baby love

Publié le 5 Février 2020

allez, mettons-en une couche sur Baby Love!

Il faut! Parce que pour l'instant, le produit Murat ne fait pas le poids dans google avec la marque allemande de produits bébé du droguiste DM. Alors, allons-y!

1)

Le(s) beaux clip(s) permet d'avoir un peu de promo, même si on en reste sur du classique:

quelques lignes sur un page des inrocks, aussi sur Pinkushion,   un petit encart dans libé, repris sur le site :

Un Murat plus direct et enjoué avec cuivres, cordes et chœurs pour annoncer un nouvel album qui semble moins torturé et plus classique que ses dernières livraisons. Le grand retour de Jean-Louis ? Sans doute.

 

On passe à plus élaboré avec Eric Debarnot de Benzine Mag, qui a l'habitude de relayer les actus muratiennes:

https://www.benzinemag.net/2020/02/04/le-retour-de-jean-louis-murat-avec-un-double-clip/

Avec le temps qui passe, la productivité de Murat semble encore augmenter, mais c’est surtout sa créativité qui étonne, et ravit, comme en témoigne la publication vendredi 31 janvier du « double clip » de deux nouvelles chansons, Si Je m’attendais et Troie.

Voilà quelques années que Jean-Louis Murat nous a promis de passer à la vitesse supérieure en termes de production musicale, et ce diable d’homme, dont on connaît l’opiniâtreté, tient sa parole, avec un album par an. On attend donc pour le 6 mars la publication de Baby Love, le successeur du live Innamorato de 2019 et de Il Francese en 2018, avec leurs références italiennes.

Depuis Travaux sur la N89, on notait l’importance accrue de l’électronique dans la musique de l’Auvergnat, et un certain goût pour l’expérimentation. Les deux premiers extraits de Baby Love, Si Je m’attendais et Troie, sans contredire complètement cette tendance, semblent témoigner d’un souci de retour vers plus d’évidence pop, mais ce sera bien sûr à confirmer lors de l’écoute du nouvel album.

A noter le remarquable travail artistique du collectif TEMPLE CACHE, responsable de ce double-clip se voulant l’écho contemporain des 45 Tours à deux faces d’antan : la manière dont les techniques modernes d’animation intègrent dessin, peinture et collages se révèle particulièrement dynamique et stimulante.


Sun burns out est bien-sûr fidèle au rendez-vous et livre le plus bel article puisqu'il est vraiment question des chansons:

https://www.sunburnsout.com/clip-du-mois-jean-louis-murat-confirme-un-retour-pop/

Avec sa pochette rayonnante, électrique et rose, possible que Baby Love soit l’objet pop parfait. A l’oreille, et sur la foi des deux titres dont Jean-Louis Murat dévoilait le clip aujourd’hui, Si je m’attendais et Troie, l’hypothèse mérite qu’on croit en elle. Cela faisait longtemps que l’Auvergnat n’avait composé avec cette joie dans la guitare, cet esprit primesautier et cette jubilatoire décontraction poétique.

Les deux morceaux sont épatants et la mise en images signée templecaché souligne leur légèreté universelle et leur modernité assumée. Si je m’attendais est une chanson amoureuse et tendre où Murat restitue à travers le chant toute la surprise et la fraîcheur d’un amour découvert. La production est pleine d’espoir et accompagne la mise à disposition de l’amant à sa maîtresse, tandis que des chœurs discrets en contrepoint servent la romance naissante, entre le choeur grec et la guimauve. Sur Troie, la tonalité est légèrement plus sombre. L’amant a l’esprit joueur et le propos ironique, comme si l’amour avait déjà mué en autre chose. La distance est là, celle qui rend le jeu troublant et ambigu dans ses finalités. Le « qu’est-ce que t’as mon cœur ? » est un signe d’incommunicabilité baudelairienne qui transparaît aussi à travers les illustrations.

Dans les deux cas, les arrangements sont remarquablement travaillés, discrets et délicats sur le premier morceau, plus pompier et mis en avant sur le second, mais en tout cas au service de l’intention avec une belle efficacité. Il n’est pas certain, dans le marasme de l’époque, que ces morceaux permettent à Murat de se glisser à nouveau dans l’actualité populaire, mais ils ont une sacrée allure et devraient au moins susciter l’engouement des fidèles. Baby Love pourrait être le moment rêvé pour aimer Murat comme avant.

