Publié le 30 Août 2023

Après avoir imaginé ce petit montage pour accompagner Coco Macé lors du premier Week-end Murat, yes sir! (cf ci dessous), j'ai décidé de vous en proposer une version sur la chanson originale. Elle est plus longue et j'ai donc ajouté quelques photos supplémentaires.

Comme toujours quand je fais un petit travail sur une chanson, elle devient tout-à-fait particulière à mon coeur, mais celle-ci, particulièrement.

Voici la version du talentueux COCO MACE... qui a su y intégrer un joli crescendo musical, alors que la version Murat est plus monocorde. Bon, je suis tout aussi fan... Je ne peux pas m'empêcher de la réécouter à chaque fois.

 

J'en profite pour vous renvoyer sur quelques vidéos de ma chaine qui ont été moins vues...

Ainsi, la version d'Elvinh avec Lucie de Belfour (et Karton) de BANG BANG, c'est vraiment une version que je garde en tête après chaque écoute: le timbre d'Elvinh, les coeurs de Lucie, le piano de Michel... vraiment tout le charme des longs morceaux épiques de JL.

Je ne republie pas toutes les chansons de cette soirée, vous savez où les trouver, pas non plus le succès des 3 derniers mois ("chacun sa façon", 2000 vues)

 

Tiens, par contre du ALINE,   c'est d'actualité: Donald Pierre a annoncé cette semaine qu'ils pourraient reprendre du service.

Sur la chaine, deux titres live d'ALine:  la vie électrique et je bois et puis je danse

 

tiens, j'ai envie de réécouter aussi ce moment doux avec ce cher Alain Klingler et Lionel Damei (et Christophe):

Dans les petits trésors - ça me rappelle d'un coup les beaux cadeaux que je recevais de la haute maison-, cette version de COLTRANE alternative, vraiment magnifique, et plus organique que la version studio.

Dans les cadeaux, il y avait eu la reprise d'ALCALINE, représentative du talent de Jean-Louis pour cette exercice. Une autre version a été diffusée chez Lenoir ensuite (vous avez été peu nombreux à l'entendre mais le son n'est pas terrible).

Ah, tiens, DOMINIQUE SONIC... souvenir des Belles journées... un autre disparu... à 55 ans en 2020, un très bon moment:

 

 

- Ah, je n'a pas réécouté ça depuis plus de 10 ans... Des amateurs qui proposent ROYAL CADET a capela:

- Pas revu depuis longtemps aussi ce petit montage pour l'anniversaire de "le garçon qui maudit les filles" (j'avais dans l'idée de le faire pour chaque anniversaire... mais je n'aurais fait que les 30 ans de Suicidez-vous  et ceci)

Allez, on termine par une vidéo du 7/7/7 à Cluses... Je dois essayer de  télécharger l'ensemble du concert en meilleur qualité depuis  12 ans, mais j'y pense et puis j'oublie...  Murat devant 1000, 1500 personnes, c'était chouette...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2023 après

Repost0

Publié le 28 Août 2023

Thomas Guienne, étudiant chercheur à l'université de Clermont, stagiaire à RCF  Puy-De-Dôme, m'a contacté en juin pour participer à une émission sur Jean-Louis Murat dans le cadre d'émissions qu'il préparait pour l'été. Voici ce qu'il m'en disait:  "Elles consistent en la présentation du paysage musical auvergnat avec un objectif aussi historique, il s'agit donc de parler de personnalités ayant impacté la région (Jean-Louis Murat, Alain Chanone, les Wazoos), ou bien d'événements marquants (le concert de Johnny à Pradelles en 1991, l'unique concert de Metallica à Clermont-Ferrand en 1987), mais aussi de présenter des festivals (Europavox, Aurillac en scène, Jazz en tête par exemple).  J'ai répondu à ses questions une fois le Week-end Murat, yes sir! passé.   J'ai raté la diffusion en direct... mais j'ai enfin trouvé le podcast.

Après deux titres, Thomas fait une petite bio, avec quelques petites erreurs  et approximations ("A 7ans, il se consacre déjà à la musique", "Paris où il étudie le journalisme"....).   Après "Foule romaine",  c'est mon intervention où je réponds à des questions  sur l'Auvergne,  ses engagements, ses "clashs médiatiques" (j'ai pu préparer un peu les réponses). Thomas a fait un peu de montage et je pense qu'il a réduit un peu. Il  me propose pour finir l'exercice de mes chansons préférées... ce que je déteste...  Après "le Mont Sans Souci", Thomas fait un petit topo sur l'engagement de Jean-Louis avec l'association Clermauvergne et ses concerts Koloko... et ça se termine sur "si je devais manquer de toi".

