Publié le 31 Août 2010

 

Alors que Jean-Louis Murat doit aujourd'hui être triste pour Laurent Fignon, grand champion cycliste et perdant magnifique, voilà que l'on peut découvrir la première critique de "Pauline et François"...

 

Pour l'instant, l'avant-première au festival d'Angoulème n'avait pas permis d'en apprendre beaucoup plus... sauf si on s'intéresse à la mode....et à la psychologie de Laura... parfois annoncée rayonnante, ailleurs "au prise avec un mal être apparent"... Va savoir....

 

http://fr.news.yahoo.com/51/20100830/ten-laura-smet-une-rentre-sexy-0111c6b.html

http://www.puretrend.com/rubrique/stars-et-mode_r18/laura-smet-une-rentree-sexy_a45638/1

 

Faites vous votre idée grâce à cette petite vidéo de la soirée:

http://www.gala.fr/gala_tv/l_oeil_sur_eux/laura_smet_radieuse_a_angouleme

 

C'était aussi sur Tf1... mais la copine Claire n'a pas évoqué Jean-Louis Murat (mais on l'entend!)....

http://videos.tf1.fr/jt-we/rencontre-avec-laura-smet-6048488.html

très jolie tunique à part ça... qui baye jusque ce qu'il faut...  bon sang ne saurait mentir...

 

 

LA CRITIQUE:

http://www.avoir-alire.com/article.php3?id_article=14292

Elle débute en citant Jean-Louis Murat et sa musique "prenante"...  et on découvre effectivement combien le thème "naturaliste" du film a pu inspiré Jean-Louis Murat.

 

Au son d’une prenante musique de Jean-Louis Murat, le premier long-métrage de Renaud Fély, Pauline et François, nous invite au coeur du Limousin à un véritable bain de nature automnale. Les couleurs, l’air, la matière presque de la forêt, sont là, étonnamment présents grâce au travail du chef opérateur Alexis Kavyrchine (et à celui de Yolande Decarsin au son).
Cette nature a bien plus qu’une fonction décorative. Elle fait office de lieu de recueillement quasi sacré, où l’amour des deux protagonistes naît lors d’une expédition à la tombée du jour pour écouter le brame du cerf. La scène, étonnante, se passe presque de dialogues (On y va ? On rentre ?). C’est le rire merveilleux de Laura Smet, gêne et libération à la fois, qui nous dit l’émotion que provoque en elle ce moment.
Car c’est bien de libération qu’il est question ici. L’un comme l’autre portent le poids d’un deuil (celui du mari de Pauline), d’une culpabilité ancienne (la mort du frère de François lors d’une partie de chasse) et leur rencontre va leur permettre de s’affranchir du rôle figé dans lequel ils s’étaient enfermés (la veuve éplorée, le fils et frère entièrement dévoué à sa famille).
Le processus va remettre en question les équilibres familiaux qui s’étaient consolidés et déclencher une crise violente. Moins côté Pauline, dont la belle mère (Anémone, très bien) saura accepter le nouveau départ, que côté François.
Les tensions provoquées par la nouvelle donne se manifestent particulièrement lors d’une scène de repas au déroulement totalement imprévisible, oscillant sans cesse entre comique et éclairs de violence.
La réussite d’une telle scène, et du film en général, repose sur des acteurs formidables dont Renaud Fély sait obtenir le meilleur, dépassant de loin les limites d’un métier pourtant très sûr (en particulier chez André Wilms et Gilles Cohen, acteurs de théâtre chevronnés). Léa Drucker est surprenante en (presque) méchante.
Mais c’est la force fragile de Yannick Rénier et de Laura Smet qui irradie ce très beau film, révélation d’un nouveau cinéaste ennemi des règles figées et attentif aux perturbations salutaires de l’existence. Il est bien de la famille des Ferran, Salvatori, Doillon, Guiraudie ou Pialat avec lesquels il a naguère travaillé.

 

de Claude Rieffel.

