains. Cela se passait, comme pour Babel, au studio Palissy, chez un certain Denis Clavaizolle. Plus d'informations à propos du film de Daniel Mosser ici : http://www.touscoprod.com/fr/astae.

Photos de Daniel Mosser.

Photos de Daniel Mosser.

LE LIEN EN PLUS DE MOI AFIN D'ETRE COMPLET

 

On sort de Babel... et on remonte à Muragostang, le lien entre Murat et le fils de Pierre Vassiliu auquel le Parisien vient de s'intéresser :

« C'est toujours aussi éclectique, reconnaît-il. Mais c'est aussi ce que j'aime. Passer de Jean-Louis Murat à Hélène Segara, de Miossec à Jenifer. Si j'ai une facilité, c'est celle d'intégrer de nouveaux univers musicaux. »... et également Mylène Farmer.

http://www.leparisien.fr/musique/il-fait-briller-johnny-21-12-2015-5391571.php

 

 

Allez, ce n'est pas tout ça mais je vais m'acheter mon billet pour Neil Young le 15 juin à Lyon... et en tournée en France... 

Voir les commentaires

Repost0

Publié le 17 Décembre 2015

Vers l'âge de raison???

Devoir annuel.

J'ouvre la séance, en présence de moi, secrétaire, de re-moi, président, et de relou qui est re-moi, trésorier. La 6° assemblée générale du blog de Pierrot peut se tenir, le quorum d'une personne est atteint, même s'il a été dure de la rassembler en entier ce soir.

- Et M.?

- M. aura les clefs à ma mort! D'ici là, ne confondons pas le comité de rédaction annuel et les 350 millions de mails échangés, avec des instances de décision! Continuons! (note pour plus tard: pensez à surveiller ce qu'il me proposera à boire désormais).

 

Tout le monde s'en fout peut-être mais je continue à respecter mon engagement de vous faire un point complet de l'activité, statistique et morale. Un petit regard en arrière ne fait pas de mal non plus, surtout quand on a tendance à piloter sans rétroviseur, et sans phares... mais pas sans périphrases.

L'année a été assez riche en terme d'actualités muratiennes: les tournées, le travail avec Matt Low, Morgane, ainsi que le Live aux Pias Nites, a permis de vivoter toute l'année... même si on n'a pas atteint la frénésie d'une sortie d'album (89 articles de septembre à nov 2014). Il est vrai aussi que je n'ai pas eu le temps et l'énergie de traiter l'ensemble des dates de concert (surtout sur la 2e partie) afin de dénicher des avis et commentaires pour chaque soir, comme j'avais pu le faire à un moment donné.

Le début d'année, en plus de la promo de babel qui se prolongeait, a été marqué par la préparation de la soirée Livre Unplugged consacrée à Jean-Louis Murat, à Paris, avec les inter-ViOUS de Pierre Krause et Bertrand Louis. Ce fut une très belle soirée, pleines d'émotions musicales, avec la rencontre avec quelques lecteurs (hélas trop peu nombreux à mon goût) et celle d'Olivier Nuc, de Frank Loriou, Marjolaine Piémont... Un grand moment de fierté pour moi, qui m'a donné pleins d'énergie pour... quelques semaines... En effet, les occasions de me gonfler à bloc sont nombreuses (notamment quand je suis invité quelque part, que je reçoive un compliment d'un lecteur, ou un livre ou un disque dans ma boite aux lettres); mais alors qu'il faudrait l'énergie d'un triathlète (avec les différents champs que j'aimerais investir), je crois que je tiens plus du soufflé au fromage confectionné par la ménagère... La preuve par l'exemple : n'avoir pas rendu possible l'interview de Bertrand Belin qui s'offrait à moi. Des hauts et des bas quoi.

A l'époque (décembre/janvier), on attendait encore la sortie du livre de Bataille consacré à Murat... et bien que non-officiel, je m'occupais de suivre cette actualité. Cela a été il me semble la seule "polémique" de l'année à gérer. Cela m'a valu d'échanger quelques mails avec Dominique A... et ça s'était sympA. La suite a été plus compliquée. Dès l'interview de Bataille, on n'avait commencé à se demander. Après avoir fait un article pour corriger quelques éléments du livre, j'ai pris la décision de ne plus partager d'infos autour du livre... J'ai néanmoins un article plus complet presque terminé que je gardais pour les périodes de disette. Le positif: le livre, vu qu'on n'y apprenait que peu de choses, nous a donné envie de retravailler sur des éléments biographiques... TRAVAUX EN COURS.

 

Avec une période à l'étranger qui me donnait du temps pour le blog, je partais aussi en Belgique pour vivre deux concerts de Jean-Louis Murat (Bruxelles, Mons, puis Liège un peu plus tard). De bons moments, avec l'occasion de discuter avec quelques lecteurs et amis facebookiens.

En mars, j'avais l'honneur de vous communiquer un DUO inconnu jusqu'à alors:

Murat avec Marie Myriam.

Et puis, moi qui commençait à patiner sur mes comptes-rendus, le collaborateur Matthieu se décidait à être actif dans le domaine: comptes-rendus du showcase aux Volcans, concert de Vanot, de Murat à Montceau...et plus récemment à Guéret (j'ai été assez content de trouver un titre à la hauteur de l'article et du sujet).

Et nous voila en Mai et c'est le début de l'actualité ROSE et Morgane Imbeaud, avant celle de Matt Low, qui nous occupe encore aujourd'hui... (on a aussi traité un peu d'Alexandre Delano).

Après m'être fait deux excellents concerts (calexico et Giand Sand) qui nous a permis de revenir sur l'époque MUSTANGO, c'était le koloko... une super édition, en concert et en before et en after, avec tous les camarades réunis. On espère une aussi belle édition l'année prochaine.

Avec l'été, je profite de belles soirées avec Dominique A, Eskelina et Sanson et Cherhal . Il nous faut bien ça pour alimenter le blog. Matthieu lui résout une énigme que Murat nous avait énoncé: Freud dans Toboggan.

Bien que je dise souvent le contraire, il faut quand même se résoudre à dire : Matthieu a sacrément bien travaillé cette année.. Merci à lui et à tout ce qu'il nous apporte en terme de richesses muratiennes... et intellectuelles. Bien que le rédacteur en chef le réprimande parfois à ce sujet, je suis fier de pouvoir vous proposer ses textes qui "élèvent le débat". Un grand merci à lui.

Août et septembre ont été marqués par le Festival des Belles journées à Bourgoin, dans lequel j'étais accrédité. Deux belles soirées... et une inter-ViOUS qui est toujours à paraitre.

En octobre, le train train des concerts, des interviews de Murat, et la découverte de deux reportages à la télé belge de 1988 et 1991, une belle archive... Et un peu pris par d'autres choses, je finissais donc l'année en roue libre... en commettant à l'arrache un compte-rendu de mes deux dernières dates de la tournée Babel (Villefranche et Chambéry).

 

Et bien, oui, intéressant de revivre tout ça... J'avais déjà oublié que j'avais fait quelques concerts cette année (après cette automne, où j'ai été casanier).

Que dire d'autres?  Il me semble que je rassemble plus le contenu d'actualité au lieu de multiplier les articles, en essayant de vous proposer un trait d'humour ou un axe original. C'est rendu compliqué par mon peu d'intérêt pour la mise en forme graphique qui reste du bricolage.

Un petit regret : Une  participation dans les "Commentaires" en baisse, comme des mails pour me communiquer des infos ou des comptes-rendus.  On a besoin de vous!

 

Statistiques:

 

- Total depuis la création du blog

305766 visiteurs uniques

593744 pages vues

1.94 vues / visiteur

 

- Sur le classement des blogs TEADS, après la progression spectaculaire en 2014, le blog a atteint la 9e place en janvier 2015 sur le classement musique! Depuis juin, il y a une baisse régulière (jusqu'à la 39e place).

- Facebook: 908 amis... je n'ai plus d'agressivité commerciale pour augmenter ce chiffre... mais j'étais à 783 l'année dernière. J'utilise les groupes de fan pour diffuser les articles, ce qui semble désormais plus efficace.

La page du blog progresse aussi: 277 (188 l'année dernière).

Je suis rarement sur twitter, mais les articles y sont diffusés ce qui génère désormais un peu de flux. 97 abonnés.  PierrotJLM

 

- Publicité: Comme l'année dernière, les revenus couvrent presque la facture d'over-blog (qui a augmenté à 59.88 euros). En décembre 2014, j'ai eu un gain de 47 euros, en octobre, 49 euros.

 

 

Chers 3 membres de cette assemblée, nous soumettons donc au vote ce rapport. Qui est pour? ... Qui est contre? 3 abstentions, allons donc...

En raison des règlements du dit blog, des codicilles notariés ad hominem obladi oblada, on est reparti pour un tour... jusqu'à ce que cela s'arrête!

 

En 2016, un nouvel album de Murat, celui de Matt Low?, l'interview d'une belle chanteuse pop moderne, d'un ACI clermontois...  et quelques surprises sans aucun doute... notamment une nouvelle collaboration clermontoise  de Jean-Louis... avec un inconnu...  ou encore une nouvelle fraîche: le retour du VoYAGE DE NOZ... au transbo le 15/03...

