Publié le 18 Juin 2016

KOLOKO C'est tantôt

L'article d'il y a deux jours dans la MONTAGNE:

Merci à un certain M de Clermont... qui m'a également suggéré de reparler de NEIL YOUNG, avec les infos suivantes:

Vous le verrez ci-dessous avec Christopher Stills... pour lequel Murat a écrit (le fils de Véronique Samson... et du papa Stephen)... et c'était pour un concert caritatif (contre l'autisme)... De là, à imaginer que ce soir, on pourrait réentendre "on the beach", pour la 3e ou 4e fois de l'histoire des KOLOKO? Non, c'est juste un clin d'oeil...

KOLOKO C'est tantôt

Je n'ai pas pris le temps de vous mettre le lien de l'émission d'Assayas avec interview de NEIL dans le précédent article: https://www.franceinter.fr/emissions/very-good-trip/very-good-trip-12-juin-2016 ( Assayas parle du concert contre l'autisme où il se trouvait et décrit Christopher Stills comme "un chanteur et guitariste admirable").

 

 

LE LIEN EN PLUS faut pas que j'oublie mon tire-bouchon

 

A Koloko, on déguste parfois du CLARA par les oreilles... J'en ai donc pris pour les papilles pour notre pique nique traditionnelle:

A ce soir j'espère

A ce soir j'espère

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 16 Juin 2016

Neil Young and the promise of real, Lyon, 15 Juin 2016

Le ying et le YOUNG, l'alfa et jamais l'omerta/ Young est Rock-Rock est Young/Crescendo vers le Young/ Jamais OLD / Cure de jouvence... (ce à quoi vous avez échappé).

Deuxième concert de Neil Young pour moi, après Vienne il y a 3 ans... je vous fais un article, mais c'est surtout pour moi un moyen de prolonger la soirée, de réécouter et d'identifier les chansons... Pas vraiment un live report donc.

Le vieux Neil ne semble toujours pas prêt à prendre sa retraite, et il entame d'ailleurs une nouvelle carrière professionnelle: chez "Earth and Young", et son audit de la planète n'est pas folichon. Quelques stands d'organisations environnementales sont dressés à l'entrée, tandis qu'on nous distribue des tracts à l'entrée sur le "procès Monsanto". Le concert débute aussi par une mise en scène (un peu naïve et cheap... c'est la marque de fabrique?): deux fermiers sèment des graines, puis arrivent des "pulvérisateurs masqués" qui projettent de la fumée (en guise d'insecticides) sous les huées timides de certains (production américaine: il y avait des affiches qui avertissaient que du gaz carbonique sans danger pour la santé était utilisé sur scène) ... Ça sera à peu près tout en matière de mise en scène et de scénographie (mise à part des effets vidéos pour les deux écrans où est projeté la prestation, et des distributions de cerises par Neil Young aux musiciens et au public). Côté light show, c'est de l'éclairage, blanc, et parfois blanc, ou encore blanc, malgré les 6 ou 7 gars perchés à 20 mètres... et qui n'ont pas grand chose à faire). Donc, voilà, on est là pour de la musique, rien que de la musique.

20h50, pas de retard... Voilà Le loner, alone. Et boum pour une sacrée quadrilogie: after the gold rush, heart of gold, comes a time, the needle and the damage zone (guitare ou piano). Oui, quand même. C'est joli, impressionnant... mais il me prend un peu de court, à froid... A Vienne, après un chaos de deux heures, sur des airs peu connus, j'avais eu des frissons sur "heart of cold"... Là, je tergiverse... Je ne mesure pas ma chance sur l'instant.

Encore un titre ensuite, en solo, à l'orgue: Mother earth... cover de la "ballade irlandaise" de Renaud... non, je déconne (la chanson date de 90, celle de Renaud de 91.. mais ont bien sûr la même origine: un air traditionnel irlandais). Je ne connaissais pas la version de Young, mais c'est magnifique... et c'est bien sûr d'actualité: son nouvel album s'appelle "earth" (c'est un live).

Les petits jeunots le rejoignent ensuite... A côté de Neil, ils ont l'allure d'adolescents.Durant ses quelques titres, Neil semble leur laisser un peu les manettes: il garde sa guitare acoustique, puis prend une guitare semi-creuse, mais toujours sans se livrer à la guitare... Le groupe est bon, mais ça ne m'accroche pas tout-à-fait... Apparemment, je ne suis pas le seul. Le public lyonnais et de France (vu les plaques d'immatriculation autour de la salle) est encore plus calme que d'habitude... même si on peut aussi remarquer des anglais qui profitent de l'Euro pour faire des sorties culturelles.

Je vois arriver la gibson noire portée par un roadie... et je sens le frémissement dans le public... et là... et là... cela change tout.... Piano, guitare sèche solo, guitare sèche + groupe, guitare électrique lead back... et enfin la GIBSON.... Un crescendo d'une dizaine de titres... avant que le Neil Young électrique prenne le pouvoir.

Je ne me rappelle plus sur quel titre la bascule s'est fait... Mais je retiens la belle chanson "alabama"... et en rentrant, mettant "harvest" dans l'autoradio, je me dis que j'aurais dû réviser mon Young avec cet album... et pas avec le very best of... On a droit à 5 titres de l'album (!!) dont le joli words (l'autre album à l'honneur est "ragged glory" avec 5 titres aussi (mais pas l'"over and over" qui y figure, chers muratiens!. C'est "l'album qui a fait de lui le parrain du grunge").

Les autres titres:

out of the week-end (harvest)

from hank to hendrix (harvest moon 1992)

western hero (1994)

here we are in the years (1968) (je ne trouve pas de vidéo live récente sauf celle-ci de 2015)... ce qui explique que le fiston Nelson ait eu du mal à se rappeler de la partition... et ait du se reprendre!

Someday (1989)

winterlong (1977)

Like an inca (de trans de 1982...), pas de vidéo live dispo.

En piochant dans les vidéos récentes, je tire la conclusion que le passage au grand Rock s'est fait sur LOVE TO BURN (encore un titre de l'album de 90)... C'est parti pour les solos de guitare et les titres à rallonge... même dans la toute fin, où l'on croit que ça va s'arrêter, mais Neil rajoute encore une vibration, un larsen (fin de Monsanto years interminable)... L'ado, c'est lui...

Vient ensuite "revolution blues"... Je ne connaissais pas le titre, mais Olivier Nuc (dont j'ai fait la connaissance à la soirée livre unplugged) m'en parlait juste avant le concert... en me disant que c'était son rêve de l'entendre (NY l'avait joué à LONDRES)!!!  Je n'ai pas retenu le nombre de fois qu'il l'a vu en concerts (je crois plus d'une vingtaine) mais ce jour, il me disait que ce concert de Lyon avait été  "exceptionnel, vraiment". (J'ai aperçu également Michka Assayas... mais je ne vais pas l'embêter en lui parlant de ses deux collaborateurs pour le Dico du rock interviewés ici et ). 

de l'album ZUMA

Encore un titre de 90, avec cette chouette mélodie toute électrique: papa-pa-pa lala ou un truc comme ça...

(un peu génante cette cymbale au départ...)

Puis vient un tout nouveau titre... suivi de "monsanto years"

joli gimmick

Vient ensuite un titre de 2006 "after the garden" (je ne comprends pas l'anglais mais je me dis qu'il n' y a peut-être pas de hasard dans ce choix):

What will people do?
After the garden is gone
What will people say?
After the garden

On revient à du plus calme : harmonica et guitare sèche. Wolf moon (2015). Joli... mais finalement, on repart pour un tour dans l'électrique: Love and only love... Ci-dessous version de 20 minutes, on ne devait être pas loin du compte hier!! Quel final!

Après une telle débauche d'énergie, et vu l'heure (on s'approche de minuit), je me dis qu'on va en rester là... Le public en redemande... et les roadies réaccordent les guitares longuement... Et ça sera "cortez the killer" (1975 zuma)... semble-t-il peu joué sur la tournée (Je n'ai trouvé que cette vidéo ci-dessous datant de 9 mois). Et encore un bon quart d'heure... qui nous fait dépasser largement les 3 heures de set!!! Une chanson douce mais de quoi finir de se saouler d'électricité... magnifique!

Neil Young and the promise of real, Lyon, 15 Juin 2016
Neil Young and the promise of real, Lyon, 15 Juin 2016



Par rapport à Vienne, Neil nous livre plus d'une heure de concert supplémentaire... et n'ayant pas à l'oreille la très grande majorité des titres, je suis dans une situation un peu inconfortable. A défaut de "like the hurricane", j'espérais au moins "down by the river" et "rockin in the free world" qui sont souvent au programme de la tournée, mais on n'y a pas eu droit, même si je me dis que les titres joués hier n'avaient rien à envier à ces titres... et puis, j'avais déjà eu mon "hey hey my my" à Vienne... On ne peut pas demander ça deux fois.

Bon, je n'ai pas vu Mac Cartney l'autre jour à Paris, mais que dire de ce type (né en 45, qui sort des disques depuis 1965) qui crée encore cette musique là, avec cet engagement-là - sur tous les plans-? Bon, il y a Dylan, il y a Cohen... - et j'aurai vu les 3- et j'ai pensé à Murat qui disait récemment qu'il s'était senti trahi par le rock et les Rolling stones... Mais merde... là, on a envie d'y croire... surtout quand on voit Neil aux côtés de ces jeunes qui l'accompagnent, les rejetons de Willy Nelson. Quand les écrans les filment de côté, bien alignés, faisant les choeurs, je pense à CSN and Y... mais on les voit aussi souvent rassemblés au centre...

Neil Young and the promise of real, Lyon, 15 Juin 2016

Un autre avis d'un camarade de Facebook à lire ici

Murat dans chorus en 2002

Murat dans chorus en 2002

Bon, ce n'est pas tout ça mais j'ai ma valise à préparer pour le week-end moi!!!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 11 Juin 2016

Promo pour KOLOKO (suite) : PILS

Equidistant, The Artist Formely Known As MURAT.

 

Après France bleue (pas de podcast), Jean-Louis assure la promo de Koloko avec PILS, le blog rock de France 3 auvergne. Il est filmé au musée d'histoire naturelle Henri lecoq (il me semble qu'on l'avait déjà vu à celui de Paris).

L'anecdote du lynx, petit mot de Morgane et Matt Low, et toujours l'épineuse question de la suite... ce qui nous vaut une petite réponse "qui n'aurait pas pu être donné par un autre"

 

« Je me situe à égale distance entre le sérieux et la blague, je suis équidistant, appelez-moi Equidistant". Et voilà pourquoi ici on prend toujours ses paroles avec une certaine distance! D'ailleurs dans le lien en plus, Télérama évoque une minitournée à l'automne (est-ce sérieux?).

 

 
 

http://france3-regions.blog.francetvinfo.fr/auvergne-le-blog-de-pils/2016/06/11/jean-louis-murat-je-me-situe-a-egale-distance-entre-le-serieux-et-la-blague.html

"Le 18 juin prochain, Jean-Louis Murat donnera un concert à la Coopérative de Mai au profit de l’association Clermauvergne Humanitaire, dont les  forces vives parcourent la planète à la rescousse des plus défavorisés. Pour ce concert qui sera l’un des seuls de sa tournée, il sera accompagné de Matt Low pour qui il a écrit quelques chansons. L’artiste nous a accordé un entretien dans l’ambiance feutrée de l’exposition « Nuit » du Musée d’Histoire naturelle Henri Lecoq à Clermont-Ferrand.

Jean-Louis Murat, encerclé par des oiseaux de nuit, était dans son élément. Pour cette interview, il a choisi le décor de l’exposition « Nuit » au Musée d’Histoire Naturelle Henri Lecoq à Clermont-Ferrand. Il est venu avec Morgane Imbeaud, à qui il a de nouveau fait appel pour Morituri et Mathieu Lopez alias Matt Low pour qui il a écrit quelques textes. Ce dernier sera à ses côtés sur la scène de la Coopérative de Mai le 18 juin prochain. Jean-Louis Murat n’aime pas les interviews et d’ailleurs, quand il nous dit que son métier aujourd’hui, c’est « plus d’emmerdes que de plaisir« , on a tendance à se dire qu’on fait partie des emmerdes. Alors du coup, quand je vois que ces animaux empaillés lui rappellent sa rencontre, dans ses montagnes, avec un lynx, je le laisse longuement nous évoquer ce souvenir car c’est bien la seule chose qu’il a vraiment envie de raconter".

 

(le "une fois n'est pas coutume l'artiste a invité Morgane Imbeaud. La chanteuse travaille régulièrement avec Jean-Louis Murat..." m'a amusé. 3 fois n'est pas coutume ne se dit pas certes).

 

 

PS  : MATT LOW est à PARIS au POP IN (PARIS)  avec Antonin Lasseur le 14 Juin à 21 heures (je rappelle qu'on peut découvrir une de ses covers de Murat sur le tribute to Mustango, un beau collector).

 

LE LIEN EN PLUS:

La sélection de Télérama des meilleurs concerts en streaming:

http://television.telerama.fr/television/chanson-a-la-carte-mathieu-boogaerts-gaetan-roussel-joue-bashung-arno,143130.php

"On ne dira pas tout à fait la même chose du concert de Jean-Louis Murat à La Maroquinerie (une date isolée, avant peut-être une petite tournée à la rentrée). Ici, zéro sophistication visuelle... ce qui n'aura pas échappé au principal intéressé, dont les mauvaises humeurs sont devenues plus célèbres que les chansons (« c'est quoi, cet éclairage pharmacie, salle d'opération, voire morgue ? »). Que cela n'empêche pas d'écouter Murat dégainer les titres de son dernier album, Morituri, mélancoliques et poétiques, subtilement politiques, qu'il chante d'une voix toujours aussi douce, sur Arte concert".

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 9 Juin 2016

Et bien désolé, chers lecteurs, l'information était visible depuis le 7... mais mes alertes n'ont rien donné et l'information n'a circulé sur fb qu'aujourd'hui: Jean-Louis était l'invité de France bleue Auvergne ce jour à 17 heures pour parler du concert pour Clermauvergne notamment, en présence de Miss Morgane Imbeaud et de Matt Low.

