vieilleries -archives-disques

Publié le 5 Novembre 2012

Je continue de partager quelques clichés de mes achats....

La collection Murat me satisfaisant:  http://www.surjeanlouismurat.com/article-collec-44152644.html j'ai jeté mon dévolu sur le périphérique... Murat est bien là, imprimé, avec un harmonica par là, un lalala par ici, et  avec Clavaizolle aux claviers, entre autres... mais c'est bien Madame  qui pilote. Tout une époque.

 

 

 

Album Marie AUDIGIER de 1990, coproduit avec Murat.   avec la bande de la Bourboule.

SAM 8491

 

SAM 8492

 

SAM 8493

 

SAM 8495

SAM 8496

Dans certains choeurs, une voix reconnaissable.

A noter une adaptation de "Dream a little dream of me": http://www.secondhandsongs.com/performance/88230
SAM 8501

 

Un CD SINGLE: (1993 de l'album CES ETES)

SAM 8549 

 

SAM 8550

 

SAM 8551

 

Un 45T : 

 

SAM 8552

SAM 8558

 

 

Les albums sont écoutables sur DEEZER:

http://www.deezer.com/fr/artist/153677   

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 1 Novembre 2012


Ah, je m'emmerde veaux gras... J'en suis réduit à aller jetter un oeil sur you-you (tube, tuyaux... etc... pour ceux qui n'auraient pas suivis)...
 
Pas pour rien... car voici une petite curiosité:
 
Une reprise sympathique par ce japonais amoureux de la chanson française:
sa reprise de "cherchez le garçon"... un peu trop fidèle.


Passons à la France profonde :
Joli clip... avec images appropriées...

Passons à l'inédit:
La loi du sport (myspace)
http://www.youtube.com/watch?v=15_uPl5xoYE
Et pour rappel, le dernier en date :
Et au rayon remix :
Toujours "te garder près de moi", version dream remix (qui devait figurer sur le maxi).
http://www.youtube.com/watch?v=h97NE-YD8No

et un  Fort Alamo (Mighty Bop Mix)... Le titre avait l'objet d'un disque de remix...
http://www.youtube.com/watch?v=ImFijoriIFU     Là, encore, joli clip...
Passons enfin par l'incontournable LEW: (avec son texte d'accompagnement lisible sur youtube)


Et encore, via LEW,  une évocation de la Mongolie dédicacée à Murat :
http://www.youtube.com/watch?v=i4eVEsAXvDc        photographies d'un clermontois ayant voyagé dans ce pays...Cela m'a fait repenser à l'article de Matthieu à propos de GENGIS: http://www.surjeanlouismurat.com/article-sur-les-traces-de-gengis-par-matthieu-92009520.html



ET voilà, tout est dit ... version lente

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 20 Octobre 2012

Bon, allez, je secoue mon corps... difficile le samedi matin... et en sortant de la déchetterie, où finalement, je ne l'ai pas jeté avec l'herbe cramoisie qui patientait depuis x nuités,  j'ai pensé à:
 

Chanson très muratienne... qui ça tombe bien a été écrit par le duo MURAT/Clavaizolle.
téléchargeable légalement:
Présent sur l'album de 96, où figure également "jour d'hiver"  (on trouvera la démo muratienne  et la version vartannienne, assez jolie ici) :
 
Sylvie Vartan
IL PENSE À SON CORPS
J.L. Murat, Denis Clavaizolle, 1996


Il pense à son corps
En dévalant les pentes enneigées du confort
Il pense au jour béni de ses quinze ans
Au voile éphémère de rosée a l'aurore
Même si l'amour est important
Je sais bien que ce soir tout lui est indifférent
Il pense à son corps

Il pense à son corps
Ce joyau chéri comme un unique trésor
Il sent son coeur floue et comme un enfant
Par le temps perdu a le protéger de la mort
Même si l'amour est important
Je sais bien que ce soir tout lui est indifférent
Il pense à son corps

Oh qu'attends tu
Dans une jeunesse éternelle
Oh t'attends tu
A desserrer l'étreinte cruelle

Il pense à son corps
Il rejoint les chevaux légers du remords
Par le caprice la neige et le tourment
Il rejoint sa haute vallée du mont d'or
Même si l'amour est important
Je sais bien que ce soir tout lui est indifférent
Il pense à son corps