 

Les photos en plus en guise de cadeau de NOEL

Vers l'âge de raison???
Vers l'âge de raison???
Vers l'âge de raison???
Vers l'âge de raison???
89

89

et surtout n'oubliez pas : il vous a à l'oeil...

copyright:  olivier Rocken

copyright: olivier Rocken

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Repost0

Publié le 11 Décembre 2015

En décembre, fais ce qu'il te plait. Tente de trouver un dénominateur commun aux brèves que tu dois communiquer, ou mange de la rhubarbe avec de la salade si ça te dit... mais écoute quand même ce que les autres peuvent te dire, ça peut aider.

une brève sur le nouvel album vous attend dans cet article... Sauras-tu la retrouver?
  • Par exemple, pour tes cadeaux de NOEL, et si tu souhaites aussi pourquoi pas faire des cadeaux qui fait grand ouvrir les yeux d'étonnement l'heureux (avant l'offrande) récipiendaire , tu peux découvrir les conseils de Jean-Louis. C'était dans le livret des concerts de Morgane Imbeaud à l'opéra de Clermont.
Les choix de lui, les choix de elle(s)

Un livre du 17e siècle du père de l'agronomie française (conseillé dans sa première édition, il y en eut 19 au cours de ce siècle-ci), un autre du philosophe qualifié de "vieux sage campagnard" par le Monde, et enfin, un de V.S. Naipaul, prix nobel de littérature 2001, mais qui fut assez polémique (bien qu'apolitique affirmé, il a accusé Blair "à la tête d'un révolution socialiste, de se soumettre à une insupportable culture de la plèbe")... on se dira que Murat reste fidèle à lui-même!

En musique, point de soul...mais du folk et du jazz... inspirations du moment? Le "récurrent" "Rock bottom", mais aussi:

- Erikah Badu en live.

- John Martyn:

Quant au cinéma... point de Tarkovski et de Ford... mais "la soupe aux choux".... Et ce sommet bien-sûr qu'est "The party".

On retrouve dans l'édition de ZAP également les choix de Didier Veillault de la coopé, de Pain Noir, d'Alexandre Rochon-Delano et de Matt Low.

http://myzap.fr/magazines/decembre-2015/

Les choix de lui, les choix de elle(s)
  • Passons aux goûts d'elle... et de lui...

Marie Audigier était invitée cette semaine de l'émission Continent Musiques sur FRANCE CULTURE. On ne saura pas si ses "signatures" sont uniquement liés à ses goûts, son ressenti, ou si elle prend en compte l'idée qu'elle se fait du goût du public... Au vu de son parcours et du travail qu'elle réalise auprès des jeunes artistes, la question... ne mérite pas d'être posée.

Le présentateur a fait des recherches:

- Il fait le lien entre Marie et Federico Pellegrini, l'ex-Little Rabbits également invité: ils figuraient tous les deux il y a 24 ans dans l'album CONTRESENS, (avec JLM également), Marie avec son titre "le Voyage" et les Little Rabbits, pour leur premier enregistrement. C'est une pièce manquante de ma collection, tiens.

- Et fait référence au fait que Marie serait fille du curé de Manglieu (tout près de St-Babel). L'information était donnée par l'Express en juillet 93.

Curieusement, l'actualité de NAIVE dont Marie a pris la direction, n'est pas évoquée.

Elle intervient surtout après la 33e minute. Elle parle de son rôle d'éditeur (pour Ibeyi), et en quoi à consister son travail avec elles, puis de Noiserv et Cascadeur.. et...et... de... Jean-Louis Murat (40e minute). Eh, oui, tiens donc! Le hasard!

Quelques mots sur leur rencontre, puis Marie raconte que Murat aurait été très traqueur lors du concert aux Pias nites... Et... voilà la question qui m'intéresse... grosso modo celle qui m'avait manqué lors de la dernière interview radio de Marie: quel est son rôle? son influence? Est-ce que JL écoute quelqu'un?

En guise de réponse, Marie prend l'exemple tout récent d'une visite au studio où JLM enregistre son album. ... et parle de son étonnement que JL n'enregistre pas les inédits joués lors des concerts... et de ses encouragements à ce qu'il le fasse. Quelques jours plus tard, elle aurait constaté qu'elle a été entendu. 2 ou 3 titres joués dans la dernière tournée ont donc été enregistrés. Marie termine en disant qu'elle ignore s'ils seront ou non sur le disque au bout du compte.

(Gaël ayant photographié un clavier au studio Davout aux dates correspondantes, je me dis que l'album de Murat a peut-être été enregistré là-bas, ce qui serait tout de même étonnant, vu l'état dans lequel Paris le met).

Au vu des propos de Jean-Louis durant les concerts, qui racontait les pressions qu'il subissait pour qu'il enregistre ces titres... on peut se dire que c'est bien plus tôt qu'en studio que Marie a commencé à faire entendre son souhait, ou que L'AUtRE Dame émettait le même avis.

Murat s'est donc fié à leurs goûts... mais avait-il vraiment l'intention de ne pas les enregistrer? Je le vois bien en train de jouer le mauvais garçon qui fait mine de n'en faire qu'à sa tête, qui ne veut pas écouter ses deux Dames ou qui cherche à se faire prier... mais au bout du compte "résigné" à écouter... C'était la séquence "supputation psychologique". Je ne suis pas sûr que ce soit très clair, mais soit...

Je vous mets le lien pour écouter? ou vous me faites confiance? Vous avez raison: mieux vaut écouter... D'autres séquences sont intéressantes.

http://www.franceculture.fr/emission-continent-musiques-marie-audigier-et-moon-gogo-2015-12-04

  • 3e brève: le goût de lui à travers les frontières

Je vous ai déjà parlé du chanteur suisse Marc Aymon qui a enregistré avec M. Fred Jimenez et Stéphane Reynaud. Il tourne en ce moment avec eux!

Dans l'article ci-dessous, vous en saurez plus: c'est à un concert de JLM que le chanteur a fait la connaissance de Stéphane.

https://suississimo.wordpress.com/2015/12/02/marc-aimant/

"On s’est retrouvés plus tard au concert de Murat avec Alexandre et on a vu Stéphane Reynaud, son batteur, ce soir-là… on l’a trouvé super », quelques mois plus tard, j’étais chez Stéphane pour lui parler de mon projet. Ce batteur-là, il est intéressant parce qu’il joue de telle manière. Mon but c’était de lui dire « joues de cette manière-là », pour qu’il se sente libre et en confiance. J’ai besoin de rencontrer les gens, de les sentir, de les voir agir avec les autres… je sais alors à qui j’ai affaire".

  • 4e brève: Mylène Farmer et l'écho de l'égout Staragora

Une petite anecdote concernant une incapacité de Jean-Louis Murat à chanter en place en 1990.

http://www.staragora.com/news/mylene-farmer-tout-ce-que-vous-avez-toujours-voulu-savoir-sans-jamais-oser-le-demander/522054

"Distributrice de bulles : au cours du tournage de l’émission Stars 90, où elle doit faire un duo avec Jean-Louis Murat, les répétitions s’enlisent, le chanteur ne parvenant pas à trouver la note. Pour s’excuser auprès des techniciens qui ont dû faire des heures sup’, Mylène leur a fait parvenir une caisse de champagne !"...

Il y a donc en France des techniciens de télé qui ont gardé un bon souvenir de Jean-Louis, qu'on se le dise!

 

LE LIEN EN PLUS DE GOUT

 

Voici le clip de Matt Low.  Les inrocks en font des tonnes, Pias parle de futur star... et vous? 

 

 

 

réalisateur: Nicolas Despis

Oui, une star est née, la preuve: il eu l'honneur d'être invité du Petit Lait Musical sur radio campus:

http://www.campus-clermont.net/onair/podcast/player/rss/?q=Le%20petit%20lait%20musical%20invite%20Matt%20Low%20%28partie%202%29

Il est bien sûr question de Murat... et il y a un mini-live en solo.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Repost0

Publié le 4 Décembre 2015

Zone de libre expression pour Pierrot dans l'éventualité où il aurait quelque chose de brillant à écrire en préambule de cet article...

- Et comment, je vais la prendre ma zone d'expression! Pour le brillant par contre, faudra peut-être repasser... D'abord, pour te remercier du beau cadeau, cher M, que tu nous offres pour fêter  le 6e anniversaire du blog! Tu m'offres un beau scoop, comme je les aime, et comme j'adore vous les faire partager: des photos inédites datant de 34 ans... et l'objet du délit... délit que je me rappelle avoir commis... Et oui, j'y suis allé aussi d'un MALIK... et de quelques "sarces"... alors que mon acolyte qui a lui persévéré dans le dessin et l'animation s'attelait à un "Ceaușescu" de deux mètres de long... Certains diront que j'ai su rester bête, et grâce à Dieu, on a désormais internet... pour s'exprimer sans dégrader... sauf quelques murs... de facebook.

Pour une fois, la "randonnée" qui suit ne nous conduira pas vers les sommets enneigés qui ont habituellement la part belle dans cette rubrique du blog. Nous ne contemplerons pas le bleu profond des lacs de montagne et aucune marmotte ne pointera ici le bout de son museau. Non, aujourd'hui, notre balade sera urbaine et consistera en une déambulation parmi quelques inscriptions trouvées sur les murs de Clermont-Ferrand et de ses environs, qu'elles datent d'aujourd'hui ou d'hier, viennent de la droite, de la gauche ou d'ailleurs, expriment gravité ou dérision. Une flânerie accomplie avec en tête l'idée de retrouver un graffiti bien précis, devenu indélébile pour la plupart de ceux qui s'intéressent à Jean-Louis Murat. Voici donc Clermont sous les bombes… aérosols.

Les graffitis les plus visibles et nombreux ces temps-ci, sur les murs de la capitale auvergnate, sont aussi les moins créatifs, à savoir les graffitis militants. Souvent élémentaires et très "premier degré", ils portent la marque d'une opiniâtreté propagandiste inspirée par un engagement à la fois rageur et liturgique (où le "No Pasaran" serait un équivalent du "Corpus Christi"). Sur les parois de ce grand Taguistan en constante ébullition, on repérera donc des slogans communistes (tendance maoïste), fascistes (tendance raciste), antifascistes, royalistes ou anarchistes, ces différents courants s’affrontant pour trouver sur les murs une visibilité que l'espace médiatique dominant ne leur concède que difficilement.

