montagne - rando et photos

Publié le 3 Mars 2017

Avec le printemps, les jonquilles et les crocus sorties, on a déjà envie d'été, et d'être.

C'est le bon moment du coup de vous partager  mes souvenirs de vacances 2016 (enfin!)...  Le prétexte: faire un peu de tourisme dans le sud de l'Auvergne (voire le Midi-Pyrénées pour certaines), en attendant qu'on nous annonce peut-être un Koloko 2017...

 

Et pour commencer, pas Lancogne mais LE PUY... qui a certes une très mauvaise image à cause de Wauquiez, mais qui vaut Kiev pour le dépaysement.   (ps: vous pouvez cliquer sur l'image pour l'agrandir- attention: il y a parfois des diaporamas).

- Vierge Noire (comme à Orcival), vue sur la ville... et l'entrée de l'église qui se fait au milieu et par le dessous!

 

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

Un petit côté méditerranéen:

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- Un bel oiseau huppé dans le sud du cantal:

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- la Chataigneraie cantalienne (peut-être Marcolès plus précisément):

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- Charmants petits tours de canoé sur les rivières (département du Lot, où je ne croise pas d'Emilie)

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- une bête sauvage:

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- vallée du LOT:

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- une virée en Aveyron (Conques):

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- Mesdmoiselles, Messieurs, au revoir d'Estaing:

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- une tradition du Massif central: rendre hommage à ses élus locaux... ici, un poteau élaboré, parfois un arbre plus sommaire...  comme il y en a eu un du côté de Douharesse il y a quelques temps...

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- Lac de St-Etienne Cantales (au sud-ouest d'Aurillac):

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- Le massif du Cantal:

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

Un buron dans les alpages:

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- Gorge de la Cère (au sud du Lioran)

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

- montée au Puy-Marie, avec d'autres animaux en liberté

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

Le Sancy au loin...  et l'attaque des mouches au sommet du Sancy... (insupportable!)

clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..
clichés n° 33  :  On dirait le sud... de l'Auvergne..

Et voilà, on a basculé de l'autre côté... on file vers le Sancy et le pays de Jean-Louis... (à suivre)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 3 Février 2017

ET bien, on ne peut pas dire que je vous ai noyé sous les photos de vacances depuis 6 mois... alors on va s'y remettre un peu en attendant Bergheaud comme le dit la chanson.

Je vous propose de faire ce voyage hivernale avec DA CAPO, du Puy-En-Velay (oui un auvergnat! Et comme Murat, il apprécie Robert Wyatt et Dylan).  Formé au départ des deux frères PAUGAM qui ne sont pas les premiers venus (anciens du label Lithium), c'est Alexandre qui continue la route. L'album"oh my lady" sortant en mars est excellent.   Précommande sur le site FNAC

Rando en attente

Rando en attente

Une première série de photos de VAL THORENS pour vous offrir un bol d'air.

Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Grande casse

Grande casse

Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Les Ecrins et Côté Maurienne
Les Ecrins et Côté Maurienne
Les Ecrins et Côté Maurienne

Les Ecrins et Côté Maurienne

Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO

On passe à la Chartreuse, puis une petite sortie nocturne... et quelques photos d'Allemagne (notamment Dusseldorf).

Et on écoute un 2e titre plus jazz mais très addictif  de DA CAPO:

Grand Som

Grand Som

Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPOClichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPOClichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO

Alexandre PAUGAM de DA CAPO n'est pas seulement musicien:  il exprime aussi ses talents artistiques en photos, et lui aussi fait des "éloges à l'hiver" A voir absolument

Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO
Clichés n°32:   Un hiver entre  16 et 17 en écoutant DA CAPO

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 14 Août 2016

Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières

Après une pause sans wifi, je reviens vers vous... pour partager quelques photos de vacances... datées du 14/8. Pas d'imagination pour ce premier jour... alors, direction le col de la croix morand, les roches... et lac de Servières.

Du col, la banne d'ordanche et ses fondus d'aéromodélisme.

Du col, la banne d'ordanche et ses fondus d'aéromodélisme.

Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières

... Et bizarrement, il y avait beaucoup plus de monde là-haut que le lendemain du dernier koloko... où on s'est gelé. Sans doute pas loin d'être la plus grosse journée d'affluence de l'année... Le parking des Roches déborde... et que dire du Servières... Voici quelques clichés qui permettront de comprendre en partie les citations suivantes de M. Murat:

Je ne supporte pas le fait touristique, qui, pour moi, est la fin du monde

Je suis originaire d'une région touristique, j'éprouve toujours une certaine honte à faire le touriste. Je connais quand même assez bien le monde.

