Publié le 18 Octobre 2020

Hello, j'espère que vous vous portez bien après les agapes... (NDLR: bon, je pensais que cet article sortirait avant le 31/12... faut que je mette à jour.  J'ai fait le fier pour mon anniversaire, vas-y que je clame ma motivation et ma détermination, et vlap -vlap, oui, bon, pourquoi pas?-, 3 semaines avant que je me décide à reprendre du temps pour un article! Et en plus, y'avait de l'actu. Je me punis moi-même: maintenant, je vais passer 3 heures à vous raconter tout ça...  Donc ne perdons pas de temps, j'ai ski de fond.).

Hello, meilleurs  voeux à tous! On se souhaite un nouveau disque de JLM, des concerts à l'automne et un peu moins important, mais faut pas l'oublier non plus car sinon, on ne peut pas aller aux concerts:  la santé, la prospérité et le bonheur!  Merci à tous vos messages pour l'anniversaire du blog.

 

1) Bon, on commence par les "marronniers" de fin d'année:  Quand y'a eu un disque de Murat (à peu près chaque année), on le retrouve  dans les meilleurs albums de l'année dans les inrocks... et dans Télérama, dans la liste des cadeaux de Noël (je ne prends pas la peine de retrouver l'encart minuscule).   Voici l'article de F. Vergeade dans les inrocks, avec une très honnête  28e position pour Baby Love

Actus de décembre...  Baby love fin? et les vinyles, surtout a Bird on a poire

- A part ça, mes alertes ne m'ont pas permis de relire le nom de Baby love  dans d'autres classements (à ma connaissance)... et je n'ai pas de critiques de "baby love DC"  à vous proposer non plus. Côté promo, c'est donc très calme.  

 

2)  On les a attendu mais on a fini par recevoir les vinyles de TAORMINA et A BIRD ON POIRE. Pas d'inédits pour taormina, mais un poster inclus pour reprendre le "livret" original.  Côté A BIRD, on retrouve dans le double album, le maxi CD single "Mashpopotétisés", avec les titres loin d'être anecdotiques:  "samedi soir à Paris", "Vu de trois quarts", et "peu me chaut", pour laquelle j'ai une émotion particulière puisque Matthieu m'en parlait souvent.

Bon, le titre SAMEDI SOIR A PARIS est sans doute à un niveau inférieur par son thème : une séance de zapping télévisuel un samedi soir, mais ça en fait justement sa particularité, le côté très pop de la musique (avec les choeurs) est assez étonnant sur ce texte. On pourra la ranger à côté des chansons "parisiennes" de Murat et de "Baby carny bird" (inspiré a-t-on dit de la  téléréalité, et où il est question également de... veuillez m'excuser... éloignez les enfants... de bite. oh!). Les 3 premières rimes sont  très réussis.

[les textes sont ceux de "muratextes", il est dommage qu'ils ne figurent pas reproduits dans le vinyle pour corriger éventuellement

SAMEDI SOIR A PARIS

Ils travaillent dans une même boîte d'investissements
Elle doit bosser au 12ème, il doit bien être sergent
Dieu comme elle semble lasse, de le voir si prudent
Oh zappe-moi cette merde
Un pressé veut s'les faire pardonner la bite à la main
Et elle sur son tabouret ne lui répond rien
Ils vont prendre l'avion, nom de dieu, Bangkok
Si c'est bon pour leur psyche
Soirée de week-end, de télévision
Spermatozoïde tu te détends
On a beau zapper à longueur de temps
Putain de programmes
Tous comme tous, bien à la con
En chemise de nuit, ils vont et viennent toute la sainte journée
Une pauv'p'tite bouboule en carton s'prend une putain d'avoinée
On dirait des chanteuses, vire-moi ce chantier Oh zappe-moi cette merde
Soirée de week-end, de télévision
Spermatozoïde tu te détends
On a beau zapper à longueur de temps
Putain de programmes
Tous comme tous, bien à la con
 
Avec Vu de trois quarts, c'est une chanson énumération, sur une musique bien mémorisable, j'y vois un discours sur le biais par lequel le poète regarde le monde.
 
VU DE TROIS QUARTS
Vu de trois quarts
Nos impuissances nous irritent
Vu de trois quarts
On souffre de ce qu'on craint
Vu de trois quarts
Pour amour, instinct suffit
Vu de trois quarts
Appelle un chat, un chat
Vu de trois quarts
Si tu aimes le miel
Vu de trois quarts
Ne crains pas les abeilles
Vu de trois quarts
Au fait est ma devise
Vu de trois quarts
Appelle un chat, un chat
Vu de trois quarts
N'élève pas un corbeau
Vu de trois quarts
Ou il te crèveras les yeux    [dixit le proverbe espagnol: Cría cuervos y te sacarán los ojos]
Vu de trois quarts
La nuit porte conseil
Vu de trois quarts
Appelle un chat, un chat
Vu de trois quarts
Ce juillet sans orage
Vu de trois quarts
C'est la faim au village
Vu de trois quarts
Ne serait-on alors
Vu de trois quarts
Heureux que par hasard
Et voici donc  le sublime Peu me chaut sur une très jolie mélodie mélancolique (avec cette magnifique guitare en fin de couplet -12 cordes je pense-), téléscopage d'un jour de spleen ouaté avec la joie des skieurs,  une chanson de dimanche matin d'hiver (le deux février 2003 était effectivement un dimanche... j'ai investigué).  Murattextes met des points de suspension après le peu me chaut. Il ne figure pas sur la pochette, ni sur le maxi cd d'origine, mais on les devine tellement,  ils reflètent l'interprétation et toute la tension du moment. 
 
 
PEU ME CHAUT   [Du verbe CHALOIR faut le savoir]
S'il faut partir un jour
Becté par des vautours
Oh, peu me chaut...
S'il ne reste que duvet
Sur le sable argenté
Oh, peu me chaut...
Aujourd'hui deux février
Sûrement levé du mauvais pied
Bouh... quel mars attaque    [peut-être quel "mars attack" en fait pour parler de l'invasion de la neige, des skieurs...]
L'ouyr est blanc, il a neigé  [puy de l'ouïr  est un sommet au dessus du lac de Guery, Alain F. il faut corriger!)
Vivagel nous a livré
Tous les skieurs sont enchantés
Mais peu me chaut... Peu me chaut...
As-tu tenté l'évasion
Le chatoiement du buisson
Peu me chaut...
En sitar orpheline
De deux roches sous l'empire
Oui, peu me chaut...
Aujourd'hui deux février
Sûrement levé du mauvais pied
Bouh... quel mars attaque    
L'ouyr est blanc, il a neigé
Vivagel nous a livré
Tous les skieurs sont enchantés
Mais peu me chaut... Peu me chaut...