Oh qu'attends tu
Dans une jeunesse éternelle
Oh t'attends tu
A desserrer l'étreinte cruelle
LE LIEN EN PLUS :
Didier Varrod, le nouveau directeur de la musique sur France inter, c'est une bonne chose pour Murat!,  parlait de Wax taylor un matin sur inter... Et d'un duo avec Jennifer Charles...  M. Cohen l'a alors relancé en parlant d'"a bird on a poire"...
J'étais assez persuadé que cette relance avait été écrite par Didier Varrod... Il a eu la gentillesse de me répondre que ce n'était pas le cas et que le présentateur vedette était bel et bien fan de ce disque en particulier.
La séquence à réécouter:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 9 Juillet 2012

 

Après le set "Passions privées" joué à Clermont, je me suis décidé à faire l'achat du vinyle "passions privées"...  que je n'avais que via la réédition de 1989 (via les deux versions, la première avait des fautes d'orthographe)... et j'ai été ravi d'en découvrir la pochette intérieure que je ne connaissais pas... Je vous la fais donc découvrir... notamment avec d'excellentes (certes, un peu datées peut-être) photos d'Alain Bonnefont, Christophe Pie, Jérome Pietri, et Pascal Mikaelian. 

 

 

SAM 6928

 

 

SAM 6926

 

 

 

SAM 6925

 

 

 

 

SAM 6917

 

 

 

 

SAM 6918

 

 

SAM 6919

 

SAM 6920

 

 

Je vous donnais quelques éléments sur le disque ici:

http://www.surjeanlouismurat.com/article-concert-pour-clermauvergne-2e-partie-107167234.html

SAM 6921

 

SAM 6922

Une façon bien original de mettre le texte des chansons... avec un choix de mettre en avant via des MAJUSCULES certaines expressions : col de l'oiseau mort, voleur impénitent, Nanga Parbat... mais qui ne sont pas les titres... 

 

SAM 6923

 

 

 

SAM 6929

 A noter bien sûr le nom de Claude Dejacques (http://www.surjeanlouismurat.com/article-dejacques-et-zacha-producteurs-de-murat-en-81-82-part-2-77790374.html )

SAM 6930

 

Quant à l'édition SUMO, c'est Michel Zacha qui nous en parlait :

http://www.surjeanlouismurat.com/article-inter-vious-et-murat-n-11-michel-zacha-101277868.html

http://www.surjeanlouismurat.com/article-inter-vious-et-murat-n-11-michel-zacha-101277868.html

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 13 Mai 2012

 

Ah, petite surprise ce soir du côté de Five'r, contributeur principal des mises en ligne...

 

- avec en premier lieu, une cover :

Si quelqu'un sait d'où ça vient, et qui chante, merci de donner l'info!

 

  
 
- et ensuite une belle séquence avec Murat et Huppert:
 
On doit apercevoir Stéphane Prin... qui nous parlait de la session ci-dessous:
 
 
Et pour conclure : Jean-Louis qui "inspire" des vidéastes avec polly jean:
 
... Bon, vous en voulez encore? En 2009, Jean-Louis n'était pas avare d'inédits... dont :
http://www.youtube.com/watch?v=hjRmHen-sRs     réalisation de Maldoror
 
 
 
 
 
LE LIEN EN PLUS :
 
CONCERT CE JEUDI à LIGNIERES!!
 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 18 Mars 2012

 

 

J'ai été moins assidu au niveau vidéos, je crois l'avoir déjà écrit. Cause : trop de chats à fouetter, et le partage à tout-va sur FB qui rend ça moins indispensable, et aussi le fait que j'avais décidé de ne pas diffuser des vidéos pirates de live... tant la volonté de Murat de ne pas accepter de photos et vidéos de concert est clairement affiché. On nous avait d'ailleurs annoncé à l'entrée des abattoirs une fouille sévère... qui n'a pas eu lieu. Mais je n'ai aperçu pour une fois aucun appareil ou téléphone fonctionner...

 

Alors, what... Oui, c'est dimanche matin, il pleut... et il y a quand même du lourd à montrer...

 

D'abord, une petite curiosité...

 

 

 Une vidéo vue 60 000 fois.. c'est pas mal pour du Murat... Mais hélas, youtube n'a pas reconnu qu'il y avait du droit d'auteur là-dessus (sinon, il y aurait eu une pub sur la vidéo)... C'est donc fait de manière non officielle...