Moi, de toute façon, je déteste le tourisme et les touristes, et depuis que je suis tout petit. Enfant, j’ai été élevé à la ferme, et chaque fois que mon grand-père voyait un touriste, il sortait son fusil chargé de cartouches de gros sel.

(bon, la majorité des voitures sont du 63 sur le parking...)

Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières

Il y a deux ans je vous proposais une série d'été à partir de cartes postales anciennes sur le pays de Murat dont un article sur le Servière. Je me suis rappelé de celle-ci.

La rive côté Puy de Dôme est bondée... Parasols, dragueurs, jeu de raquettes, et maillot brésilien, il ne manque que les marchands de chouchou. Certains s'installent même dans le pré au fond sur les hauteurs, ce qui donne un petit côté surréaliste.

(Pour rappel, la baignade dans le lac est interdite...).

Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières

Pour mémoire un article de M. qui évoquait également le lac... et son plus fidèle admirateur.

Malgré tout, en faisant le tour du lac... la magie opère toujours.

Cette ligne d'horizon est vraiment unique.
Cette ligne d'horizon est vraiment unique.

Cette ligne d'horizon est vraiment unique.

Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières

Et... pour finir la journée rituelle: Passage au camping à la ferme à Orcival pour s'acheter un St-Nectaire de 5 mois... et présenter ses hommages à la Lady...

Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières

Et je finis la journée enfin avec des découvertes : les gorges d'Avèze pour voir la Dordogne, et à la limite du pays (passage rapide par le Parc du plateau de millevaches dans le Limousin, à peine passé Bourg-Lastic)... une petite visite au Chavanon (Mujabe ribe)... où il parait que l'orage gronde parfois. C'est une belle petite rivière à truite... (et à loutres!) ... pas évidente à trouver. Par endroits, sur les hauteurs, la vue se prolonge du Sancy jusqu'au Cantal.

Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Sur le bord du Chavanon

Sur le bord du Chavanon

Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières
Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières

La communauté de communes du secteur s'appelle "Sioulet-Chavanon" (le Sioulet coule à partir d'Orcival mais le Chavanon lui vient de la Creuse... où il s'appelle RAMADE).

Clichés n°30: Saint- Tropez sur  Servières

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 10 Juillet 2016

De retour après deux jours au Vercors Music Festival. Comment je m'organise? Combien d'articles vais-je? Par où je commence? Ah, beaucoup de questions pour un être un peu à l'ouest, après deux petites nuits et de retour dans la canicule de la plaine.... Ah, bon sang, j'ai envie de remonter illico!

Du coup, je n'ai envie que de vous parler à cette heure de l'air pur... (même si le Vercors, hélas, pâtit de la pollution grenobloise) et ça fait bien longtemps que je n'ai pas partagé de photos de montagne.

Le Vercors Mucic Festival, c'est de la bonne musique et une bonne ambiance, mais aussi l'occasion de profiter de la Montagne. Moi, faute à des petits pépins physiques, j'avais opté pour le vtt cette année. J'étais peu confiant avant d'aller me confronter à autre chose que mes petites collines du nord-isère... et j'ai été satisfait de rester sur la route goudronnée. En partant d'Autrans, en direction des pistes de la Sûre, le vent de face m'empoisonne... je rejoints le tunnel du mortier fermé (une voie d'accès au Vercors close depuis quelques années) et je constate qu'une petite route se poursuit au dessus. Elle mène assez facilement en croisant les pistes de ski alpin recouvertes de fleurs, à un joli balcon sur la vallée (+ 500 mètres), vers l'alpage de la Molière, avant de redescendre vers Autrans. Je ne m'engage pas dans la descente*, revient en arrière et pose le vélo pour 20 minutes de marche pour rejoindre la crête ("sous le pas"). La vue sur la Sûre est impressionnante, et je poursuis vers la Buffe (1623 mètres) qui est à une dizaine de minutes. C'est la montagne qui fait l'angle du Vercors à l'entrée de la vallée grenobloise. Je suis ravi de découvrir ce point de vue que je ne connaissais pas encore, même si le ciel et l'air ne m'offrent pas des conditions idéales : c'est un peu gris. Je me dis que mixer le vtt et la marche est vraiment une bonne solution pour les sorties à partir du plateau: les chemins sont nombreux (et les pistes de ski de fond) pour se rapprocher des pas, des brèches et autres sommets.

