Articles avec #morituri tag

Publié le 28 Avril 2017

Ouest France et So Foot nous ont fait semble-t-il  une fausse joie l'autre jour, il y a un mois, en annonçant que Murat était pressenti pour être invité lors du Festival So Film à NANTES cet été. J'avais préparé l'article, j'avais le doigt sur "publiez"... et j'ai quand même cherché confirmation... qui n'est jamais venue. Et le programme officiel est désormais en ligne...Et on ne trouve pas de Murat, ni de Deneuve, ni de Marx,ni d'Asia Argento...  On reste donc sans nouvelle de l'artiste Jean-Louis Murat.

Tout ceux-là étaient indiqués comme  pressentis. Lionel qui a partagé l'article nous disait que l'année dernière,  tous les "pressentis" avait bel et bien été présents. De plus, puisqu'il  s'agit du SO FILM FESTIVAL,  3e édition,  on se dit que  Frank Annese avait bien de quoi  convaincre Jean-Louis. En effet, les liens semblent assez serrés entre eux... Interview dans So foot, dans So film... et finalement le clip de "vendre les prés" produit par SoFilm.  Il ne manquerait plus que Murat soit produit par Vietnam (le label maison, qui travaille avec H Burns -avec le fils de Denis Clavaizolle). 

A noter que Frank Annese se félicitait il y a peu sur fb de  l'excellente année de son groupe en terme de progression de chiffre d'affaire et de ventes...  Dans la presse écrite, c'est un bel exploit. Félicitation à lui et à ses équipes.

L'article de OUEST FRANCE:

Murat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes

Et vous savez quoi?  On n'a pas tout perdu : Je me rends compte que j'avais oublié de vous publier l'interview de Jean-Louis Murat dans SO FILM (N°40), parue à l'occasion de la promo de MORITURI. On y parle peu de musique mais de cinéma bien sûr. Et elle est très intéressante et pleine d'anecdotes!   Voici: (cliquez sur les photos pour voir en grand format).

Murat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes
Murat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes
Murat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes
Murat et le cinéma... et une invitation refusée à NantesMurat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes
Murat et le cinéma... et une invitation refusée à Nantes

Sharon Stone était en couverture du magazine, avec le nom de Murat sur le côté... Petit clin d'oeil amusant:  "le baiser", période DOLORES, aurait été écrit en regardant le portrait de la star...

"L'optimisme, selon Cioran, est un tic d'agonisant. Le spleen, selon Murat, une seconde nature. «L'autre, en s'en allant, tue ta meilleure part. Les cyniques croient que le désespoir me sert de système. Je me construis contre lui. Je rappelle que je viens d'une famille de dépressifs, de suicidés... et que je m'en passerais.» A chaque texte il accroche un pays, une image, quelque chose qui, au fond, lui serve d'échafaudage. Dieu n'a pas trouvé mieux est anglais, Perce-Neige, auvergnat, A quoi tu rêves, italien. Sur Aimer glisse l'ombre de Jeanne Moreau, pour laquelle il a composé un album. Tandis que Sharon Stone veille sur Le Baiser, où tombe une «pluie sacrée» qui évoque Corridor humide: «Le Baiser se réfère au sexe, et uniquement à cela», confirme bien Murat". l'express

 

Rappel:  MURAT et le cinéma (quelques articles pour prolonger)

http://www.surjeanlouismurat.com/article-cine-ma-cine-ma-cinema-cinema-47325575.html

http://www.surjeanlouismurat.com/article-les-inedits-de-the-end-etc-115305219.html

http://www.surjeanlouismurat.com/article-mademoiselle-personne-le-film-que-personne-n-a-vu-60473002.html

 

ET N'OUBLIEZ PAS DE LIRE  l'Interview de MANUEL ETIENNE et sur "le festival de la Bourboule"' où nous revenons sur les débuts de MURAT...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 19 Avril 2017

 

ça va? Je vous ai accroché avec mon titre?  Il n'est pas du tout racoleur! C'est la pure vérité... sauf que vous connaissez cet inédit depuis deux ans pour être des lecteurs assidus du blog. En effet, c'est le duo avec Marie Myriam sur "les adieux" que nous avons publié en exclusivité mondiale en 2015,  qui va sortir le 21/04 pour un album retraçant les 20 ans de carrière de la chanteuse ayant gagné l'eurovision il y a 40 ans maintenant.

Retrouvez le titre et son histoire dans l'article ci-dessous:

http://www.surjeanlouismurat.com/2015/03/archives-un-duo-jean-louis-murat-marie-myriam.html

Le duo doit dater de 98/99, et la chanson a été composée au moment de Dolores.

Un inédit qui sort en disque... et des liens en plus.

"Le 21 avril, la chanteuse dévoilera à l'occasion de cet anniversaire un double Best of "40 ans de carrière", avec ses plus grands succès, de "L'oiseau et l'enfant" à "Tout est pardonné" ; mais aussi avec six chansons inédites. Parmi ces dernières, un duo avec Jean-Louis MURAT "Les adieux" (dont elle avait repris il y a une dizaine d'années "Pars", créé par MURAT en 1989), ou un autre avec Nazaré PEREIRA ("Il nous disait Marie"). Notons par ailleurs, qu'au-delà d'un duo avec Pascal SEVRAN "For me formidable", deux autres avec le musicien de jazz belge Toots THIELEMANS sont présents sur le disque. "Pour mes 40 ans de carrière, un double album regroupant 40 chansons (dont 6 inédites) sortira le 21 avril. Nos retrouvailles sont proches" écrit-elle sur son profil Facebook". site Melody

On espère pour elle et pour Jean-Louis Bergheaud que le disque ait le même succès que le Gérard Lenorman.

 

L'AMI EN PLUS

Petit article sur le concert d'Eryk e de vendredi à Montmorillon:

http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Loisirs/Concerts-spectacles/n/Contenus/Articles/2017/04/19/Eryk.-e-en-toute-intimite-a-la-MJC-3072431

 

LE PODCAST EN PLUS

Yves Bigot a choisi d'écouter du Jean-Louis Murat dans l'émission Continent Vinyle. France culture,  L'interview ne s'y arrête pas vraiment. J'ai fait l'achat de son dernier livre "Je t'aime moi non plus", mais il n'y a pas consacré de pages à Murat (mais à Manset).  Toutefois, c'est un volume 1. 

 

LE RETOUR EN PLUS

Camille is back. On en reparlera peut-être, d'autant qu'elle sera en concert au Autrans Music Festival dont je vous parle depuis deux ans.

Baptiste Vignol s'en réjouit... en multipliant les références à murat (morte fontaine, Roche-Charles:

http://delafenetredenhaut.blogspot.fr/2017/03/la-folle-fontaine.html

"Il n'y a que Murat, qu'elle, pour avoir le cran d'assumer ça"

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 17 Mars 2017

C'est sur le mur de Florent Marchet que j'ai appris la nouvelle:  le studio DAVOUT à Paris (Montreuil)  ferme ses portes.  Cela a été vendu à la mairie de Paris pour faire un HLM, une crèche et une école... tout ça!  Un article du PARISIEN rend hommage au lieu:

Il n’y aura pas de manifestation de musiciens, ni de chanteurs de variété ou d’ingénieurs du son devant le 73, boulevard Davout, au niveau de la porte de Montreuil (XXe). Pourtant, dans quatre semaines, ce sera la fin de l’un des temples de la musique française et même internationale. A cette date, Davout, le célèbre studio d’enregistrement, créé en 1965 par Yves Chamberland et Claude Ermelin, aura sa dernière séance d’enregistrement avec une cinquantaine de musiciens. « Philippe Rombi, le compositeur des films de François Ozon, a toujours été fidèle à notre maison. On devait fermer le 31 mars. Mais pour le symbole et pour lui laisser le temps de composer ses derniers morceaux, on a décidé de reculer la fermeture au 9 avril », précise Marc Prada, actuel gérant du lieu.