 

 

 

Les Jeunes Musulmans de France est une association affiliée à l'UOIF.  Le but de l'action  est de demander aux candidats aux élections  "de prendre position, de la manière la plus ferme, contre tout discours, toute idée ou tout slogan qui viserait à monter les Français les uns contre les autres, en faisant notamment de l’islam et des musulmans les boucs émissaires des maux que connaît notre société".  C'est effectivement d'actualité...  Je pense que si on lui avait demandé, Murat aurait pu donner son accord... 

 

Pour ceux qui n'auraient pas reconnu le morceau, il s'agit de la BO de "PAULINE ET FRANCOIS" : "les chevreuils". EN vente en numérique (première sortie d'un disque exclusivement en numérique pour Jean-Louis).

http://www.music-story.com/jean-louis-murat/titre/les-chevreuils/telecharger

 

 

 

-  Michel ZACHA dans la dernière inter-ViOUS et MURAT (2 articles plus bas, descendez le curseur m'ssieux, dames),  de l'enregistrement de "elle voulait revoir la normandie", gravé alors qu'il s'agissait juste d'une répét....  Deux jours plus tard, découverte d'une vidéo (déjà partagé sur Le LIEN DEFAIT forcement) de Gérard Blanchard... reprenant du MURAT.  Hasard amusant ou... J'ai posé la question...   Michel Z. a en tout cas été très touché..lien défait.... Une version très émouvante, avec un artiste, qui comme beaucoup d'autres, d'après ce que j'en lis sur wiki, connait des difficultés... 

 

 

 

 

 http://www.deezer.com/fr/music/gerard-blanchard        pour découvrir ses versions étonnantes de "la nuit je mens"... et d'"aragon et Castille" (talk over reggae country)

 

 

 

- Autre sortie de placard (par l'ami Lionel)... qui permet d'illustrer mes regrets exprimés hier sur les concerts 2012... j'veux dire: un peu de piano, un peu de guitare sèche, ça ferait plaisir...  Version livrée dans un show case en 2000 (ça ne me disait rien, je ne devais pas avoir).

 

- Autre titre (encore merci, Ombremor)... et là, c'est une vraie surprise pour moi...
 Ce titre ne me dit rien du tout. Inédit live de l'époque... Ah, oui, généralement, on l'intitule : "rivière" et pas "la rivière".   8'5 de voyage... ah, non, moins : Belle séquence parlée de Jean-Louis  qui fait rire la salle...
Et allez, pour être complet : la version de Julien CLERC de l'ange déchu... ah, oui, mince, j'ai oublié ce point commun entre Zacha et Murat...
ET en passant, mais ne le dites pas:
http://www.youtube.com/watch?v=3hu5IyjFcU0   alcaline 2012 (version encore plus sage qu'à Bourgoin)...  Ah, y'avait de l'ambiance au Luxembourg... superbe qualité de vidéo et de son....

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 30 Janvier 2012

 

Comme cela a déjà été le cas par le passé, Five-R m'a fait passer quelques vidéos que Dailymotion bloque du fait du copyright de la maison...  Je les diffuse donc pour lui:

 

 

 

 - 6 minutes sur LCi au moment de TRISTAN :

 Interview avec un  Murat souriant et amusant...

 

 

 

- Une deuxième interview, toujours  sur LCi, et qui me parait plus rondement menée... "On appartient à la même boite!" 

 

 

 

- Et pour finir... Une prestation chantée(ou similée) .... plus ancienne... sur "la une est à vous"... Prestation en matinée vu que  c'était le samedi après-midi....  On appréciera la souplesse de genou, et de bassin, de Jean-Louis....

 

 

 

 

LE LIEN EN PLUS:

 

 

Les hirondelles font parfois le printemps, mais la pop surement... et celle des ALINE (ex-young Michelin)  est un nid douillet...  euh.., et en plus, j'aime bien ce prénom moi.

 

LES ALINE recherche des dates de concert sur toute la france! 

https://www.facebook.com/alinepopband

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 17 Janvier 2012

 

 

 

 

      Outre Zacha, dont on a déjà parlé plus bas, dans la série des oubliés du parcours du jeune Murat, voici donc un autre nom méconnu : Claude Dejacques...  

                 Murat a souvent évoqué l'aide d' Anne-Marie Paquotte, J.B. Hebey, W. Sheller, Bayon... moins souvent de ceux qui l'ont signé dans les Maisons de disque.. mise à part Alain Artaud peut-être... quoi que.

