divers- liens-autres

Publié le 3 Février 2015

Sébastien Bataille qui me disait n'avoir rien de prévu niveau promo a quand même négocié avec PURE CHARTS l'exclusivité de son interview de JB HEBEY, le premier "producteur-éditeur" de Murat en 1981.... Cela a dû se faire à la dernière minute. Et il n'est question que de ça avec des titres racoleurs autour de vieilles déclarations de Murat... Dominique A regrettera-t-il de s'être associé à ce ramdam?   EDIT: Voir dans l'article suivant sa réponse en exclusivité

 

Vu qu'il y a un début de buzz autour de cette histoire, je fais tout de suite cet article, afin que ceux qui souhaitent via google avoir des compléments d'informations les trouvent.

 

1) Concernant HEBEY, dont une retranscription d'interview téléphonique de près de 10 pages figure dans le livre, on avait peu d'informations. Mais pourquoi doit-on prendre ses déclarations avec recul? (Bataille ne fait lui aucune enquête journalistique pour mettre en perspective ce portrait peu flatteur humainement dressé par Hebey). 

MICHEL ZACHA nous avait déjà éclairé et je lui ai demandé de réagir. Il ne fait pas partie du "cercle rouge" des amis de Murat, selon l'expression de Sébastien Bataille, donc pas d'intérêt dans l'histoire.

Voici donc ce qu'il nous disait en mars 2012 (il est curieux que Bataille ne l'évoque pas, puisque ça se trouvait facilement sur google (1ere ou 2e page):

 

Concernant Murat, un flot de questions: je n'avais pas tilté sur ce label "sumo"... un label mais qui ne faisait ni production, ni distribution? donc à peu près, rien?

ZAC: C'était justement le label qu'avait créé J.B. Hebey pour coincer Murat (contrat de cinq ans, édition et tout le bazar... sans aucune structure conséquente). En effet, il avait été l'un des premiers à avoir entre les mains le 45 tours "Suicidez-vous le peuple est mort ". Murat à l'époque ne connaissait rien au showbizz et mettra plusieurs années à s'en débarrasser.


- Constantin n'a pas joué de rôle à ce moment là ? Où bien était-il le supérieur de Dejacques?

ZAC: Dejacques qui était un free-lance arrivant en fin d'une longue carrière, et déjà malade, avait accepté la sécurité d'un poste de directeur de la production française salarié chez EMI. Constantin, lui, gérait les éditions. Ils faisaient partie de ces quelques rares personnes infiltrées dans les structures rigides du "métier" de la variété qui avaient de l'oreille, un véritable amour pour les créateurs et défendant véritablement les artistes sur le long terme.

Des alliés et des amis: En 1976 Le Directeur Artistique était Michel Poulain (Michel Bonnet Directeur général) qui, intelligemment, nous laissaient faire. EMI avait du blé à l'époque, car l'argent gagné avec les Beatles... ou Tino Rossi restait dans le secteur du disque et servait à produire de nouveaux talents et pas à engraisser des trust mondiaux. C'est justement grâce à ce système qu'on pu exister chez Pathé de gens aussi différents que Manset et Yves Duteil. l'intégralité de l'interview de ce grand personnage de la musique, ami de Desproges, Choron, Kent, Higelin.... :

http://www.surjeanlouismurat.com/article-inter-vious-et-murat-n-11-michel-zacha-101277868.html

 

 

Voici ce qu'il m'a écrit après la lecture des propos d'HEBEY, avec une anecdote sur Julien Clerc (ils ont joué HAIR ensemble).... :

"Décidément Jean-Bernard Hebey est un... !! Son interview pue. Ce mec n'a jamais rien compris au rock'n roll. C'est le show bizz dans toute son horreur, celui que j'ai fui toute ma vie, celui qui a tué mon ami Constantin. Ses critères de "réussite" sont d'une bêtise insondable. Du fric, un "arrangeur", des requins de studio payés à la séance, avec quart d'heure syndical et tout le toutim. Puisque Hebey parle de Julien Clerc, je me souviens d'une conversation, à la table du resto où allaient dîner les ingé-sons et les musiciens quand ils travaillaient aux studios d'EMI, Pont de Sèvre. Julien était en train d'enregistrer et son arrangeur, le célèbre Jean-Claude Petit a eu cette aparté qui résume tout: Si seulement Julien ne jouait pas du piano dans ses chansons… Beuurrk ! disais-je.

Un monde de "Professionnel" dont le seul but est de se faire le plus de fric possible en pressant le citron, pardon les "artistes". J'n'ai pas trop envie d'en rajouter.

La seule VÉRITÉ puisque moi, j'y étais, c'est que, pendant toute la durée de l'enregistrement des fameux 6 titres (Murat - Sévices amoureux - Cassis mouillé - Les hanches de daim - Les militaires - Le cuivre) au studio de Flexanville en 1982 avec Vincent Chambraud, et pendant les mixages au studio 2 d'EMI avec Claude Wagner, je n'ai JAMAIS VU Jean Bernard Hebey. Point barre.

Qui était mon directeur artistique avant de diriger l'artistique d'EMI ?: Claude Dejacques.

Qui était mon éditeur chez Pathé Marconi, avant de devenir mon ami et complice pendant des années ? Philippe Constantin. Et c'est donc Claude Dejacques et Philippe Constantin qui ont tout fait pour que Bergheaud se débarrasse de Hebey et de SUMO (même le nom du label est révélateur).

Qui était allé enregistrer en 1973 son deuxième album dans un nouveau studio complètement inconnu à l'époque, "The Manor" que venait d'ouvrir un autre inconnu: Richard Branson ?

Ma pomme !

Qui est-ce qui a créé, rue de Belleville, "Clouseau Music" en 1978, financé par… Richard Branson, dans le but de créer la première tête de pont "Virgin" à Paris: Philippe Constantin.

Ce n'est donc pas par hasard que Murat, avec son caractère de cochon et la réputation qui le précédait a été reçu et signé par Virgin, qui lui a laissé TOUTE SA LIBERTÉ ARTISTIQUE et ce, pendant des années et sans parler "fric"

La boucle est bouclée non ? et Hebey ferait bien lui aussi de la boucler. :-)

Le seul jugement impartial que porte Mr SUMO sur un de ses confrères, c'est quand il parle de ce faux ... de Philippe Manoeuvre ! Il faut dire que Jean Bernard Hebey est un connaisseur en la matière".