Boulevard Davout, il n’y a pas de plaque pour indiquer la présence de ce studio. Ancienne chiffonnerie du XXe arrondissement, ce bâtiment qui garde encore sa façade du cinéma de quartier des années 1950, était trop tentant pour la Ville : les 1 200 m2 du studio étaient convoités par la mairie depuis huit ans. Le propriétaire des murs n’a finalement pas pu résister à une préemption puis à une expropriation au nom de l’intérêt public. Ici, dans quelques années, la municipalité va créer une école élémentaire, une crèche de soixante berceaux et des logements. La grande force de Davout, c’est son studio A, avec ses 360 m2 capable d’accueillir 100 musiciens, son acoustique avec ses 9 m de hauteur sous plafond et sa console technique de 80 pistes. Un bijou d’une valeur d’1 M€ », assure Marc Prada. Les professionnels ont rapidement pris leurs repères ici. Plus de 1 000 musiques de films y ont été enregistrées en 52 ans. Vladimir Cosma y avait ses habitudes. Michel Legrand y a enregistré l’affaire Thomas Crown. Plus de 10 000 disques ont aussi été enregistrés notamment par les plus grands artistes de la variété française… sans compter les milliers de pubs!

Aujourd’hui, ce monument de l’industrie musicale est encore bien vivant. La musique du dernier film d’Albert Dupontel est en cours d’enregistrement. « L’écran de cinéma permet au chef d’orchestre d’être réactif avec les images », précise Marc Prada. La console du studio A est pourtant déjà en vente. De même que les enceintes Boxer de haute qualité qui encadrent le studio. « Mais nous gardons nos quatre micros Neumann U 47 des années 1950, d’une qualité unique ». Marc Prada, Alexandre Lebovici, le responsable technique, et Jean-Loup Morette, l’ingénieur du son maison depuis 1982 ne veulent pas perdre leur savoir-faire Davout. « L’aventure ne s’arrête pas là, nous envisageons de poursuivre l’activité dans un autre lieu. Nous avons des projets », assurent-ils en gardant encore leur secret.

Franck Ernould*, ancien ingénieur du son devenu l’historien des studios français, est affirmatif : « Davout était la référence. Tous les chanteurs de variété de l’âge d’or des années 1960 et 1970 sont passés par là ». La liste est longue des artistes français qui y ont eu leurs habitudes : Alain Bashung, Barbara, Brigitte Fontaine, Claude François, Dalida, Indochine, Patrick Bruel, Tété, Yann Tiersen…

Côté musique de film, l’histoire a commencé avec Un homme et une femme, de Francis Lai. Par la suite, Michel Legrand y enregistre Les Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy (1967) et L’Affaire Thomas Crown (1968) qui a remporté l’Oscar de la meilleure bande originale.

« Au début, les étrangers sont venus pour des raisons fiscales. Et ils se sont vite rendu compte qu’il y avait ici toutes la qualités techniques voulues », ajoute Franck Ernould. On se souvient que Prince a loué les quatre studios pour une séance mémorable. Alpha Blondy, Chet Baker, Duran Duran, Eminem ou Grace Jones sont passés par là tout comme Pharrell Williams, les Rolling Stones ou U 2.

* Franck Ernould avait réalisé une excellente  interview de Christophe Dupouy où il était bien sûr souvent question de Murat. Elle n'existe plus sur internet hélas.

-----------------------------

Le studio DAVOUT, dont le site internet s'ouvre sur la pochette du CODC,  c'est Mlle Personne, 6 mois pour DOLORES, une partie de  Mme Deshoulières, et  de Lilith (ce n'est pas mentionné sur la pochette du cd), puis Mockba, a bird on a poire, le béranger (1829),  une part de Taormina, le mix du Cours Ordinaire et de Tristan, et  Morituri (enregistrement)

Puis encore une session acoustique pour des sites internets et blogueurs (dont Le Lien défait et même Mr TPE -pour ceux qui le reconnaitront) pour la promotion du Cours Ordinaire des Choses.. assurément un grand moment pour les quelques privilégiés qui découvraient l'album par un live acoustique!

Petit aperçu via les pochettes:

 

"les jours du jaguar" sont comptés au studio DAVOUT...

On sait que Murat a ses petites habitudes à Paris (hôtel...), comme s'il fallait qu'il ait ses repères pour affronter la ville... Avec la fermeture de ce lieu, il en perd un... Y était-il attaché parce que Davout est comme lui un Maréchal de Napoléon?

On peut se replonger dans l'interview de Stéphane PRIN qui nous parlait pour la première fois de tout le travail réalisé en ces lieux: à lire ici. 

Il nous parlait notamment de la création d'un titre phénoménal et emblématique de Murat: "les jours du jaguar":

"Un jour, alors que l'album était presque fini et que Jean-Louis était derrière le micro pour enregistrer une des dernières voix, il prend sa guitare, la branche dans son ampli, le met à fond, et me dit de lui ouvrir une piste. Il enregistre d' un trait les jours du jaguar qu'il avait écrit la veille, sans prévenir quiconque. Stéphane Reynaud étant retourné en Savoie, Fred a joué là-dessus la basse et la batterie et en deux heures, le morceau était tel qu'il est sur le disque. J'ai essayé par la suite de le mixer trois fois sans jamais arriver à retrouver l'esprit qui se dégageait de la version ultra sauvage, faite hors de tout contrôle et toute prévision ce jour là. C'est cette version qui a été gardée finalement et qui se retrouve en outsider numéro 1 sur ce triptique vinyle qui résume assez bien, à mon goût, tous les talents de Murat".

 

Quelques propos sur les enregistrements:

Libération Septembre 2006:

Travail à domicile. Au début, avant Vénus (1993), c'était encore une ferme sentant les bêtes et le foin. Murat, qui avait quitté le col de la Croix-Morand, vivait dans une seule pièce, l'actuelle salle à manger, à côté du poêle. Il avait placé des micros dans la grange pour enregistrer Vénus. Avec Taormina, c'est la première fois qu'il reprend le travail à domicile. A part les rythmiques et quelques pianos à Paris, studio Davout, il a tout enregistré l'hiver dernier dans son atelier, avec Aymeric Létoquart, assistant sur les derniers albums, cette fois aux manettes. Il y a bien ici quelques guitares et banjos. Mais, rien à voir avec toute l'aile de la maison ouvrant sur la grange : là, des guitares (47 ou 48), claviers, préamplis, amplis, batterie, orgue Hammond, micros Neumann de 1967 et consoles vingt-quatre pistes de 1972 témoignent d'une fièvre collectionnite qui ne porte pas uniquement sur les éditions rares de Proust. «Je ne suis pas seulement chanteur, explique Murat. Je dois m'intéresser au matériel, organiser la production, en plus des chansons.»

La libre belgique août 2006 à propos de Gengis:

Au studio DAVOUT, où l’album a été produit, il y a un super piano Fazzioli. J’ai joué dessus le dernier jour pendant environ vingt minutes, comme ça. J’ai écrit les paroles après. Cette chanson là n’était pas du tout prévue au programme. 