*Mince, j'ai mal regardé la carte: une route carrossable se poursuivait jusqu'à la Molière. J'aurais pu poursuivre la montée. Je suis bon pour y revenir!

vue Autrans-Méaudre (ville nouvelle), les pistes de saut à ski

vue Autrans-Méaudre (ville nouvelle), les pistes de saut à ski

la route de la Sûre, et les forêts vers le Bec de l'orient

la route de la Sûre, et les forêts vers le Bec de l'orient

 Clichés n°30: Les faubourgs du Vercors music Festival
La Sûre, et Belledonne, et même le glacier des deux alpes
La Sûre, et Belledonne, et même le glacier des deux alpes

La Sûre, et Belledonne, et même le glacier des deux alpes

 Clichés n°30: Les faubourgs du Vercors music Festival
 Clichés n°30: Les faubourgs du Vercors music Festival
 Clichés n°30: Les faubourgs du Vercors music Festival
 Clichés n°30: Les faubourgs du Vercors music Festival
 Clichés n°30: Les faubourgs du Vercors music Festival
 Clichés n°30: Les faubourgs du Vercors music Festival
Le taillefer au fond

Le taillefer au fond

la vue à 360°

la vue à 360°

Vers les terres froides, le sud-isère

Vers les terres froides, le sud-isère

Le bec de l'orient, où je voulais aller au départ!

Le bec de l'orient, où je voulais aller au départ!

Le Voironnais

Le Voironnais

La chartreuse, et le petit coin du Monastère de Chalais

La chartreuse, et le petit coin du Monastère de Chalais

 Clichés n°30: Les faubourgs du Vercors music Festival
 Clichés n°30: Les faubourgs du Vercors music Festival
Le plateau et la vallée d'Autrans... Allez, faut redescendre : la musique m'attend.

Le plateau et la vallée d'Autrans... Allez, faut redescendre : la musique m'attend.

 Clichés n°30: Les faubourgs du Vercors music Festival

Encore deux jours pour  profiter de la musique: Dimanche 10 et lundi 11 juillet

http://www.vercorsmusicfestival.com/

Pour le reste, c'est ouvert toute l'année.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 29 Février 2016

Suis chez moi, merde! Je veux bien accueillir les auvergnats dans ma région pour qu'on leur apprenne à faire du fromage -;.) mais que M. squatte ma catégorie "montagnes, randos et photos" avec sa promotion de la délinquance et ses pochades ... Je dis non! jusqu'à la prochaine fois... alors je profite d'un soir de libre, avant la tribute Mustango... pour quelques photos de saison, même si on se sent un peu perdu, entre les premières jonquilles fin janvier, du VTT sous 20°, les cigognes dans le champ d'en face et les chardonnerets... et ce soir, un vent glacial sous une ambiance neigeuse.

Quelques clichés des virées des 3 dernières semaines...

Semnoz (74)

Semnoz (74)

Clichés n°29 : De saison?
Clichés n°29 : De saison?
Clichés n°29 : De saison?
Clichés n°29 : De saison?
Dauphiné

Dauphiné

Clichés n°29 : De saison?
Chartreuse (38)Chartreuse (38)

Chartreuse (38)

Clichés n°29 : De saison?
Clichés n°29 : De saison?
Abbaye d'Hautecombe (73)

Abbaye d'Hautecombe (73)

Clichés n°29 : De saison?
Clichés n°29 : De saison?
7 laux (38)

7 laux (38)

Clichés n°29 : De saison?
Clichés n°29 : De saison?
Clichés n°29 : De saison?
Clichés n°29 : De saison?
Clichés n°29 : De saison?
Clichés n°29 : De saison?

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 24 Février 2016

L'avalanche d'informations tombées ces derniers jours à propos de Morituri (la tracklist, le texte d'une première chanson, le single, une photo en petite tenue...) nous avait empêchés jusqu'ici de vous proposer notre reportage exclusif, réalisé au début du mois, du côté du jardin Lecoq de Clermont-Ferrand. Pourtant, dès cette époque, la pochette et le titre du nouvel album faisaient déjà beaucoup drenser. Notre localier, mi-pigiste, mi-plagiste, était donc allé recueillir les premières réactions autour du bassin...  (article by M.)

 

 

********************

IL SUFFIRA D'UN CYGNE

IL SUFFIRA D'UN CYGNE

COVER-BIRD

COVER-BIRD

OISEAUX DE MAUVAIS AUGURE

OISEAUX DE MAUVAIS AUGURE

ALEX'S GIMMICK

ALEX'S GIMMICK

LE "pa-PA-PALA PALALALA" PAR LES INTERPRÈTES D'ORIGINE...