Certains mettent ce disque à part, sous prétexte que les compositions ne sont pas  de lui, ce n'est pas mon cas, Murat a fait du Murat, peut-être aidé par Fred qui a fait du Murat sur certains titres. Je disais à une époque que je souhaitais que Murat s'ouvre aux collaborations, c'est sans doute en partie à ce disque, et à ses "reprises", aux "fleurs du mal". "Petite luge", "gagner l'aéroport", comme "l'examen de minuit" sont dans mes chansons préférées de Jean-Louis. Quant au crime de faire de la "pop",  Jean-Louis a quand même commis lui aussi "le cri du papillon", sans parler de ses autres tubes 80's.

On reparlera j'espère du disque dans les prochains jours.  Je voulais juste ajouter qu'au titre de "bonus", figurait "une orgie de sainteté" et "tu n'auras pas le temps" qui figurent pourtant sur le cd d'origine. Je pensais à une erreur. En fait, ils étaient absent du vinyle de 2004... d'où  la mention "bonus". Le vinyle 2020 corrige par contre une erreur du premier vinyle concernant les arrangements de corde de Marie-Jeanne Séréro. Sa participation est sur les titres 2/4/10 du cd... mention qui avait été laissée à l'identique sur le vinyle, alors que deux titres étaient absents. Sur le vinyle 2020, on retombe bien sur ses cordes au 2e, 4e et 10e titre. On retrouve Marie-Jeanne, la compositrice des BO de "les garçons et guillaume à table", "les visiteurs 3" entre autres, également aux crédits de Mockba.

Les autres tracks bonus en face D sont des démos mais instrumentaux. C'est peut-être une petite déception de ne pas entendre des versions un peu dénudées" avec l'interprétation de Murat, mais ce que l'on découvre est quand même très intéressant: des versions déjà assez orchestrées, une sorte de B.O. d'un film des sixties. Et comme ça, on peut faire du karaoké dessus.. Je ne lance pas de concours... mais... à bons entendeurs. 

Bon, je voulais encore vous parler de deux trois choses... mais je publie de suite déjà ça... On se revoit vite... mais je vous laisse quand même avec....

 

UN LIEN EN PLUS

J'ai fait l'intermédiaire entre un blogueur et Michel Zacha... afin que celui-ci soit interrogé sur son travail avec les Asphalt Jungle, le groupe d'Eudeline, avec lesquels Murat partagea la scène lors du festival de LA BOURBOULE en 78.  Zac l'a fait avec plaisir... avec encore quelques anecdotes fameuses qui permettent de comprendre pourquoi il a pu "produire" Murat, il en a vu d'autres :

"Un des cadres d’EMI, Christian Herrgott, les avait repérés et les a signés sans en parler à grand monde. Du coup, ils ont débarqué aux studios Pathé dans l’idée d’enregistrer des maquettes. Mais ils ont saccagé une partie des lieux, et ont été déclarés persona non grata là-bas. Philippe Constantin m’a appelé pour lui donner un coup de main car il était un peu désœuvré par la situation. On ne savait pas comment faire, alors j’ai trouvé un subterfuge : le parking situé à l’arrière des studios était réservé aux musiciens, et une petite porte située à cet endroit donnait directement dans le studio 2. J’ai donc réservé les studios la nuit, sous un autre nom de groupe, et ils ont pu commencer à enregistrer".

https://fanfare-pop.com/radiographie-dun-disque-asphalt-jungle-poly-magoo-love-lane-novembre-1978-emi-pathe-marconi/?fbclid=IwAR3slIAU_u33_-eotTfZg8t7DfnDAM2GCWiXWdtJfOxW8dhjIMXXmx7hYeI
 

En réécoutant le morceau pour préparer l’interview, je me suis souvenu d’un détail que j’avais complètement oublié : j’avais créé à l’époque la « Machinacoeur » [il en parlait dans notre interview] en partant de l’idée du mellotron : une bande magnétique d’une certaine longueur sur laquelle est enregistrée une tenue de note (unisson de cordes, de voix ou de flûtes) et lue par une tête de lecture mobile. La tenue de note est de 7 ou 8 secondes maximum, dès qu’on lâche la note la tête de lecture remonte au début de la bande…. et bien sûr, il faut une bande par note de la gamme, soit 24 bandes (et 24 têtes mobiles) pour 2 octaves. Le problème du mellotron, c’est qu’on ne pouvait jouer que 4 notes à la fois et pendant 7 secondes, il fallait donc beaucoup bricoler.
J’ai donc enregistré avec 3 choristes sur un Studer stéréo quelques secondes de AAAAAAAAA de chaque note d’une gamme chromatique sur 2 octaves, soit 24 notes. Après 1 mois de travail, je me suis retrouvé avec un 24 pistes de 5minutes de AAAAAAAA, de OUOUOUOUOU et de MMMMMMMMM Hommes ET un autre 24 pistes de femmes (1 octave au dessus). Nous avons adapté le clavier d’un vieil orgue électronique pour le connecter avec le 24 pistes.
Voilà donc la « Machinacoeur » : un super mellotron avec 24 voix de polyphonie dont on pouvait jouer non stop pendant 5 minutes… le temps d’une longue chanson. De ce fait, si vous écoutez attentivement la fin du morceau, vous entendrez des chœurs vaporeux dans le fond du mix : c’est moi qui ait utilisé cette machine pour donner davantage de texture à cette partie.

Pour revenir à la dimension ″spectorienne″ du morceau, le jeu de Rikki Darling à la guitare s’y prêtait bien. Les couloirs réverbérés en question donnaient sur les lavabos et les toilettes. Pour diverses raisons, le groupe y passait un certain temps… Quoiqu’il en soit, j’ai enregistré la guitare de Rikki Darling en mettant l’ampli dans le couloir réverbéré, faisant passer le câble de sa guitare sous la porte des lavabos, et fermant bien la porte pour ne garder sur la bande que le son de la guitare réverbérée.

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 16 Octobre 2020

Voici qu'une des commentatrices patentées du blog (ex?), une "marcheuse" véritable -je veux parler des marches de la coopé façon pique-nique aux artisons servis aux poils, m’envoie un compte-rendu de concert... et aussitôt une petit vaguelette de nostalgie m'emporte vers quelques souvenirs... et une envie de  dialogue...  avec un reporter multi-poches...  Alors, voici:

 

 

Bon … ce concert de Perpignan … depuis 2007 ils ne l’avaient pas vu ici même !!! Et pour moi, la première fois puisqu’en 2007, je n’avais pas encore recroisé sa route, perdue vers 1999/2000/2001 (retrouvé en 2011).  Amen, tu as retrouvé la foi.