Chorus 41 automne 2002:

« J'y ai galéré comme c'est pas permis... A une période où j'étais particulièrement dans la dèche, j'ai fait les poubelles avec un copain, mort de­puis d'une overdose, comme beaucoup trop. Aujourd'hui, quand je me rends au studio Davout, porte de Montreuil, et qu'à la porte, sur le trottoir, je vois des mecs vendre des trucs, je me dis: j'ai fait ça pendant deux mois... On vivait de­hors. On vidait les poubelles de certains

Chorus 46 hiver 2003

Maintenant, j’ai un vrai lieu où je peux ranger toutes mes grattes, faire de la musique. Plus encore que pour Le Moujik, j’ai travaillé là. Tout seul. Installé dans des conditions de concert, avec la bonne guitare : j’en ai utilisé seize sur ce disque. Après avoir tout calé soigneusement, et sans avoir fait la moindre "démo", je suis passé chez le luthier pour qu’il règle les tirants, les trucs. Une fois arrivé en studio, j’avais tout dans la tête. J’étais archi prêt. On entre cabine et on y va... C’est à ce moment seulement que j’ai réellement découvert comment sonnaient mes chansons...
– C’est vrai que, pour une fois, tu as enregistré en studio...
– A Davout... Mais l’enregistrement des rythmiques a eu lieu à St-Ouen ; là, ça a été extra. En quatre jours, tout était en boîte...
– Pourquoi cette urgence ?
– La première prise, il n’y a que ça de vrai. Tout ce qui fait le charme d’une certaine musique anglo-saxonne est là. Dans cette sorte de vigueur, de générosité, de spontanéité. Moi, j’essaie de mettre en place le même genre de processus pour saisir ce petit quelque chose... [il hésite] Déjà, à la troisième prise tu ne l’as plus. Je ne sais pas quel nom ça peut avoir... C’est comme de l’eau entre les mains, quoi. Je fais donc tout pour capter directement cet état de grâce de la première prise. J’espère que c’est encore mieux passé dans Lilith que dans Le Moujik...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 31 Janvier 2017

 

Et bien désolé: pour ce mois de janvier, on va en rester à de la molécule de poussière trouvée à l'aide du petit doigt au fond du tiroir de la table de nuit posé dans le grenier... de la maison de campagne... maison de campagne du fond de la Lozère sans électricité...; ou enfin un truc dans ce genre. Donc pour de la grosse breaking news, du pénélopegate, il faudra encore attendre un peu.   Et je n'en profite même pas pour sortir le gâteau d'anniversaire... pour le 28/01, parce que ce n'est pas notre genre. On lui fait quand même un gros coucou, un...allons, soyons fou, un gros poutou.

 

1) Pour parler de chanteuse québécoise à voix, citons Isabelle BOULAY  qui est de retour après 6 ans d'absence il parait... et on aurait pu espérer que ce soit l'occasion d'entendre du Murat (puisqu'elle a encore fait appel à la fine fleur des auteurs français.pour son album sortant fin mars... et que Murat était généralement du casting!). On retrouvera donc le nom de... Biolay, également réalisateur du disque,... et de Raphael, Cœur de Pirate, Carla Bruni, Julien Clerc, Alex Nevsky, Didier Golemanas...et la Grande Sophie pour le single.  Biolay avait déjà réalisé le précédent... et point de Murat donc!

Rappel: http://www.surjeanlouismurat.com/article-un-titre-pour-isabelle-boulay-82923009.html

Pour se consoler:

 

 

2) Il m'a fallu un petit mail d'Emmanuelle (merci!) qui m'orientait vers un petit podcast de France inter pour faire le lien entre le décès de Franck Thomas, parolier,  et Murat. Il est mince... puisque Franc Thomas était l'auteur du texte de "Marie Jeanne" pour Dassin.

Etait-il plus logique de reprendre "Marie-Jeanne" ?

MURAT : Oui, si on veut. Je me souviens très très bien d'une des premières fois où j'ai écouté cette chanson. Cela m'a toujours marqué. La musique d'abord et cette histoire paysanne. Je connaissais l'original de Bobbie Gentry que j'aime beaucoup d'ailleurs. L'adaptation popularisée par Joe Dassin est très habile. Assez superbe avec le Pont de la Garonne, les lieux. Une chanson sur la campagne, une des premières d'ailleurs dans mon souvenir. En enregistrant "Marie Jeanne " je me souviens que Denis m'avait extrêmement troublé en me parlant d'infanticide. J'ai jamais entendu parler de ce genre de truc. Depuis, on me l'a confirmé. Pour moi, c'est un mystère. En tout cas, j'ai mis le nom de famille de ma maman, Guillaume, dans la chanson, je ne pense pas que cela existait dans la version d'origine.  Rocksound n°8, novembre 1993

Baptiste Vignol rend hommage à Franck Thomas  sur son blog.

Sur celui de  France Inter, on peut y entendre un très court extrait de la version de Murat.

 

 

3) Si tôt finis les classements de l'année 2016, du côté des inrocks.fr, on s'est dit comment on pourrait occuper  100 Ko de notre site sans trop se tirer sur la nouille?  Et bien, en demandant un classement:  les disques qui ont marqué ma jeunesse... On retrouve Murat du côté de PIERRE SIANKOWSKI, et pas du coté de Conte - on apprend néanmoins donc qu'il a été jeune- (vanne un peu facile...mais c'est entre chauves).

Michael Jackson Thriller
NTM 1993… J’appuie sur la gâchette
Nirvana Nevermind
Jean-Louis Murat Cheyenne Autumn
De La Soul 3 Feet High and Risin
Leonard Cohen Songs of Leonard Cohen
S-ExpressTheme from S-Express
Ennio MorriconeB.O. Il était une fois en Amérique
Les InnocentsCent mètres au paradis
Snoop Dogg Doggystyle

 

et hop,  20Mo d'occupé sur mon blog, y'a pas de petits profits...

 

4) la photo:

 

5) Une chanteuse d'origine lyonnaise qui rêvait de  CALEXICO (depuis 2013 au moins) leur donne son cd après leur concert l'année dernière à Feyzin... et deux heures après reçoit un mail de leur part.. et finit par enregistrer son album avec eux... à Tucson.

- http://www.soul-kitchen.fr/71527-5-questions-a-auren

Dans ses choix musicaux:

  • Jean-Louis MuratViva Calexico

     "le must du must"

L'amie Marjolaine Piemont elle aussi a répondu au questionnaire:

 http://www.soul-kitchen.fr/71792-5-questions-a-marjolaine


6) Allez, pour finir : un article culturel : Chanson et poésie, une paire pas si tranquille, où le nom de Murat est bien sûr cité:
http://musique.rfi.fr/musique/20170116-chanson-poesie
 

 

LE LIEN EN PLUS

Matt Low en concert le 1/02 à la COOPE, avec GRAND FUSIL (de Thomas Dupré -ex-Delano- avec Christophe Pie). C'est aussi en français. Premier album: Tape33

http://www.facebook.com/events/275787876156829/

Deux chansons en écoute (je n'arrive pas à les intégrer):

http://www.youtube.com/watch?v=nGkdEHpBgQA

http://www.youtube.com/watch?v=ogkf-Fq7HQg

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 3 Janvier 2017

Des nouvelles de Denis... entre autres choses.

JLM, Bako et  Denis... il y a quelques années...

