"GAGNER L'AEROPORT"

Publié le 21 Mars 2014

Allez, avec quelques mois d'avance, une petite vidéo pour les 10 ans d'A BIRD ON A POIRE.

 

 

 

 

Je suis tombé sur ces images impressionnantes ce soir du trafic aérien... et l'idée m'est venue d'y associer ce titre.... brut et sans montage.

Rédigé par Pierrot

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Muse 31/03/2014 11:29


Très jolie idée, Pierrot. Un bel hommage à cette belle chanson et cet album muratien.

Lew 22/03/2014 18:22


On atterrit vraiment jamais d'une chanson de Murat, même dans les lignes des airs de Malaisie on a toujours Jean-Louis qui bourdonne dans l'oreiller de notre éveil interne. Les pilotes savent ce
qu'ils font lorsqu'ils mettent un cd dans le lecteur de leur taxi volant. Cela n'a rien à voir avec la prétendue torpeur des aiguilleurs du ciel arvernes si le train bleu des avions
long-courriers se perd au-dessus de la Micronésie des volcans des îles Andaman de Saint-Amant endormis par les cris des poissons-papillons du massif-archipel du Cézallier. C'est une simple
affaire géomusicologique, mince, personne n'a donc entendu parler de la "discontinuité de Mohorovicic" ? Au-dessus de l'Auvergne, vous êtes quasiment à poil sur le manteau de pluie de laves
terrestres. C'est tout à fait normal que quelque chose de vous-même se vaporise instantanément dans les limbes lorsque les vents vous portent vers elle. Pour beaucoup de journalistes, le fait de
perdre ses repères dans le traffic aérien, de dévier des couloir aux grands airs connus, d'avoir un peu chaud dans le sang, de se sentir le cerveau reptilien devenir rêveur et les membres
infurieux tracer des pas de danse sur l'eau, et tout est dépeuplé. Pourtant les passagers du vol MH (comme : Murat des Hespérides) du 777 disparu dans un nuage en forme de lyre n'ont pas à se
plaindre, le verger qui les abrite est splendide, ses filles extra-lucides, ses bergers sincères et généreux, ses Johnny frenchmen parlent même angliche sans accent, et les Sylvie frenchwomen
écrivent le Tagalog avec succès. Cela s'appelle "gagner l'aéroport céleste", Pierrot. J'y suis depuis l'album Vénus.

Pierrot 24/03/2014 23:17



  clap clap. merci Lew.   


(les amateurs de Lew consulteront : http://xavierlewmasset.blogspot.fr/2014/03/312on-atterrit-vraiment-jamais-dune.html )