 

Si tu pouvais réinterpréter ajuster découper tout ça à la sauce Pierrot … ;-)  Ah, bein, non, fallait pas me le dire deux fois! Et puis, je te signale qu'il ne faudrait pas oublier la rigueur journalistique, ce n'est pas parce que je vous paye à coup de pierrot qu'il faut oublier:  donc, rappelons que tu  te situes à EL MEDIATOR, partie rock -smac-du théâtre de l'archipel, scène nationale... où on est loin de vivre en "sous-marin" (la politique du sud-ouest sauce Radical, ce n'est pas le far-west semble-t-il... enfin, je me comprends. Il a néanmoins été question du théâtre dans l'actualité quand Louis Alliot a nommé sa nouvelle compagne comme administratrice... ou lors du choix judicieux du nouveau président du théâtre).

 

Peu de monde à faire le pied de grue avant l'ouverture des portes (par rapport à d’habitude devant cette salle) - donc toi toute seule, ça veut dire? Fred Plainelle ne fréquente plus les concerts d'occitanie- et à  20h, tout juste une douzaine. Concurrence de Macron ou pré-habitude du couvre feu ? (puisqu’à Perpi ils y ont eu droit pendant le confinement avec signalement par sirène d’alerte et tout le tralala !).  "La Milice n'est pas sexy".

Bref, entrée dans la salle, masquée bien sûr et l’installation se fait avec « placiers » qui demandent si on est seul, à 2, à 3 etc. car dans les rangs ils ont prévu des « îlots » de chaises pour installer le public et d’autres îlots de chaises séparant les groupes. Pas très convivial mais on a déjà parlé champignons, montagne, Auvergne, concerts de Sérignan en 2019, et de Toulouse et Montpellier en 2018 dans la file dehors … alors on scrolle sur nos chaises (y’a Macron qui cause au même moment).   Euh, Miss? Pense aux vieux qui nous lisent... enfin, pense à tous nos lecteurs stp! C'est quoi Scroller? Enfin, si tu te comprends...

Pour notre part, premier rang cette fois un peu en décalé, on sera face à Fred : on joue l’alternance droite/gauche au fil des ans. Vous suggérez la même chose aux locaux?

La salle se remplit peu à peu, l’ambiance est toutefois assez étrange, on sourit à des demi-visages et je ne saurais dire combien nous sommes finalement … jusqu’à 150 / 200 / 250 j’ai du mal à me faire une idée ? Les chaises et gradins installés dans la fosse sont remplis – en tout cas dans le respect des gestes barrières ce qui nous fait un ¾ et il me semble voir quelques personnes assises aussi aux gradins un peu plus haut, proche de la table de mixage.

La Fender est installée près du micro, mais la 12 cordes n'est pas loin non plus. Ce qui fait... réfléchissons... 22 cordes sur scène, transposé à Cordes-sur-ciel, charmant village d'occitanie, ça aurait fait chouette. A Perpignan, ça fait penser aux pénitents. Dommage qu'on ait interdit la flagellation au 18e, enfin, je me comprends).

Avant 21 h,  ça commence relativement à l’heure il me semble. Entrée masquée pour JL, il s’installe, retire le masque (celui en plastique?, et celui du dessous? Ah, je vais trop vite... tu vas nous dire).   Un petit « bonsoir » et Achtung, c’est parti. On enchaine Reason Why, Le Mec Qui Se La Donne (ou ça commence à s’exciter un peu sur les cordes, la voix alterne entre les graves et les aiguës, il va et vient entre les deux sur la plupart des morceaux), une version de Hold Up similaire à 2019 avec les petit « hou-hou » de Fred et Stéphane. ouh ouh ouh.  Réparer Maison (avec un intro et une version bien endiablée), Tel Est Pris … Il s’adresse un peu au public en faisant semblant de pas tout à fait savoir ce que « l’autre » a annoncé et tout en tripotant sa bouteille de sémillante (l’aigua d’aqui !),  il explique à Stéphane qu’on ne connaît même pas le sexe de ce truc là : le/la on sait pas … et qu’on s’en serait mieux sorti, qu’on l’aurait déjà éliminé si c’était un garçon ; il commence donc par fredonner « est ce que c’est une fille ou un garçon ? », sur fond d’intro de Tel Est Pris.  Toujours Gilet jaune lui. C'est bien il s'adapte au public de Perpignan... ah-ah-ah....    Ça enchaîne ensuite : dans l’ordre ou le désordre avec à chaque fois des intermèdes d’applaudissements sincères et quelques cris enthousiastes,  Montboudif, Kids, Princesse Of The Cool (une version douce et calme que j’ai trouvé magnifique, puis Gazoline mené tambour battant, Rester Dans Le Monde, Je Me Souviens, et après que Fred et Stéphane aient quitté la scène, seul à la Fender - après essai de la 12 cordes qui sonne fort (mais faux ???), Quand la musique payait encore, il avait embarqué Alain pour s'occuper de ses guitares (tournée Tristan)...   en tout cas, ça ne lui convient pas, et qu’il repose donc – Si je m’attendais dans un version down-tempo assez similaire à celle qu’on avait pu entendre dans  "C à Vous" en mars , un soir de discours de Macron (on voit donc sur lequel des deux se porte mon choix à chaque fois !). Il fait exprès de faire la contre-programmation? Ah, il est fort.

On a alterné entre des chansons interprétées calme et dans des versions tout-à-fait envoûtantes et des morceaux entraînants, rapides, pleins de guitare et d’aller-retour aussi dans les paroles (avec les quelques oublis, erreurs et ajustements de rigueur sur un concert de Murat).

Salut, sortie de scène, pas de retour, le technicien scène sort assez rapidement les bras en l’air et en croix pour signifier « fin de concert » à la table malgré des applaudissements nourris. La salle se vide. La traversée jusqu’à la sortie me fait entendre plutôt de bonnes impressions …

 

Dans les quelques adresses faites au public il a demandé si on voulait une vieille chanson, ça a répondu « oui ». il a donc plaisanté sur notre goût pour ses chansons « Mitterrand 2 », - il fait souvent cette classification-,   a évoqué les chansons Macron, les chansons Chirac ou Sarkozy, et s’est marré en évoquant les chansons Giscard et c’est là qu’il est parti sur Je Me Souviens (faut avouer que c’était dans le monde d’avant, est ce que ça en fait une vieille chanson pour autant ?).  Pas d'allusion à la vie politique locale, donc...

