Publié le 13 Juin 2021

Il faudrait peut-être que je pense à créer une catégorie spéciale d'articles pour rassembler tout ceux consacrés au VOYAGE DE NOZ... et aux interviews de Stéphane Pétrier, leur chanteur-auteur-leader-rarement à l'heure (mais pas si râleur). Voici je pense la 5e que je vous propose... 5 pour 35 ans de carrière (since 1986), je ne vous inonde pas non plus... Il faut dire que le groupe prend généralement son temps en chaque album. Généralement car cette fois, c'est assez rapidement que "le début-la fin-le début" voit sa suite arriver (à l'échelle des Noz, pas de Murat)... et qui plus est un double album!

"IL SEMBLERAIT QUE L'AMOUR FUT" est une nouvelle fois à ranger du côté des albums "concepts" ou opéra rock, la marque de fabrique du groupe, surtout après le sublime "Bonne Espérance" (conte fantas-celti-mystique).... ou "L'homme le plus heureux du monde" dans lequel Stéphane Pétrier devenait Esther appertine, chanteur à succès dans la tourmente. Et finalement, 10 et 20 ans plus tard, on retrouve de ses deux albums dans cette dernière production, et pas de doute, on est bien chez les NOZ. Parfois habitué à une production dans la douleur et la tension, il semble que le disque malgré la période, a été réalisé dans une ambiance sereine et facile... si bien que le groupe n'a pas peur d'affirmer qu'ils ont fait là leur meilleur album.  L'arrivée d'un nouveau guitariste Marc Baujard n'y est peut-être pas pour rien, lui qui a su se fondre dans le groupe dont il était fan tout en apportant son énergie.  Et pourtant, Stéphane Pétrier s'était lancé à nouveau dans un sacré défi: traiter du mystère du couple.

Après deux ou trois écoutes, j'ai fini par être complètement addict du disque, malgré tant de choses qui auraient tendance à m'agacer, mais voilà, les Noz  et Stéphane Pétrier assument, osent (par exemple chanter "Quitter les sentiers minés de l’amour"),  avec encore quelques hymnes que l'on est  impatient de découvrir sur scène, des belles chansons pop, et à l'instar du "bagdad disco club" sur le dernier disque, ou encore "eash uisge" (sur Bonne espérance),  le titre Nazca (en deux parties), un titre hors-norme dont je ne me suis pas remis.

Je ne m'éternise pas: on a été bavard, comme d'habitude... 

                                                        https://www.levoyagedenoz.com/  CD/vinyle

 

Bonjour Stéphane!

- 3,5 ans seulement nous séparent du dernier album!!! Votre record de rapidité (non, on ne se moque pas, M. Murat)  et dans le même temps, vous avez été très présents aussi ! Donc, on peut dire que si la période précédent "Le début la fin le début" a été laborieuse et compliquée (7 ans), celui-ci arrive je dirais "de manière fluide". Où est-ce que vous étiez après ce "début, la fin, le début"?  Et quel bilan tu dressais de la situation après celui-ci?

S. PETRIER : Je vais commencer par la deuxième partie de ta question. Comme je te l’avais dit dans notre précédent échange, "le début - la fin - le début" a été un album éprouvant et compliqué à accoucher. Après le départ d’Eric [Clapot], on était épuisé physiquement et moralement mais l’album était là et il n’était pas question qu’on lâche l’affaire. Il fallait tourner, faire des dates pour le défendre ce putain de disque… On a pas mal réfléchi avec Alex, Pierre et David notre manager. Il nous semblait déjà évident que Nath (qui intervenait jusque là en «additionnelle») allait intégrer le groupe à part entière. Il fallait donc trouver un guitariste capable de remplacer Eric, chose ô combien compliquée. On avait prévu d’auditionner un certain nombre de personnes, mais nous n’en avons pas eu besoin. Marc est arrivé.

Marc, c’est quelqu’un que je connaissais depuis l’époque «Exit» Il venait nous voir en répétition. Je savais que c’était un très bon guitariste. Je savais qu’il aimait beaucoup le groupe. Je savais aussi et surtout que c’était humainement un mec super. Au moment de commencer nos recherches, son nom trottait dans un coin de ma tête… et là Alex, m’appelle en me disant « Et pourquoi pas Marc ?». Là-dessus je vais voir son profil facebook et je me rends compte qu’il connaît très bien Pierre [Granjean, bassiste] avec qui il a déjà joué… et qu’il était en classe avec David! Je l’ai appelé. Il est venu une fois en répétition en ayant bossé quelques vieux titres… Deux heures après c’était évident pour tout le monde qu’il était le nouveau guitariste du groupe.

Il est clair que l’arrivée de Marc et de Nath a apporté un sacré souffle à l’histoire. On s’est remis à répéter comme des ados. A rire et à aller boire des coups ensemble aussi… Choses qu’on avait un peu oublié les derniers temps… Bref, le voyage était reparti.

 

- Le bilan de ce disque‌ "ld-lf-ld":  les fans toujours là qui répondent présents et contents de retrouver les VDN ? 

S. PETRIER : Personnellement je considère «le début - la fin - le début» comme un album de transition. Sans doute pas notre meilleur mais avec quand même quelques putains de bonnes chansons dedans je crois. Il y avait un petit goût d’inachevé. Il manque sans doute un ou deux titres pour que le truc se tienne vraiment et ressemble à ce qu’on avait dans la tête mais bon, par moment il faut savoir avancer. Quant au bilan humain, il était carrément bon. On avait retrouvé le goût de jouer, l’énergie, la foi… On a fait pas mal de date pour roder Marc (et nous roder aussi). Le public répondait présent. Et puis il y a eu notre participation au projet hommage à Hubert Mounier qui a permis de tester le nouveau line-up sur un travail de studio. C’était vraiment une chouette expérience. Un beau projet mené par Stardust avec des gens bien, des belles rencontres... et tout ça s’est terminé par un concert sur la grande scène du Transbordeur. Pour moi, c’est ce soir-là qui marque le début des choses, vraiment.

C’était un concert un peu particulier. On ne jouait que deux titres. C’est le genre d’expérience plutôt casse-gueule. On a pas le temps de se chauffer que c’est déjà terminé. Là, en plus, on a eu des problèmes techniques. La basse de Pedro pas branchée au début. La caisse claire d’Alex sans timbre… Je me souviens que l’on s’est regardé avec Marc et qu’on s’est dit «Putain c’est la merde, mais on y va…». Et on y est allé… Et je crois que nous n’avons jamais été aussi bons que ce soir-là. Ou en tout cas, je n’ai jamais ressenti une tel force dégagée par le groupe. Tous les cinq. Je nous sentais invincibles. Après un truc comme ça, tout devient plus facile.

"le capitaine" live à revoir ici.

‌- Oui, prestation intéressante, avec une affirmation rock qui détonnait... Quand tu te faisais tirer un peu l'oreille pour participer à "aura aime Murat", tu ne m'avais pas dit que Place Hubert Mounier avait eu un tel impact interne au Voyage de Noz! Sur la période, il y a eu ensuite la sortie en vinyle de la "cassette bleue" («les chants de l'aurore») qui circulait sous le manteau dans les lycées lyonnais autour de 1990, avec Simplex Records cette maison qui a pour objet de sortir en vinyle des raretés et inédits de la scène lyonnaise... Ses deux dernières sorties (notamment Ganafoul et Fooflash) ont fait l'objet d'une belle presse nationale… Bon, vous ne courrez plus après ça? Ce regard sur le passé, ça a joué un rôle aussi?

S. PETRIER : Oui, ça a été une période assez chargée. D’abord on a été très flattés que Christophe Simplex souhaite que l’on soit sa première référence sur son très beau label Simplex Records qui depuis marche très fort - plus grâce à Ganafoul qu’à nous faut l'avouer :)). La sortie des «Chants de l’Aurore» en vinyle c’était l’occasion de ressortir du placard ces enregistrements de nos débuts qui avaient eu leur petit succès à l’époque (on avait vendu 1000 cassettes je crois). Et puis on en a profité pour rééditer notre premier album «Opéra» qui fêtait ses trente ans… Ça nous a permis de nous retrouver «entre vieux», avec Eric, Manu, Alex et Thierry pour un concert où on a rejoué uniquement les titres de cette époque. En plus, on partageait la scène avec nos potes d’Aurélia Kreit (deuxième référence de Simplex Records) qui rejouaient ensemble pour la première fois depuis les années 80... Même si je ne suis pas vraiment du genre nostalgique et que j’ai plus envie de regarder devant que derrière, c’était un joli moment, avec le public, mais aussi entre nous.

 

- Dernier élément de cet entre-deux: l'édition à ton compte de ton livre, un petit délice pour ceux qui suivent "l'histoire" depuis un moment même si ça amenait aussi ailleurs. Tu avais parlé de tes doutes, de tes pannes d'inspiration, est-ce que le bon accueil de tes lecteurs a pu te libérer un peu? peut-être aussi simplement en libérant ce tiroir?... d'autant qu'on n'est pas très loin de la thématique du dernier disque...

S. PETRIER : Mon roman, «Kill the dog», c’était une petite récréation plutôt sympa et vraiment sans la prétention de devenir un "auteur". Au départ, c’était surtout un challenge : savoir si moi, qui ai l’habitude du format court de la chanson - j’allais être capable de me tenir à un tel projet, d’aller au bout. Quand j’ai tapé le mot "fin", j’étais vraiment heureux. Ensuite, je l’ai laissé au fond d’un tiroir pendant plusieurs années. Ce sont des amis à qui je l’avais fait lire et qui l’avaient aimé qui m’ont poussé à le sortir. Et je ne le regrette pas. Les retours ont été assez positifs et je suis plutôt content du résultat. Je suis en train d’écrire la suite «Kiss the monkey», qui me semble plus maîtrisé et surtout, je crois, plus drôle. Tiens, voilà un truc que je ne connais pas trop avec Noz :) et qui me procure un vrai plaisir : réussir à faire rire. Quand j’ai des retours de gens qui me disent qui se sont poilés en me lisant, ça fait un bien fou au mec qui a la réputation d’écrire des chansons déprimantes depuis 35 ans.

Après est-ce que cela m’a «libéré» au niveau de l’écriture, je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est que - même si la forme et l’esprit sont bien différents - mes livres racontent plus ou moins la même chose que mes textes, ou en tout cas, ils complètent le puzzle. Il y a des passages secrets de l’un à l’autre. Dans Nazca, à la fin du dernier album, je dis "C’est toujours la même chanson depuis le début»… Voilà...

 

- A propos de ta dernière phrase, est ce que tu ne nous aurais pas donné une des clefs du disque?

S. PETRIER : Oui, sans doute, cette phrase est une des clés. J’ai vraiment eu l’impression, quand j’écrivais, quand on a composé, qu’il y avait comme l’âme de tous les autres albums ("Bonne-Espérance" et "L’homme le plus heureux du monde" en particulier) qui transpirait dans ce que nous faisions. Mais pas comme une redite. Plutôt comme un aboutissement. Vraiment avec la sensation qu’on arrivait à l’essence des choses. Ça me fait un peu penser - toutes proportions gardées - à un peintre qui passe sa vie à faire le même tableau et qui un jour, trace juste deux traits et se dit «Oui, c’est ça.» C’est drôle, moi qui doute tout le temps, ce coup-là je n’ai pas peur de dire que je pense que c’est notre meilleur album. Je nous sens vraiment plus forts qu’avant. Je pense que j’ai écrit là mes meilleurs textes aussi. Et bizarrement, ça n’a jamais été aussi facile. Je suis bien incapable de dire pourquoi… juste l’impression que cette année 2020, les planètes étaient bien alignées.

 

- A propos de libération, j'avais exposé ma théorie dans une interview précédente d'un VDN -tout en cultivant son univers singulier- qui s'imprégnait un peu de l'univers musical du moment: new wave, noisy etc... Depuis le précédent, j'ai l'impression que vous devenez votre propre catégorie, et surtout un peu plus en déconnexion des modes ( même si le parlé chanté est plus présent maintenant par exemple et que finalement, l’album est très «générationnel» et séculier). Est-ce que vous vous sentez finalement libéré de vos influences éventuelles? Et au delà de ça, malgré le groupe qui évolue, avec le départ des guitaristes historiques, on a plus que jamais votre identité qui s'affirme...


S. PETRIER : Je crois qu’on ne se libère jamais de ses influences. Mais elles évoluent. Le fait que - cédant à la pression insistante de mes garçons - je me sois mis à écouter (et à aimer!!!) pas mal de rap ces dernières années a forcément eu une influence sur ma façon d’appréhender les textes, dans ma façon de faire sonner ou groover les mots. J’ai aussi l’impression que ça a élargi mon champ lexical, que je me suis autorisé de nouvelles choses, que j’ai exploré d’autres lieux. Marc est arrivé lui aussi avec ses influences qui ont apporté de nouvelles choses à l’ensemble. Sa culture musicale, c’est avant tout le rock 90’s/2000, des groupes qui envoient du bois comme Placebo, Linkin Park, Soundgarden… C’est aussi un grand fan de Jeff Buckley. Tout ça a joué dans cet album, forcément. Le fait d’utiliser beaucoup plus la voix de Nath est aussi une nouvelle couleur sur notre palette. Mais en effet, ça reste du Noz. Je crois qu’on a notre pâte. Le truc qui fait qu’on nous aime ou pas. La grosse différence avec avant c’est surtout qu’aujourd’hui on est très tranquilles avec ça. On assume. Sans complexe.  Et puis aujourd’hui la « mode » musicale part tellement dans tous les sens qu’on serait bien con d’essayer de se raccrocher à un wagon, quel qu’il soit.

 

- Tes garçons, ce sont les deux geeks que tu cites sur le disque? La question des enfants est peu abordée sur le disque, les chansons «le pont» et «quelque chose bouge» avaient traité le sujet dans la thématique?

S. PETRIER : Ah non… les deux geeks du «Café de Paris»… Je n’y avais pas pensé… Mais peut-être qu’inconsciemment je pensais à eux en effet. La chanson cite aussi 2Pac que j’ai découvert grâce à un de mes fils. J’avais envie de placer le personnage dans un monde un peu décalé par rapport à sa culture et à son âge. Et c’est en effet un peu ce qui se passent avec mes garçons. Je sens que grâce à eux je me confronte à des univers que je ne serais pas aller explorer de moi-même. Alors oui, les kids sont sans doute un peu dans ce «Café de Paris»...

Quant au thème des enfants, c’est vrai qu’à part «Quelque chose bouge» qui était une chanson sur la peur de la paternité, je n’ai jamais abordé le sujet. Je dois avoir peur d’écrire des niaiseries un peu trop sucrées… Après, ce n’est que moi… Mon copain Jean-Philippe Fayet (du groupe Dory4 qui participe aussi au projet d’album hommage à Murat) a écrit deux magnifiques textes sur ses fils dans leur dernier album. Mais je ne me vois pas faire ça. Et puis j’ai une pudeur à géométrie variable: ça ne me gêne pas de montrer mon cul sur scène mais par contre ça ne me viendrait pas à l’idée d’étaler mon intimité familiale sur facebook ou de chanter mes enfants.

 

- Musicalement, du coup, est-ce qu'il y avait quand même un axe particulier sur cet album? Et est-ce que vous êtes partie de zéro? (d'après nos précédents contacts, je pense qu'il y avait encore des musiques dans les cartons peut-être depuis bonne espérance)

S. PETRIER : Non. En général sauf cas de force majeur, perso je n’aime pas trop aller piocher dans la collection de l’année précédente. Y’a toujours un côté réchauffé qui me dérange. Et puis là, on était tous à fond, on avait plein d’idées, on arrivait plus à s’arrêter. Limite, cette fois-ci, c’est moi qui ai du freiner pour que ça ne se transforme pas en triple album.