Pour l'instant, pas de podcast... Pas grand chose sur le contenu de l'interview sur les réseaux... Si vous avez écouté, merci de nous faire partager vos impressions!

Photo Christophe Noiseux

Photo Christophe Noiseux

KOLOKO Très bientôt...

- IL reste des places pour le concert, apparemment assez peu! Il est temps d'en profiter!

Nous nous retrouverons entre agréables muratiens, polis et accueillants, pour un "buffet espagnol" devant la salle à partir de 18 heures. N'hésitez pas à vous joindre à nous...

ERYK e. sera dans la salle ce soir-là. Pour tout ceux qui n'auraient pas encore leur "BLEU", son CD, avec les 3 titres signés Jean-Louis Bergheaud, il pourra vous le livrer en main propre. Ne ratez pas ce collector, avec au moins deux textes de Murat qu'il faut absolument posséder (le reste n'est pas mal non plus, mais on en a déjà bien parlé et là en interview par M... qui va nous manquer) ou encore ici.

Pour vous organiser ça : contactez-le sur sa page facebook.

Pour les retardataires: La nouvelle interview du blog est celle de Franck Courtès... qui nous a livré tant de jolies choses... de son coeur et de ses archives.

http://www.surjeanlouismurat.com/2016/06/inter-vious-et-murat-n-21-franck-courtes.html

 

 

 

LE LIEN EN MOINS

Ca l'embête que j'en fasse des tonnes...Alors, juste un petit mot en lien en moins...

 

Il me l'annonçait depuis un moment sans que je ne veuille y croire. Faut dire qu'il me menaçait souvent de faire jouer le mercato et d'aller à la concurrence. Mais il ne s'agissait - enfin, j'espère- que d'une espièglerie. Enfin soit, M. comme il signait ses articles, Matthieu alias le journaliste multipoche Fred Plainelle, a annoncé qu'il cessait sa collaboration avec le blog.

Certes, il ne faut pas en faire une tragédie, un drame personnel et s'en réjouir pour lui: il a sans doute beaucoup mieux à faire, et à donner au monde, que de passer des heures dans les archives à nous dégotter des informations inédites. J'avais parfois des scrupules à le voir travailler autant, à le voir se démener pour vérifier une information en contactant le monde entier si besoin, quitte à se fâcher pour défendre notre travail ou notre liberté. Pour autant, il n'aimait pas les gueguerres entre clans muratiens et rêvait sans doute d'un grand site où les archives seraient mis en pot commun, muratiens united, un peu de la façon dont il invitait tout le monde à partager nos piques-niques devant la coopérative de mai du mois de juin.

J'aimais pouvoir compter sur lui pour prendre conseil et veiller au principe d'indépendance de ce blog. D'ailleurs, il aura toujours refusé les petits avantages que j'aurais pu lui offrir (invitations). Intégrité qu'il conservait dans ses comptes rendus de concert, œil toujours critique mais avec le regard bienveillant sur les artistes que l'on veut avant tout défendre. Je lui avais filé un peu les clefs, lui permettant de soumettre ses articles et d'accéder au blog. Et je me disais que quand je serai fatigué, la maison serait à lui... Il s'est fatigué avant moi. J'avais le rêve d'un accomplissement de notre aventure commune avec une interview, celle de Jean-Louis, et enfin l'occasion d'avoir des réponses .... ou du moins de poser les questions qui nous trottent dans la tête depuis des années.

Je me rappelle de la première fois où je l'ai rencontré: il avait posé à Murat une question courageuse et philosophique sur le thème de la posture et l'imposture, suscitant une réaction un peu vive de Jean-Louis. Un beau moment. C'est par les mails que notre relation a ensuite véritablement démarré. Et c'est ce qui va me manquer sans doute le plus: les dizaines de mails que je pouvais recevoir, dont un grand nombre qui me faisait mdr, pdtr , et tant d'autres, qui me forçaient à étoffer mes connaissances.

Il aura fallu le concert en 2010 quelques temps plus tard pour qu'on se rencontre vraiment... et la discussion n'en finissait plus depuis...même si lui travaillait de son côté. C'est un petit regret que nous n'ayons pas signé réellement un article ensemble, même si pour soigner mon égo, il me laissait le soin de réaliser des introductions.

Son travail se diffusera encore un moment sur le blog (et j'ai un peu de stock). J'en ai la garde, et c'est de la responsabilité, la responsabilité de continuer, mais y aura-t-il encore quelqu'un pour me secouer dans mes périodes d'apathie et de doute?

 

Considération matérielle: nous perdons notre correspondant permanent à Clermont. Je fais donc un appel aux volontaires locaux... au moins pour être vigilant de l'actualité, surveiller les mentions de Jean-Louis Murat dans ZAP, ou Sept jours du Puy-de-Dôme . Et plus si affinités...  Je suis bien sûr preneur de toute bonne volonté ailleurs (notamment sur Paris).

 

Pour le plaisir: M écrivait

http://www.surjeanlouismurat.com/article-muratiens-ou-qu-est-ce-106222509.html

http://www.surjeanlouismurat.com/article-envoye-special-a-st-jean-de-vedas-fred-plainelle-deuxieme-partie-117119495.html

 

et son dernier article sur les concerts caritatifs que Jean-Louis a donné... avant les KOLOKO:

http://www.surjeanlouismurat.com/2016/05/article-concerts-caritatifs-en-cours.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 7 Juin 2016

Interview au long du cours dans le SOIR

Non, Murat n'est pas bâillonné... et il parle, il parle...

Quelques propos sont à retenir, même si les questions sont un peu bateau, et quelques trucs bâclés (quelle idée de citer dans les 5 dates censées être représentatives: 1996 À l’affiche de Mademoiselle Personne, avec Élodie Bouchez et Romain Duris... un film même pas sorti).

Même Murat (mais c'est moins surprenant) fait des approximations : ainsi, après "suicidez-vous...", il dit : "Tout le monde a eu peur de moi. Je n’ai rien fait pendant quatre ans"... oubliant ainsi le LP Murat et "passions privées". On pourrait parler d'occultation... si Murat n'avait pas repris il y a quelques années ce dernier disque, mais le fait est qu'on n'aura jamais lu ou entendu le nom de Zacha ou Dejacques dans sa bouche. Jean-Louis glisse une excuse dans sa réponse ensuite: "J’ai fini à l’hôpital, j’étais au fond. Dans ces années-là, on ne rigolait pas avec les substances, j’étais dans une merde noire, j’étais devenu SDF". Encore une formule qui laisse penser à une toxicomanie à l'époque, mais sans le dire franchement. Zacha n'avait pas voulu me répondre à ce sujet, même en off (c'est tout à son honneur).

Le passage que j'ai beaucoup apprécié voit intervenir sa petite-fille qui ose lui dire: "C’est dommage, papy, que tu gâches autant ton talent en te comportant comme ça". Je vous laisse découvrir sa réaction... même si je n'ai pas en fait tout à fait compris l'ensemble du propos dans les deux réponses. Il réexprime ensuite sa position :"Je pense que le système est pourri. Je le constate et je ne vois pas pourquoi, étant dans le système, je ne dirais pas qu’il est pourri. Je refuse ces méthodes fascistes et soviétiques où l’on ne crache pas dans la soupe. La soupe est pleine de glaviots, ça ne me dérange pas de cracher dedans".

Murat revient encore sur sa grande désillusion, sa défiance est totale : "on porte des valeurs qui s’avèrent toutes négatives"... "C’est comme si j’avais basé une bonne partie de ma vie sur quelque chose qui est bidon" (à propos du rock).

... L'interview se termine par un sale coup aux fans: "Quant au prochain disque, je ne pense pas qu’il y en aura encore un autre. Ça fait un bout de temps que je n’ai pas écrit de chansons, pour tout dire. J’ai envie de faire autre chose. Je peins, je prends des photos, je fais des collages… J’en ai un peu marre. Je ne vais pas continuer à faire des interviews où je ne parle jamais de musique et où tes collègues pensent que Van Morrison est une marque de bagnole". Allez, allez, chers lecteurs, ne tombez pas dans le cafard... ou venez tous à la coopé samedi prochain!!

http://www.lesoir.be/1232490/article/victoire/air-du-temps/2016-06-07/jean-louis-murat-il-ne-faut-pas-decourager-gens-qui-se-sentent-imparfaits

Le rendez-vous parisien est fixé dans un ancien hôtel particulier reconverti en hôtel, à 5 minutes pied de la place Pigalle. Un endroit charmant et discret où ont séjourné Toulouse-Lautrec et Louis Armstrong. Jean-Louis Murat, 64 ans au compteur, arrive quasi pile à l’heure. Réputé « bon client » par les journalistes autant par sa verve que par ses coups de gueule, l’auteur d’un récent Babel a fait preuve au cours des 60 minutes d’entretien, – l’unique pour la Belgique –, d’une rare et salutaire honnêteté.

Vous avez déclaré à propos de Morituri – votre nouvel album au titre latin qui signifie « ceux qui vont mourir » – que le directeur artistique du disque était l’air du temps. C’est la première fois qu’un de vos disques est nourri par l’actualité. Pourquoi aujourd’hui ?

J’ai beaucoup tourné après les événements de janvier, pas mal dans la France profonde aussi, et l’ambiance était très bizarre. J’ai écrit des chansons en me disant que ce serait pas mal d’arriver à capter un petit peu ce fond de l’air. Ce n’est pas étrange, c’est original. Tu as l’impression de vivre un moment historique. Il y a des romans écrits en 1939 qui décrivent un pressentiment étrange. C’est comme quand les baleines et les poissons se barrent quelques heures avant un tsunami.

N’empêche qu’une chanson comme Interroge la jument, où vous imaginez un massacre en terrasse et Satan qui se gondole, reste troublante…

C’est comme ça. Je ne sais pas pourquoi je voyais des massacres en terrasse en juillet et Satan ouvrir une nouvelle usine…

Vous n’êtes pas le genre d’auteur à connaître la page blanche. Est-ce plus difficile avec de telles thématiques ?

J’évolue dans un genre musical qui fait surtout attention à la forme. Je ne réfléchis pas trop, c’est peut-être pour cela que je ne connais pas l’angoisse de la page blanche. L’image projetée de moi-même, je n’en ai rien à foutre. Je parle souvent avec des gens de cette différence entre l’image projetée et l’image réelle de la personne. C’est une telle distorsion que si elle était musicale, je dirais que c’est une distorsion pourrie.

Pourquoi ?

Parfois, ça me joue des tours. J’ai des petits-enfants. J’ai une petite-fille qui a 14 ou 15 ans et un jour elle me dit : C’est dommage, papy, que tu gâches autant ton talent en te comportant comme ça.

Elle faisait allusion à des interviews où vous l’ouvrez un peu trop ?

Ça m’a beaucoup touché. Je lui ai dit que je pensais avoir une part de bêtise aussi forte que celle qu’il pouvait y avoir chez elle. Il ne faut pas décourager les gens qui se sentent imparfaits. Ce serait un rapport de pouvoir. Je ne crains pas les dérapages. C’est une guerre des tranchées entre ce qu’on est et notre image projetée qui arrive, dans mon cas, jusque dans mon cercle intime.

Ça vous a perturbé ?

Ce qui me trouble, c’est que ma petite-fille est aussi un produit de son époque et qu’elle dit que le talent, c’est le bon comportement. Et là, c’est pareil, c’est le triangle de la bourgeoisie. C’est tout ce que je déteste. On ne juge pas les gens comme ça. Il y a un fond d’humanité qui peut être jugé chez les gens qui passent par l’apparence, par la parole, par l’anticonformisme. C’est plus subtil que ça, donc.

Pour revenir à Morituri, ce n’est pas un hasard si le dernier morceau du disque s’appelle Le Cafard…

L’état d’esprit est quand même cafardeux. Et pas seulement parce qu’il y a des attentats, mais parce qu’on porte des valeurs qui s’avèrent toutes négatives. Pour ma part, j’ai l’impression d’avoir été cocufié par la musique que j’aime par-dessus tout depuis que je suis adolescent. D’où la chanson Le Chant du coucou. J’aurais donné ma vie pour un riff des Rolling Stones. Maintenant, je ne le referais plus. J’ai été un abruti.

Pourquoi ?

Parce que la musique ne portait pas les valeurs qu’on pensait qu’elle portait. Ça ne portait pas des valeurs de partage. Quand je pense que le rock’n’roll était le bras armé contre le néolibéralisme, ça me fout le cafard. C’est comme si j’avais basé une bonne partie de ma vie sur quelque chose qui est bidon. Je ne pensais pas que la mentalité libertaire que pouvaient porter les riffs de Keith Richards était la même que celle revendiquée par les traders aujourd’hui. C’est comme notre pourri à nous, Matthieu Pigasse. Celui qui a la moitié des journaux et un hôtel particulier avec des gens habillés en livrée. Pour bien commencer sa journée, il écoute un vinyle des Clash.

Et Joe Strummer se retourne dans sa tombe…

Évidemment ! Et c’est là qu’est l’enculerie. Si l’autre va puiser dans l’énergie des Clash pour enculer la terre entière et devenir multimilliardaire en trois semaines, ce n’est pas possible. On s’est fait avoir.

Sans revenir sur Charlie Hebdo et tout le débat autour de la liberté de la presse, on oublie qu’en 1981, à la sortie de votre morceau Suicidez-vous le peuple est mort, vous subissez la censure de plein fouet… Rétrospectivement ?

J’étais disque de la semaine sur Europe 1, qui faisait la pluie et le beau temps à l’époque. J’avais de grands panneaux sur les Champs-Élysées et ça a marché quinze jours. Jusqu’à ce qu’un père débarque à la station en disant que sa fille avait fait une tentative de suicide à cause de cette chanson. Je n’ai jamais su si c’était vrai ou pas. Tout le monde a eu peur de moi. Je n’ai rien fait pendant quatre ans. Ils ont repris mon contrat, ça a failli me tuer, cette affaire. J’ai fini à l’hôpital, j’étais au fond. Dans ces années-là, on ne rigolait pas avec les substances, j’étais dans une merde noire, j’étais devenu SDF.