-  A la période faste de succès de Jean-Louis Murat est associé  le nom de Denis Clavaizolle. La collaboration synthétique a atteint son paroxysme sur "muragostang".  Après une participation sur "Charles et Léo" en 2007, c'est une belle surprise de le retrouver ensuite sur  la tournée 2010 (avec ce moment ultime pour moi de "l'examen de minuit" ). Ces dernières années, il n'a pas chomé devenant un musicien recherché et "sorcier" précieux... du côté de Clermont et ailleurs. Du côté du blog,  on l'avait retrouvé en produisant "la chorale de la coopé" qui avait repris "le cri du papillon"  et aussi en enregistrant en son studio avec Jean-Louis l'album de "Eryk e".

On le retrouve en 2017 à l'origine d'un nouveau projet : le groupe "Touch"  où il met en musique deux voix féminines (clermontoises... mais en anglais)... qu'il semble avoir repéré au sein de "la grande chorale de la coopé"... dont elles étaient membres (je crois qu'on croise aussi l'une d'elle du côté du catering de la coopé).

Touch est la rencontre du musicien Denis Clavaizolle et des voix de Fanny Boyer et Sonia Hizzir. C’est en entendant ces deux perles rares chanter que l’idée d’un groupe avec des voix féminines a commencé à grandir dans la tête de Denis, l’inspirant pour écrire les premiers titres de Touch.

Touch nous livre une musique puissante avec un son pop rock électro à mi-chemin entre Abba et Gossip. Le groupe trouve aussi ses influences dans la French Touch et dans des groupes comme Air, Phoenix ou encore Kavinsky.

Une résidence au Tremplin (près de Clermont)  s'est déroulée en ce début d'année pour préparer du live (et un tremplin pour le printemps de Bourges le 28/01 à la coopé).  On attend plus d'informations et de musique (notamment un clip) pour février.

FACEBOOK DU GROUPE

3 titres sur soundcloud en écoute:

Des nouvelles de Denis... entre autres choses.

Pour rappel, à lire : Denis qui revient sur les collaborations avec Murat.

Et pour les collectionneurs acharnés, un truc que je n'avais pas en mémoire: un disque de 2008 sorti sous le nom de "denis clavaizolle" (et le X-Tet band) toujours disponible.( 6 euros)

 

Denis avec un exemplaire du disque d'or du manteau de pluie au mur.

 

BAKO (Mikaélian que l'on voit sur la première photo) a également une actualité, avec la formation blues  THE RIDE. Leur 2e disque va sortir. PLUS D'INFOS avec une interview  

 

 

 

LE LIEN EN PLUS DANS LE CLASSEMENT

Le journal belge (on peut faire confiance aux belges) L'avenir n'oublie pas Jean-Louis Murat. On retrouve Morituri dans leur classement de l'année (pour au moins une journaliste... et au milieu de choix parfois étranges comme Mika et Capéo).

"3. Jean-Louis Murat, «Moritury»

Murat touché par l’actualité en a fait des textes magnifiques, avec des musiciens magnifiques".

Maurituri, c'est une tuery...  magnify. Ah, les belges... ce n'est plus ce que c'était... d'autant que dans un autre journal "DH", on promet la retraite à Jean-Louis sous prétexte d'un très prochain "passage de cap" : 65 ans... aux côtés de Renaud, Jean-Paul Gaultier et Désireless...  On apprend également que Carla B aura elle 50 ans, mais cela fait plusieurs années qu'elle a pris sa retraite.

 

LE LIEN EN PLUS CINEMA

A la limite, je ne savais même pas qu'un star wars était sorti....alors vous m'excuserez de vous parler avec un peu de retard de

L'AMI, FRANÇOIS D'ASSISE ET SES FRÈRES

Le film est sorti la dernière semaine de 2016. Et pourquoi je vous en parle?  Je vous laisse 30 secondes...

tic, tac, tic tac tic tac....tic tac...

Réponse: "Grégoire Hetzel signe la musique du drame historique de Renaud Fely (et Arnaud Louvet) qui avait fait appel à Jean-Louis Murat sur son premier film "Pauline et François" (2010). Sa partition tantôt chorale, avec 4 flûtes, tantôt mélodique et sinueuse (avec un dialogue entre la flûte, le basson et le cor anglais ou un lent solo de flute), cherche à gagner un sentiment général de plénitude et d'élévation pour l'aspect religieux du film, tout en participant à l'ascèse de la mise en scène, au ton sec de cette oeuvre rigoureuse. Viennent s'ajouter pour dialoguer avec la flûte l'élégiaque cor anglais, et les sonorités profondes et masculines du basson.

 

 

Allez, pour finir: une prestation très down tempo sur "l'aventure" de Matt Low filmé par le Bruit des graviers:  (Matt Low qu'on retrouve aussi du côté du site de  Libé)

ah, oui, j'oubliais: Meilleurs voeux !

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 23 Décembre 2016

Certaines années, c'est plus dans un esprit de fête que je fais mon article "bilan/profession de foi/transparence". Aujourd'hui, c'est plus par sens du devoir et dans l'obligation de respecter  mon engagement de faire un point sur l'activité du blog à chaque anniversaire. En effet, depuis 6 mois, j'ai très nettement relâché:  Je n'ai même pas partagé les plus belles photos de mon séjour en Auvergne cet été (ah, mais c'est aussi que le téléchargement d'images est devenu très chiant sur over-blog), ni finalisé une interview que j'ai fait en juillet, ni même... mais la liste des sujets non traités est trop importante.  Ce n'est que la maigre actualité muratienne qui me fait reprendre le clavier quand elle se présente... Et encore, cela m'arrive d'oublier d'aller à sa recherche...  Chers lecteurs... fouettez-moi!! Oh, oui, fouettez-moi! ... euh, je viens d'aller à confess avec le Père Albert...

Bon, justement à propos de fouets, les chats sont nombreux sur mon chemin et cela m'a détourné un peu d'ici. Difficile de me plonger dans une rédaction à partir de 21 heures...  J'avais un petit détonateur depuis le début du blog, c'est de faire un article si la barre des  visiteurs par jour descendait au dessous de 100... Vu le stock d'articles et le référencement google, il se trouve que le blog tourne presque tout seul à cet étiage (en période "haute", on est plutôt autour de 200/300).  Dernière explication: j'ai exploité quelques années une brave âme, un petit bougnat loqueteux... et ce serviteur brillant... m'a... nous... a honteusement abandonné. Je veux bien sûr parler de M, Mathieu, ou Fred Plainelle. Ses mails me maintenaient en alerte... sans compter les infos qu'il apportait.  J'ai d'ailleurs encore un article de sa main sous le coude... J'attends le déluge pour le publier sans doute (en fait, j'ai aussi très envie de l'amender). Bon, ceci dit: ce blog n'a toujours vécu que pour l'actu de Jean-Louis... Quand il n'y en a pas, c'est une traversée du désert... Et de ce côté-là, c'est "et le désert avance...". Rien à l'horizon.

 

1)  Les grands moments de l'année:

Le 3/12/2015: M retrouvait le graffiti "suicidez-vous le peuple est mort"... qui réapparaissait comme par hasard quelques semaines plus tard.

En décembre, Rose sortait son clip sur le duo avec JLM... déjà un an... On en parlait dans l'article précédent... et les Dory 4 nous faisaient découvrir leur chanson hommage à Jean-Louis alors que Delpech partait (Murat lui avait écrit deux chansons).