 

 

Merci à RCF qui a soutenu le CD aura aime Murat également... Voici aussi un extrait du journal du 26 mai avec une petite intervention:

Le temps passe et c'est toujours difficile. Je me dis  qu'on n'aura plus de nouvelles.... que des archives, de la poussière. C'est un peu pour ça que j'ai un peu du mal à traiter des articles parus depuis... Notamment, quand on lit ci-dessous...

 

2) Après le texte plus biographique qui figure sur le site officiel jlmurat.com, F. Vergeade a proposé en effet un autre article plus intime et sensible dans le traditionnel numéro d'été "spécial sexe" des inrocks,.

Emission sur RCF AUVERGNE et les Inrocks (numéro de l'été)
Emission sur RCF AUVERGNE et les Inrocks (numéro de l'été)
Emission sur RCF AUVERGNE et les Inrocks (numéro de l'été)
Emission sur RCF AUVERGNE et les Inrocks (numéro de l'été)

 

LE LIEN EN PLUS

Je ne fais pas ma pute à clics avec un titre d'article "un nouveau disque en 2023" qui reprendrait la mention de cette information figurant sur le site PURECHARTS (en toute fin)., Ca serait comme si j'annonçais la signature de M'Bappé au club "Dômes Sancy Foot" parce que j'ai entendu Roger et Gérard en parler au bar de l'hôtel Roche.  Le site a repris des informations datant d'avant mai... tels que les événements auraient dû se passer... 

Contrairement à ce que je disais à RCF le 26 mai, le nouvel album n'était pas terminé, il y avait encore une session prévue (je l'ai appris ensuite). Est-ce que cette première session suffira pour faire un album ? On ne le sait pas, même si j'ose l'espérer puisque l'enregistrement se faisait dans des conditions proches du live, tous les instruments ensemble...  Il pourrait y avoir avant des premières archives peut-être. 2024?   

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2023 après

Repost0

Publié le 27 Août 2023

J'avais préparé deux petits articles à publier pendant mes vacances... et j'ai même pas trouvé l'énergie et l'envie de le faire.... Bon, en voilà un...

Voici un hommage dans la revue AUVERNHA, le mag 100% Auvergnat (autour de quatre thématiques qui fait la part belle aux femmes et aux hommes qui font battre le cœur de l’Auvergne : outdoor, terre et saveurs, art de vivre et art et Culture).  https://lesauvergnats.com/

C'est court, mais très joli... et c'est signé par M. Gilles Dupuy, amateur connu de Jean-Louis. 

Hommage dans Auverhna
Hommage dans Auverhna

LE PETIT MOT EN PLUS D'UN AMI

Dans le rock and folk du mois, une interview de Franck ANNESE (So foot, So Ciety etc...):

Hommage dans Auverhna

On retrouvera ici l'interview dans So foot de 2005.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2023 après

Repost0

Publié le 8 Août 2023

Sur la route des vacances,  je suis tombé sur Alex qui chantait Murat... Si je devais manquer de toi... Et c'est très joli. Pas une commande de reprise, juste une envie de sa part de faire vivre JLM... C'était justement le thème de l'émission, qui est ensuite très intéressante, même si JLM n'est pas directement le sujet...

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/sous-le-soleil-de-platon/sous-le-soleil-de-platon-du-mardi-08-aout-2023-6991801

Ça m'a redonné envie de pleurer devant "les chansons d'amour", l'oeuvre d'Honoré associée à Alex...  Pourquoi viens-tu si tard?

 

Le souvenir en plus

http://www.surjeanlouismurat.com/2016/07/alex-beaupain-au-vercors-music-festival.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2023 après

Repost0

Publié le 7 Août 2023

(Suite de la première partie : http://www.surjeanlouismurat.com/montagne-photos-tourduthabor-valmeinier-savoie-randonnee

 

 

Je suis en train de remonter la vallée vers le refuge du Mont-Thabor, j'aperçois subrepticement le vol d'un aigle royal tout proche, et je le retrouverai un peu plus tard voler vers le fond de la vallée. 

 

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

Le Cheval blanc:

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

des tags:

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

Je m'allège au Refuge, et je repars pour deux heures (AR) pour le col des Bataillières (2787m), ce qui me permet encore de découvrir 3 ou 4 lacs (lac marguerite, lac long).

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

L'appli IGN m'indiquera avoir fait 1272 m positifs et 15 km. Pour une journée calme, ça me va.

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

3e jour,  départ à 7 heures, en espérant éviter la pluie que l'on m'annonçait... et je redoute les 1586 mètres de descente à faire...