Parce que finalement, l’essence de la chanson, c’était une façon de dire : à quoi bon chanter alors que le public n’existe plus ?

Dans un premier temps, j’ai écrit cette chanson pour décrire le sentiment d’explosion familiale que j’ai vécu en arrivant en ville : tu es élevé à la campagne, tu penses que tu vas être fermier et puis, tout d’un coup, la modernité des années 70 tue tout cela et te retrouves presque citadin. Tu habites dans une HLM, tu ne sais plus qui tu es, tu perds ton identité. Il a fallu que je me trouve une ferme en Auvergne et que je m’y réinstalle dans un truc vaguement familial pour commencer à me reconstruire. Dans un deuxième temps, voir cette espèce de faux Pétain qu’était Mitterrand représenter le peuple, c’était trop pour moi. Je voyais mon milieu familial exploser et cet enfoiré d’hypocrite défendre le peuple. Bon, j’étais dans une période où je faisais une tentative de suicide tous les six mois…

C’était plus par désespoir que par nihilisme ?

C’était du désespoir. J’ai tenu, je me suis battu avec le mec qui a enregistré le 45 tours parce qu’il ne voulait pas garder Suicidez-vous le peuple est mort, or, je savais instinctivement qu’il fallait que je commence dans le métier avec quelque chose de fort. Ce qui est le plus important dans un édifice, ce sont les fondations. Je voulais des fondations solides. Il y a tout moi dans Suicidez-vous le peuple est mort. Et tout ce j’ai fait par la suite. C’est là que des journalistes comme Bayon et d’autres, des gens influents en France dans le milieu, m’ont repéré. J’ai eu de la chance.

Un peu comme Miles Davis quand il rentre du Japon essoré au milieu des années 70 avant de revenir plus créatif que jamais par la suite. D’ailleurs, j’ai toujours pensé que votre parcours se rapproche de la démarche d’un jazzman. Vous adhérez ?

Je suis très content d’entendre ça. Je cherche le groove et la transe par le groove. J’aime la musique pour la transe. C’est pour ça que j’aime Al Green et Marvin Gaye. Mais j’aime aussi Miles Davis, John Coltrane et Pharoah Sanders.

Mylène Farmer, Isabelle Huppert, Camille, Jennifer Charles du groupe Elysian Field, beaucoup de femmes traversent en filigrane votre carrière grâce à ces collaborations. Vous aimez être le couturier de ces dames ?

Je n’ai jamais imaginé chanter avec quelqu’un qui ne m’excite pas sexuellement. Je crois que c’est le fond de la chose et j’en ai souvent parlé avec Mylène. D’arriver à ce que nos deux voix ne fassent qu’une et rechercher une espèce de fusion des corps et des esprits pour que les voix fonctionnent ensemble. Toutes les femmes avec qui j’ai chanté, j’ai bien voulu le faire parce que j’étais amoureux d’elles. Et elles étaient suffisamment pertinentes et intelligentes pour que tout se passe dans le non-dit.

Pour l’état civil, vous vous appelez Jean-Louis Bergheaud, en hommage à l’un de vos ancêtres, mort pendant la Première Guerre mondiale. Dans quelle mesure cela a-t-il été déterminant ?

C’était mon oncle. Le frère de mon grand-père, qui était un peu le héros de la famille. Il est mort juste avant la fin de la guerre. On m’a collé son nom et très petit, je voyais mon nom sur le monument aux morts ; c’est bizarre quand même. Ça m’a beaucoup influencé et ça m’a donné une idée historique de moi-même.

Et Murat, votre nom de scène, c’est pour Joachim Murat, le beau-frère de Napoléon Ier ?

Ça tombe bien parce que toute la famille de ma mère est de Murat (commune du Cantal, NDLR). Joachim Murat, c’est aussi le dernier grand chef de la cavalerie. Je ne chante pas pour rien La Chanson du cavalier sur ce disque. Le texte est très ressenti. Je me sens beaucoup plus de la civilisation du cheval que de celle du moteur à explosion.

C’est un peu aussi ce que vous chantez dans Interroge la jument…

Si tu veux savoir où en est le monde, vas-y : demande aux arbustes. Va demander à l’oiseau mazouté, à la jument ou au renard ce qu’ils en pensent, du progrès. Pour commencer, va voir tout ce que la modernité fait à la vie animale. De toute façon, je me sens d’un monde d’avant. D’un monde où l’on a du respect envers les animaux. L’homme commence à perdre l’affaire quand il maltraite les animaux.

Je ne suis pas un chevalier blanc, dites-vous, je vois juste la pourriture du système…

Les gens sont sympas, ils achètent mes disques et j’ai une vie assez cool et relax. Malgré tout, je pense que j’ai des obligations en retour. Comme prendre la parole. Je pense que le système est pourri. Je le constate et je ne vois pas pourquoi, étant dans le système, je ne dirais pas qu’il est pourri. Je refuse ces méthodes fascistes et soviétiques où l’on ne crache pas dans la soupe. La soupe est pleine de glaviots, ça ne me dérange pas de cracher dedans.

Une petite dernière pour la route : quid de la suite ? Du prochain disque ?

Je ne vais pas tourner avec ce disque parce que pour que ce soit économiquement viable, je devrais payer mes musiciens au lance-pierre et il est hors de question de les sous-payer parce qu’on doit réduire nos revenus d’un tiers. Et même si je tourne sans cachet, ça ne compensera pas les pertes. Quant au prochain disque, je ne pense pas qu’il y en aura encore un autre. Ça fait un bout de temps que je n’ai pas écrit de chansons, pour tout dire. J’ai envie de faire autre chose. Je peins, je prends des photos, je fais des collages… J’en ai un peu marre. Je ne vais pas continuer à faire des interviews où je ne parle jamais de musique et où tes collègues pensent que Van Morrison est une marque de bagnole.

Morituri, Jean-Louis Murat, Pias.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 7 Juin 2016

Franck Courtès photographe (suite)

Les meilleurs sont les plus courtes... mais j'ai envie, pour être exhaustif, de prolonger un peu la dernière Inter-ViOUS ET MURAT avec le romancier Franck Courtès. Dans la vie d'avant, il était photographe.

1) Sa première session avec Murat:

Franck nous a raconté ainsi sa première rencontre avec Jean-Louis à New-York:

"J'ai photographié J.L. Murat à New-York la première fois, dans un grand loft d'artiste intimidant qu'on lui prêtait. On a regardé ensemble mon travail le soir, et il m'a avoué préférer de loin mon travail personnel qui est une sorte de journal intime en photo, plutôt que mon travail de commande où apparaissait de nombreuses personnalités connues en train de faire leur promo. On était bien d'accord sur le côté vain et parfois pathétique de ces gens qui ne cherchaient qu'à paraitre le plus beau, le plus séduisant possible. Il est impossible d'y résister, même les personnes les plus dignes s'y vautrent. C'est bien pour cette raison que je pense qu'il faudrait en finir avec ces beaux portraits d'écrivains, de musiciens, de politiques. En tout cas, moi, j'ai arrêté (en même temps que le sucre d'ailleurs, c'est drôle, non ?). Bref, J.L. Murat et moi, on partait en silence sur de bonnes bases, parce qu'on était sans s'embêter à le dire, bien d'accord. On a bu et il a fini à poil dans le lit avec sa guitare ! Habituellement c'est le genre d'idée qui vient aux filles, ça m'a plu ce pied de nez à la promo, car évidemment les photos n'étaient pas publiables...".

Pas publiables?

Sur le net, on trouve la photo ci-contre avec mention de Franck COURTES/Labels, sur un article de RFI. Elle est présente dans quelques articles de l'époque, comme dans Cosmopolitan:

Franck Courtès photographe (suite)

Mais est-ce la seule photo exploitée?

Murat nu dans un lit? J'ai bien sûr pensé à cette photo:

en bas à droite: Franck Courtès.

en bas à droite: Franck Courtès.

Un autre cadrage pour BEST d'octobre 99 et Platine :

Franck Courtès photographe (suite)
Franck Courtès photographe (suite)
Franck Courtès photographe (suite)

Elle illustrait la couverture du supplément des Inrocks "Murat en Amérique"... L'auteur est crédité à gauche.

- Et voilà que je découvre au cours de cette deuxième recherche dans les archives, ce qui m'avait échappé... une dernière photo... de Murat dénudé... Le nom de Franck Courtès est indiqué en haut. C'est dans TETU de Janvier 2000:

Franck Courtès photographe (suite)
Franck Courtès photographe (suite)

Ceci nous permet donc d'identifier sans doute l'auteur de cette photographie-ci également (dans TéléMoustique mars 2000)

Franck Courtès photographe (suite)

J'ai cru un moment que les photos présentées sous forme de montage (ci-dessous) dans quelques articles et dans cette couverture de Longueur d'ondes, pouvaient être issues de cette même session... mais il s'agit d'autoportraits.

Jean-Louis ira plus loin cette même année là, en se dévoilant entièrement nu dans le numéro d'octobre 2010 de Magic (autoportrait en pied... si j'ose dire).

 

 

2) La session à DOUHARESSE

"En Auvergne, c'était autre chose, il m'a fait écouter des démos magnifiques, il est une source inépuisable ! Et puis il a plongé ses mains dans une mare pour me montrer des oeufs de grenouille, on buvait de la tisane à la reine des prés, et il me répétait que c'était pas rien pour une plante, de s'appeler "reine des prés", qu'on devait y prêter attention. Et puis ma voiture n'a jamais voulu redémarrer, et on a fini les mains dans le moteur avec les pinces crocodiles. Sans lui, je ne repartais pas. C'était tout un symbole pour moi que Murat, avant de partir me refile de l'énergie, m'aide à redémarrer, mais je ne lui ai pas dit. Mon petit moteur intime tourne encore en partie grâce à lui..."

Dans les 6 photos inédites qui illustraient l'interview de Franck Courtès, 2 sont parues dans Magic en 1999, avec un ton jaune orangé (d'où ma question sur les filtres), mais j'ai trouvé également celle-ci, dans PLATINE de la même année, avec le même blouson de cuir. La photo est également dans le Murat en Amérique des inrocks (25/08/99).

et dans Nice Matin.
et dans Nice Matin.

et dans Nice Matin.

Dans le magic, une autre photo (plan large de celle-ci). Je regrette de ne pas l'avoir reçue de l'agence Vu'. Avec les montagnes derrière, un faux air de James Dean du Sancy :

http://www.magicrpm.com/souvenirs-magic-interview-avec-jean-louis-murat-en-1999/

http://www.magicrpm.com/souvenirs-magic-interview-avec-jean-louis-murat-en-1999/

Franck Courtès photographe (suite)
Franck Courtès photographe (suite)
Franck Courtès photographe (suite)

Voilà ainsi reconstitué l'ensemble des portraits de JLM signés  Franck Courtès... du moins ceux qui ont été publiés  (des photos inédites de Jean-Louis, il y en a sans doute autant, si ce n'est  plus à découvrir, que d'inédits dans la malle du grenier:  il effectue un contrôle strict... au grand dam de Frank Loriou par exemple... qui se voit obligé de conserver quelques "trésors"). 

 

On peut juste remarquer qu'au moment où il fait deux rencontres avec des photographes qui vont l'aimer au plus haut point (Franck Courtès et Frank Loriou, ce dernier pour l'instant certes cantonné à l'artwork du disque mustango),  Murat commence à  préférer  délivrer  ses autoportraits et ses peintures pour illustrer des articles. Faut dire qu'on lui a aussi infligé  au cours de cette promotion de Mustango ça:

Rock and folk... qui justement ne parlera plus de Murat sous prétexte qu'il refuse les photos...

Je me suis demandé à un moment si cette dernière photo n'avait pas été prise photo avant l'effeuillage new-yorkais, mais Franck m'a précisé qu'elle n'était pas de lui!

Autre rencontre importante: Les photos crédités dans "murat en amérique" sont signées "L.D." qui deviendra ensuite LB... mais c'est une autre histoire, et une longue, celle-ci.

3) Quelques mots et photos sur la très belle carrière de photographe de Franck.

Franck Courtès photographe (suite)
Franck Courtès photographe (suite)

Dans l'interview, j'évoquais deux prix nobel dont Modiano.  L'autre était Nadine Gordimer. Ci-dessous l'article de libé de 2002  :

Franck Courtès photographe (suite)
John Le Carré
John Le Carré

"Oui, il y avait une véritable empathie pour les gens dans mes photos, parce que j'en ai beaucoup dans la vie en général. Je suis assez admiratif des gens, j'ai toujours l'impression qu'ils ont des qualités que je n'ai pas. Il m'arrive d'aimer quelqu'un alors même qu'on est pas d'accord, juste parce que son raisonnement est sincère. J'aime beaucoup la sincérité, même si l'idée exprimée ne me plait pas entièrement. Maintenant, est-ce qu'il y a un art de l'empathie, je ne pense pas. Il n'y a pas d'art de tout. Etre dans l'empathie n'a pas grand chose à voir avec l'art. J'ai connu de très bons portraitistes qui méprisaient leurs sujets. Leurs photos étaient vraiment belles quand même. Disons qu'avec moi, il y avait de l'amour pour mon modèle, et s'il n'y en avait pas de prime abord, j'avais tendance à en rechercher".

D'autres portraits d'écrivains ici... disponible dans un livre (25 euros, pas cher pour 250 clichés).

 

Le site de l'agence Vu' laisse découvrir beaucoup d'autres oeuvres... des portraits (on trouve Benjamin Biolay, Keren ann, Tom Hanks -couverture Optimum en 98-, Nick Cave, Brian Molko, Massive Attack, ou l'ami de JL, Eric Reinhardt.. et encore une très belle photo d'un Michel Serrault patibulaire).