On a aussi bien senti aussi que les annonces de Macron, il les avait eues, et avait compris que ça impactait au moins partiellement la suite de la tournée. Il a quand même dit plusieurs fois que ça faisait chier. Et a évoqué son dernier « album mort-né sorti le jour du confinement, j’en ai vendu 3 » puis le fait de débuter une tournée au moment de ces nouvelles annonces … Merci en tout cas de ne pas nous narguer sur le mode: moi, je l'ai vue, et pas vous... Mais enfin, faudra quand même que quelqu'un dise que.... c'est tant mieux pour Jean-Louis! C'est quand même une personne à risque et pour avoir un peu de plaisir, écouter du live, voir les amis, égoïstement, on lui ferait prendre l'air de 250 personnes dans les naseaux?... Bon, je ne suis pas convaincant, je crois (et pour l'instant, on n'a pas de confirmation d'annulation nouvelle!)... Petite pensée pour l'autre soir à Gueret, c'était quand même autre chose qui s'était tramé... et je savais encore trouvé des bons titres... Comme l'avait écrit M, ce soir-là, à Gueret:   "Non, Florent Marchet a raison : "on se croirait dimanche, mais ce n'est pas pareil". Décidément – irréversiblement –, ce n'est pas pareil."  Je te laisse conclure?

 

Pour moi, en résumé:  affiche idéale pour une réouverture de salle, joli concert (j’ai bien aimé aussi les éclairages), comme un bonbon mais celui qui malgré son goût sucré te laisse une nostalgie de quelque chose de perdu, qu'on ne retrouvera jamais … mais  pour le coup je crois qu’il n’y est pour rien. Mon binôme a aimé et n’a pas vécu ça tout à fait comme moi. Il est d’accord sur le" c’est un peu étrange avant, après, mais pas vraiment sur le pendant:  Qu’on soit d’accord, j’ai pris un grand plaisir mais fredonner derrière le masque c’est quand même un drôle de truc dans l’échange (ou le manque de celui ci) et assez frustrant. J’entends des  « les conditions comme ça, ça doit être bizarre,    je préfère ne pas … ».  Moi je décide de soutenir la tentative de réouverture des salles … on en a tant besoin!  

Yes!!! Prenons ce qui est à prendre.. ce n'est pas mauvais pour la planète.

 

LE LI-vrE-N EN PLUS

Dans des articles ou parties intitulés BIBLIOGRAPHIE, je vous partage quelques extraits de livre.  Par un hasard le plus complet, et pour finir par un nouvel hommage à l'engagement de M.... (atthieu)

 

 

Jean-Louis Murat à Perpignan, concert EL MEDIATOR et BIBLIOGRAPHIE
Jean-Louis Murat à Perpignan, concert EL MEDIATOR et BIBLIOGRAPHIE
Jean-Louis Murat à Perpignan, concert EL MEDIATOR et BIBLIOGRAPHIE

L'auteur est l'ami Baptiste Vignol...  et comme le hasard fait bien les choses: je signale son actualité riche:

1) Un livre pour enfants signés avec ... Vincent Baguian (vu lors de la soirée Murat unplugged en 2015): Emile TITAN, 

2) son "ALAIN DELON" (chez Gründ)...  Le créateur du site "http://danslesyeuxdalaindelon.com" sort enfin sa "somme":    "Aujourd'hui 15 octobre 2020, sortie chez Gründ d'«Alain Delon, le dernier guépard». 1 kilos 700 grammes d'ADoration. D'ADmiration. Ou d'ADulation, c'est selon".  Un jour, un jour, on aura son "Murat"... 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 14 Octobre 2020

et voilà le clip qui est sortie peu de temps après mon article d'hier. Il débute vers un vol vers l'Italie... et on s'y retrouve rapidement avec des extraits de films comme l'indiquait les nombreux teasers diffusés. Un véritable  hommage à Celentano, mais aussi à l’exubérance italienne, avec un casting féminin de rêve...

Franck Vergeade nous en parle sur les inrocks: https://www.lesinrocks.com/2020/10/13/musique/musique/jean-louis-murat-reprend-adriano-celentano-et-cest-beau/

Jean-Louis Murat reprend Adriano Celentano, et c'est beau

En prélude à une version “déconfinée” de son dernier album, Baby Love, l'Auvergnat adapte magnifiquement en français L’Arcobaleno du chanteur italien.

Depuis Il Francese (2018), son brillant album à la tonalité italienne, tout le monde connaît l'inclinaison transalpine de Jean-Louis Murat, qui a souvent songé s'expatrier dans la Botte. Pas étonnant, donc, de le voir aujourd'hui s'attaquer au répertoire d'Adriano Celentano, le très populaire chanteur italien, auteur depuis les années 1960 d'innombrables tubes. En bon stakhanoviste, l'Auvergnat a mis à profit le printemps confiné pour enregistrer quelques morceaux, dont cette reprise de L’Arcobaleno en français, qui seront ajoutés en bonus d'une nouvelle édition de Baby Love, paru dix jours avant le confinement.

 
 
En prélude à une version “déconfinée” de son dernier album, Baby Love, l'Auvergnat adapte magnifiquement en français L’Arcobaleno du chanteur italien.

Depuis Il Francese (2018), son brillant album à la tonalité italienne, tout le monde connaît l'inclinaison transalpine de Jean-Louis Murat, qui a souvent songé s'expatrier dans la Botte. Pas étonnant, donc, de le voir aujourd'hui s'attaquer au répertoire d'Adriano Celentano, le très populaire chanteur italien, auteur depuis les années 1960 d'innombrables tubes. En bon stakhanoviste, l'Auvergnat a mis à profit le printemps confiné pour enregistrer quelques morceaux, dont cette reprise de L’Arcobaleno en français, qui seront ajoutés en bonus d'une nouvelle édition de Baby Love, paru dix jours avant le confinement.

 

Intitulée Baby Love DC, cette version augmentée paraîtra le 30 octobre et comprendra donc huit morceaux supplémentaires, regroupant deux superbes inédits (Prince ahuri, Que dois-je en penser) cinq titres de Baby Love réenregistrés en version acoustique et cette cover italianisante. Comme lorsqu'il adapta Leonard Cohen ou Bob Dylan dans sa langue maternelle, Murat fait sien le morceau de Celentano, avec sa voix reconnaissable entre mille. Dans le clip de L'Arc en ciel, les cinéphiles s'amuseront à retrouver une liste de films italiens des années 1970 et 1980, dont Yuppi (le second long-métrage d'Adriano Celentano), qui s'enchaînent sur l'air d'“un coucher de soleil”.

 

LE LIEN EN PLUS

J'attends avec fébrilité les nouvelles mesures... en espérant que les concerts seront maintenus.

https://www.infos-dijon.com/news/sortir-voir-ecouter-decouvrir/sortir-voir-ecouter-decouvrir/dijon-la-vapeur-se-reinvente-et-propose-une-nouvelle-serie-de-concerts.html

https://www.k6fm.com/news/11-nouveaux-rendez-vous-proposes-par-la-vapeur-39045

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 13 Octobre 2020

Bonjour,

en attendant le clip, voici en écoute le titre inédit qui figurera sur "BABY LOVE DC", reprise de CELENTANO.