VANITAS VANITATUM

VANITAS VANITATUM

LE CYGNE ALPESTRE

LE CYGNE ALPESTRE

LA GRANDE CHORALE DU JARDIN LECOQ

LA GRANDE CHORALE DU JARDIN LECOQ

CANCANS ET COIN-COIN

CANCANS ET COIN-COIN

CYGNÉ LORIOU

CYGNÉ LORIOU

MURATIEN TENDANCE PALMIPÈDE

MURATIEN TENDANCE PALMIPÈDE

m

********************

Et en attendant de pouvoir écouter "Le chant du coucou" par Murat, restons dans la thématique du jour et quittons-nous avec celui du cygne – par Manset...

Pierrot: On peut être sérieux à un moment quand même? On peut ne pas tout tourner à la rigolade? Oui? Alors, il faut signaler que le nouvel album de Manset sortira quelques semaines avant Morituri. Un album qui s'annonce surprenant... au vu du visuel, du nom et de la set-liste. Il y a comme un bec de cygne, mais c'est le nez d'une fusée.. Manset de retour en 2870? avec des femmes fusées? ou sur Orion?

Ps: Vous revenez de vacances? N'oubliez pas de relire nos deux dernières interviews exclusives:

Eryk e. et ses textes inédits de Murat et la rencontre entre Sly Apollinaire, le Voyage de Noz et Mathis.

http://musique.fnac.com/a9438841/Gerard-Manset-Operation-Aphrodite-Exclusivite-FNAC-CD-album

http://musique.fnac.com/a9438841/Gerard-Manset-Operation-Aphrodite-Exclusivite-FNAC-CD-album

Voir les commentaires

Rédigé par m

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 29 Décembre 2015

Côté rando, même si le temps s'y prêtait, l'automne fut morne. Voici tout de même quelques photos récentes qui ne relèvent pas de la randonnée, mais de la ballade très courte. J'étais presque sûr d'avoir publié déjà des photos de ces endroits mais non. Il est donc impératif de le faire!

Avec le beau temps, là ou je vis, voir le Mont-Blanc est habituel, du côté de l'intermarché, ou avant la descente de la frette, ou du côté du rondeau, de Charray, ou à la Madonne à Collonge... Et c'est toujours un grand plaisir, dont je ne me lasse pas.

Joyeuses fêtes!

1) à Innimond (Sud-Bugey).

Le Rhône fait une grande boucle vers l'ouest pour l'amener vers Lyon, et cette frontière naturelle entre Savoie, Ain et isère est bien marquée au sud par une ligne de montagnes, où se plait le lynx*, s'élevant à plus de 1000 mètres.

*Je l'ai rencontré une fois!

Une fois les coteaux vineux franchis (récente AOC gorgée de soleil), la route s'élève à travers bois et falaise, et on accède au beau village gaulois, dans son jus, d'Innimond. La route monte encore jusqu'à un point culminant avec un belvédère somptueux.

Du parking, par la droite, on accède en 10 minutes à un point de vue encore plus dégagé et une croix. Par la gauche, et une rude montée assez courte, on peut se promener sur une crête herbeuse magnifique et surprenante par sa longueur, et il est possible de prolonger jusqu'au Mollard du Don (1200 mètres) et revenir à travers bois côté nord.

Au village, les pancartes contre un projet de parc éolien sont partout. Malgré mon amour pour ce lieu, je ne suis pas certain que cela défigurerait le lieu... alors qu'on distingue très bien à l'ouest les fumées de la centrale nucléaire du Bugey

Autre point magnifique du Bugey: Grand colombier

Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Grand Colombier à gauche

Grand Colombier à gauche

Tentainet, Montagne de St-Benoit, d'IZIEU (avec Sa maison), Chartreuse et Vercors au loin.

Tentainet, Montagne de St-Benoit, d'IZIEU (avec Sa maison), Chartreuse et Vercors au loin.

Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
la dent du chat où nous irons ci-dessous

la dent du chat où nous irons ci-dessous

Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré

- Le 28/12 monter au relais de la dent du chat ne devrait guère être possible. 1500 mètres. Du côté Bourget du lac, la route n'est pas interdite. Monter en cette saison avec les arbres dégarnis offre des vues saisissantes et il faut toujours se méfier des cailloux blancs ayant pu roulés sur la route.

La vue sur le lac du Bourget est somptueuse (pour le bleu, préférez le matin) et derrière les Bauges, la Vanoise, le Mont-Blanc, Belledonne et la Chartreuse. Annecy au loin. En 30 minutes, sur la crête, on se rend au Mollard Noir, première dent, très accessible, même si sur place, il convient d'être prudent avec les enfants.

La dent du chat est l’extrémité nord du massif de l'épine, l'autre extrémité, nous l'avons déjà exploré ici ou là.

la grande casse (Vanoise) en arrière plan

la grande casse (Vanoise) en arrière plan

Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
On décolle?