 

 

LE LIEN EN PLUS:

 

un petit article sur la MALINE : la salle de spectacle dans laquelle Jean-Louis avait été en résidence sur l'ile de Ré... en 2006,  mais il n'avait pas fait de malaise, lui...  (ah, je suis lourd... mais je suis en train de tomber amoureux de Laura... ça m'énerve!)

 

http://www.sudouest.fr/2010/08/28/la-maline-un-lieu-de-residence-tres-couru-171057-1379.php

 

http://www.leliendefait.com/index.php?idPage=concertDtl&idConcert=23&idTournee=8

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #cinéma

Publié le 30 Août 2010

 

Bon, vous êtes resté dans un silence poli lors de ma première tentative au mois d'août, mais je remets le couvert. "Ca peut pas faire de mal".... sauf aux oreilles, voire aux yeux... et c'est sans prétention...

 

J'avais quelques photos à utiliser, ce qui m'a guidé dans mon choix... qui s'est avéré difficile...  DORDOGNE... Mais ça a confirmé mon idée que la lecture des textes pouvait être une bonne idée... notamment pour se rendre compte que ce texte ressemble à une gageure...  Essayez de prononcer Dordogne! et aussi comme un milan noir
quand monte le soir,
et fuirait ... pour entamer un vers...  Pas facile....

  

C'est en tout cas un texte  très personnel avec ses multiples références au milieu: Sancy, Chamablanc, Vendeix. Le site:    http://www.sanadoire.com/auvergne/site7.html nous révèle une clef:

   La vallée du Vendeix est l'endroit où Murat a passé son enfance, d'où sa présence dans ses chansons et notamment dans "Murat en plein air". 

  

  

 

 

 

 

 

DORDOGNE

 

ma femme Joconde
mon unique au monde
Dordogne

fureur muette
au cœur de mon être
Dordogne

je rêve en secret

au pied du rocher
à Vendeix  

 

à mon unique au monde

ma femme Joconde

Dordogne

 

là-haut sur les montagnes
tu retiens mon âme
Dordogne

comme un milan noir
quand monte le soir
Dordogne

mon cœur étonné
revit ses étés
à Vendeix  

 

fuirait dans le temps
comme ton courant
Dordogne

pluie sur Chamablanc
début du printemps
Dordogne

tu baignes mon sang

depuis deux mille ans

Dordogne

donne à la vallée

verse ta rosée
oh ! Vendeix  

 

que l'eau comme l'or
enchâsse ton corps
Dordogne

source de ma vie
neige sur le Sancy
Dordogne

du fond de l'enfer
vie crachée sur terre
Dordogne

un chagrin secret
retient mon passé
à Vendeix  

 

mais j'ai sur mon âme
ton prénom de femme
Dordogne

PS/ Les photos du pont sur la  Dordogne ont été prises la veille du concert de Clermont en 2010 au Mont-Dore. Les autres images sont captés avec ma caméra à partir de la VHS "Murat en plein air"... La petite musique de fin est issu de la BO de "coupable".

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 29 Août 2010

Une version assez fidèle...
 de Jol Auti - Memory Divine - paroles et musique de jean Louis Murat
Jol Auti : guitares - basse - batterie - chants

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié le 28 Août 2010

Rien de bouleversélénifiant dans cette livraison... mais l'occasion de réécouter quelques vieilleries...

 

 

 

 

Quelqu'un a collé la version de Jean-Louis MURAT de "tomber sous le charme" avec la version originale de Louise FERON... Tout cela sonne tellement bon les années 80... j'adore...