 

On trouve également un article sur ROLLING STONE qui nous apprend  que l'idée du clip vient de Murat.

https://www.rollingstone.fr/entre-lorage-et-la-douceur-jean-louis-murat-nous-gate-dun-double-clip/

Extraits du nouvel album de Jean-Louis Murat Baby Love, prévu début mars, le diptyque « Si je m’attendais/Troie » s’illustre dans un clip

« Bonjour toi ». Près de deux ans après le sublime Il Francese, un an après un live majestueux (Innamorato) publiés via [PIAS] France, l’insaisissable Jean-Louis Murat est de retour avec un vingtième album, Baby Love, dont la date de sortie est fixée au 6 mars prochain. Pour encadrer cette nouvelle ère, le musicien partage un double clip aussi moderne que contrasté, mettant à l’honneur les deux titres « Si je m’attendais » et « Troie ». Tout commence par le crépitement d’un 45T…

L’idée de lier les deux morceaux est venue de Jean Louis Murat lui-même. « Cela permet d’en faire éclore les nuances, la rugosité et la complexité des thèmes évoqués. Le projet ne pouvait pas se prêter mieux à une approche graphique d’inspiration du mouvement DADA, où se mêlent collage, dessin et aplats de peinture colorée, tout en s’appuyant sur des techniques modernes de compositing d’animation et de caméra 3D » peut-on lire à propos du clip, réalisé par l’artiste et co-fondateur de Temple Caché, Kelzang Ravach, en collaboration avec collaboration avec le talentueux studio d’animation belge Tabass.co.

Et petite curiosité, on parle du français au Québec, à Rebecq, à Flobecq, à  Tahiti, [....]  à Madagascar... oui, à Madagascar:

http://www.radiomtv.live/news/clip-si-je-m-attendais-et-troie-jean-louis-murat-chante-l-amour-et-le-desamour-62

Clip "Si je m'attendais" et "Troie" : Jean-Louis Murat chante l'amour et le désamour

Jean-Louis Murat publiera le 6 mars prochain son nouvel album "Baby Love". Pour illustrer les premiers extraits "Si je m'attendais" et "Troie", l'artiste livre un double clip inspiré du mouvement Dada qui retrace la rencontre puis la rupture d'un couple.

« Nous avons recherché la simplicité ». Voilà l'intention qui animait le coeur de Jean-Louis Murat lors de la conception de son nouvel album "Baby Love", attendu le 6 mars prochain dans les bacs. « J'en avais marre de réfléchir aux chansons, je voulais d'abord m'amuser et me mettre hors contrôle. Cet album concentre toute la musique que j'aime, en particulier celle qui me donne envie de danser, comme le disco. Car je suis un danseur invétéré » atteste l'artiste, qui présente avec le successeur de "Il Francese" (2018) un « disque qui groove » qu'il considère comme le miroir inversé de "Dolorès", ode au deuil amoureux sortie en 1996 : « En studio, je pensais à la musique plutôt qu'aux paroles. J'ai presque découvert les textes au moment du mixage de l'album, un peu comme si leur sens m'avait échappé. Je constate que c'est de la chair à psychanalyse. Comme toujours dans mes disques, il est question d'amour finissant et d'amour débutant. J'ai souvent écrit dans cet état de suspension ».

Un "film à deux facettes"

Pour introduire ses nouvelles compositions, Jean-Louis Murat a choisi de doter les deux premiers extraits, "Si je m'attendais" et "Troie", d'un double clip racontant les deux moments forts d'une histoire amoureuse : sa naissance et sa fin. « En écoutant ces deux titres, nous avons été surpris par la modernité présente dans la musique qui contraste si bien avec la voix mélancolique chantée. Cela nous a évoqué des émotions contrastées : "Si je m'attendais", une ode à la douceur et l'amour, "Troie" nous plongeant dans un trop plein, une rupture. L'idée venant de Jean Louis Murat d'illustrer ces deux titres en un seul et même film à deux facettes pour tisser une histoire plus sensorielle que narrative est pour nous l'essence même du projet » explique un communiqué de la société de production Temple caché, qui signe cette superbe réalisation inspiré du mouvement artistique Dada. Collage, dessin, aplats de peinture colorée et animation sont au menu de cette fresque vivante « sensorielle » qui épouse les mots du musicien pour mieux en faire ressortir l'élégance, l'espièglerie et la poésie. La suite arrive bientôt !