"Ni Dieu ni maître !" crient les libertaires, qui politisèrent l'inscription murale dès la fin du XIXème siècle. Des libertaires à ne pas confondre avec les libertins – même si eux aussi, bien entendu, ont droit à leur bout de ciment…

Au-delà de la simple expression d'une position partisane, le graffiti politique se veut souvent revendicatif et vise à déclencher une prise de conscience. Il arrive alors qu'il convoque la figure d'un défunt dans le but d'entretenir sa mémoire, tout en l'érigeant en symbole plus ou moins mobilisateur. Là où les uns célébreront le souvenir d'un théoricien d'extrême droite qui voulut faire de son suicide, en plein cœur de Notre-Dame de Paris, une exhortation au sursaut national, d'autres rappelleront avec une exigence de justice tenace le nom d'un jeune habitant des quartiers populaires, mort lors d'une intervention policière musclée. Les causes défendues pourront être très locales ou beaucoup plus lointaines et les interpellations d'autrefois trouver d'étranges échos dans le présent...

Ce dernier graffiti pourrait paraître exotique au cœur de l'Auvergne, mais il est en fait un proche cousin du très récent "Erdogan fasciste vive le PKK", des indémodables tags pro-palestiniens qui ressurgissent de temps à autre (à Clermont comme dans de nombreuses villes de France) ou des plus anciens "Libérez les prisonniers politiques à Saïgon", "Pologne libre" ou "Assez de sang versé en Espagne", qui égayèrent le paysage urbain local en un temps où il était moins question de mondialisation que d'internationalisme.
Pourtant, il serait injuste de réduire l'art de l'inscription murale à sa seule composante militante. Souvent plus originaux et laissant davantage de place à l'humour, des graffitis non-encartés (mais pas forcément dépolitisés) animent ponctuellement l'espace public, au gré de l'imagination et de l'audace d'auteurs inconnus. Les escarmouches opposant la faucille et le marteau à la croix celtique cèdent alors la place à une littérature empreinte d'absurde, de poésie, de fantaisie, voire d'une certaine dose d'utopie.

Il suffit de parcourir les rues en scrutant les murs pour comprendre que s’intéresser aux graffitis revient à faire l'histoire de leur effacement. Sur de nombreuses façades, l'on devine en effet le passage des entreprises chargées de débarrasser la ville de ces écrits sauvages. Hydrogommage, aérogommage, recouvrement, solubilisation ou décoloration sont quelques unes des techniques utilisées pour lutter contre ce qui n'est plus guère considéré comme de la subversion, mais tout au plus comme une coûteuse pollution visuelle. Dès lors, l'amateur curieux n'a plus qu'à plisser les yeux pour tenter de déchiffrer les spectres d'anciens tags, à solliciter la mémoire de ses aînés ou à se plonger dans les archives de la presse locale pour retrouver la trace d'inscriptions dont la verve reste intacte, tous registres confondus : "Ras-le bol de mourir sa vie !", "Avorter, c'est tuer", "Waterlot = Morne Le Pen", "Supprimons l'armée pour supprimer la guerre", "Drogue en grève, libérez le prix du cannabis", "J'encule Dieu", "Nucléaire = Bébé mongol", "Usine à cancers", "Puisqu'il est temps de réver réveillons-nous", etc. Une bonne occasion de redécouvrir au passage le plaisir enfantin et jubilatoire de l'insulte, lorsqu'elle est gratuite et jetée à la face du passant anonyme, sans discrimination aucune : "Bonne année les connards", "Fesse d’huître", "Marie (03) vous emmerde tous".
Dans cette lutte entre désir (singulier ou groupusculaire) d'expression et volonté (municipale) de salubrité, le sort des graffitis s'avère précaire et soumis à l'arbitraire. La vie ne serait-elle qu'une loterie ? Prenez par exemple cet appel à la libération d'un célèbre dirigeant politique d'extrême gauche. Il remonte vraisemblablement à plus de quarante ans, celui qu'il concerne a quitté sa cellule depuis longtemps, mais il demeure encore bien visible aujourd'hui dans la banlieue clermontoise.

Cet autre tag, couleur rouge sang, n'atteindra pas une telle longévité. Le 4 décembre 1986, plusieurs centaines de milliers de personnes défilèrent à Paris contre le projet de loi Devaquet. Suite au refus exprimé par le gouvernement de retirer son texte, de violents affrontements éclatèrent en fin de soirée, faisant plus de soixante blessés. Parmi eux, le jeune Clermontois Malik, qui se retrouva à la Salpêtrière après une bagarre avec des CRS. Au lendemain de ces accrochages, quelques centaines de personnes défilèrent à Clermont contre la répression policière et en soutien à leur compagnon. Le soir-même, on apprit la mort d'un autre Malik – Malik Oussékine – après son passage à tabac par des policiers. C'est probablement le 5 décembre que fut inscrit ce tag, en référence aux violences survenues la veille. Il restera visible jusqu'à l'été 2014... où une main inconnue estimera nécessaire de lessiver la paroi de ce bâtiment universitaire.

Le sort de cette inscription est plus amusant. À l'origine (dans les années 80), son auteur avait tagué la phrase "Pourquoi pas / Les fleurs bleues", en référence à Raymond Queneau. Mais au fil des ans, plusieurs couches de crépi ont recouvert le "pas" et le "bleues", ne laissant aujourd'hui subsister que cette interrogation incongrue "Pourquoi les fleurs", comme un défi poétique et bucolique à la rationalité financière à l’œuvre de l'autre côté du mur –  celui de la Banque de France, sise à Chamalières.

Un graffiti peut s'avérer provocateur soit par son contenu même, soit par le choix de son emplacement, soit par la conjugaison de ces deux paramètres. L'insolent qui traça celui qui suit sur les murs de l'Hôtel de Ville vers la fin de l'année 1978 devait bien se douter qu'il n'y resterait pas très longtemps… De fait, on ne distingue plus aujourd'hui sur la pierre de Volvic de la rue Philippe-Marcombes que d'infimes traces de peinture blanche. Le mur en question est-il pour autant devenu "plus propre" ?

Si ce graffiti est désormais à peine visible, un spécimen voisin a partiellement survécu – mais ailleurs que sur la pierre. Car pour contrer les assauts cumulés du temps, des travaux et des brigades antigraffitis, les tags peuvent avoir besoin d'aide. Les quelques compilateurs qui les recueillent patiemment avant leur disparition (voir plus bas) jouent en ce sens un rôle précieux, mais la ville de Clermont, au cours de son histoire, connut un "sauveur" d'un autre type.
En 1981, le jeune Jean-Louis Bergheaud devient Jean-Louis Murat et publie son premier 45-tours. Le titre-slogan de ce disque, "Suicidez-vous le peuple est mort", fait alors résonner dans la chanson française de l'époque les échos mêlés du punk (avec son nihilisme et son esprit de dérision féroce) et de l'anarchisme (avec sa critique d'un peuple léthargique).

Et par la grâce de ce morceau encore présent dans la mémoire de quelques uns, il peut arriver, en se promenant place Michel-de-l'Hospital et en s'accordant une halte devant le numéro 8, d'avoir la sensation, à plus de trente ans de distance, par-delà les ravalements successifs, que brille encore, le temps d'un flash hallucinatoire…
À moins que…
Aurait-on respiré les gaz aérosols d'un peu trop près ?

**********

Aux lecteurs intéressés par le sujet des graffitis linguistiques, nous conseillons vivement d'aller jeter un œil à l’impressionnant travail de collecte entrepris par Yves Pagès. Près de cinq mille inscriptions murales sont recueillies dans Bombages à travers nos âges, quelques milliers d'autres, plus politiques, sont rassemblées dans Slogans aux marges des tympans. En images cette fois, on pourra s'amuser des trouvailles rassemblées par les passionnés de Graffitivre ou ceux de Laissez les murs propres.

Cette petite compilation a bénéficié de l'aide de nombreuses personnes. Nous remercions donc toutes celles qui ont bien voulu répondre à nos sollicitations et, quand elles le pouvaient, nous renseigner.
Un merci particulier à Jeanne Virieux, qui amorça dans les années 80 un travail de collecte de graffitis pour la Conservation du Patrimoine Ethnologique et dont nous avons utilisé quelques clichés ; à Claude Dumont, qui rédigea l'article "Graffitis. Les murs ont la parole" pour le numéro 45 d'Info du 15 mai 1984, dans lequel nous avons abondamment puisé références et images ; à Auvergne magazine – et notamment à Jean-Paul Chavent –, à qui nous avons emprunté les photographies des deux graffitis "Suicidez-vous" ; à Artémios, pour
l'hymne kitschorévolutionnaire qu'il consacra au graffiti ; à Mathilde, pour le dépannage de dernière minute.
Enfin, un immense merci à Patrice, qui réussit la prouesse de reparcourir mentalement – et en fermant les yeux ! – le chemin qu'il empruntait pour se rendre au lycée et nous permit ainsi de situer avec précision l'emplacement de "notre" graffiti.

Les slogans rassemblés ici ne représentent évidemment qu'une infime partie de tous ceux qui colorèrent les murs de Clermont-Ferrand au fil du temps. Si certains lecteurs de passage en ont d'autres en mémoire, qu'ils n'hésitent pas à les partager dans la rubrique "Commentaires" de cet article et/ou à laisser une photo sur la page Facebook du Blog.

Et pour finir en beauté, "Suicidez-vous le peuple est mort", reprise en 2015, lors de la soirée Livre Unplugged, par Bertrand Louis et Olivier Nuc (sous le regard de Monsieur Decoster)...

Voir les commentaires

Rédigé par m

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 2 Décembre 2015

Le hasard fait que j'ai plusieurs petites choses (dont on se contentera en période de soudure) à communiquer dans lequel Murat se fait un peu malmener. Ce sont des choses qui arrivent. Assez régulièrement... mais il faut le prendre avec humour. Murat a joué du buzz, il se fait maintenant souvent buzzé.