En janvier, on apprenait la sortie de "Morituri"... Mince, seulement... Que cette campagne "promo" fut courte... Un vrai gâchis  pour un album qui ne manquait pas de charme. Je regrette de ne pas en avoir fait un peu plus... d'autant qu'il est encore et toujours dans l'actualité.

En ce début d'année, on entendait aussi Dominique A chanter Murat, et on n'entendait pas Murat chanter lors d'une soirée privée à la coopé (petite prestation avec Morgane Imbeaud et Matt Low).

En Février, gros "client" du blog sur cette année, et scoop que l'on m'avait réservé: Eryk e. Je vous annonçais cette collaboration surprise de Jean-Louis avec ce médecin. M réalisait ensuite une belle interview, et une chronique d'un concert, puis je vous parlais plus en détail du disque.

Et puis, c'était l'arrivée de "French lynx"... un single à nouveau un peu décevant au milieu d'un peu de teasing à peu de frais du côté de Scarlett et Pias (des textes de chanson dévoilés, des photos...). Notre teasing à nous était plus rigolo: les cygnes du jardin  lecoq.

Pour ma part, j'avais révélé la pochette alternative: les cygnes sur fond blanc

 Ah, cet exercice de revenir un peu en arrière est parfois bien agréable: Le premier mars sortait le TRIBUTE TO Jean-Louis Murat autour de l'album Mustango (par le site A DECOUVRIR ABSOLUMENT), et c'est un beau moment personnel, puisque j'y ai - très modestement- contribué en partageant l'information auprès des amis musiciens. Cela n'a pas fait le bruit escompté... et mérité, mais l'ensemble est très intéressant. Entorse à mes principes: (j'ai été out-é) mon vrai nom figure sur la pochette dans les remerciements...

En mars, j'avais l'honneur de vous présenter le magnifique travail de M. sur une partie méconnue de la vie de Jean-Louis, montrant une nouvelle fois qu'un biographe sérieux avait des choses à nous révéler: Jean-Louis Murat journaliste (partie 1 sur la revue "chansons" saluée notamment par Fred Hidalgo, partie 2 avec un article inédit signé Bergheaud). Quelques mois plus part, Fred Plainelle plongeait dans les archives à propos des premières parties de Clara pour le groupe Téléphone (ah, tiens, je l'avais oublié celui-là!!).

En avril, 30 articles sur le blog (en fait, en seulement 21 jours)... C'était la sortie de Morituri, coup de chaud très momentané... et rapidement, la promo qui tourne autour de l'absence de tournée... et d'un buzz suite à une déclaration très modérée sur Polnareff. Les moments plus marquants? Un passage sur France 5 (dans le journal de.. Claire Chazal là là là là) et un live dans C à vous, une interview radio sur sud radio, la première heure sur RTL, et chez Taddéi chez Europe 1 et une rencontre Fnac annulée, et ce qui était un peu original: un article dans "Point de vue images du monde" , un petit passage au JT de France 2, ... et surtout, la retransmission de la PIAS NITE sur artelive... On attendait depuis longtemps une bonne captation de Murat en live. Là, encore, on n'échappe pas à une petite polémique (un connard, des cons, et un beau "enculé" en final).

Le concert est toujours disponible...

Et nous voilà déjà fin mai, et M. nous livre encore un petit éclairage inédit après des heures dans les archives, sur quelques "oeuvres" de Murat :  "Quand Murat fait son enfoiré" (concerts caritatifs pour la Roumanie et le Kurdistan).

En juin, je me faisais moi un 2e concert de Neil Young, avant le Koloko (traité et ici, avec un petit clin d'oeil de Mathieu Pigné, le batteur de Julien Doré). Un concert façon grand boeuf mais qui nous a permis d'entendre Morituri en live (2 concerts seulement!!) et quelques vieilleries pour une fois.

Dernière trouvaille  de l'année: on ne trouvait pas sur le net les chroniques de Murat écrites pour Libération lors de la coupe du monde 1990 en Italie. Un épisode un peu pénible pour Jean-Louis. Elles sont désormais disponibles.

C'était à mon tour de m'amuser plus que jamais à jouer au journaliste: accréditations en poche pour les festivals Le VERCORS MUSIC FESTIVAL à Autrans (juillet) et Les Belles Journées à Bourgoin (en septembre). Entre temps, j'allais écouter aussi VANOT et Taj Mahal,  et Christopher Cross. Puis, en  octobre, Elysian Fields

Et je rentrais déjà en hibernation durant l'été... Je publiais pour passer le temps le dernier article de M... préparé longuement au fil des années: un article reprenant une bonne partie des arguments et des piques non argumentées portées par certains sur Jean-Louis. J'ai appelé ça "article pour masochistes". Une occasion de rappeler que ce blog a été créé  pour parler de l'univers de Jean-Louis Murat, sans censure, avec les bonnes choses et les critiques. Globalement, je pense qu'on s'y est tenu. On peut être "fan" sans être ayatollah.

Depuis septembre, c'est morne plaine... et je ne vous offre presque que des liens en plus, soulignant tout de même le prix nobel de Bob dit l'âme (et je n'ai pas fait l'article sur Cohen par contre...). 

Même si les derniers mois ont été marqués par une crise d'investissement de ma part et un manque d'actu, le retour en arrière me fait réaliser que l'année  a été particulièrement riche, notamment en terme d'informations inédites. Et puis, pour une fois, - mince, moi, qui adore la contrition (n'oubliez pas de me fouetter!), je ne pense pas avoir de mea culpa à effectuer, ni de revenir sur des polémiques pour cet exercice 2016. Peut-être aurais-je pu faire un peu plus sur Morituri et communiquer sur la mobilisation des fans autour de l'absence de tournée (une pétition avait été lancée)?  Tout cela me paraissait bien vain sur une question qui nous dépassait... Pour finir, j'en reviens au fait marquant pour moi: le départ de M. du blog (et oui, cher M! ça t'énerve que j'en fasse des tonnes?).  Mon collaborateur clermontois me manque pour relever le défi d'animer un blog sur l'actualité sans actualité... J'en profite pour repasser ma petite annonce :"Blog de Pierrot cherche correspondant permanent ou occasionnel à Paris et Clermont pour veille sur l'information, live-report (possibilité d'invitation à certaines occasions). Barbu s'abstenir".

Merci aux lecteurs fidèles, aux abonnées (pensez-à le faire en vous inscrivant à droite), à ceux qui prennent le temps de me communiquer des infos et à laisser des commentaires (c'est devenu calme de ce côté-là)...

 

 2) J'oubliais de parler des interviews de 2016, et là, encore, ça a été riche :

)

Interview de LA FELINE alias Agnès Gayraud, philosophe et journaliste à Libé, qui sort un nouveau disque prochainement. 

 

 

 

 

 

 

 - Une rencontre lyonnaise (avec Sly Apollinaire, Mathis, et Le Voyage de Noz) :

les noz au Radiant en Mai et Sly Apollinaire est sur Kiss Kiss bang bang

- Laurent Saligault (qui nous a plongé dans l'histoire du rock en nous parlant de Mickey Finn)

On attend le 2e album avec impatience... puisqu'il est enregistré.

Sébastien Polloni   un nouveau chanteur auvergnat signé sur le label de B.Betsch

Franck Courtès   photographe romancier, qui nous a autorisé à publier  des photos inédites de Jean-Louis

Enfin, nous faisions des rencontres un peu particulière avec un moine érudit et randonneur. et un journaliste sportif Dominique Sévérac.