 

Ceux qui ont râté l'interview sur Europe 1 par Taddéi a été mise en ligne sur youtube:
Je l'avais commenté là:
(le lien pour télécharger est toujours actif)
autre petite rareté:
"Comme un seul homme - Le coup de Jarnac - Lucia & Jean-Louis Murat
30 artistes se mobilisent pour le don d'organes
Labels / Virgin France 1997
Fédération des Associations pour le Don d'Organes et de Tissus humains
http://www.france-adot.org/
"Pas de maladie dont on ne puisse guérir par une larme qui commencerait à chanter ..." Cioran
"Nous devons prendre conscience que nous sommes les seules sources d'organes et que notre corps est une richesse fabuleuse. Ne pas en faire profiter les autres est comparable à se faire enterrer avec tous ses trésors" ...
"Tout ce qui n'est pas donné est perdu" ... Professeur Christian Cabrol
Lucia & Jean-Louis Murat .- Le coup de Jarnac
Engineer, Keyboards, Mixed By - Denis Clavaizolle
Producer - Jean-Louis Murat"
Un petit montage froissé de Regret:

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #vieilleries -archives-disques

Publié le 15 Août 2010

Bon, vu ma petite paresse passagère, et le creux dans l'actualité, en attendant la sortie de Pauline et François (Laura Smet continue son marketing du malaise pour promouvoir ses films...mais je ne vais pas vous en informer à chaque fois...) et la reprise des concerts en septembre,  je fais un petit rappel pour les retardaires:

 

 

 

Des images de Carcassonne :

http://letempsdesimages.com/Jean%20Louis%20Murat-2-45.html

On voit que la place était loin d'être remplie.

 

Le lien a déjà été donné ailleurs, mais vu son importance, je le partage également : Festi'Meuse  

http://www.flickr.com/photos/herve_dapremont/sets/72157624546437110/show/

 

 

 

A+

 

 

LE LIEN EN PLUS:

 

La livraison de l'été de Karim:

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 15 Août 2010

 

Ci-dessous 2 articles de Sud-Ouest évoquent le nom de Jean-Louis Murat, avec ceux de Depardieu et de Delépine de Groland. Dans le deuxième, on apprend que sa photo a veillé sur une vieille dame hospitalisée, mais le premier vous fera comprendre tout ça...  Tout ça m'a fait pensé au fait que  la première femme de Jean-Louis, je crois,  tient ou a tenu un  bar pas très loin d'Orcival, mais c'est surtout l'occasion de donner un nouvel exemple de l'intérêt de Jean-Louis Murat pour les "personnes vraies".   Une petite pensée pour l'Emile en passant tiens....

 

 

 

1) http://www.sudouest.fr/2010/07/28/une-mamie-imprevisible-148753-4790.php      28/07

Une mamie imprévisible, consul de la présipauté du Groland

Dans un « bled » perdu de Charente, Montemboeuf, vit une irréductible tenancière de bar. Surnom : Mamie. Profession : figure de proue du village et consul de la présipauté du Groland.

Un éclat de rire de Mamie, c'est monnaie courante au troquet de Montemboeuf, paisible village qui s'anime chaque début septembre pour le festival l'Imprévu (photo Isabelle Louvier)|| Louvier Isabelle

Un éclat de rire de Mamie, c'est monnaie courante au troquet de Montemboeuf, paisible village qui s'anime chaque début septembre pour le festival l'Imprévu (photo Isabelle Louvier)
( Louvier Isabelle)

 

Un beau jour de 1971, à Montembœuf, dans « ce bled de morts », elle a ouvert un bar. On ne la surnommait peut-être pas encore « Mamie », ou peut-être bien que si. Qu'importe, à l'époque, elle tenait le zinc avec son mari. Celui-ci disparu, pas question de quitter les murs et son équipe de football devenue fidèle « accoudeurs » de bar. Et c'est ainsi que la place de l'église est devenue le centre du monde grâce à Chez Mamie, ouvert tous les jours « avec une petite pause quand même l'après-midi ». Et le soir ? « Ah ça dépend qui il y a ! »

Du beau monde, il y en a eu justement et il y en aura encore. Des fidèles qui ont craqué pour ce coin de comptoir unique en son genre. Accrochées aux murs, disposées de guingois, de nombreuses photos attestent de la notoriété de la cheftaine. Des témoignages qui rendent compte des anecdotes de Mamie.