Une version où l'on retrouve le son des derniers albums, et qui ne s'éloigne pas trop du titre original.

La version originale:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 11 Octobre 2020

Bonsoir, j'ai été trop impatient... J'ai reçu deux messages pour nous parler de LA ROCHELLE. D'abord, Patrick C. (patman), qui nous avait déjà transmis des comptes-rendus. Merci !!    Et Jean-Pierre... qui, en 20 ans d'accompagnement du parcours de Murat, n'avait pas encore pris la plume... Ça me fait du coup un grand plaisir qu'il ait pris cette peine... en me disant "Le lien n'est pas défait".

 

 

Patrick:

 

 

« BABY LOVE TOUR »

Compte rendu des Concerts de La Rochelle

 


 

Concert du Mercredi 07.10.20 :

On nous annonçait une figuration assise à 360°, il faut croire que c’est comme le nombre de spectateur on divise tout par 2… Ca sera donc 180° ! D’ailleurs j’aimerais bien que l’on m’explique comment ça va être possible à Lille… A moins d’une scène tournante, Stéphane ne va pas tourner sa batterie à chaque chanson et le pupitre de notre Jean-Louis national n’est pas sur roulette il me semble…

- Alors le concert de Lille c’était comment ?

- Ben Jean-Louis était assis sur une chaise Ikéa, la scandinave Gao tissu gris et Fred sur une Scand bleu turquoise… Autrement il s’est passé la main dans les cheveux 6 fois…

-Ah oui super !

Inutile de vous dire que si vous voulez regarder Jean-Louis dans les yeux vous avez intérêt à arriver de bonne heure…

 

Pour en revenir à La Rochelle, première constatation pas de Jocelyne à l’horizon, c’est bien la 1ère fois que ça arrive, le lendemain à la « rencontre » il évoquera son absence sans donner de raison.

Début du spectacle 20h30 au lieu de 20h00 mais ça on a l’habitude…

Arrivée des 3 garçons masqués, Jean-Louis nous demande s’il doit chanter avec ou pas, il ne sait pas… finalement ça sera sans. Je tiens à vous prévenir tout de suite nous avons eu à faire à un Jean-Louis très affable, pour ceux qui ont connu des concerts où il ne disait pas un mot là ça a été tout le contraire, il a parlait pratiquement entre chaque chanson, on a même eu droit à des explications de textes… La covid est un sujet qui est revenue à plusieurs reprises… que ça ne l’inspirait pas du tout pour des chansons et que c’était bizarre que l’on évoquait à la fois au masculin et au féminin.

Les premières notes retentissent ce sera « Troie » je trouve que la première partie de la chanson est plutôt raté (ça sera la seule) bon c’est vrai 1er concert, 1ère chanson mais musicalement j’ai du mal à reconnaître la mélodie. Du reste il a dû avoir la même impression que moi, puisque le lendemain il ne commencera pas par « Troie » et au final ne la chantera même pas.

Ensuite il enchaîne avec « Achtung » « Le reason why » « Le mec qui se la donne » « Hold-up » « Réparer la maison » tout en parlant entre chaque chanson. Il nous explique qu’il raconte une histoire en mettant ces chansons à la suite… Après sur son pupitre ça devait être « gazoline ». C’est un truc qu’il parle d’essence ça va pas vous intéresser… donc pas de Gazoline.

La covid revient sur le tapis :

C’est pas facile avec les filles… j’ai rencontré quelqu’un et je lui ai fait « pouet-pouet » !

????????

Sur la main… c’est bien la 1ère fois que je commence comme ça…

Il avait déjà repris « Mon frère d’Angleterre » de Bourvil, alors ne soyez pas surpris s’il reprend un autre de ses titres « Tu me fais pouet-pouet » (ça existe vraiment, allez voir sur youtube).

Imaginez dans 12 ans, lorsque la covid sera terminée, à la coopérative de mai, pour le concert des 80 ans de Jean-Louis..

Et maintenant vous allez prendre la main de votre voisin et on va chanter tous ensemble « pouet pouet ». Rigolez pas, ça va pas être si facile que ça, vu la moyenne d’âge du concert l’arthrose risque de poser problème…

Le titre de «  La Montagne » le lendemain : Recrudescence de tendinites aux urgences de Clermont-Ferrand suite au concert de Jean-Louis MURAT ! Plus de peur que de mal ils ne sont pas tous mourus !

On poursuit avec « Tel est pris » toujours aussi efficace ça se ressent dans la salle, « Montboudif », « La princesse of the cool » j’adore cette chanson, j’aurais été vraiment déçu s’il ne l’avait pas faite, « Rester dans le monde » « Je me souviens ».

Avant « si je m’attendais » nous avons droit à une explication de texte :

J’adore Courbet et notamment « l’origine du monde », j’en ai connu des sources de la Loue un peu partout en France… aux sources de la Loue, je ne sais quoi j’attendais, sans doute le début du monde.

Là j’ai cru, vu l’enthousiasme de Jean-Louis pour ce tableau, que la gent féminine allait rendre un hommage au peintre, il y en a bien eu une ou deux qui se sont levées mais ne sachant pas si ça rentrait dans les gestes barrières ou pas, se sont finalement rassises…En tout cas les filles, si vous voulez rendre un hommage appuyé à Courbet sur les prochaines dates, vous voyez ce qui vous restes à faire… En plus, pour plus de réalisme inutile de passer chez l’esthéticienne… (les amateurs d’art comprendrons…).

Bon il nous a refait le coup que nous avons un bus à prendre, lorsque c’est à Paris c’est le métro… mais vu la configuration de la salle il ne pouvait pas partir et revenir, donc il a terminé sur « Tony Joe » et n’est pas revenu malgré nos rappels.

Il a donc chanté pratiquement tout Baby love mis à part « Ca c’est fait » et « Xanadu » plus 3 titres IL Francese et « Tel est pris ».

 

 

 

Le lendemain rencontre avec Jean-Louis 18h30, toujours aussi cool, pour évoquer les morceaux ou albums qui ont marqué son parcours.

L’intervieweur, le pauvre garçon, avait préparé plein d’extraits de chanson, mais c’est vite venu un peu long…

Non mais là ça ne va pas les intéresser, vous me demandez des chansons qui m’ont marqués, c’est comme si je me mettais en slip devant vous, c’est très perso…

Le gars pose une question sur les chanteurs français.

Vous voulez que je dise du mal, c’est ça ? Mais moi j’aime tout le monde ! Le jour de la mort de Johnny, j’ai dit que c’était un soulagement mais ce n’est pas vrai. Ca m’a fait de la pub, les fans de Johnny qui ne me connaissaient pas, me connaissent maintenant. Même Sardou ya des trucs bien l’intro du lac machin par exemple c’est pas mal.