 

voilà... voilà...

Sur cette période, voici enfin le témoignage de Claude Dejacques, directeur artistique de Barbara, Gainsbourg et tant d'autres, dans son livre "Piégée, la chanson?"... Je vous en parlais en janvier 2012. Ce propos infirme en partie les dire de HEBEY sur la relation avec PATHE (page 43-44). Pour Dejacques, les "timorés", c'est les financiers de la Maison de disques... Rien à voir avec le soit-disant mauvais caractère de Murat, même si Dejacques pointe un léger manque de reconnaissance.

 

 

 

Jean-Bernard HEBEY et Jean-Louis MURAT, et BETTINA RHEIMS
Jean-Bernard HEBEY et Jean-Louis MURAT, et BETTINA RHEIMS

C'est Dejacques de PATHE/EMI qui s'est battu pour faire et sortir "Passions privées"....

Dans le livre, il cite encore Murat en fin de livre quand il fait la longue liste des artistes dont il a vu les contrats résiliés par ses supérieurs.

Plus d'infos sur ce grand Monsieur méconnu: http://www.surjeanlouismurat.com/article-dejacques-et-zacha-producteurs-de-murat-en-81-82-part-2-77790374.html

Et bien sûr, ces informations se trouvaient sur le net.

 

 

2) Dans le livre, il est affirmé que Murat aurait menti en déclarant qu'il s'était fait photographié par Bettina RHEIMS.

Dans libé, Murat disait effectivement à Bayon: «Jamais personne n'a réussi ! J'ai fait Mondino, Bettina Rheims, je vais faire Jeanloup Sieff. A chaque fois, c'est des catastrophes. Depuis que je suis petit, je ne me reconnais pas, personne ne me reconnaît.»

Avec Baptiste Vignol, nous étions sceptiques puisque le site MUSIKAFRANCE indiquait bien BETTINA RHEIMS comme auteur de la pochette de PASSIONS PRIVEES (et ça toujours dans les toutes premières pages de google). Bataille a ainsi produit sur son blog un courrier du site officiel de la photographe disant qu'il n'existait pas de portrait de MURAT par Bettina Rheims... sauf qu'il ne fallait pas leur parler de "portrait".

A mon tour, je les ai interrogé.. Voici la réponse:

 

"Concernant votre question, je vous confirme que Bettina a bien photographié Jean-Louis Murat vers 1984… et que cette séance a été utilisée pour la pochette du disque 'Passions privées'.

 

bien à vous,

Vanessa Mourot"

 

 

Sans commentaire. Pour le moment.

 

J'ai un compte-rendu d'un super bon concert à faire...

 

EDIT/  15 jours après cet article, Bataille a  demandé à "Bettina Rheims" de faire un communiqué officiel pour s'excuser du fait qu'ils auraient fait donner un mauvais élément à M. Bataille.Certes.... mais c'est un peu facile, et c'est surtout ne pas accepter de prendre sa part de responsabilité... En posant la bonne question (fruit d'une recherche google nécessitant une minute), J'AI EU LA BONNE REPONSE.  

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 3 Février 2015

Parler ou ne pas parler d'un livre qu'on n'a pas lu? En faire la promotion? ... On a vu avec Houellebecq ce que ça pouvait donner... Ceci dit avec Houellebecq, le problème reste entier après l'avoir lu... puisqu'il semble qu'on y voit beaucoup de choses différentes. Ça sera peut-être aussi le cas pour le livre "COUPS DE TÊTE".... biographie non-autorisée sur Jean-Louis Murat.

On avait souvent exprimé ici le manque que l'on ressentait de l'absence de livre sur Murat... et j'ai bien sûr accueilli la nouvelle d'une sortie avec joie... Je suis rentré immédiatement en contact avec l'auteur afin de voir si je pouvais lui poser des questions et avoir le livre rapidement. Nous avons convenu que je lui poserai des questions avant lecture, puis après. A ce jour, je ne l'ai pas eu, alors que ceux qui l'ont commandé chez l'éditeur l'ont reçu dès la semaine dernière. Baptiste Vignol l'a reçu également... à la Réunion et a déjà écrit son billet. Sébastien Bataille me dit: "vous le recevrez le 2/02, donc avant la sortie", On est le 3, j'attends, mais le fait est qu'il n'a rien fait pour que je le reçoive rapidement, et puisse en dire quelque chose.  EDIT: Reçu ce jour le 4/02

J'ai quand même eu quelques éléments du livre, et ma méfiance s'est accrue, comme elle s'est accrue à la lecture des réponses de Bataille à mes questions.

Alors fallait-il parler du livre? publier cet entretien en l'état?

ICI, c'est un blog non officiel, et même si j'entretiens des rapports très courtois avec la Maison, la ligne éditoriale a toujours été claire: on parle de tout, même des choses qui fâchent : la récupération de l'extrême-droite, l'attaque d'Act Up, ou en retwittant les 140 signes méchants de certains...en se posant bien-sûr la question de ne pas faire de promotion des conneries non plus... Enfin, ce n'est pas toujours facile d'avancer parfaitement droit, mais ce qui m'a toujours rassuré, c'est que Murat lui-même n'a jamais fait l'économie d'un bad buzz. La fameuse peur du succès dont il est question dans le livre? Il est donc difficile de nous reprocher d'évoquer des éléments peu flatteurs! La victime est aussi le premier responsable (Je n'avais pas lu la préface de Dominique A avant d'écrire ces lignes... et nos propos sont proches). Bien sûr, il justifie parfois ce discours médiatique, comme une forme de résistance, une forme de sincérité (à l'envers ou totale), mais le fait est, que dans le grand cirque médiatique dont il participe, le résultat est là.

Ensuite, nous pensons que Jean-Louis Murat est une personne importante, et il n'est pas anormale que l'on s'intéresse à des éléments biographiques, et celui-ci n'en est pas avare non plus, accueillant les journalistes chez lui, laissant Bayon, proche parmi les proches, évoquer sa vésicule, parlant de ses enfants, de sa vie ou livrant un ou deux autoportraits par album ("la chèvre alpestre" pour le dernier en date)... Ce sont des éléments pour aussi appréhender son œuvre, pas indispensables peut-être, mais intéressantes.