 

                Sur le site officiel, je vous avais dit qu'on ne trouvait pas trace du nom de ZACHA... on ne trouve pas le nom de Claude Dejacques non plus... Pourtant, il est indiqué comme directeur artistique du disque passions privées :http://www.musikafrance.com/new/pages/album1.php?idalbum=1484).

 

                Sur Claude Dejacques,  le fait est qu'une fois passée le premier lien, on ne trouve pas énormément d'infos sur lui sur le net, pas de bio et de page wikipédia,  si ce n'est quelques liens concernant  la collection de  disques folkloriques qu'il a dirigé dans les années 70: "CLAUDE DEJACQUES ET ENSEMBLE FOLKLORIQUE"  (il fait énormément pour la diffusion de ce qu'on n'appelait pas encore la "word musique".... et il finira d'ailleurs sa vie comme guide de voyage!).  Et puis, en fouillant un peu :

 

 - Une interview de JL Foulquier qui venait de créer les franco:

"TDC : Vous faites un peu le même travail qu’un directeur artistique comme Jacques Canetti.

J.-L. F. Exactement. Ou bien Claude Dejacques ou encore Jean-Michel Boris. Sans aucune prétention, je me classe dans cette famille et j’y tiens. Pas obligatoirement du point de vue de la découverte mais plutôt de l’émotion et pas du marketing. Je ne m’intéresse pas à l’avenir d’un produit mais au potentiel artistique d’un chanteur. Mon souci est de trouver les moyens de l’accompagner".

 

- On découvre que bien avant Murat, il avait donné un bon coup de main à un petit jeune... qui aurait pu être jeté avec l'eau du bain... Coup du sort :  il a fini dedans...

 

"Grâce à Jerry Van Rooyen, qui vient de terminer les arrangements du premier album de Nicole Croisille, Claude François passe le 16 septembre 1961, une audition aux disques Fontana. Là, il rencontre le directeur artistique Jean-Jacques Tilché qui n'est pas du tout emballé au départ. Mais sous l'influence de Claude Dejacques de la maison de disques Philips, il accepte une deuxième audition".

   

 

 

- Il se trouvait également aux côtés d'un couple mythique, enregistrant une chanson mythique:

 

"Pour enregistrer le titre "Je t'aime moi non plus", on tamise les lumières du studio, si bien que les deux interprètes sont dans la pénombre. Claude Dejacques, directeur artistique, se souvient de l'enregistrement en studio: "On a fait ça en deux heures, pas plus. Il régnait dans le studio une ambiance d'amour extraordinaire, ils s'aimaient pour de vrai, c'était pas un flirt à la con, c'était très fort".

 

 

 

                Alors, oui, Dejacques ne m'évoquait rien... mais ces recherches ont aiguisé ma curiosité....  En découvrant un des livres qu'il avait écrit,  "Piégée, la chanson?", d'occasion... j'ai tergiversé... un peu cher.  Et il a été vendu... Et à sa remise en vente, j'ai tenté le coup... pressentant qu'il pouvait y être question  de Murat.... 

 

 

                  A la première lecture, le discours traversant le livre autour de "cette chanson qu'on assassine" et cette course à l'argent des "majors"... m'a fait survoler certains passages.... On peut se poser la question si le livre n'est pas écrit à la plume de la rancoeur... mais on se convainc petit à petit qu'elle serait légitime... Mais, même si Dejacques raconte qu'il s'est battu pour voir son travail reconnu et crédité, dans un passage, il écrit: "j'aurai finalement échappé au court-bouillon des honneurs et des décorations: pas de légions,  pas d'arts et lettres, pas de palme, pas de prix, pas de présidence, pas de casquette. Comme l'air est pur et la mer  bonne quand on s'y glisse à poil".   Et puis, on est conquis par cette succession d'anecdotes, la description du rôle de directeur artistique, celle critique  des maisons de disques dont on ne peut que constater la perspicacité et l'actualité  ( cf mon article sur le nouveau directeur de polydor , que j'avais justement rédigé au moment de la lecture du livre)...   Ca relativise toutefois aussi l'image de l'âge d'or des années 50 et 60:  les combines et coups commerciaux décrites   ne valaient pas mieux que René la taupe (ah, très drôle séquence sur Trumpet boy ) ...      

 

                 Alors, avant de vous dévoiler les lignes sur Murat,  j'ai vraiment envie de vous parler un peu plus de ce parcours... tel qu'il est décrit dans ce livre.  