On a pu voir avec Babel que certains journalistes faisaient parfaitement la différence entre leur impression de l'artiste et sa musique, même si la promotion n'a pas atteint des sommets: pas de jt, de couv prestigieuse (à part Magic'). Au niveau public, on peut encore se poser la question. Sachez tout de même que les rédacteurs du blog ont sous le coude de quoi se faire vraiment plus mal, ou de quoi vous énerver sévèr pour plusieurs jours, mais pour ce jour, restons dans l'actualité. Mon intention n'était pas de faire une introduction, mais soit.

1) Commençons par un petit tacle d'un journaliste de Culture box dans un article assez bien troussé sur la dernière compil de Manset.

http://culturebox.francetvinfo.fr/musique/chanson-francaise/gerard-manset-presente-son-classic-alternatif-best-of-231475

Manset "assurant que c'est d'Alain Souchon qu'il se sent le plus proche dans la chanson française (alors que certains voient un cousinage avec Jean-Louis Murat qui est à Gérard Manset ce que Pascal Obispo est à Michel Polnareff)".

Oh, le méchant... et la vanne à deux balles... Elle est en fait mal ficelée: "alors que certains" semble indiquer que le journaliste refuse le cousinage Murat/Manset, qui est évident : historiquement par les contacts entre les hommes, leur propos réciproque, et le cursus journalistique depuis plus de 30 ans. Sur la dimension "valeur artistique", la liste des influencés par Murat est semble-t-il aussi longue que celle de ceux qui ont revendiqués Manset... Peut-être ferai-je un jour mon article Manset/Murat sur lequel j'accumule des sources? J'avais bien rigolé quand Manset avait parlé du "repli problématique" de Murat. C'est pourtant bien le principal point commun que je vois désormais: celle d'une exploration toujours plus profonde d'une même veine d'argent et de charbon.

Mon intention n'était pas de commenter ce propos qui ne le méritait pas... mais enfin...

Murat-oseur arrosé?

2) Dans l'ordre d'importance... maintenant, un article qui vient du pays de Moleenbeck...

Après l'excellent numéro spécial de FOCUS/VIF, voici que le journal s'en prend (sur un sujet qui devient un marronnier) un peu à Murat (pour la deuxième fois je crois) : les photos. C'est un sujet d'achoppement assez récurrent (dans la PQR notamment où le petit photographe se sent obligé d'exprimer sa frustration de ne pas pouvoir "travailler").

Là, Focus reproche à Murat d'avoir imposé un droit de regard sur les photos... Mais le fait est que la photo qu'il a refusé a tout de même été sorti ensuite par le journal... et partagé ici même.

http://focus.levif.be/culture/musique/tu-veux-ma-photo-notre-coup-de-gueule-face-au-droit-de-regard-qu-exigent-certains-artistes/article-opinion-435597.html

"Ainsi, Jean-Louis Murat (notre photo) nous invitant au coeur de son antre d'Auvergne à l'automne dernier. La consigne du label Pias est "a priori, il ne veut pas de photos, mais à voir sur place". Sur place justement, de son bureau-sanctuaire aux vaches voisines, Murat, de belle humeur, ne s'oppose à aucun clic. Au final, il autorisera... une seule photo: lui, de dos".

Mon bon sens paysan me dit: "chacun fait ce qu'il veut, et négocie comme il l'entend". Mon intention était de commenter un peu plus, mais là, je n'ai plus envie.

3) Petite parenthèse dans l'axe "polémique": Je vous avais parlé de "La Française POP", livre signé Christophe Conte et Berbérian au moment de vous partager un dessin représentant MANSET il y a quelques temps. J'avais promis d'y revenir.

Voici les deux dessins représentant Murat, et qui ont pris une toute nouvelle dimension il y a peu : Berberian ayant signé une couverture pour le "New Yorker", rentrant ainsi dans un certain hall of fame des illustrateurs.

Murat-oseur arrosé?
Murat-oseur arrosé?

Le livre est une compilation des articles de CONTE qui offre une belle vision de la pop française, mais c'est un peu décevant puisqu'elle n'est que cela (la faute de la maison d'édition qui m'a vendu autre chose? C'est un peu court pour être un livre de référence!). Mise à part les articles qui évoquent les rééditions de disques, ou qui figuraient dans des inrocks spéciaux, on n'a pas forcement pour les artistes vivants une portée totalement "encyclopédique" (pour Murat surtout), et je trouve cela dommage. Il est par ailleurs curieux que ne soit pas indiqué la date de parution initiale des articles. Cela se lit néanmoins avec plaisir, et on retrouve Holden, Nataf, Cherhal, Marchet, JF Cohen, Barbara Carlotti... et pour un prix raisonnable (édition Helium).

 

- Murat est présent sur quelques pages dans le livre. Essentiellement par la reproduction d'une interview assez longue datant de Mustango. Il en est également question dans la préface, un dialogue entre Conte et Berbérian:

Berbérian: ... Grâce aux inrocks que j'ai découvert Murat à l'époque du garçon qui maudit les filles.

Conte: J'ai aussi beaucoup aimé quand j'ai écouté cette chanson. Quelques années plus tard, je lui ai demandé de reprendre Jeanne de Dassin, enfin, la version française d'Ode to Billie Joe de Bobbie Gentry. Sa version fait partie d'un album hommage à Joe Dassin que j'ai produit sur mon label, le Village Vert.

 

Conte évoque aussi dans l'article sur Jeanne Moreau l'épisode de son travail avec Jean-Louis : "pas plus qu'on ne saura ce que mitonnait l'auvergnat JLM au cours des années 90, lorsqu'il prétendait écrire lui aussi pour Jeanne Moreau l'un de ces disques arlésienne qui ont longtemps fait saliver les gazettes".

Y a-t-il un sous-entendu dans l'utilisation du verbe prétendre? Conte ignore-t-il que les chansons ont été maquettées, et ont rejoint la longue liste des inédits? Cela semble être le cas...

 

- On en arrive au petit tacleton... où celui qui n'embrasse pas propose à deux grands artistes d'aller de faire pendre:

Sur facebook, où Conte reprenait un des multiples tweets du "biographe" de Murat (tout aigri que ses grands média parisiens n'aient pas parlé de son immentissime labeur... de recopiage pour le plus gros?)... voici l'échange:

Murat-oseur arrosé?

Voilà, on aura tout dit sur le sujet ainsi.... C'est un peu décousu mais mon intention n'avait aucune ambition de clarté... comme d'habitude.

LE LIEN EN PLUS IDEE DE CADEAUX DE NOEL

A part des disques bien entendu,  vous pourrez acheter un jeu proposé par les inrocks, concernant la pop culture,  et attendre... qu'on vous pose la question qui concerne Jean-Louis Murat...

http://www.villaschweppes.com/article/-les-inrockuptibles-30-ans-de-pop-culture-le-jeu-qu-on-veut_a14770/1

Ma collectionnite étant limitée, je ne l'acheterai pas... mais si quelqu'un veut nous communiquer une photo....

 

LE LIEN EN PLUS QUI DEBARRASSE

 Le duo Rose/ Murat fonctionne très bien: 

http://www.chartsinfrance.net/communaute/index.php?/topic/57148-classements-officiels-cif-vos-tops-singles-albums/#entry3789507

Mais ça ne se traduit pas en vente d'albums pour Rose (qui n'est plus dans les classements). Adele vend elle 150 000 albums en une semaine... Tiens, je me faire une soupe ce soir moi...

 

PS:  cet article a été pondu avec aucune mauvaise intention.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...), #bibliographie

Repost0

Publié le 29 Novembre 2015

Mash'up Villefranche/Chambéry, last comptes-rendus de Babel

Vous  fais-je une liste d'excuses bidons pour expliquer mon retard dans la rédaction du compte-rendu de Villefranche? Non. Et sur celui de Chambéry? Non plus. Je vous épargne ça!  Pour remercier ceux qui m'ont fait part de leur impatience à les lire! 

Allez, tentons un double retour dans le passé et mélangeons tout ça. Et ce n'est pas parce que j'ai mis du temps pour publier... que je me suis appliqué... Même si on s'est mis à  3 pierrots  pour boucler le truc.

 

 

 

- J'étais un peu KO ce lundi, c'était le 12 octobre....  (Ah, oui, déjà... je suis quand même vachement à la bourre) et l'envie de rester dans cet état m'a effleuré dans l'après-midi, surtout avec la petite route à faire dans ce sale temps automnal, qui ne donne pas envie de se griser (puisqu'on frôle l'overdose). Cette petite idée, comme beaucoup de choses, m'a effleuré et a été chassée, dans le grand, han, han, han, grand vivier de mes oublis (oxymore?)... Café, thé, vitamine, re-café, j'étais calé.

- Non, c'est moi qui étais un peu KO ce jeudi, c'était le 12 novembre et .... et faudrait qu'on pense à faire une cure de juvamine nous trois, ou une cure à la Bourboule... ou à Challes Les Eaux... "Chambéry, c'est un peu comme la Bourboule" dira Murat lors du concert de Chambéry.

- C'est bon je peux parler?  Y'a des gens qui attendent mon avis depuis 6 semaines!

Guidé par mon papa et ma mââman abonnés du théâtre, je me glisse sans vague mais avec classe (humour locale) dans la rue principale et étroite de Villefranche. En passant par un joli porche, nous traboulons pour accéder à la place où se trouve le théâtre. Mes parents sont surpris: il y a du monde qui s'agglutine devant les portes... et oui, pas de places numérotés, et il faut surtout éviter d'avoir à monter les escaliers pour se rentre au balcon, c'est la terreur des abonnés sept-et+-uagénaires !