Enfin, à propos de ces nouvelles chansons, et pas du clip (l'article est plus ancien), on trouve un article plus long, en partie consacré à un petit tour de son parcours, sur le site VINYLE MUSIQUE:

http://www.vinylemusique.fr/jean-louis-murat-si-je-m-attendais

Voici la partie finale de l'article qui reprend un bout du dossier de presse (avec du Murat):

Comme son titre l’indique, Baby Love est l’œuvre magistrale d’un homme amoureux – comme le miroir inversé de Dolorès un quart de siècle après. C’est un disque qui groove. “J’en avais marre de réfléchir aux chansons, je voulais d’abord m’amuser et me mettre hors contrôle”, explique l’intéressé. “Cet album concentre toute la musique que j’aime, en particulier celle qui me donne envie de danser, comme le disco. Car je suis un danseur invétéré.” En plein chamboulement personnel et écoutant en boucle le groupe Earth, Wind & Fire, Murat a composé et écrit ces onze chansons ramassées en quarante minutes, jouant tous les instruments avec son vieux complice Denis Clavaizolle. “Dans le studio de Denis, mon mot d’ordre était de lui dire que nous étions en 1985, comme des débutants en quête d’un premier contrat discographique. Nous avons recherché la simplicité, avec des chansons au format 3’30.” Tombé sous le charme d’une guitare Pistachio, Jean-Louis Bergheaud s’en donne à cœur joie et s’éclate comme rarement. “C’est la nouvelle guitare de ma vie”, s’enthousiasme-t-il. “En studio, je pensais d’ailleurs à la musique plutôt qu’aux paroles. J’ai presque découvert les textes au moment du mixage de l’album, un peu comme si leur sens m’avait échappé. Je constate que c’est de la chair à psychanalyse. Comme toujours dans mes disques, il est question d’amour finissant et d’amour débutant. J’ai souvent écrit dans cet état de suspension.” Baby Love balance ainsi entre amour nouveau (La Princesse of the Cool, Le Reason Why, Si je m’attendais) et désamour (le single Troie, Réparer la maison, Ça s’est fait). Derrière sa pochette typographique d’un rose disco, se cache le vingtième album studio de Jean-Louis Murat – déjà l’un des grands disques de 2020. (Communiqué de presse publiés le )

Le chanteur Jean-Louis Murat dévoile un nouveau titre, 'Si je m attendais' à découvrir dés aujourd'hui sur Vinyle Musique TV. Ce nouveau single et clip de Jean-Louis Murat nous séduit de par sa qualité musicale ainsi que par ce style singulier si caractéristique de l'artiste. Nous sommes vraiment impatient de vous le faire découvrir. C'est pourquoi nous décidons, dés à présent, de partager avec vous ce nouveau titre de Jean-Louis Murat en le faisant entrer en programmation dans l'une de nos playlists en rotation 24h/24 sur VInyle Musique TV. Il se peut très bien que 'Si je m attendais' devienne l'un des titres phares, voir l'un des tubes de l'année 2020 et vous aurez ainsi eu le privilège de le découvrir en avant première sur notre site musical Vinyle Musique TV.

Si vous êtes fan de Jean-Louis Murat et que ce nouveau titre, 'Si je m attendais', vous donne le frisson, nous vous invitons vivement à voter pour lui afin de lui permettre de se rapprocher de la première place de notre classement des meilleurs vidéos musicales de la semaine, classement établis d'après le vote des internautes ainsi qu'en fonction du nombre d'affichages du clip vidéo dans la semaine. Un nouveau classement est établis chaque dimanche. Vous avez, dés à présent, la possibilité de donner votre avis sur ce clip vidéo de Jean-Louis Murat - Si je m attendais en laissant un commentaire, en déposant une chronique ou toute autre information qui pourrait enrichir cette article et permettre ainsi au plus grand nombre de mieux appréhender l'univers musical de Jean-Louis Murat. N'hésitez pas à partager cette vidéo avec vos amis, car Jean-Louis Murat mérite à coup sûr que l'on parle de lui et d'avoir le maximum de visibilité. Merci pour Jean-Louis Murat, merci de votre visite, bonne écoute et, nous l'espérons, à très bientôt pour de nouvelles découvertes musicales sur Vinyle Musique TV.