 

 

                  Dejacques est né en 1928. Il s'engage dans l'armée... part au Japon... et est prisonnier au Cambodge. Durant deux ans. C'est juste évoqué dans ce livre-ci (notamment un "lavage de cerveau" durant 3 jours à l'aide d'un article du reader digest "comment soigner votre chien").      Au retour, il se retrouve sans métier et avec l'image du soldat "d'une sale guerre"... Petits métiers, avant de se retrouver magasinier dans un club de livres et de disques... Il y rencontre Jacques Brel qui restera son ami.   Le club fait faillite. Il se fait embaucher dans une petite maison de disques CONCERTEUM (1955)    "parce que j'avais été captif" comme les patrons (d'anciens déportés)...   La description est savoureuse : à partir de bandes d'origine inconnue de la 5e de Beethoven, la maison arrivait à sortir jusqu'à 5 disques sous des noms d'orchestres différents... Etant payé une fois sur deux, il démissionne...et retrouve aussi sec un boulot dans un club de disques... qui fait également du pressage... Ce que Dejacques apprend à faire...  Là, encore, on est étonné par la description de ce proto-marché : "on s'approvisionne désormais chez un grossiste à Bruxelles qui assure le pressage et la vente sur les marchés d'une partie de la  production soldée. Il se charge de fournir un jeu de moules en échange d'un droit de reproduction sous le manteau. Me voilà transformé en passeur...",  pressage de disques la nuit avec paiement en espèce... et premiers virées en Europe de l'est et au Guatemala pour récupérer des bandes. La boite coule... et il est embauché chez Philips en 1957... comme "agent de planning". Il ne sait pas en quoi ça consiste...

                Durant 2 ans, il fait de l'administratif, se contentant d'écouter les disques produits par Jacques Canetti et d'aller voir les artistes maisons aux 3 Baudets. C'est Boris Vian qu'il croise dans les bureaux qui le conseille afin d'assouvir son envie d'évoluer vers "l'artistique". Dejacques raconte qu'il se battra, avec succès, quelques temps plus tard pour rééditer les chansons de Vian (en contournant le refus initial de ses patrons!).  En 1960, il obtient une mutation, grâce à un concours artistique interne à l'entreprise.

                Il  est chargé des auditions "de courtoisie" et de sélectionner les disques CBS sous licence avec Philips, susceptibles de sortir en France.. dont un des premiers disques de Simon and Garfunkel dont il arrache la publication et qui est vendu à ...17 exemplaires!  Canetti lui confie également des travaux de photographie : Dario Moreno, Brassens (chez la Jeanne)....

                La description de  CANETTI est intéressante car elle dévoile un homme... qui "n'aimait pas le travail d'équipe"  et dont on doit "apprendre sans qu'il le remarque".... mais il déplore toute de même sa mise à l'écart au début des années 60... la priorité étant de "développer  au niveau français l'apport créatif des productions américaines au bon parfum de dollar".

                       C'est Jacques Plait, autre D.A. maison, qui l'initie au travail de studio et lui laissera la main dans ce domaine.  Et il se lance avec Nougaro, dont il reprend la direction artistique... C'est l'époque avec Michel Legrand. Et puis, ça sera Bardot, petit coup de main à Claude François, 7 ans de travail avec Gainsbourg (il est même son témoin de mariage), Nana Mouskouri, Béart dont il fait l'éloge... puis des jeunes artistes qu'il défend : Higelin (BBH, irradié...), Valérie Lagrange... Il est passionné durant tout ce temps par les voyages et la musique folklorique : risque de se faire licencier parce qu'il préfère un voyage au Japon qu'une promotion... et fait connaitre à Paul Simon la musique du Pérou... ce qui aboutira au succès de son "condor pasa" (dont  Dejacques possédait même les droits d'auteur...et qu'il cède "par amitié au véritable créateur).

 

                       Il  fait signer Barbara... Très belles pages... sur l'enregistrement de "Nantes" par exemple... et raconte qu'il lui "commande" une chanson qui lui permettra de terminer ses prestations... Ca sera "ma plus belle histoire d'amour..."     