(niveau vente je ne suis pas sûr que cela a été efficace…)

Il y a eu une question littéraire dans le public, il a répondu qu’actuellement il lisait tout le programme scolaire de sa fille de 15 ans, tous les classiques et que nous devrions tous faire pareil.

Tout à l’heure avec les gars je leur ai proposé de faire des reprises, ils étaient sur le cul quand je leur ai dit ABBA. Et vla qui nous chantonne « Gimme gimme » je passe comme ça 15 jours avec Abba, comme un architecte, je regarde tout, comment ils font les liaisons…

Il termine en disant, en principe je fais à peu près 350 spectateurs… ce qui est bien avec la Covid et les gestes barrières, c’est que je vais pouvoir faire des Zenith… avec 350 spectateurs…

 

Concert du jeudi 08.10.20 :

 

Quelques inconditionnels étaient là, Séverine que j’avais déjà rencontré à Laval et au Mans, qui venait de Brest, tout à la joie de la revoir je lui aurais bien dit, « je voudrais de toi de l’eau des vitamines, un baiser » mais la covid toujours… J’ai même pas tenté un pouet pouet ; tout le monde n’a pas l’audace de Jean-Louis… rencontre également avec Nelly qui venait des alentours de Vannes et qui était aux concerts parisiens.

La grosse surprise, c’est que je vois que l’on apporte la 12 cordes à côté de la guitare électrique, ah on va avoir du changement ce soir et il nous l’annonce d’entrée, j’ai un nouvel instrument ce soir, ça fait bizarre de chanter devant des chirurgiens, j’ai l’impression d’être sur une table de dissection. Hier, il y avait des textes qui me paraissaient complétement décalés par rapport à la situation. Je n’ai pas encore trouvé le concert Covid… alors on va essayer de faire, je ne sais pas quoi et on va commencer par quelque chose de rigolo…

Ce sera « Achtung » (donc pas de « Troie ») ensuite il commence « Le reason wy » et après 2 mots : et merde ! il enchaîne sans s’arrêter avec « Le mec qui se la donne » (il chantera donc pas le reason wy). « Hold-up », « Réparer la maison » « Tel est pris ».

Explication, avant de la chanter, du texte de « Montboudif » un pour la sacem, bon faut bien gagner un peu d’argent, j’aime bien Marcel Hirscher, un pour JJ Gargamel j’aime bien JJ Cale et Rabelais etc…. et pour les plus vieux Jacques Anquetil il s’en fout qu’on dise Poupou je t’aime, c’est lui qui gagne à la fin…

« La princesse of the cool », « Rester dans le monde », « Je me souviens »… Bon va falloir y aller ya le bus qui vous attends ! Fred et Stéphane sortent, et seul à la guitare il chante « Si je m’attendais » et pour finir « Tony Joe ».

 

Je ne sais pas pour vous, mais moi il y a des chansons que j’aime encore plus après le concert, et pour ce soir ce sera « Si je m’attendais » les 2 versions étaient très réussies à trois comme mercredi ou seul comme ce soir, mais cette dernière était quand même très très belle…

Mais la chanson qui sort vraiment du lot par rapport à l’album c’est « Tony Joe » il y a vraiment un plus en live et terminer sur ce titre c’est top.

Pour résumer 2 supers concerts mais la 12 cordes apporte vraiment un plus sur le son, je trouve. La même setliste moins 2 chansons pour le jeudi, du coup un concert plus court.

Bon bien sûr 1h20 c’est un peu juste (d’autant plus que les premières dates c’est souvent plus long, à Nantes par exemple il y avait 4 ou 5 inédits) mais le problème c’est lorsque je vais rentrer à la maison….

 

« Quoi 1 h20 ! T’as pris « Troie » jours de congés pour revoir « le mec qui se la donne » « si je m’attendais » à ça ! Ya du boulot ici faut « réparer la maison », oui je sais, le toit « ça c’est fait » ! Et tout ça pour être avec « Tony, Joe, Séverine, Nelly et ton fameux Pierrot ».

Quoi ? En plus il n’était même pas là.

Et franchement « rester dans le monde »  en ce moment avec la covid…

Non ! Ya pas de « princesse of the cool » qui tienne, explique moi « le reason wy » de toutes ces conneries….

 

Merci pour le clin d'oeil, Patrick, et l'humour! 

PS: On me verra à Grenoble et à Dijon!

-------

Et Voici les mots de Jean-Pierre:


Chronique rapide des deux concerts de Jean-Louis à la Sirène. La Rochelle.
Jean Louis nous a offert deux très bons concerts (premier soir : bon, deuxième : excellent selon nous). Les trois autres fans (Christophe, Isabel et Nolwenn) que nous avons rencontré le premier soir ont également préféré le deuxième soir. Un son excellent les deux soirs (La Sirène !)
En ce qui me concerne, j’ai préféré ces deux concerts à ceux que j’avais vu sur les tournées de « il francese » et de « Morituri » (j’avais beaucoup aimé l’album « Il francese » un peu moins « Morituri »).
Commençons par ce qui fâche : 1h15 mn à chaque fois. C’est vraiment trop court quand on est un fan qui le suit depuis 20 ans et qui se précipite à chaque fois chez son disquaire le jour de la sortie du nouvel album. Pas de rappel malgré les relances du public. Dommage. On était tellement dedans à chaque fois que l’on a eu les boules de le voir partir si vite.
1er concert : 120/150 personnes. Ambiance intimiste. Jean-Louis, taquin, à la guitare électrique déroule un set qui correspond aux titres du dernier album. Seuls trois titres hors album je crois : « tel est pris », « over and over » et « je me souviens » tous joués avec Stéphane et Fred. Des oublis sur un texte, ce qui l’énerve, mais sans souci pour nous. Comme toujours l’homme ne fait que ce qu’il veut et ne joue quasiment que le dernier album. Ceci dit, c’est également ce qui fait le charme de l’animal. Il ne fait que ce dont il a envie, et ça, ça n’a pas de prix pour moi. On le prend comme il est.
« Réparer la maison » : super ambiance et supers arrangements (merci Stéphane) les deux soirs.
2ème concert : davantage de personnes mais certaines personnes invitées (quelques places de concerts pour le second soir offertes à la fin du premier soir). Le jeudi soir donc, concert de Jean-Louis à la folk 12 cordes. Super concert !! (Jean-Louis m’a semblé détendu comme jamais. Il plaisantait. On a eu droit également à une belle explication de texte de l’ensemble du titre « Monboudif lui dit plus trop » Super cool.
Titres ++ selon moi : réparer la maison, Monboudif, ça c’est fait, la princesse of the cool, si je m’attendais mais tout fut vraiment très bon. Fred que je voyais jouer assis pour la première fois semblait super détendu également. Il a assuré tout comme Stéphane évidemment. Un super trio qui dure !!
Lors de l’interview/échange de 30 mn organisée par la Sirène avant le concert du second soir, Jean-Louis n’a rien dit de mal sur ses « collègues » alors qu’on lui posait la question sur ce qu’il pensait de la musique française actuelle. Il nous a également annoncé qu’il n’abandonnait pas la musique : 2021 devrait voir la sortie d’un nouvel album studio. Yes !
En conclusion : deux super soirées avec, cerise sur le gâteau, la rencontre d’autres membres de la communauté (Christophe, Isabel, Nolwenn et Verlaine). Ces moments d’échanges avec d’autres passionnés n’ont pas de prix et nous ont permis de « continuer » le concert autour d’un verre. Difficile après ça de devoir rentrer à l’hôtel avant le retour à la maison le lendemain.
Jean-Pierre