On trouvera enfin, notamment  pour les lecteurs de son dernier livre "Sur une majeure partie de la France", de touchantes séries ("son "journal intime") : "Chroniques de vacances, Verdon", un Verdon dans la Marne, nettement moins touristique que les gorges du sud de la France et un "secrets de famille" de 2008 qui renvoit aussi à "Toute ressemblance avec mon père".  Elles convaincront tout le monde que Franck Courtès photographe n'est pas seulement un portraitiste. 

 

"Moi ça m’a pris vingt ans à faire le tour de mon travail photographique, il fallait que je passe à autre chose sous peine de tout perdre. J’y reviendrai peut-être un jour, mais je n’en suis pas du tout là".

 

Les livres de FRANCK COURTES.

 

Enfin, pour toutes celles qui trouvent Franck canon... une très belle photo de lui, grand comme la tour eiffel.

L'anglais John Berger                            c. Franck Courtès/agence Vu'

L'anglais John Berger c. Franck Courtès/agence Vu'

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #inter-ViOUS et MURAT

Publié le 5 Juin 2016

1) Du 20 au 26 Mai, Morituri s'est vendu à 341 exemplaires physiques (142e du classement). C'est moyen, c'est moyen... On attend un 2e single pour que se prolonge un peu la vie de ce bel album.

Ps: Vous vous rappelez qu'il y a un concert à Clermont le 18 juin? On y sera!

2) L'Humanité aime toujours Murat. Dans l'humanité Dimanche de ce week-end:

Merci à Caroline B. pour la photo.

Merci à Caroline B. pour la photo.

 

3) Encore de la chronique:

 

- http://tempsreel.nouvelobs.com/culture/20160524.OBS1115/cosmic-machine-jackie-palmer-la-selection-musicale-de-l-obs.html?xtor=RSS-17

♥♥♥ "Morituri", par Murat (Le Label/Pias).

Le Murat de saison est arrivé. Noir et duveteux comme un cygne. Cette fois-ci, un album de ménestrel plus que de rocker. L’Auvergnat prolifique (des centaines de chansons dorment dans ses armoires) déroule son spleen langoureux. Le poète, entre Facteur Cheval et Verlaine, Bourvil et Neil Young, murmure plus que de coutume. Cafardeux ? Mais lumineux. Qui d’autre ose chanter marmotte, mouflons, giroflée, pont-levis, satin pâle, vent chaud, garde-chasse, vallon détrempé, chiendent, narcisse, jasmin. Et vaine espérance. François Armanet

- http://mescritiques.be/spip.php?article1981

Extrait : Il ne faut pas prendre la singularité de Jean-Louis Murat pour de la solitude. S’il sort depuis toujours des albums très personnels, ce sont aussi ses collaborations qui façonnent le son de toutes ses sorties. Après un long Babel qui signait une collaboration très fructueuse avec le Delano Orchestra, il signe son vingtième album en recrutant des musiciens au passé tourné vers le classique et l’improvisation jazz et ayant quelques belles références. Le claviériste Gael Rakotondrabe ayant déjà joué avec Antony and the Johnsons ou Pierre Lapointe et le bassiste James Thomas a côtoyé Ray Lamontagne. Citons aussi le retour de Morgane Imbeaud (Cocoon) aux chœurs.

Le résultat est donc bien moins champêtre que sur Toboggan et moins direct que sur Babel. Rassurez-vous, ce n’est pas trop lounge non plus. L’équilibre est donc très vite établi, permettant quelques moments à la coolitude bien réussie (Tous Mourus).

Vos lettres latines vous ont enseigné que Morituri désigne ceux qui vont mourir (et qui saluent César au passage). Outre l’universalité de notre condition de mortel, cette allusion est ici plus spécifique au monde paysan qui disparaît. Ce n’est pas neuf chez lui, ce thème avait déjà été abordé dans Vendre les Prés mais il est encore plus présent ici et il s’incarne dans d’inquiétants gimmicks (chialer dans la cuisine sur la Pharmacienne d’Yvetôt), dans une fausse trivialité (Tous Mourus), du bon vieux WTF des familles (French Lynx) ou un faux ton enjoué (Interroge La Jument).

Même si on a renoncé depuis longtemps à se lancer dans une exégèse poussée de ses textes, ils s’imposent d’eux-mêmes par leurs fulgurances et l’aplomb avec lequel il les livre. C’est sans doute pour ça que quelques bribes plus figuratives prennent une lumière particulière. Même s’il a été écrit le texte d’Interroge La Jument longtemps avant les attentats de Paris, on se rend compte que le mot ‘terrasse’ ne résonne plus de la même manière. La suite: ici

 

- Et une autre chronique tout fraiche... mais euh: c'est une chronique de CHEYENNE AUTUMN! Bon, y 'a pas de mauvaise date pour parler d'un disque: http://www.xsilence.net/disque-9835.htm

 

4)  Murat taclé?:

Vous êtes un auteur très demandé. Récemment Jean-Louis Murat, nous confiait qu’il avait un profond mépris pour ceux qui écrivent pour les autres…
La différence entre Murat et moi, c’est qu’il croit que son écriture est sacrée, pas la mienne. Quand tu écris pour Greco ou Hallyday, tu n’utilises pas les mêmes mots, les mêmes dictionnaires. Il faut se remettre en question. Peut-être que Murat n’en a pas envie…

C'est Miossec qui parle à METRONEWS.

 

 

5) Elysian Fields et la belle Jenny vient de jouer en France... On n'aura pas vu, je crois, Jean-Louis, du côté du Tremplin cette année (cf la dernière fois). Le progrès évoque JLM à l'occasion du concert de Bourg en Bresse:  

Jean-Louis Murat, expert en la matière, ne s’était pas trompé lorsqu’il avait invité Elysian Fields sur Mustango, l’un de ses plus beaux albums. Jamais fantômes n’auront été aussi sensuels, troublants, ouvert à tous les possibles. Joe Dassin avait raison. Il y a tout ce que vous voulez aux Champs-Élysées.

Selon leur site officiel, ils reviendront en Europe à l'automne:  ils indiquent à "BOURDEAUX", qui est dans la Drôme.... mais il s'agit plutôt de  Bordeaux (salle Le Rocher De Palmer).

 

 

 

LE LIEN EN PLUS

Le nouvel album de Silvain VANOT  "Ithaque" vient de sortir, et je l'ai écouté avec grand plaisir, alors que sa voix habituellement ne me sied guère. En écoute :

http://03h50.bandcamp.com/album/ithaque

Un article dans POP NEWS

On rappelle que Silvain est aussi l'auteur d'une biographie de Johnny Cash. Le compte-rendu du dernier concert de Clermont par M à lire ici.

Il sera cet été sur Lyon en résidence à l'épicerie moderne, puis en concert à Marcy l'étoile, dans le cadre des Nuits de Fourvière. http://www.nuitsdefourviere.com/programme/silvain-vanot

  • le 18/07/2016 à 20h00 Domaine de Lacroix Laval, et c'est gratuit.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 1 Juin 2016

 

Tout a commencé par une épigraphe : "J'ai fréquenté la beauté chaque jour abreuvé à l'illusion des toujours". Qui tenait donc à citer Jean-Louis Murat en exergue de son roman ? Le nom de l’auteur me disait vaguement quelque chose, mais ce n’est qu’après une rapide recherche que j’ai pu lancer mon habituel « Bon sang, mais c’est bien sûr!» : Franck COURTES!  Magic 1999, ses magnifiques photos de Jean-Louis en Auvergne, les premières à Douharesse... Une série parmi tant d'autres pour un photographe qui a travaillé pour Les Inrockuptibles”, “Liberation”, ”Telerama”, “Le monde”, ”L’Optimum". Ni une, ni deux, contact pris via Facebook et demande d’interview, semble-t-il acceptée de bon cœur. Ni trois, ni quatre, lecture de ses deux derniers livres « Sur une majeure partie de la France » et «Toute ressemblance avec mon père» (édition JC Lattès). Un travail réalisé avec un grand plaisir : la plume de Franck est sobre, même si elle ne se refuse pas des pauses en pleine nature, le tout avec un découpage percutant au service du récit et de personnages attachants. Le fait que les deux livres soient « autobiographiques » ou inspirés de faits réels renforce leur attrait, même pour ceux qui n'auraient pas à préparer une interview de l'auteur.

Celle-ci sera une inter-ViOUS ET MURAT pure et dure : anecdotes remarquables (belle évocation de Daniel Darc...) et infos inédites (où comment un photographe a réussi à coucher Murat un soir à New-York), petit jeu des points communs, discussion sur la littérature… et un magnifique cadeau en prime : notre invité a accepté de nous offrir quelques photos inédites  de Jean-Louis !   J’espère que cette interview donnera envie à beaucoup d'entre vous d'aller plus loin, en découvrant les livres de Franck... 

     Devant des fenêtres,

                                                                                                Franck prend la pause et la photo:

©Franck Courtes/VU’ (photo que conservait Franck sur son téléphone)    verso:  ©Jérôme Bonnet
©Franck Courtes/VU’ (photo que conservait Franck sur son téléphone)    verso:  ©Jérôme Bonnet

©Franck Courtes/VU’ (photo que conservait Franck sur son téléphone) verso: ©Jérôme Bonnet

 

Bonjour Franck,

 - Je voudrais d'abord revenir à la photographie... et en premier lieu, votre travail avec Jean-Louis Murat. Il me semble que vous l'avez photographié à deux reprises, avec un travail très différent, l'un  peut-être représentant un Murat des champs et l'autre,  un Murat des villes. Pouvez-vous nous en parler?

F. Courtès: J'ai photographié J.L. Murat à New-York la première fois, dans un grand loft d'artiste intimidant qu'on lui prêtait. On a regardé ensemble mon travail le soir, et il m'a avoué préférer de loin mon travail personnel qui est une sorte de journal intime en photo, plutôt que mon travail de commande où apparaissait de nombreuses personnalités connues en train de faire leur promo. On était bien d'accord sur le côté vain et parfois pathétique de ces gens qui ne cherchaient qu'à paraitre le plus beau, le plus séduisant possible. Il est impossible d'y résister, même les personnes les plus dignes s'y vautrent. C'est bien pour cette raison que je pense qu'il faudrait en finir avec ces beaux portraits d'écrivains, de musiciens, de politiques. En tout cas, moi, j'ai arrêté (en même temps que le sucre d'ailleurs, c'est drôle, non ?). Bref, J.L. Murat et moi, on partait en silence sur de bonnes bases, parce qu'on était sans s'embêter à le dire, bien d'accord. On a bu et il a fini à poil dans le lit avec sa guitare ! Habituellement c'est le genre d'idée qui vient aux filles, ça m'a plu ce pied de nez à la promo, car évidemment les photos n'étaient pas publiables...Une de la série new-yorkaise.

En Auvergne, c'était autre chose, il m'a fait écouter des démos magnifiques, il est une source inépuisable ! Et puis il a plongé ses mains dans une mare pour me montrer des oeufs de grenouille, on buvait de la tisane à la reine des prés, et il me répétait que c'était pas rien pour une plante, de s'appeler "reine des prés", qu'on devait y prêter attention. Et puis ma voiture n'a jamais voulu redémarrer, et on a fini les mains dans le moteur avec les pinces crocodiles. Sans lui, je ne repartais pas. C'était tout un symbole pour moi que Murat, avant de partir me refile de l'énergie, m'aide à redémarrer, mais je ne lui ai pas dit. Mon petit moteur intime tourne encore en partie grâce à lui...

 

                                                                                                                             ©Franck Courtes/VU’

 

- Ah, c'était à New-York... Vous aviez l'habitude de travailler pour Labels ou d'autres maisons de disque?

F. Courtès: Oui, il me semble qu’ils me donnaient pas mal de commandes photos. Je travaillais pour tous ceux qui me le demandaient en fait, je ne faisais pas attention aux en-têtes sur les bons de commandes. Je travaillais vraiment beaucoup et pour le plaisir, il m’arrivait d’oublier d’envoyer mes factures. 

- Concernant l'autre session, comment elle s'organise? A la demande de Magic ou via la maison de disque?

F. Courtès:  C’est venu de la maison de disque je crois. J’ai du mal à me souvenir, mais je ne serais pas étonné si on me disait que c’était pour rattraper la séance de nu de New York…!

- Ces photos sont très belles (à ce moment où on n'avait pas encore l'habitude des photos dans son environnement naturel), avec Murat cinglé dans un blouson d'aviateur et cette couleur sepia (utilisée par la future Mme Bergheaud sur Live in Dolores). Il me semble que vous êtes pourtant peu utilisateur de ce genre de filtre? 

F. Courtès: Je n’ai jamais utilisé de filtre. Le sépia, c’est un bain de conservation dans lequel on trempe son tirage papier pour en augmenter le pouvoir de conservation. C’est pour ça que les vieilles photos sont sépias, parce qu’à l’époque on fabriquait les choses avec une idée d’éternité, la pérennité était dans la tête des artisans, regardez les églises ou les maisons en pierre… Photoshop aujourd’hui imite ces rendus à la perfection, sauf que l’esprit n’y est pas. Comme le plaqué chêne imite le chêne. Dans un mur, aujourd’hui, même bien crépi, on sent le parpaing… La beauté, c’est avant tout l’esprit qui se cache derrière les choses et les actes, pas la surface.

- A la lecture de vos premières réponses, j'ai pensé à ce que vous disiez  sur votre travail de portraitiste:  "Réflexion, le mot n’est pas approprié, c’est plutôt une complicité d’un moment. Il y a même une part incroyable de hasards dans toutes mes images. Il faut juste être concentré sur ses sentiments envers ce qui nous entoure. Moi, j’imagine très peu, c’est déjà tellement riche de sens et même de poésie ce que font les gens". L'art d'être en empathie?

F. Courtès: Oui, il y avait une véritable empathie pour les gens dans mes photos, parce que j'en ai beaucoup dans la vie en général. Je suis assez admiratif des gens, j'ai toujours l'impression qu'ils ont des qualités que je n'ai pas. Il m'arrive d'aimer quelqu'un alors même qu'on est pas d'accord, juste parce que son raisonnement est sincère. J'aime beaucoup la sincérité, même si l'idée exprimée ne me plait pas entièrement. Maintenant, est-ce qu'il y a un art de l'empathie, je ne pense pas. Il n'y a pas d'art de tout. Etre dans l'empathie n'a pas grand chose à voir avec l'art. J'ai connu de très bons portraitistes qui méprisaient leurs sujets. Leurs photos étaient vraiment belles quand même. Disons qu'avec moi, il y avait de l'amour pour mon modèle, et s'il n'y en avait pas de prime abord, j'avais tendance à en rechercher.  