J'apprécie le calme même si les bivouacs sont nombreux. La traversée du vallon après le col de la vallée étroite est magnifique, avec des superbes vaches, très cornues et leurs veaux déjà bien en chair.

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

le Vallon et le Thabor :

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

La partie la plus raide (au dessus du lac du Peyron) mais c'est rapide et facile:

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

Encore un peu d'alpage vert... avant d'arriver vers un paysage plus lunaire, pelé.

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

Petite troupe de bouquetins en montant...

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

Ca commence à cailler légèrement... Je croise un Monsieur qui redescend tout emmitouflé et qui me conseille de m'habiller (alors que je suis encore en tee-shirt). Son regard interloqué sur moi me fait plaisir, ca sera mon hommage du jour à Matthieu qui s'amusait de ces mêmes regards sur lui dans les rues froides de Clermont. 

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

Le sommet est atteint avec un vent désagréable... J'ai mis un pull arrivé à la Chapelle qui est en passe de s'effondrer, un panneau de bois cache l'entrée, les fondations sont ficelées par des sangles.  Quelques gouttes ne tardent pas à arriver. Je n'arrive pas au meilleur moment de la journée. Panorama:

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

Les cimes en multi-plants:

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

J'avais un peu d'appréhension de la première partie de la descente, mais pas de nevé depuis longtemps et le chemin est bon. Je me pose un peu au col de la Chapelle pour profiter un peu de la haute montagne.

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

Après le col, après un pierrier avec des gros blocs stables,  je m'attendais à rejoindre un chemin agréable... Non, les pierriers se succèdent, et notamment une partie pentue,  instable. Je fais rouler quelques pierres sur deux, trois mètres. Content d'être seul dans cette partie pour ne me soucier que de mes propres pas, d'autant que j'ai dû enfiler mon poncho,  y a du crachin :

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

Je suis un peu dégoûté de voir le soleil réapparaître dans la vallée. Partir tôt n'était pas le bon choix pour le sommet... mais je descends doucement, et le chemin est long: 12 km!  Je mets 6 heures, en multipliant les petites pauses.

Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-
Clichés n°60 bis : Tour du Thabor (3 jours)  - suite-

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 6 Août 2023

bonjour,

j'ai un peu du scrupule à vous proposer des photos de vacances alors qu'il y aurait de quoi causer de Murat, mais c'est un moyen de me repencher sur le blog, de m'y remettre... et puis Marie Mai me demandait de mes nouvelles. Alors, c'est un moyen de lui répondre. Peut-être aussi de répondre à la "frénésie" des fans sur les réseaux. J'ai plutôt envie de me mettre à l'écart en ce moment.

 

 

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Voici donc les photos d'un petit circuit réalisé en 3 jours, à partir de Valmeinier, pour faire un petit tour du Mont-Thabor, 3178 mètres, et d'en faire l'ascension. C'était un vieux projet, mais la durée m'a toujours effrayé pour une rando sur la journée.

Départ de Valmeinier vers 10h30 pour rejoindre le refuge des Marches (par le col du même nom, 2725 m.) dans la vallée d'après (par rapport à celle de la Maurienne qui m'a amené ici).  On est à l'écart des pistes, les nombreux chalets d'alpage indiquent une activité pastorale intense, certains sont joliment rénovés ou en train de le faire.

Premier lac (Roche noire):

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Le sentier serpente dans un alpage déjà bien marqué par la pierre. Les sommets environnant se découvrent : La Meije, ceux de l'Alpe d'Huez (les grandes rousses), et de Val Thorens, le fond de la Maurienne.

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Virage:

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Lac sans nom devant la retenue de Bissorte tout au fond.

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Tout au long du périple,  le vol de ce petit oiseau (niverolle?)  précède mon pas très régulièrement.

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Encore un effort, le refuge est là:

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Sur la terrasse, les poules nous aguichent.

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Pas autant que lors de la rando des lacs à Valloire (http://www.surjeanlouismurat.com/lacdevalloire-grandlac-cerces-panorama-galibier-meije-ecrins) mais la trace des activités militaires est présente (qq obus ici et là).

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Fin du jour sur la vue sur le fond de la vallée:

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Jour 2 : J'avais prévu une journée calme... mais je change d'idée. Col des sarrasins (2844) pour changer à nouveau de vallée (celle de Val Fréjus), et remonter au refuge du Mont-Thabor. Je ne regrette pas mon choix. C'est sauvage et je ne rencontre pas grand monde, et les vues sur les sommets sont magnifiques (la barre des Ecrins, les grandes Rousses, le glacier des deux alpes, les aiguilles d'arves...).

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)
Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

L'objectif : Le Mont-Thabor, et sa chapelle.