Quant à la direction artistique, musicalement, au départ, on n’a pas trop réfléchi. Nous avions 5 ou 6 titres à l’automne 2019, dont trois qui ont fini sur l’album (Le plan B, Mathématiques modernes, Cache-cache) mais on naviguait un peu à vue. En revanche on avait une petite idée de «charte sonore», que l’on avait déjà un peu testé sur la reprise du « Capitaine ». Celle-ci reposait bien sûr sur le son de guitare de Marc, l’utilisation de la voix de Nath, l’envie d’avoir des rythmiques assez puissantes, et puis côté claviers, l’utilisation d’un petit joujou dont nous avions fait l’acquisition : le Microfreak, de chez Arturia. Un petit synthé/groovebox, avec des filtres analogique qui permet de bidouiller des trucs bizarres et qui a vraiment coloré le son sur certains titres.

Au niveau du concept et des textes, j’avais ma petite idée depuis un moment. Mais les événements extérieurs, le confinement, ont donné une autre dimension à l’histoire. Je ne me suis mis à écrire qu’en mars dernier.

 

- Tu nous ramènes à mars dernier, et donc la Covid… Évidemment, la référence est assez évidente, même si je me disais aussi que le thème est déjà présent depuis longtemps via le Sida "que la fête commence" et "hôtel terminus", la situation de crise du dernier album aussi. Comment toi et le groupe avez vécu les événements? IL y a dans le disque mention d'interdictions, de choix politiques (premier titre) et la référence à la résistance... Est-ce qu'il y a un message politique?

S. PETRIER : Un message politique, ah non. Je m’en sens bien incapable. Ça reste un album sur l’amour hein… Mais il se trouve que quand j’ai commencé à écrire les textes je lisais des bouquins sur la débâcle de 1940. C’était au moment du premier confinement où personne n'en menait bien large et - on l’a un peu oublié - on avait l’impression de vivre quand même un truc de dingue. Nous, nous avions fui dans notre campagne bourguignonne. Et plus je lisais des trucs sur 1940, plus je voyais des parallèles avec notre situation. La panique face à l’inconnu, l’impression que ça ne pouvait pas nous arriver à nous, le caractère des gens qui se révèle dans les moments critiques… Ça résonnait aussi, évidemment avec ce dont je voulais parler en priorité : l’amour, le désamour, les couples qui se défont et qui souvent n’ont « rien vu venir », se croyant bien à l’abri derrière leur petite ligne Maginot… Ça a donné « Rejoindre la zone libre »… et un peu le ton de l’album…

Quant au groupe, plus globalement, je crois que ce confinement a été pour nous une bénédiction. On était frustrés de ne plus pouvoir faire de musique alors on se parlait beaucoup par vidéo, par whattsap, tous les 5 mais aussi avec David et Patricia (nos papa et maman-managers)… Des échanges à n’en plus finir et des grosse poilades surtout… On commençait à avoir des idées de titres. Un jour on s’est dit «Et si on créait un morceau uniquement en s’envoyant des fichiers, comme ça, pour voir…». Alex a dit «Ok je vous envoie une batterie"… Quelques jours plus tard Marc revenait avec une instrumentation et une structure qui avaient une sacrée gueule. Ça sonnait super bien. Je crois que dans la journée même j’ai fait le texte de «il semblerait que l’amour fut». Là, on s’est dit qu’on tenait quelque chose…

 

Bon, on sait qu'il y a de nombreuses lunes, un des tes textes avait plu à quelques lyonnais extrémistes (sculture lente, je pense qu'on en avait parlé, les chansons doivent faire leur route, mais c'est bien de les guider quand même)... alors c'était bien de repréciser.

S'il n'y a pas de message politique, est-ce que la société actuelle est néanmoins présente et influe sur les relations amoureuses? Murat a parfois un peu ce discours sur les nouvelles relations hommes/femmes. Tu me parlais pendant la pub de la chanson "Christine"..

 

S. PETRIER : Là je vais enfoncer des portes ouvertes. Mais c’est évident qu’entre nos vies par procuration sur les réseaux sociaux et la crise sanitaire, l’amour a pris un sacré coup dans la gueule. C’est compliqué aujourd’hui de «rencontrer quelqu’un». «Christine» c’est en effet une chanson qui parle un peu de tout ça. De la distanciation sociale. De la peur de l’autre. De la contagion. Et puis, plus profondément, j’avais envie de parler des filles de 40-50 ans (d’où ce choix de prénom «vintage») qui ont - en tout cas pour un certain nombre que je vois autour de moi - un vrai problème avec l’amour. J’ai pas mal de copains célibataires qui voudraient refaire leurs vies. Les garçons, en général, sont plutôt open, prêts à retenter quelque chose, à s’ouvrir, à faire confiance, au moins à essayer… En revanche, les filles gardent une sorte de carapace, un blindage… quelque chose qui semble dire « on m’a bien niquée par le passé, cette fois, on ne m’aura pas… ». Et quand tu gardes cette carapace, c’est forcément compliqué de reconstruire quelque chose de sain… C’est un peu «genrée» comme conversation ça, non ? On va pas se faire taper sur les doigts ?

 

- Mais non, mais non, sur un blog sur Murat, on ne va pas se choquer pour si peu... tant qu'on ne parle pas du physique, ou que je ne t'interroge pas sur l'incongruité de sortir un album hétéro en 2021! Pas intéressé par un bon bad buzz? Plus sérieusement j'en profite: autour de de la sortie du disque, pas de stratégie de communication ou coup prévu? Quand tu disais qu'il n'y avait pas de calcul chez les noz, c'est aussi parce que selon moi, du fait de votre statut, vous auriez pu capitaliser sur «Lyon", écrire deux, trois titres à la Biolay sur le crayon, un ou deux hymnes... j'ai un peu en tête ce qui peut se faire en Allemagne, par exemple à Cologne, avec des chanteurs et groupes qui incarnent la ville(dans un pays si différent par son absence de centralisme), il n'y a jamais eu cette tentation de faire ces concessions-là?

S. PETRIER : C’est drôle que tu me poses cette question parce qu’elle m’a été posée il y a peu par des gens qui suivent le groupe. C’était juste avant la sortie du titre «il semblerait que l’amour fut» où je cite à peu près la moitié des villes de la planète… mais pas Lyon. En effet, je n’ai jamais écrit sur Lyon, ni même évoqué cette ville, que pourtant j’adore, dans une chanson. Peut-être justement parce que je l’adore. Je crois que j’ai trop peur de faire «carte postale» et office du tourisme. Parler du crayon et des traboules, très peu pour moi… En même temps, je me dis que ce n’est pas un hasard si le groupe s’appelle «Le voyage de Noz». Il y a cette envie de raconter un ailleurs. Parler de Lyon, c’est peut-être pour moi revenir au banal, au quotidien… Et paradoxalement j’adore quand Murat me fait la visite touristique de son Auvergne et évoque des lieux qui lui sont chers. Ça a un charme fou. et quelque chose de très mystérieux aussi… peut-être parce que je ne suis pas Auvergnat.

Pour parler plus largement stratégie de communication, c’est un domaine où nous n’avons pas beaucoup progressé. Comme toujours, on navigue un peu à vue, avec nos petits moyens. Par contre, on a plein d’idées  de vidéos, pour les chansons de l’album. Si on trouve des réalisateurs motivés et si on arrive à débloquer un peu de budget, on fera des images, c’est sûr… Pour le reste, on espère surtout pouvoir refaire des concerts...

 

- Pour moi, on avait quelques évocations de Lyon quand même : 30 avril sur les quais (bon un instru, Devant la cathédrale sur le dernier album)... (Pour les fans : quand j‘écoute « retour vers la case départ », je vois toujours le roadtrip vidéo diffusé lors des concerts de l’époque).

Pour rester dans la géographie, l’album nous envoie en Allemagne, peut-être le Danemark... Plus sérieusement, une raison particulière pour avoir choisi cette direction ?  Mes questions sont de plus en cons mais vu que tu trouves toujours des choses intéressantes à nous dire…

S. PETRIER : Sur ce coup-là, je suis pas sûr d’être intéressant… Il n’y a pas de vraie raison. Le truc s’est fait à l’instinct. J’ai mis mes personnages dans un van et il fallait partir. Instinctivement vers le nord (le nord c’est une direction souvent citée par les héros de notre premier album « Opéra », j’ai sûrement dû penser à ça). Pour la suite, on en revient un peu à la question d’avant. Peut-être que j’ai choisi cette direction parce que ce sont des endroits que je ne connais pas. Je n’ai jamais foutu les pieds à Lubeck ou à Rostock. Encore moins en Scandinavie. Ce sont des coins qui m’attirent. J’ai beaucoup travaillé avec Google map. Je me suis baladé dans des villes, dans rues de villages, sur des plages de la mer baltique… J’ai regardé des itinéraires aussi en partant de Lyon. Pour savoir par où pouvaient passer mes personnages… J’adore faire ça… Et puis peut-être que s’il faut chercher une explication plus « psy », il y a sans doute dans un coin cette idée qu’avec le réchauffement climatique, la violence de notre monde, le salut se trouve plutôt par là-haut, dans des grands espaces encore un peu vierges… en tout cas dans des endroits où il y a moins d’être humains...

                                                                            road-trip sur le canapé (Berlin 2015)

- J ai la chance que ça m évoque des choses concrètes : j’ai pris le bateau à Lubeck, ou rouler en Allemagne en m’interrogeant sur l’amour… Parle moi, après le contexte et les lieux, du casting... Pour la première fois, tu prêtes ton micro! Et le disque m a évoqué "un film chorale"...

S. PETRIER : Chorale, oui sans doute, car au-delà des héros, il y a une galerie de personnages et d’histoires d’amour (ou de désamour) parallèles. C’est vrai que j’ai pensé moi aussi aux films d’Inarritu (Babel en particulier). Je crois aussi avoir pensé à des films de zombies, «World war Z», des films coréens du même genre… Ne me demande pas pourquoi… Le côté fuite... Le privilège de faire partie d’un petit groupe de rescapés… Je fais souvent des rêves comme ça où on est plus très nombreux et poursuivis par les méchants… Quelque part entre Jean Moulin et Walking Dead.

Mais là je m’éloigne… Pour en revenir au casting, c’est vrai, pour la première fois il y a deux chansons où ce n’est pas moi qui chante. Je crois vraiment que c’est dû à l’ambiance qu’il y a dans le groupe depuis quelques temps. On se sent tous assez libérés. Prêts à tenter des trucs. Quant à moi, j’ai l’impression que le fait de me sentir encore plus en confiance, mais aussi d’être plus sûr de moi, m’a paradoxalement donner l’envie de lâcher le micro.

Pour Nath, ça me semblait assez évident qu’elle devait chanter. Pierre avait composé un truc à la guitare (ça aussi c’est une première chez nous) un petit thème avec une super ambiance, quelque chose que j’ai trouvé très féminin, je ne sais pas pourquoi. Je lui ai piqué et j’ai développé l’histoire, avec un refrain, pour en faire quelque chose pour Nath. Ça a collé tout de suite. Et le texte est venu très vite aussi… Je te l’ai déjà dit, tout a été assez facile dans cet album. Le titre chanté par Marc, c’est très différent. Un jour Marc m’envoie une démo qu’il avait faite. Il chantait en yaourt dessus. Sa mélodie de voix était vachement bien. Et sa voix aussi d’ailleurs. Quand on faisait des chansons avec Eric ou Manu, ils m’apportaient des thèmes, plus ou moins développés, mais c’est toujours moi qui écrivais les mélodies de voix. Non pas qu’ils n’en soient pas capables mais je pense qu’ils n’ont jamais trop osé. Les mélodies de voix c’était mon truc. Marc lui, jeune béotien, ne connaissais pas cette règle tacite. Et puis il a beaucoup travaillé tout seul avant. Il a cette capacité à apporter un titre pratiquement fini. C’était le cas de ce morceau. C’était tellement bien avec sa voix que j’ai fait le texte en français et je lui ai dit «C’est toi qui va la chanter celle-là». Il a fallu un peu le violer au début mais en fait je crois qu’il aime bien ça (chanter hein… pas qu’on le viole…). J’aime beaucoup ces deux titres. Je trouve qu'ils amènent une autre couleur tout en restant «Noz». Par contre, il faut que je fasse attention à pas trop lâcher les rênes quand même parce qu’un jour, si je ne suis plus indispensable, ils vont finir par me virer.

 

- Quand tu parles de mélodie de voix, dans l’élaboration des chansons, ça passe toujours par une phase de yaourt ?

S. PETRIER : On va dire 9 fois sur 10. Il y a de temps en temps un texte qui s’impose au départ et autour duquel je vais chercher une mélodie. Ça m’est arrivé pour «J’empire» par exemple ou pour «J’aimerais bien que tu sois morte». Ou dans «Nazca – part 2» pour cet album. Le reste du temps il y a toujours un petit passage par le yaourt que j’essaye de rendre de plus en plus court. Je crois qu’on en avais déjà parlé. Quand on reste trop longtemps avec une mélodie en yaourt, c’est dur de s’en sortir.

- On pense du coup aussi à un groupe en tournée, avec la thématique musique, et ça représente bien ce renouveau du groupe. Au delà des voix,  toi même tu interprètes plusieurs "personnages"?

S. PETRIER : Le groupe en tournée… Je t’avoue, mais tu le répètes pas, que ma toute première idée pour cet album, c’était en effet de raconter en gros la même histoire mais dont les 5 personnages (dans le van du «Plan B») auraient été les vrais membres du groupe : Alex, Pedro, Marc, Nath et Stef… Mais je n’ai pas eu les couilles d’aller au bout… Ça demandait de mettre dans la bouche des gens, sous leur nom, des choses par moment un peu difficiles à assumer. Dans «Le patient zéro», j’enfile, sous mon nom, le costume d’un personnage incapable d’aimer, un peu comme je l’avais fait dans "Kill the dog". Perso, ça ne me gêne pas, au contraire, je trouve ça plutôt rigolo. Par contre, c’était compliqué de faire assumer aux autres des trucs de ce genre avec mes textes… J’ai donc renoncé à l’autofiction sur ce coup-là.

Résultat, j’endosse donc le rôle d’un certain nombre de personnage, dans des histoires plus ou moins glorieuses… Il y a ceux qui vont «rejoindre la zone libre» et d’autres qui vont rester sur le quai.

 

                                       Aldo Perrin, Marc, Stéphane, Nathalie, Pedro (Pierre)   

- Est-ce que tu peux caractériser et différencier le jeu des différents guitaristes de Noz : Manu, Erik et maintenant Marc? Éventuellement distinguer leur apport respectif...

 

S. PETRIER : D’abord ce sont 3 excellents guitaristes. A force d’être avec les gens tous les jours, on peut parfois l’oublier, finir par trouver ça normal. Mais non. C’est une sacré chance de pouvoir jouer avec des musiciens comme ça.

Manu, c’est un jeu un peu inclassable, avec des doigtés très particuliers. Avec Alex et Eric on se foutait souvent de sa gueule quand on essayait de refaire ses plans. Souvent, on cherchait des positions super compliquées et on se rendait compte qu’en fait Manu faisait un truc tout simple avec deux doigts… C’est une sacrée feignasse. :) Mais surtout quel talent pour trouver des riffs ! C’est un des musiciens les plus originaux que je connaisse.

Au premier abord Eric a un jeu plus classique, plus rock’n roll, mais il a aussi été capable de sortir un paquet de bons riffs et de beaux thèmes pour Noz. C’est comme Manu un musicien très complet, capable de faire de la production, et qui a beaucoup d’idées d’arrangements. Et puis surtout c’est quelqu’un avec qui j’ai toujours adoré travailler en binôme. Quand on bosse à deux, il se met vraiment au service de la chanson, il me fait confiance, tout en sachant défendre ses idées.