©Franck Courtes/VU’

©Franck Courtes/VU’

-  Vous faites parti des fondateurs des Inrockuptibles, je vous ai vu faire photo commune avec JD Beauvalet – j’aime citer Marie Audigier qui racontait que la consécration pour elle était d’avoir une critique de JD pour son disque-.  Vu l’histoire entre ce journal et Murat, je dois forcement poser une question (avec mon étonnement que vous n’ayez pas shooté Murat pour ce journal justement) :  est-ce que vous pouvez nous dire quelques mots sur cette période de collaboration avec ce magazine ?

F. Courtès:  Je n’étais que le troisième photographe des Inrocks, après Renaud Monfourny et Eric Mulet. J’étais plus jeune et arrivé après eux, donc on me confiait les reportages que les deux autres ne voulaient ou ne pouvaient pas faire. J’étais très fier de travailler pour ce magazine, on faisait à peu près ce qu’on voulait en photo. Et puis ça s’est mal terminé à cause de l’argent. Ils ne payaient pas ou avec des mois et des mois de retard et des dizaines de relances humiliantes où j’ai perdu ma confiance en eux. Ils disaient qu’ils ne pouvaient pas, qu’ils n’avaient plus d’argent. Le jour où ils ont revendu une photo de moi à un magazine sans me le dire alors qu’ils ne m’avaient même pas payé le reportage commandé (à New York, les Fun Loving Criminals), j’ai arrêté, écoeuré. Les journalistes n’étaient probablement pas au courant de la manière dont ça se passait avec le règlement des factures des indépendants. Sinon, jamais ils n’auraient pu continuer à écrire certains articles emprunts de valeurs morales… J’en ai pleuré un moment. J’étais déçu, mais je n’ai rien dit, je n’ai pas fait de procès, j’aimais ce journal. Le mieux, c’était de prendre mes distances et d’en tirer les leçons, pas d’en donner. C’est la première fois que j’en parle publiquement. J’avais l’enthousiasme et la naïveté de la jeunesse, c’est cocasse de la perdre avec un journal qui a pour beaucoup été le journal de l’intégrité, et de l’élégance.

-  Quelles sont vos rencontres les plus marquantes?  (vous avez je le signale photographié au moins deux prix nobel  et un double ballon d'or... Feu Cruyff...) . Est-ce que vous avez quelques anecdotes?

F. Courtès: Ma rencontre avec Arthur H et Eric Holder ont débouché sur deux amitiés, mais je pourrais citer des dizaines de rencontres intéressantes. Je pense à Arletty qui m'a reçu chez elle quelques temps avant sa disparition. J'étais très jeune et ne faisais de photo que pour moi, je demandais aux comédiens un rendez-vous, au culot. Je l'avais contactée et elle m'avait reçu. Main dans la main, assis dans le canapé, elle m'a dit de cette voix extraordinaire: " Je suis heureuse qu'on s'intéresse encore à moi, mais ne faisons pas de photo, s'il vous plait, je suis aveugle, je ne les verrai jamais. Voulez vous encore un peu de thé ? Si vous avez du temps, j'aimerais qu'on discute plutôt." J'avais l'après-midi... Elle n'a pas une seconde quitté ma main qu'elle serrait de temps à autre quand elle éclatait de rire.

- Un des prix nobel, c’était Modiano, dont la séance est évoquée dans « toute ressemblance avec le père » : « il était en chaussette ce jour-là, mais je n’avais pas osé le cadrer de pied. Avec un homme politique, j’avais eu moins de scrupules en remarquant sa braguette ouverte, un jour, et m’étais arrangé pour que, dans le cadre, on ne voit que ça  » .  Il y a prescription :  c’était qui ?

F. Courtès: Il m’est arrivé des choses semblables, mais en réalité ce n’est pas arrivé à moi, c’est une photo que j’ai vue sur la planche contact d’un photographe de Libération, je crois que c’était Hugues de Wurstemberger. J’avais trouvé ça génial.

- Vous avez beaucoup photographié des auteurs et romanciers pour Lire et dans les coulisses de la Grande Librairie (France 5). Est-ce que cela a pu jouer un rôle dans votre vocation d’auteur ? Ou est-ce que c’est votre vocation d’auteur qui vous a permis de réaliser ces représentations photographiques ?

F. Courtès: Ça m’a donné en tout cas l’occasion de lire quelques pages ou le livre entier des auteurs contemporains que je ne connaissais pas. J’avis un réel plaisir à photographier les écrivains, parce que la plupart du temps, ils ne sont pas très conscients de leur image, ce ne sont pas des cabotins. Et puis leur univers est toujours vaste et intéressant.

- Vous parlez de cette vocation dans « toute ressemblance…. « je me suis mis à la photographie pour m’inventer un nouveau décor, une histoire à moi, pour remplir le vide. Circonscrire le monde, l’apprivoiser, l’épingler au mur. Par goût de la promenade aussi. Mes portraits  comme autant de têtes réduites, avec l’âme à  l’intérieur si possible, des prises de guerre[…] ».   A la lecture de ce livre, on se dit  que  ce vide n’a pas été rempli par la photographie… et qu’il a fallu l’écriture, et notamment de ce premier roman, pour se construire.     (je ne trouve pas de question… mais cela vous inspirera-t-il une réaction ?). 

F. Courtès: Je trouve aujourd’hui plus d’écho dans la littérature que dans la photographie. Ce matin j’ai discuté avec le peintre Emmanuel Fandre qui m’a avoué qu’il ne pouvait plus poursuivre sa série sur le corps humain, qu’il en avait fait le tour, qu’il devait passer à autre chose, un travail sur la couleur. Moi ça m’a pris vingt ans à faire le tour de mon travail photographique, il fallait que je passe à autre chose sous peine de tout perdre. J’y reviendrai peut-être un jour, mais je n’en suis pas du tout là.

 

©Franck Courtes/VU’

©Franck Courtes/VU’

- Est-ce que vous avez encore eu des contacts avec Jean-Louis Murat?

 F. Courtès: Je n'ai pas vraiment de contact avec lui. Mais je pense à lui très souvent. Je vais le voir en concert bientôt [Pias nites de mai] et il m'a écrit qu'il avait aimé mon dernier roman. Enfin un peu plus qu'aimé...

- Le nom de Murat était déjà dans votre précédent livre :  « il se moquait de la musique qui passait dans le bar, de Morrissey qui ne valait rien, selon lui, sans Johnny Marr. English tarlouze, il ricanait, mais toujours mieux que les french fiotes ! Une chanson de Murat commençait ».

F. Courtès: Oui, c’est une histoire vraie, un de mes amis très cynique, qui vivait indirectement de la musique justement.

 - On va passer aux questions rituelles.  Quand avez-vous découvert Murat? et écouté?  Vous le connaissiez avant New-York?

F. Courtès: Oui, je connaissais Murat bien avant de le rencontrer, une fille m’avait mis ses disques en bande son durant une nuit d’amour, ça m’avait troublé. 

- Votre album préféré de Murat? et pourquoi?

F. Courtès:  Le manteau de pluie, parce qu’il y a dedans ma chanson préférée Le lien défait.

- 3 chansons? et ce qu'elles vous inspirent?

F. Courtès: J’ai fréquenté la beauté, Le lien défait, Dordogne. Elle m’inspirent la campagne, l’amour, la mélancolie. Il chante si bien la campagne ce lieu où le mariage entre l’homme et la nature est possible et apaisé.

- Vous irez à la maroquinerie, mais l'avez-vous déjà vu en concert ? Si oui, quels souvenirs? impressions?

F. Courtès: Un concert de Murat est toujours unique, c’est à chaque fois une prise de risque, une expérience. On sent son humeur, qu’elle soit bonne ou mauvaise, il ne triche pas.

- La dernière question rituelle est normalement : Est-ce qu'il y a dans votre répertoire une chanson qui vous évoque Murat ou dont il aurait été l'aspiration?  On va la modifier ainsi:

Pourquoi avoir mis cette citation de Murat dans votre dernier roman?  Est-ce qu'il a une influence dans l'écriture ou la genèse du livre?

F. Courtès: Murat me conforte dans ma colère face à la destruction de la campagne et des valeurs au nom du dogme borgne du modernisme, alors pour mon dernier roman, « Sur une majeure partie de la France », son esprit a plané sur mes pages. 

 

©Franck Courtes/VU’

©Franck Courtes/VU’

- Olivier Adam (que vous avez photographié) aime citer la musique qui l'a accompagné dans l'écriture d'un livre à la fois dans le livre lui-même (Murat, St-augustine...) et aussi en interview. Est-ce que la musique joue un rôle dans l'écriture? 

F. Courtès: J’ai toujours vécu entouré de musique, elle influe sur toute ma vie, la littérature y compris. La prose doit être musicale, sinon, elle sonne mal. Tandis que la musique n’a pas besoin d’être littéraire. La musique peut commencer avec le doux battement du coeur de votre fiancée. 

 - Pour poursuivre le petit jeu des rapprochements avec  Murat, il y a  le sport, vous concernant,  le judo et la course (sur laquelle vous avez écrit), Murat  a également beaucoup pratiqué la course, le vélo, le ski.  Vous avez dit :  « On peut l’appliquer à tout le reste. C’est grâce à la course que je me suis mis à écrire. Du jour au lendemain, cinq heures par jour ».  Murat lui : «  « Se surpasser physiquement complète l’effort de la création artistique ».  Est-ce lié au sport, mais vous vous retrouvez aussi dans une certaine discipline du travail artistique comme écrire le matin… ?

F. Courtès: Oui, j’ai infiniment plus de ressort intellectuel le matin. Je dois toujours faire un choix le matin : aller courir ou travailler. Je sais que si je ne cours pas, je travaille moins bien. C’est si pénible de rester assis des heures pour un garçon qui a tant détesté l’école… Même au bar, je prends rarement le tabouret. J’ai vu un auteur allemand à Berlin qui s’était fait construire un bureau haut pour rester debout pendant son travail. Un jour j’essaierai.

-  Dans toute ressemblance… :  « j’étais contrarié à l’idée de rencontrer un directeur artistique.  Le titre m’effrayait, ça sonnait comme chef des nuages,  ou préfet de l’eau vive ».  Là, encore, j’ai pensé à  Murat, qui travaille certes avec une Directrice artistique, mais dans une relation très particulière, et jamais avec un « producteur ».  Vous –même,  vous avez toujours refusé d’avoir un patron…  On peut imaginer le travail d’auteur très solitaire,  mais il peut y avoir des relectures,  un travail avec un éditeur.  Est-ce que vous avez appris à gérer cette peur ?

F. Courtès: Mais mon éditrice est tout sauf un patron, c’est quelqu’un dont je bois les paroles, que j’aime profondément. Elle fait partie de mon travail au même titre que ma compagne ou la bougie que j’aime allumer au dessus de ma feuille.

- Ma question est sans doute liée au fait que vous êtes les seuls auteurs contemporains français que j'ai lu récemment (avec Arnaud Cathrine),  mais Est-ce que vous vous sentez proche d'Olivier Adam justement?  "Sur une majeur partie de la France" et cette description de cette "3e" ou "4e couronne" m'a évoqué la façon dont il traitait cette "lisière" ou ce bord de mer dans "peine perdue"  ?

F. Courtès: Je me sens proche d'Olivier Adam parce que nous aimons tous deux raconter les gens dont on ne fait pas habituellement grand cas. Nous avons dû éprouver un jour une même tendresse pour des gens croisés ça et là. Je ne connais pas ses motivations, mais les miennes sont assez simples : les gens sans pouvoir m'ont toujours moins intimidé et davantage attiré que les gens à la recherche de pouvoir. C'est peut-être finalement par peur des puissants que je me suis réfugié auprès des plus faibles. Et c'est à leur contact que j'ai découvert leurs forces et leurs beautés discrètes.


- Pour en venir au livre, vous disiez que «son esprit avait plané sur les pages ».  C’était ainsi l’évidence de  mettre un vers de « Babel » en exergue  du livre ? Avez-vous hésité avec une autre citation ?     J’ai envie de citer une phrase du livre qui fera tilt bien sûr auprès des lecteurs réguliers du site : « ma passion pour cette terre, cette liberté, cette beauté, attachait pour toujours mon être au paysage ».

F. Courtès: J’ai failli mettre une citation d’Ernst Junger mais ça aurait fait un peu trop.

- Ce qui m’a paru intéressant dans la campagne que vous évoquez, et cela n’a pas été indiqué ainsi sur France 5 (voir ci-dessous), c’est que votre décor est loin d’être « le paradis pastoral » qui est l’univers de Murat, un environnement à potentiel touristique :  c’est un coin de région parisienne presque sans charme – beau que quelques  semaines  par an écrivez-vous –   alors que Murat lui chante aussi les louanges d’une environnement protégée, une terre avec une  identité, une personnalité….   Et cela renforce d’ailleurs votre discours…   (là encore pas de question qui me vienne, mais j’espère que vous en trouverez  à me répondre…]

F. Courtès: J’ai discuté avec un auvergnat il n’ y'a pas longtemps pour une radio. Il me disait qu’en Auvergne, l’identité et la beauté n’avaient pas autant subi les affres de la banlieue totale. Il reste des lieux magiques Sur une minorité de la France

- En lisant le livre, je n’avais pas forcement connaissance que vous vous inspiriez de faits réels et vécus. C’est sur l’évocation par le narrateur d’une rencontre avec Daniel Darc que je me suis dit que c’était bien vous qui parliez.  L’anecdote est bien réelle (c’était vraiment du cannabis ?) ?  Avez-vous encore fréquenté Daniel  par la suite?