 

                      On est à la lecture un peu assommé par cette charge de travail : en 1965, il gére 30 artistes, il évoque à un moment donné 72 heures de travail ininterrompu...  A la fin des années 60, il gère le label FESTIVAL.  Il travaille ensuite pour plusieurs maisons (salarié chez Pathé et free-lance pour d'autres), tant dans l'artistique (recherche de titres pour des interprètes, l'enregistrement: il livre des anecdotes très intéressantes sur ces séquences de création...) que dans la promotion... et il  écrit, parcoure le monde... et "fait" mai 68 (dont il tire un livre). Et surtout fourmille d'idées pour aboutir à ses fins : convaincre ses chefs qu'il faut signer un contrat à telle ou telle artiste, quitte à prendre trop de liberté (faire faire un enregistrement sans contrat, faire "buzzer" autour d'un disque pour inciter les patrons à le signer...), ce qui conduit Philips à l'astreindre  durant 3 ans de justifier heure par heure de ses activités de la semaine...  

 

                    La liste des chanteurs avec lequel il travaille s'allonge:   Bobby Lapointe, Maxime Le Forestier, Greco, Yves Simon, Vigneault... puis découvre,  lance ou aide des auteurs plus difficiles:  Herbert Pagani, Claude Leveillée - le québécois copain de Manset-, Georges Chelon, Yvan Dautin, Caradec, Hervé Christiani... et Catherine Lara (là aussi très élogieux), Marie Laforêt,  Zacha, Triangle, Peyrac, Duteil, Sapho et Alpha Blondy... et Sim, Popeck,  et Bernard Menez (il est alors directeur des variétés françaises de Pathé)... Il travaille un an sur un album pour la mythique Delphine Seyrig... qui n'a jamais vu le jour... Dejacques renonce lui-même à faire la liste de tous les chanteurs avec lesquels il a travaillé...  On peut aussi citer son rôle de réalisateur musical (terme qu'il préfère à D.A.) pour Nicole Croisille ("femme"), Moustaki et Bécaud (au début des années 80)... Alors qu'il se tue à la tâche... un matin, ses affaires ont été déménagées : il est rétrogradé directeur de création...

 

                     C'est là... page 307 qu'il est question de Murat :  

 

 

  dejacques-1.jpg 

dejacques-2.jpg

 

Intéressant témoignage révélant comme le disque était comme mort né, car sans soutien de la maison de disques.

 

              Petit à petit, Claude Desjacques est poussé vers la sortie... qui sera effective en 1986... rongé par le cancer et  par les décisions de ses chefs de résilier les artistes qu'il défend (il cite Murat)  ou leur refus de signer certains (dont Berliner et sa "louise" qui ira voir ailleurs ou Chédid et son God save the swing")... 

 

               Le livre (publié en 1994, édition ENTENTE) s'arrête là...  

 

 

 

                Concernant la relation avec Murat, et ses premières productions, ma curiosité (oui, c'est un vilain défaut)  reste inassouvie.... Je me suis ainsi demandé si Dejacques aurait pu être à l'origine de la seule signature de Murat... et non de son groupe Clara...  Murat ayant raconté que c'est la maison de disque qui en avait décidé ainsi.  Est-il aussi intervenue dans le choix du nom d'artiste qui a tant fait parlé depuis?   Dejacques est mort en mars 1998... Il ne nous en dira pas plus... 

 

 

                 Yves SIMON dans la préface écrit: "Claude Dejacques est un passeur d'âmes... un éclaireur providentiel...  Il sut faire naviguer inlassablement sa barque... afin de repérer dans la nuit les candidats à la traversée du miroir".

 

 

Merci d'avoir lu cet article laborieux jusqu'au bout....

 

 - Article sur DEJACQUES:

http://francois.faurant.free.fr/claude_dejacques/barbara_index.html

 

 

-  Une histoire du label EMI et PATHE... où les signatures de Gérard MANSET et de Jean-Louis MURAT sont cités comme des événements marquants.

http://www.emimusic.fr/download/historique_emi.pdf

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 17 Janvier 2012

article édité le 25/06/2011 et  ci-dessous complété.... en attendant tout prochainement la part 2...

 

 

 

     Je me suis décidé l'autre jour à créer un compte sur Wikipédia pour modifier une petite erreur sur la page "jean-louis murat"... à propos de Manset...   Il y était dit que Manset aurait pu produire "suicidez-vous le peuple est mort". Cette info était contenue dans le fameux dossier de CHORUS...   En fait, Bayon a raconté que la rencontre (dans "un bar sur les champs") a été plus tardive... en 1982,  après la sortie du lp 6 titres "Murat" selon son article de Libération (15/05/88) et  en 1981 juste après la sortie du 45T d'après le livret  de "ROUTE MANSET" (le tribute dans lequel  figure "rentrez dans le rêve").   