Alors, bien sûr qu'on aurait préféré la participation de Jean-Louis au livre (mais à condition qu'il y ait aussi "enquête"). Bataille a semble-t-il tenté d'avoir des témoignages sur le terrain... et c'est une démarche qui ne me parait pas anormale. Il n'a pas eu grand chose et du coup, se rabat sans doute sur des propos dont on peut se poser la question du caractère diffamatoire,   de JB HEBEY,  sans faire une enquête derrière pour chercher la vérité. Il se contente de retranscrire ainsi une interview téléphonique où il semble donner toujours raison à JB : "votre témoignage apporte des éléments de réponses évidents", "c'est indéniable", "ah, oui, Toboggan sonne comme un recueil de démos", "il ne vend pas de disques" (juste au moment où Babel monte à des scores très très honorables : Bertrand Betsch disait sur mon fb : "Vous ne vous rendez pas compte que vendre 22 000 albums aujourd'hui c'est comme en vendre 220 000 il y a moins de dix ans. C'est juste énorme. Surtout pour quelque chose d'aussi pointue".

Cette façon de faire est d'autant plus dommage qu'il suffisait de s'appuyer sur ce modeste blog pour trouver un témoignage de cette époque, celui de ZACHA. Je l'ai fait réagir aux propos de HEBEY et je vous livrerai son témoignage prochainement ( A LIRE ICI).  Avec les fantômes de Claudes Dejacques et Philippe Constantin, des grands Messieurs, eux. 

 Alors, voilà...

Où veut-il en venir, me dîtes-vous? ou vous dîtes-vous à moi? ou en vous? Euh... Oui, je vous fais part de mes réflexions qui ont été nombreuses depuis 2 semaines... pour en arriver à la réponse à ma question ci-dessus... Devais-je publier l'entretien? J'ai décidé positivement. Le fait que ce ne soit pas très intéressant est déjà une information. Sa promotion sur le mode du "sensationnalisme" ne me parait pas à la hauteur du sujet... Et puis, certains sites (pure charts, téléstar relayant les propos les plus "acerbes" de Murat") viennent de faire des articles qui seront lus des centaines de fois plus que celui-ci. La machine est en marche (ça a déjà suscité des réactions du côté des soutiens de Renaud)... Il faut dire que le livre consacre 50 pages aux propos les plus "fracassants" de Murat (on peut en partie les retrouver gratuitement sur ce blog sans doute! ).

J'aimerais retenir la phrase de B. VIGNOL: "ce bouquin qui s'avale en deux heures ne devrait pas trop fâcher le chanteur tant il souligne la majesté d'une Œuvre «dont le nombre de réussites impressionne». Tant pis si c'est une grosse déception, si les "fans hard-core" n'y apprendront rien (110 pages de bio seulement, dont 10 sur Hebey, forcement...) et prendront ce livre comme "objet de collection" (comme le décevant -selon moi- Lesueur sur Manset)...

On reviendra plus longuement sur le livre, son contenu, et aussi sur ce qu'il n'y a pas... Sébastien semble-t-il est prêt à se justifier (il a apporté sur son blog par exemple un élément de réponse à B. Vignol qui a trouvé la première erreur factuel dans le livre, on verra prochainement qu'il s'agit bien d'une erreur) et j'espère qu'il tiendra son engagement de répondre à une deuxième série de questions ("nous", car si à la lecture, des questions vous viennent, vous pouvez me les communiquer).

-------------------------------------

Sébastien Bataille est l'auteur de plusieurs livres, dont sur Téléphone, Raphaël, Indochine, et Duran Duran. Les avis des lecteurs sur ces livres (amazon) sont plutôt positifs, bien qu'ils soient parfois difficile de contenter les "fans spécialistes"! Il collabore actuellement à Causeur, et a participé au Dictionnaire du Rock d'Assayas (au côté de l'interviouvé ici : Benoit Laudier)

 

1) D'où est né ce livre? (un projet ancien? une commande?)

Après mon livre sur Duran Duran, sorti fin 2012 chez Fayard - et approuvé ensuite officiellement par le mythique groupe anglais -, je me suis dit que le seul artiste pour lequel j'aurais encore la force et l'envie de consacrer une biographie serait Jean-Louis Murat (que j'écoute depuis Cheyenne Autumn, époque où j'étais au lycée). L'idée a finalement pris forme l'année dernière, un peu avant la sortie du Nouveau Dictionnaire du Rock (auquel j'ai collaboré). Ce n'est donc pas une commande, ni un projet ancien.

2) ... Vous arrivez même à citer Duran Duran dans le livre... Vos goûts sont éclectiques pour avoir ainsi ce groupe au côté de Jean-Louis, non? Est-ce que vous voyez des éléments qui les rapprochent?

Je n'aime pas les étiquettes et les chapelles en matière de musique. J'écoute les disques avec mes oreilles, pas avec mon cerveau. Kafka écrivait : "Un livre doit être la hache qui fend la mer gelée en nous", j'attends la même chose d'une chanson, qu'elle soit signée Duran Duran, Jean-Louis Murat ou New Model Army. Un jour, un fan de ce groupe m'a dit : "On ne peut pas à la fois aimer Duran Duran et New Model Army, c'est impossible !". Je suis la preuve vivante que si. Ce genre d'individus se regarde aimer un groupe, un style musical, pour se trouver ou se façonner une identité ostentatoire, on n'est pas dans l'amour de la musique. Quant aux point communs entre Duran Duran et Jean-Louis Murat, hormis la qualité des textes (Simon Le Bon est un poète passionné de littérature), je dirais... leur côté "wild boys" peut-être ?

On va donc poursuivre la présentation en passant par les questions rituelles de l’inter-ViOUS ET MURAT

3) Vous écoutez donc Jean-Louis depuis Cheyenne… Quelle a été ensuite votre histoire avec lui ? (vous vous qualifiez de fan ? à écouter tout ? à collectionner les inédits ? à le voir en concert ? dans votre travail de journaliste (rencontre)?

Après Cheyenne, j’ai toujours suivi avec intérêt l’actualité musicale de Jean-Louis Murat, sans pour autant me considérer comme un fan. Par exemple, je ne me suis penché sur les inédits et faces B que pendant l’écriture du livre. Je l’ai vu 4-5 fois en concert et j’ai pu réaliser une interview de lui par mail à l’époque où j’écrivais pour Bakchich.

4)

- Votre album préféré ?