- Olalala, le Carré curtial, le ciné, les coursives, le lieu est original (si bien qu'il y a un immense  monte-charge à l'arrière- en extérieur- pour élever le matériel à hauteur de la salle qui est à l'étage,  pratique...). Mais bon sang, c'est pas où qu'on rentre... Maman! Papa! Je me suis perdu sans vous... Je trouve finalement une porte dérobée: mince, je suis peut-être arrivé un peu tôt. Pour l'heure, c'est la présentation de la saison de l'espace Malraux...  un 13/11!! (du fait des difficultés financières de cette institution).  Je m'oriente plutôt vers l'espace d'expo photo et attend sagement l'heure du verre de l'amitié, profitons-en... et des retardataires, le gang isérois. Il nous restera un long moment à discuter (du fait des places numérotés) : le concert est programmé à 21 heures, et sans première partie: pas de Matt Low!

 

-  Pas très intéressant ces commentaires.. Sachez qu'à Villefranche, par contre, tous les lyonnais ne sont pas présents... mais on retrouve le moitié auvergnat (car il est de Thiers) chanteur des Dory 4, et Sly Apollinaire, dont j'ai fais connaissance au festival de Bourgoin. Les Fidèles du centre isère sont là ainsi qu'une suissesse bien connue, que je soupçonne d'avoir été attirée ici par l'envie de voir la terre de B. Biolay. Elle ne manquera d'ailleurs pas, car elle n'en manque pas une, d'en faire allusion auprès de JLMurat. Cette gente dame m’avait gardée ma place devant, mais finalement, je rejoue Tanguy, soucieux de ne pas laisser seuls mes parents dans l’épreuve… Je fais aussi la bise à mon ancienne prof de français, qui notait bien mes rédactions au collège... Elle n'est donc peut-être pas pour rien dans ce blog.

Bon, que ce soit clair : je n’les avais pas poussés mes parents à venir. Je ne suis pas du tout prosélyte dans ma vraie vie, et peu de monde sait que je tiens ce blog d’ailleurs… Ma mère s’est tout de même sentie obligée de prendre des places, elle a tellement adoré Camille dans ce même théâtre par exemple... mais bon, évacuons le sujet : bien qu’il applaudisse à la fin de chaque morceau, quand Murat a chanté doucement pour faire dormir le jeune enfant du 2e rang, « dodo fais dodo », j’ai cru que c’était pour mon Daddy… Le nez piquait grave à chaque morceau. Faut dire qu'avec leur vie de patachons. Ils étaient la veille à Bernard Bruel chantant Brel... et ils ont adoré. Quand je leur ai dis, histoire de mettre la..., que Murat ne pensait pas du bien de Brel (c'est à relativiser en fait), je les ai choqués (c'est toujours aussi bon).

-  Se moquer de ses parents, c'est moche .... Il y avait aussi un "soir de première" à Chambéry, avec le cousin d'Isabel... Disons le tout de suite: l'auditeur de France Musique a trouvé la prestation suffisamment intéressante pour qu'il y revienne.

 

- Oui, j'ai un peu honte... Reprenons: la première partie de Matt Low est un peu difficile puisque c'est down tempo, mais les parties orchestrales sont vraiment chouettes, et il s'est avéré que j'ai gardé longtemps les morceaux en tête (plusieurs jours), notamment du fait de ce très joli final (avec lumière qui va bien), et le lancinant, répété ad lib : "au creux de tes bras, tout devient vrai" ("misty" présent sur le EP).

 

- Donc pas de première partie pour Jean-Louis à Chambéry et c'est tant pis... mais pour la peine, j'achète le CD de Matt Low que je n'avais pas encore dans ma collec Starlett.

Je rentre dans la salle quelques minutes avant le début du concert... Ouah! C'est grand! 950 places et ça semble plein!

les 700 places de Villefranche

les 700 places de Villefranche

- Et c'est parti mon kiki pour Jean-Louis... - Oui, à Chambéry aussi... et avec un striptease en plus (la grosse chemise à carreau en moins... ce qui nous vaut un "bonjour merci" de suite... et l'entrée en scène à peu près aussi longue qu'un Reggiani et une Brigitte Fontaine... ah, je rigole! C'est pour la vanne... Si Murat faisait dans la mise en scène, ça se saurait... En plus, on sait déjà que la première chanson sera expédiée...

- Et oui, "j'ai fréquenté la beauté",  le constat est le même pour chaque concert: c'est mené un peu trop tambour battant... C'est plus "je n'en ai rien gardé" que "l’enchaînement des toujours", bon, ça reste un titre accrocheur... Dans la dernière interview en date, Jean-Louis indique à propos de cette chanson qu'il ne comprendra jamais le goût du public. Murat fait sans doute une concession en la jouant, et ça se voit... (note pour l'auteur : idée d'article "Murat et les concessions", création artistique et contraintes tout ça. A soumettre à Matthieu, il faut qu'il bosse celui-là).

 

- Ah, bein, finalement, bonne idée, ce mash-up :on gagne du temps!  Donc: Tout pareil à Chambé... Même intro puissante d'une trentaine de secondes...sauf que. .. sauf que... Murat est debout et a chaussé une GIBSON. Le son me parait peu clair au premier abord, puis je m'habitue. Beaux applaudissements et sifflets (ça surprend, 950 personnes!)

- Jolie intro douce ensuite: déjà un inédit! "CHERCHEZ LA FEMME". Un titre cool, avec un piano jazz... Très jolie pont musical sur le final avec un peu de guitare de Jean-Louis Murat. Le titre refrain est vraiment accrocheur, mais je n'aime pas la trop classique ponctuation batterie et clavier qui clôt chaque refrain. Bien entendu: c'est du Murat, du classique. Au niveau interprétation, je trouve la voix impeccable... même si on n'arrive pas à comprendre le texte. Un chanson qui malgré les parties instrumentales est au format "single".

- L'intro du "cherchez la femme" savoyard me parait légérement plus puissant avec une guitare moins claire... l'ensemble de la version est un peu plus rapide et moins jazzy.

- Murat est appuyé sur un tabouret devant son pupitre. Concentré. Jambes tendues, pas vraiment assis.

- A Chambé, le tabouret est expédié à quelques mètres derrière. Murat va peu se balader pour autant, mais c'est vrai que c'est quand même plus agréable pour le spectateur... qui lui reste assis... Et c'est bien dommage parce qu'un concert avec une fosse, c'est quand même autre chose... 

- Bien dit pour une fois, mon gars, mais on est là pour compterendre un concert, pas pour bavasser... Alors,  morceau suivant:  Un peu de guitare, sans trop savoir ce que cela sera, et Murat débute seul: LES RONCES, et est rejoint doucement par le groupe. Pas de doute: c'est totalement maitrisé... Gaël aux claviers assure les ornements et remplace trompette et violoncelle.

- un "merci beaucoup"...  Et cette fois,on a une vraie intro débutée par Jean-Louis  mais rapidement rejoint  par le groupe... Là, encore, la version me parait plus rapide,  avec un chant plus puissant de Jean-Louis. Très belle version.

- Un quart d'heure de concert, et on repart toujours sur du doux: La vallée des merveilles. Même principe que sur le titre précédent: Murat commence seul puis est rejoint par le groupe. Le piano se fait plus discret. Pour le coup, on entend parfaitement le texte, même si ce n'est pas celui qui est très compréhensible... Cela reste bien sage et appliqué.

- Oui et à nous,  Murat nous dit encore un "merci beaucoup"  Chambéry, et pas à Villefranche....  Et la vallée de merveilles est délivrée sans grosses différences. J'entends plus la guitare, et ça me convient. Je pense que le clavier était différent à Villefranche, penchant vers l'orgue.

- Pour Villefranche, le "Merci" arrive maintenant.

Murat débute... puis se trompe et reprend... puis arrivé de la section rythmique... On secoue la tête: chagrin violette... Cela reste de la ballade, mais nettement plus rythmé. C'est peut-être sur ce titre d'ailleurs que Murat se lève un peu pour se rapprocher des musiciens.

Pas d'erreur cette fois... Et ça envoit... J'adore le tempo et cette ponctuation électrique. Petit signe: les versions sont un chouia peu  plus longues qu'à Villefranche. Murat adresse un sourire à Chris le bassiste.

- On reste sur du tempo plus rapide: 2e inédit "le grand vivier de l'amour" déjà interprété au KOLOKO. De l'efficace... toujours avec ce titre phrase refrain venant clôturer chaque couplet dans une belle envolée: "dans le grand and and and vivier de l'amour"... Le clavier se fait "orgue" sur ce titre (et évoque l'époque grand lièvre). Il y a un peu d'intro, un peu de pont musical, mais là encore, on ne dépasse pas le format radio ou à peine.

- Je retrouve avec plaisir "le grand vivier", vivier d'énergie. Ca aurait de quoi faire un hymne de fin de concert façon jaguar ou taormina. Le morceau alterne envolées puissantes et accalmies assez étonnantes. Long séquence plus down tempo sur le final  qui nous fait un petit rab par rapport à Villefranche. Je dis ça, je dis rien... Mais fallait mieux être ici que là-bas, mon petit père.

- Pffu... Laisse tomber. Je ne tomberai pas dans ce jeu-là. D'ailleurs:

Intro: quelques riffs nerveux et secs et la batterie au trot sur sol lourd, ça redescend doucement... Tambourin par Chris, et vlà "Neige et pluie au Sancy"... Malgré le côté lancinant de la chanson, c'est une belle version, énergique, et expressionniste, avec ce climat inquiétant créé par la guitare et la batterie, climat qui s'alourdit dans une grande partie musicale finale. Pas mal. pas mal.

- Guitare peut-être plus saturée et lourde à Chambéry, alors qu'à Villefranche, Murat avait livré un son plus étonnant peut-être (un riff rapide).  Toujours pas mal... Mais vraiment pas mal. Gael délivre des sons étonnants avec son synthé, ajoutant à l'ambiance du morceau. Et vous en étiez-où à Villefranche?