L'ancienne saisonnière n'a pas son pareil pour tenir son monde. Elle a même été gravir les marches du Mont-Saint-Michel et côtoyé la mère Poularde. « Maintenant, je vais finir ma carrière ici, avec les jeunes, enfin ils sont devenus grands », raconte celle qui a servi Jean-Louis Murat, Benoît Delépine et sa bande qui ont installé le siège de la présipauté du Groland chez elle et l'ont baptisée Consul. Et elle a reçu, plus récemment, Gérard Depardieu. « Elle a même joué dans "Mammuth", révèle Charly Nebout, fer de lance du festival de L'Imprévu qui s'épanouit autour de Chez Mamie chaque début septembre (lire par ailleurs). « Oh un petit rôle, rougit-elle presque. Je devais juste dire "j'ai mal à ma hanche", et en plus c'était vrai ! »

En convalescence

Avec ce tournage, une nouvelle victime de l'accueil de Mamie, Gérard Depardieu. En témoigne une photo placardée où la petite patronne paraît bien fragile à côté de l'acteur. « Alors je tiens à dire que Gérard n'est pas gros. Non ! On m'avait dit, tu verras il ne passera pas la porte du bar, et bien si ! Il est passé. » Sous le charme Mamie ? « Il est bien. C'est tout. Enfin, j'aimerais bien qu'il vienne dans mon bar plus souvent ! »

Charly Nebout n'est pas loin, il veille. Mamie a subi récemment une opération de la hanche, elle se déplace en béquille. Des béquilles qui ne l'empêchent pas de s'accouder au comptoir pour servir un demi, parfait, sans trop de mousse.

Dans le métissage

« J'ai atterri ici parce que ma femme était du coin, se souvient Charly. Et je n'en suis pas parti. » Avant d'y implanter L'Imprévu, il a d'abord fait partie de l'aventure décentralisation de Musiques métisses. « Parce qu'on l'oublie, mais les toutes premières décentralisations avec Christian Mousset, c'étaient ici. Il y avait du monde partout, tu te souviens Mamie ? »

Et Mamie se souvient, de ces troupes guinéennes, noires de peau, qui débarquaient tambours battants dans ce bout de Charente coupé du monde. Ils venaient dans son bar, plein à craquer pour l'occasion, dîner, boire et chanter. « Oui ça faisait du monde », sourit la tenancière.

Sans oublier l'expérience Imaco. Vingt-cinq associations à vocation culturelle se rencontraient pour faire bouger ces « bleds perdus » des environs. Et il y a les histoires de cœur de Mamie… les yeux bleus d'un Murat qui s'arrête et tombe à genoux devant son sourire. Les accords de guitare joués personnellement par Da Silva. Les grands bras du Gégé qui l'enlacent pour lui dire au revoir. Ou encore, le salut de Christian Olivier, leader des Têtes Raides, face à ce petit bout de femme qui, au départ, ne le connaissait même pas. Au fil des rencontres, au fil de L'Imprévu, les artistes se sont bousculés au comptoir. Tous ont gardé un petit bout de Mamie accroché au cœur et reviennent quand ce n'est pas elle qui se déplace.

« Et oui, on a été voir Jean-Louis Murat avec Mamie, révèle Charly Nebout, et on a eu accès à la loge ! Avec Mamie et ses artistes qui sont tous devenus des amis, il y a quelque chose qui se passe. »

Elle sourit Mamie, avec un éclat dans les yeux au récit de ses souvenirs par elle ou par d'autres habitués. Elle rit même de sa notoriété avec des « stars ». « Tu me vois un jour dans "Voici" ? », lance-t-elle.