En ce moment, Tristan

- ah, pourquoi Tristan? Alors même que vous avez été très dure avec Toboggan (enregistré aussi chez lui, seul)...

J'aime le charme intemporel qui s'en dégage, de la première à la dernière seconde. C'est peut-être l'album le plus cohérent, le plus harmonieux de Murat. J'étais pourtant passé à côté à sa sortie, trouvant le single - "Tel est pris" - bien faiblard (et le clip trop "M6"). Et un jour, un miracle s'est produit. J'étais en voiture sous une pluie battante, tard le soir (il faisait nuit), avec l'autoradio allumé sur France Inter (le miracle n'est pas que j'écoutais France Inter). La station a diffusé au milieu du programme une chanson de Murat qui collait parfaitement au climat extérieur oppressant. Je ne la connaissais pas mais elle m'a complètement hypnotisé sur le coup : elle était géniale ! J'espérais que l'animateur annonce le titre à la fin. Et effectivement, il l'a dit : "Marlène" ! Forcément, j'ai acheté l'album dans la foulée, et je l'ai adoré.

- 3 chansons ? et pourquoi ?

« Qu’est-ce que ça veut dire », parce que, pour reprendre le titre du livre de Neal Cassady, c’est un truc très beau qui contient tout.

« Aimer », parce qu’il a l’air particulièrement sincère dessus.

« Baby Carni Bird », son « I Am the Walrus » à lui.

- On pourrait sans doute en trouver quelques autres… encore plus énigmatiques ! A propos de cette chanson, il a dit : « Mon seul problème est d'arrêter le flot d'images ».

Gardez-vous en mémoire un concert particulier ? un souvenir ? une anecdote ?

Oui, je garde un souvenir très particulier de deux concerts, j’en parle dans le livre (je préfère donc laisser la surprise aux lecteurs de la biographie).

- Et puisque vous êtes aussi auteur de chanson, est-ce qu’il y a une chanson que vous avez écrite qui vous évoque Murat ou qu’il vous a inspiré directement ?

Non, du tout. Pour ceux que ça intéresse, voici deux liens YouTube de chansons de mon ancien groupe Toi L’Héroïne : "Jeune veut pas", réalisée par Jean-Jacques Nyssen (compositeur de Clarika) et "Tu n'y penses pas vraiment", en duo avec Sylvie Hoarau (du groupe Brigitte).

5) Revenons-en au livre. Vous reproduisez dans le livre l’interview de 2009… et il n’y a donc pas eu d’entretien avec lui pour le livre. Est-ce que vous avez cherché au départ à avoir son accord ou au moins à l’interroger ? C’est sans doute assez frustrant de n’avoir pas pu le faire… même si c’est via des témoignages qu’on peut aller au-delà du « discours officiel » assez maitrisé (par exemple, sur la traversée du désert…) ?

Là, avec cette nouvelle question, on touche au point sensible du livre. Je ne peux pas répondre à cette question, les tenants et les aboutissants de ce que vous soulevez figurent bien évidemment dans le livre. Je peux dire une chose : j'ai contacté le maximum de personnes centrales dans la vie et l'oeuvre de Jean-Louis Murat, après l'avoir contacté lui et son entourage professionnel. Le résultat est là, surprenant, incroyable, déroutant, condensé dans plus de 200 pages. Sur la traversée du désert que vous évoquez, je promets en effet des révélations, qui ne plairont pas à tout le monde.

On ne s'étonnera pas, à la lecture du livre, qu'il n'y a jamais eu de biographie de Jean-Louis Murat avant.



6) Avec cette dernière phrase, vous voulez dire qu'il n'était pas possible d'écrire une biographie de Murat sans se fâcher avec lui? ou du moins le contredire?

En effet, et c'est un euphémisme de le dire, même si les intentions de départ étaient très éloignées de ce genre de considérations. Mais je précise tout de suite que ce n'est pas un livre à charge contre Murat (ni une hagiographie d'ailleurs).



7) A propos des témoignages, vous avez dévoilé quelques noms sur votre blog et en 4e de couverture, mais pourriez-vous nous dire quelles sont les 2 ou 3 personnes qui ont refusé que vous auriez vraiment aimé interroger? Je pensais peut-être à Bayon même s'il est peut-être trop proche de JLM...


Non, je n'ai aucun regret, le livre devait finalement exister comme ça et c'est très bien ainsi, j'en suis très heureux. Les gens qui l'ont lu dans le milieu me disent tous qu'il est "absolument incroyable" . Il faut croire que c'est une expérience de lecture. Avec un sujet comme Murat, il ne pouvait finalement pas en être autrement.



8) SIC...

Dernière question sur les sources, certaines ont-elles voulues rester anonymes?

- Du tout, mais j'ai veillé à préserver l'anonymat de certaines personnes.

 

Interview réalisée par mails du 20 au 27 janvier.

-----------------------

"Contre-enquête" sur le livre:  http://www.surjeanlouismurat.com/2015/02/sortie-de-coup-de-tete.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 14 Décembre 2014

Et oh je vous rappelle que j'ai eu 5 ans...

Pour fêter ça, quelques photos un peu rares trouvées sur Facebook.... et pour commencer un petite EAU DE LA RIVIERE... avec deux séquences filmées hier... parce que "mon coeur fait [toujours] boum, boum"

De l'image...
De l'image...
(by A.Cossut)

(by A.Cossut)

De l'image...
E.Derveaux

E.Derveaux

Festimeuse

Festimeuse

Festimeuse

Festimeuse

(doc sur les RAMONES)

(doc sur les RAMONES)

jp lesage (Cluses)

jp lesage (Cluses)

De l'image...
C. GAYE

C. GAYE

Rockstore par P. NOEL

Rockstore par P. NOEL

2014 par P. Guiffard

2014 par P. Guiffard

De l'image...
Vif 2014

Vif 2014

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 4 Décembre 2014

Alors?

Bon, personne y pense?

Vous n'avez rien à me dire?

Vraiment?

Pfffuu.... Moi qui pensais avoir des amis ici... Tu parles....

Bein, oui, 3 décembre!! 3 décembre 2009! J'ai 5 ans, et personne pour me dire "bon' anni"!

Allez, je ne vous en veux pas: moi-même, j'ai failli ne pas me le souhaiter. C'est ce week-end que j'y ai pensé en étant très troublé par la survenance de cet événement: quoi? déjà? J'ai l'impression que mon barnum pour les 4 ans date d'il y a quelques semaines... Que cette année est passée vite ! Du coup, j'n'ai rien préparé pour fêter ça.