On peut ajouter à cela quelques petites mots sur ChartsinFrance, la Montagne, et l'absence de mots sur HEXAGONE (qui se contente du clip)... On attend toujours que Hexagone consacre quelques pages à Murat... Et j'allais oublier A Découvrir absolumentDeux belles compositions dont la nuance des arrangements vocaux et sonores nous laisse espérer un nouvel écrin de haute volée pour envelopper le romantisme viscéral qui traverse l’œuvre de Jean-Louis Murat depuis les inusables Cheyenne Auttumn et Dolorès…liste non exhaustive !

On termine cette première partie par le texte de "si je m'attendais" trouvé sur le site dédié aux paroles de chanson du MONDE:

Aux sources de l’Allou, je ne sais quoi, j’attendais
Sans doute le début du monde
Troubadour évincé, je ne sais quelle mélodie, so long
 
Comme se lever à l’aurore, sur la barre des écrins
Dans sa robe de safran
Je t’en donne ma main, au ciel encore étoilé
J’entends
 
Oh vous, si je m’attendais
Cher vous, amour je suis venu pour toi
Bonjour toi
 
Je remballe Périclès, dans le fond du jardin
En demandant l’addition
Chaque soir une pyramide, quand j’entonne Franky
Je t’attends
Rêvant vers les marmottes, d’un millier d’interdits
Quelque part à Saint-Tropez
Nu au bal de minuit, sortant de la flotte qui
M’indigne
 
Oh vous, si je m’attendais
Cher vous, amour je suis venu pour toi
Bonjour toi
 
Qu’il est bon de t’aimer, au cœur des nuits d’étés
Voudrais-tu me dire ton nom
Je cherche ton secret au cours des longues nuits
Au fond
Plongeons dans la rivière, miroite le désir
Qu’elle belle et bonne vie
Chaque nuit, sous la neige, couronnée d’or ma mie

 

2) on passe aux bricoles!

- Une émission "Au coeur de l'hiver" de la radio cato RCF présenté par Louis Marie LACROIX (si!). Elle débute par -oh que c'est bien trouvé dis-donc- : "coeur d'hiver". Il est dit quelques mots sur Murat ensuite, sa discographie est qualifiée d'inégale mais il est souligné son côté rock, rare dans la "variétoche française". Après du classique, Manset est également diffusé avec son rappel aux Parisiens  que "la neige est blanche".

- Un article assez long sur la chandeleur où Murat finit par être convoqué avec son "perce neige" dont j'apprends le lien avec cette date:

Première fleur de l’année, on l’associe volontiers à la Chandeleur. Poétiquement surnommée parfois goutte de lait, on l’appelle candlemas bells (cloches de la Chandeleur) en Grande-Bretagne, et parfois chez nous, violette de la Chandeleur comme dans la poésie de Robert Desnos.

« Violette de la Chandeleur
Perce, perce, perce-neige,
Annonces-tu la Chandeleur,
Le soleil et son cortège
De chansons de fruits de fleurs ?
Perce perce, perce-neige
A la Chandeleur. » 

Le Perce-neige devient symbole de l’amour … qui meurt dans la sublime chanson éponyme de Jean-Louis Murat.

 

LE TWEET EN PLUS

@proustien | 1,740 followers   cite JEAN-LOUIS MURAT dans café PICOULY
 
"Je ne peux pas vraiment sortir de Marcel (...)
Je fais énormément confiance à Proust pour mon inconscient de petit mec français…"
Jean-Louis Murat "Je suis proustien pour la vie"
 
LA MUSIQUE EN PLUS
 
Non, il n'y avait pas que Murat pour oser "Gilles et John" ( dans Chronique d’un mouvement en chansons ), voici la chanson de JULIEN GASC (ex Aquaserge):

ET on termine enfin! par une petite info people. Félicitations à GB (on se tire la bourre entre stations auvergnates)

https://www.lamontagne.fr/laveissiere-15300/sports/emile-gardette-le-lioran-vainqueur-en-coupe-de-france_13723346/

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 15 Janvier 2020

Bon, je n'avais pas beaucoup de temps ce matin, et j'ai raté le 2e titre qui était en ligne:

SI JE M'ATTENDAIS

 

Une petite rythmique très basique ornementée d'un joli choeur... Le texte est plutôt jolie:  La loue, et les déjà chantés: Périclès, Frankie, ma mie... et le VOUS... mais "l'amour, je suis venu pour toi"...  Je l'apprécie pour l'instant un peu plus que Troie... mais j'avoue que ce coté très années 80 doit être assimilé...