« On n'aurait rien fait »

Une chose est sûre, Mamie n'est pas prête à organiser des thés dansants à Montembœuf. « Ou alors des demis dansants ! » Il y a longtemps, Mamie a fait peindre ses volets en couleurs pendant une animation culturelle. « Pour que le bar prenne de la valeur, parce qu'à l'époque, mon mari voulait vendre. Et puis, quand il a disparu, la valeur est restée avec moi. » Et ne lui parlez pas de partir surtout. « Pourquoi aller ailleurs enfin ? J'aime bien ici. »

« Elle est l'alter ego de la culture. S'il n'y avait pas eu Mamie, on n'aurait rien fait. »

 

 

2)

http://www.sudouest.fr/2010/07/09/jamais-sans-mamie-135888-4790.php

 

9 juillet 2010 06h00 | Par emmanuelle chiron  

Jamais sans Mamie

Des bénévoles se sont relayés derrière le bar durant l'opération de la patronne

 Après une opération de la hanche il y a plus d'un mois, Mamie a repris les rênes de son bar à Montembœuf. Une poignée d'amis l'avait maintenu ouvert pendant son absence. photo i. louvier

Après une opération de la hanche il y a plus d'un mois, Mamie a repris les rênes de son bar à Montembœuf. Une poignée d'amis l'avait maintenu ouvert pendant son absence. photo i. louvier

 

Chez Mamie, un nom culte pour une petite bonne femme pas plus haute que le comptoir de son bar. Et pourtant, elle est grande, Mamie. Nombreux sont ceux qui ont succombé à son bagout tranquille et à son rire qui fuse devant les brèves qui s'accumulent dans son établissement.

Sur la place tranquille de Montembœuf, Chez Mamie trône fièrement. Niché près de l'église, l'endroit se targue d'être le fief de la Présipauté du Groland. Mamie coiffe d'ailleurs volontiers son couvre-chef de consul pour délivrer à qui le souhaite le fameux passeport grolandais.

En Présipauté grolandaise

Benoît Delépine, Gustave Kervern et le président ont posé leurs valises remplies de loufoqueries, un jour, près de ce petit bar de village. Le temps de boire un petit demi, pensaient-ils, pour finalement y établir une sorte de préfecture. D'autres artistes ont vu leurs pieds vissés au sol de Chez Mamie en n'ayant aucune envie d'en repartir. Les photos aux murs sont autant de souvenirs et de cœurs qui ont chaviré pour l'affectueuse tenancière.

Une patronne fidèle depuis 1971. Ouvert tous les jours « sauf une petite coupure l'après-midi », le bar n'a jamais opposé de portes closes à ses clients. Oui, mais voilà, Mamie a dû subir une opération de la hanche. Diagnostic : cinq semaines de fermeture pour son troquet, habitués abandonnés et le zinc qui prend la poussière. « Elle nous a gonflés, la Mamie, elle ne voulait pas qu'on la remplace, pour pas embêter comme elle dit, mais on ne pouvait pas laisser le bar fermé », se rappelle Charly Nebout, organisateur du festival de Montembœuf L'Imprévu et encarté Chez Mamie depuis des lustres.

Lui et une poignée de bénévoles ont pris tour à tour la place derrière le comptoir. La place du village a vu ses habitués reprendre le chemin du bar petit à petit.

« On avait une organisation au top, explique Charly. On marquait nos tours de "garde" sur un grand tableau placardé derrière le comptoir, les clients savaient qui bossait à quelle heure. »

Faut dire que Mamie avait déjà fait le coup à sa petite bande. Il y a quelques années, elle avait déjà fréquenté les couloirs de la clinique.

La star de la clinique

« Pour sa première opération, le bar a été transporté dans sa chambre d'hôpital », en sourit encore Charly. Les photos de Mamie aux côtés de Jean-Louis Murat ou, toute frêle, avec le grand Gérard. Grand, pas gros. « Ah oui j'y tiens ! appuie Mamie. Tout le monde dit qu'il est gros, Gérard Depardieu, mais c'est faux, il passe même les portes de mon bar ! »

Ajoutez à ça la visite de Benoît Delépine et d'autres VIP, vous obtenez cette phrase des infirmières dans le couloir : « Ce n'est pas tous les jours qu'on a une star dans notre clinique. » La star ? Mamie, évidemment.

Depuis, bien qu'en convalescence, la patronne a repris sa place derrière le zinc et le bar tourne toujours. « Elle ne voudra jamais nous le dire, murmure Charly Nebout, mais elle a forcé ses médecins à l'opérer plus tôt pour être prête le jour de L'Imprévu ! »

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 15 Août 2010

 

Bon, je suis rentré depuis 1h30... et je vous livre la Bande annonce de "Pauline et François".  Elle fait la part belle à Laura... mais aussi au RIF de Jean-Louis.... qui est mentionné à la fin.