La faute à Murat qui ne s'est pas arrêté... Tournée d'été, d'automne, promo... Et l'aventure BABEL qui a débuté il y a un an tout juste avec le concert des 50 ans d'inter, on y était!

Alors, engagement auquel je me tiens, que vous dire dans mon rapport moral annuel?

Back to the past (les grands événements de l'année écoulée):

J'ai bénéficié de temps cet automne pour gérer la promo Babel, mais ça a été un travail entrepris presque depuis décembre 2013: Matthieu nous proposait une discographie commentée de THE DELANO ORCHESTRA il y a un an... alors qu'on chantait RICHARD pour pleurer FOULQUIER. En janvier, "chroniques d'en haut" (comme une prémonition de BABEL, nous permettait de vivre quelques minutes dans le Sancy. Juste avant, je vous proposais l'interview de Mathis et d'Antonin Lasseur, deux jeunes chanteurs fans de Murat... On retrouvera Antonin le 21 Février à la soirée Murat à la Bellevilloise.

En février, on trouvait encore quelques traces de promo de Toboggan (notamment dans Montagne et Alpinisme), alors que le blog bénéficiait (en terme de visiteurs) de la prochaine sortie d'un disque de MANSET.

En mars, c'était encore bien calme, et on était à la limite de s'ennuyer... si bien que j'explorais un univers de carte postale autour du Sancy (que j'ai exploité sans vergogne jusqu'en août) et je m'amusais à faire de la vidéo:

 

 

Mais déjà,  Murat nous annoncait les débuts des enregistrements du futur BABEL...

En avril, on ramait un peu... mais Matthieu fournissait quelques calories en commentant le CAHIER BLEU d'Alexandre Rochon ou livrant un compte-rendu du concert d'Elysian Fields à Beaumont tandis que j'espérais faire un peu de buzz avec :

http://www.surjeanlouismurat.com/article-le-petit-manuel-musical-du-football-123490924.html

http://www.surjeanlouismurat.com/article-le-petit-manuel-musical-du-football-123490924.html

 

 

En mai, j'étais en vacances ou quoi?  5 articles... Montagne, et compte-rendu de Jeanne Cherhal. un des articles les plus lues de l'année.

En koloko (juin quoi!),  la nature se réveillait définitivement :   deux inter-ViOUS ET MURAT (la belle rencontre avec Jérôme PIETRI proposée par Matthieu, et  la proposition poétique de Magali BRENON, que l'on retrouvera également le 21 février), des concerts de Murat (koloko, Villeurbanne, Mont Noble).

Quant à Juillet... 21 articles... ça cravachait enfin... Babel était annoncé et on découvrait les titres dans les festivals.

"Toboggans rentrés" en août, j'expérimentais l'alimentation du blog via l'Allemagne.. et c'est parfois compliqué du fait des replay non accessibles par exemple. L'Allemagne, je vous l'annonce, j'y serai durant 6 mois en 2015, et je compte sur vous pour m'aider!

... En septembre, c'est l'accélération... Près d'un article par jour  (et en octobre,  43!). Une belle campagne promo, sans grosse polémique, et plus que jamais, on essaye de traiter ça avec humour...

Je trouvais quand même le temps de faire un peu de création avant de découvrir le disque:

 

 

 

En octobre, la fréquentation du blog n'a jamais été aussi importante avec 12 000 visiteurs et 20 000 pages vues... même si, mystère, je constate que l'interview d'Armelle PIOLINE d'HOLDEN, qui date du 2 avril 2011, est l'article le plus lu sur cette période... Sans doute un référencement Google  favorable?   L'article annoncant un livre sur Jean-Louis Murat est lui aussi fort lu... On en parlera sans doute beaucoup, et je vous annonce que vous devriez avoir droit à l'interview de l'auteur.

 

Alors, en résumé, je vous disais qu'on s'ennuyait en début d'année, mais c'est aussi que j'étais dans le mou (quitte à râter l'opportunité d'une interview ou deux), mais Matthieu m'a aidé à tenir la baraque... Merci à lui, et à son travail de fourmi au poil (on lui doit la dernière inter-ViOUS ET MURAT : Benoit Laudier). 

 

 

Merci également à Pascal qui me fait bénéficier de son boulot considérable  d'archivage.  

Merci à tous ceux qui commentent les articles sur le blog, et partagent sur FB, et m'alertent sur des infos...

 

L'un des événements de cette année a été la mise en place de la nouvelle plateforme over-blog. Des points positifs, des points négatifs... mais il fallait y passer...  Mon pari de financer le coût du "premium" (nom de domaine) à la fin du mois est presque réussi... il manquera quelques euros  (mais je me refuse  à paramétrer la publicité la plus envahissante -une vidéo à visionner sans que l'on puisse la fermer-  et je renouvelle mes excuses pour cette pub sur la bourse qu'on est obligé de supporter en ce moment).

 

Total depuis la création du blog
235660 visiteurs uniques
486775 pages vues
 
- 15e site/blog musical du  classement Teads, en octobre (298e en culture)! Devant Soul-kitchen!   Ca devrait rebaisser après la période de promo!
 
- Mon profil FB avec 783 amis progressent doucement, mais la diffusion des articles me semble ralentie par le nouveau "algorythme" qui gère la diffusion sur les murs (c'est aussi lié au peu d'interaction: je participe assez peu sur les murs des amis, et du coup, les liens ne sont pas diffusés sur ceux-ci). PENSEZ DONC A VOUS ABONNER ici (via la newsetter ou via les notifications fb).
-Même constat pour la page "surjeanlouismurat, le blog", et ses 188 like.
 
- Twitter: il a fallu que j'intensifie ma veille... C'est une source d'infos importantes, et j'y retweete les propos sur Murat les plus intéressants. Les visites via twitter restent peu nombreuses: 2%.
 
L'année 2016 s'annonce d'ores et déjà chargée: concerts en Belgique pour bibi, soirée Livre Unplugged du 21 Février, le livre sur Murat, des inter-ViOUS ET MURAT... et pleins de projets sur Murat... sans aucun doute!
 
Sur ce... A l'année prochaine... (Si vous souhaitez d'autres informations, vous me demandez ci-dessous).
Give me five...