 

              Manset a été, peut-être, le premier "producteur" qu'une maison de disque a tenté de mettre dans les pattes de Murat... Sans succès... et cela a été le premier d'une belle série jusqu'à Dolores...  Murat n'a jamais semblé prêt réellement à ce genre de collaboration... D'ailleurs, Manset semblait l'avoir compris:   outre l'incompatibilité des égos et des êtres,  "Manset, d'après ce qu'il  m'en [c'est toujours Bayon qui parle]  a raconté, m'a dit qu'à l'écoute du matériau de ce qui était disponible, s'est rendu compte tout de suite que Murat n'avait besoin de rien. Il produisait, il écrivait, il chantait". 

 

 

               Christophe Dupouy a eu par la suite quelques fois ce titre... mais souvent aux côtés de Murat et en étant ingénieur du son...  Et c'est pourquoi en filmant l'autre jour la pochette du Lp "murat"  pour les besoins de ma petite vidéo "spécial trente ans",  j'ai été frappé :  "PRODUCTEUR : MICHEL ZACHA".  Ca m'avait totalement échappé...   Il est vrai qu'on ne dispose pas de beaucoup d'archives sur cette période - le fameux article d'Anne-Marie Paquotte de l'époque n'évoque pas ce nom-, et on n'a finalement très peu interrogé Murat sur cette période.  Faut dire : très peu de bons souvenirs... et cette réédition de 1991 qu'il a peu goûté... 

 

 

 

                  J'imagine que Murat n'a peut-être pas eu le choix à l'époque concernant ce producteur...     Michel Zacha était quelqu'un de la maison...  Il avait  travaillé, notamment, avec Starshooter (puis avec kent sur son premier album), Asphalt Jungle... il est associé au disque fameux pour le punk français : "le rock d'ici à l'olympia" (avec les stinky, marie et les garçons...). Il pouvait donc bien coller avec l'univers de Clara...  Avant cela, il avait joué "Claude" dans Hair (plus d'un an),  entre Julien Clerc et G. Lenorman, puis dans "jesus crist superstar"! 

                  C'est surtout l'auteur de quelques disques, pour quelques personnes,  "cultes", et jamais réédités... même si on les trouve à télécharger, dès  les premiers résultats d'une recherche "google"... Grâce à Hair, il avait  décroché un beau contrat de 3 disques (une autre époque)... avec une liberté semble-t-il totale (il raconte que la maison de disque lui a dit à l'écoute de l'un : "mais il n'y a pas de chansons là-dedans?"...).  En effet, ils sont plus à ranger du côté progressif du rock... et de Triangle, voir de Manset. D'ailleurs,  les auteurs du fameux site sur Manset,  Pressibus, lui consacre quelques pages sur un site. Je leur pique d'ailleurs cette photo ci-dessous (j'en profite pour les remercier pour leur site sur Manset!):

 

 

 

Voici ci-dessous deux extraits du livre de Claude DEJACQUES "piégée, la chanson?" dans lequel ZACHA est évoqué:

 

SAM_5526.JPG 

 

 

Lors d'un enregistrement pour Catherine LARA:  

SAM_5527.JPG

 

 

On trouve sur FB une page FAN CLUB:
.
.
.
  
                   Il bénéficie à la guitare du jeu de Jean-Pierre ALARCEN, que l'on retrouvera aux côtés de RENAUD (notamment dans ce beau solo final sur Trivial poursuit (et avant avec Béranger). Il est aussi l'auteur de disques instrumentaux (Tableau 2  produit par Zacha en 98).
.
.
 
D'autres titres sont disponibles sur youtube
  
  
Un titre avec une ambiance légérement différente:
.
.
 
 
On peut écouter sa voix ici lors d'une émission sur les années 70 (radio aligre)... un sacré document pour se plonger dans cet époque pleine de triangle dans du magma et dont certains devraient se régaler....
http://frenchup.blogspot.com/search/label/triangle    (Zacha dans la part 2 qui évoque son parcours).
 