Marc c’est quelqu’un qui est capable de pratiquement tout jouer. Il s’est adapté au groupe à une vitesse vertigineuse. Le fait qu’il connaissait et aimait le groupe depuis longtemps a sans doute joué, mais ça nous a quand même bluffé. Dès les premières répètes il réussissait à reprendre parfaitement tous les plans, que ce soit ceux de Manu ou ceux d’Eric. Depuis il a pris sa place à lui et apporté sa personnalité mais tout en sachant garder l’ADN du groupe. C’est un perfectionniste. Il a des idées très précises de ce qu’il veut au niveau son. Il est capable de bidouiller des heures ses pédales et ses amplis pour obtenir ce qu’il veut. En studio, il peut être très chiant parce qu’il n’est jamais satisfait et qu’à certains moment on est obligé de lui dire « C’est bon Marc, elle est nickel ta prise, on arrête maintenant, il faut aller se coucher… ». Mais on lui pardonne parce qu’il a vraiment apporté un vent de fraîcheur dans notre musique. C’est aussi un très bon compositeur. Et un très bon arrangeur. Alex m’a dit une fois que c’était comme si Marc avait toujours fait partie du groupe. C’est très vrai.

On est super content de voir que Manu développe son beau projet « Tilda & Dad » avec sa fille Mathilde. Ce sont des personnes que l’on aime beaucoup, qui ont beaucoup de talent et dont nous sommes très proches, et pas seulement parce que Manu est le frère d’Alex (Mathilde travaille son chant avec Nath). Un jour ou l’autre, je suis sûr que ça va cartonner.

Et on est tout aussi heureux de voir qu’Eric, après avoir mis sa guitare au placard pendant un an, a ressorti le matos. Il est en train d’enregistrer un album-concept qu’il a composé pendant le confinement et dans lequel il y a une multitudes d’invités. On retrouve Carol Le Blanc, bien sûr, sa chérie (et ex bassiste de Noz) et plein de copains. J’ai écrit quelques textes pour le projet et j’ai même poussé la chansonnette sur deux morceaux. Les titres que j’ai entendu sont vraiment tops. Ça va faire un très bel album.

[le morceau acoustique Erik/Manu live:  "un 30 avril sur les quais"]

 

- Revenons à l’album : il y a ce titre "le passeur" sur une très jolie mélodie, où tu t'amuses avec des noms d'albums, jouant sans doute aussi du terme "passeur" ("prescripteur")... Tu as choisi d'évoquer des "gros" (rolling stones, beatles, radiohead...) et pas forcement, tes goûts plus personnels…

S. PETRIER : Oui, dans l’histoire celui qui est censé aider les héros à passer en zone libre tient un magasin de disques. J’aimais surtout la symbolique du fait que ce soit la musique qui puisse aider à "passer du bon côté »... à être plus libre. Et c’est vrai que les albums cités ne sont pas forcément mes disques préférés (Quoi que « Ok Computer… »), ce sont plutôt des « classiques », des disques et des artistes « importants » ou en tout cas que j’estime importants, qui ont marqué mon adolescence pour la plupart, et aussi dont le titre avait du sens dans l’histoire (Achtung baby, Let it be, Exile on main Street, Closer…). C’est une chanson assez old school, plutôt nostalgique. Je me souviens l’avoir écrite après avoir fait un rangement de mes vieux vinyles. Ça a fait remonter des souvenirs, la sortie du mercredi avec un billet de 50 francs pour aller s’acheter le 33 tours qu’on attend depuis des mois… C’était une époque où acheter un disque était un moment important et merveilleux, avoir l’objet dans les mains, passer l’après-midi sur la pochette à lire les paroles, tout ça… Ça y est, je suis en train de faire le vieux con...

 

 

- Tiens d’ailleurs, à ce propos… Avec tout ça (l album), et aussi dans mon contexte muratien Babylove, à l écoute, on a quand même tendance à se demander comment ça va dans ton couple?! (rires).

Je me rappelle de bout de discussion au moment de bonne Espérance déjà, tu as vécu un peu des choses par procuration ? 

 

S. PETRIER : Procuration, je ne sais pas… ça dépend des chansons :)) En tout cas, je raconte des choses qui me touchent ou qui touchent des proches, des choses que j’ai vues autour de moi… Je crois surtout que si, dans la vie, en vieillissant et en prenant de la bouteille, on arrive à y voir plus clair et à gagner en expérience sur plein de sujets, dans le domaine de l’amour, les choses restent toujours compliquées. L’amour c’est un combat permanent. Tout peut s’écrouler ou devenir merveilleux à tout moment. Il n’y a pas de formule magique. Pas de règles. Pas de répit.

 

- mince, c’est donc l album de la maturité (running gag)… Tu parlais de chansons tristes, sur une chanson où on perçoit une sortie positive… ton héro dit «je me dirais presque heureux». Chanter le bonheur, c’est impossible?

 

S. PETRIER : Ah non, ça a l’air d’être tout à fait possible parce qu’il y a plein de gens qui font ça merveilleusement bien. Moi, j’ai beaucoup plus de mal… Mais je me soigne…et je progresse un peu… par moment… «Le train» est en effet le morceau de l’album qui ouvre vers une issue positive. La phrase «je me dirais presque heureux»… c’était justement cette impression d’avoir écrit quelque chose de pas trop désespéré… Ce mot «heureux» qui arrive à la fin de la chanson, pour moi c’est déjà un exploit. Ça fait du bien. Franchement j’aimerais bien réussir à écrire les moments ensoleillés de nos vies. On va dire que c’est mon challenge pour les 10 prochains albums.

 

- Pour parler d amour, vous avez choisi de faire entendre un extrait de Jules et Jim. On retrouve aussi une séquence en anglais qui me dit quelque chose mais je n ai pas identifié...

S. PETRIER : Oui. l’extrait de Jules et Jim (la scène de la course où c’est Jeanne Moreau qui gagne…) ça faisait bien le lien entre la chanson de Marc qui est une histoire de triangle amoureux et "Cache-cache", le titre d’Alex, qui raconte l’histoire d’un garçon incapable d’échapper à une fille. Et puis un petit extrait de Truffaut entre deux chansons, ça fait tout de suite un peu bobo intello-chic non ?

 

- Y a encore du taf avant de ressembler à Delerm…

S. PETRIER :  Les autres extraits sonores, c’est sur le final de «La Chambre d’hôtes», la chanson de Nath. J’imaginais les deux personnages, dans le lit, en train de zapper devant leur télé. Ça commence par un passage de Star Wars (dont parle la chanson), ensuite, il y a des petites choses qui me tenaient à cœur : Greta Thunberg (citée également dans une autre chanson), un reportage animalier sur les loutres, le professeur Choron et Pollac qui s’engueulent dans un vieux «Droit de réponse», le monologue d’Edouard Baer dans Astérix Mission Cléopâtre… J’anticipe un peu : oui, j’aime beaucoup les loutres.

 

 

Ah, ce petit flow est rempli de loutres? (censuré par le comité de lecture).

Sur le vers sur le jedi, j’avoue que je demandais ce qu il venait faire là...Tu peux nous expliquer ?

 

S. PETRIER :  Ça parle de ces films qu’on revoit 100 fois à la télé. Et on reste devant au lieu d’éteindre et de faire quelque chose de plus intelligent. Parfois on pique un peu du nez. Comme les vieux. C’est un peu déjà ce que racontait «Empêche-moi de dormir». Notre fainéantise quotidienne, notre propension à aller vers la facilité. C’est contre ça que se révolte l’héroïne de «La chambre d’hôtes». Le choix du film... ben ce soir-là y’avait que ça ou Columbo. Plus sérieusement, Star Wars c’est la rébellion face à l’Empire. On va dire que c’est pas déconnant par rapport au thème de l’album. Quant au jedi, il se fait dégommer pendant que nous on bulle devant la télé, au lieu d’aller se battre… Pas collabos, mais pas résistants non plus… On en revient là aussi à des thèmes déjà explorés. Et puis Star Wars c’est quand même une belle mythologie. Chez les Pétrier en tout cas, ça parle... 

 

- Tu me disais il y a quelques années : Je ressens les personnages de nos histoires comme des amis que l’on quitte et qui reviennent dans l’album suivant.   Est-ce que tu as glissé beaucoup de clins d’œils volontairement ? glenmorengie, je ne suis pas encore mort, je sais qu’un fantôme me suit… Il y a même chez moi des mots qui sont connotés : mots/ mains sales, (la fête) s’achève, « combien de nuits » me renvoie à « chaque nuit »….

S. PETRIER :  Non, très peu cette fois-ci. Le nouveau line-up, cette impression d’être des ados qui montent un nouveau groupe, ça ne m’a pas donné forcément envie de coller des références anciennes de partout. Les petits clins d’œil, ils sont plutôt sur la pochette. C’est quand l’enregistrement a été terminé qu’on s’est rendu compte que cet album n’aurait pas existé sans les précédents. Il y a des liens évidents, narratifs mais aussi musicaux avec ce que nous avons fait avant.

 

- Sur le titre "patient zéro?" (« musique militaire »...), je pense beaucoup à Florent Marchet: le talk-over, la partie instrumentale cosmique proche de son dernier album, et certains vers qui colleraient bien à sa chanson "les cachets" (sur Rio baril), est-ce que tu connais?


S. PETRIER :  Je n’ai pas pensé à Florent Marchet en écrivant ce texte mais c’est quelqu’un que j’aime bien, et en particulier l’album Rio Baril. Alors il est fort possible que ça m’ait influencé à l’insu de mon plein gré. Marc avait ce titre qui envoyait, très rock 90’s, et je trouvais intéressant de la casser avec un break halluciné et très 70’s pour le coup… Je crois que j’ai plutôt pensé à Ange et à certains délires de Christian Descamps en le faisant. J’aime bien le résultat, et le redémarrage derrière qui envoie vraiment. Ça fait partie des trucs que j’ai hâte de faire sur scène.

 

‌- Pour parler des trucs qui envoient... Parlons du gros morceau NAZCA. Dans la partie 1, avant l'envol, on quitte le nord pour un rêve un peu étrange. Tu as essayé le peyotl ou bien?

S. PETRIER :   Non, je n’ai pas essayé le peyotl mais, en revanche, j’ai vraiment marché sur les lignes de Nazca… Et je me suis fait engueuler par le guide parce que c’est strictement interdit.

Je ne suis pas particulièrement mystique mais il faut avouer que se retrouver sur ces dessins immenses plantés au milieu du désert et de la poussière depuis des centaines voire des milliers d'années, c’est une expérience qui m’a marqué. Après, la chanson raconte en effet le rêve amoureux que fait l’un des personnages de l’histoire. Et comme tout les rêves, c’est assez difficile à expliquer…

 

- Sur le texte, ses échecs ? ou encore un hymne à nos compromissions? une suite à "j'empire" (single 2006)…

S. PETRIER : Oui, un peu tout ça. Mais par rapport à « J’empire » il y a une phrase à la fin change la donne : «J’en ai fait des dégâts, avant toi ».

C’est l’idée qu’il peut y avoir une rédemption. Que l’on peut changer. Ou tout du moins s’améliorer. Que certaines personnes, ou l’amour, peuvent te tirer vers le haut.
C’était déjà le thème du "Mont Saint-Esther » et plus globalement de l’album « L’homme le plus heureux du monde ». Toujours la même chanson…

Globalement je suis quelqu’un qui croit profondément à l’idée que l’on peut changer, évoluer, dans nos vies. J‘ai beaucoup de mal avec les gens qui disent « Je suis comme ça et je ne changerai pas ». Cette sorte de pseudo-romantisme à vouloir se complaire dans ses défauts, et à graver des choses dans le marbre, pour l’éternité, je trouve ça d’une tristesse infini. Nous sommes des êtres perfectibles. Enfin j’espère.



- Tu avais déjà l'idée de relier les deux textes ? Comment s’est construit le morceau avec cette rythmique de folie?

S. PETRIER : Non, ça s’est plutôt construit façon «A day in a life»… toute proportion gardée… Nazca 1, c’est une musique de Marc. On a commencé à travailler le titre avec le groupe et on ne savait pas trop comment le finir. Moi j’avais composé la deuxième partie dans mon coin et je me suis dit que les deux enchaînés, ça ferait un beau final d’album. Quant au texte, la deuxième partie était pour moi comme une sorte de réveil brutal du héros après son rêve de Nazca. Le catalogue de tous ses échecs. Nazca, mais avec les lignes qui auraient été effacées...

Rythmiquement, Alex et Pedro avaient trouvé cette rythmique bien groovy. Et l’idée c’était de faire monter le truc le plus possible jusqu’au bout. Avec Nath on voulait un final avec les voix presque «comédie musicale». Et je tenais aussi que ça sonne comme une sorte de pendant à «Il semblerait que l’amour fut» qui ouvre l’album. Henri Dolino (qui a travaillé sur la prod additionnelle aux côté de Xavier Desprat) a alors eu l’idée de réutiliser les samples et les percus qu’il avait utilisé sur « l’amour fut ». C’est ce qui donne ce son assez énorme à l’ensemble je crois.

 

-  Est-ce que cela renvoie aussi au vers un peu étrange "Je ne commets jamais les crimes que j’avoue"?  (dans le Patient zéro)

S. PETRIER : Oui. Autant parfois on peut avoir envie de cacher nos crimes, autant, à d’autres moments, on est tenté de jouer les bad boys et d’avoir l’air plus horrible qu’on ne l’est en réalité. C’est peut-être un petit complexe que je traîne depuis l’adolescence où j’étais plutôt un garçon sage, bon élève et obéissant. Au fond de moi j’enviais les vilains garçons. Ceux qui faisaient des conneries et qui faisaient l’admiration des filles. La musique m’a permis d’être au moins en apparence un peu « à la marge »  mais au fond de moi je suis toujours quelqu’un de plutôt banalement « mainstream » à plein de niveaux. Et il m’arrive parfois de regretter d’être aussi raisonnable, de ne pas être un vrai « écorché », de ne pas être capable d’aller « à la limite »… 

 

- Comme sur Bagdad disco club, le petit regret devant ces titres hors-normes et tubesques, c'est que tu n’aies pas posé un vrai chant dessus. Je ne sais pas si c'était possible....

S. PETRIER : Ah si c’était possible. Au départ j’avais une mélodie sur Nazca 2. C’était pas mal. Mais je reste persuadé que le phrasé "parlé" de la première partie était le bon choix. C’est peut-être mon goût pour le rap, mais dans nos chansons en tout cas, le talk-over n’est jamais un choix par défaut. Quand je l’utilise c’est vraiment parce que je pense que c’est ce qu’il faut faire à ce moment-là. C’est vrai que sur cet album, il y a plusieurs morceaux traités ainsi (le planb B, l’Amour fut, Nazca…) et je crois que j’aime de plus en plus ça. C’est passionnant à faire. Ça a quelque chose d’organique. Et ce n’est pas une solution de facilité. Ça demande une grande exigence au niveau du flow et je trouve que ça met en valeur les parties chantées. Il ne faut pas, bien sûr que ça devienne systématique mais maintenant, ça fait partie des options que j’ai quand on commence un titre.

                             Presque heureux on vous dit!!!

 

- Tu as parlé d'Henri Dolino, qui a été un bassiste de la formation durant un moment et qui a aussi un petit gars du new Jersey dans son cv pour compléter (il était derrière la console lors du concert du boss à l’auditorium de Lyon)... Pourquoi avez- vous voulu sa participation? (ps: il n'est plus au Canada?)


S. PETRIER : Si, il vit toujours à Montréal. C’est le parrain d’un de mes fils et surtout un immense ami. Il a toujours continué à faire de la musique, et du son, au Canada et il y a trois ans, il a sorti un album avec une chanteuse québecoise dont il était le réalisateur et que j’avais trouvé vraiment intéressant.


Quand on a réfléchi à la prod de l’album, au printemps 2020, il nous a rapidement semblé évident que nous allions travailler avec Xavier Desprat, notre ingé son concert depuis plus de 15 ans, qui avait déjà mixé "Le début-la fin - le début » et qui fait lui aussi partie de la famille. Mais ça nous titillait quand même quelque part d’inclure Henri dans la réalisation. On a commencé à en parler et comme on savait qu’humainement ça se passerait bien et qu’il n’y aurait pas de problème d’ego entre eux, on leur a proposé de collaborer. En gros, Xav gardait la main sur le mix mais Henri était là pour, selon les morceaux et selon son inspiration, apporter des idées de prod. A l’automne dernier, une fois les enregistrements terminés, on a donc commencé à s’envoyer des fichiers d’un bout à l’autre de l’Atlantique… Et on est vraiment très content du résultat. Non seulement parce qu’Henri a eu de super idées sur certains titres mais aussi parce qu’il nous a par moment secoué dans nos certitudes. Xav a fait un boulot énorme. 18 titres, tant au niveau des prises que des mix, avec des casse-couilles comme nous, c’est plus qu’un exploit, c’est un sacerdoce. Et à l’arrivée, il nous a donné le meilleur son que nous n’avons jamais eu. Mais je reste persuadé que la présence d’Henri l’a poussé dans ses retranchements et forcé à se dépasser.