F. Courtès: Oui, du cannabis trop fort pour moi ! Je n’ai pas revu Daniel à part dans un concert où il était tout seul à tituber dans un coin. Je me suis approché et très vite lui ai dit à l’oreille : « Je t’aime Daniel ». Mais je me suis vite éloigné avant qu’il pense que j’en attendait quelque chose. Je l’ai vu me sourire. Et puis une dernière fois dans la rue. J’étais avec ma file Daphné et quand j’ai aperçu Daniel arrivé en face au bras d’une jeune punk, l’air si clochard, je n’ai eu que quelques secondes pour avertir ma fille de dix ans qu’on allait croiser un des plus grands musiciens français, un poète, je ne trouvais plus les mots, mais ma fille a compris que c’était quelqu’un d’important en tout cas. Et il l’a embrassée, en lui parlant d’une voix extraordinaire, douce et rocailleuse. C’était un peu avant sa mort.

- L’autre chanteur juste évoqué dans le livre, c’est Bruce Sprinsteen (« un chanteur d’une voix éraillée qu’elle ne connaissait pas chantait qu’il était né aux Etats-unis. Né dans une ville paumée »). Murat aime à le citer quand il faut se justifier sur son « ancrage » territorial.  Pourquoi en parlez-vous ? Un marqueur (comme on dit maintenant)?

F. Courtès: Oui, c’était juste pour voir si des gens prendraient la peine de traduire et de le reconnaitre. Ce morceau nous faisait conduire vite, boire plus, faire des bêtises. Pourtant on ne comprenait pas les paroles !

- Le livre a certes un contexte,  avec un discours sur la campagne, mais ce n’est pas non plus ce qui fait le livre. C’est un vrai roman,  avec des personnages  dont on veut suivre la destinée, une tension dramatique (accentuée chez moi fortement par le contexte « drogue » ). Vous annoncez le drame, mais il y a un vrai suspens autour du dénouement.  J’ai l’impression que, comme dans le précédent livre,  on a l’impression de lire des nouvelles à chaque chapitre ?

F. Courtès: J’adore découper le livre en morceaux dramatiques. Ça me permet de jouer avec les ressorts, les suspens, comme dans les feuilletons. Je dis feuilleton, pas série…

- Il me semble que vous vous pliez de bonne guerre à la tournée de « promo » :  visite en bibliothèque,  rencontre scolaire, librairies et salons.  Murat à propos de la séance dédicace post concert,  faisant parler sa mère, disait : « ah mais à quoi t’en es rendu, mon fils ! ».   Est-ce que l’exercice vous plait ? Est-ce que le retour des lecteurs vous surprend, peut aussi vous influencer par la suite ?

F. Courtès:  Ce qui me surprend, ce sont les messages que les lecteurs m’envoient. C’est déjà tellement gentil de prendre le temps de m’écrire. De m’expliquer ce qui leur a plu, ce qui les a touché. Ça ne m’influence pas, mais ça me met de bonne humeur, et c’est déjà énorme, non ? Parce que c’est assez long l’écriture d’un livre, et si solitaire. Ces messages me font penser aux cris sur le bord d’une course cycliste : « Vas-y ! t’es le meilleur ! Fonce ! » Bon, je plaisante un peu, certains sont plus troublants, quand je découvre la résonance intime, la vibration que mes livres ont provoqué sur les cordes d’inconnus… 

Et toi!!                ©Franck Courtes/VU’
Et toi!!                ©Franck Courtes/VU’

Et toi!! ©Franck Courtes/VU’

Interview réalisée par mail du 30/03/2016 au 18/04/2016. Un grand merci à Franck Courtès, et à l'agence VU. (Si vous souhaitez partager des photos, merci de ne le faire qu'en utilisant le lien vers l'image ou de mentionner: ©Franck Courtes/VU’).

 

L'ensemble des portraits de Murat  de Franck publiés dans la presse (et d'autres infos) à découvrir ICI

Inter-ViOUS et MURAT- n°21:      Franck Courtès

LE LIEN EN PLUS

- Sur le Site internet de Jean-Claude Lattès.

- Des chroniques  de "Sur une majeur partie de la France"à lire: motsenmarge.com,  aussi là sur hql, et sur La Vie.fr qui aime passionnément.

- Une interview de 2013 dans l'Obs.

- Dans "la grande librairie" (le 7/04/16):

- Le photographe : site de l'agence vu'   et son livre "portraits d'auteurs"  encore disponible

On avait déjà vu les photos de Franck sur ce site dans notre chronique du dernier disque de Dominique Dalcan.

- http://www.surjeanlouismurat.com/2016/06/franck-courtes-photographe-suite.html

 

Maintenant, il faut s'en aller...    (salutations à Fred Plainelle).

©Franck Courtes/VU’

©Franck Courtes/VU’

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #inter-ViOUS et MURAT

Publié le 29 Mai 2016

 Un iMMense Merci à M.

Quand Murat fait son Enfoiré...
CARITATIF, du latin caritas, caritatis : amour, affection, tendresse.


Qu'est-ce qu'au fond du cœur

Associer le nom de Jean-Louis Murat à la notion d'engagement humanitaire ou d’œuvre caritative ne va sans doute pas de soi pour le grand public. Celui-ci – lorsqu'il a déjà entendu parler du chanteur – le connaît probablement davantage pour son scepticisme moqueur, voire suspicieux, envers les artistes engagés ou pour certaines des piques qu'il lui est arrivé d'adresser à la troupe des Enfoirés. En 2004, dans l'émission d'un Thierry Ardisson qui n'en finissait plus lui-même de lancer des "À vot' bon cœur, m'ssieurs-dames" aux téléspectateurs du prime time se refusant à lui, Murat y était allé précisément de bon cœur au sujet de la bande à Goldman : "une vingtaine d'artistes squatte la cause humanitaire et les bons sentiments. […] Les émissions de télé sont faites par cette vingtaine d'artistes qui squattent l'humanitaire. Ils ont compris assez vite que c'était le moyen le plus efficace de se faire de la promo. C'est un genre de mafia." On ne s'étonnera donc pas que sur les 1264 chansons interprétées par les Enfoirés depuis leur naissance, aucune ne soit signée Bergheaud. Les muratiens dépités pourront éventuellement se consoler en songeant que Denis Clavaizolle travaille avec Zaz...

Ceux qui suivent avec plus d'attention la trajectoire de l'Auvergnat savent pourtant qu'il ne rechigne pas, de temps  à autre, à soutenir de justes combats. Son nom figure ainsi sur plusieurs albums destinés à défendre telle ou telle cause, il fit une brève apparition voici quelques années lors du Téléthon et, bien sûr, on peut le voir chaque mois de juin, depuis plus de dix ans, à la Coopérative de Mai, pour un concert au profit de l'association Clermauvergne Humanitaire. Alors que ce traditionnel rendez-vous a lieu dans trois semaines, nous voudrions aujourd'hui revenir, à l'aide de quelques archives, sur deux soirées caritatives auxquelles prit part Murat dans les années 90, bien avant l'instauration du concert annuel pour ses amis pompiers. Direction Koloko, donc, mais en passant par la Roumanie et le Kurdistan.

Libertatea, j'écris ton nom...

Décembre 89. Dans ces dernières semaines d'une année qui aura vu les régimes communistes d'Europe centrale et de l'Est sévèrement remis en cause, le pouvoir dictatorial roumain s'effondre en moins de dix jours : les 16 et 17, des milliers de manifestants s'insurgent à Timisoara et sont violemment réprimés ; le 21, le président Ceausescu voit son peuple se retourner contre lui ; le 22, le "Danube de la Pensée" quitte le pouvoir ; le 25, il est exécuté avec son épouse. Cet embrasement politique et social – trouble conjonction d'une révolte populaire spontanée et d'un coup d’État habilement préparé – s'accompagne d'un emballement médiatique : évaluations très approximatives du nombre de victimes (on ira jusqu'à parler de 60000 morts), descriptions morbides de charniers montés de toutes pièces, récits d'actes de barbarie plus effroyables les uns que les autres (cf. ce reporter clermontois décrivant des femmes éventrées, leur nourrisson attaché autour du corps avec du barbelé…). Timisoara reste aujourd'hui le nom d'un des plus grands dérapages médiatiques des dernières décennies.

Il n'empêche que cette escalade émotionnelle, conjuguée à la proximité des fêtes et aux souffrances bien réelles des Roumains (le bilan de cette révolution-coup d'État est estimé à 1104 morts et 3352 blessés), aura l'avantage de déclencher une large mobilisation internationale en faveur de ce pays. C'est le cas en France, où associations humanitaires, partis politiques, hôpitaux et collectivités s'organisent pour recueillir les dons qui affluent de toutes parts. On envoie sur place du matériel de première urgence, ainsi que des professionnels en mesure d'assurer un encadrement logistique et médical et d'évaluer avec le plus de justesse possible les besoins de la population. Le nombre de blessés ayant été surestimé, l'aide d'urgence se révèle vite efficace et il convient alors de mettre en place un soutien à plus long terme : les dons en argent sont privilégiés, les autres besoins des Roumains pris en compte (la FNAC envoie par exemple plus de 10000 livres, ainsi que des disques)...

En Auvergne, la mobilisation est forte. Le SAMU de Montluçon recueille très vite trois tonnes de matériel et de médicaments qui sont expédiés en avion, l'association Pharmaciens Sans Frontières (créée quatre ans plus tôt par des Clermontois) réussit à lancer une première mission dès le 23 décembre pour parer au plus pressé et des centres de collecte s'ouvrent dans de nombreuses communes. C'est dans ce contexte que le musicien et dessinateur Jacques Moiroud a l'idée d'organiser un concert pour récolter de l'argent. Il contacte JLM, qui accepte d'y participer, Pierre-Yves Denizot (patron d'Arachnée) appuie la démarche, la municipalité clermontoise embraye et, en quelques jours, une dizaine de formations de la scène rock locale se retrouve programmée pour un concert prévu le vendredi 6 janvier 1990, à la Maison du Peuple de Clermont-Ferrand.

Baptisée Libertatea, la soirée rassemble notamment les Coyotes, emmenés par Rocky et sa célèbre washboard ; les Flags, avec les deux Thierry (Chosson et Chanselme), Découvertes du Printemps de Bourges en cette année 90 ; les Radio Active Kids du fantasque Jean-Paul Freyssinet, le plus éMÈCHÉ des musiciens locaux ; Jack et les Éventreurs, dans une formation déjà différente de celle d'origine (avec Jeff, le batteur des Killers, à la guitare) ; les Good Old Boys, pas encore génétiquement mutés en spécialistes du rock agricole ; ou les Real Cool Killers, avec un Buck à la fois ardent et potache. À en juger par les quelques rares images qui circulent sur le net, l'ambiance fut celle d'un bœuf rock n roll et bon enfant, riche en reprises de toutes sortes, de "Boppin the blues" à "Satisfaction", de "It's only love" à "Drives me wild" en passant par "Have love Will travel" et bien d'autres.

Vidéo réalisée par Gut. Merci à Michel (chanteur de Jack et les Éventreurs) pour le partage.

Et Murat alors ? Il est bien présent et la chose peut surprendre pour au moins deux raisons. D'abord, à cette époque, il ne fait officiellement plus de scène, se voulant à la recherche d'une nouvelle approche, qui échapperait à la formule ankylosante du concert comme simple moment de promotion du disque. Ensuite, il vient de passer une partie des deux années précédentes sur les plateaux de télévision, à interpréter de jolies ballades, le plus souvent en play-back et parfois dans des tenues douteuses. L'époque où l'impétueux leader de Clara partageait la même affiche qu'Asphalt Jungle ou Little Bob paraît donc éloignée. Pourtant, Murat ne renie en rien son ancrage dans le rock. Quelques semaines seulement avant ce concert à la Maison du Peuple, il confiait sur une chaîne de télévision normande : "J'le revendique pas, mais bien évidemment je viens du milieu rock. J'ai fait mes classes dans les groupes de rock et dans les caves enfumées de Clermont-Ferrand." Il faut aussi répéter qu'il répond ici à l'invitation de Jacques Moiroud. Or, les deux hommes se connaissent et s'apprécient, ils se sont croisés dans le Clermont rockailleux des années 70, au point que Moiroud co-réalisa en compagnie d'Agnès Audigier (musicienne et sœur de Marie) l'une des toutes premières interviews de Murat, dans le numéro 3 de Spliff, en juin 1981. Enfin, le garçon qui maudit les filles ne se présente pas tout seul sur scène, puisqu'il est solidement escorté par des musiciens du cru, tous chevronnés, qui évoluent sous l'identité de Steve McQueen.

En la circonstance, ce nom doit nous évoquer autant le célèbre acteur américain que l'album éponyme de Prefab Sprout sorti en 85. En effet, le groupe clermontois, monté en septembre 89, compte notamment à son répertoire, en plus de ses propres compositions, des morceaux de Prince, Simply Red, Talk Talk, Joe Jackson ou, justement, Prefab Sprout (dont le batteur, Neil Conti, travaillera avec JLM dans les mois suivants, pour Le Manteau de pluie). Dans sa minutieuse recension des groupes de rock de la région, Jacques Moiroud range Steve McQueen dans la rubrique "All-Star band à filles". Un intitulé attractif pour un casting qui a en effet une certaine allure : à la batterie, on trouve Stéphane Mikaelian, qui évolue entre jazz et rock et connaît Murat depuis le milieu de la décennie ; à la basse, Philippe Masoch, musicien qui a déjà bourlingué dans plusieurs formations du coin et qui joue aux côtés de Stéphane dans Last Orders depuis quelques années ; à la guitare, Christian Isoard, ancien des Sales Gosses et de Fafafa, deux groupes avec lesquels Murat a frayé (il a joué du sax sur un titre du premier, a emmené le second au Midem 83) ; également à la guitare, Jérôme Pietri, instrumentiste virtuose, qui marqua tout une génération au sein de SOS et participa aux aventures de Passions privées et Cheyenne Autumn ; enfin, à la guitare et au chant, Alain Bonnefont, présent aux côtés de Murat dans Clara, puis sur trois de ses quatre premiers disques. Il est d'ailleurs l'auteur de la musique de "Te garder près de moi", dont la sortie en 45 tours aura lieu quelques jours après le concert.
On ne connaît pas la setlist du groupe ce soir-là, mais on peut supposer que Murat préféra jouer des reprises plutôt que ses propres morceaux et qu'il puisa dans le répertoire habituel de Steve McQueen. On sait par exemple qu'il interpréta, les mains enfouies dans les poches de son grand manteau, "It's only love", dans une version plus proche de la reprise des Simply Red que de l'original de Barry White.