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Je pars en hors-sentier pour voir une guirlande de lacs (sans noms).

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Je redescends un peu trop bas à mon goût, et je découvre que le sentier pour remonter est devenu une piste. Ma carte est un peu ancienne.

Clichés n° 60 :   tour du Thabor (3 jours)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 25 Juillet 2023

bonjour,

Laetitia Masson sort son nouveau film demain au cinéma, "un hiver en été", avec un gros casting dont Elodie Bouchez... Et sur France inter, à l'instant, à deux mois tout juste du décès de Jean-Louis Murat, elle a voulu  parler de ce dernier... avec beaucoup d'émotions. Emission "un monde nouveau"

 

https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/un-monde-nouveau/un-monde-nouveau-du-mardi-25-juillet-2023-4100718

Laetitia Masson

Adolescente elle veut faire les beaux-arts, puis s’intéresse à la politique : c’est finalement le cinéma qui lui permettra d’exposer sa vision du monde. Dépeindre l’amour, mais aussi la trahison amoureuse et la fracture du couple, Laetitia Masson se décrit comme “très vite déçue par le monde” mais pas du tout fataliste : elle y trouve son énergie pour en découdre. Dans son prochain film, Un Eté en hiver, elle imagine un monde contraint par une chute de température record qui précipite les corps et les âmes à se livrer avant de, peut-être, disparaître.

 

L'interview débute à 20'30.  Je l'ai pris au milieu et j'ai cru qu'elle en avait déjà parlé quand il y a une petite mention que je n'ai pas comprise, un petit peu avant 36 minutes (elle indique que c'est Jean-Louis Murat qu'elle cite musicalement le plus souvent), mais la séquence principale débute à 41'20 

On entend Jean-Louis parler rapidement, et Laetitia est prise par l'émotion... avant de se ressaisir. Comme elle l'avait déjà dit par le passé, elle parle d'âme soeur... même si elle indique avoir surtout avoir eu des relations de travail avec lui. C'est bien émouvant.  "on s'entendait sans parole", "il reste ses chansons"... "il chante l'amour, la transcendance... " et pour résumer, elle indique que c'était sa façon de changer le monde. C'est rapide...  mais Laetitia Masson est vraiment agréable à écouter tout au long de l'émission... notamment quand elle parle de l'amour...

Voici l'interview dont les propos de Murat sont issus:

Décidément, Télé Toulouse l'inspirait déjà en 2000:

LES LIENS MASSON EN PLUS

Laetitia Masson est un personnage récurrent du blog... Exemples:

http://www.surjeanlouismurat.com/article-collaboration-masson-murat-the-end-et-les-et-cetera-115229874.html

http://www.surjeanlouismurat.com/christophepie-murat-lefoot-massonlaetitia

... et elle a accepté de répondre à une interview ici-même... et  ça se travaille....

En attendant, quelques images en musique de leurs collaborations:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2023 après

Repost0

Publié le 21 Juillet 2023

1) On commence par 3 heures de MURAT par RADIO NOVA...  mixtape!  J'ai survolé: c'est bien fait, avec des extraits d'interviews, des choix originaux avec des titres rares. 

https://www.nova.fr/news/jean-louis-murat-le-poete-auvergnat-en-une-mixtape-239379-19-07-2023/

"Après la disparition soudaine de Jean-Louis Murat, il y a quelques semaines, Les Inrocks Radio vous replonge dans la discographie prolifique du chanteur de la contemplation à travers une mixtape exclusive.

Le génial paysan stakhanoviste de la chanson française Jean-Louis Murat, nous a quittés le 25 mai dernier à l’âge de 71 ans. Il avait sorti une vingtaine d’albums depuis son premier 45 tours en 1981. Les Inrocks Radio vous embarque dans un vaisseau spatial pour un voyage musical de trois heures dans le répertoire de l’artiste. 180 minutes de ballades intemporelles, de duos parfois inattendus, d’inédits rares, des reprises inspirées… 180 minutes, ou le temps de vous proposer une belle parenthèse réflexive.

Une mixtape imaginée et réalisée par Nicolas Pradeau, programmateur à Radio Nova Bordeaux et Les Inrocks Radio."

2) 2 minutes et quelques sur ARTE pendant le 28 minutes:  "A LA LOOP"

 

3)   J'avoue qu'à la mort de Jane Birkin, j'ai eu du ressentiment devant le déferlement médiatique que j'imaginais... Mais soit, j'ai bien profité des documentaires sur cette personnalité si attachante. 