On décolle?

Pas de Gerbier de Jonc, à peine le Pilat qui surnage bien loin

Pas de Gerbier de Jonc, à peine le Pilat qui surnage bien loin

Le lit du rhône a tiré sa couverture de brume sur Yenne.

Le lit du rhône a tiré sa couverture de brume sur Yenne.

le lac de Paladru dans le soleil se distingue dans la brume

le lac de Paladru dans le soleil se distingue dans la brume

Mollard Noir

Mollard Noir

Belle canine
Belle canine

Belle canine

Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Clichés N°27: 50 nuances de Mont-Blanc à mon gré
Croix du Nivolet d'un côté de Chambéry, et Granier de l'autreCroix du Nivolet d'un côté de Chambéry, et Granier de l'autre

Croix du Nivolet d'un côté de Chambéry, et Granier de l'autre

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 4 Décembre 2015

Zone de libre expression pour Pierrot dans l'éventualité où il aurait quelque chose de brillant à écrire en préambule de cet article...

- Et comment, je vais la prendre ma zone d'expression! Pour le brillant par contre, faudra peut-être repasser... D'abord, pour te remercier du beau cadeau, cher M, que tu nous offres pour fêter  le 6e anniversaire du blog! Tu m'offres un beau scoop, comme je les aime, et comme j'adore vous les faire partager: des photos inédites datant de 34 ans... et l'objet du délit... délit que je me rappelle avoir commis... Et oui, j'y suis allé aussi d'un MALIK... et de quelques "sarces"... alors que mon acolyte qui a lui persévéré dans le dessin et l'animation s'attelait à un "Ceaușescu" de deux mètres de long... Certains diront que j'ai su rester bête, et grâce à Dieu, on a désormais internet... pour s'exprimer sans dégrader... sauf quelques murs... de facebook.

Pour une fois, la "randonnée" qui suit ne nous conduira pas vers les sommets enneigés qui ont habituellement la part belle dans cette rubrique du blog. Nous ne contemplerons pas le bleu profond des lacs de montagne et aucune marmotte ne pointera ici le bout de son museau. Non, aujourd'hui, notre balade sera urbaine et consistera en une déambulation parmi quelques inscriptions trouvées sur les murs de Clermont-Ferrand et de ses environs, qu'elles datent d'aujourd'hui ou d'hier, viennent de la droite, de la gauche ou d'ailleurs, expriment gravité ou dérision. Une flânerie accomplie avec en tête l'idée de retrouver un graffiti bien précis, devenu indélébile pour la plupart de ceux qui s'intéressent à Jean-Louis Murat. Voici donc Clermont sous les bombes… aérosols.

Les graffitis les plus visibles et nombreux ces temps-ci, sur les murs de la capitale auvergnate, sont aussi les moins créatifs, à savoir les graffitis militants. Souvent élémentaires et très "premier degré", ils portent la marque d'une opiniâtreté propagandiste inspirée par un engagement à la fois rageur et liturgique (où le "No Pasaran" serait un équivalent du "Corpus Christi"). Sur les parois de ce grand Taguistan en constante ébullition, on repérera donc des slogans communistes (tendance maoïste), fascistes (tendance raciste), antifascistes, royalistes ou anarchistes, ces différents courants s’affrontant pour trouver sur les murs une visibilité que l'espace médiatique dominant ne leur concède que difficilement.

"Ni Dieu ni maître !" crient les libertaires, qui politisèrent l'inscription murale dès la fin du XIXème siècle. Des libertaires à ne pas confondre avec les libertins – même si eux aussi, bien entendu, ont droit à leur bout de ciment…

Au-delà de la simple expression d'une position partisane, le graffiti politique se veut souvent revendicatif et vise à déclencher une prise de conscience. Il arrive alors qu'il convoque la figure d'un défunt dans le but d'entretenir sa mémoire, tout en l'érigeant en symbole plus ou moins mobilisateur. Là où les uns célébreront le souvenir d'un théoricien d'extrême droite qui voulut faire de son suicide, en plein cœur de Notre-Dame de Paris, une exhortation au sursaut national, d'autres rappelleront avec une exigence de justice tenace le nom d'un jeune habitant des quartiers populaires, mort lors d'une intervention policière musclée. Les causes défendues pourront être très locales ou beaucoup plus lointaines et les interpellations d'autrefois trouver d'étranges échos dans le présent...