 

 

- Encore un petit mot à nous dire sur le disque, je te sens bien lancé…

S. PETRIER :  Sur l’enregistrement, on a passé le mois d’août 2021 dans notre maison dans le Brionnais. Ça faisait longtemps que je rêvais de pouvoir enregistrer comme ça, à la campagne, en prenant le temps, en mettant des micros dans des endroits pas possibles, en cherchant l’endroit qui a le bon « mojo »… et puis, au-delà de la musique, de partager des vrais moments, les petits déjeuners, les soirées un peu arrosées, jouer de la guitare dans la jardin… bref avoir du temps ensemble. Il y avait vraiment une ambiance incroyable, entourés de gens qu’on aime : Xav, Floriane qui l’assistait aux prises de son, Dav et Patricia, Stéphane Thabouret (qui a fait les photos de la pochette), Eric Martin (du Radiant-Bellevue)…

C’est un album particulier aussi dans l’investissement de chacun. Par le passé, Noz a souvent été un groupe à deux (voire trois) vitesses. Avec des leaders qui prenaient beaucoup de place et des gens plus effacés qui suivaient. Cette fois, que ce soit Nath, Alex, Marc, Pedro… tout le monde a vraiment apporté sa pierre à l’édifice. Les idées fusaient de toutes parts, c’était même parfois un peu le bordel à gérer mais c’était vraiment jouissif.

 

- Pour finir, tu peux nous parler du titre (ou des titres?) que tu as choisi de reprendre pour le projet Aura aime Murat?  Pourquoi ce choix? Qu'est-ce que cette chanson t'évoque?

 

S. PETRIER : Pour "AURA aime Murat", d’abord j’ai beaucoup hésité à dire oui parce que je ne voyais pas trop comment apporter une valeur ajoutée à l’œuvre du bougon auvergnat. Quand on a participé au projet d’hommage à Hubert Mounier l’année dernière, je n’avais pas ce genre d’hésitation. L’univers de Louis Trio était quand même loin du nôtre et je sentais qu’on pouvait faire quelque chose de personnel et qui nous ressemblerait sans trop trahir - j’espère - l’œuvre originelle.

Avec Murat, c’était plus compliqué parce que j’aime déjà les chansons telles quelles, et que je trouve que Murat chante beaucoup mieux que moi. Déjà on a décidé de ne pas impliquer Le voyage de Noz dans l’histoire. Nous savons par expérience que ce genre de projet est quand même chronophage et nous avions besoin de nous consacrer vraiment à notre nouvel album. J’ai donc plongé tout seul, sans vraiment savoir artistiquement ce que ça pouvait donner, mais juste parce que j’aime bien Murat, que ça fait partie des trucs que je prends plaisir à jouer chez moi les longues soirées d’hiver, aussi parce que le courant passe bien avec Stan Mathis et Stardust qui organisent le bouzin … et surtout parce que j’avais envie de rejouer avec mon ami Jérôme Anguenot, le guitariste de Nellie Olson, que j’ai embarqué dans l’aventure.

 

Pour le choix des titres on a pas mal hésité. On a failli s’embarquer dans des trucs ambitieux ("Royal Cadet" notamment…) et puis on est revenu à du plus basique. Il y a d’abord « Petite luge », qui n’est pas un titre 100% Murat puisque composé par Fred Jimenez pour l’album « A bird on a poire » mais qui reste incontestablement mon titre préféré. Et puis un classique « Perce-Neige », que j’adore dans sa simplicité.

« Petite luge » c’est une chanson très érotique, un hymne à l’amour physique, tout du moins je l’envisage ainsi. L’enchaînement d’accords et la mélodie sont d’une finesse que j'adore. Quant aux mots… il y a ces phrases venues de nulle part, où l’on ne comprend pas forcément tout, mais très évocatrices. Erasme, « L’origine du monde", de Courbet, le petit grain d’encens sur le cochon… c’est un peu le bordel, mais j’imagine très bien la pièce où la scène se déroule….

 

"Perce-Neige" on est chez un Murat qu’on connaît mieux, le terroir, les origines, tout ça… Et aussi les questions que se pose l’artiste sur son travail « Je fais des chansons comme on purgerait des vipères… ». C’est magnifique. C’est aussi une sorte d’éloge de la lenteur. C’est quelque chose chez Murat dont je suis très admiratif. Cette façon de maîtriser les rythmes très lents, de savoir jouer avec le silence… Je crois que depuis que je commence à délaisser la ville pour la campagne, que je passe des heures à regarder les vaches, je suis de plus en plus sensible à ce genre de choses.

 

Merci Stéphane Pétrier!

Interview réalisée par mails du 17/04 au 10/06/21

Double vinyle 
Edition limitée à 300 exemplaires
40 Euros (+ 7,35€ frais de port)

Digipack 2 CD / Livret 24 pages
22 Euros (+ 6,35€ frais de port)

https://www.levoyagedenoz.com/

https://www.facebook.com/Le-Voyage-De-NoZ-Officiel-874977172545874

Sortie 18 juin en numérique et plateforme (En attendant 4 titres en écoute sur le site internet)

Concerts:

9/07 : Fête de la musique, jardin de l'institut Lumière

24/07: Concert au Vieux Moulin, Lieu-dit Le Vieux Moulin - 71220 Marizy - Coordonnées GPS : 46.5454/4.4006

Dates à venir (automne 2021)

LE VOYAGE DE NOZ- INTERVIEW 2021 pour "Il semblerait que l'amour fut" (nouvel album)

Je suis dans le cadre! Ci-dessous aussi, avec Nathalie et Marc au premier rang...

LE VOYAGE DE NOZ- INTERVIEW 2021 pour "Il semblerait que l'amour fut" (nouvel album)

Tilda and Dad ont été évoqués dans l'interview:

LA MUSIQUE EN PLUS

Je vous remets le single du moment, avant quelques morceaux plus anciens

et on termine par la fin de Bonne Espérance...  Pour moi, un sommet...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #inter-ViOUS et MURAT, #2021 Aura aime Murat

Repost0

Publié le 9 Juin 2021

Alors comment vais-je procéder pour ce scoop:    L'annonce des titres qui figurera sur le tribute "AURA AIME MURAT" (Stardust/inouie distribution), CD principal et CD bonus?

Je prends le temps de réflexion habituel pour un article... 1,2,3,4,5 secondes... voyons, voyons.... Partons de la chanson  la plus ancienne à la plus récente dans la discographie de Jean-Louis.

Aucun titre de 82/84...  pas de choix surprise de ce côté-là!

- LE TROUPEAU par Gontard (Valence)! (Cheyenne autumn)

Va je déteste la vie
De ces bâtisseurs d'empires
De ces voleurs de prairie
Où tu trouveras ta place
Je partirai cette nuit
Sous un ciel peuplé d'étoiles
Je ne connais qu'une envie
Je veux retrouver mon âme
D'avoir mené les chevaux
D'avoir traversé les glaces
Pour me bâtir mon troupeau
N'apaise pas mon angoisse
 

- Murat en Plein air... est en suite bien représenté et toujours Murat en berger:

*LE BERGER DE CHAMABLANC  a été choisi par Chevalrex (Drôme)... et nous emmènera dans les prés de la jeunesse de Jean-Louis  (Chamablanc au dessus de Vendeix-la Bourboule)

La voie du chagrin m'exaspère
Les mauvaises nuits, je m'enterre
Je dors dans la boue, je ronge les pierres
Je voudrais mourir et pourtant
L'amour

 

* TERRES DE FRANCE sera interprété par Richard Robert (Lyon). On imagine une version "désynthétisée" et "dés-ambienté" pour un spécialiste de reprises acoustiques. 

je marche au matin
loin des embruns
sur les terres de France
gorgées d'innocence
je jette aux orties

- On passe à Vénus pour un premier "single" plus populaire. C'est Adèle Coyo qui s'est risqué à reprendre "TOUT EST DIT" (après le groupe Aline, Bertrand Betsch...), mais la folkeuse cantalienne y a sans aucun doute trouvé à redire, avec sa belle guitare et le travail en studio avec Louis Fayolle.

Pour un simple mot de toi
J'aurais fait n'importe quoi
Le pire le meilleur
Mais s'éloigne déjà
L'amoureuse voix
Qui m'apprivoisait le coeur
Oh tout est dit...
Les pierres les peupliers
Du pays où je vivais
Il faudra les oublier
 
* Evidence: Un de nos parrains prestigieux Silvain Vanot lui a annoncé "ROUGE EST MON SOMMEIL", un titre de l'époque où Jean-Louis Murat l'aidait à lancer sa carrière et issu d'un album avec l'ombre de Neil Young.
 
Rouge est mon sommeil
D'un rouge vermeil
Rouge est mon sommeil amour
Comme rouge est la charrette
Que le grands bœufs traînent
Entre la nuit et le jour

                                                                    Silvain par l'ami Franck Courtès

- J'appelle l'élève DOLORES!  - Présente! - Présente  - Présente!  Ah, 3 jeunes filles représentantes!

 * Excellent choix avec BRULE-MOI pour les Dory4, et ils auront sans doute réussi à mettre leur joie et énergie dans cette chanson heureuse!

Ton babil de nourrisson
Et tes lèvres obstinées
Me font heureux avec toi
Prêt à faire n'importe quoi au fond

Dieu par quel effet papillon
Un coeur hérissé de tessons
Est fiévreux dans tes bras
Prêt à faire n'importe quoi au fond

                                                                                                   erik  en 2010

* Et un autre tube...  FORT ALAMO...   Après s'être frotté à Manset et à "tous les cris, les Sos", c'est ERIK ARNAUD, autre parrain du projet,  qui s'est lancé ce défi... et il me semble déjà l'entendre:

Je suis dans l'espace
Un temple de glace
Je n'aime plus rien du tout
Malgré les menaces
Comme tout me lasse
Je m'en fous, je m'en fous...
Si dans tes bontés
Internationales
Je ne vaux plus le coup
C'est l'adieu aux armes
L'oublie est en place
Et alors? Je m'en fous...
 
Allez, je ne résiste pas à partager sa reprise de "Vies monotones" avec cette magnifique progression musicale:

"Tout comme la comparaison avec Neil Young, celle avec Manset confirme le statut un peu à part de Murat dans la chanson française. A mon sens, ce n'est pas tant les points communs qu'il faut chercher entre ces artistes mais plutôt ce qui les différencie des autres. Leur seul point commun c'est justement d'être différents ! Du coup, hormis un univers très personnel, je cherche encore la connection Murat/Manset... Musicalement peut-être (Murat pré-99) : une instrumentation/production propre sur elle (gros studios...) avant tout au service de la voix et des textes. Pour les deux, le studio n'est pas un lieu d'expérimentation, de recherches sonores. Il faut y travailler vite et bien. Chez l'un comme chez l'autre, j'aimerais bien entendre un jour un disque avec un peu plus de prise de risques à ce niveau-là (un Murat produit comme le dernier Grizzly Bear par ex.).  Sinon pour les textes, hormis une certaine poésie commune, et c'est là une impression très personnelle, je ne vois pas trop de ressemblance entre un Murat séducteur, romantique et exalté, et un Manset plus clinique et exotique. Quand même : en utilisant des mots et des expressions pas facilement « chantables », ils ont tous les deux un rapport au français chanté totalement décomplexé qui fait qu'ils débordent largement du cadre de la chanson française classique (chansonnier ?).  J'aime bien le Murat sur scène qui chante le français comme un vrai rocker, c'est-à-dire sans la grandiloquence et le maniérisme (la gestuelle surlignant la parole) que l'on rencontre parfois chez le chanteur français à texte". Erik arnaud dans son inter-ViOUS ET MURAT-

 

* Et après avoir longtemps hésité, Stéphane Pétrier (Lyon) interprétera PERCE NEIGE.  J'apprécie ce choix pour cette chanson ancrée sur le territoire qui nous amène  " de la Godivelle à Compains". 

Alors
On me jure que c'est sortilège.
Que si Belzébuth habite mes reins,
Je peux dire adieu à perce-neige.
Peine perdue pour aimer mon prochain,
Je ne suis plus que congère.
Mon âme triste s'étire au loin

(à paraître semaine prochaine: son interview dans laquelle il nous parlera de son choix)

 

- Du côté de Mustango, un seul titre... et quel titre: AU MONT SANS SOUCI, au texte "explicite" et limpide, mais tout aussi poétique que les autres. Et c'est un de notre représentant  "chanson française" qui le mettra en valeur: Frederic Bobin.

Herbe têtue, rouge calèche
Toboggans rentrés
Le temps est long qui nous ramène
Les filles avec l'été
Quand l'éclat mauve délétère
N'éclaire plus ma vie
Je vais dormir dans la bruyère
Au Mont Sans-Souci
 

- Le Moujik et sa femme:  LE MONDE INTERIEUR ira comme un gant à Hiverpool qui aime explorer l'intimité.

On voudrait être poussière
Poussière pour savoir ce qu'il en est
Ce qu'il en sera misère
On veut anticiper
Quitter frégates et pique-niques
Quitter tout
Quitter l'âme et voyager.
 
- Lilith sera bien représentée (ouf! Et j'avoue que je n'y suis pas pour rien...)
 
* Le représentant alsacien Pierre SCHOTT livrera "LA NATURE DU GENRE". Je pense que c'est là aussi un titre qui lui va comme un gant (parce qu'il est question de POULIDOR mais aussi pour cette guitare,  la musique un peu Americana, et qui m'évoque aussi le reggae)
 
C'est la nature du genre, abandonner
Jeter toutes souffrances dedans l'évier
C'est la nature du genre, en rigoler
Se faire des avances, ne plus se gerber
Vivre en gastéropode, en gentiane, en Poulidor
 
Allez, je ne résiste pas à partager sa reprise de "ROUTE MANSET":
(ça m'amuse de faire écouter du Manset sur un article réservée aux chansons de Murat... Ça en agace certains?).
 
* Et on retrouvera le trio DRAGON RAPIDE (63) en battle à distance avec le power trio JLM/Fred et Stéphane sur "C'EST L'AME QU'ON NOUS ARRACHE"... avec son fameux "CORRINA CORRINA", hommage à Taj Mahal et Dylan.
 
Le mal que fait le bon
Le mal que fait le beau
Et voilà pour les amants
Tout un art du chaos

Corina...
C'est plus le coeur que je sache
Non, c'est l'âme
Qu'on nous arrache
 
* Et encore nous pourrons entendre "LES JOURS DU JAGUAR"... par Alain Klingler (38), ce qui n'est pas une surprise: J'ai déjà raconté comme il était absolument dingue de ce titre...  Il l'a  enregistré en condition  "live" (sur la scène de la MK2 de Grenoble), et même si Murat en a déjà livré des centaines de version, je suis sûr que celle-ci sera unique. Dans son disque "j'étais là/avant", figurait déjà "L'examen de minuit" et "Sépulture".
 
Le tourment et le désespoir
Remplissent Les Jours Du Jaguar
Tout juste bon à garder des oies
Papillotes flottant dans le vent
Sillons et fossés dans son âme
Tout juste bon à garder des oies
Dieu comment capturer un coq
Dans cette trop grande forêt
Me chuchote un bébé féroce
Dis saurons- nous un jour aimer
 
 
- On continue sans saut dans le temps: A BIRD ON A POIRE. Le duo western électro-pop (masculin) Fahro (69) nous donnera sa version de "ELLE ETAIT VENUE DE CALIFORNIE".
 