Je vous laisse éventuellement relire mon article sur la relation Murat/Gainsbourg. Je n'ai rien trouvé de plus précis sur Jane. 

http://www.surjeanlouismurat.com/2021/03/serge-gainsbourg-et-jean-louis-murat-dhordain.html

On ne sait pas si Murat a été approché quand il s'est agi de lui trouver des auteurs pour son premier album sans Serge : "à la légère", on y retrouve un texte de  Manset... Comme pour Jeanne Moreau, c'est Daho qui emportera l'honneur de la collaboration. 

 

On sait par contre que Camille a autant dédié son "baby carny bird" aux pygmalions  Murat qu'à Gainsbourg. Il en aura fallu du temps pour que Jane dévoile ses textes...   poussée par ses filles dont Lou qui partageait l'avis de Camille.  

Quand Jean-Louis tourne avec Jacques Doillon, il est encore avec Jane, mais là, encore, on ne sait pas s'ils se sont croisés. 

Par contre, Denis Clavaizolle a travaillé à Jane: la preuve,  à la télé (et lors d'une soirée spéciale pour les 40 ans du printemps de Bourges).

Au cabaret, le vin de table
Sous la tonnelle des regrets
Nous rappelle à grandes rasades

Que le temps de Jane est passé                    (merci Hubert)

 

4)   On termine par un petit mot pour Henri  TACHAN   (auvergnat d'allier qui a vite foutu le camp du secteur, même si  Muse nous disait il y a quelques années, qu'il parlait de cultures auvergnates dans ses chansons (commentaires).

Evidemment, c'est un symbole d'une certaine chanson, y compris pour Murat:  Dans Télérama, le chanteur conclut : « Ici, c’est un pays rude mais vrai. Ce décor m’aide à lutter contre les pressions de ce métier. Etre chanteur aujourd’hui, se résume trop souvent à faire des disques susceptibles de plaire aux programmateurs des radios FM. Ces gens là n’écoutent même pas mes chansons : pour eux je suis un artiste rive gauche, genre Henri TACHAN  ou Georges CHELON. J’en ai marre de ce système. S’il faut entrer en résistance, créer son propre label, travailler artisanalement, je suis prêt. Je ne suis qu’un petit gars de La Bourboule, mais je suis têtu. Et malin, comme une mouche …

Pour faire une nouvelle référence à Manset (qui est en studio actuellement!), j'ai appris que  Claude Léveillée, l'artiste québecois pour lequel Gérard a travaillé, a été important dans le parcours de Tachan et l'a incité à se lancer. 

Mentor?   Lucien Nicolas l'a peut-être été un peu pour Jean-Louis Bergheaud, apprenti journaliste. On retrouve la mention de Tachan dans l'article de Matthieu sur cette épisode de la vie de JLM, et c'est oh combien juste: 

"Ils oublient encore que Nicolas considérait en 1974 comme une "révolution" "l'apparition de la musique moderne dans la chanson 'à texte'" et qu'il redoutait, à propos d'artistes tels que Bertin ou Tachan, "qu'une prise en considération trop réservée [de leur part] de l'oreille musicale contemporaine puisse avoir pour conséquence une injuste limitation de leur audience." Dès lors, il y a quelque ironie à lire, trente ans précisément après le coup de la "naphtaline", les lignes suivantes, écrites dans le cadre d'un portrait de Jacques Bertin, par Patrice Delbourg :
"Le vide dans lequel les 'chanteurs à textes' sont confinés sous nos latitudes continentales est proprement sidérant. Visiblement, ces artistes exerçant le même métier que d'autres n'ont pas tous les mêmes droits de se faire entendre sur nos antennes périphériques.
La liste est longue des tombés au champ d'honneur de la chanson de qualité […] tous ces artistes désemparés, ces sans-grade, oubliés dans les bas-côtés des routes nationales, tous ces poèmes et ces textes piétinés par le passage du troupeau de la rentabilité à tout crin, cornaqué par un système maffieux. Cette manière de chanter avec une parole libre pour changer le monde aurait-elle cessé d'être convenable ? Le jour venu, on se rendra compte du gâchis." [extrait des
Funambules de la ritournelle, Écriture, 2013].   http://www.surjeanlouismurat.com/2016/03/chanson-volet-1-passage-en-revue-d-une-revue-musicale.html"

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2023 après

Repost0

Publié le 19 Juillet 2023

bonjour,

Après quelques jours de pause, et avant de se résoudre à revenir aux nécrologies mais aussi aux interviews en attente,  on termine la restitution du week-end Murat, yes sir! 2023, avec pour commencer le final du TRIBUTE du samedi... avec les BELFOUR.