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 15 Janvier 2020

Il s'agit de TROIE dont nous connaissions déjà quelques notes (trailer).

Une ambiance musicale toujours synthétique.

Allez au petit déj... et on digérera ça plus tard

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 8 Janvier 2020

C'est dans les inrocks de cette semaine!

 

Les quelques indices existaient depuis un long moment, et du côté du Mont-Dore, la nouvelle était publique, Jean-Louis vit donc une nouvelle période de sa vie.... et comme promis, le disque serait donc très "dansant". Ca va être dur d'attendre...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 5 Janvier 2020

Voilà une petite info concernant la collaboration Murat/Farmer... Elle a été dénichée par des nouveaux venues dans le  PIMF (paysage internet mylène farmerien) : histoires de MF.com qui propose en podcast des émissions thématiques.  A priori, pas des perdreaux de l'année, puisqu'il s'agit de spécialistes dont un ayant déjà participé à plusieurs ouvrages sur la chanteuse.  Ce "grand scoop" (selon l'échelle du fan) a bien étonné les amateurs de Mylène (qui l'ont rapporté dans un des forums encore actifs ), et les participants au podcast expriment également leur enthousiasme  ("oh, Jean-Louis!", "dingue", "ah là là")...  Pour nous autres, les réactions resteront sans doute plus mesurées... mais je vous laisse en juger, peut-être à l'aune de vos passions, que je n'espère point tristes.

Il a donc été révélé que Murat, dans l'album "l'autre",  n'est pas seulement présent avec REGRETS, mais aussi en ouverture... Si! dans la chanson "agnus dei". Bon, vous imaginez bien que c'est fugace voire subliminale s'il a fallu attendre 30 ans pour s'en rendre compte.    Intentionnalité de l'oeuvre ou des auteurs, le fait est que  "l'autre" commence donc par "un autre", et cela enchante donc les personnes dans le studio.

- vers 35 minutes, il est question de   "Regrets"   avec une forte recommandation d'écouter les disques de JL.

- le scoop est sur la fin  (vous trouverez également la séquence en fin d'article: player vocaroo)

http://histoiresdemf.com/2019/04/autre/

Il s'agit donc d'un petit sample...  qui  n'avait bien sûr pas fait l'objet d'un crédit, la voix masculine (latin)  que l'on retrouve plus loin dans la chanson est celle de Christopher Thompson, qui s'essayait à la chanson à l'époque.  Quelques précisions sur le titre Agnus Deï de Farmer :

Musique

"J'adore en tout cas les chants grégoriens. C'est vrai que Laurent et moi-même avions cette idée, ça fait très, très, très longtemps, que d'utiliser des chants grégoriens dans une chanson, et ça a déjà été fait. Là, ce sont deux voix masculines." (Mylène Farmer - RTL - 08/04/1991)

"Agnus Dei est un délire de studio ! Et Mylène était là dès le début. Je crois même que c'est parti d'une idée de mélodie qu'elle avait en tête. On a fait ce titre tous les trois, et je crois que l'essentiel a été fait dans la journée. Les paroles sont venues après l'idée initiale du "Agnus Dei". Ça s'est fait très très vite et c'était magique. (...) Je pourrais dire que ce genre de morceaux était des récréations au milieu des albums." (Thierry Rogen -  Styx Magazine spécial L'autre... - 2011)

Paroles

"Quand j’ai écrit cette chanson, j’ai pensé aux « Diables », de Ken Russel. Je ne sais pas si vous avez vu ce film qui se passait sous l’Inquisition. Et ma foi, non, je n’ai pas peur de ce genre de réactions du Vatican. Et quand bien même !" (RTL - 08/04/1991)

"J'ai eu envie de parler de mutilation, et puis l’association Agnus Dei est venue toute seule. Mais Dieu, je ne connais pas. Peut-être que c'est ça, ma mutilation." (France Soir - 13/04/1991)

 

 

On s'amusera (oui, vraiment, ça m'amuse... oui, il en faut peu je sais)  de rappeler que Murat signera ensuite le titre "agnus dei babe" (Toboggan)... où Murat évoque aussi une sorte de mutilation mais sentimentale...