- A la 35e minute à peu près...

Et quelques mots prononcés (la vanne habituelle sur le regroupement Auvergne/Rhône-Alpes.... et on ne comprend pas tout.

- Ah, nous aussi, il nous parle là, mais on est à la 38e minute!

Après une gorgée prise dans une tasse, "on va vous interpréter quelques chansons de Babel...  On est très content de jouer dans une salle pleine, ça nous arrive une fois par an à peu près".  Puis après quelques riffs, la comparaison entre La Bourboule et Chambéry.

 

- On reste dans les sommets avec "Col de Diane", même si ce n'est pas ma chanson préférée. Avec le groupe, ça passe bien, et il y a de belles envolées.

 

- No comment en sus. Je t'accorde le match nul sur celle-ci. Le choeur de Chris sur le final est chouette.

les 950 de Chambéry

les 950 de Chambéry

 

 

 

- Puis, c'est un autre inédit: Comme souvent, ça démarre avant que ça démarre par un petit gratouillage, et c'est Chris qui lance: "yeah"... Rythmique rapide, intro mais pas trop... Premier couplet qu'on a du mal à comprendre, mais le refrain que Jean-Louis chante pourtant à grande vitesse nous donne quelques idées de sens : "quel malheur pour des parents d'avoir mis dans leur lit ses chiens de Californie" ... Le refrain est "attrapant", d'autant qu'il est suivi par un petit pont musical très réussi, notamment du fait du piano. Le 2e refrain est suivi d'une nouvelle variation sur la phrase titre très réussie: "quel malheur pour des parents, quel malheur pour les parents"... Petit solo de piano... La batterie est d'enfer. Le rythme du chant s'accélère on dirait, alternance ultra rapide de couplet et de refrain. 3e pont musical et toujours différent. Murat se chauffe, et pousse la voix en faisant des variations sur le refrain, avec cris... Oui, un murat comme j'aime... tout en restant calé sur le tabouret.... le tout en moins de 5 minutes.

45 minutes de concert. Gros applaudissements...

- Ah...  tiens... bon...  A Chambéry, on est passé direct aux frelons!

- Lalalalère! On a eu une chanson en plus à Villefranche!

Sur "les frelons d'asie": Jean-Louis tout seul, très ralenti... un brin de guitare.... "dans la forêt..." et le groupe intervient: tuyaux d'orgue.... Moui... deuxième couplet trainant, mais ça monte un petit peu ensuite... et toujours un peu plus; toujours les claviers très en avant... mais ça ne s'emballe pas vraiment. On ne peut pas dire que Jean-Louis n'assure pas, mais bon, je m'ennuie un peu.

- Ca débute pareil mais il me semble qu'on a droit à une version nettement plus énergique ensuite. Je remarque les choeurs de Chris.

 

- Voilà "Long john"... assez dépouillé. avec accompagnement piano. La chanson avait démarré tout doucement, avec Murat qui siffle un peu. Le public apprécie.

- On a encore "un merci beaucoup"... et Murat qui débute, là encore tout doucement...  Une trentaine de secondes... C'est très jolie... avec une note de piano ou deux...puis Murat s'arrête après une phrase que je ne comprends pas pour présenter Stéphane à la batterie, puis ça reprend.... là où on en était. Murat fait un peu de guitare solo, alors que le piano a repris la mélodie... Là, pas de Murat qui siffle, mais le public apprécie aussi... et Murat remercie encore... Et présente Gaël... puis parle encore un peu: "on va vous interpréter 3 ou 4 nouvelles chansons, on en a déjà joué  deux je crois,et là on va vous faire une 3e, pour les débutants"... Et Murat de continuer sur des considérations météorologiques en s'éclaircissant la voix: "c'est dingue ce temps, on s'enrhume. C'est bien ici: vous allez bien, personne tousse. Je fais une étude quasi-médicale tous les soirs. Avant-hier, on était  à Arcachon: ils toussaient tous. C'est pas sain. A La Bourboule, personne ne tousse. C'est ma référence. Vous êtes pas mal vous vous. En tout cas à Arcachon, ils nous ont fait dormir à côté d'une usine qui utilise de l'ammoniac, ça puait la merde...  Maintenant la bagnole c'est un chiotte..."   Et Murat de se gratter encore la gorge fortement. "Donc une nouvelle chanson, je fais toujours un petit préambule parce que... ça peut surprendre. Donc, je vais  reprendre deux fois l'intro... pour vous imprégner de l'information".  Nouvel éclaircissement de voix et tourné vers Stéphane: "tu vois ce qu'on va faire?... C'est un savoirien."(sous réserve).

Et ça débute: "j'ai eu le cafard, c'est quoi le cafard, difficile à dire". Il s'arrête ça applaudit. Et nous dit: "si le monde était mieux fait, ça suffirait comme chanson", mais il reprend de suite... et on oublie de suite la petite séquence humoristique.

 

- Ah, vous avez eu de la chance... nous pas de blabla:

Quelques notes de guitares, en solo, avec du siffletage encore (pas totalement maitrisé),  avant que basse et batterie interviennent doucement. "J'ai eu le cafard, c'est quoi le cafard, difficile à dire". Je suis surpris par ce premier vers, et curieux... mais j'ai ensuite du mal à comprendre, et je suis frustré. Gaël joue quelques sons d'orgue, et également de piano par moment... Le morceau est un peu lancinant, sur quelques notes. On a droit à un mini mini solo de guitare en douceur. Le morceau s'étire (7 minutes)... et je m'ennuie un peu, même si le "face à caméra, coupez hé" qui clôture est assez joli.

- A Chambéry, je suis plus rentré dedans. L'impression d'entendre plus la guitare ne me lâche pas de tout le concert, alors que j'étais frustré de ce côté-là à Villefranche. D'ailleurs, ensuite: petit mouvement de main, guitare saturée:  Murat chantonne "hard days night" en passant au milieu de la scène...  Puis livre encore riffs vibrants.... Puis est rejoint par les coups de Stéphane... C'est "qu'est-ce que ça veut dire".   Ouah...  Ca déchire... Deux très longues parties instrumentales au coeur du morceau... et le public applaudit même sur la dernière alors que JL nous joue enfin le guitare héro. Murat présente encore les musiciens, mais on n'est pas frustré parce que ça n'arrive pas comme un coïtus interruptus,  le morceau continue presque sur le même rythme, et on a un beau final. 

- Et bien...A Villefranche, "Qu'est-ce qu'au fond du coeur?"... elle était très ralentie, très doux au départ... Au début, Jean-Louis chante un refrain presque en solo... et le groupe reprend, plus fort... De très longues parties musicales, avec une guitare slow hand... Ca ne s'emballe pas, d'autant que Jean-Louis présente les musiciens... Gaël se met en évidence. Ca reste un bon moment, avec beaucoup de variations, d'autant que la chanson reprend son cours, et on a quelques claps dans la fin de la part du public, et Jean-Louis élève enfin un peu la voix... mais ok, on s'attend que Jean-Louis se lâche plus sur ce titre...

- Des applaudissements durant le morceau ?  Et bien à Chambéry, malgré un concert plus chaud sur scène, c'était finalement presque plus froid (notamment peu de gens debouts sur le rappel)... alors que Murat et le groupe semblent vraiment ravies et témoignent d'une belle union (Après des accolades, Murat fait  le geste d'étrangler Stéphane c'est dire) ... mais le rappel est quand même réussi.

Une fois le silence revenu, quelqu'un qui croit au Père Noël réclame "mustang". Sans réaction.

"on rentre en studio dans 15 jours avec mes petits camarades", ce qui suscite quelques applaudissements. On a quelques petites chansons de chauffe, de répétitions, et on va vous en interpréter une... qui ne sera pas sur le disque, hein! Je ne veux pas être interdit d'antenne. Ca s'appelle les chiens de californie... Spécial dédicace à Stéphane [Bouleau]"...

- Et bien, voilà,  les chambériens y ont droit...

- Yes! Ca m'aurait frustré! Impossible de savoir de quoi ça parle, mais soit... Quel tempo... Jean-Louis fait des "ouh ouh ouh" stoniens, puis quelques cris façon toutous sur la fin mais pour aller sur un final finalement presque plus  blues qu'à Villefranche où le morceau s'arrêtait brutalement (pas de gros écart de durée).

 

- Après un rappel chaleureux,  "Tu ne t'es pas endormi?" dit Murat.... Mon père sursaute, mais cela s'adresse à  un enfant devant (qu'il avait déjà embrassé ou salué au moment du rappel). "Tu as école demain...". Jean-Louis  débute seul en sifflotant... "tout m'attire". Il susurre: "dodo... dodo"... Puis reprend le cours ordinaire de la chanson, tout en douceur. J'entends derrière : "c'est magnifique".

 

-  A Chambéry, tout calme aussi... Mais après les chiens de Californie, j'ai un peu de mal... D'autant que... Murat se retire... et le concert se termine déjà...

 

- Ah!! Ah! A Villefranche, on a terminé sur "le blues du cygne"... Jean-Louis a déserté le tabouret... et flâne côté jardin ou cours je ne sais plus... du coup, le groupe nous fait une intro longue durée.. la guitare arrive, et on a enfin droit à un peu de gratte, mais toujours avec le clavier aussi puissant... A plus de 3 minutes, Jean-Louis se met à chanter.... mais là, c'est très en dessous de ce qu'il nous peut livrer... ah, un peu de cris.... mais le groupe l'emporte sur l'interprétation... D'ailleurs, Jean-Louis se trompe... et butte... Du coup, on part ensuite sur un long pont musical pas degueu. 7 minutes 50... Y'a pas à dire : le groupe est d'enfer... mais c'est comme si Jean-Louis jouait avec un filet de sécurité... sur un coussin. Je l'aime sur le fil, près de l'abime... D'autres trouveraient qu'il peut ainsi se consacrer à son interprétation, et à la voix, et ce n'est pas faux, Jean-Louis fait plus que jamais le crooner.