Leur reprise de  Brassens pour une compil organisé par la Coopé vient d’être mise en playlist sur la BBC… Ils ont été finaliste du prix Moustaki et on peut les retrouver un peu partout en France dans les mois qui viennent, notamment à Volvic, et au Mont dore le 9/08. Ils nous font la surprise de venir avec une Rolls: le grand Dominique Rollot qui nous permet d’avoir un membre de la  French kiss de Christophe Adam et Toma Milteau, fils de JJ Milteau, mais surtout batteur de General Electricks, Jeanne Cherhal, Eskelina et j’en passe, et Valeur ajouté de la grande famille Mikaelian… Je suis content d’en compter ce soir un représentant (avec Lucie dans la salle).... et une belle surprise, un représentant des THE DELANO ORCHESTRA, la trompette de BABEL, Julien Quinet!

 

Je vous mets leur belle reprise de Brassens et leur clip qui nous avait permis de faire connaissance: il a été tourné au pays de Jean-Louis (vu sur le lac Servières, les deux roches...).

https://www.facebook.com/belfourofficiel/?locale=fr_FR

https://linktr.ee/belfourmusic

Pour en revenir à la participation de Julien Quinet, il m'a indiqué qu'il est question que The Delano Orchestra se remette au travail, avec Yann Clavaizolle à la batterie.  J'en profite donc pour partager leur  discographie commentée par Matthieu, écrit il y a 10 ans. C'était rare qu'il fasse ce genre d'exercice.

 

Et pour finir,  voici les sets du vendredi 23, d'Alain Klingler (une vidéo)  et LE FLEGMATIC:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #2021 Aura aime Murat, #2023 après

Repost0

Publié le 10 Juillet 2023

bonjour,

On attend le lien qui était annoncé pour ce jour pour commander le numéro spécial de Magic (50 pages sur Jean-Louis Murat). Ah, c'est précisé lundi soir dans l'article... 

1) En attendant, on se prépare pour l'étape du tour de France demain, sur les terres de Jean-Louis. Un rendez-vous a même été donné entre muratiens à Douharesse pour voir passer les coureurs. 

C'est l'occasion de re-citer le bel article de l'Equipe du 25 mai (en fin d'article)

Le site du tour de France parle deux fois de Jean-Louis Murat pour parler de l'étape:  https://www.letour.fr/fr/patrimoine/etape-10/sur-la-route

- Le chanteur Jean-Louis Murat habite à Orcival et a dédié une chanson à son village, « Lady of Orcival ». 

- MURAT-LE-QUAIRE

Le chanteur Jean-Louis Murat, de son vrai nom Jean-Louis Bergheaud, a pris comme nom de scène le nom de ce village où il a grandi chez ses grands-parents. Jean-Louis Murat est un passionné du Tour de France, qui a intitulé l’une de ses tournées du nom de la plus grande course cycliste du monde. Dans le film tourné à l’occasion de cette tournée, il se grimait en coureur cycliste entre chaque étape et avait rêvé de faire coïncider ses dates avec celles du Tour de 1952, l’année de sa naissance.

Evocation du film "mlle personne"... 

A noter que la revue cycliste 200 a elle aussi mis Jean-Louis Murat à l'honneur avec un article "Murat Sans souci": https://www.200-lemagazine.cc/

Dans la revue Auverhna, une page hommage par Gilles Dupuy également. Commandable ici. 

2) et voici les prestations d'Antonin "soleil Brun" et des Dory 4:  

 

Antonin a découvert Murat par son papa, simple fan, puis il a été assez proche de lui, visiteur des coulisses ou de Douharesse.  Entre temps, il était dans la dolo, le forum sur internet sous le nom du jaguar.       MURATIEN LILITHIEN donc, muratien - rock, il avait déjà participé au côté de Marjolaine Piémont qu’on verra demain à une soirée LIVRE UNPLUGGED à Paris en 2015. 

Il a sorti un 3e disque cette année cette fois sous le nom de SOLEIL BRUN.  

Voici l’hommage qu’il a rendu à JL :   

Si nous vacillons tant depuis hier, c’est probablement qu’il y avait en chacun de nous qui l’aimons, un coin de prairie en jachère que Jean-Louis avait investi depuis que nous avions croisé son chemin. Il bêchait, semait, arrosait notre terreau fertile pour que nous puissions y récolter, ça et là, au détour d’un vers, d’une mélodie, un brin de réconfort. Nous attendions, un peu avides, cette moisson annuelle salvatrice qui nous aidait à trier le bon grain de l’ivraie dans la jungle des vies. Nous nous sentions alors un peu moins seuls dans ce monde décadent propice à la mélancolie.

De moisson il n’y aura plus.