----

Je me permets également du coup un autre "rapprochement" : le bassiste sur le disque est le célèbre Bernard PAGANOTTI. Le nom ne vous dit peut-être rien mais son visage vous fera tilt, notamment via le clip de "Sarbacane"

 

Et bien, Michel Zacha, ici chez bibi, nous dévoilait que c'est ce dernier qui jouait sur le premier disque de Murat (le lp Murat), quelques années après sa période chez Magma ou sur "Champagne pour tout le monde" d'Higelin.  Dernier petit détail:  On peut parfois le croiser avec Slim Batteux, clavier du "grand lièvre", autour des RAPETOUX (groupe d'amis réunissant la fine fleur des musiciens de studio, dont Basile Leroux).

Pour aller plus loin:

http://www.surjeanlouismurat.com/article-complement-a-l-article-jean-louis-murat-et-m-farmer-45660693.html

 

LE LIEN 2020 EN PLUS

 

- Dans le Télégramme,  Murat et Baby love sont cités dans les disques attendues du premier trimestre, Morgane Imbeaud est également dans la liste... mais aucun contenu réelle dans l'article. Ce n'est pas beaucoup mieux sur l'avenir.net,  mais il y a un peu de rédaction:   "Tout comme un nouveau Jean-Louis Murat, Babylone, le 6 mars". ....  De Baby love, à Babylone, à un baby alone... il n'y a qu'un (faux) pas...

On trouve enfin le nom de Murat chez RTL qui fait un large tour des actualités probables de 2020: " D'autres chanteurs sont en studio comme Serge Lama, Calogero, Bénabar, Jean-Louis Murat, Benjamin Biolay ,Bernard Lavilliers ou Marc Lavoine". Là, encore, il y a imprécision car Murat est depuis longtemps sorti de studio...   Dans cet article, il est indiqué que Julien Clerc, Patricia Kass, travaillent... Murat a-t-il envoyé des textes?

Il y a 3 jours Indochine annonçait aussi qu'ils seront présents en 2020,2021... Sans doute plus avec une tournée anniversaire qu'un nouvel album dans un premier temps... Leur clip "karma girls" (dernier succès en date signé JLM)  vient d'être élu après vote du public (et un appel à mobilisation de leurs fans sur les réseaux) via le site purecharts, clip de l'année 2019.


 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love, #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 1 Janvier 2020

2020 commence mal: j'ai galéré 5 minutes pour trouver un titre et j'ai fait trop cuire ma quiche du coup...  Je ne sais pas si je vous souhaite de ce fait une nouvelle année... Bon, faisons un effort: meilleurs voeux à tous! On nous souhaite un bon nouvel album de Jean-Louis Murat, et pour la vraie vie, des baby et du love?  et n'insistez pas: je ne prends pas de résolution pour 2020... 

 

Let's go 2020, vlà la série de petites news:

1) Le catalogue manquant et le tout remasterisé a été mis en ligne sur les plateformes, avec un certain nombre d'inédits cd, avec également tous les albums sur le youtube officiel de Jean-Louis Murat (voir playlists). Est-ce lié à ça (?) mais j'ai constaté l'explosion de l'offre "pirate" en téléchargement... La musique est déjà gratuite, mais certains continuent encore de vouloir la voler. 

Mustango : JLMurat.lnk.to/MustangoFA
Cheyenne Autumn : JLMurat.lnk.to/CheyenneAutumnFA
Madame Deshoulières : JLMurat.lnk.to/MadameDeshoulieresFA
Vénus : JLMurat.lnk.to/VenusFA
Le Manteau de Pluie : JLMurat.lnk.to/LeManteauDePluieFA
Lilith : JLMurat.lnk.to/LilithFA
Dolorès : JLMurat.lnk.to/DoloresFA
Passions Privées : JLMurat.lnk.to/PassionsPriveesFA
Le Moujik et sa Femme : JLMurat.lnk.to/LeMoujikEtSaFemmeFA
Murat : JLMurat.lnk.to/MuratFA

- Le nouvel album qui s'appelle "baby love" (pour les retardataires) sera disponible en vinyle, édition "limitée" de... 1000... et c'est déjà précommandable.