 

 

3) Statistique:

Je n'ai pas le temps, ni l'envie de creuser le sujet cette année mais pour ne pas faire l'impasse... A ce jour:

376 506
visiteurs uniques
698 508
pages vues

Le 29 avril, plus de 800 visiteurs jour.

Je n'ai plus de classement de blog à communiquer puisque j'apprends que Teads a arrêté la mise à jour il y a plus d'un an.  Aucun site n'offre le même service semble-t-il. Alexia me permet de voir que j'ai perdu 2 millions de place depuis 3 mois (je suis dans les 7 millions)... mais tout cela est anecdotique..

En matière de pub, pas de changement:  je touche tous les 8 à 10 mois un peu moins de 50 euros qui permet de payer en partie l'abonnement premium à Over-blog (59 euros). rappel: Je n'ai pas paramétré l'option la plus "rémunératrice": la publicité flottant au-dessus du contenu, se déplaçant ou fixée sur un côté.

Sur ce...  au coucher du soleil, le Rhône  se joint à moi pour vous dire:

7 ans, Débriefing annuel!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 22 Décembre 2016

 

1) Murat a été évoqué deux fois sur "La bande originale" (chez Nagui sur France inter) mercredi 21 décembre lors de l'invitation d'Isabelle Huppert.

En première heure, Huppert choisit d'écouter Cohen, julien Clerc, Sanson et Camille... et entre temps, petit extrait de Mme Deshoulières.. et un petit commentaire (sans grand intérêt).

En deuxième,  la diffusion d'un extrait de  "Cartier-Bresson" pour introduce to her une question sur la photographie.

Intégralité de l'interview

 

 

Isabelle Huppert

Avez-vous aimé chanter, comme vous l'aviez déjà fait dans 8 femmes,de François Ozon ?
Isabelle Huppert. Oui, bien sûr, ça faisait aussi partie du désir de faire le film. J'ai travaillé très tôt avec Thomas Lauderdale, le leader de Pink Martini, ça m'a beaucoup plu. Il a adapté ses musiques à ma voix. J'ai tout de suite senti que les thèmes musicaux se reprenaient facilement autour de moi. Le « Je dis oui » de la fin du film entraîne tout le monde à sa suite.

Seriez-vous tentée d'enregistrer un disque un jour ?
Isabelle Huppert. Une actrice qui chante, c'est toujours délicat. Il faut trouver la bonne personne, celui ou celle qui compose un univers pour vous. Ce fut déjà le cas avec Jean-Louis Murat sur son album Madame Deshoulières, même si la plupart du temps c'était du parlé-chanté. Mais cela reste à faire. Tous les acteurs veulent chanter et tous les chanteurs veulent jouer. L'acteur pense souvent, et à juste titre, que le chant, enfin disons l'art lyrique, et la musique permettent d'exprimer des choses que l'art dramatique limite. La musique est au-delà du sens des mots, elle libère quelque chose d'infini dans les émotions et leur expression. Le chant apparaît alors pour l'acteur comme un territoire immense, un continent, et on envie les chanteurs qui ont la chance de pouvoir atteindre ces hauteurs-là.

3)  Dans Libération, c'est Julien MIGNOT le photographe qui est mis à l'honneur pour un travail artistique avec Camille Rousseau.

«Jean-Louis Murat», mai 2014. «C'était lors d'une séance photo pour faire la pochette de son avant-dernier album. La prise de vue a eu lieu, dans la brume, au Col de Diane, au fin fond de l'Auvergne, ma région. Ce n'était peut-être pas l'image de lui qu'il souhaitait, mais j'étais content.»   Photo Julien Mignot & Camille Rousseau

 

Photo Julien Mignot & Camille Rousseau

Photo Julien Mignot & Camille Rousseau

D'autres photos: http://next.liberation.fr/arts/2016/12/24/julien-mignot-john-cale-la-seance-photo-la-plus-courte-de-mon-histoire_1536925

 

4) On trouve "Morituri" dans quelques classements des meilleurs albums de l'année... dans quelques. (et également dans quelques listes en conseil de cadeaux de Noël).

Par exemple,

https://comptoir.org/2016/12/21/quelques-disques-de-2016-a-se-faire-offrir-pour-noel/

Ou chez Alain de Repentigny (top 10): http://www.lapresse.ca/arts/musique/disques/201612/23/01-5054208-top-10-des-albums-de-2016-les-choix-dalain-de-repentigny.php

5) On se quitte par un peu de musique:

Tiens, cela est tombé:

 

Et on va se dire "joyeux noël" avec Florent Marchet et Murat... L'occasion de dire que "Frère animal 2" est dans les bacs (chronique de Télérama). Il faut que je m'achète un billet pour la tournée...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 8 Décembre 2016

LE LIEN EN PLUS POUR PARLER TOUT DE MEME DE MURAT

Allez, pour la première fois,  on débute par le lien en plus, puisqu'il est d'une extrêmement haute importance :  A Plestan (Côtes-d'Armor), la station service.... est à vendre! C'est un bon placement, puisque c'est le rendez-vous des stars, nous informe  l'hebdo du pays de St-Brieuc et de Lamballe ... "Les patrons Yves et Annick se souviennent : « On a eu de nombreuses célébrités à venir prendre de l’essence ici ». Ils se rappellent de Jean-Louis Murat, Nicoletta, Poulidor et il y a quelques mois, Clémentine Célarié". Merci aux fans de ne pas s'y précipiter pour la démonter dans l'optique d'en avoir un bout en souvenir : La station vient d'être remise à neuf.

C'est une sortie plus culturelle que Jean-Louis Murat a fait le week-end dernier: il a assisté au concert désormais régulier d'Alain Bonnefont (accompagné de C. Pie et de S.Mikaélian les rancheros). Il n'a pas chanté.   

A ce propos, on retrouvera le trio le 9/12 au bar La Fourmi à Chamalieres et 17/12 au Font de l'Arbre (Le chalet).  (A noter deux nouvelles chansons sur le soundcloud de Christophe: La sève et Posé dans le ciel)

 

1)  Matt Low

Encore un mini disque pour Matt, avant de passer à un vrai album on espère, avec toujours le soutien de PIAS (sous édition Scarlett). 

Je trouve vraiment très bon le single: "l'aventure", sur un texte signé par le bassiste Clément Chevrier (Murat ne signe pas toutes les paroles!).

"des nouvelles" est un peu moins fort, mais l'orchestration est vraiment bien, notamment sur la fin où ça s'envole, avec un saxophone notamment et un étrange son saturé de guitare.

"Dans l'ermitage": on part toujours sur un truc assez down tempo, un peu de charme avec un petit choeur féminin, avant qu'une trompette (signée bien sûr par M. Quinet du The Delano Orchestra) ne donne définitivement une belle couleur à la chanson. On est dans la coolitude absolue... la zénitude de l'ermite.

Hangar bleu: là, encore, ça commence très tendu... et puis arrive

deezer : http://www.deezer.com/artist/8867172

 

Le clip (interactif) disponible sur le site : http://www.mattlow-laventure.com/

 

2)  On avait parlé des SONGES DE LEO  de Morgane Imbeaud, co-écrits avec Jean-Louis Bergheaud... sorties en disque et avec deux soirées à l'opéra de Clermont... et puis, plus rien... La vie éclair d'un disque lambda à notre époque, même de bonne qualité?  Apparemment non, Morgane explique que l'album n'a pas pu être promu suffisamment avec la faillite du label au même moment... et elle tente de reproposer une 2e vie à son héros, un chat (sur ses 9, il y a de la marge)... en ressortant le disque (en mars 2017 avec 5 titres inédits) avec le soutien d'un tourneur. En effet, disque, livre, spectacle, c'est un projet complet qui est proposé, et qui mérite d'être plus amplement diffusé.