Ce dernier graffiti pourrait paraître exotique au cœur de l'Auvergne, mais il est en fait un proche cousin du très récent "Erdogan fasciste vive le PKK", des indémodables tags pro-palestiniens qui ressurgissent de temps à autre (à Clermont comme dans de nombreuses villes de France) ou des plus anciens "Libérez les prisonniers politiques à Saïgon", "Pologne libre" ou "Assez de sang versé en Espagne", qui égayèrent le paysage urbain local en un temps où il était moins question de mondialisation que d'internationalisme.
Pourtant, il serait injuste de réduire l'art de l'inscription murale à sa seule composante militante. Souvent plus originaux et laissant davantage de place à l'humour, des graffitis non-encartés (mais pas forcément dépolitisés) animent ponctuellement l'espace public, au gré de l'imagination et de l'audace d'auteurs inconnus. Les escarmouches opposant la faucille et le marteau à la croix celtique cèdent alors la place à une littérature empreinte d'absurde, de poésie, de fantaisie, voire d'une certaine dose d'utopie.

Il suffit de parcourir les rues en scrutant les murs pour comprendre que s’intéresser aux graffitis revient à faire l'histoire de leur effacement. Sur de nombreuses façades, l'on devine en effet le passage des entreprises chargées de débarrasser la ville de ces écrits sauvages. Hydrogommage, aérogommage, recouvrement, solubilisation ou décoloration sont quelques unes des techniques utilisées pour lutter contre ce qui n'est plus guère considéré comme de la subversion, mais tout au plus comme une coûteuse pollution visuelle. Dès lors, l'amateur curieux n'a plus qu'à plisser les yeux pour tenter de déchiffrer les spectres d'anciens tags, à solliciter la mémoire de ses aînés ou à se plonger dans les archives de la presse locale pour retrouver la trace d'inscriptions dont la verve reste intacte, tous registres confondus : "Ras-le bol de mourir sa vie !", "Avorter, c'est tuer", "Waterlot = Morne Le Pen", "Supprimons l'armée pour supprimer la guerre", "Drogue en grève, libérez le prix du cannabis", "J'encule Dieu", "Nucléaire = Bébé mongol", "Usine à cancers", "Puisqu'il est temps de réver réveillons-nous", etc. Une bonne occasion de redécouvrir au passage le plaisir enfantin et jubilatoire de l'insulte, lorsqu'elle est gratuite et jetée à la face du passant anonyme, sans discrimination aucune : "Bonne année les connards", "Fesse d’huître", "Marie (03) vous emmerde tous".
Dans cette lutte entre désir (singulier ou groupusculaire) d'expression et volonté (municipale) de salubrité, le sort des graffitis s'avère précaire et soumis à l'arbitraire. La vie ne serait-elle qu'une loterie ? Prenez par exemple cet appel à la libération d'un célèbre dirigeant politique d'extrême gauche. Il remonte vraisemblablement à plus de quarante ans, celui qu'il concerne a quitté sa cellule depuis longtemps, mais il demeure encore bien visible aujourd'hui dans la banlieue clermontoise.

Cet autre tag, couleur rouge sang, n'atteindra pas une telle longévité. Le 4 décembre 1986, plusieurs centaines de milliers de personnes défilèrent à Paris contre le projet de loi Devaquet. Suite au refus exprimé par le gouvernement de retirer son texte, de violents affrontements éclatèrent en fin de soirée, faisant plus de soixante blessés. Parmi eux, le jeune Clermontois Malik, qui se retrouva à la Salpêtrière après une bagarre avec des CRS. Au lendemain de ces accrochages, quelques centaines de personnes défilèrent à Clermont contre la répression policière et en soutien à leur compagnon. Le soir-même, on apprit la mort d'un autre Malik – Malik Oussékine – après son passage à tabac par des policiers. C'est probablement le 5 décembre que fut inscrit ce tag, en référence aux violences survenues la veille. Il restera visible jusqu'à l'été 2014... où une main inconnue estimera nécessaire de lessiver la paroi de ce bâtiment universitaire.

Le sort de cette inscription est plus amusant. À l'origine (dans les années 80), son auteur avait tagué la phrase "Pourquoi pas / Les fleurs bleues", en référence à Raymond Queneau. Mais au fil des ans, plusieurs couches de crépi ont recouvert le "pas" et le "bleues", ne laissant aujourd'hui subsister que cette interrogation incongrue "Pourquoi les fleurs", comme un défi poétique et bucolique à la rationalité financière à l’œuvre de l'autre côté du mur –  celui de la Banque de France, sise à Chamalières.