 

 


 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 11 Octobre 2020

Bonjour,

On fait le point sur la Rochelle... Franco? Et bien, oui, et je n'aurai pas de mal à le faire,  car je n'ai trouvé que des retours positifs, malgré des concerts assez ramassés en durée.  [je pioche à droite, à gauche pour le faire, même si  je préfère quand  vous m'envoyez vos impressions. J'espère que vous me les transmettrez pour les prochains concerts!] 

Pour une fois, je vous partage quelques vidéos brèves... 

 

Encore une  (après les photos, cliquer sur la flèche à gauche):

IL s'agissait du première soir, avec guitare électrique. Il est passé à la guitare 12 cordes le soir d'après avec cette set-liste qui a aussi été modifiée par rapport à la veille (un peu).   Jean-Louis a laissé son humeur et le contexte Covid  le guider, ou du moins il a cherché :  "c'est bizarre de chanter devant des chirurgiens, j'ai l'impression d'être sur une table de dissection... je ne crois pas que ce soit de bonne politiques... je me parle à moi-même,  non plus de faire comme si c'était des concerts normaux, hier, il y avait des textes qui me paraissaient complètement décalés par rapport à la situation. Alors, on va essayer de faire... je ne sais pas quoi... on va commencer par quelque chose de rigolo"... et de débuter: "un jour, il nous rouvriront la boucherie, c'est la bête immonde..."

setliste du 2e soir:

Achtung
Le Mec qui se la donne
Hold up
Reparer maison
Tel est pris
Monboutdif
La Princesse of the cool
Rester dans le monde
Je me souviens
Si je m’attendais
Tony Joe
 
On ne sait pas si Jean-Louis a trouvé la solution dans le contexte, mais il a cherché, et c'est ce qu'il faut attendre de lui et de ses concerts.  Les personnes qui ont  assisté aux deux concerts ont ainsi pu voir tout ce qui fait le sel des concerts de Murat: sa liberté d'interprétation...  et de livrer chaque soir chaque soir quelque chose de différent. 
Comme d'habitude, ces premiers concerts sont une phase de test.  Le petit papier aux pieds des artistes donnait une vingtaine de titres...  et on verra donc si c'est l'électrique ou la 12 cordes qui va l'emporter pour la suite.
Un petit mot sur la rencontre qui a eu lieu le 2e soir avant le concert:  Jean-Louis a fait écouter des choix musicaux (Kendrick Lamar, Marvin, Billie Eilish, Kanye West,Tony Joe...).  Là, encore semble-t-il un Murat charmant, allant même jusqu'à dire qu'il y a des choses bien même chez Michel Sardou. Il a indiqué qu'il avait écouté Abba, "je passe 15 jours comme ça, comme un architecte, je regarde tout, je regarde comment ils font, les liaisons". 
Il a accepté quelques selfies ensuite.
 
Ps:  et comme pour signifier que la tournée n'est pas comme les autres, Jocelyne à la boutique, n'était pas là.
Vous trouverez dans l'article suivant deux comptes-rendus de personnes présentes les deux soirs!
 

 

- On se quitte avec des teasers du nouveau clip. La reprise de Celentano "l'arc en ciel"... dont des images du chanteur italien avec Charlotte Rampling #charlotteramplingnaked  #charlotteramplingsexy (c'est pour les moteurs de recherche, on sait jamais...).   Les images sont sans doute tirées du 2e film de Celentano "yuppi du" (en français: "fais vite avant que ma femme me revienne" sic), c'est également le titre d'une chanson.

Le clip sort dans deux jours!

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 8 Octobre 2020


Hier, a eu lieu la première date de cette "tournée d'automne"...  Ça pourrait faire un film de Rohmer, et pas un blockbuster... hélas.  Concerts annoncés tardivement, covid, on est loin d'avoir fait le plein de la jauge réduite hier à la ROCHELLE... Si bien que les présents d'hier ont eu droit à une invitation pour le concert de ce soir!  Il est également annoncé une rencontre avec le chanteur à 18h30!! Décidément, ça vaut toujours le coup la première date (Murat teste généralement des chansons)...

 

Après un 1er concert groovy et ovationné hier, ne manquez pas le 2ème passage de

ce soir à La Sirène (20H). 𝙀𝙩 𝙥𝙤𝙪𝙧 𝙡𝙚𝙨 𝙞𝙣𝙘𝙤𝙣𝙙𝙞𝙩𝙞𝙤𝙣𝙣𝙚𝙡𝙨, 𝙫𝙚𝙣𝙚𝙯 𝙧𝙚𝙣𝙘𝙤𝙣𝙩𝙧𝙚𝙧 𝙡'𝙝𝙤𝙢𝙢𝙚 𝙚𝙩 𝙥𝙖𝙧𝙩𝙖𝙜𝙚𝙧 𝙪𝙣 𝙩𝙚𝙢𝙥𝙨 𝙙'𝙚́𝙘𝙝𝙖𝙣𝙜𝙚 𝙖𝙪𝙩𝙤𝙪𝙧 𝙙𝙚 𝙨𝙖 𝙘𝙖𝙧𝙧𝙞𝙚̀𝙧𝙚 (18𝙃30, 𝙚𝙣𝙩𝙧𝙚́𝙚 𝙡𝙞𝙗𝙧𝙚).

Bon, tout ça pour dire:  bravez le COVID, messieurs, dames! Vous n'attraperez pas le covid en étant sagement assis devant Jean-Louis....  ET j'espère que de mon côté, le passage en alerte maximal de Grenoble n'aura pas de conséquence... Je compte aussi aller à DIJON...

Insta de JLM:

 

Comme vous le constatez sur la photo, on retrouve FRED ET STEPHANE aux côtés de JLM. Un Jean-Louis qui a été bourru (c'est la période pour le vin), mais qui a néanmoins fait rire l'assistance. D'autres commentaires, chers spectateurs?