 

- C'est ça ta conclusion?

- En partie.  En cours de concert, j'ai pensé aux "chansons qui puaient la chaise", et c'est vrai qu'assis dans un théâtre, avec un chanteur sur un tabouret, je regrettais un peu l'ambiance et l'énergie donnée dans la grotte de la petite coopé par exemple.  C'est musicalement excellent, les orchestrations bien que toujours soumises à variation et à humeur sont soignées et réussis, mais l'amateur de "jaguar" et du Murat rock ne trouve pas totalement ce qui lui plait. Surtout avec la base des chansons de Babel... dont on commence à avoir fait le tour (même si on prend plaisir à écouter les versions de  certains titres sur lesquels on avait des a priori négatifs, comme le Col de Diane).  Et puis, même si, à la guitare, c'était  service minimum, Murat assure côté voix et interprétation. Il prend plaisir de se faire accompagner par ce groupe de toute évidence. On espère qu'il l'inspirera pour ce nouvel album... même si cela l'envoit plus vers le jazz, le groove, que le rock.. Hélas. 

 

- Sur Chambéry, je ne sais pas si c'était une question de sensations (le voir debout), de sonorisation, mais j'ai plus entendu la guitare, j'ai senti Murat plus énergique sur son manche... Il était de toute évidence content de jouer devant une telle assemblée, d'où ses flots de "merci". L'ensemble semblait donc un peu plus up tempo... Et j'ai donc préféré. On a passé ensuite quelques minutes avec Murat, assez chaleureux. Après le rituel " t'es pas en Allemagne, toi?", en me signant mon "live au pias nites", nous parlons de son médecin (... à suivre). Puis à  la question de savoir qui était ce "Stéphane Bouleau" auquel il a dédidacé "les chiens de californie"... il nous  fait le coup de la devinette aux fans, se tournant vers moi en disant: "lui, il doit savoir"... mais je ne vois pas. Parlait-il de Gilles Bouleau? Le mystère reste entier.  Il a été ensuite  interrogé sur l'éducation scolaire des enfants. Confirmant ainsi ses propos d'interviews,   Murat a indiqué qu'il suivait de près ses deux enfants sur la question, nous parlant du prof de français très sévère de Mademoiselle, ou d'un voyage à Rome à vocation éducative durant les dernières vacances...  

 

- On en reste là? Vous voulez dire qu'on termine 2 ans de Babel là-dessus? Pffu... C'est votre derniers mots?

Et bien, entamons la traversée du désert, la période de soudure, de l'entre-deux... Et rendez-vous au printemps pour de nouvelles aventures... (bon, d'ici là, on trouvera de quoi s'occuper, ne vous inquiétez pas). 

 

Mash'up Villefranche/Chambéry, last comptes-rendus de Babel

PS: J'ai été très silencieux sur les événements récents. Matthieu a permis que nous en parlions ici (article précédent). Je voulais juste signaler qu'un ancien de la maison de disque V2, avecAlain Artaud, a été assassiné. Il occupait maintenant des fonctions chez Universal. Il était ainsi un collègue de Marie Audigier. J'ai également vu qu'Anne Sylvestre que Murat aime beaucoup a perdu un petits-fils. Une pensée à toutes les victimes et à leurs proches, et continuons d'aller aux concerts.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actus Babel (de oct 2014...)

Repost0

Publié le 18 Novembre 2015

Notre correspondant de paix a enfin retrouvé le chemin du travail... Il nous livre à nouveau un texte dont il a le secret sur une soirée oh combien particulière... Sans commentaire de ma part (je me suis tenu en retrait cette fois). 

Chronique d'une passion et de l'abjection

Vendredi 13 novembre 2015, Jean-Louis Murat donnait son pénultième concert de l'année 2015 dans la ville de Marcel Jouhandeau. Compte rendu (presque) ordinaire.

C'est au moment où nous commencions à nous dire que Guéret est une ville vraiment très calme, même pour un dimanche, qu'il nous revint à l'esprit que nous étions vendredi. La surprise n'était pas totale, quelques indices nous ayant préparé à cette ambiance, tels ce désir d'exil insistant des natifs du lieu, les témoignages ironiques sur l'intensité de la vie nocturne locale ou la mise en avant, par le site internet de la commune, des Archives Départementales comme espace possible... de loisirs. Au moins la préfecture limousine ne risque-t-elle pas de se voir reprocher un jour d'être "la capitale des abominations et de la perversion".

Une brève visite au musée de la Sénatorerie, qui se veut à la fois d'Archéologie, des Beaux-Arts, d'Histoire naturelle, de la Tapisserie et plus encore, au point d'en devenir indigeste, nous aura néanmoins permis d'admirer, entre autres, Le Baiser de Jean-Louis Rodin, de beaux paysages de l'École de Crozant et, plaisir plus personnel, une photographie de Maurice Rollinat au piano, l'instrument se trouvant juste en-dessous. Pourtant, dans la fraîcheur venteuse et automnale du début de soirée, il nous fallut nous rendre à l'évidence : une fois passé le concert de Murat à La Fabrique, nous ne demanderions pas l'asile politique à Chaminadour…

Paix à Gueret, Guerre à Paris

Un chanteur a-t-il le droit d'être en petite forme et dans un mauvais soir ? Assurément. Mais un fan ? Ne devrait-il pas, lui qui n'a ni pression, ni responsabilité, faire preuve d'une bienveillance et d'une adoration sans faiblesse vis-à-vis de l'artiste qu'il admire ? Avouons-le donc sans détour, si Murat paraissait d'excellente humeur et heureux d'être là ce vendredi, nous n'étions pour notre part pas totalement "dedans", peut-être en raison d'un positionnement éloigné dans la salle, qui nous empêcha de scruter les visages des principaux acteurs, leurs échanges de regards et de sourires, si précieux à nos yeux. Et le fait est que ce concert, qui parut au final avoir comblé une grande partie de l'assistance (300-400 personnes), ne déclencha jamais notre enthousiasme. Saisissons pourtant cette occasion pour l'évoquer de manière plus distancée qu'à l'accoutumée, en décrivant ses points forts et ses points faibles.

La soirée débute avec le jeune Matthieu Lopez, alias Matt Low, qui avoue se sentir "bizarre" pour cette dernière apparition en première partie de celui qui est aussi son parolier. Le musicien est poli (il remercie toute l'équipe de Murat, depuis Laure jusqu'à Jocelyne), joli garçon, souriant, propre sur lui. Immédiatement attachant – au risque de paraître lisse. Hélas, cette impression ne provient pas que de son allure et il se dégage de son set une certaine monotonie mollassonne. Comme le jeune homme débute dans le métier de chanteur (bien qu'il ait déjà une longue expérience de sideman) et semble suffisamment bien entouré pour avoir sa ration d'éloges (on pourra se reporter au témoignage embedded et passionnant que son bassiste a publié sur le nouveau blog de la Coopérative de Mai), permettons-nous quelques observations critiques, aussi argumentées et constructives que possible.

L'un des soucis de sa prestation de vendredi nous semble venir du chant, trop monocorde, manquant de variété et de nuances. Ses progrès sont tout de même notables, en terme de justesse, depuis son passage sur RFI, nous ne reprendrons donc pas à notre compte la vacherie proférée par l'ami Plainelle ("De toute façon, dans le Delano, y a qu'le batteur qui sait chanter correctement !"), mais l'encouragerons au contraire à se lâcher davantage. Pour ce faire, il lui faudra peut-être surmonter une deuxième difficulté, liée à la précédente, provenant des textes de Murat. Plusieurs d'entre eux sont assez minimalistes et répétitifs et quoique leur auteur ait déclaré qu'il avait "pris appui" sur ceux déjà écrits par son interprète (et compositeur), on y retrouve non seulement certaines de ses thématiques de toujours (cf. "T'as besoin d'apprendre à défaire"), mais aussi une partie de son vocabulaire bucolique et champêtre qui, s'il sonne aussi naturel dans sa bouche que le verlan dans celle de Joey Starr, paraît parfois décalé dans celle de Lopez. Rien de grave, ni même d'étonnant, si l'on se souvient par exemple que Murat déclarait en début d'année : "Mes chansons sont comme de la viande que l'on doit mâcher longtemps." Il s'agira donc bien à l'avenir pour Matt Low de se mettre en bouche les mots de son auteur, jusqu'à parvenir à en faire ressortir, à force de mastication, les saveurs les plus personnelles – déjà repérables ici ou là, notamment dans le très joli "Misty". Répétons-le, Lopez doit apprendre à se laisser aller et aurait tout intérêt à instiller dans son chant et son attitude scénique un peu de la folie et de l'énergie contenues dans l'exclamation qui sert de titre à son EP : "Banzaï". (Notre référence, on l'aura deviné, étant ici davantage le cri poussé par Jules-Edouard Moustic à la fin de ses journaux grolandais que celui des aviateurs japonais kamikazes de la Seconde Guerre Mondiale…)

Y a-t-il du Moustic (ici lors de la cérémonie de clôture du Festival du Court de Clermont, en 2014) en Matt Low ? A voir...

Y a-t-il du Moustic (ici lors de la cérémonie de clôture du Festival du Court de Clermont, en 2014) en Matt Low ? A voir...