Un graffiti peut s'avérer provocateur soit par son contenu même, soit par le choix de son emplacement, soit par la conjugaison de ces deux paramètres. L'insolent qui traça celui qui suit sur les murs de l'Hôtel de Ville vers la fin de l'année 1978 devait bien se douter qu'il n'y resterait pas très longtemps… De fait, on ne distingue plus aujourd'hui sur la pierre de Volvic de la rue Philippe-Marcombes que d'infimes traces de peinture blanche. Le mur en question est-il pour autant devenu "plus propre" ?

Si ce graffiti est désormais à peine visible, un spécimen voisin a partiellement survécu – mais ailleurs que sur la pierre. Car pour contrer les assauts cumulés du temps, des travaux et des brigades antigraffitis, les tags peuvent avoir besoin d'aide. Les quelques compilateurs qui les recueillent patiemment avant leur disparition (voir plus bas) jouent en ce sens un rôle précieux, mais la ville de Clermont, au cours de son histoire, connut un "sauveur" d'un autre type.
En 1981, le jeune Jean-Louis Bergheaud devient Jean-Louis Murat et publie son premier 45-tours. Le titre-slogan de ce disque, "Suicidez-vous le peuple est mort", fait alors résonner dans la chanson française de l'époque les échos mêlés du punk (avec son nihilisme et son esprit de dérision féroce) et de l'anarchisme (avec sa critique d'un peuple léthargique).

Et par la grâce de ce morceau encore présent dans la mémoire de quelques uns, il peut arriver, en se promenant place Michel-de-l'Hospital et en s'accordant une halte devant le numéro 8, d'avoir la sensation, à plus de trente ans de distance, par-delà les ravalements successifs, que brille encore, le temps d'un flash hallucinatoire…
À moins que…
Aurait-on respiré les gaz aérosols d'un peu trop près ?

**********

Aux lecteurs intéressés par le sujet des graffitis linguistiques, nous conseillons vivement d'aller jeter un œil à l’impressionnant travail de collecte entrepris par Yves Pagès. Près de cinq mille inscriptions murales sont recueillies dans Bombages à travers nos âges, quelques milliers d'autres, plus politiques, sont rassemblées dans Slogans aux marges des tympans. En images cette fois, on pourra s'amuser des trouvailles rassemblées par les passionnés de Graffitivre ou ceux de Laissez les murs propres.

Cette petite compilation a bénéficié de l'aide de nombreuses personnes. Nous remercions donc toutes celles qui ont bien voulu répondre à nos sollicitations et, quand elles le pouvaient, nous renseigner.
Un merci particulier à Jeanne Virieux, qui amorça dans les années 80 un travail de collecte de graffitis pour la Conservation du Patrimoine Ethnologique et dont nous avons utilisé quelques clichés ; à Claude Dumont, qui rédigea l'article "Graffitis. Les murs ont la parole" pour le numéro 45 d'Info du 15 mai 1984, dans lequel nous avons abondamment puisé références et images ; à Auvergne magazine – et notamment à Jean-Paul Chavent –, à qui nous avons emprunté les photographies des deux graffitis "Suicidez-vous" ; à Artémios, pour
l'hymne kitschorévolutionnaire qu'il consacra au graffiti ; à Mathilde, pour le dépannage de dernière minute.
Enfin, un immense merci à Patrice, qui réussit la prouesse de reparcourir mentalement – et en fermant les yeux ! – le chemin qu'il empruntait pour se rendre au lycée et nous permit ainsi de situer avec précision l'emplacement de "notre" graffiti.

Les slogans rassemblés ici ne représentent évidemment qu'une infime partie de tous ceux qui colorèrent les murs de Clermont-Ferrand au fil du temps. Si certains lecteurs de passage en ont d'autres en mémoire, qu'ils n'hésitent pas à les partager dans la rubrique "Commentaires" de cet article et/ou à laisser une photo sur la page Facebook du Blog.

Et pour finir en beauté, "Suicidez-vous le peuple est mort", reprise en 2015, lors de la soirée Livre Unplugged, par Bertrand Louis et Olivier Nuc (sous le regard de Monsieur Decoster)...

Voir les commentaires

Rédigé par m

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 25 Août 2015

Dimanche, sous un temps incertain, petite ballade d'un duo d'heure au bord du Guiers mort (tout prêt du monastère de la Grande Chartreuse et bordant donc "la zone de silence")... Et c'est un petit coin tout-à-fait magique et d'une grande sauvagerie : troncs immenses renversés, blocs de pierre obstruant la rivière, adrets de 1000 mètres infranchissables, constructions humaines détruites... La sauvagerie des crues se ressent à chaque instant. Et pourtant... Sur l'ensemble du parcours, quelqu'un avait fait oeuvre de "land art"... offrant au lieu une nouvelle dimension de zénitude et de symbolisme. Une occasion de ressortir quelques citations de l'auteur du "manteau de pluie" pour accompagner les clichés (en plus grand format en cliquant dessus).