J'ai vaguement interrogé l'autre soir Alain Bonnefont à son sujet... mais cela ne lui évoquait plus rien.
J'ai essayé de laisser quelques demandes d'interviews sur des sites où Michel Zacha avait laissé des traces, mais pas trouvé le moyen de le contacter en direct... Après trois soirs de recherche, je découvre qu' il est encore en activité :                 
             En 2011, Mamienco enregistre son nouvel album « Ici l’homme » dans les studios du Studioscope d’Angers.         Le        label Ovastands records produit cet album. Michel Zacha, ancien responsable des éditions EMI et producteur, entre autres, de grands groupes de rock des années 70, signe la réalisation.
« Ici l’homme » sortira en octobre 2011 avec un concert au Café de la Danse de Paris.
http://www.arcadi.fr/artistesetoeuvres/texte.php?id=831&Arcadi=105e33451241d96d8303f6a538159d37
 
Concernant le titre "d'ancien responsable d'édition EMI", j'ai un doute... Il travaillait avec Philippe Constantin qui lui l'était... et qui est ensuite parti créer Virgin France... et qui a fini par signer Murat... C'est ce que je déduis d'une petite bio écrite par Pierre Mikaïloff.
 
Une dernière petite citation d'un article datant de 1985 (autour de son travail avec -encore un groupe punk- Guilty razors, le groupe de J'suis bonne humeur bonne humeur ce matin TRISTAN:

"Zacha possède un mini-studio mega équipé dernier cri en plein centre de Paris, et travaille à la pointe du digital, ce mec connait toutes les combines pour rattraper les erreurs de mix, masters etc... via la magie du numérique. Il est deux générations plus vieux que moi, et Hermann une, mais tous les deux, on a l'impression que c'est Zacha le plus jeune dans la pièce.
Zacha nous fait plier de rire en nous racontant l'enregistrement de Poly Magoo, d'Asphalt Jungle, rempli de péripéties".

 

 

Le fait est, après tous ces mots, qu'on n' en sait pas beaucoup plus sur l'histoire de la collaboration entre MURAT et Zacha. Il faudra donc déterminer à l'aune de nouvelles informations si cela méritait de passer autant de temps à écrire cette article... Je blague...  Ca l'était, j'ai plongé dans une musique  que je connaissais pas, monomaniaco-manset que je suis,  et j'espère que certains s'y attarderont également. De plus, cela m'a permis de resituer le paysage musical rock autour de 81...     

 

  EDIT:

Je viens de voir que le nom de Zacha, indiqué "réalisateur" sur la pochette du Lp 6 titres, n'est pas crédité sur le site officiel, alors qu'il est mentionné "Prise de son : Claude Wagner  et Mixage  : Dominique Blanc-Francard", noms qui ne figurent pas sur la pochette... Le signe d'une collaboration peu appréciée par Murat? 

 

 

Petite devinette pour conclure:  Outre Zacha, outre le Palais idéal où Kent a chanté, quel est le lien entre Murat et Starshooter?
.
.
.
.
 
...  Les amateurs de Kent et de Starshooter pourront lire cette interview (où il est question de Zacha) menée par Chistophe Simplex du groupe DEUCE... et camarade de Stéphane Pétrier du Voyage de NOZ... Le monde est rikiki, surtout à la 3e page de résultat google.
 
Allez, on parlera un autre jour de M. Desjacques...
En attendant, pour les retardaires, la pétition est encore en cours :
A+

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0

Publié le 11 Janvier 2012

 

 

  
 
 
 
 
Jean-Louis parle des élections présidentielles... mais au temps du Moujik... et évoque sa chanson sur le 11 septembre et Mégret... et se prononce sur une Europe forte (fédérale)! 
 
Et chez Drucker... je crois que c'était déjà diffusé sur le web.. mais voilà..
 
 
 
 Je vous rajoute un petit court métrage, avec de la musique de Murat,  (trouvé par Barbara....)... Très joli...
 
 
 
LE LIEN EN PLUS:
  Newsletter d'hier, avec les voeux de Murat... et confirmation d'une tournée canadienne... même si le site n'a pas mise à jour... si ce n'est par  deux festivals (Rennes et en Belgique je crois).
 
  Bonjour,

Meilleurs voeux ! Nous vous souhaitons une très belle année 2012 !

Toujours placée sous le signe de « Grand Lièvre », 2012 sera l'occasion de voir ou revoir JLM sur scène ; la tournée reprendra de mars à juillet en France, Belgique, Suisse et Canada. Retrouvez toutes les dates sur
jlmurat.com

En attendant, vous pourrez le retrouver en live, invité avec ses musiciens du « Grand studio » d'RTL  le 14 janvier à 15h et de « Planète musique mag » sur France 2 le 28 janvier à 10h50.
 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Repost0