 

2) Ma visite à Cultura le mois dernier m'a permis une nouvelle fois de dénicher un petit quelque chose:  j'ai vu PJ HARVEY sur la couv... et...

Toute l'introduction s'appuie sur Murat et sa perception du fameux concert de St-Malo:

 

3) Dans la série "remplissons nos pages pendant les vacances":

 a- les inrocks proposent "nos plus belles interviews" de 2019... et on retrouve celle de Jean-Louis Murat datant d'avril.  Le lien renvoit néanmoins à un article réservé aux abonnés! 

https://www.lesinrocks.com/2019/12/30/actualite/medias-actualite/nos-plus-belles-interviews-de-2019/

Pas de panique, on peut relire chez bibi: http://www.surjeanlouismurat.com/2019/04/murat-en-une-des-inrocks.html

POUR RAPPEL:  Murat y parlait de son nouvel album qu'il annonçait commercial (l'objectif étant de vendre pour financer le 3e étage de la fusée TN89-EF) et ultra-sentimentale, et avec l'idée de tout jouer avec une guitare fender pistachio, "une guitare sensationnelle". Pistachio, c'est une couleur et pas un modèle (fender étant le premier à proposer des couleurs...). On peut penser qu'il s'agit d'un vieux modèle 50/60s, mais Fender sort toujours différents modèles de couleur verte. ... Sur scène, ça va poser un problème d'accordage... avec ses yeux bleux...  ça ne va pas du tout ensemble...

b- Même le MONDE se chauffe de ce bois là... en rappelant que Murat coupait son bois en chantant Bourvil mais il s'agit de parler de chansons de NOEL:   https://www.lemonde.fr/culture/article/2019/12/22/elvis-robbie-williams-miles-davis-noel-en-neuf-chansons_6023813_3246.html

On y entend d’abord, le chanteur, enregistré en plein air, fredonner Mon frère d’Angleterre (popularisé par Bourvil) tout en sciant du bois. Etait-ce pour alimenter sa cheminée ? La chanson semble en tout cas se lover ensuite au coin du feu, en regardant passer le traîneau du père Noël dont l’allure est cadencée par des grelots et une boîte à rythme domestique. Devant la chaleur de l’âtre, l’Auvergnat « croone » de sa voix la plus tendre, non sans parsemer cet appel au réconfort d’énigmes ambiguës et parfois cruelles. Stéphane Davet

4)  Je suis tombé sur cette photo sur facebook:

tic tac tic tac... Vous avez trouvé?

Oui, c'est bien la place gaillard... pas à 10h06, mais à 13h20 et dans les années 60.  Pour aller plus loin, un article de la Montagne.

Et vu que je ne rate pas une occasion, vlan, ma vidéo du temps où je me lançais des petits défis, et que je n'avais pas atteint le 3e âge du blogging...  Et que j'avais un partenaire qui acceptait de jouer avec moi...  (à 5'27...).  Pensées...

5) Droit de suite:

je vous avais parlé d'un vote organisé par le Berry  Républicain pour le"concert le plus marquant "du printemps de Bourges, et encouragé à voter dans un acte gratuit et un rien désespéré... ET bien non! Murat figure au classement des lecteurs: 5e, à égalité avec GIMS! et Eicher!...

https://www.leberry.fr/bourges-18000/loisirs/les-concerts-marquants-du-printemps-de-bourges-dans-les-annees-2010-voici-qui-vous-avez-place-au-troisieme-rang_13713837/

6)  On se quitte avec une cover récente de la part d'un petit jeune, que ce soit de bon augure pour 2020...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0

Publié le 9 Décembre 2019

Bonjour mesdames, messieurs,

Je vous prie d'excuser mes errements dans la voie sacerdotale que je me suis fixée il y a désormais 10 ans. Voilà de nombreux jours en pleine actualité que je n'ai rien posté, et que je me contente jours après jours  de supprimer les spams anglophones dans la zone commentaires (alors que vous êtes plusieurs à me dire ne pas pouvoir laisser de commentaires! C'est navrant!). Bon, c'est comme ça, sans transition donc, passons à la suite, sans faire de remplissage, commençons, soyons bref après tout.