LE LIEN EN PLUS:

 

Benjamin Biolay annonce qu'il quitte Twitter... et TELERAMA en fait même un article...

Oui c'est sûr que c'est dommage... Moi-même, j'avais eu mon jour de gloire !

Rappel:

http://www.surjeanlouismurat.com/article-nuits-de-fourviere-eclat-final-119343788.html

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 3 Décembre 2014

Non, c'est vrai, Matthieu? C'est vrai? Tu me laisses de la place   SUR MON BLOG    pour écrire? C'est très gentil, merci... Mais juste une introduction?  Ouais, et bien, ça sera pour une prochaine fois... parce que moi, j'attends la version intégrale de l'interview pour causer... On nous l'a promis avec un peu peu plus de Murat! Et puis, tant qu'à faire de la pub pour tes potes, t'aurais pû rappeler cet article précédent sur le blog: http://www.surjeanlouismurat.com/article-christophe-pie-au-miroir-de-servieres-cahier-bleu-suite-123312417.html... Il était écrit par M.  Bonne lecture!

--------------------------------------------------------------------------

 

 

Hip Pie Pie... hourra !!!

Coup de projo sur deux jeunes qui débutent...

 


Parmi les chanceux présents à la Coopérative de Mai le 7 décembre 2013 pour le concert-matrice de la collaboration entre Murat et The Delano Orchestra se trouvait un dénommé Thibaud, qui vécut en ce frais samedi matin son dépucelage muratien. Un an plus tard, certains d'entre nous se souviennent encore avoir assisté, attendris, à sa rencontre avec l'un de ceux qu'il a choisis pour lui montrer la voix, l'électron libre Didier Varrod. Mais qui est donc ce Thibaud, me direz-vous ?

Thibaud a vingt ans, mais en paraît dix de plus depuis qu'il arbore une barbe drue pour plaire à sa (très) belle. Malgré ce look de fanatique en partance pour la Syrie, sa seule religion revendiquée est la musique, surtout celle qui résonne au carrefour du blues, du rock, de la pop et de la folk. Au nombre de ses prophètes, on trouve donc Iggy Pop, David Bowie, Lou Reed, mais aussi Niandra Lades, Garciaphone ou Jolaköttur, autant de formations issues de la scène clermontoise dont il épie, fébrile et avide, le moindre nouveau riff. Collectionneur frôlant le fétichisme, le jeune homme est regardé comme le Messie par les disquaires et labels locaux (Kütu Folk, Freemount...) qu'il dépouille régulièrement de tous leurs enregistrements, avant de partir en quête des introuvables, puis des inédits. Vous avez massacré les Stones dans le garage de votre oncle au temps où vous étiez lycéen à Blaise Pascal ? Chut, ne le dites surtout pas à Thibaud ou il vous harcèlera jusqu'à que vous lui cédiez la seule K7 qui vous reste de cette période honteuse et boutonneuse de votre vie...

Interview radio de Christophe PIE

Peu enclin à écouter les vieux cons qui lui annoncent la mort prochaine de la radio, la disparition de la musique enregistrée et la lente agonie du métier de journaliste, Thibaud croit en sa bonne étoile, promenant son zoom et son enthousiasme dans toutes les salles de Clermont, afin d'y capter les sons du moment. Et s'il est officiellement étudiant en communication, c'est bien avec un casque sur les oreilles qu'il fait l'essentiel de son apprentissage, en révisant l'histoire du rock à coups d'intégrales scrupuleuses de ses groupes préférés, tout en restant attentif aux conseils avisés de son vieux maître Shaolin (et dealer de disques), l'Inrockuptible Bruno Juffin. Alors qu'il était déjà programmateur pop pour Radio Campus Clermont-Ferrand, Thibaud a lancé en octobre sa nouvelle émission, Le petit lait musical, qui rassemble en un seul concept Laurent Boyer (pour la proximité avec les stars), Didier Varrod (pour la curiosité groupie), Champollion (pour le tropisme archéologique) et Pierre Mendès France (heu... à cause du lait ?). Et ce mardi, Thibaud a décidé d'aller boire le précieux breuvage à même le Pie. Christophe Pie, of course.

Vous pensiez tout savoir sur le musicien auvergnat qui connaît le mieux le Berry, depuis son interview par Pierrot (c'était le 14 décembre 2009 et ça ne nous rajeunit pas...) ? N'avoir plus rien à apprendre sur le Fier amant de Servières ? Oubliez tout et retrouvez Christophe en interview depuis son loft situé au dernier étage du centre Jaude, nu sous sa robe de chambre en cachemire, entouré de tous ses animaux. Attention, Fréquenstar... Ringo Starr !

Interview radio de Christophe PIE

   Pour écouter Le petit lait musical autour de Christophe Pie, c'est ICI.
   Pour découvrir les autres programmes de Radio Campus Clermont-Ferrand et aider la station étudiante à doubler RTL, c'est .
   Enfin, vous l'aurez compris, Thibaud est encore en phase d'apprentissage, il a donc besoin d'auditeurs bienveillants pour répondre à l'inévitable question qui nous taraude tous : "Qu'entends-tu de moi que je n'entends pas ?". Alors n'hésitez pas à lui adresser remarques, critiques, compliments ou injures dans la zone "Commentaires" de cet article ou bien directement sur la page Facebook du Petit lait qui compte à ce jour moins de cent like... mais ça, c'était avant la déferlante muratienne à venir. ATTENTION : une version allongée de l'émission est annoncée, elle devrait être disponible dans les prochains jours précisément sur cette page Facebook.
   Et bien sûr, Christophe Pie dispose toujours d'une page son-nuage-après-dissipation-des-brumes-matinales qui contient quelques pépites, anciennes et récentes,... en attendant plus (un jour ?).
   Ce même Christophe Pie qui s'exprimait sur Babel dans le dernier numéro de Magic (celui avec Machin en couverture) que l'on peut toujours se procurer sur le site de la revue pop moderne :

 

 

Interview radio de Christophe PIE

Voir les commentaires

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 26 Octobre 2014

 

Retrouvez une interview très intéressante sur le photographe Frank Loriou qui a souvent travaillé avec Murat. Il nous délivre des infos intéressantes sur deux clichés fameux de l'auvergnat:

 

à lire ici http://htl.li/DdABs

 

extraits:

Sur la pochette de Toboggan de Jean Louis Murat par exemple, le vélo lui appartient, c’est une route à coté de chez lui, cette photo reflète un moment de vérité : je passais quelques jours chez lui, je l’ai vu sur son vélo.