 

http://www.replay-tv.fr/revoir-programme/39820-canalplus-pauline-et-francois

 

Le site CINEZIK évoque la BO:

http://www.cinezik.org/critiques/affcritique.php?titre=pauline_francois

Le chanteur Jean-Louis Murat retrouve le cinéma après COUPABLE de Laetitia Masson pour ce premier film de Renaud Fely. Il a écrit une musique épurée à base de guitare (ambiance de western pour ce drame rural), et une chanson nostalgique qu'il interprète faisant écho à l'amant disparu. 

Il n'y a pas qu'une chanson!!

 

Le film était en compétition dans un festival à Angooulême.

http://clapmag.canalblog.com/archives/2010/08/12/18797607.html

 

Des photos du film:

http://www.excessif.com/cinema/photos/photos-pauline-et-francois-6036190-760.html

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #cinéma

Publié le 12 Août 2010

 

                 Je pensais à ça l'autre jour en regardant une redif d'un portrait de Françoise Hardy... à moins que ce soit pendant le Pont des artistes dans laquelle elle était invitée... ou bien, non... en relisant le post sur la dolo sur Möör.... J'ai repensé à "Memory divine"... et notre rapidité à s'échanger le MP3 une fois sa diffusion en radio... Le Lien avec Marie Möör?  J'avais raconté que Christophe n'avait pas été très sympa avec elle au niveau rémunération... et je me demandais du coup, si Jean-Louis Murat était rémunéré sur la vente des albums de Françoise, et combien de muratiens avaient acheté l'album?

  ... Je dois dire : moi pas...et j'ai eu des Remöor et j'en étais fort marri... d'autant plus que je venais de consulter (c'est en libre-accès sur le net) les résultats de notre petite entreprise préférée (après l'Oréal bien sûr) : Scarlett 

 

Exercices clos le

30/09/2009

30/09/2008

30/09/2007

30/09/2006

 

Chiffre d'affaires

157 784 €

203 134 €

251 030 €

152 643 €

 

E.B.E.

-13.44 %

26.03 %

25.85 %

-8.35 %

 

Résultat net

-35 887 €

33 175 €

28 547 €

-28 629 €

 

 

 

           L’EBE (excédent brut d'exploitation) est "la ressource que l’entreprise tire de son exploitation après avoir rémunéré le facteur travail"  (donc on s'inquiète pas:  je pense que les salaires ont été versés, et c'est hors droits d'auteur SACEM). Il représente la capacité de l’activité de l’entreprise à gagner de l’argent.... et aussi à investir (enfin, je présume)...et donc à financer des nouveaux projets.

            Je voulais faire un article sur les droits d'édition, les droits d'auteurs, le SNEP, la SCPP, la SACEM, la spedidam et la centrifugeuse Magimix (hein?)... mais pour l'instant, j'y comprends rien là-bas dedans...et que si c'était plus clair, ça aiderait peut-êt', déjà, à faire fonctionner le marché... enfin soit... j'en sais rien. J'ai toujours aimé la transparence... Bon, si j'y comprends quelque chose un jour, je vous fais signe!

 

           Revenons-en aux faits...au fait:

Concernant Memory divine, Scarlett est bien détenteur des droits d'édition, en plus des droits d'auteur (dont certains interprétes réclament aussi le partage sous prétexte d'avoir mis un mot pour un autre, ou interverti des phrases)... et était aussi producteur du titre, et c'est à ce titre, qu'il touche des royalties. Là, ce n'est pas  Françoise hardy qui décide seule... c'est EMI...(on se rappelle que le titre a été rajouté à la dernière minute alors que la Maison de disque avait déjà payée la production, rajouter un producteur n'a pas dû les enchanter... Il faut sans doute être Françoise Hardy pour obtenir ça en cette période).