Où est le Mont-Dore ?
Aussitôt de toutes mes fontaines
A coulé de l'or
Tout le bonheur est tombé sur moi
En langue étrangère, je me souviens de tout
 
 
- Point de Mockba, ni de Parfum d'acacia, ni de Ferré/Beaudelaire (et de Manteau de pluie, vous l'aviez peut-être remarqué)... mais pour rester dans une ambiance peut-être  "piano":  GENGIS de TAORMINA sera interprété par DA CAPO -Alexandre Paugam-(43).  Une immense chanson intitulé d'un des nombreux "alias" que Jean-Louis a peu interprété (il a peu ou pas joué de piano sur scène depuis lilith...).
 
Mon nom de scène est Gengis, je suis né à Valparaiso.
Reconnaissez-vous Gengis qui enchante les maux?
Assise au bord de l'eau, vous jouez à la marelle.
Ohé hissez haut amour! Que le ciel est haut!
Prisonnière au bord des lèvres, longtemps, vous fûtes l'enfant de trop
Pataugeant dans la nacelle, vous ne fûtes qu'idéaux.
 
 
- Et voilà un choix qui vous surprendra peut-être, avec un titre plus "rare", bien qu'il ait fait l'objet d'un single: dans les nombreuses "MARLENE" en chansons, je demande celle  de TRISTAN signée Bergheaud, et c'est La FILLE DE LA COTE (63) qui bossanovera peut-être ce titre, peu flamboyant mais un modèle de compo muratienne (avec la règle des 3T: tempo, tonalité, tructure). 
 
Dans les cieux sans lumière
Que fais-tu là précédée d’une croix ?
Dieu quelle est la sentence
Voudrais-tu dire que tu ne m’aimes pas ?
Voilà la faux du temps,
Cuisses entrouvertes,
Dis comme tu y vas

Plus prompte que l’éclair
Tout ça pour dire que tu ne m’aimes pas
Ouh ouh ouh Marlène
 
- On ne pouvait pas passer à côté du COURS ORDINAIRE DES CHOSES... et on aura droit au titre rock "COMME UN INCENDIE" par le très Springsteenien Stan Mathis (Lyon).  Osera-t-il l'affronter de face, guitare contre guitare, ou optera pour une stratégie de contournement de l'obstacle? Je promets le feu...
 
Je t'informe de ma présence
C'est un besoin d'infini
J'invoque ta substance
Dans ce purin d'idéaux
Où tout fabrique des sots
Par la chose immuable
Je n'ai plus confiance
En vous
Le cours ordinaire des choses me va
Comme un
Incendie
 

                                                      Stan Mathis et Stéphane Pétrier en 2016

- Et on file direct à BABEL (pas de Grand Lièvre), Sébastien POLLONI (63)  s'est déjà peut-être promené, couru ou pêché,  du côté de LA  BEAUTE (coin où vivait Marie)... "J'AI FREQUENTE LA BEAUTE".  C'est le seul titre dont j'ai écouté une version préliminaire... et je suis emballé alors que je n'ai guère envie d'écouter l'original désormais. 
 
Tout le mois de juillet
Pauvre cœur je manquais d'amour
J'ai fréquenté la beauté
Chaque jour abreuvé
à |'illusion des toujours
L'amour qui sait dévorer
Qui nous jette au panier
Pleurnichant route
De Latour
L'amour qui sait nous tromper
Jamais sûr d'être aimé
Par l' hirondelle
Des faubourgs
 
- Passons par dessus Morituri et Travaux sur la N89:
 Eryk E. (63) s'est souvenu de  "JE ME SOUVIENS", joyau d'EL FRANCESE,  Benjamin Biolay l'avait repris au Médoc (médocs?) dans la cuisine, Le DOC lui devrait apporter à cette chanson les meilleurs soins:  de quoi faire ressusciter  un mort? Il en est capable, parole de Murat.

 

Sur ta robe blanche la nuit est surnaturelle

Je m’souviens d’une voile tendue au fond de la nuit

Je me souviens de deux mondes dans l’univers

Je me  souviens de l’appel de la lumière

D’une dame en noir qui gifle le loup des mers

 

- Et on ira jusqu'au dernier album en date avec NICOLAS PAUGAM (07) qui a choisi "le REASON WHY" de Baby love pour tester sa virtuosité, sur un texte parfois mystérieux et donc représentatif d'une certaine partie de la production de JLM ("de la chair à psychanalyse" comme il l'indiquait lui-même).
 
Pas besoin de mettre la gomme
On est encore à la Bourboule
D'accord a dit la fille à l'heure
Alors c'est quand Bâton rouge
Poupée, shampouine
Pas besoin de mettre la gomme
On est encore à la Bourboule
Ce matin j'ai vu le rayon mauve
(Merci je sais vous dites le vert)
Je sais pas de quoi c'est le signe
Il m'a tapé direct sur l'os
 
--------------------------------------------

 

Ça vous donne envie j'espère?
 
Évidemment, impossible de satisfaire toutes vos désirs...  Chaque artiste a pu choisir ce qu'il souhaitait mais au final, je pense qu'on a un très beau panel! Quelques titres  "populaires" ("tout est dit", "au mont sans souci", "fort alamo"), sans que ça fasse "best of",  certains plus cultes pour les fans ("les jours du jaguar", "terres de France"...), quelques chansons qui évoquent son territoire, le nôtre, aussi la "ruralité", parfait pour "AURA AIME MURAT",   et une bel aperçu de tout l'univers musical du Monsieur (des titres plutôt pianos -pas mal même-, d'autres électriques), et bien sûr des  grands textes, que j'ai choisi de mettre en valeur aujourd'hui, dans lesquels il est bien sûr souvent d'amour mais on retrouve aussi ses introspections et le thème important du "dur d'être soi" comme il l'écrit dans "la nature du genre","Gengis" -c'est lui-...  Avec tout ceci, il y a de quoi se faire plaisir  et peut-être faire découvrir l’œuvre de Jean-Louis Murat à certains... On l'espère fort!
 
Il n'y a plus qu'à attendre...
Attendre..
Comme Jean-Louis se fait attendre lui aussi.
 
Allez, on écoute quand même quelques originaux:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2021 Aura aime Murat

Repost0

Publié le 6 Juin 2021

bonjour,

On arrive sur la fin de la 2e étape du projet "AURA AIME MURAT" : les artistes renvoyent en ce moment leur production... et attention, Messieurs-Dames, je vous annoncerai l'ensemble des morceaux qui figureront sur le projet MERCREDI 9/06  à midi en exclusivité locale, régionale, nationale, mondiale et universelle!!!

En attendant, d'autres  infos que je n'avais pas encore données ici vous attendent ce jour! Petit -?- tour des effectifs et des actus de chacun:

1)  Adèle Coyo: Elle ouvrira pour Coeur de Pirate le 19/11 à Royat.

 

Le talk  back Music est le studio de Louis Fayolle avec lequel Adèle collabore. Il est connu pour ses groupes ULtraViolet et Superamas.

2)  Autre participation "en coulisse", celle de François Serin. Le lyonnais a connu le succès critique de la presse nationale au tant de "DEJA VU" (2004/2014), avec notamment un disque réalisé avec Christian Quermalet. Fred Jimenez les soutient et les apprécie. Après une période avec les MILK, il fonde "COVER CLUB", un groupe de reprises.  On peut parfois voir avec eux un certain David Forgione... bassiste chez Murat (et As Dragon) comme sur cette reprise de Queen:

 

 

Mais revenons à nous! François Serin a surtout désormais créé Apples and orangesrecordings, studio mobile.  

Et Stéphane Pétrier et les Dory4 l'ont choisi pour enregistrer chacun dans leur campagne (Saône et Loire et Puy-De Dôme, versant Forez-Livradois)...

 

Stéphane Pétrier a choisi Jérôme Anguenot (AURELIA KREIT)  pour l'accompagner, c'est-à-dire l'un de ses acolytes de son side projet: Nellie Olson... tandis que Dory4, eux, choisissait de faire participer Madame Nathalie Pétrier à leur titre. Stéphane nous parlera de sa reprise lors de son interview à paraître ici dans les prochains jours (Le VOYAGE DE NOZ sort un excellent album dans deux semaines).

Toutes ces belles équipes n'ont pas eu peur d'expérimenter... et même de faire des cascades. La preuve:

3)  Pour continuer avec les guests, je suis ravi : Avec LA FILLE DE LA COTE, Matthieu LOPEZ et GARCIAPHONE ont été de la partie, la classe !

4)  On passe aux autres surprises:

- Du côté de Clermont,  feront aussi partie du projet :  Sébastien POLLONI et Eryk E. 

Sébastien avait un peu mis de côté la musique depuis son disque "la Ravine" produit avec Guillaume Cantillon (Kaolin). On le retrouvera sur une reprise d'une chanson de... BABEL. 

Retrouvez l'inter-ViOUS ET MURAT de Sébastien:

http://www.surjeanlouismurat.com/2016/03/inter-vious-et-murat-sebastien-polloni.html

Eryk e. :  par Matthieu:

http://www.surjeanlouismurat.com/2016/02/eryk-e-en-interview.html

Sur un texte original de Murat sur son premier album:

Enfin, les lyonnais de FAHRO sont également de la partie.  Le duo formé de Théophile ARDY et Romain LATELTIN, deux artistes présents depuis au moins 15 ans sur la région.   Je les avais découverts tous deux (ainsi que Dory4, François Serin, un soir de juin 2010... tous les 4 rendant hommage ... au Voyage de NOZ... tout cela est sur youtube-tribute-to-noz).

Enfin, DERNIER PARTICIPANT supplémentaire: DA CAPO, avec Alexandre PAUGAM. Lui aussi a été  interviewé par bibi:

http://www.surjeanlouismurat.com/2017/09/inter-vious-et-murat-n-da-capo-alexandre-paugam.html

Son dernier album a été salué par Magic!, Rock and Folk:

Une des belles histoires de ce projet est déjà d'avoir réuni sur un même disque les frère PAUGAM et PONCET (Gontard et Chevalrex):

J'ai vu sur facebook récemment  accompagné par cette belle chanson ceci:

Gontard:   En ce lundi matin doux bien que brumeux, loin de l'usine, je découvre cette vidéo faite à priori il y 10 ans tout juste. Cette belle chanson devait figurer sur un album des Frères Nubuck (groupe que j'avais monté avec mon frangin et quelques amis entre 2002 et 2011). Je crois pouvoir écrire que je n'ai pas revu mon frère ou si peu depuis cette bagarre devant les phares d'une bagnole en pleine nuit sur le parking de la crêperie de Crussol (07). Pas une tragédie. Retour au réel, toujours. Bisous.

J'en profite pour signaler un duo de prestige pour Gontard: il chante en duo avec Arnaud Fleurent-Didier(!!). sur sa MAUSOLEE TAPE (hommage à JL LE TENIA). Un indice de plus de la place de Gontard dans le paysage musicale français... le chanteur de Fontaine Wallace (ex-superflu) l'indiquait également comme une référence cette semaine.

 

 

 

 

5) Merci à La MONTAGNE qui a parlé du projet (et des Dragon Rapide qui livreront un titre de l'album LILITH):

6)  Après Gontard, il y a quelques semaines qui a interviewé pour ses reprises de Jean-Luc Le TENIA, c'est NICOLAS PAUGAM qui sera invité sur FRANCE INTER sur COTE CLUB (invité à l'initiative de Bertrand Burgalat qui l'avait déjà salué dans sa chronique de Rock and Folk.), mercredi 9/06.

 

7)  Les concerts reprennent!

CHEVALREX En JUILLET:

et aussi:

 
Nicolas PAUGAM sera au 180 à Nice le 2 JUILLET
Le VOyage de NOZ au Parc Lumière pour la fête de la Musique,
les dory4 à St Bonnet le Chastel samedi 10/07
 
Fred BOBIN a toujours un programme chargé:

11/06  TARARE (69) – Théâtre / spectacle KENT + BOBIN (+ Martin Luminet) – 20h / infos, réservations : ici

12/06  VENELLES (13) – Salle Fernand Charpin / spectacle KENT + BOBIN – 20h30 / infos, réservations : 04 42 43 71 70 ou 06 85 39 89 34

14/06  VILLEFRANCHE SUR SAONE (69) – Auditorium / spectacle Balades Croisées MICHELE BERNARD + BOBIN – 18h30 et 21h / infos, réservations : ici

18/06  RUFFEY SUR SEILLE (39) – Chants d’Etoile – Salle polyvalente – 20h / infos, réservations : 06 72 51 80 37

19/06  CONFLANS EN JARNISY (54) – Salle des fêtes de l’Espace Paquis – 20h / infos, réservations : 03 82 33 06 46

22/06  ST MARTIN DE BROMES (04) – Festival Poésie et Chanson au Pays des Lavandes – Salle polyvalente – 21h / infos, réservations : contact@poetedeshautesterres ou 06 86 47 13 12

25/06  et 26  PARIS (75) – Les salons d’Ima Rose (+ Lise Martin) / infos, réservations : ici

 

 
Quant à Stan Mathis, il est allé se faire conter des belles anecdotes par M. DOminique Blanc-Francart...Et se faire enregistrer  son nouvel album. On peut le réécouter là:  RADIO CANUT (samedi 6/06 10h, Musik etc). Il nous parle du projet AURA  aime Murat, de Lilith. Avant une reprise de "la coupe aux lèvres",  il nous indique que la date de concert n'a toujours pas pu être bouclé, ni la date de sortie du disque officiel, mais il y travaille. Il prévoit l'annonce en septembre.! patience!
 
On attend des nouvelles des albums les prochains mois: de Gontard, Alain Klingler, Adèle Coyo, Dragon rapide (sortie 15/09). Silvain Vanot sortira lui son vinyle "On peut apporter son réel"....
 
Dans le rayon fierté, on est ravi je ne me lasse pas de le dire de pouvoir vous faire écouter du Erik Arnaud mais lui aussi  annonce qu'il travaille à un nouveau disque.

8)  On se quitte avec un peu de musique:

les Hiver Pool avec leur projet Karmayoga, sur du Beaudelaire:

Les seuls artistes participants que je n'ai pas cité: Pierre Schott et Richard Robert: http://www.pierreschott.com/   Attention AU Cycliste sur les flancs des Vosges ou des Alpes cet été!

Richard Robert... avec "le clermontois" Zacharie Boisseau (Zac laughed):

Richard Robert s'occupe désormais de la programmation de la 2e salle de l'Opéra de Lyon: https://www.facebook.com/operaundergound/     Festival du péristyle tout l'été: https://www.opera-underground.com/le-festival-du-peristyle/?fbclid=IwAR1_8-TZonZG91b3YhNFg1jHGwKCE491ti2dOubChLgvLYoE-9i9DRyKgbM

 

Allez, rendez-vous au sommet!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2021 Aura aime Murat

Repost0

Publié le 5 Juin 2021

Bonjour,

oui, je suis encore là! J'espère que vous n'avez pas cru que j'allais vous laisser vous en sortir de moi comme ça!! 

Bon, c'était quand même très calme,  au niveau actu, c'est très calme, Thérèse ( à part les rééditions vinyles)... J'aurais bien pu écrire quelques trucs, mais entre sorties et séries télé, j'ai développé d'autres addictions en ce moment... et mercredi quand j'ai voulu m'y remettre, overblog était en maintenance... 

Enfin soit, en urgence, voici un petit article tout frais paru dans Le BERRY.  Je reviens vite pour des nouvelles du projet AURA  AIME MURAT... en attendant que le Murat sorte de sa tanière... ça commence à faire long.

https://www.leberry.fr/bourges-18000/loisirs/les-murmures-de-jean-louis-murat-ou-une-passion-privee_13959627

Musique

Les murmures de Jean-Louis Murat ou une passion privée

Publié le 04/06/2021 à 21h00

Les murmures de Jean-Louis Murat ou une passion privée

 

L'homme aux vingt-deux albums studios traine une réputation de provocateur mais c'est un auteur majeur de la scène française.  