 

Certaines sessions avec Jean Louis Murat ont été très belles. Je lui avais apporté mon livre, ça lui a donné envie de rouvrir la maison d’un de ses voisins, une personne très importante pour lui. Il avait racheté cette maison, sans doute dans la volonté de rester « maitre » de cet endroit, de la mémoire de cette personne. Je l’ai vu rouvrir les volets, je l’ai fait asseoir dans la cuisine. Il regardait par la fenêtre, il se passait quelque chose de très très fort. Il me dit « Ça fait 30 ans que je m’assois à cette place, lui à celle-ci, et c’est la première fois que je pose mon regard sur ce qu’il voit par la fenêtre». À la fin du shooting, je lui dis « Il y a un morceau de toi qui m’a particulièrement marqué Accueille-moi paysage », il me répond « C’est étrange, c’est le morceau que j’avais écrit pour ce voisin 2 jours après son décès ». Dans ces moments là, tu as vraiment l’impression de vivre un moment de grâce, de faire quelque chose qui t’échappe complètement.

Retrouvez la photo (pris chez Emile)  dont il parle sur l'article en suivant le lien ci-dessus.

 

L'interview est très bien, et c'est celle dont je rêvais... et qui avait été débutée... Voici donc cette "inter-ViOUS ET MURAT" interrompue  à Mustango (4 questions):

 

 

1) Pour Murat, j’ai retrouvé votre nom pour la pochette de Mustango, celles du maxi CD Polly Jean, de Muragostang… et la série de photos de 2011… Est-ce que c’est bien exhaustif ?
Si oui, pouvez-vous nous raconter l’histoire de cette pochette qui me parait bien représentative de votre style… ou bien des « codes » imposés par les maisons de disque ?

Oui j'ai rencontré jean louis il y a bien des années maintenant, pour la pochette du Mustango sur laquelle Virgin France m'avait demandé de travailler.

j'ai effectivement fait la création des maxis qui ont suivi, polly jean, le mont sans soucis, et le sublime live Muragostang, et le live in Dolorès à partir d'une création et de photos de paul ritter. Mais je n'ai jamais photographié murat à l'époque.

 

Je ne crois pas que cette pochette corresponde à des codes imposés par la maison de disque. au contraire nous sommes allés chercher très loin des pistes graphiques très originales, notamment autour du royaume du mustang, une région fascinante située au nord est du Népal, et qui fut longtemps interdite aux étrangers. Finalement à force d'épure nous nous sommes concentrés sur cet autoportrait de Murat extrêmement simple et brut, comme j'aime. C'est jean-louis qui a trouvé la typo de la pochette, et j'aime particulièrement l'image à l'intérieur où il se roule dans la neige. Et cet album qui est magnifique.

 

 

 

2) Je m'en rends compte que je suis collectionneur de LORIOU (cf photos)... Je suis un peu étonné sur cette référence au Royaume de Mustang... En reste-t-il vraiment
des traces?

Les voies par lesquelles passe la création d'une pochette de disque sont parfois impénétrables ;-)

 

 

3) C'est effectivement la typo qui est très particulière sur cet ensemble, à la limite de la lisibilité dans le livret d'ailleurs... Est-ce elle qui fait l'unité de l'ensemble ou y a-t-il
d'autres éléments?

 

L'équilibre de cette pochette comme de beaucoup d'autres repose sur la rencontre entre des images et des codes typographiques forts, c'est l'alchimie plus ou moins
réussie qui fait l'unité de l'ensemble, ou pa
s

 

 

4) Je parlais de codes (l'artiste en plan rapproché avec le nom à côté) mais tu parles toi plus de "tradition" dans l'interview à pop news.... Cela correspond tout de même
à des impératifs de marketing? (notamment qui expliquerait un peu l'alternance quasi-parfaite chez Murat entre les pochettes où il apparait, et celles "illustratives").

 

Les choix ne sont pas forcément raisonnés en terme de marketing, surtout chez jean-louis murat qui travaille bien plus à l'instinct et en fonction de son inspiration que sur des critères de commercialisation. La pochette Mustango est réalisée à partir d'un autoportrait, comme d'autres depuis ; certaines ont été réalisées à partir de dessins, de photographies mêlées à du graphisme. je crois que pour chacune l'approche a été très libre et correspond plutôt à une recherche de cohérence avec les sources d'inspirations de JLM au moment de la composition.

 

 

Frank Loriou, secrets d'instantanés

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres, #inter-ViOUS et MURAT

Repost0

Publié le 4 Octobre 2014

3e passage à la source après Murat et Marchet, avec grand plaisir... d'autant plus que j'avais fustigé l'absence de bières au bar la dernière fois... C'est désormais réparé... On retrouve toujours l'élu communiste qui évoque le visiteur palestien vu à la fête de l'huma, les habitués... mais aussi des visiteurs plus lointains: un camarade de route du Voyage de Noz venant de Lyon reconnaissant chaque chanson à l'introduction... Faut dire qu'on ne vient pas voir des inconnus, LES INNOCENTS.

Leur retour a été annoncé il y a un bail... mais la production du disque semble trainer... et vu l'économie actuelle de la musique, c'est en tournée qu'on les retrouve en premier lieu. En tournée à deux, JP NATAF, donc, et JC URBAIN. Magnifique guitare blanche acoustique pour Urbain, alors que JP jouera de la guitare sèche et de sa belle guitare électrique rouge.

Bien sûr, c'est un petit peu moins riche qu'avec un groupe complet... mais bien que je ne sois pas un grand connaisseur des "inno", on prend quand même un grand plaisir... Jean-Chistophe a des sourires jusqu'aux oreilles... presque des éclats de rire, le plaisir de se retrouver ne semble pas feint. On le comprend aussi dans 5/6 petites séquences parlées... notamment quand JP évoque l'envie de jouer des titres du dernier album des inno qui n'avaient jamais été jouées sur scène.

Jean-Christophe chante quelques titres d'une belle voix claire... mais, dois-je parler de fascination? C'est un peu exagéré.. mais JP Nataf, ah, JP... la classe internationale... On ne comprend pas toujours ce qu'il chante à la différence de son acolyte... mais soit... Cela tient de la voix, du jeu de guitare, et même du physique... Je regrette de ne m'y être mis que fort tard... ce qui fait que je ne l'ai vu qu'une fois auparavant (co-affiche avec Marchet au brise-glace, où j'avais pourtant émis quelques réserves).