Ce soir nous voilà seuls à la barre, le cœur comprimé comme un papier que l’on froisse, devant apprendre à naviguer en l'absence du capitaine. On aimerait pouvoir partager la peine afin qu’elle soit moins lourde à traîner. Mais, comme chantait Léo, on est seul, seul, seul, comme un saxo gueulant des chants désespérés. 

 On va tenter ce week-end de ne pas être seul… Merci à lui d’être venu de la côte d’azur. ANTONIN SOLEIL BRUN, avec Marjolaine Piémont pour commencer!

 

Et ce grand et beau émouvant final:

Sa prestation complète du vendredi soir avec notamment lettre de la pampa, l'"inédit" le coup de Jarnac, le cri du papillon, qu'est-ce  que ça veut dire?, Le cafard, et des chansons à lui plus bas ...  

En attendant, restons samedi 25 juin, avec les Dory4, les auvergnats immigrés à Lyon, qui étaient eux-aussi très émus. J'attribue l'origine de tout ceci (disque, soirée) à Jean-Philippe: c'est lui qui m'a, il y a très très longtemps parlé d'un tribute... et qui ne voulait pas renoncer à faire un concert sur les terres auvergnates.  

Pour commencer le "brûle-moi" du disque Aura aime Murat, leur chanson sur JLM à retrouver sur leur dernier disque, et un "foule romaine" qui nous a permis de chanter...

 

Dans mes petits regrets, n'avoir pas pu placer ces petits mots sur FOULE ROMAINE  (quelques minutes après avoir parlé du col de la croix morand:  Murat : “C’était en fait la « Croix du Mourant » au départ, car un type a été pris dans une tempête de neige là-haut et avait juré d’y dresser une croix s’il s’en sortait. Le col s’est longtemps appelé le col de la Croix du Mourant, puis la contraction s’est faite. J’aimais bien cette histoire. Oui, quand je dis col de la Croix Morand, c’est vulgaire mais c’est le col de l’utérus, sans problème.”

 

Murat dans Le Soir : « J’ai toujours beaucoup aimé Rome. C’est la Ville du sexe et c’est un peu une chanson là-dessus. Tu passes ton temps à bander dans les rues, il fait beau, les filles sont belles… Quand tu es à Rome, tu te dis que chaque jour sans baiser est un jour perdu. Cette ville te remet au top de ton énergie sexuelle

 

LE SET EN PLUS :

Voici le set complet de Soleil BRUN: (qualité sonore et visuelle médiocre mais c'est un beau souvenir)

Salutations aux juilletistes dans leur lit... 

 

Pour ARCHIVES:   L'EQUIPE   25 mai 2023

Jean-Louis Murat, un fou de cyclisme et de foot

Mort ce jeudi à l'âge de 71 ans, le chanteur Jean-Louis Murat avait une vraie passion pour le sport, le cyclisme et le foot notamment. Passion qu'il exprimait parfois dans ses chansons mais aussi dans des interviews où son franc-parler faisait souvent mouche.

Un choc. Jeudi matin, le quotidien La Montagne a annoncé la mort de Jean-Louis Murat à l'âge de 71 ans, chez lui en Auvergne. Il aurait victime d'une embolie pulmonaire. Né le 28 janvier 1952 à Chamalières (Puy-de-Dôme), l'auteur-compositeur-interprète était resté fidèle toute sa vie à sa région natale. Musicien prolifique, Jean-Louis Bergheaud, de son vrai nom, avait enregistré plus d'une vingtaine d'albums dans sa carrière, un best-of (1981-2021) devait d'ailleurs sortir vendredi. Réputé pour son intransigeance artistique et son franc-parler en interviews, jamais récompensé aux Victoires de la musique, Murat avait toujours mis en avant son amour du sport, même à une époque où ce n'était pas forcément la mode en France dans le milieu culturel.

« Je vénère Deschamps... il faut toujours un fan de Sardou en équipe de France »

Jean-Louis Murat dans « L'Équipe magazine » en 2009

 
 
 

En 1994, dans L'Équipe, il l'avouait d'entrée : « Depuis gamin, ma vie a été rythmée par les événements sportifs ». À l'époque, avec son goût assumé pour la provocation, il s'était épanché sur le PSG époque Canal+ : « le PSG champion, c'est Keke Rosberg champion du monde en F 1 ». Il s'était moqué aussi de David Ginola après France-Bulgarie 1993 : « Nous, entre musiciens, quand il y en a un qui fait une connerie, un pain, on dit : ça y est, t'as fait une Ginola... » assurait-il. Mais il défendait le joueur, « un soliste » selon lui. En 1990, Libération l'avait envoyé en Italie pour suivre la Coupe du monde. Une expérience pas très heureuse à l'entendre quatre ans plus tard, évoquant un Argentine-URSS (2-0) à Naples. « Maradona jouait mal ; c'était le délire dans le stade, ils étaient tous pour l'Argentine, ça te filait la trouille. Ils étaient prêts à tuer les Russes. Cette ambiance hystérique et méchante, je ne la sentais pas du tout. Faut y aller dans les tribunes ! Pour moi, il y a différentes manières de voir le foot. On peut le lire dans L'Équipe, regarder Canal, ou aller voir une petite équipe à côté de chez soi. Mais le Stade-Vélodrome de Marseille... Kaï-kaï ! »