À bientôt 70 ans, Jean-Louis Murat n'aurait peut-être pas été l'auteur de chansons s'il n'avait pas reçu en cadeau un Larousse pour ses 9 ans, s'il n'avait pas intégré l'harmonie municipale dès 7 ans ou si son prof d'anglais ne lui avait pas fait découvrir le jazz et la soul. Ces différentes expériences, dont le journalisme ou plagiste à St-Trop, ont nourri l'homme qui vit toujours en Auvergne, près de La Bourboule.

 

William Sheller l'aide à enregistrer un 45 tours : Suicidez-vous le peuple est mort. Le premier album, Passions Privées, fait un four. Le suivant, Cheyenne Autumn lui permet enfin d'accéder à la notoriété. Le grand public le découvre ensuite avec Regrets, un duo avec Mylène Farmer.

 

Le Manteau de Pluie, incluant Col de la Croix-Morand et Sentiment Nouveau, l'installe définitivement dans le paysage sonore. Il garde alors le rythme d'un album par an, se considérant comme un artisan qui travaille, avec l'écriture poétique et le timbre de voix qui le caractérise.

 

Jamais avare d'expérimentations, il casse tous ses codes de la route avec Travaux sur la RN 89. Il est aussi à l'aise dans la pop sucrée, le blues, le rock et la recherche pour ne pas se répéter. Baby Love, sorti l'an dernier, évoque sa rupture avec sa femme et la rencontre d'une autre.

 

Le personnage médiatique se montre autant irritant qu'attachant avec sa manière de donner des coups de pieds dans la fourmilière, entre grande gueule et coups de gueule qui tranchent par rapport à son travail artistique beaucoup plus délicat. Renaud, Les Enfoirés, Johnny, PNL, Macron, Goldman, Angèle, tout passe dans sa lessiveuse.

 

Il reste vingt-deux albums studio, série en cours, six live qui dressent le portrait d'un artiste unique.

 

François Lesbre (merci!)

 

LE LIEN EN PLUS

Murat dans la sélection vinyle

https://www.telerama.fr/musique/tom-jones-jean-louis-murat-pink-floyd...-la-selection-vinyle-de-la-semaine-6890246.php

Premières éditions vinyles pour quelques albums made in Auvergne dans les années 2000. À commencer par l’envoûtant Charles et Léo, de 2007, où Murat, lié à Ferré depuis une éternité, reprend des adaptations ébauchées au piano par l’auteur de La Solitude pour un troisième disque baudelairien qui n’a jamais vu le jour. Les mélodies sont celles de Ferré et l’interprétation se coupe du lyrisme et de la déclamation pour rejoindre entièrement le camp de Murat, poésie fondue dans une voix feutrée, langoureuse, vaporeuse, séduction entêtante et vénéneuse.

tristan:

Emporté par l’élan (et il n’en manquait pas alors, un album l’an au minimum), le chanteur-trouvère- troubadour etc. renoue avec le versant le plus précieux de son art poétique sur un album qu’il enregistre presque seul et qui poursuit avec obstination le regain du sentiment amoureux et le bonheur en fuite. « Ambiance chaude et dépouillée du cœur des hommes esseulés », écrivait alors Télérama. Drôle d’emballage, restauration limpide et un morceau en bonus : La Prière.

grand lièvre:

En 2011, mine de rien, c’est l’album de la soixantaine, le seizième en studio si on compte bien. Enregistré vite fait bien fait, il déroutait à l’époque ceux qui n’ont jamais faibli en chemin. Textes touffus, inspiration labyrinthique, tristesse à foison, violence en creux, mots avalés, réverbérés par des voix doublées. « Mais enfin, qu'est-ce que ça veut dire ? », demande la première chanson, toute en langueurs et longueurs. On se surprend à chercher encore les réponses aujourd’hui, non sans ravissement.

 

en juin...prenez de la couleur:

(2005)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 28 Avril 2021

Prologue humoristique :

Le tycoon taquin Paulo, les mains dans le dos, est penché à sa fenêtre et regarde les fourmis s'agiter dans  la rue, ah que la vie semble dérisoire  du haut de son Xanadu building d'un étage sis à Pontgibaud (Dauphiné d'Auvergne) à partir duquel il gère d'une main de fer "le blog de Paulo, toutouttouvoussaurezstoutsurJLM.com" depuis 2009.  Depuis une heure, il a vu passer deux tracteurs, un cueilleur de champignon et deux vaches.  Certains jours, il a dû mal à s'y mettre. Il a conscience que depuis que Fred Plainelle s'est évaporé, le blog a perdu de son mojo, et de son rayonnement.   Il ressasse : "et si j'avais été moins pingre pour les notes de frais-bar?, et si je lui avais offert une nouvelle veste multipoche pour ses reportages? ou renommer le blog, le blog de pierrot et de Fredo?  Le téléphone sonne et peine à le sortir de sa torpeur mélancolique. Il laisse sa secrétaire Irina prendre l'appel (irina, c'est la voix féminine de son répondeur, sa plus fidèle collaboratrice et qui ne se plaint pas quand on la tripote un peu).

- Oui, bonjour, Paulo, c'est Florence D.  Je vous écris de temps en temps. J'ai vu que vous aviez acheté "Reclus, histoire d'un ruisseau"... Si vous voulez, je peux me charger de ça... Bon, de toute façon, je l'écris, et je vous l'envoie..."

Paulo est interloqué. Qu'est-ce que c'est que toutes ces Florence qui veulent écrire sur Murat? Et puis, d'abord, il l'a déjà potassé le Reclus: Il a déjà lu 10 pages du livre en un mois en ne s'endormant que 20 fois; dans un an, il aura sans doute fini, et pourra  commencer à rédiger... C'est une histoire de deux ou trois ans quoi, c'est rien! (sur Manset, il prend des notes depuis 2009).  Bon, d'un autre côté,  se faire piquer un sujet? Ça ne sera pas la première fois,   et cette outrecuidance  n'est pas sans lui rappeler quelqu'un... Mais il reste quand même une question centrale... De toute évidence, Florence est un prénom portée par une personne possédant une "M.N. de mon malheur".  Collaborer avec une femme? Cette idée saugrenue ne lui avait pas traversée l'esprit.  Et encore il y a peu, les ennuis de son collègue du blog de Pierrot... non, l'autre, Pierre Menès...  l'avaient accablé... Bon, Fred avait déjà les cheveux longs, et des idées progressistes et humanistes, il avait fait avec...  mais des histoires de flotte, il s'en serait tenu éloigné, lui. Sans réfléchir, poussé par une envie soudaine de rompre sa solitude, il prononça imperceptiblement le mot "bud rosé"...  en arrachant les toiles d'araignée autour de son combiné de téléphone:

- Allo, Florence? C'est Paulo! Bon, c'est d'accord, je vous prends pour ma tige... Ah, bon sang!!... pour cette pige, je vous dis!! Mais faut pas compter sur les notes de frais!  Et je n'ai pas de canapé dans mon bureau, faut pas compter monter dans l'orgasm... dans l'organigramme! l'organigramme!  Et vous n'oubliez pas, on fait dans la culture, mais light, on pense ménagères et fans de Mylène Farmer!!  Et pas de gnangnans mièvreux!, et inutile de me parler de charge mentale, j'attends l'article pour hier ! On ne va pas parler d'eau en pleine sécheresse. En Auvergne, c'est en ce moment que ça mouille!  

(Alors pour le lecteur qui débarquerait dans cet article par hasard, euh... désolé... et je vous invite à retrouver les articles de Fred Plainelle en tapant ce nom dans la partie "recherche" du blog. Et comme toujours: Pensées à Matthieu G. qui a créé ses personnages de pure fiction).

 

Introduction sérieuse:

Jean-Louis nous a parlé plusieurs fois de M. RECLUS: 

En 2020, -  à propos de son "engagement" à parler de la nature, "en ce moment, je lis à haute dose du Elisée Reclus" disait-il aux inrocks   (là).  

A cette occasion, j'avais fait cette courte bio:  "géographe libertaire (qui explique que les études universitaires l'aient un peu mis de côté) qui a une renommée mondiale à la fin du 19e siècle (autant qu'HUGO et Pasteur nous dit wikipédia), précurseur de l'écologie.  livres: La Terre en 2 volumes, sa Géographie universelle en 19 volumes, L'Homme et la Terre en 6 volumes, ainsi que Histoire d’un ruisseau et Histoire d'une montagne..  

En 2018:  - "J’ai toujours pratiqué cela. Un fan très attentif m’a assuré que le mot rivière est celui que j’utilise le plus dans mes textes. Rivières et ruisseaux sont mon spectacle de la nature préféré. J’ai été élevé non loin d’un ruisseau, et d’une rivière, la Dordogne, qui m’a inspiré de nombreuses chansons : Ma femme, Joconde, Mon unique au monde, Dordogne. Un ami universitaire m’a envoyé une édition originale de Histoire d’un ruisseau d’Élisée Reclus, un auteur au sujet duquel nous conversons régulièrement. Toute mon imagination commence par la rivière. C’est un spectacle apaisant et sans cesse renouvelé. Et j’ai ce rêve récurrent d’une rivière dont je calcule les forces des courants entre les pierres. Mais je n’irai pas faire une psychanalyse pour cela" (ici)  

-  Dans Ouest France, il assurait que "histoire d'un ruisseau" était l'ouvrage qui l'avait le plus inspiré.  Il fallait donc s'y pencher!

Alors, voyons ce que FLOrence peut nous en dire !

 

"Histoire d'un ruisseau", source de BERGhEAUd.

par Florence D.

« Viens, partons en balade… »

Les chansons de Murat sont un espace rêvé pour qui aime les jeux de piste et accepte le risque de s’égarer…

On peut s’amuser au jeu des clins d’œil et des citations, trouver çà et là des échos de poètes et de romanciers. On peut aussi (re)lire les ouvrages qu’il cite régulièrement, en y cherchant les sources d’inspiration. Par exemple Elisée Reclus et son Histoire d’un ruisseau. Que trouve-t-on si on met en regard le géographe élevé entre Périgord et Béarn et le chanteur grandi sur les bords de la Dordogne ? Voici quelques amorces de pistes…

 

« La voilà, belle et nue… »

Il y a d’abord ce qu’on trouve toujours lorsqu’on parle des cours d’eau. Reclus ouvre son ouvrage par le rappel des mythes et croyances attachées aux sources, et d’abord la figure de la nymphe et de la naïade. Le savant rigoureux, « l’observateur studieux de la nature » est aussi un « discret amant des fontaines », et se plaît à décrire les courbes onduleuses et les abords frémissants des rivières et ruisseaux… Murat, lui, fait sonner langoureusement le nom de la Dordogne, « son unique au monde », et associe l’eau sous toutes ses formes (de la pluie au glacier !) au féminin. Tous deux redoutent les séductions de l’eau courante qui peut perdre ses amants, Murat noyé dans la morte fontaine ou Reclus entraîné par le fond par le murmure du courant et les caresses de ses ondulations… Dans l’eau des fontaines et des rivières, on cherche aussi son reflet. Assis sur un tronc tombé en travers du ruisseau, le jeune Reclus médite et se laisse fasciner par le mouvement du courant, symbole du temps qui nous conduit à la mort. L’homme de science, lui, rappelle que la source, image idéale de pureté, était un lieu sacré chez les anciens, et que Numa Pompilius, selon la légende romaine, ne manquait pas d’aller y chercher conseil auprès de la nymphe Egérie. Chez Murat, l’eau courante est vigueur et principe vital, qui coule et gronde en lui. Epanchée immobile dans le lac nocturne elle devient « l’eau noire des regrets »…

 

« Je rêve en secret au pied du rocher… »

Lieux communs ? Le motif ici n’a rien d’emprunté ; nourri des longues heures passées dès l’enfance sur les bords de la rivière, il retrouve sa capacité à dire et à faire sentir. Reclus raconte ses jeux de Robinson, la joie intacte de s’ébattre ou se laisser glisser nu dans le courant, ses longues observations des bêtes, des plantes, et des ondulations sur la nappe liquide. On marche, on se promène beaucoup dans les chansons de Murat, et il revient constamment « rêver en secret » au Vendeix. Le promeneur attentif et curieux, le rêveur du bord de l’eau goûte tout le plaisir de tremper ses mains dans l’eau à Fontsalade, par un mois de mai trop chaud, d’aller se rafraîchir au Servières ou de se baigner à la nuit tombée. Aux bains glacés de Reclus semblent répondre ses photos nu dans la neige (époque Mustango et sa variante confinée…).

Mais le ruisseau n’est pas que rondeur et babil ; les deux notent aussi la terreur du gouffre et son appel secret, des ravins de Reclus au saut de la pucelle au-dessus du Chambon ou dans la crevasse du glacier.

Passer de longues heures au bord du ruisseau finit par en donner une connaissance intime; et Murat peut avoir le regard et la précision du géographe. Le ruisseau qui chante auprès de l’enfant qui dort dans Chamablanc est infiniment « vieux » ; on suit dans Dordogne le cheminement secret de l'eau, "fureur muette", jaillissant "du creux de l'enfer", nourrie de la "neige sur le Sancy" et versant sa rosée au Vendeix (et si c'est le ruisseau la boucle est bouclée…). Les enfants du Mont-sans-souci vont « soigner à l’arsenic » leurs « souffles affaiblis », les thermes de Choussy illustrant là les développements de Reclus sur les origines des eaux thermales et leurs bienfaits. Parcourent aussi les chansons des noms d’arbres, de plantes et d’animaux, des insectes aux oiseaux, aux loutres et autres lapins de garenne. Il y a des esquisses naturalistes chez Murat, et chez les hommes de science qu’il aime il y a d’abord des observateurs curieux et des poètes. De Reclus on peut rapprocher Jean-Henri Fabre, cité dans l’album En plein air, entomologiste mais aussi félibre.

« Se refaire une âme par la contemplation de la terre et de ses grands paysages… »

Mais revenons au ruisseau. Reclus est aussi l’humaniste et le communard, qui voit dans le parcours du ruisseau une utopie réalisée. L’ouvrage finit sur l’image rêvée des peuples qui se mêlent aux peuples pour ne faire plus qu’un, comme les ruisseaux aux rivières. En attendant, le spectacle de la nature, les horizons de la montagne offrent aux opprimés une vision de l’harmonie et de la liberté et leur donnent la force de relever la tête. L’enfant, confronté à la violence normatrice de l’école, y retrouve la liberté et l’indépendance. Aller explorer le ravin, c’est s’écarter du bourgeois satisfait contemplant des champs bien ordonnés, c’est retrouver une nature libre, dont le désordre et la variété n’ont pas été domestiqués, et rencontrer les animaux eux aussi réfractaires et chassés (magnifique page qui pose si bien la question aujourd’hui cruciale de la diversité des milieux et des interdépendances). Et celui qui jouit vraiment de la promenade au bord de l’eau est celui qui a travaillé, pas l’oisif qui a besoin de tuer le temps et pour qui le spectacle restera monotone et la nature muette. Cette position (cette morale ?) est bien celle de Murat dans son travail de création : indépendant, à l’écart, à côté – et le surjouant volontiers dans ses prises de parole publiques. Parlant de Béranger ou de ses levers matinaux, il a dit bien souvent l’importance qu’il accorde au travail, comme les paysans qui l’entourent. Et autour de son vieux ruisseau, dans le paysage de Chamablanc, vit un monde qui ne serait peut-être pas si étranger à Reclus, même s’il peut aujourd’hui être survolé en avion ou parcouru en « auto » : celui où l’on cueille la rhubarbe pour le petit qui tousse, où il faut ramasser le foin, où le vacher dans l’étable prend soin du veau malade…

 

« Le vieux ruisseau part en chantant… »

Et enfin,  évidemment le ruisseau chante. Cliché encore ? C’est qu’il faut savoir le faire chanter. Reclus le sait. Il s’attache à rendre toutes les voix du ruisseau, de la plus cristalline à la plus grondeuse, et la cascatelle dont il parle si souvent chante toute seule. Murat, lui, épouse tour à tour le rythme de la cascade ou de l’eau paresseuse ; il chante l’eau et l’invite à chanter dans le mystérieux Lait des narcisses, gouttes d’eau tombant des roches ou neige sous les pas du marcheur…

 

« Je suis encore enfant quand je m’élance dans le ruisseau bien-aimé… »

On croit partir à l’affut des références et des emprunts, on se retrouve à arpenter tout un monde… D’un bout à l’autre de la Dordogne, la rencontre entre Murat et Reclus sonne comme une évidence. Ils ont la fraternité de ceux qui savent regarder patiemment et amoureusement, retrouver les joies de l’enfance dans le contact avec la nature, se laisser envahir par sa sensualité. Et de ceux qui savent donner à voir, à entendre et à penser.