Les deux voix ensemble sont parfaites et tout cela est d'une parfaite harmonie... même s'il semble qu'il y a de la place pour l'improvisation, surtout du côté de JP. De belles introductions, des finales parfois surprenants, le public est invité à chanter, mais est un peu timide.

Au programme, deux (ou trois) nouvelles chansons, et les tubes: fou à lier, l'autre finistère, Colore, un homme extraordinaire... et un public conquis... qui applaudit à tout rompre, même après que la lumière se soit rallumée.

Bon, pas le temps de vous en dire beaucoup plus, ni l'envie... Alors petite interview de JP Nataf dans le Dauphiné:

http://www.ledauphine.com/isere-sud/2014/09/29/les-chansons-des-innocents-ont-eu-leur-vie-propre

A noter la bonne première partie de FRED RASPAIL.

Son set a commencé avec une magnifique lumière. J'ai cru que j'allais frissonner avec une voix presque croonante à la Elvis... Cela n'a pas tout-à-fait tenu cette promesse, mais c'est quand même bien sympathique et originale http://www.fredraspail.com/homepage.html

copyright Dauphiné libéré

copyright Dauphiné libéré

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 4 Septembre 2014

Un petit voyage au Québec

Comme le dit Nicole Bouchard...

"Si tu veux retrouver le pays de tes ancêtres Viens donc à Québec"

A paraitre le 9 septembre chez AUDIOGRAM belle maison québecoise qui fête ses 30 ans... 30 chansons versions dénudées... livrées live, en une prise... et visibles en vidéos... de quoi passer une douce nuit... ou de verser une petite larme...

et donc de confirmer le talent des grands chanteurs canadiens dont Pierre Lapointe, Belanger, ... difficile de vous faire une sélection... Je sélectionne l'hommage à LLhasa, cela fera plaisir à certains.

Je ne vous mets pas Isabelle Boulay (puisqu'elle ne chante pas un des titres écrits par Murat!) .

http://www.audiogram.com/trente/

Daniel Belanger

Pierre Lapointe... superbe

... et spécialement pour toi, chère lectrice... oui, toi, Ian Kelly http://vimeo.com/105191068, et Peter Peter http://vimeo.com/105185387.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 30 Juillet 2014

 

Un paysage Lunaire, qui fait penser à la pochette de BABEL...

roches

 

Mais y croiser Murat, "faut pas y compter, faut pas y compter"  (chanson "col de Diane" à paraitre)....

Lac Chambon Vue Aérienne 18658 La Route du Col de Dyane

 

(route du col de Diane, au fond le lac du Chambon)

 

 

 

 

LE VERNET SAINTE-MARGUERITE - SAIGNES - Col de Diane

Le Vernet Sainte-Marguerite et au loin le COL/

 

puy angle hommes

 

 

vue col

Dès leur plus jeune âge, les enfants sont éduqués à porter le chapeau de paille

 

telesiege col

... oui, il y avait au col une remontée mécanique. On voit le Chambon et une Roche...  On en trouve quelques traces sur internet mais plus sur le terrain.

 

626 001

On trouve les deux orthographes sur internet: DYANE ou DIANE.

télésiege col de croix morand

 

Un autre téléski disparu :

LE VAL BLANC

telesiege val blanc

 

 

vue montagne

 

 

carte postale humour cure

 

 

LES LIENS EN PLUS :

 

- Un chanteur auvergnat jaloux:

http://simplicisme.blogspot.fr/2014/07/toodle-loo-spirale-de-babel.html

 

- CONCOURS : Pour obtenir une invit pour le concert parisien:

AVEC OUI FM

 

et un autre pour pouvoir rencontrer Jean-Louis à VAUX SUR MER! Il faut être sur Fb

ICI

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0

Publié le 24 Juillet 2014

 

 

C'est la trève des marchands de glace... A part les accidents de la route,  rien à faire du côté de France 3 Auvergne... qui du coup, ont décidé de soumettre aux votes des internautes la meilleure chanson consacrée à l'AUVERGNE... dans une sélection de quelques chansons... Il faudra sans doute reprendre tout à zéro après la sortie de BABEL!!!

 

En tout cas, dans cette liste de chansons, il y a.... "le col de la Croix-Morand"... chanté aussi sous l'appellation "col de Diane" dans BABEL...

 

"Cet été, nous vous proposons d'élire la meilleure chanson consacrée à l'Auvergne". Arbitrairement, nous avons sélectionné cinq "tubes" composés et écrits au cœur de notre région. Et il y en a pour tous les goûts !

Certains d'entre vous auront peut-être la larme à l'œil en écoutant la déclaration d'amour de Bernard Oudoul, le pompier-chanteur né à Murat (Cantal) quand d'autres porteront vers le sommet les Flying Tractors. A moins que le Col de la Croix-Morand de Jean-Louis Murat et la Manivelle de Wazoo qui ont connu les plateaux de télé parisiens ne réunissent tous les votes…Et qui sait si le Fouchtri-Fouchtra de Jean-Luc ne va pas renverser la baraque !"

 

 

Et pour laisser un peu de chances aux autres candidats, voici les quelques vidéos proposées:

 

 

 

Bon, pas sur que vous l'avoir fait écouter celle-ci va favoriser son élection...126 000 vues quand même...

 

Laurent Mathoux qui est interrogé dans  "histoire de rock à Clermont-Ferrand" est présent :

 

 

Encore du velours:

Ca y est : vous avez les choux nettoyés qu'à force qu'sont tout' esquintés à  écouter vot' Jean-Loui?

 

 

Et pour finir... non, ce n'est pas une blague... Ils proposent aussi:

 

 

 

 

Bon,  ils ont aussi : L'AUVERGNAT de BRASSENS,  La MANIVELLE de Yazou...  

 

Pour voter:

http://france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne/2014/07/24/votez-pour-votre-chanson-dediee-l-auvergne-preferee-522087.html   

 

Allez, je sais... je vous ai fais un coup pas sympa, pas sympa avec ces vidéos... alors, pour me faire pardonner: "le col de la croix morand" live il y a 20 ans... au casino de PARIS

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Repost0