Un crowfounding est proposé pour aider à la production et au financement d'une attachée de presse.  Svp, aidez le, aidez-la!! (aidez  moi: ça me permettra peut-être d'avoir  un cd promo!! ;.))

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/les-songes-de-leo--2

 

3)  Un CD promo, j'en ai eu un de la part de l'AP de KID PARADE... et j'ai bien aimé,  même si ces 4 français ont choisi de s'exprimer en anglais.

Le premier titre est le single-tueur: "Marnie"...  Si c'était chanté par Gwen Stefani ou la chanteuse des Cardigans, j'imagine le carton... Bon, je dis ça parce que la voix douce et j'imagine sexy du chanteur ne me tourneboule pas le bas ventre.   Reste cette magnifique intro et ce refrain... avec cette étrange petite nappe de synthé originale.  Et en plus,  le clip est vraiment de belle qualité:

 

 

On pense un peu à Syd matters dans l'idée de ne pas faire d'esbrouffe dans la pop, même s'il manque un peu d'harmonie vocale qui permettrait d'enluminer un peu la voix  du chanteur pas vraiment hors-norme. The Cure est une des références citées, on peut effectivement y penser (Tattooed Girl, my dog is a cat...), mais avec l'aspect gothique en moins: on sent plus la fleur du côté de Kid parade (à l'image de la chouette pochette pastel), même si les arrangements distillent tout de même un peu de brume.

Autres jolies titres: l'instrumentale The Turtle waltz,  I Feel Alright, Reflections (bel intro)...

en écoute

Plus d'infos:   http://www.adecouvrirabsolument.com/spip.php?article680

http://www.kidparademusic.com/

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 15 Octobre 2016

Est-ce que Jean-Louis Murat a été heureux  d'apprendre que BOB DYLAN dit - selon Murat- Bob dit l'âme, avait le prix Nobel de Littérature, ou son côté conservateur et humble concernant l'artisanat de la "chanson" ne lui a pas fait regretter, comme Pierre Assouline, que ce ne soit  pas Jim Harrison, par exemple, qui permette de rendre hommage à l'Amérique? 

  On ne connait pas la réponse... Un média aurait pu avoir l'idée de l'interroger, ça n'a pas été le cas à ma connaissance.  Alors, pour ce jour, contentons nous de replonger dans les archives, et notamment le CHORUS qui consacra un dossier à BOB DYLAN.

Jean-Louis Murat y était interrogé au milieu d'autres chanteurs, dont Eicher ou le fiston de Cohen (dont on a beaucoup parlé par ricochet ses derniers jours, d'autant qu'il signe un dernier single superbe).

(Pour ma part, j'ai été très heureux que l'on rende hommage ainsi à la chanson et à la pop music, qui imprègnent (ou reflètent?) tant l'histoire immédiate et nos vies...

 

 

 

BOB Dit l'AME  PRIX NOBEL!
BOB Dit l'AME  PRIX NOBEL!
BOB Dit l'AME  PRIX NOBEL!
Pour l'anecdote fameuse...

Pour l'anecdote fameuse...

BOB Dit l'AME  PRIX NOBEL!
Propos recueillis par Jean Théphaine...

Propos recueillis par Jean Théphaine...

BOB Dit l'AME  PRIX NOBEL!

- Deux idoles de Murat sur la même affiche (que je viens de retrouver dans mes archives):

BOB Dit l'AME  PRIX NOBEL!

On termine par une chanson que Murat apprécie puisqu'il l'avait choisi dans un "onze d'or" (compile créé ensuite par la DOLO).

LE PETIT LIEN EN PLUS SUR FRANCE INTER

 

Je vous ai dis que "Interroge la jument" était en playlist sur France Inter et ailleurs. Je l'ai entendue deux dois dont hier soir dans "Si tu écoutes, j'annule tout". Cela a valu quelques sarcasmes-vannes de ces deux travailleurs immigrés belges qui officient à cette heure-ci:

https://www.franceinter.fr/emissions/si-tu-ecoutes-j-annule-tout/si-tu-ecoutes-j-annule-tout-14-octobre-2016

A 25'49, Début de la chanson... (c'est quand même un bon single je pensais... même si la voix de JL me parait un peu trainante).

A 28'47, fin de la chanson: "et c'était Jean-Louis Murat... et ça veut dire que vous êtes... où? Sur France INTER!"... "interroge la jument"   

la petite séquence:
Audio recording >>

L'hommage:

 

humourhumourhumourhumourhumourhumourhumourhumourhumourhumourhumour

par un trait...

 

Merci  Pierre Etaix (23/11/1928 - 14//10/2016)  dont j'ai adoré le livre "Dactylographismes" enfant... et plus tard le film "yoyo".

Article dans Le POINT

mousse noir de mes...

mousse noir de mes...

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri

Publié le 11 Octobre 2016

Voici l'hiver!

Voici l'hiver!

1) Le 3/10 sur le Facebook de l'Ambassade de France en Uruguay où on n'aime la bonne musique, on trouvait la vidéo de "j'ai fréquenté la beauté":

[LUNES DE MÚSICA] Compartimos hoy esta hermosa canción del rebelde y talentoso Jean-Louis Murat, que con su forma de cantar particular y sus climas melancólicos se ha ganado un lugar de culto dentro del rock francés desde fines de los años ochenta. Visceralmete ligado a la región de Auvernia donde siempre ha vivido, encuentra su inspiración poética sobre todo en la naturaleza y en el campo.

Mes 8 ans d'espagnol me permettent de vous fournir une traduction des plus approximatives: on partage aujourd'hui cette belle chanson du rebelle et talentueux JLM, qui avec sa façon de chanter particulière et ses climats mélancoliques - oui, c'est facilo l'espagnolo comme disait ma prof- est devenu culte dans le rock français depuis la fin des années 80. Viscéralement lié à la région de l'Auvergne où il a toujours vécu, il trouve son inspiration poétique surtout dans la nature et la campagne.

Une occasion de rappeler que Murat n'a jamais profité d'une tournée culturelle dans des pays étrangers et non francophones via des ambassades ou une alliance française. Il n'a joué qu'une fois en dehors de la France, Belgique et Suisse, et Québec. C'était à Benicassim sur la tournée Mustango. Il s'en expliquait une fois il me semble (en 2000 en vidéo là) notamment par son refus d'aller faire des lectures dans des classes de français... A-t-il peur de ne pas pouvoir partager son univers avec des oreilles non francophones? J'ai des soupçons. En tout cas, il déclarait que Benidorm était un de ses meilleurs souvenirs de tournée sur son site officiel... avec le concert de l'Olympia qui pourtant a été très discutable et polémique! Pierre Andrieux rapporte que Murat en Espagne avait impressionné les médias espagnoles: Jean-Louis Murat avait, paraît-il, fait forte impression auprès de la presse espagnole l’année dernière… Il avait donné un concert de 45 minutes sans interruption en enchaînant tout et en improvisant la plupart du temps…

L'ambassade de France en Belgique, elle, n'a pas manqué de faire de la pub pour la soirée de prestige au Botanique avec les THE DELANO ORCHESTRA et MATT LOW programmée le 11 octobre:

Qui sait de quoi Matt Low (du Delano Orchestra) a bien pu parler avec Jean-Louis Murat quand il a fallu accompagner le plus exigeant des chanteurs d’ici. Pour que l’aîné des deux Auvergnats confie tant de mots précieux aux mélodies du plus jeune, une rencontre a dû se jouer, dépassant usages et attendus. Depuis Clermont-Ferrand, Matt Low s’est jeté, guitare ou basse en main, dans toutes les aventures où l’amitié domine, accompagnateur fidèle de sa riche scène folk. De fil en aiguille, ses propres chansons sont venues tenir compagnie à celles des autres, concoctées discrètement par cet amoureux de la mélodie en ligne claire, héritier de l’orfèvrerie pop, incapable de décider quelles rives de la Manche ou de l’Atlantique ont sa préférence.