 

 

"histoire d'un ruisseau" par Elisée Reclus, source d'un BerghEAUD-Murat

Paulo:  Je n'aime pas étaler ma culture, mais je citerai le grand Mac Mahon: "que d'eau, que d'eau"!  Bon, c'est pas mal, ça, Florence,  des phrases courtes qu'on comprend tout, et sans aucune archive poussiéreuse de "la montagne"... J'ai juste failli me fouler le cerveau sur le mot "félibre"... mais il y a un truc qui manque... Enfin! du sexe!!!  Certes, on ne peut pas réduire RECLUS à CUL (et on va même s'en éloigner un peu)  mais Murat et l'aqueux... il faut taper dedans là! Ibidem libid'eau...  Et Nadine et Joël Cornuault qui commente le livre dans l'édition poche nous disent:"Le livre de Reclus est une incitation à jouir sensuellement des cours d'eau et de leur univers, [...] par tous nos pores". Alors, allons-y, allons-y! et sans entraves!

 

Histoire d’eaux…

 

Paulo qui décidément a de la suite dans les idées regrettait que je n’aie pas développé davantage la dimension sexuelle de l’eau dans mon évocation des liens entre Murat et Reclus… Subitement, il se trouvait saisi du noble souci de la « précision » et même de la « pédagogie »… 

Allais-je, sous couvert de rigueur et volonté de transmettre, aller flatter ses pulsions libidineuses ?

 

Bon, comme je suis quand même un peu lâche, j’ai commencé par réécouter Murat…

 

Bien joué Paulo, on ne peut que se prendre au jeu, et plonger dans cet imaginaire que l’eau érotise constamment…

être frappé par la cohérence du réseau d’images,

la force d’évocation souvent retrouvée des plus traditionnelles,

le glissement permanent du paysage à l’univers intérieur,

de la nature aux corps,

l’alliance du très cru et de l’idéal, 

du lyrique et du trivial…

 

Alors allons-y pour ces « histoires d’eaux… »

(Modeste amorce de promenade thématique dans les chansons de Murat, que je vous invite à compléter...)

 

L’eau est d’abord bain, nage, immersion heureuse et sensuelle. « Vivre, vivre tout le long, comme un poisson, dans le secret des mers », décide le voyageur de « Long John », qui semble rêver un retour dans un univers amniotique. Y fait écho « Coltrane », où l’eau n’est plus mère mais amante : « Partir, partir au fil de l’eau, jouir, jouir en poisson dans ton eau ». 

La nage est aise, joie du corps, jouissance sensuelle dans cet espace à la fois vaste et enveloppant. L’eau peut se faire miroir du ciel, les deux se confondent dans « L’amour qui passe » : « C’est l’azur qui passe, irons-nous nous y baigner ? ». De la nage au vol, c’est la même exaltation de glisser dans cet espace infini. L’amant se fait ainsi poisson, volontiers joueur, ou nuage qui « se glisse dans mon corps », chante Morgane Imbeaud dans « Dis le le », ou lui-même fleuve, unissant ses eaux avec celles de la femme dans « Pluie d’automne » : 

 

« Comme Rhône à la Saône 

Tu te mêles à moi 

Les feuillages les ramages 

Dans ton onde vagabondent 

Et l'automne est là

Etreinte acharnée 

Ventre contre ventre »

 

Et l’amant comblé est imprégné de cette eau toute féminine : 

 

« Au-dedans de moi ta rivière

Au-dedans de moi ta liqueur

Au-dedans de moi ta fontaine

Au-dedans de moi tes merveilles

Par le chemin creux ta fontaine », chante Murat dans l’album Taormina.

 

L’amante est donc fontaine de délices, de « douceurs » dans « La surnage dans les tourbillons d’un steamer », eau enivrante, tout imprégnée des saveurs et odeurs de l’automne dans « Pluie d’automne » :

« Jus de pomme, grappe jaune 

Tes ivresses tes tendresses me manquent déjà »

 

A cette fontaine, nichée dans une “vallée” ou un “chemin creux”, l’amant vient boire, se désaltérer –images où se condensent la scène érotique et les aspirations qui s’y révèlent. Murat chante à la fois dans Tristan « Viens donzelle bavarde, viens m’offrir ta peau, Dieu m’a prié de boire, d’avaler le joyau » et dans Lilith « C’est l’approche d’un oued le contentement de ma lady » et même « c’est boire au fond d’une âme que le contentement de ma lady ». L’union des corps fait l’intimité la plus profonde, jusqu’au rêve d’unité marqué dans “Pluie d’automne” par l’image des fleuves mêlant leurs eaux, fusion et disparition de soi dans la violence de l’ « étreinte acharnée »... (Mais plonger si profond, se perdre ainsi ne va pas sans inquiétude. « Qu’est-ce qu’au fond du cœur » met en parallèle le cœur, l’eau, les yeux, le feu, et les cieux dans la version live, images de profondeur et d’intensité, et interroge : « Qu’est-ce qui te retient d’y plonger ? Qu’est-ce qui te retient d’y aller ? » - « Oui, je sais, sexe et effroi, l’horizon est infini »…)

 

Cette eau claire et profonde, odorante, qui dit l’aise, l’ivresse, la fusion des corps et des âmes peut toutefois devenir « flot amer au gosier d’amant », et tout se trouble. « Quand tu n’es pas là », l’amant, dans un « vain désir de vivre et de mourir », se retrouve pris en « eaux troubles et tièdes », où nage la langoureuse et inquiétante « Raie manta ». Si le désir n’enivre plus les amants de son « triple galop » il les jette dans un « marigot » (« Royal Cadet »)… Et c’est ce qui arrive dans « Mousse noire », où l’amant rejeté s’en « va pataugeant » « dans la boue ». Dans « La surnage… », il se traîne même dans une « noire Sibérie », « mort, sec de désir ». L’eau courante, enveloppante, s’est figée en glace, le désir s’y brise. La jeune fille de « Démariés » s’en va ainsi « dans sa pluie de flocons bleus », « sa bonne âme grelotte sous le grésil et le gel », bien loin du babil enfantin du ruisseau égrenant son « dernier glouglou » au début de la chanson. Et l’amant de « Perce-neige » ne veut plus que cesse la neige.

 

La femme elle-même peut se faire glace. « L’eau de ma rivière n’aura pas eu le temps d’atteindre ton cœur », regrette Murat qui s’adresse à une femme qualifiée de « neige éternelle, tendre tourment ». « Que fait cette tige d’or dans ton glacier ? » s’interroge-t-il douloureusement, face à l’amante « entourée de pluie », alors qu’il égrène son nom dans la pluie du matin, et peut par là-même, nouveau Ronsard, « l’arracher à la terre, au tombeau ». L’amour, le sexe ouvrent à l’abîme, « abîme liquide » de « La surnage… » ; le « corridor humide » est une « allée ténébreuse où le malheur m’attend »…

 

L’ivresse du corps n’est alors plus que rêvée, désirée, ou regrettée. « Je veux sucer la fleur secrète », « je voudrais une fontaine de douceur » martèle en vain l’amant de « La Surnage… » ; et de conclure, reprenant la poétesse du XVIème s. Louise Labé (dans le poème qui commence par l’appel ardent « Baise m’encor, rebaise-moi et baise »…) : « Pourquoi ne plus jouir l’un de l’autre à notre aise ? »

 

Toute l’ambivalence féminine se trouve dans la figure de Lilith la séductrice, sensuelle et glacée, caressante et dangereuse : 

 

« Hello Lilith 

Je croule sous la neige 

La neige de ton pommier

Hello Lilith 

Dans tes flocons je glougloute 

Hello Lilith 

Gorgée de lait pour mes poumons

Mes nuages 

Hello Lilith 

Sur ton cresson quelle contumace 

Ma Lilith 

Hello Lilith 

Gonfle le sein 

Un lac pareil 

Tout à moi »

 

Pire encore, l’absence d’eau, la sécheresse, congédiée avec mépris dans « La surnage… » : « adieu souillon échevelée, adieu putain sèche », ou adorée dans un souvenir sacré : « j’ai votre poussière d’eau sur mon autel », poussière odorante qui imprègne et subsiste : « J’aime le parfum que la femme me donne »

 

Mais Murat questionne aussi la jouissance masculine, ses impasses et ses échecs. Plus d’étendue liquide, mais une dispersion en milliers de gouttes, un « embrun de passage » dans « Les voyageurs perdus », suivi d’un éternel retour à l’enfermement en soi-même dans « Royal Cadet » : « Alors sur un saphir, je tombe en gouttes d’eau ; en mille éclats j’expire, j’éclabousse ma peau ». Le septième ciel est bien gardé, interdit aux touristes de passage. Avec l’ivresse dissipée s’évanouit toute illusion...

 

Murat chante donc les corps qui exultent, la fusion des âmes, et toutes les misères du sexe et de l’amour. Dans ce parcours chaotique, passée l’extase, il reste à se maintenir à la surface d’une eau périlleuse, poursuivre les désirs et les rêves sans se laisser engloutir. « Et je surnage dans les tourbillons d’un steamer… Et je surnage dans les tourbillons d’un dreamer »

 

un grand Merci Florence!

"histoire d'un ruisseau" chez Babel-acte sud, livre de poche, 8,70 euros. sortie initiale : 1869. De la source au fleuve. Les dernières lignes: "L'humanité, jusqu'ici divisée en courants distincts, ne sera plus qu'un même fleuve, et, réunis en un seul flot, nous descendrons ensemble vers la grande mer où toutes les vies vont se perdre et se renouveler".

 

Je souhaite vous permettre de lire un petit peu du livre... alors, voici quelques pages du livre (un peu au hasard... mais pas que... il est question du "bain" dans le lien en plus qui suivra.

"histoire d'un ruisseau" par Elisée Reclus, source d'un BerghEAUD-Murat
"histoire d'un ruisseau" par Elisée Reclus, source d'un BerghEAUD-Murat
"histoire d'un ruisseau" par Elisée Reclus, source d'un BerghEAUD-Murat
"histoire d'un ruisseau" par Elisée Reclus, source d'un BerghEAUD-Murat
"histoire d'un ruisseau" par Elisée Reclus, source d'un BerghEAUD-Murat

LE LIEN EN PLUS

Pour mémoire, JL MURAT nous avait également conseillé la lecture de "Comment chier dans les bois?"... guide américain écolo, dont l'essentiel du message est de comment éviter de souiller la nature et notamment l'eau avec nos matières fécales...

http://www.surjeanlouismurat.com/2020/03/jean-louis-murat-etait-avec-antoine-de-caunes-ce-vendredi-13-03-sur-france-inter-antoine-n-est-plus-que-l-ombre-de-la-figure-rock-qu

La thématique RECLUS n'est pas épuisée... puisqu'il faudrait notamment parler de l'anarchisme...  notamment via la reprise par JLM de Charles d'Avray, et autre "suicidez-vous".  A bon entendeur!  Paulo n'est pas si méchant...  (même appel pour traiter de VS NAIPOL et son "guerilleros"!

LA SOURCE EN PLUS

Du côté de la Bourboule et du Mont-DORE, la polémique a enflé depuis un moment. La cause; des travaux de la Mairie de la Bourboule pour "détruire" ou "aménager" selon les parties  la source chaude de Croizat... qui permettait de se baigner dans un bassin à 35° (malgré une interdiction de s'y glisser (comme au Servières)  fixée depuis 2016).

Puisque tenir un "lieu secret" est désormais impossible au temps des réseaux sociaux, des cahiers bleus, voilà ce qui arrive...   J'ai parlé du sentiment que donnait La Bourboule il y a peu dans un reportage photographique: le conflit qui oppose petite gens et bourgeois tenant de l'ordre, et élus archaïques, le renforce...

https://www.francebleu.fr/infos/societe/puy-de-dome-polemique-a-la-bourboule-autour-de-la-demolition-du-site-de-la-source-de-croizat-1619020665

PS: je ne sais plus si j'en ai reparlé récemment, mais pour rester dans le domaine de la nature, JL avait alerté sur le problème des rats-taupiers sur le plateau de Nulle Part Ailleurs... Il en a beaucoup été question dans l'actualité car c'est une année très mauvaise: ils ont pullulé.  La solution écologique est de laisser vivre leurs prédateurs, dont le renard. Je découvre ce matin que cela aurait aussi un effet pour lutter contre la maladie de lyme (et les tiques).

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 24 Avril 2021

A l'occasion de la sortie du disque en vinyle "Charles et Léo", le Charles susmentionné a choisi de fêter son 200e anniversaire. C'est sympa pour Jean-Louis qui n'a pas trop d'actu ce semestre. Ça lui a permis d'être à de multiples occasions citées et diffusées (figaro...) et le magasine LIRE a décidé de l'interviewer, Charles n'étant pas disponible.   (Bon, dommage que le vinyle ne soit pas sorti au moins deux mois avant pour surfer un peu plus sur l'événement...).

NB: les dernières rééditions vinyles (remasterisées)   seront disponibles en digital le 18/06:

Moscou
1829
A Bird on a Poire
Taormina
Charles et Léo
Tristan
Grand Lièvre
Le Cours ordinaire des choses...

Et rappelons que TRISTAN est également disponible 23/04/2021 avec le titre "la prière"):  https://jean-louismurat.ochre.store/discographie-complete)

 

Pour en revenir à l'interview, c'est un peu court.  Jean-Louis a le même discours que certaines fois: il a fait cette exercice de style pour se confronter à un autre, à un classique,  un monde "disparu". Quand il dit qu'il n'est pas inconditionnel de mettre la poésie en musique, il n'est pas relancé par le journaliste sur ses autres travaux... même si ce dernier le titille assez à propos sur "la provocation" et "l'antimodernisme"...

 

De l'actualité neuve: interview dans LIRE!
De l'actualité neuve: interview dans LIRE!
De l'actualité neuve: interview dans LIRE!

tags: #droite #gauche  #ferré  #beaudelaire #aragon  #verlaine  #beaudelaire #debussy  #victorhugo #vinteuil #proust

Merci Samuel!

 

LE LIEN EN PLUS

A propos de réédition vinyle, voici une chronique de A BIRD ON A POIRE:

Qui a peur de la grande méchante pop ? Manifestement pas Jean-Louis Murat, alors qu’en pleine période de suractivité du milieu des 00’s (qui va le mener tout droit au burn-out de Mockba) il sort un nouveau projet full pop, avec pochette foutrement estivale. Et pas n’importe quelle pop, celle des fans des sixties, à prendre des deux côtés de la Manche. Une histoire dans laquelle ne s’est jamais inscrit Murat, d’ailleurs ça s’entend dès les premières mesures de piano que cette musique n’est pas la sienne. C’est qu’il a laissé faire son comparse et bassiste Fred Jimenez pour tout ce qui touche à la composition, aux arrangements, jusqu’à l’interprétation. Avant de débarquer dans le pays de Murat, Jimenez, au sein de AS Dragon, accompagnait Bertrand Burgalat et avait aussi naturellement joué avec April March, l’égérie du son label Tricatel. Deux salles, deux ambiances.