 

Parking : Pont Saint-Bruno (entre St-Laurent du Pont et St-Pierre de Chartreuse). Chemin à éviter avec grand-mère.

 

E

 

balade en forêt
peine vaine
bois morts et genets

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais
Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

le calme est troublant.

Sans repos au fond du jardin. Tu me fais un sort inhumain

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

On a vu des dinosaures de loin bien sûr mais paraît qu'ils sont très gentils

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

Silence de l'âme tout oublier

La nature ses reflets

C'est pourtant facile au règlement

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

Boire cette eau limpide

Je voulais te dire ne pleure pas caillou

Je t'aime

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

paysages usés
jardins suspendus
parfum véritable
des jouissances aiguës

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

sors du long sommeil
les loutres endormies
près des torrents
où luttent sans bruit
des poissons amoureux
dans le courant

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

Le siège de l'âme c'est la forêt

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

Qu'est-ce qu'au fond de l'eau

Au fond de l'eau là-bas

Qu'est-ce qui te retient d'y plonger

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

Vivre, vivre, vivre loin de la ville

Ville, ville, de ces coquilles

Qui se croient trop humaines

Dame africaine

Dame africaine

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

j'ai l'âme blessée désemparée
pluie d'automne sur les hommes...

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais
Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais
Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

Saint-Nom de Lumière. Ténèbres ici-bas

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

L'eau de ma rivière

N'aura pas eu le temps

Pas eu le temps

D'atteindre ton cœur

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

L’eau de la rivière

Au mois de mai

Franchit la barrièrepaysa

Vient t’apprendre à aimer

PS :

Mauvaise surprise : le petit pont du 12e ou 13e siècle (je crois) -au début du parcours- qui existait encore l'année dernière a été emporté...

Clichés n°25:  le bord du Guiers mort en jardin japonais

Une autre installation (touristique, du 19e siècle) a souffert également:

paysage à la ESCHER (http://sweetrandomscience.blogspot.fr/2012/11/escher-et-les-sciences-lobsession-de.html)

paysage à la ESCHER (http://sweetrandomscience.blogspot.fr/2012/11/escher-et-les-sciences-lobsession-de.html)

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0

Publié le 24 Août 2015

Clichés N°24 : Demi-tour du Grand Replomb:lac de crop, mine de fer

Allez, allez, c'est encore l'été, ce n'est pas la rentrée... Je vous propose un petit retour sur une rando en Belledonne que j'avais déjà effectuée il y a quelques années poussé par le mag Alpes Loisirs (Dauphiné Libéré) où ce circuit a été plusieurs fois indiqué... mais mauvaise surprise en arrivant au parking de Pré Marcel: suite à des éboulements le sentier du refuge Jean Collet est fermé de ce côté-ci... La boucle n'est donc pas possible. Ça sera demi-tour au Col de la mine de fer (2400 mètres), après une belle traversée de névés.

Je n'avais toujours pas d'appareil photo correcte... mais ma caméra... et je vous propose donc surtout quelques images animées. C'était le 18 juin me semble-t-il.

Merci aux lecteurs provenant du site Altituderando (plus nombreux que les facebookiens!) ...qui m'ont permis de maintenir ici un petit nombre de visites en cette période de disette muratienne.

Clichés N°24 : Demi-tour du Grand Replomb:lac de crop, mine de fer
Clichés N°24 : Demi-tour du Grand Replomb:lac de crop, mine de fer

Petite pause dans la montée, à la sortie de la forêt (j'ai laissé en bande-son le chant des oiseaux):

Et en 3 étapes, la montée : le lac, les névés et le col... cette fois, en musique avec la reprise de la TIGE d'OR par Denys des Piles de Boites (déjà utilisé pour une vidéo printanière).

Et en bonus,

Un peu de CHARTREUSE... Vidéo de la montée de la PINEA (avec un 180° au sommet et une pause bucolique). Petit sommet idéal pour une première ascension avec petites sensations avec des enfants. Le 1er juillet dernier.

Bande-son: extrait d'une chanson de MICHEL ZACHA, producteur du LP Murat de 82.

Clichés N°24 : Demi-tour du Grand Replomb:lac de crop, mine de fer
Clichés N°24 : Demi-tour du Grand Replomb:lac de crop, mine de fer

Dent de Crolles, Chamechaude, pistes de ski du Sappey, vue sur Grenoble, la Grande Sure, Charmant son.. et des fleurs.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #montagne - rando et photos

Repost0