En 2009, dans un entretien à L'Équipe magazine, l'auteur d'Achille à Mexico, une évocation de Michel Platini blessé au Mondial 1986, était revenu avec plus de lyrisme sur sa passion pour le ballon rond : « Dans ma jeunesse, je baignais dans la légende de Kopa et Fontaine dont l'histoire semblait avoir été écrite par Homère ». Ou encore : « Platini était le vestige ultime de la Renaissance italienne. C'était Michel le magnifique, un descendant de Laurent le Magnifique égaré dans notre époque, qui a fait la renaissance du foot français. » Il assumait aussi un soutien paradoxal à Didier Deschamps : « Si on a été champions du monde, c'est grâce à Deschamps. Je le vénère. Il incarne les valeurs traditionnelles. Il faut toujours un fan de Sardou en équipe de France et il tenait ce rôle. » Parfois, il pouvait se montrer encore plus acerbe, comme en 2000 dans France Soir : « Après la Coupe du monde, les joueurs français se sont révélés assez branleurs. Tu ne pouvais plus passer nulle part sans voir Laurent Blanc vendre des frites, Barthez des McDo et Zidane de l'eau de toilette pour chien. »

« J'ai créé des tas de chansons sur mon vélo ! Je roule, je roule, je tiens une cadence de pédalage et les mots me viennent, les harmonies... »

Jean-Louis Murat, au « magazine L'Équipe », en 2022

 
 
 

Mais encore plus que le football, le cyclisme était la vraie passion de Jean-Louis Murat. En 1991, il avait chanté Col de la Croix-Morand, un de ses plus grands succès, une ascension franchie à six reprises par les coureurs du Tour dans l'histoire. « Le Tour de France dévoile une part très intime de soi. Il révèle chez chacun de nous une nostalgie, une pulsion de voyage..., confiait-il encore au magazine L'Équipe l'an dernier. Paysages, lieux traversés, souvenirs d'enfance, le Tour fait résonner l'histoire-géo en nous, c'est une passion de juillet qui dit beaucoup de l'étrangeté du Français. » Il avouait alors suivre la course sans le son mais avec des cartes et des encyclopédies... Il disait vénérer Marco Pantani, « un guitar hero fauché par une overdose en tournée » ou Federico Bahamontes, à qui il avait consacré la chanson Le Champion espagnol en 2011. Déjà, dans les années 90, il avait voulu faire coïncider les dates d'un de ses tournées avec le parcours du Tour de France 1952, le second remporté par Fausto Coppi. Et dans son dernier album sorti en 2021, La Vraie Vie de Buck John, on pouvait encore entendre Les Molteni, référence à l'équipe d'Eddy Merckx de 1971 à 1976.

Pour Jean-Louis Murat, le cyclisme n'était pas qu'une question de nostalgie. Il aimait ainsi Wout van Aert, qu'il comparait à la star américaine du hip-hop Kendrick Lamar : « C'est le même génie, ils excellent dans tout. Il se passe tellement de choses dans leur tête. Ils sont un point de rencontre entre l'homme et Dieu. » Et il continuait de s'intéresser à toutes les courses, de l'Étoile de Bessèges aux Mondiaux de cyclo-cross. Il roulait aussi. « J'ai créé des tas de chansons sur mon vélo ! Je roule, je roule, je tiens une cadence de pédalage et les mots me viennent, les harmonies... », racontait-il au magazine L'Équipe. En septembre 2020, il n'avait pas loupé non plus le passage du Tour dans son petit village d'Orcival, lors de la 13e étape, Châtel-Guyon - Puy Mary. Hasard ou coïncidence, son Auvergne chérie sera à l'honneur sur le Tour de France 2023. Le Tour de France femmes avec Zwift s'élancera ainsi de Clermont-Ferrand, le 23 juillet prochain. Deux semaines plus tôt, les coureurs du Tour, eux, se confronteront au mythique puy de Dôme, non emprunté depuis 1988. Comme un hommage prémonitoire à Jean-Louis Murat.

 
publié le 25 mai 2023 à 15h29mis à jour le 25 mai 2023 à 15h31

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Repost0