Venons-en au parolier de Matt Low. De toute évidence, il est content de se produire devant le public de Guéret, à qui il lance, dès son entrée sur scène et avec une chaleur peu commune : "Le Puy-de-Dôme salue la Creuse ! Vous allez bien, voisins ?". Un entrain qu'on peut attribuer à la proximité géographique ("Vous connaissez le Sancy vous au moins" se réjouit-il après "Neige et pluie"), mais encore à des amitiés anciennes (avec Hervé Herpe, co-directeur de la salle, qu'il présente comme un "vieux copain") et à des préoccupations partagées. Ainsi Murat appelle-t-il à faire souffler "le vent de la révolte" contre la réforme territoriale en cours qui oblige Puydômois et Creusois à fusionner, respectivement avec les Lyonnais et les Bordelais, deux peuples qui, selon lui, "compte[nt] avant de penser". À ses côtés, on retrouve l'indéfectible et inestimable Stéphane Reynaud, un Gaël Rakotondrabe toujours aussi créatif et finaud derrière ses claviers et un Chris Thomas qui, une fois n'est pas coutume, ne paraît pas dans son assiette et reviendra sur scène bien après ses compagnons au moment du rappel. Mais l'un des avantages d'une soirée comme celle du 13 novembre 2015 est qu'elle permet, a posteriori, de relativiser sans peine ce genre de détails.

La Fabrique, "scène conventionnée pour les écritures du monde et les musiques".

La Fabrique, "scène conventionnée pour les écritures du monde et les musiques".

Pour ce qui est du contenu du concert, nous l'aborderons brièvement, puisqu'il s'agissait de l'avant-dernier d'une longue tournée, déjà abondamment commentée. Ce vendredi, JLM propose donc quatorze chansons, dont quatre inédites. La palme d'or revient ce soir sans conteste à "Neige et pluie au Sancy", puissante, dissonante, lourde et poisseuse, qui vaut au quatuor de longs applaudissements. Sur le petit papier qui nous sert de pense-bête, nous notons, pour décrire l'atmosphère générée par cette interprétation : "cauchemardesque". Il est alors environ 23h00 et à cet instant, confortablement assis dans le fauteuil d'une salle de concert située dans une petite ville du centre de la France, cet adjectif a pour nous une connotation positive. Parmi les autres réussites de la soirée, nous retiendrons aussi "Chagrin violette", révélation pop de cette troisième partie du Babel Tour, un titre qui aurait constitué un dernier single nettement plus intéressant pour une diffusion en radio que "Camping à la ferme" (et nous prions ici les choristes Justine et Gaspard de ne surtout pas prendre ombrage de cette remarque, laquelle leur est moins destinée à eux qu'à la maison de disques). N'oublions pas "Long John", la chanson préférée de notre voisine de devant, interprétée d'une voix caressante par le chanteur-siffleur. Mention spéciale également à "Qu'est-ce qu'au fond du cœur", qui alterne la douceur et la fièvre, avec le soutien du public. Cette chanson, présentée pour la première fois sur scène le 19 juin 2014 (sous le regard bienveillant d'une fan appartenant au canal historique) aura décidément bien tenu la distance, finissant toujours les concerts dans le peloton de tête des plus valeureux de l'étape.

"Le bruit du sang", "les pleurs de mère", "de la pluie plein les yeux", etc. "Chagrin violette", live at Guéret, filmée par John Delvas (que nous remercions).

Du côté des insatisfactions, deux morceaux en particulier nous auront déçu, pour des motifs différents. "Frelons d'Asie" est une des meilleures chansons de Babel et elle flirta régulièrement sur scène avec le sublime, que ce soit avec le Delano ou avec le trio Toto-Rako-Reynaud. Mais ce soir, JLM en livre une version qui nous paraît anémiée et sans relief. Peut-être qu'à force de vibrer jusqu'aux larmes à son écoute, aussi bien dans la salle que devant la vidéo du New Morning, attendions-nous ce soir un peu trop de ce morceau ? Quant au "Grand vivier de l'amour", JLM en sabote le refrain, nous privant du plaisir du crescendo des "an-an-an" sans lesquels cette chanson perd une partie de son charme. De toute évidence, il faut se résigner à l'idée que jamais plus nous ne connaîtrons une interprétation du niveau de celle qui nous avait transporté, en juin dernier, dans la ferveur d'une Petite Coopérative de Mai bondée. Dans ces conditions, peut-être serait-il préférable que JLM ne l'enregistre pas sur son prochain disque, plutôt que d'en proposer une version au rabais. "Le grand vivier" rejoindrait alors la longue et luxuriante liste des "Inédits scène", trouvant sa place, par exemple, aux côtés de "Je ne cesse de penser à toi" ("Quelle vie de cendres / Toujours Novembre / Je ne cesse de penser à toi").

Au rayon des nouveautés, remarquons l'originalité du "Cafard", tant du côté du texte que de la construction rythmique. Murat interprète le refrain ("En Haute-Savoie / Face caméra / Coupez !") en accompagnant l'impératif d'un mouvement sec de la main, qui accentue son tranchant et nous fait songer sur le moment à "Taormina" : "Coupe la mort / Coupe la mort". Quant au "Chien de Californie", annoncée comme "rigolote", la chanson bénéficie d'arrangements surprenants et du renfort vocal de Stef. Question drôlerie, nous ne nous prononcerons pas, laissant les personnes qui l'ont entendue libres de lui trouver sa juste place sur l'échelle du rire, quelque part entre "La saison des radis" et "Fort Alamo" (la touche canine et les aboiements du chanteur étant sans doute les seuls points communs avec ce dernier titre, pas réputé pour déclencher l'hilarité).

Le dernier morceau du set sera "Tout m'attire", chanson pour "les cœurs féminins" (et "Y a pas que les filles qui ont des cœurs féminins", précise judicieusement le chanteur). Bien que nous soupçonnions ce morceau d'être important pour son créateur, il n'est jamais parvenu à nous bouleverser, nous apparaissant bien pâlot à côté des nombreuses perles produites par Murat dans le registre amoureux. En outre, son titre nous rappelle immanquablement la chanson "Tout m'attire en vous", d'un dénommé Alain Bonnefont, laquelle nous procure plus d'émotion. Pour finir, nous attendions avec espoir "Mujade Ribe", qui nous avait tant charmé voici quelques mois et que l'ami Martial avait eu le plaisir d'entendre à Montrouge, mais ce ne sera pas pour cette fois. Ou, plus exactement, pas pour la scène. Car ce soir, le mauvais temps est bien au rendez-vous, l'orage gronde, mais c'est en quittant la salle que nous allons petit à petit en prendre conscience.

Une version électrique de "Taormina" en 2010. "Coupe la mort, coupe la mort, coupe la mort..."

Ce sont d'abord des réponses hésitantes à l'anodine question "Ça va ?". Des visages moins détendus qu'on ne l'attendrait au terme d'un concert. Puis des premiers mots, isolés, encore brumeux : "attentat", "coups de feu", "Paris". On se renseigne, petit à petit, de nouveaux termes chassent les précédents, qui n'étaient pas encore digérés : "prise d'otage", "explosions". Ils s'ancrent dans des lieux plus ou moins précis : "terrasses", "Stade de France", "Bataclan". Jusqu'au premier chiffre, lu sur le smartphone d'une fan qui assistait à son premier concert de JLM (et l'adora) : 42. La vedette du soir sait-elle ce qui se passe à Paris ? Il serait étonnant qu'on ne lui ait rien dit avant le rappel ou après sa sortie de scène. Quoi qu'il en soit, Murat n'en laisse rien paraître, discute avec les spectateurs, signe des autographes, accepte volontiers les photos, y associe son jeune protégé, pas du genre à faire la retape pour vendre  son EP… Nous retrouvons deux ou trois visages connus, que nous sommes contents de revoir, même si rien n'allège l'inexorable pesanteur qui est en train de s'abattre sur cette fin de soirée. Soudain, Breaking news : le véhicule de tournée a été braqué, les affaires des techniciens volées… Jocelyne gère la montée du stress et convoque l'Histoire avec un grand H : elle se souvient d'un précédent braquage du côté de Lille, à la suite duquel elle avait donné des t-shirts à l'effigie de Murat aux techniciens, puis remarque en riant qu'on est vendredi 13...

Son humour nous manquera les heures suivantes, passées dans une chambre d'hôtel, à zapper devant les diverses éditions spéciales télévisées. Tenter de mettre quelques images sur l'enfer pressenti dès le hall de la Fabrique, chercher des détails (nombreux), des débuts d'analyses (rares) qui donneraient un peu de sens à tout cela… Songer à cette étudiante qui nous confiait, voilà quelques mois, avoir le sentiment d'appartenir à une génération n'ayant jamais connu la guerre et partie entre-temps s'installer à Paris. Se souvenir de Michel Renaud, victime de la tuerie survenue le 7 janvier dans les locaux de Charlie Hebdo, dont le Festival du Carnet de Voyage (qu'il avait créé) débute aujourd'hui même à Clermont. Les chiffres augmentent, de 42, on est déjà passé à 118 – "tiens, comme le numéro de la chambre" (pourtant, on aimerait n'avoir que des pensées à la hauteur, dans ces moments-là). Et puis à l'aube, après quelques heures de sommeil, se rebrancher sur les matinales spéciales et les chaînes d'info en continu parties pour mouliner des jours durant. Dans le flot d'images partielles, de témoignages de survivants, d'analyses plus ou moins poussées, d'hommages au travail des secouristes, de déclarations démagos de Wauquiez, nous remarquons alors un tweet, anodin, qui décrit le silence soudain tombé sur Paris :

**********

C'est au moment où nous commencions à nous dire que Paris est une ville vraiment très calme, même pour un dimanche, qu'il nous revint à l'esprit que nous étions samedi.

Paris était-elle soudain devenue aussi tranquille que Guéret un dimanche ?

Non, Florent Marchet a raison : "on se croirait dimanche, mais ce n'est pas pareil". Décidément – irréversiblement –, ce n'est pas pareil.

 

Paix à Gueret, Guerre à Paris

 

Merci Matthieu!

Même en manque d'air,  Paris ne sera jamais pris.

Voir les commentaires

Repost0