- Et on nous a annoncé un concert supplémentaire :  EVREUX,

LE KUBB, Evreux.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love

Publié le 3 Octobre 2020

Bonjour,

1)  Une interview? Cela faisait longtemps! On la retrouve dans LONGUEUR D'ONDES, numéro 93, le mag qu'on n'achète pas, est toujours là, et bien vivant (depuis 1982). Le numéro est consultable, téléchargeable, downloadisablemachinchose, et lecturable sur le site!  Mais pour les amoureux du papier de belle qualité, on peut s'abonner...

http://www.longueurdondes.com/

 

On retrouve un Jean-Louis Murat de bonne humeur (on appréciera l’indication :"rires") bien que le discours soit un peu sombre... Notre cow-boy se révèle en lonesome désormais, et étendant son itinéraire amoureux à des considérations plus larges sur l'ensemble des femmes, y compris  sa descendance, dans un contexte post-me too (on est bien dans "baby love"). Il semble s'éloigner un peu de ses discours nitzchéens ('L'homme doit être éduqué pour la guerre, - la femme pour le repos du guerrier'): "les mecs ne sont pas du tout ce que les femmes pensent"... et ce serait elles qui font désormais souffrir les hommes... Au delà de ça, il est touchant quand ils évoquent ces 9 séparations, "la mort sera la dernière", et ce rêve "très 19e siècle" "romantique" du couple  (fin 2e colonne). 

 

On se met "le môme éternel"? Le titre "un de mes meilleurs ouvrages"

2)  Euh, désolé! Je vous disais que la tournée d'automne était sans doute bouclée... mais voilà qu'une date nous arrive: ça sera à DIJON!   Je lève le voile: ça sera à la vapeur (mais vu qu'il est obligatoire de porter le masque, et le préservatif si plus... ce n'est pas gênant).  Le SAMEDI 7/11(salle smac de la ville).  

https://www.infos-dijon.com/news/sortir-voir-ecouter-decouvrir/sortir-voir-ecouter-decouvrir/concert-jean-louis-murat-a-la-vapeur-le-7-novembre.html

 

3) Les rééditions TOBOGGAN et A BIRD ON A POIRE ont été décalées à décembre. Il s'agit d'un retard de fabrication. On me signale dans l'oreillette que très rapidement ensuite nous aurons droit à la suite (D'ici février, 4 autres vinyles devraient darder leur sillons à l'horizon).

 

POUR RAPPEL:    "BABY LOVE DC", c'est le 30 octobre en CD, et exclu vinyle blanc sur le site officiel jlmurat.com  

Cette nouvelle édition comprend cinq titres extraits de  « Baby Love», réenregistrés en versions acoustiques.

Inclus également 3 titres inédits, dont une adaptation française du titre « L’arcobelano » d’Adriano Celentano.

 

LE LIEN EN PLUS COLLABORATION

 

Jean-Louis rangé dans les "hommes importants" dans la vie... de Nolwenn Leroy. Bon, le petit magazine s'est rappelé du titre "sur mes lèvres"... charmant ("le plus beau de son album"), dont Laurent Ruquier demanda une version a capela sur son plateau. Le rédacteur tient à préciser que Nolwenn n'avait pas fait à cette occasion "une France Gall". On espère  qu'elle renouvellera l'audace...

Nolwenn Leroy a reçu de Jean-Louis Murat le titre “Sur mes lèvres”, le plus beau de son album “Ô filles de l'eau”.

Toutefois, le titre avait une l'allusion érotique. Mais contre toute attente, Nolwenn a compris Jean-Louis Murat. Il n’y a eu donc pas de conflit entre les deux personnes.

https://amomama.fr/230441-nolwenn-leroy-a-39-ans-zoom-sur-les-homm.html

 

LE LIEN EN PLUS COLLABORATION 2

INDOCHINE est toujours d'actualité...  Petite interview de Nicola:

"On commençait à écrire l’album « Paradize » et plusieurs auteurs nous avaient déjà proposé des textes : Jean-Louis Murat, Gérard Manset, etc. Michaël nous a envoyé une cassette avec deux titres. « J’ai demandé à la lune » était en guitare-voix et j’ai tout de suite accroché. Ma compagne était alors enceinte et j’étais particulièrement sensible au texte qui peut s’adapter à bien des situations sur le thème : demander l’impossible, ne pas briser les rêves. Il nous a quand même fallu 7 ou 8 versions pour trouver le bon truc, développer le côté spatial. Et une bonne dose de hasard avec la fille d’un ami qui est passée au studio et chantonné la mélodie… que nous avons gardé dans l’enregistrement. C’est devenu la 2e chanson préférée des Français alors qu’à la sortie, ce n’était qu’une face B !"

IL indique qu'il lit le livre de Woody Allen :  "le livre est passionnant. Notamment dans ce qu’il dit de la vérité et du mensonge dans une société ultra-médiatisée. »    Nikola est vraiment un rebelle, la preuve: il aime aussi Jean-Louis Murat.

https://fr.media7.ma/monde/nicola-sirkis%E2%80%85-%E2%80%85le-succes-dindochine-a-un-cote-incroyable-et-magique%E2%80%85.html

aussi visible là: https://www.dailymotion.com/video/x28kkg8

  LE LIEN EN PLUS COLLABORATION 2

INDOCHINE est toujours d'actualité...  Petite interview de Nicola:

"On commençait à écrire l’album « Paradize » et plusieurs auteurs nous avaient déjà proposé des textes : Jean-Louis Murat, Gérard Manset, etc. Michaël nous a envoyé une cassette avec deux titres. « J’ai demandé à la lune » était en guitare-voix et j’ai tout de suite accroché. Ma compagne était alors enceinte et j’étais particulièrement sensible au texte qui peut s’adapter à bien des situations sur le thème : demander l’impossible, ne pas briser les rêves. Il nous a quand même fallu 7 ou 8 versions pour trouver le bon truc, développer le côté spatial. Et une bonne dose de hasard avec la fille d’un ami qui est passée au studio et chantonné la mélodie… que nous avons gardé dans l’enregistrement. C’est devenu la 2e chanson préférée des Français alors qu’à la sortie, ce n’était qu’une face B !"

IL indique qu'il lit le livre de Woody Allen :  "le livre est passionnant. Notamment dans ce qu’il dit de la vérité et du mensonge dans une société ultra-médiatisée. »    Nikola est vraiment un rebelle, la preuve: il aime aussi Jean-Louis Murat.

https://fr.media7.ma/monde/nicola-sirkis%E2%80%85-%E2%80%85le-succes-dindochine-a-un-cote-incroyable-et-magique%E2%80%85.html

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #Baby Love