Murat entre donc là-dedans comme un touriste pour y rejoindre une troisième copine tout juste débarquée de l’aéroport, Jennifer Charles, moitié du duo new-yorkais Elysian Fields, pour re-jouer l’éternel scénario du séducteur frenchy et de l’américaine avec un accent so sexy à qui on fait dire quelques conchoncetés du genre « Monsieur, vous bandez trop ». Cliché rebattu de la pop à la française depuis Gainsbourg, dont Murat est à peu près l’antithèse parfaite, l’un étant un aristocrate dandy douteux et l’autre incarnant la dignité laborieuse de l’homme du peuple (mieux, de la montagne). Y a évidemment de ça dès le fabuleux « Mirabelle Mirabeau » où le duo semble faire connaissance sur fond de mélodie très Melody ou Marilou, selon les goûts. Y a du Rhodes, y a des violons, y a du cuivre, y a de la pop sixties quoi, de la pop orchestrale rutillante tout aussi éloignée de l’univers de l’Auvergnat que de celui de la New-Yorkaise, qui semble néanmoins se délecter à chanter dans un Français dont l’approximation la rend d’autant plus charmante. Est-ce un hasard si dans « Elle était venue de Californie », elle prononce le diminutif de son prénom à le faire sonner comme « Jane » plus que « Jen », alors que Jean-Louis se met lui même en scène sur un tapis de cordes et de choeurs à faire pâlir d’envie les plus frisottés de nos chanteurs pop de l’époque ?   .... LA MOITIE SUIVANTE  A LIRE:
https://www.gutsofdarkness.com/god/objet.php?objet=21623

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love, #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 20 Avril 2021

bonjour,

... Et bien, le temps passe vite, à moins qu'il passe doucement, surtout en ce moment, je ne sais plus. Le fait est que voilà déjà un an que Murat figurait enfin dans "HEXAGONE", la revue "chanson" qui prend la route de son ainé "CHORUS". Je n'avais pas diffusé de suite et je vous incite (en  publiant des photos à l'arrache) toujours à vous le procurer, puisque c'est une revue de collection, trimestrielle,  sur beau papier et de près de 200 pages.  Les numéros sont commandables ici: https://hexagone.me/boutique/page/2/ .

L'interview de Murat prend sa place dans un dossier "Rock et chanson" (avec une interview intéressante d'Olivier Nuc, Jean Felzine et Mustang, eiffel et le camarade JL Bergère et Mme LA FELINE (qui complète mon excellente interview ).

Jean-Louis parle de son écriture, au plus proche de ses émotions et pourtant qui doit laisser la place à l'interprétation de l'auditeur, et que l'émotion naît aussi de ce que l'on ne comprend pas, d'où son rejet de la chanson réaliste et du langage direct (comme de la chanson "qui console et raconte des histoires" (Souchon), c'est-à-dire "tout un pan de la chanson française dont la seule ambition est de raconter une histoire et de consoler le peuple français" (avec une référence à  Pétain/résistance/collaboration). Il est aussi question  du rap, de l'usage de l'anglais, du rock actuel et de Trump...

"Nous avons profité de la sortie de Baby Love, son remarquable "vingtième album officiel" pour rencontrer Jean-Louis Murat.  L'auvergnat aborde les conditions de réalisation de ce nouveau disque et pose un regard acéré sur la musique actuelle, la chanson, le rock et  la place de la langue. Le tout façon Murat- une pensée libre et sans aucun filtre"

Jean-Louis Murat, dans HEXAGONE, avril-juin 2020

"La gloire et la misère de la chanson populaire; ce sont les gens qui font les chansons. L'auteur du temps des cerises  n'avait aucune idée de ce que les gens en ont fait!"

"i can't get no satisfaction est un moment poétique majeur de la fin du 20e siècle"

"il faut faire attention à ne pas trop jouer avec la langue, autrement la langue te condamne".

Baby love : "la démission d'une conscience, ne plus avoir avoir idée de ce qu'on est. Ce que j'aborde un peu dans Babylove, qui passe par un divorce avec la langue".

"le tube sans rien lâcher. C'est ce qu'il y a de plus dur. J'ai passé mon temps à essayer et je n'y suis jamais arrivé je crois".

tags:  #sonpublic  #traduireauplusjustelemotionquimetraverse  #tissuvaporeux #chansonporeuse  #rêverie  #robertjohnson #rimbaud  #définitiondurock  #satisfaction #sheila  #stoneetcharden   #mahler #thedoors  #rime  #rap  #orelsan  (je suis très anvieux de son style et de son talent..."    #langlais   #anti-souchon  #baudelaire #antoinetted  #lefrançais  #neymar  #georgessteiner   #tube  #trump  #bananes

Jean-Louis Murat, dans HEXAGONE, avril-juin 2020
Jean-Louis Murat, dans HEXAGONE, avril-juin 2020
Jean-Louis Murat, dans HEXAGONE, avril-juin 2020
Jean-Louis Murat, dans HEXAGONE, avril-juin 2020
Jean-Louis Murat, dans HEXAGONE, avril-juin 2020
Jean-Louis Murat, dans HEXAGONE, avril-juin 2020

Interview par David Desreumeaux/illustration Piérick

A l'époque, je l'avais trouvé un peu plan plan... Il faut dire que le rédacteur en chef est l'auteur de la majorité des pages...

PS: EN 2021, avril, Jean-Louis Murat est en interview dans LIRE à propos de BAUDELAIRE. Murat a beaucoup été cité, les morceaux Ferré/Baudelaire mis en playlist... mais seul LIRE a été voir Jean-Louis Murat à l'occasion de l'anniversaire en cours. 
 

 

LA MUSIQUE EN PLUS

ALEXANDRE DELANO dévoile un premier titre de son album à paraître en juin:

 

en Février, il y avait eu déjà celui-ci:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 28 Mars 2021

Je vous mettais hier une citation de Bayon dans un article de 89 trouvé chez Didier... et je me suis rendu compte que je n'avais pas cet article tout-à-fait étonnant!  Si je ne l'avais pas, c'est que Didier ne l'avait pas trouvé dans les archives fournis par Five-r...  Il fallait donc se tourner vers AMPARO qui avait fourni également un stock d'articles à Didier.  Merci à elle pour cet envoi.  Et le hasard fait bien les choses, voilà 32 ans jour pour jour que cet article a paru.

IL  est absolument étonnant puisque l'ami Bayon descend l'album (ouch:  "pâtre poète simplet", ça pouvait figurer dans l'article pour Masochistes de Matthieu Guillaumond), mais en écrivant un "article amoureux" allant jusqu'à lui adresser un poème en patois!  Cela fait à peine un an après qu'ils se sont rencontrés à Clermont, ce qui donna l'article "couleur Murat" en février 88. En avril de la même année,  un journaliste de la RTBF interroge le chanteur en s'appuyant sur le contenu de l'article... Embarrassé, il indique "Bayon aurait dû le garder pour lui".  Dans cet article de 89, encore une fois, ce dernier confie des choses sur sa famille... mais sans en dire trop, en s'adressant peut-être plus à Jean-Louis qu'au lecteur.  Il continuera de le faire ainsi (jusqu'en 2011, où il parle de "la crise de foie").

vue d'ensemble:

ARCHIVES! il y a 32 ans, Bayon dans Libération (Cheyenne autumn)

 

ARCHIVES! il y a 32 ans, Bayon dans Libération (Cheyenne autumn)
ARCHIVES! il y a 32 ans, Bayon dans Libération (Cheyenne autumn)
ARCHIVES! il y a 32 ans, Bayon dans Libération (Cheyenne autumn)
ARCHIVES! il y a 32 ans, Bayon dans Libération (Cheyenne autumn)

LE LIEN EN PLUS BIEN DE CHEZ NOUS-MOI

Pour les 30 ans de Cheyenne Autumn, j'avais déjà publié des articles de 1989: c'est à retrouver là:

http://www.surjeanlouismurat.com/2019/03/archives-la-premiere-chronique-de-christophe-conte-sur-cheyenne-autumn.html

PS: je me suis rendu compte qu'il fallait que j'ajoute des tags  un peu quand je publie des photos pour faciliter les recherches sur le blog... 

#manset  photo de marie audigier  #famille  #bourboule #soeur  #cheyennautumn #laqueuille #lequaire

Sur ce, bonne semaine aux confinés et aux bientôt confinés!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 27 Mars 2021

 

Bayon en 1989 dans libé  aimait déjà montrer que personne ne connaissait Jean-Louis comme lui:   « Février. Cher MURAT, Qu’es-tu devenu mon frère ? T’es-tu éteint, sur cette table de morgue où tu te réveillais jadis suicidé, près de la fille bleue ? N’y es-tu pas resté, près d’une sœur évanouie, prise aux glaces du cantal où tu épuisais ton enfance avec les miasmes maternels de Laqueuille (mille fois maudit soit ce nom !) ? Là-bas, quelque part entre le Vendeix de ton oncle, le Prégnoux* familial, et Fenestre ? La Roche des fées où tu jouais et le Pessy* maternel ? Là dans ce ravin de l’Eau Salée, ton jardin du Bon Dieu ? … »...  Voilà de quoi  épaissir les mystères de cette mythologie muratienne, cette odyssée  statique... finalement très pudique (au contraire de ce que dévoile en pointillé Bayon**). 

  *des lieux-dits de La Bourboule, j'ai dormi en face de la Roche des fées... 

**"Bayon aurait dû le garder pour lui" disait Murat déjà en 88 à la RTBF...

 

Essai (impressionniste et sans doute un peu injuste pour cette bonne ville...)

En tout cas, la Bourboule a beau affiché la joie de vivre:

en s'y promenant, en saison des toboggans rentrés,  et au milieu des immeubles à l'abandon,  certains en ruine, on peut facilement succomber à un sentiment muratien, de nostalgie, de temps révolu... même si c'est du Cabrel qui me vient aussi à l'esprit.

 

 

Même la communauté immigrée a fermé boutique.

"

"je parle des années 70  (celles qui me concernent à mon adolescence): La Bourboule, c'était un peu le trou du cul du monde, très jolie ville thermale, certes, mais qui n'offrait que peu de perspectives d'avenir à ceux qui n'ont pas les moyens ou les capacités d'en partir. Animée l'été (touristes, curistes) et morne l'hiver (hors vacances scolaires avec les skieurs). Le fossé social était très important : d'un côté "la bourgeoisie" locale, médecins, avocats, dentistes.. avec les fils et filles de...., de l'autre côté les autochtones du coin, les nombreux immigrés portugais dont la seule perspective était de devenir maçon ou carreleur comme les parents, et les commerçants du terroir ou saisonniers" me disait un camarade du cru.   Finalement,  la ville a-t-elle fini par ressembler à cette jeunesse  des années 70/80 marquée par la dépression, la drogue? 
 

Dans les quartiers excentrés,  les maisons durement gagnées que l'on baptise, comme les belles villas du centre, entretiennent l'impression de se tenir dans une faille temporelle. 

En reprenant de la hauteur, en se rapprochant de la nature, on devrait laisser tout ça derrière soit.  Mais arrivé à l'EAU SALEE (à gauche après l'immeuble le "home Vendeix"),  le chemin ancestrale semble prêt à disparaître tout-à fait.  Les murs de pierre se devinent à peine.

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Entre Rocher de l'Aigle
Et Eau salée
Tiens...

Bon, c'est juste une impression laissée par les dégâts de la neige (sur les arbres fragilisés par deux années de sécheresse, ils l'ont dit au JT de France 3 auvergne la veille, et même que les hêtres pourraient disparaître  à l'horizon 2100 dans le Sancy...).... En fait, il semble qu'un chemin VTT passe par là et rejoint Vendeix le bas...

Allez, laissons ces idées derrière soi... L'air juilletiste du voleur de rhubarbe chasse les idées brumeuses. L'eau finit de les écouler  :  Fontaines à Vendeix le Haut et V. le Bas
 

 

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Le Mont-Dore semble beaucoup plus dynamique... y a du mouvement: d'ailleurs, dans le Mont-Dore la fille court. court dans la rue Ramond

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

La station pourrait encore être ouverte...

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Viens ma vie viens clémence
J'attends Roc de Cussau  (cuzeau):   (profil nettement plus bonhomme à partir du col de la croix saint-robert)

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Paysage alpin...

Qu'est-ce qu'elle a ma tronche
Oui j'habite aux Longes
Je suis étranger

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Après la pause "achat de Saint-Nectaire",  vu que je suis sur la route de Servières... je passe lui dire bonjour.

 

J'écoute de la musique et le paysage l'enregistre sur audacity:

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

diaporama:

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Et de manière totalement indépendante de  ma volonté.... Je l'ai croisé dans la montée, et au retour, il était encore là, demandant que je le photographie:  Voici un GRAND LIEVRE d'Orcival!

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

"j'ai chanté trop abondamment le Sioulot le Vendeix les vergnes"... et je me rends compte  qu'il y a un lieu-dit les Vergnes à Orcival... comme à La Bourboule. Quel était celui chanté par Murat?...

 

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Le long du Guery:

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Au dessus (vers le puy de la tâche): j'abandonne au 2/3 de la montée du fait de  la neige et du temps me manquant (et de la paresse? et que j'ai oublié mon appareil photo en bas sur mon siège?)...  Monter droit, ça va, mais la longue traversée à flanc dans la pente raide est pénible. Je suis suffisamment monté pour voir le Guery. Diaporama:

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

diaporama (à la descente), avec Chaudefour:    Vous pouvez revoir ma rando de 2013 pleins de sensations avec la nature qui a explosé (narcissses, jonguilles, genêts): ici

Quel coin de France aimez-vous à la folie ?
Pour rester en Auvergne, j’aime beaucoup la vallée de Chaudefour. Ou sinon je pense à la vallée de la Loire avec les châteaux. Il y en aurait plein d’autres, mais ce sont ceux là qui me viennent à l’esprit.    (Murat 2013)
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

"Oui, vous pouvez jeter les clefs".

Mais celles-ci perdues approximativement en 1998 attendent toujours leur propriétaire en bas du col.

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Dent du Marais (saut de la pucelle):

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Et encore le hasard en rejoignant l'a75: Je ne savais pas que j'allais dans la direction de "LE CREST"....  qui fait face à Veyre-Monton et sa vierge à la con (coltrane)

Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...  Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...
Clichés 49-c: Virée auvergnate, Petite matinée à tuer...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 25 Mars 2021

Réveil assez tôt, et je commence ma rando vers 8h30. Circuit de la Fontaine Salée à partir de Picherande.  Quel pied: le soleil, le calme, les oiseaux chantant, et la neige bien dure après le gel de la nuit... Je me rends vite compte néanmoins que ça ne sera pas très simple:  glace, champs gorgés d'eau, chemins avec des congères...  Bon, des personnes sont déjà passées les jours précédents, ça facilite.  Grosso modo: ça ira... sauf sous le puy gros, où je perds les traces et la neige commence à mollir, "mollir d'amour, et vling v'la la déroute"...  En arrivant au col de Genestre, je me dis que le plus gros est passé...  Sauf que  je retrouve la neige dans les bois... 16 km, avec 90% de neige.... 5h30 de périple... Et il me reste un peu de temps: je monte à Chastreix-Sancy, avec sa vue magnifique sur le sud, je passe à la Stèle au dessus de la Bourboule, je longe Chamablanc,  détour par le Capucin, passage aux grands moulins,  montée direction Guery, mince: la route du Servière est fermée... par acquis de conscience, je file du coup au petit hameau en dessous.... puis Murat le Quaire, merde: la banne d'ordanche est fermée au dessus de Super Murat, détour par Lusclade (il faut le vouloir! Que c'est raide!)... et enfin, la Bourboule (petit tour au Ciné vox, au parc fenestre)....  J’intègre ma chambre à 19h05... ouf...

 

Petits filaments charmants sur le Sancy... et quand j'arrive dans la vallée, grand soleil.... mais les nuages arrivent... Dommage, le Sancy n'est plus très loin, mais dans le brouillard, je l'ai déjà fait!

ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)

Là-haut, le temps devient maussade... mais de belles vues tout de même vers le Cézallier.

ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)

La Roche vendeix:

ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)

Le ruisson des grands moulins, où je n'ai pas vu de pêcheurs (babel):

ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)

J'ai croisé Mornac... le chanteur des Rancheros:

ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)

l'Ouïr est blanc, il a neigé, les skieurs sont...  (pas là... mais peu me chaut)

ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)
ClichésN°49 b:  Virée auvergnate, jour 2 (fontaine salée et itinéraire muratien)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0