En fin de soirée, Jacques Moiroud découpera en petits morceaux le grand drapeau roumain confectionné pour l'événement et les distribuera aux nombreux spectateurs. En espèces sonnantes et trébuchantes cette fois, le concert dont il était l'initiateur aura permis de recueillir environ 25000 francs pour la Roumanie. Mulţumesc, Jacques.

Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.
Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.

Ils s'appellent Alain, Christian, Jacques, Jean-Louis, Laurent, Pascal, Philippe, Stéphane, entre autres... Quelques images de la soirée Libertatea.

Franco-kurde

Dans ces années 89-90, les Auvergnats ont aussi l'opportunité de se montrer solidaires vis-à-vis d'un autre peuple : les Kurdes. Entre février et septembre 88, le régime baasiste irakien engage une politique d'extermination contre les Kurdes du nord du pays, sans lésiner sur les moyens mis en œuvre : bombardements, attaques terrestres, empoisonnements des eaux, mines, internements, usage des armes chimiques… Ces atrocités coûtent la vie à plus de 100 000 civils et contraignent à l'exil plusieurs dizaines de milliers d'entre eux. Lorsque Danielle Mitterrand, à la tête de son association France Libertés, visite le camp de réfugiés de Mardin (en Turquie), où 16000 Kurdes vivent dans l'insalubrité et la malnutrition, elle s'émeut et décide qu'en cette année du bicentenaire de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen, la France se doit de prendre sa part de cette misère du monde. Quelques mois après cet élan utopique doublé d'un magistral coup de com', 337 Kurdes débarquent en France, plus précisément en Auvergne, dans le camp militaire de Bourg-Lastic. Pendant deux mois, ils y sont logés et nourris, mais rien de concret n'est entrepris pour leur intégration, la démarche de la Première Dame ayant été grandement improvisée. Puis à partir du 11 octobre, ils sont répartis dans des villes du Puy-de-Dôme, de la Haute-Loire, de l'Ariège, de la Creuse et de la Corrèze.

C'est à Vic-le-Comte (63), première ville au monde à recevoir ces réfugiés, que l'Association franco-kurde (AFK) est créée en 90, afin de favoriser l'intégration des Kurdes et leurs relations avec les Français, mais aussi pour venir en aide aux milliers d'entre eux restés sur place, dans des conditions de vie peu enviables. En plus d'initiatives locales (un réveillon musical, par exemple), l'AFK soutient les opérations de Pharmaciens Sans Frontières au Kurdistan. Elle s'associe ensuite au Secours Populaire pour organiser ses propres missions, tournées notamment vers l'enfance et la scolarisation. Un premier voyage a lieu durant l'été 95, tandis qu'un deuxième est programmé pour l'automne 96 : il s'agira d'acheminer un convoi humanitaire vers Duhok, dans le nord du Kurdistan. Et dans le cadre de la recherche de l'argent nécessaire à cette expédition, les deux associations partenaires décident d'organiser le 28 mai 96, à la Maison du Peuple, une Nuit du Kurdistan, soirée musicale réunissant André Agier, Jack et les Éventreurs et Jean-Louis Murat.

 

 

Le premier de ces trois artistes, alors âgé d'une quarantaine d'années, mène depuis la fin des années 70 une carrière de chanteur. Il a notamment fait les premières parties d'Areski et Fontaine, d'Henri Tachan ou de Calvin Russel et fut remarqué par Jean-Louis Foulquier. À ses débuts, Lucien Rioux le qualifie dans Le Nouvel Observateur d'"auteur-compositeur désabusé, mais talentueux" et le mot "tendresse" revient souvent pour parler de son travail. Il ne le sait pas encore, mais ce concert à la Maison du Peuple est le dernier qu'il donnera. Depuis, il continue à créer d'honnêtes chansons bluesy, regards souvent incisifs sur notre modernité, mais se consacre avant tout à la peinture et à l'écriture. Jack Daumail, lui, est toujours en activité en 2016, avec pas moins de trois projets différents. Comme on l'a vu plus haut, il participait déjà au concert pour la Roumanie, mais son groupe a (encore) évolué, puisqu'il se produit à présent en trio, avec Bruno Chabrol à la batterie et l'ex-Steve McQueen Philippe Masoch à la basse. Ensemble, ils viennent de sortir un EP, après avoir été Découvertes du Printemps de Bourges en 95. Daumail a par ailleurs croisé le fer (guitaristiquement parlant) avec Murat plus d'une fois lors de bœufs au Poco Loco.

Murat, justement, est la vedette de cette soirée. En parcourant les articles de presse de l'époque, on apprend qu'il est lié depuis longtemps avec les Kurdes installés en Auvergne. Ainsi déclare-t-il à Info : "grâce à l'Association Franco-Kurde, j'ai des liens privilégiés avec des Kurdes originaires du nord de l'Irak et j'ai pu apprécier leur courage face à cette situation si difficile, face à l'exil et à la misère qui ronge leur pays." Pour mieux comprendre l'origine de ce lien, il faut se reporter à un entretien accordé au Nouvelliste fin 93 : "Avec ma copine qui est engagée, on a une cause, c'est les Kurdes, parce qu'il faut bien en choisir une. Parmi ces milliers d'injustices, on a que l'embarras du choix." C'est donc par procuration qu'il semble avoir été sensibilisé au malheur des Kurdes, au point – comme le note Bayon dans la colonne publiée par Libé pour promouvoir la soirée – d'évoquer ce peuple dans une de ses chansons, "Franco-kurde". Moins une chanson, d'ailleurs, qu'une vraie-fausse conversation relâchée autour d'un article de journal (sur la situation des Kurdes en Turquie), suivie d'un instrumental blues-jazz-oriental sur lequel les musiciens du Vénus Tour excellent. L'humeur à la fois négligée et frontale du texte rappelle le Murat préoccupé par les malheurs du monde depuis son univers quotidien que l'on retrouvera, par exemple, dans une chanson comme "Belgrade" (où le nom d'un criminel de guerre voisine avec celui d'une discothèque d'Orcines).


Hélas pour les organisateurs, le concert ne paraît pas avoir obtenu le succès espéré, avec 300 spectateurs seulement. On ignore dans quelle formule JLM fit son apparition sur scène, mais on peut présumer qu'en pleine préparation de Dolorès et compte tenu du fait qu'André Agier travaillait lui aussi à cette époque avec Denis Clavaizolle, ce dernier était dans les parages. On sait en revanche que les inédits attendus par beaucoup ne furent pas dévoilés et que Murat se contenta d'interpréter d'anciennes chansons, agrémentées de quelques reprises. Présent dans le public ce soir-là, Benjamin, alors étudiant, se souvenait il y a peu chez notre camarade Didier Le Bras d'un Murat disponible et bien disposé : "il avait de très longs cheveux, un grand pull blanc (un cheyenne), je n’en revenais pas de le voir de si près, si accessible, les gens sont allés discuter avec lui à la fin du concert, je n’ai jamais osé." Un parfum de Koloko avant l'heure ?

Dans les mois suivants, Murat ira passer une partie de son été en Sicile, dans une ville nommée Taormina (tiens, tiens...), puis il s'efforcera de promouvoir (parfois non sans mal) Dolorès, album-pivot de sa discographie. Sur le plan personnel comme musical, son parcours est à un tournant. Quant aux Kurdes, vingt ans après cette Nuit qui leur était dédiée, leur situation est loin d'être idéale. Pour preuve, en ce début 2016, une sociologue publiait chez Mediapart un article au titre tragiquement explicite : "Un génocide qui ne dirait pas son nom ? Le sort des Kurdes de Turquie". No comment.

Le grand vivier de l'amour

Retour en 89-90 et en Roumanie. Devant sa télévision, l'adjudant Jean-Marie Chastan, pompier professionnel, est ému par les images qui lui parviennent des événements se déroulant à l'Est. Il prend alors contact avec Jean-Louis Machuron, président-fondateur de Pharmaciens Sans Frontières, pour lui proposer ses services : l'association Clermauvergne Humanitaire est en train de voir le jour... À l'origine, une volonté plus générale de quelques sapeurs pompiers auvergnats d'aller au-delà de leurs interventions habituelles, d'en faire un peu plus et de "se bouger". Ils décident de prendre sur leurs jours de congés (avec le soutien de leur hiérarchie) pour épauler les équipes de PSF, en accomplissant le travail d'une main d’œuvre entièrement bénévole, mais qualifiée. Après un convoi en Roumanie dès 90 interviendront d'autres voyages en Hongrie, en Croatie, en Inde et ailleurs, afin d'apporter aux populations locales vêtements, médicaments, nourritures, etc.. Il y aura aussi des coups de main donnés en France, comme lors des inondations dans le Vaucluse de 92.
Par la suite, Clermauvergne organise ses propres missions et décide d'aider le village de Koloko, situé au Burkina Faso. L'association y construit des sanitaires, installe une bibliothèque, aménage un jardin communautaire et, surtout, apporte des véhicules réformés qu'elle remet en état (c'est ce qui coûte le plus cher), véhicules précieux pour les déplacements quotidiens.

Et depuis 2002, elle peut compter sur le soutien moral et financier de Jean-Louis Murat, de ses amis et de la Coopérative de Mai. Là encore, la rencontre entre le musicien et les pompiers a des origines sentimentales. En 2003, il expliquait à Pierre Andrieu : "J'ai connu les pompiers par l’intermédiaire de ma femme qui travaille dans l’association. Ce sont de braves gars, on a donc vite sympathisé et c’est moi qui leur ai proposé de faire un petit quelque chose s’ils voulaient bien : un concert par an à Clermont-Ferrand. Ça s’est fait petit à petit…" Dès la première édition (cf. l'affiche ci-dessous, avec le dessin d'Alain Bonnefont), sans doute favorisé par la participation des Rancheros, l'esprit de l'événement est celui d'une fête. Quelques jours plus tôt, Murat annonçait d'ailleurs à Bernard Lenoir que "l'âme de la soirée, ce sera une âme ranchero". Et de fait, au fil des ans, ce rendez-vous solidaire est devenu un grand moment de convivialité et de retrouvailles, que ce soit sur la scène, dans les coulisses (où l'ambiance est rarement à la morosité) ou du côté des spectateurs. Le concert est aussi l'occasion pour Murat de tester de nouvelles chansons (la meilleure version jamais entendue de "Qu'est-ce que ça veut dire ?" y fut donnée en avant-première en 2009), de proposer des inédits qui le resteront ("Le martyr des chrétiens d'Orient"), de ressortir de derrière les fagots de jolies antiquités ("La Louve", si séduisante vingt-huit ans après, qu'elle sera gardée en tournée) ou de reprendre des morceaux qui lui sont chers ("On the beach"). JLM laisse également la part belle à sa "mafia" à lui – ses compagnons de toujours (ou presque), Alain Bonnefont, Christophe Pie, les Mikaelian Brothers, ou de plus récents, Jérôme Caillon, Stéphane Reynaud, Morgane Imbeaud, Matt Low… Mais l'aspect caritatif de l'opération ne passe jamais complètement au second plan, avec la traditionnelle remise d'un chèque de plusieurs milliers d'euros en milieu de soirée. Jean-Marie Chastan rappelait en 2014 : "Sans Jean-Louis Murat, sans la Coop' de Mai, on n'existerait plus". Avant d'ajouter : "C'est un problème majeur". L'association, en effet, souffre d'un manque de membres réguliers, les nouveaux venus ne restant en général pas très longtemps.

Samedi 18 juin se tiendra donc la quatorzième édition de ce rendez-vous si particulier, dont le nom de code est devenu Koloko. Nous n'irons pas jusqu'à rebaptiser la soirée du nom du morceau de Barry White, repris par Murat et ses amis en 90, "It's only love", car ce serait grotesque. Pourtant, il faut bien reconnaître qu'il y a un peu de ça. Pour y avoir traîné ses guêtres et sa mélancolie de longues heures durant depuis le début du siècle, l'auteur de ces lignes peut témoigner qu'il a reçu en ce lieu depuis la scène comme dans la salle, de préchauffes en after, en chansons et charcuterie, entre fous rires et ferveur  quelques grandes rasades de tendresse. Tu viens ?

"Ce qui n'est pas donné est perdu", bande-son possible sur la route qui mène à Koloko...

Il est probable que certains de nos lecteurs aient des souvenirs en lien avec cet article, notamment des deux soirées de 90 et 96, sur lesquelles nous n'avons que peu d'informations. Ils sont cordialement invités à les partager (s'ils le souhaitent) dans la rubrique "Commentaires" ou bien sur Facebook ou encore via la zone "Contact" du blog. Les tentatives de reconstitution a posteriori ne peuvent évidemment pas remplacer les témoignages directs.
Nous remercions tout particulièrement pour cet article Michel (de Jack et les Éventreurs) et Éric (des Flying Tractors), qui ont l'amabilité de mettre en ligne des "vieilleries" que les jeunes générations se réjouissent de pouvoir découvrir. Un grand merci également à Jacques Moiroud, toujours prompt à évoquer le passé avec une générosité, une simplicité et un sens de l'exactitude qui l'honorent (et qui lui valent d'ailleurs d’occuper, en d'autres lieux, de prestigieuses et présidentielles – quoique peu rémunératrices – fonctions). Enfin, une très grosse bise à J., si d'aventure il passe dans le coin...