Pour en rester sur l'étranger: J'avais déjà diffusé ce lien il y a quelques temps: les radios étrangères commentent la musique de JLM: http://www.francodiff.org/fr/2-les-media-en-parlent/5-les-commentaires-des-radios/1007-jean-louis-murat/4705-caillou/

2) En Suisse, Frederic PAJAK dessinateur, écrivain et éditeur franco-suisse a choisi la chanson de Dolorés comme une de ses références musicales sur la RTS:

http://www.rts.ch/play/radio/mp3/audio/mp3-les-references-musicales-du-jour-de-frederic-pajak?id=8020152

3) On a parlé des DELANO: une petite info sur le très sollicité Gaël Rakotonbrabe.

"Pour perdre ses repères et retrouver son équilibre, Mélanie Pain s’est offert un rêve : Gael Rakotondrabe, pianiste et arrangeur sur la dernière tournée du vénéré Antony and the Johnsons (et puis CocoRosie aussi ou encore Jean-Louis Murat). Parachute est entièrement centré autour du piano, sans aucune guitare".

http://conferencedereda.canalblog.com/archives/2016/10/06/34407323.html

4) Et maintenant Morgane... avec ou sans Cocoon:

http://www.sudouest.fr/2016/09/30/cocoon-naturellement-2518605-2780.php

"Seule ombre au tableau, l'absence de Morgane. « Elle a voulu prendre du recul mais c'est un manque irremplaçable. Elle viendra quand même pour quelques dates de la tournée. »Presque autant que Jean-Louis Murat, pourrait-on dire… Sauf que le chanteur de Cocoon est fâché avec le père de la scène auvergnate, qui a tenu sur le duo des propos à la tronçonneuse, comme à son habitude. Pas de quoi gâcher le sourire de Mark Daumail. Ni son envie de chanter"

Moi, c'est Morgane que je croyais fâchée avec Mark... ou le contraire!

Morgane qu'on retrouve dans une vidéo d'Auvergne Tourisme: elle parle de Clermont:

https://www.facebook.com/auvergnetourisme/videos/1289035687782296/

5) Je suis allé voir LUKE vendredi dernier à Bourgoin-Jallieu. Ca m'a nettoyé les oreilles... Enervé le Thomas Boulard, le dernier album "pornographie" dresse un sale constat sur la société actuelle... On peut comprendre pourquoi il aime Jean-Louis Murat... Il l'a notamment repris en live ou choisi dans mon taratata à moi de revoir sa prestation. Petite devinette: ils ont été côte à côte dans une liste il y a quelques années. C'était où? Réponse en fin d'article.

http://www.sonymusic.fr/news/Luke-32025/pornographie-le-nouvel-album-de-luke/

Avec Subway (le groupe de fille qui accompagna Murat) en 2008

6) et puisqu'on en est à l'Auvergne pour finir: un petit conseil lecture! http://www.larep.fr/loiret/mag/culture/livres-bd/2016/09/30/lauvergne-infinie-et-absolue-de-francois-cassingena-trevedy_12093250.html

François Cassingena-Trévedy raconte sa traversée du Cézalier dans « Cantique de l’infinistère ».

Une randonnée « liturgique » pour un récit érudit qui célèbre l’Auvergne infinie. Près du Mont-d'Or, la ferme de l'Angle est un point d'ancrage « mythique et mystique » pour François Cassingena-Trévedy. C'est là, entre les cols de la Croix-Morand et de la Croix-Saint-Robert, sous le puy de l'Angle, qu'il situe son centre de gravité intime. Son mont Palatin à lui, qui, né à Rome en 1959, a établi sa Trinité-des-Monts entre le puy de l'Angle, le puy de Mareilh et le puy du Barbier. Moine bénédictin à Ligugé, près de Poitiers (Vienne), il marche régulièrement depuis quarante-cinq ans dans les paysages du plateau des Rigolets. « Les yeux fermés je connais par cœur le chemin des crêtes, l'arc glaciaire du Sancy… la rude beauté de ces infinis me bouleverse toujours autant. » L'automne dernier, carnet de notes en main, François Cassingena-Trévedy a fait un « pèlerinage personnel » du puy de Sancy au puy Mary, « pour porter le bonjour de l'un à l'autre ». Sur les chemins de son enfance, une itinérance en solitaire et à pied, « parce que c'est la seule manière de faire connaissance avec un tel pays de rudesse et de tendresse, pas à pas, religieusement. La marche nous fait rencontrer humblement et patiemment le détail du monde. » Il a choisi octobre, pour sa rigueur et ses couleurs, pour les « mystères » de l'automne dans le Cézallier, cette « estive élevée à l'état d'éternité ». François Cassingena-Trévedy voyage seul mais en compagnie des auteurs qu'il fréquente depuis ses humanités. Le récit érudit qu'il a tiré de sa traversée est balisé de petits cailloux littéraires. Il n'est pas de ruisseau, de mont, d'arbre, de troupeau qui ne lui rappelle un psaume où un mot de Sidoine Apollinaire, Dante, Virgile, Pascal, Claudel, Teilhard de Chardin, Pourrat… Jean-Louis Murat. Giono n'est jamais loin. Musicologue, chef de chœur, il accompagne la précision de ses descriptions de thèmes de Haendel et Vivaldi, de chant grégorien dans un parcours construit comme une partition. De gîte en ferme, de buron en troquet, d'étable en chapelle, il fait d'improbables rencontres. « Les Auvergnats des montagnes ne sont pas de grands causeurs, mais ils sont d'une fidélité remarquable. » Adepte de saint Benoît, François Cassingena-Trévedy ne rechigne par pour autant à partager quelques pieds de cochon et « canons » de vin de pays au fil de sa transhumance. « La grande austérité n'empêche pas l'expérience humaine festive, justifie-t-il. La vraie expérience religieuse ne nous sépare pas du réel. Bien au contraire ! » Alors que l'automne avance, François Cassingena-Trévedy vient de faire provision de nouvelles cartes IGN pour rêver de sa prochaine traversée, du massif du Cantal à l'Aubrac cette fois-ci. Cantique de l'infinistère.

À travers l'Auvergne, François Cassingena-Trévedy, éditions Desclée de Brouwer, 178 pages, 16,90 €.

Et je vous promets rapidement une "inter-ViOUS ET MURAT"....

Réponse à la devinette: Jean-Louis Murat et Luke étaient nommés aux Victoires de la Musique comme "meilleur album pop/rock" à la 20e édition de la cérémonie. C'était pour "a bird on a poire".

Les micro-news: à l'étranger, les copains et lecture

Rappel:

Eryk e. quant à lui sera en concert le 18/10:

Caveau de La Michodière

3 rue de la Michodière, 63000 Clermont, Auvergne, France

https://www.facebook.com/events/340962492906252/

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Morituri