 

           Alors oui,  je vais faire l'effort d'achat de "la Pluie sans parapluie"... J'ai bien acheté une fois un CD de Carla Bruni... et il n'a pas l'air mal cet album de Françoise (mais par contre, faut pas déconner!, faut pas compter sur moi pour acheter "Paradize" d'Indochine... pour avoir un "singe en hiver".... la fanatitude a des limites... )

 

           Je vous encourage à faire comme moi!

 

 

           Pour en rester sur des aspects.. j'allais dire : bassement... mais ce n'est pas le cas... économiques,  il semble que l'enjeu actuel chez Scarlett se soit surtout de remplir L'ALHAMBRA!   On a déjà vu que le tourneur Caramba avait pris peu de risques sur cette tournée (à moins qu'il y ait eu une négociation de co-production dans certaines salles mais j'en doute) : il n'y a pas eu de location de salles et de risques engagés... sauf sur Paris, avec le Bataclan et L'alhambra... Et s'il y a un déficit, il est reporté sur l'ensemble des comptes de la tournée, qui compte déjà une annulation faute de réservation... Il semble que cela ait rendu les programmateurs frileux...  même si sur Paris, avec le tel succès du bataclan, je n'imagine pas un instant qu'il ne puisse pas remplir à nouveau l'Alhambra!

 

 

 

http://www.alhambra-paris.com/index.php?wh=agenda&ev=365#infos

 

 

  • JEAN-LOUIS MURAT
  • le mardi 23 Novembre 2010 à 20h00
  • VARIETE & CHANSON FRANCAISE

Aprés un Bataclan complet au printemps 2010, Jean-Louis Murat fera un nouveau crochet par Paris au coeur de sa tournée d'automne, pour le plus grand bonheur de ses fans ! Tournée rock de légende, celle de l'album "Le Cours ordinaire des choses" rassemble enfin autour de notre Auvergnat préféré le trio tant attendu: Frédéric Jimenez à la basse, Denis Clavaizolles au clavier et Stéphane Reynaud à la batterie. 

 

 Ce sera rock !

 

 

- Tarif Assis 34 € / Tarif Debout 29 €

- Assis/debout PLACEMENT LIBRE

- Ouverture des portes au public une heure avant le début du concert

 

 

 

 

 

 PS: Même si j'avais des informations sérieuses, j'espère ne pas avoir commis  trop d'imprécisions dans mes commentaires sur ces questions un peu complexe.    

  

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011

Publié le 9 Août 2010

Allez, j'ai eu cette vague d'idée... en voyant hier matin un petit lapin (les vrais comprendront pourquoi) à moins que ce soit en tombant  sur Gallien sur France Inter et son émission de lecture... et en suivant le principe Ranchero de la création : "vite fait, ... euh... fait" (pas plus d'1h30....), j'ai tenté le coup... de ce qui pourrait être une série....

 

 

L'idée, donc, : lire des textes de Jean-Louis Murat...

 

 

D'abord,

j'ai opté pour deux textes obscurs et pas abscons mais presques... issus de "Mlle personne"... C'est pas Laurence Olivier.....

 

 

 

 

 Si ça dit à certains de faire une petite lecture, j'ouvre mon blog... Vous pouvez me faire passer vos MP3 ou vos vidéos..

 

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #divers- liens-autres

Publié le 5 Août 2010

 

Bon, j'en avais parlé à l'époque de sa parution, mais pour inciter à l'achat de la revue, je n'avais pas scanné... d'autant plus que l'interview n'était pas inédite: M. Derensy l'avait mis en ligne sur son blog (je suis étonné que la photo soit de lui par contre).

 

Voilà l'article:

 

couv-K.jpg

J'en connais une sur FB qui ne va pas aimer....

LA couv, c'était pour vous montrer un peu l'athmosphère du truc....

 

p-1.jpg

 

 p2

 

 p3

p4.jpg

 

 

p5

 

p6.jpg

Voir les commentaires

Rédigé par Pierrot

Publié dans #actu-promo- 2010-aout 2011