____________________

COMMUNIQUÉ INTERNE À LA RÉDACTION : Après environ cinq ans d'une collaboration aussi studieuse que touristique avec www.surjeanlouismurat.com, M., muratien tendance kolokiste (onze éditions au compteur), tire sa révérence avec cet article. Il se fendra prochainement de quelques remerciements larmoyants, dignes de Xavier Dolan, en zone "Commentaires" (l'accent québecois n'étant pas fourni avec le produit, il tentera de compenser avec des accents de sincérité).

yahooyah

Voir les commentaires

Rédigé par M

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 23 Mai 2016

Interview sur RFI: "l'autre Jean-Louis Murat"

Allons bon... On n'en a pas assez d'un et de sa personnalité complexe, il faut encore que RFI nous propose de découvrir un "autre Jean-Louis Murat". Non pas le "JLM 2017" dont je vois des affiches un peu partout (ah, il aurait fallu déposer le sigle!)... encore un autre...

Interview sur RFI: "l'autre Jean-Louis Murat"

1) RFI:

"L'autre Jean-Louis Murat

Nouvel album, Morituri

À chaque nouvel album, il suit un fil ten(d)u entre la musique américaine et la chanson française. Pour Morituri, Jean-Louis Murat s'est fait le chroniqueur d'une année 2015 ensanglantée au cours de laquelle il n'a cessé de prendre des notes. Loin de sa provocation d'usage, qui crée avec les médias un rapport amour/haine, c'est un tout autre Murat qui nous a parlé de son essence musicale. Un homme tranché, certes, mais ô combien cultivé et passionné…

RFI Musique : Morituri est un disque portant sur votre année 2015…
Jean-Louis Murat : C'est surtout un disque sur l'année de la France, qui débute avec les attentats de Charlie Hebdo. Moi, j'étais en répétitions et en tournée jusqu'au mois de mai. J'ai écrit des chansons l'été et je suis reparti sur scène à l'automne. Il y a eu les attentats du 13 novembre et j'ai enregistré l'album à Paris un mois après. Durant toute cette année, j'ai pris des notes pour faire un disque qui correspond à l'état d'esprit et à l'ambiance de
2015.

Après les attentats de janvier qui ont touché le journal Charlie Hebdo, vous ne vous êtes pas senti "Charlie"...
Les réactions un peu moutonnières, il faut toujours s'en méfier. C'est presque de notre responsabilité de démocrates ou de républicains. Un vrai républicain, ça réfléchit avant de s'embarquer dans des slogans ! Ce que je veux dire, c'est que le problème me semblait beaucoup plus grave et que sa résolution ne passait pas par le fait de descendre dans la rue. Je n'ai toujours pas compris ce que ça voulait dire d'ailleurs, "être Charlie", m'enfin...J'ai une vocation d'historien suffisamment rentrée pour savoir que tous ces événements doivent être resitués dans un contexte, qu'il faut prendre pas mal de recul pour bien les comprendre. Alors, une réaction directe, strictement émotionnelle, j'y crois moyennemen
t !

"Une vocation d'historien suffisamment rentrée", qu'entendez-vous par là ?
Je n'ai jamais été historien, je n'ai pas fait d'études. Mais je sais bien que cela transparaît dans beaucoup de propos ou dans mes chansons. J'aime tellement l'Histoire qu'à force, j'ai acquis des réflexes et un fond d'historien. Je ne raisonne jamais à chaud. Quand je prenais des notes, je me disais que dans 30 ans, 40 ans ou 50 ans, il y aurait peut-être deux/trois phrases dans mon album qui seraient importantes pour quelqu'un qui se pencherait sur l'année 2
015.

C'est-à-dire que vous vous voyez en chroniqueur de votre époque, comme pouvaient l'être les premiers historiens dans la Grèce Antique ?
Oui, tout à fait. J'ai toujours senti mon métier comme ça ! Avec des petits formats de 3-4 minutes, je pense qu'on saisit bien l'esprit du temps. J'ai toujours aimé les chanteurs presque historiques comme François Béranger, dont j'ai repris les textes. Je sais très bien que le réel s'engouffre à sa façon dans les petites chansons. Je m'en fous si mon disque ne se vend pas et si certains le trouvent prétentieux, je n'ai pas l'impression d'écrire pour le présent. Pour moi, c'est un travail à visée haute, je me sens très citoyen et très heureux d'avoir fait un disque qui témoigne "du fond de l'ère".

Dans vos textes, il y a ces allers et retours permanents entre le milieu paysan et un monde plus vaste. Comment passe-t-on des notes que vous prenez à vos chansons ?
Je pense que je tiens depuis mes premières chansons, la chronique d'une personne issue d'un monde qui est en train de disparaître et qui n'arrive pas s'intégrer dans le monde en train d'apparaître. Il y a un monde citadin, technologique, qui apparaît, un monde rural, plus manuel et de bon sens, qui disparaît, et des points de friction entre les deux.
Par les hasards de la naissance, je me suis retrouvé pris entre ces deux fronts, comme ces chevaux à Verdun qui devenaient fous parce que les Allemands et les Français leur tiraient dessus. Je trimballe une mélancolie de ce que j'ai connu enfant, à la campagne, et dans ce que je connais maintenant, j'ai beaucoup de mal à m'y faire. Alors, je reste dans un état suspendu, entre le présent et le passé. Et j'essaye de m'en sortir comme cela. Je ne sais pas où je suis, je ne sais pas où me mettre. C'est pour cela qu'il y a beaucoup d'énervements, d'incompréhensions ou de détestations à mon sujet.

Ce qui ressort aussi de Morituri, c'est un groove moite, comme dans la soul d'Isaac Hayes. Est-ce dans ces musiq
ues que vous êtes allé chercher ?

Depuis l'enfance, je me suis fait un fond musical qui passe par là, oui… Ce que j'aime, c'est la soul des années 60-70. Je n'aime pas trop quand cela tourne après, dans les années 70, en musique d'ascenseur. J'aime la soul quand elle est douce, suave, qu'elle n'effraie pas l'auditeur et qu'elle fait passer des messages importants. Mes amis connaissent mes détestations : si une musique ne groove pas, je-ne-peux-pas ! La révélation, à l'adolescence, a été de me rendre compte qu'il y avait quelque chose qui groovait. La soul, le blues, et toutes les définitions à tiroirs qu'il peut y avoir sur les musiques américaines, ça me va parfaitement. Tout ce que je suis, tout ce que je pense, pousse sur ce terreau.

C'est la musique noire que vous aimez ou plutôt toute cette période de la fin des années 60 ou du début des années 70 ?
J'ai une assez bonne collection de 45 tours et d'albums de cette époque-là, en vinyle, et les 9/10e, c'est de la musique noire. J'aime les Stones quand ils font de la musique noire, mais je ne suis pas du tout tourné vers les Anglais. Je n'ai pas un seul disque des Beatles et je m'en fous un peu… Les chanteurs blancs de country, ce n'est pas mon truc non plus ! Pourtant, j'ai déjà enregistré à Nashville et j'ai chanté dans des radios country américaines. Mais j'aime bien Ray Charles ou Otis Redding quand ils reprennent des thèmes de country. La dimension de danse ou de frénésie me touche, on voit presque Éros et Dionysos à l'action. C'est ce que je préfère, ce que j'essaie de faire et c'est ce qui, globalement, n'est pas compris. Parce que c'est difficile d'aimer cette musique-là, d'aimer la langue française et de faire un mariage efficace avec les deux. Mais bon, je m'accroche à ce pari presque impossible dans la chanson française : mélanger Villon, Rimbaud à Robert Johnson ou à Gil
Scott-Heron".

2) Bon, "cette autre Jean-Louis Murat", ça sera pour une autre fois... à moins que... à moins que ce soit celui qui pour le Parisien a collaboré avec Alain Chamfort pour le dernier album de ce dernier? Un Jean-Louis Murat imaginaire?

"Le protégé de Claude François, figure majeure de la variété française donne un concert le vendredi 3 juin dans la ville de Drancy. Le chanteur de « Manureva » présentera son nouvel album né de la collaboration avec plusieurs artistes comme Miossec, Jean-Louis Murat ou Abd al Malik".

Non, ne sautez pas sur vos chaises.... Murat ne rêva point de Manureva je le crois... Il s'agit d'une erreur ou comment comprendre de travers la phrase suivante: "Cet album éponyme sera le premier issu de la nouvelle collaboration entre l’artiste & l’entité de développement du catalogue local de [pias] France : le label (Miossec, Jean-Louis Murat, Abd Al Malik, Florent Marchet, Baxter Dury, Melanie de Biasio …)". Ai-je été clair? C'est juste une brève de 18h17... une brève un peu longue certes.

3) Bon, il y a d'autres sites qui ne s'embêtent pas à trouver des titres à la noix. Genre : LE DEVOIR, au Québec: "JEAN-LOUIS MURAT, MORITURI", et je crois qu'on peut leur reconnaitre une certaine précision.... mais uniquement dans le titre: la chronique frise le laconisme...voir le survol et la fausse route:

"Ceux qui vont mourir. Titre pas drôle d’un album plutôt léger dans le ton. Seule issue pour Jean-Louis Murat : on est tellement dans l’horreur ambiante que la tristesse n’a plus cours. Autant ironiser. Férocement. Sur des airs qui se fredonnent. Dans Tous mourus, ça donne : « V’là que le paysan s’est noyé / À ce qu’on dit / Dans le purin / Qu’il devait épandre aux veillis […] Le paysan / Est mouru. » Ce ton-là. Façon jazzy cool. L’actualité a inspiré des rimes sans appel, que Murat sert du ton le plus agréable. Juste avant le carnage du Bataclan, humant le temps, il a écrit Interroge la jument : « On t’assassine / Sur la terrasse / Sous les cimes / N’y a-t-il plus de ciel / Pour nous foudroyer / Ces novices ? » Lui qui guerroie contre le franglais, il chante avec Morgane Imbeaud ces mots qui font semblant d’abdiquer : « Est-ce que tu connais ton french ? » Ça plaît et ça déconcerte, les mélodies glissent sur les cadavres. L’effet voulu, sans nul doute. Mal au malaise".

Même si la musique est effectivement légère, que Murat nous prend un peu à contre-pied, je pense qu'on peut contester la sentence "les mélodies glissent sur les cadavres".

LE LIEN EN PLUS DE M : LA SURNAGE DANS LES TOURBILLONS DE LA VIE...

Hugo Cassavetti affirmait récemment que JLM n'avait jamais obtenu de tubes. On aurait bien envie d'opposer au journaliste de Télérama une demi-douzaine de chansons qui connurent en leur temps un relatif succès, puis de se lancer dans une discussion sans fin avec lui pour déterminer si l'on tient là, à défaut de méga-hits stromaesques, de vrais ou de faux tubes. Il est toutefois probable que lui comme nous ayons des affaires plus urgentes à traiter…

S'il est un titre de Murat que l'on se gardera bien en revanche de soumettre à pareille épreuve du feu, c'est "La surnage dans les tourbillons d'un steamer". Pourtant, avant même sa publication sur un EP en juillet 2002, ce morceau (écrit un mois plus tôt, en pleine descente post-tournée) avait eu les honneurs d'un passage en radio, chez Bernard Lenoir, au cours d'une émission où Murat avait conversé quelques minutes par téléphone avec son ami journaliste (et ce n'est pas un oxymore), tout en taquinant la baballe avec des potes. Ce qui avait donné, sur l'antenne de France Inter, l'échange suivant :

– Y a quand même un morceau magnifique qui dure un peu plus de sept minutes et que j’aimerais bien qu'on écoute là… […]
– Tu me rappelles à la fin, alors, parce que je vais pas me taper ça au téléphone…
– Ouais, ouais… Va shooter dans ton ballon et puis on se retrouve dans sept minutes.
– D'accord.

[Diffusion de "La Surnage"]
– Bon, Jean-Louis, tant que tu nous écriras des trucs pareils, on te pardonnera d'aimer le foot, hein, c'est magnifique.

"En forêt douloureuse va l'âme blessée"... La surnage.

Par la suite, conformément à sa durée, au dépouillement de ses arrangements et à l'opacité de son texte, la chanson ne devint jamais un tube. Malgré tout, elle compte des adeptes. Ainsi, Alexandre Rochon, dans sa période (Cahier) Bleu, la mettait-il en avant sur Facebook en février 2014, accompagnée d'un simple commentaire : "La surnage de Jean-Louis Murat dans les eaux du Guéry.". Puis, l'an dernier, Mme Bartleby signait une bien jolie chronique du maxi-single, s'exclamant à propos de "La surnage" : "Mais quel titre !" Et seulement quelques jours après, Murat surprenait ses admirateurs en interprétant la chanson sur la scène de La coopérative de Mai. Ce soir-là, dans une salle comble, un tout jeune homme savourait ce morceau découvert quelques mois plus tôt, en serrant très fort et très amoureusement dans ses bras sa compagne.

Le même jeune homme, le 10 mai dernier, au micro de Radio Campus Clermont-Ferrand, décidait de poser ses couilles sur la table du studio et d'utiliser "La Surnage" comme nappe (sonore). Blasphème ? Pas vraiment. Juste un gus qui cache pas ses blèmes (Thiéfaine), qui essaye d'expliquer en quoi la surnage dans les tourbillons de la vie peut s'avérer périlleuse et qui se fend au passage d'une déclaration d'amour à la scène pop-rock clermontoise. Un moment touchant, maladroit, courageux, grandiloquent, sincère, impudique et, au final, de la bonne radio live.

Alors si vous voulez entendre un nouveau passage sur les ondes de "La surnage" quatorze ans après son dépucelage et découvrir une belle sélection de morceaux issus de la scène auvergnate (Morgane Imbeaud et Christophe Pie inclus), vous savez ce qu'il vous reste à faire. Et comme il se trouve que l'émission en question fut dédicacée au plus improbable des boys band – composé d'un biographe de Lou Reed, d'une star défunte de la pop-music et d'un collaborateur occasionnel de ce blog –, on vous en voudrait de ne pas accorder au moins quelques minutes à ce Petit Lait Musical #27. Pour le foot, ne vous inquiétez pas, vous allez être servis dans les prochaines semaines…

Voir les commentaires

Publié dans #Morituri