Allez, go! (et j'ouvre donc une nouvelle catégorie d'articles après ceux rangés dans "il francese", bienvenue à "baby love").

- L'info avait commencé à sortir via les concerts. Pias et la page Jean-Louis Murat viennent de donner l'info: le nouvel album sortira le 6 mars 2020 et s'appelle "Baby love"

 

La pochette signée F. LORIOU une nouvelle fois...  je ne suis pas fan. Ca me fait penser à celle d'un "single", genre "over and over" en colorisé... Mais le fait est que Murat n'avait pas encore fait dans le rose... à quelques exceptions près:

 

Osons le rose donc, et pas qu'en octobre, et pas qu'à l'apéro l'été.

L'album est déjà en précommande.

 

Les titres laissent penser qu'il s'agit bien de textes signés Jean-Louis Bergheaud, et le JLM contemporain, avec ces titres "anglophones" comme le reason why, ou la princesse of the coo.

 

Osons le rose donc, et pas qu'en octobre, et pas qu'à l'apéro l'été.

L'album est déjà en précommande.

 

Les titres laissent penser qu'il s'agit bien de textes signés Jean-Louis Bergheaud, et le JLM contemporain, avec ces titres "anglophones" comme le reason why, ou la princesse of the coo.

01 Troie

02 Le mec qui se la donne

03 Le reason why

04 Réparer maison

05 Montboudif

06 La princesse of the Coo

l 07 Rester dans le monde

08 Xanadu

09 Ca c'est fait

10 Si je m'attendais

11 Tony Joe

 

Après "ceux de mycènes", la chanson  d'ouverture pourrait être le plus "classique", et elle a été placée peut-être là pour ça (et pour ne pas être à cheval).  Serait-elle polémique? un casus beli? Jean me souffle à l'oreille que ça n'aura pas lieu.

  3 autres titres la jouent jeuns dans une posture anticlassique cette fois: "le mec qui se la donne", "réparer maison", "ça c'est fait", mais rien d'inhabituel...  Cela m'évoque de vieilles chansons: "passer noel à la maison", "je me donne", et quelques autres utilisant le "ça" (au moins 3)

On retrouve une touche Auvergnate avec MONTBOUDIF, ville du cantal (tout au nord, et donc proche de l'aire de reproduction de l'espèce endogène du "Muratus begheaudhumus ACI à voix douce)", entre Condat et Trémouille pour vous donner une idée, sur la D622.  Les Boudimontois (les habitants) seront contents. Le village est bordée par la Rhue et le Gabacut, ce qui est forcement inspirant, sans compter qu'il s'agit du village natale de... Pompidou.  Sarkosy en 2011 s'y est rendu à l'occasion du centenaire de la naissance. Pom pom pi dou, comme je ne peux jamais m'en empêcher de le chanter.

Xanadu, est un terme qui plaît, dans la bd, le ciné, la chanson, le jeux vidéo... Il s'agissait au départ de la capitale d'été et palais d'été de l'empereur Kubilai Khan, que Marco POLO fera connaître... et qui deviendra symbole du  paradis terrestre".  Coleridge, :

À Xanadu, Kubilaï Khan se décréta
Un fastueux palais des plaisirs :
Où s'engouffraient les flots sacrés d'Alphée
Par des grottes à l'homme insondables
Jusqu'aux abîmes d'une mer sans soleil.

Lieu sauvage ! Lieu sacré et d'envoûtement
Comme jamais sous la lune en déclin ne fut hanté
Par femme lamentant pour son divin amant 
!

On retrouve ce nom dans Citizen kane, et chez Capra.

Enfin, "tony joe"... est sans doute un nouvel hommage à la musique qu'aime Jean-Louis, et à un de ses "héros".

Mon article à l'occasion de sa mort en 2018: http://www.surjeanlouismurat.com/2018/11/tony-joe-white-et-les-ventes.html

 

Allez, on se retrouve vite! Enfin, j'espère... Et on se quitte  avec un article!

 

L'ARTICLE EN PLUS

J'ai mis mon réseau belge pour dénicher cet article! Merci à Helena (même si elle me prend pour JLM himself ou son plénipotentiaire).

LA LIBRE BELGIQUE DU 6/12

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Repost0